Archives de catégorie : RITHY PANH

Rithy Pahn et la maladie d’Alzheimer.

France Culture m’a permis cette semaine d’écouter Rithy Pahn, admirable, interrogé par Michel Ciment (voir ICI) à propos de son dernier film L’image manquante qui va être diffusé sur Arte mercredi prochain 9 octobre 2013 à 20 heures 50 (voici LA le fim et des entretiens avec le réalisateur) et le Magazine de la rédaction consacré à la maladie d’Alzheimer, nul (LA).

J’ai déjà écrit un billet sur Rithy Pahn (ICI) qui, inlassablement, parle du génocide cambodgien, en des termes qui me laissent pantois tant il a compris le passé de son pays et le passé de l’humanité (dont la shoah). 
Il lutte contre l’oubli. Il dit regretter, non le Cambodge de Long Nol ou de Sihanouk, celui d’avant le Cambodge communiste, mais le monde « imparfait et humain » dans lequel vivait sa famille, ce monde honni par les Khmers rouges (deux mille ans d’esclavage selon eux) qui veulent un monde pur et dur (ce que soulignait Jean Lacouture quand il était un anti colonialiste exacerbé et qu’il faisait du colonialisme sans le savoir lorsqu’il écrivait « Ce peuple incapable d’être pur et dur » pour ensuite se repentir). 
Rithy Pahn lutte sontre les intellectuels comme Noam Chomsky, le héros intouchable, ou comme Alain Badiou, qui pensent que le génocide cambodgien, ce n’était pas si terrible que cela puisque c’était une lutte anti coloniale. Mais surtout, à propos des regrets d’Alain Badiou, le grrrrand philosophe qui ne se prend pas pour de la merdre, et qui a dit : « Je manquais d’informations. » ou « Je me suis trompé par manque de connaissances »… Comme le dit Rithy Pahn, comment un homme de cette qualité peut-il dire qu’il n’avait pas assez d’informations ? Soit on se met à douter de ce qu’il a écrit sur d’autres sujets (son champ réflexif académique), soit on se demande pourquoi il ne s’est pas tu. Les journalistes qui vont sur le terrain sont de plus en plus rares. Où est Joseph Kessel ? Où est Albert Londres ? 

L’émission sur la maladie d’Alzheimer est un modèle caricatural de ce qu’est le journalisme à la maison  au double sens du terme (comme on dit l’arbitrage à la maison), de l’absence de sens critique, de l’hospitalocentrisme, de l’autosatisfaction, du déni de la médecine générale, du disease mongering, de la psychologie de bazar et de la collusion entre le corps médical et les associations de patients (si éloignée de la médecine 2.0).
A Sainte Perrine tout est beau : La malade de 82 ans interrogée avec sa fille a un Alzheimer, joue au bridge, fait des mots fléchés et, comme dit la neurologue de Lille, avec les médicaments l’évolution sera lente. La fille de la malade nous apprend aussi que sa maladie est inscrite sur la carte de sécurité sociale (gloups !) mais que le diagnostic n’a pas été annoncé à ses petits-enfants. 
On apprend aussi qu’il n’y a pas un Alzheimer mais des Alzheimer et que seuls les grands experts sont capables de le savoir et pas ces khons de généralistes qui sont dans le déni de la maladie. 
On nous raconte l’histoire de ce patient de 47 ans où ce sont les neurologues (contre les psychiatres et les généralistes) qui ont fait le diagnostic. Mais aussi qu’à La Pitié ce sont les assistantes sociales qui demandent le 100 %, nous dit-on. Des assistantes sociales qui ne connaissent même pas le numéro de France-Alzheimer… Ce reportage est un grand n’importe quoi.

Heureusement que les neurologues sont là, les Ankri, les Leforestier, qui marquent leur territoire (cette dernière veut nous impressionner en nous parlant de l’Alzheimer qui peut être temporal et  frontal, non mais, c’est qui l’experte ?).
Grâce au docteur Nadine Leforestier nous comprenons ce qu’est la doxa des experts de l’Alzheimer : dépister le plus tôt possible une maladie incurable pour pouvoir prescrire aussi tôt que possible des anti Alzheimer (voir ICI pour ce qu’il faut penser de leur efficacité et de leurs effets indésirables), annoncer coûte que coûte le diagnostic au malade (je vous demande de lire ce que le docteur Leforestier dit, c’est effrayant, je cite : « Il n’y a plus d’indicible en médecine. La nomination d’un constat clinique doit se faire. Le faire de façon simple, humble, et cette ouverture donne un sens au suivi médical. Le fait de ne pas vouloir un diagnostic est un Droit des malades… mais le déni est très rare… on commence par dire le diagnostic et on analyse le déni…« ), accompagner, aider les aidants…

Je suis effrayé.

Nous apprenons aussi que le docteur Nadine Leforestier, spécialiste de l’Annonce, le fait pour des maladies encore plus graves (en regardant le net, cela doit être en cas de Sclérose Latérale Amyotrophique) et qu’elle en est fière. Nous sommes passés du paternalisme triomphant (on ne disait jadis rien au malade qui n’était pas capable de comprendre sa maladie) au néolibéralisme rawlsien dont je vous ai si souvent parlé ici où les individus, fussent des alzheimériens, sont des êtres de raison qui sont capables d’analyser et de comprendre en toute situation… Nous sommes passés du règne du silence au règne de la vérité avec toujours autant de bonne conscience : ces annonceurs (cela ne vous rappelle pas quelque chose dans le monde des affaires) ont toujours raison…
Nous apprenons aussi que le docteur expert tutoie la citoyenne présidente de France-Alzheimer 93. Le monde est petit. Cette citoyenne experte, et je ne nie en rien a priori son rôle dans l’aide des aidants, parle aussi de l’annonce et fait une comparaison avec le cancer… Elle dit combien les médecins généralistes sont dans le déni de la maladie et qu’ils devraient se fier aux vrais experts (voir ICI pour leur expertise), et la neurologue ajoute qu’il faudrait épauler ces pauvres médecins (voir LA ce que pense Philippe Nicot, un MG, des experts ou Louis Adrien Delarue, un MG, des institutions expertales : ICI). La neurologue experte oublie également une étude toulousaine parue dans le British medical Journal (ICI) qui indique que pour les patients atteints légèrement (mild) ou modérément (moderate) d’Alzheimer le suivi comparé de ces patients par les centres de mémoire et par les médecins généralistes ne montrait pas de différence significative à deux ans.
Evidemment ce Magazine de la rédaction de France-Culture ne parle pas de la controverse sur les médicaments, sur la diminution de leur remboursement pour cause d’inefficacité.

Big pharma, la neurologue experte de l’Annonce, la représentante d’une Association de patients, la disparition des médecins généralistes. C’est le résumé de la situation.

Cette émission de France Culture sur la maladie d’Alzheimer est une mauvaise émission.

Certains pourraient penser qu’il est incongru de mettre sur le même plan la clairvoyance de Rithy Pahn tout autant que son analyse et son oeuvre concernant le génocide cambodgien et les experts de l’Alzheimer mais il me semble que le courage intellectuel (ne parlons pas du courage physique qui est une autre affaire) n’est pas bien partagé. Sans compter l’intelligence.

 

Sources : Crânes au musée du génocide cambodgien : ICI

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, annonce, désinformation, France-Culture, RITHY PANH | Commentaires fermés sur Rithy Pahn et la maladie d’Alzheimer.