Archives de catégorie : ROSP

Recherche calculateur de risque CV désespérément

Je vous propose aujourd’hui un extrait de mon mémoire en cours de rédaction dont le sujet général est : comment vais-je m’y prendre pour pouvoir, dans ma pratique de la médecine générale, mettre en œuvre la prise de décision partagé … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans décision partagée, facteur de risque, MEDECINE GENERALE, Pratique, Prise de décision partagée, ROSP | Commentaires fermés sur Recherche calculateur de risque CV désespérément

Les circuits inutiles de l’Assurance Maladie. Histoire de consultations 156.

Madame A, 59 ans, est titulaire de l’AME mais sur le point d’obtenir la CMU (elle en a fait la demande).

Je la connais depuis quatre ans.
Elle habite chez son fils à Mantes.

Elle travaille comme femme de chambre au black sur Paris et elle habite aussi chez son cousin dans le quartier Saint-Lazare.
Elle est traitée par mes soins pour une (petite) hypertension par enalapril 20 mg et sa PA est mesurée (par mes soins) à 130 / 90.
Elle a reçu une convocation de l’Assurance Maladie pour un examen périodique de santé (voir ICI et LA pour ce que j’ai déjà publié à ce sujet ; en gros : c’est inefficace, cela coûte cher, et la CNAM a privatisé).
Elle vient me voir avec le rapport de l’IPC. Elle est inquiète. En vrac : les vaccinations ne sont pas à jour, il existe une hypertension non contrôlée (PA = 180 / 95), l’ECG montre des troubles de la repolarisation qui nécessiteraient une consultation chez le cardiologue et elle présente des troubles de la vision.
J’ai lu le rapport d’un oeil distrait.
La PA est ce jour identique : 130 / 85. Je n’entends pas se souffle. L’ECG me paraît normalissime.
Elle repart.
Je la revois hier.
Elle me rapporte les rapports de l’examen cardiologique et de la consultation faits au Centre Médical Europe (il semblerait qu’il y eût des connexions entre l’IPC et le CME). L’échographie cardiaque est normale de chez normale. La PA a encore été mesurée à 175 / 95. Le deuxième cardiologue a prescrit de l’exforge (5 / 80) pour trois mois.
La PA est à 130 / 80. Comme d’habitude.
J’oubliais : les vaccinations sont à jour.
Autre chose : elle est allée « voir », cela s’appelle les maisons de santé (!), l’ophtalmologue qui avait le cabinet d’à côté dans le CME. Elle a une prescription de lunettes. La patiente : « C’est cher : 360 euros et je dois payer 160 de ma poche. Cela attendra. Je ne peux pas payer. Je vais demander à mon fils. »
Au moment de la fin de la consultation la malade me dit, incidemment, que ses jambes ont gonflé.
Bon : on résume : la patiente qui n’avait rien demandé (mais qui avait accepté car les courriers de la CNAM foutent la trouille au vulgum pecus) a été inquiétée pour rien ; elle a eu droit à des examens inutiles ; on lui a changé son traitement anti hypertenseur ; on est passé d’un IEC génériqué (inhibiteur de l’enzyme de conversion) à une association inhibiteur calcique / sartan non génériquée (le ROSP ou P4P conseille et donne de l’argent si l’on prescrit plus d’IEC que de sartan) qui induit un effet indésirable connu (oedèmes des membres inférieurs) et inconnu de la patiente.
Encore un (petit) truc : le cardiologue avait prescrit pour trois mois une boîte de 90 et le pharmacien, pour des raisons que je vous laisse deviner, a prescrit une boîte de 30.
Au delà de toutes les considérations que chacun d’entre vous fera, on est en plein dans le dysfonctionnement du système. 
  1. Les examens périodiques de santé ne servent à rien et la CPAM, non seulement les préconise (c’est un texte de loi auquel elle doit se soumettre) mais l’externalise à des instituts privés.
  2. Les sociétés privées qui pratiquent les examens périodiques de santé sont de mèche avec des centres de santé privés (le rêve des médecins généralistes, me dit-on, où le patient est captif) qui pratiquent des examens qui s’avèrent inutiles et qui prescrivent des traitements qui sont plus chers  (dans une politique opposée à celle de la CNAM, P4P, et exposent à des effets indésirables.
  3. La patiente n’a toujours pas de lunettes.

No comments. 
Illustration : Georges Braque (1882 – 1963). Deux oiseaux sur fond bleu (1963)

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, EXAMENS PERIODIQUES DE SANTE, OPHTALMOLOGIE, P4P, ROSP | Commentaires fermés sur Les circuits inutiles de l’Assurance Maladie. Histoire de consultations 156.

