Archives de catégorie : Rhume

Progrès de l’abstention dans la rhino-pharyngite

Dans les années 1920, des pédiatres et radiologues américains notèrent que les nourrissons victimes de fortes rhino-pharyngites avaient un gros thymus.  Comme ils ne savaient pas à quoi servait cet organe voué à disparaître à l’âge adulte, ils proposèrent de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Abstention, médecine, otite, rhino-pharyngite, Rhume | Commentaires fermés sur Progrès de l’abstention dans la rhino-pharyngite

Et si Fillon avait raison sur le rhume mais pour de mauvaises raisons ?

Les déclarations (maladroites ou émanant de son inconscient libéral avancé) de François Fillon sur le rhume (alias le petit risque) ont entraîné des réactions outrées, des réactions incongrues, des réactions non argumentées, des réactions politiques (les adjectifs précédents peuvent encore servir, accolées à politiques), et cetera.

Nul doute que le rétropédalage du candidat à l’élection présidentielle (voir ICI), mais pas de celui choisi par la primaire de droite, est électoraliste mais, s’il est aussi peu fondé que ses propos précédents, il pose des questions fondamentales dont les habitués de ce blog sont au courant.
Le rhume nécessite une boîte de mouchoirs en papier.
Rappelons la vieille pochade : un rhume dure huit jours en général et… une semaine si l’on va voir son médecin.
Vous avez autre chose à dire ?
Voici les arguments des pro rhumes :
  1. Un rhume peut « descendre » sur les bronches
  2. Un rhume peut cacher une maladie grave
  3. Un rhume est un motif caché de consultation
  4. Un rhume est une demande d’arrêt de travail
  5. Un médecin aimant les histoires de chasse : « Jai un jour vu un rhume se transformer en infarctus à mon cabinet… »
  6. Un rhume peut en cacher un autre
  7. Un rhume peut enrhumer l’entourage, et cetera.
Convainquant ? 
Nous entendons à longueur de réseaux sociaux les médecins se plaindre de l’encombrement de leurs consultations par des citoyens qui ne sont pas vraiment malades, nous entendons ces plaintes en ville comme à l’hôpital, ces consultations et ces urgences surchargées qui feraient passer les vrais médecins à côté des vraies urgences ou des vraies pathologies.
Alors, le rhume ?
Il faut aller chercher le motif caché de François Fillon : les maladies graves, ou rendues graves par le marketing, seraient remboursées par l’Assurance maladie et, le reste, par les mutuelles privées. OK, mais n’est-ce pas exactement ce qu’a initié Marisol Touraine en obligeant les salariés à avoir une mutuelle (privée) pour le (petit) risque ?
Car, ne l’oublions pas, le lobby santéo-industriel parle la même langue de gauche et de droite (ou l’inverse) : favoriser la consommation de soins inutiles, coûteux et dangereux. A gauche on agite le mouchoir de la justice sociale et à droite celui de l’efficacité économique (vous me dites si je me suis trompé quelque part…). 
Un citoyen porteur de rhume consulte. Le médecin perd son temps (on me souffle dans l’oreillette qu’il pourrait mesurer sa pression artérielle, lui demander s’il est fumeur, s’il boit exagérément, s’il frappe sa femme, enfin, toutes les petites cases qu’il faut cocher pour être un « bon » médecin aware des problématiques modernes, et cetera) en le recevant, en lui demandant de l’argent et, surtout, en lui prescrivant quelque chose.
Le comité novlangue me demande déjà pourquoi je n’ai pas écrit « Un.e citoyen.ne » au lieu de… Zut. Parce que seuls les rhumes d’homme sont à prendre en compte, les femmes, je généralise, ne consultent pas pour un rhume, elles ont d’autres choses plus importantes à faire.
Le médecin généraliste prescrit donc, il faut bien qu’il justifie ses maigres 23 euro, plus s’il est filloniste et qu’il consulte un médecin généraliste secteur 2 (va pour 50 euro), mais on me chuchote à l’oreille que des non fillonistes, voire des hamonistes ou des montebourgeois, consultent aussi des généralistes secteur 2, voire 3. Il prescrit des « gouttes pour le nez » (les seules encore remboursées : pivalone), du sirop (on tousse toujours un peu), du doliprane. Mais il peut faire mieux : du rhinofluimucil, voire du derinox (le rhume à nez bouché) ou un dérivé de la pseudo éphédrine par la bouche (non recommandé par La Revue Prescrire), un sirop codéiné, de l’ibuprofène, de la lamaline, le choix est vaste. Sans compter les antibiotiques : « On ne sait jamais », « ça peut tomber sur les bronches », « chaque fois que vous me voyez pour un rhume ça se transforme en bronchite », « mon médecin, dans les rhumes, y me prescrit toujours du clamoxyl »…
On en reste à la boîte de mouchoirs en papier ?
Il y a aussi le pharmacien qui peut faire la même chose que le médecin généraliste (sans les 23 euro ou plus pour les fillonistes ou les non fillonistes – voir plus haut) avec des produits dans le même genre mais un peu plus chers et non remboursés… sans compter quelques granules, pas chères, mais des granules quand même. Mais sans antibiotiques. 
Il y a aussi les urgences, non, je ne plaisante pas, tout urgentiste vous dira qu’il a reçu des rhumes à deux heures du matin, et les urgentistes, dont ce n’est pas le métier, feront aussi mal que les médecins et les pharmaciens.
Il y aussi l’ostéopathe qui redressera la cloison nasale à l’origine du rhume.
Mais n’oublions pas l’association des patients enrhumés (APE-National) qui va hurler en affirmant que l’accès aux soins est largement entravé si le rhume n’est plus remboursé et que c’est la santé publique tout entière qui est menacée.
Voilà. On a trouvé l’éléphant dans le couloir : ce n’est pas le déremboursement du rhume qui pose problème, remontons en amont, c’est le fait que des concitoyens pensent qu’il faut consulter un médecin quand on a un rhume. Et a priori les médecins ne protestent pas pour certaines des raisons sus-citées et… pour protéger leur chiffre d’affaires.
Bon, on récapitule ?
L’instruction sanitaire nationale devrait dire et répéter à nos concitoyens que le rhume n’est pas grave et qu’il n’est pas nécessaire, justifié, raisonnable, de consulter pour cela.