La CNAM, le médecin traitant, le spécialiste, Sophia, le CAPI, le ROSP et le bilan périodique de santé. Histoire de consultation 145.

J’ai fait une erreur.

Je n’aurais jamais dû accepter que Monsieur A, 43 ans, dont je suis le médecin traitant en titre (et pour lequel je touche 40 euro par an, on le verra plus loin, sans presque rien faire), et après que j’avais fait le diagnostic de diabète de type II, allât consulter un diabétologue.
J’avais oublié cette erreur jusqu’au jour où il est venu me revoir pour le diabète.
Monsieur A est gentil, calme, déterminé et de bonne foi.
Donc, il vient consulter sur rendez-vous et, après les civilités d’usage, après que HelloDoc eut daigné ouvrir le dossier de mon patient au bout de longues secondes d’angoisse, il me dit qu’il vient pour trois choses.
Déjà, le patient qui vient pour trois choses, me tape sur les nerfs a priori (ce qui est une réaction d’une grande idiotie, je le concède, mais qui me ramène à la notion de médecin généraliste qui peut — et qui doit– dans la même consultation faire le boulot d’un ou de trois, voire quatre, spécialistes non généralistes, voir ICI, pour la modique somme, en secteur 1, de 23 euro) et j’ai beau lui tendre le sourire le moins contraint que je connaisse dans ma panoplie de médecin généraliste empathique et soucieux de sa patientèle, un sourire contraint quand même qui cache un désamour certain, cela me rend dubitatif et légèrement sur mes gardes pour la suite de la consultation.
Les trois choses (et les trois rictus).
Il pose d’abord sur mon bureau le questionnaire Sophia en me disant, je cite, « J’ai accepté d’adhérer à Sophia, le suivi des diabétiques. » Premier rictus.
Il pose ensuite l’enveloppe des résultats de son examen périodique de santé « Puisque c’est gratuit… » en me demandant de le regarder. Deuxième rictus.
Enfin, il a raté le rendez-vous avec le diabétologue et il veut que je lui refasse son ordonnance. Troisième rictus.
Tout baigne.
Mais ce n’est pas fini.
Je jette un regard distrait sur le questionnaire Sophia (pour le remplissage duquel mais je ne sais pas trop s’il s’agit d’un seul remplissage ou s’il faudra le faire plusieurs fois au cours d’une même année pour que je  reçoive la modeste somme de 2,5 C) et je vois d’une part que sont demandés des renseignements sur des analyses biologiques que je n’ai pas prescrites (et je ne dispose pas des résultats) et d’autre part que les items à remplir (sur papier glacé) m’ennuient au plus haut point. Mais le patient sophiaté a tout prévu : il a apporté ses prises de sang. Je me rends compte alors qu’il consulte « son » diabétologue une fois tous les six mois (il me le confirme) et que « son » diabétologue ne me fait jamais de courrier (« Ah bon, il ne vous envoie rien ? » Je confirme). Le dossier de « mon » patient indique qu’il n’est pas venu me voir depuis cinq mois (et pour une infection virale ORL qui n’aurait même pas dû faire l’objet d’une consultation et quand je lui ai posé des questions sur le diabète il m’a répondu « mais c’est le diabétologue… »). Donc, le patient me montre les résultats d’une HbA1C à 6 en février 2013, à 5,8 en août 2012 et à 6 en février 2012. Je pense au ROSP (Rémunérations sur Objectifs de Santé Publique*) qui est en train de me filer sous le nez comme un pet sur une toile cirée… Je rappelle ici que les grands experts de la CNAM ont décidé que pour « bien » suivre un patient diabétique de type 2 il fallait doser l’HbA1C (ou hémoglobine glyquée 3 à 4 fois par an), ce qui est du domaine de la pensée facile ou du bon sens bien pensant (même si Prescrire a dit que c’était acceptable…). Quant au LDL, dosé une fois, il est à 1,14.