Je livre ces concepts à votre attention :

  1. Médécalisation/démédicalisation
  2. Autonomie/hétéronomie
  3. Médicamentation/démédicamentation
  4. Santé publique/hygiène/médecine
  5. Bonne santé
  6. Maladie/symptôme
  7. Sur médicalisation/sur diagnostic/sur traitement
  8. Hypochondrie
J’en passe et des meilleurs.

Mais, cela dit, le « petit risque » (que le rhume ne résume pas) mériterait un long billet. Et les déclarations de François Fillon montrent assez combien quelqu’un qui est en campagne depuis trois ans se fie à des collaborateurs qui ne préparent pas leurs dossiers.
Les propositions Fillon 2017 sont LA. On voit que c’est du bla bla déjà entendu et lu cent fois et que la bonne idée du rhume ne s’est pas concrétisée. Il a d’ailleurs corrigé et caviardé en fonction des réactions à son incise rhumesque.
C’est dramatique.

Fillon s’est enrhumé tout seul.

(lien d’intérêt : je ne suis pas allé voté pour Fillon, ni pour personne, d’ailleurs, à la primaire de la droite)

Continuer la lecture

Publié dans FILLON FRANCOIS, médicalisation, PETIT RISQUE, Rhume | Commentaires fermés sur Et si Fillon avait raison sur le rhume mais pour de mauvaises raisons ?

Le grand test de l’été : quel médecin êtes-vous ?

Le temps a beau être un peu pourrave, c’est quand même l’été. L’année prochaine on vous vendra peut-être une ou deux techniques pour rentrer dans votre maillot de bain (ou au moins ne pas trop en sortir) et gommer le … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Annabelle Micheux, Autodiagnostic, Bagou, Balance bénéfice/risque, Bénévolat, Blagues de merde, Branleur, burn-out, céphalée, Chirurgie orthopédique, CHU, Dermatologie, Docteur dévoué, Doctissimo, Dr Grégory House, ECN, fiche, fin de vie, Immunosuppresseurs, industrie pharmaceutique, Mademoiselle Bigueboubze, Maguy de Michun, Maison Médicale de Garde, MEDECINE GENERALE, médecine libérale, migraine, Prescrire, psa, Quiz, Relation médecin-malade / soignant-soigné, remplaçant, Rhume, test, URGENCE, Vie du blog et miscellanées, Visiteur médical | Commentaires fermés sur Le grand test de l’été : quel médecin êtes-vous ?

Marc et sophismes

Perruche en Automne, dans cet excellent billet, présente les arguments fallacieux que les partisans des médecines alternatives utilisent pour défendre leur pratique. Un argument fallacieux, c’est un raisonnement faux. Un sophisme. Un argumentaire qui a l’air vrai, mais qui, si … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Après la thèse, Babar, Bagou, Balance bénéfice/risque, Café du commerce, cancer, Chantage, chimiotherapie, Choix, Corticoïdes topiques, Décision médicale partagée, Dépistage, Dermatologie, Eczéma, evidence based medicine, logique, MEDECINE GENERALE, Miel, Nature, Niveau de preuve moi-même, Pédiatrie, peur, Philosophie de comptoir, prostate, psa, Raisonnement, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Rhume, Sophismes, TMTC | Commentaires fermés sur Marc et sophismes

De la poudre aux yeux (2ème partie) : héroïne d’un jour

Résumé de l’épisode précédent : . Jeudi 29 novembre 2001, Marne-La-Vallée, Seine-et-Marne. 17H51 : A Disneyland Paris®©™, la parade lumineuse s’apprête à démarrer et Kevina, dans son uniforme de Cast member, s’emmerde ferme dans l’arrière-boutique du « Disney Magic Shopping Dreams of Princess®©™. » … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Al-Qaïda, alerte, Anthrax, APHP, Ariel, Astreinte, Bacillus anthracis, Banlieue, Bernard Kouchner, Bigdil, CHU, Continuité des soins, Dessicant, Disneyland Paris, DRASS, Écouvillon, Foutage de gueule, Guerre bactériologique, Histoire de patient, Infectiologie, internat, Jessifer, Kassandrine, Kevina, La Cité de la Peur, Loft Story, Mademoiselle Mangin, Oussama Ben Laden, Paranoïa, peur, pompiers, Princesse Sarah, protocole, Pyjama, réanimation, Rhume, SAMU, Secret médical, Selfie, Somalie, Terrorisme, Urgences, Val de Seine-Saint-Yvelines, Villefranche-sous-Bois, Virose | Commentaires fermés sur De la poudre aux yeux (2ème partie) : héroïne d’un jour

Il faudra un jour que je comprenne pourquoi une jeune femme de 27 ans consulte pour un rhume.

Cette phrase que j’avais écrite dans un dernier billet (ICI) a choqué une consoeur sur le Forum Lecteur Prescrire (LecteurPrescrire@yahoogroupes.fr) réservé aux abonnés de Prescrire mais où l’inscription est libre, sans rapports avec la Revue et où les propos ne sont pas modérés (dans les deux sens du terme). 