C’est alors (cf. supra Mais ce n’est pas fini) que je lui demande s’il est d’accord pour que je lui mesure la pression artérielle (j’aurais dû dire : « Daignez-vous, cher patient dont je suis le médecin traitant et qui vous faites suivre à la sauvette par le bon spécialiste du diabète, que je vous prenne la tension ? ») et il me dit « J’allais vous le demander » et il ajoute : »Lors de l’examen de santé, ils m’ont trouvé de la tension ». Bon. Le patient a 170 / 90, ce qui est trop pour un diabétique de type II (selon les recommandations actuelles). Il ne m’a pas apporté le rapport complet de l’IPC, officine dont je vous ai déjà parlé ICI et LA, seulement les résultats de prises de sang, il a dû considérer que le reste était sans importance — ce en quoi il aurait eu raison — ou que son médecin traitant supposé n’était pas digne de les lire — aurait-il tort ?, — et je ne peux que le croire quand il m’affirme que la pression artérielle mesurée à cette occasion était à 16. Nous allons aviser…

Il y a donc les examens de l’IPC qu’il m’a apportés incomplets et qui, le médecin traitant n’ayant pas été consulté et l’examen de sang étant standard, ne comportent pas de dosage de l’HbA1C mais je lis une glycémie à jeun à 1,22… et un LDL à 1,23. Je survole le reste.
Puis il y a le renouvellement.

Cette consultation peut vous paraître foutraque mais c’est le lot de ces malades, de bonne foi, qui se baladent à droite et à gauche, c’est peut-être cela la collégialité involontaire, et qui vous déversent sur votre bureau, leur parcours de soins. Je ne vous parle pas des patients de mauvaise foi qui font la même chose en mentant, dissimulant et en tentant de vous prendre en défaut au cas où vous ne raconteriez pas la même chose que les spécialistes…

Je me rends compte, en lisant l’ordonnance du  diabétologue, que, pour une fois, le traitement que j’avais mis en route à l’origine, c’est à dire la metformine, a été conforté, qu’il n’a pas été prescrit autre chose et notamment les produits « innovants ». Un miracle. 
Cette consultation appelle plusieurs observations (ne vous méprenez pas sur le côté docte de l’affaire) :
  1. Le médecin traitant que je suis s’est fait déposséder de son malade et a accepté. Mais c’est fini, il a demandé au patient de choisir.
  2. Sophia propose des questionnaires débiles qui n’aident pas le patient mais rendent la CNAM capable de faire des statistiques bidons (voir ICI)
  3. Ce patient parfaitement équilibré n’a pas besoin de trois ou quatre dosages d’HbA1C pour être bien équilibré et le ROSP tombe à côté de la plaque
  4. Les examens périodiques de santé sont une vaste rigolade, coûtent cher et n’apportent rien
  5. Les médecins qui ont touché pour le CAPI que j’avais refusé vont aussi toucher pour le ROSP que j’ai accepté (voir ICI) : c’est comme si, le même jour, on facturait une consultation deux fois
  6. Mais surtout : l’administration française a construit un édifice bancale, un mille-feuilles de décisions, de règlements, d’objectifs qui s’entremêlent et qui n’ont aucune visibilité (me voilà en train d’utiliser les termes du marketing managerial) et qui font le génie de notre fonction publique : « mon » patient diabétique dont je suis le médecin traitant me « rapportera » : le prix d’ au moins 4 consultations par an (4 x 23 = 92 euro) (mais je peux faire du « à la revoyure », la rémunération Sophia (2,5 C = 57,5 euro), la rémunération ALD (40 euro), la consultation IPC (23 euro) plus la rémunération ROSP (inconnue), plus, pour les ex médecins CAPI la rémunération CAPI (inconnue).
L’expérience du NICE anglais ou, plus précisément, du Quality and Outcomes framework (ICI) a montré que les sommes englouties ne servaient à rien en termes de Santé Publique (LA) mais remplissaient les poches de médecins qui, par ailleurs, ne faisaient que du remplissage et négligeaient ce qui était hors du QoF.
On comprend que certains syndicats appuient la démarche ROSP puisque c’est la seule façon, le tarif de la consultation étant bloqué, d’augmenter les honoraires des médecins…
Mais c’est quand même du bricolage à la petite semaine…
    (crédit photographique : ICI)

    * ROSP : je ne veux pas paraphraser Cornelius Castoriadis qui disait, à propos de la défunte URSS : 4 initiales, 4 mots, 4 mensonges, parce que ce n’est pas tout à fait vrai : je vais quand même toucher de l’argent si HelloDoc fonctionne ; mais les dits objectifs de Santé Publique (une expression bien ronflante) sont sans intérêt… pour la santé Publique (voir ICI pour le CAPI, antichambre des ROSP)

    Continuer la lecture

    Publié dans CAPI, EXAMENS PERIODIQUES DE SANTE, MEDECIN TRAITANT, ROSP, SOPHIA | Commentaires fermés sur La CNAM, le médecin traitant, le spécialiste, Sophia, le CAPI, le ROSP et le bilan périodique de santé. Histoire de consultation 145.