Cette question est fondamentale, selon moi, si l’on veut comprendre les enjeux de la médecine générale et de la médecine en général.
Il est nécessaire, bien entendu, de s’entendre sur les pré requis de mon propos avec lesquels ma consoeur est peut-être d’accord ou pas d’accord.
  1. Excès de médicalisation de la vie (un pet de travers mérite une consultation)
  2. Excès de médicalisation des symptômes (un rhume « guérit » tout seul en une semaine et en huit jours après consultation d’un médecin)
  3. Excès de prescriptions inutiles (un symptôme, un ou des médicaments)
  4. Excès d’arrogance médicale (profiter de ce rhume pour parler d’autre chose)
  5. Excès de dramatisation de la santé (si vous avez un cor au pied, consultez vite votre médecin)
  6. Excès de recherche de la bonne santé (l’hédonisme comme principe de la vie)
  7. Excès de réquisition des médecins pour des faits banals  de l’existence (désamour, panne d’oreiller, rupture…)  
Cette jeune femme a pris rendez-vous parce qu’elle était gênée par son rhume. Elle ne venait pas non plus pour me demander un arrêt de travail (c’est pour répondre à l’objection classique de ceux qui pensent que le médecin généraliste est un distributeur automatique d’arrêts de travail, ce qui, parfois, n’est pas tout à fait faux).
Ma consoeur argue que le médecin généraliste ne peut pas faire que de la « grande » médecine et que c’est là le « charme » de notre exercice que de recevoir ce type de malades. Elle dit également que si l’on ne reçoit plus les malades qui ont un rhume la suppression des médecins généralistes est prévisible.
Encore une fois, et ma consoeur le sait aussi bien que moi, la pratique de la médecine générale signifie longitudinalité de l’action (sans compter la rare transversalité : faire des points de suture ou voir une fois un malade que l’on ne reverra plus) et donc, je mets un millier de guillemets « éducation » du citoyen.
La patiente à rhume n’a rien à faire dans mon cabinet.
Je persiste.
Cela ne signifie pas : Délégation des tâches. Cette délégation des tâches me rend fou. Le champ de la médecine étant de plus en plus vaste et les médecins refusant de le dire, ils se débarrassent de ces tâches prétendument subalternes sur des tâches (mais ils ne le disent pas, ce n’est pas correct socialement, ils disent les merveilleuses infirmières et aides-soignantes qu’ils méprisent toute l’année en leur laissant les tâches subalternes)… 
Prenons l’exemple de la mesure de la Pression Artérielle. Le rêve de tout médecin qui-a-fait-huit-ans-d’étude c’est de ne plus avoir à la mesurer. Et de citer les merveilleux cabinets de médecine générale du Royaume-Uni avec secrétariat, infirmières, aides-soignantes, assistantes sociales, démonstratrices de prise de ventoline, rendus possibles grâce au NHS tout puissant où une paramedic mesure la PA avant que le médecin du haut de sa splendeur ne fasse le diagnostic d’HTA ou ne renouvelle le traitement anti hypertenseur ou ne le modifie. Les automesures sont arrivées : le patient intériorise sa maladie ou sa prétendue maladie et rend son anxiété plus ou moins palpable… La délégation des tâches est passée du médecin à l’infirmière et s’est retrouvée chez le patient. Des études montrent certes que la prise de PA répétée par des infirmières diminue les chiffres de PA et le nombre d’hypertendus potentiels détectables par les médecins (mais les nouvelles recommandations européennes dont je ne vous donne pas le lien tant je n’ai pas envie de leur faire de la publicité, abaissent encore les objectifs tensionnels, la différence entre non hypertendu et patient mort régressant comme peau de chagrin, recommandations, comme vous vous en doutez, qui ont été rédigées par des experts non pas dénués de liens d’intérêts, on sait que seuls les experts invités dans les congrès et prêtant leur nom à des articles qu’ils n’ont pas écrits sont de vrais experts connaissant la question, mais des experts tellement pétris de liens d’intérêts qu’ils sont incapables de se rappeler qui les a nourris) mais aussi que la prise répétée de la PA augmente le nombre des médicaments anti-hypertenseurs prescrits. On voit que rien n’est simple et que dans l’auberge espagnole appelée également traitement de l’Hypertension, chacun peut apporter ses croyances, ses normes et ses traitements. Il existe même, désormais, ce sont les hypertensiologues qui l’ont créée (on remarque que plus les médecins se spécialisent et plus la conscience de leur ridicule s’éloigne d’eux) une consultation d’annonce pour l’hypertension ! Et je me rends compte que ce n’est pas récent : cela avait dû m’échapper en décembre 2012 : je dois m’y mettre. Nul doute que cette consultation d’annonce sera au programme du futur ECN, catégorie rigolade.
Mais la délégation des tâches, c’est aussi le credo de l’Eglise de Dépistologie. C’est pourquoi les pharmaciens, dont les syndicats doivent être très forts par rapport aux nôtres (ils ne perdent pas d’argent en vendant des génériques, par exemple), voient le champ de leurs compétences élargi : surveillance de l’INR (on comprend immédiatement le lien d’intérêt : compenser par le paiement d’une surveillance jusque là gratuite effectuée par le médecin généraliste le manque à gagner de la non prescription par ces mêmes médecins des Nouveaux Anti Coagulants, appelés NAC, qui n’ont pas besoin de surveillance, on ne rit pas, et qui sont très chers et rapporteront une marge plus importante aux pharmaciens… Si vous ne me suivez pas, demander à votre gériatre préféré qu’il vous prescrive une IRM pour savoir si vous ne couvez pas un Alzheimer), dépistage du diabète, des maladies cardiovasculaires, de la grippe, des angines à streptocoques, et cetera (voir ICI et LA).
Revenons à notre consoeur.
Quest-ce que risque cette jeune femme de 27 ans, hormis le désagrément d’être enrhumée ? Une septicémie ? Une déviation de la cloison nasale ? Passer à côté d’une allergie ? 
En passant chez le médecin elle risque surtout qu’on lui prescrive du Derinox ou du Rhinadvil.
En passant chez le pharmacien elle risque qu’on lui prescrive de l’Aturgyl ou de l’Actifed.
Voilà.
Un dernier point sur la médecine générale longitudinale : je dis à ma patiente et dès son plus jeune âge, ou je le dis à ses parents, qu’un rhume ne mérite pas une consultation, qu’un rhume se soigne tout seul, qu’elle achète des mouchoirs en papier et qu’avec un peu d’eau de mer cela devrait aller mieux. Et le Nombre de Malades A Ne Pas Traiter (NMNT) va augmenter : voir ICI. N’est-ce pas le but de la médecine générale en ces temps de sur consommation tout azimuts ?

Bon, à ce moment, j’envoie le texte à ma consoeur pour lui demander, d’abord, si elle accepte que je publie sa participation involontaire et, ensuite, si elle a des commentaires à faire et / ou si je peux publier le billet tel quel. Elle me répond longuement et me dit que le jour où elle a lu le billet elle a vu des malades lourds et éprouvants et qu’elle n’a en revanche pas vu de rhume. Et qu’elle n’aimerait pas que les politiques pensent (mais ils le pensent déjà) que la médecine générale, c’est le rhume.
Bon, elle a accepté.
Et vous, que pensez-vous du mystère humain qui fait qu’au vingt-et-unième siècle, une jeune femme de 27 ans consulte pour un rhume ? C’était la question de Ch M.

Continuer la lecture

Publié dans DE MEDICALISATION, DELEGATION DES TACHES, Rhume | Commentaires fermés sur Il faudra un jour que je comprenne pourquoi une jeune femme de 27 ans consulte pour un rhume.

Maladite

Les gens, quand ils sont malades, ils aiment avoir un beau diagnostic. Si ce n’est pas un mot compliqué, si ça ne provient pas du grec ou du latin, si ça ne finit pas en « ite » et que ça ne contient pas assez de « h » ou de « y », ça […] Continuer la lecture

Publié dans Charlatans, Copains dessinateurs, Idées reçues, idées fausses, La consultation du Dr Borée, Rhinopharyngite, Rhume, Vocabulaire médical | Commentaires fermés sur Maladite

Fiche info-patient: que faire en cas de rhume ?

La patience, un des meilleurs traitements du rhume… La fiche au format Word: LIENS – Lavage de nez du nourrisson : sur la viedebebe.com -Décongestionnants de la sphère ORL renfermant […] Continuer la lecture

Publié dans Infectiologie, INFO PATIENTS, ORL, pharyngite, prévention, rhino, Rhinopharyngite, Rhume, Thérapeutique, traitement | Commentaires fermés sur Fiche info-patient: que faire en cas de rhume ?

Fiche info-patients :comment se protéger des infections virales respiratoires

La saison des rhumes bat son plein et les salles d’attentes se remplissent.   A la question « comment faire pour ne pas tomber malade? » ou « comment éviter de transmettre ma […] Continuer la lecture

Publié dans BRONCHIOLITE, bronchite, grippe, Infectiologie, infection respiratoire, INFO PATIENTS, ORL, Pneumologie, prévention, Rhinopharyngite, Rhume | Commentaires fermés sur Fiche info-patients :comment se protéger des infections virales respiratoires

Le cordonnier aussi s’enrhume.

Je m’occupe de Léa depuis le désir de grossesse de ses parents. Je ne me souviens pas qu’il y ait eu de soucis particuliers pendant cette première étape intra-utérine, c’était  un bébé très attendu. Elle a franchi la ligne d’arrivée à temps et en parfaite santé. Ses tous premiers mois furent exemplaires, mis à part […] Continuer la lecture

Publié dans chaussons, cordonnier, dermoïde, histiocytose, Histoire de la maladie, kyste, OBSERVATION, pieds, Rhume | Commentaires fermés sur Le cordonnier aussi s’enrhume.