Archives de catégorie : professionnalisme

Médecine et société : le monde moderne (et ancien).

1

On me raconte l’histoire suivante : un patient (très âgé) est hospitalisé pendant deux jours dans une clinique privée pour pose d’un pace-maker après un diagnostic (brillant) fait sans ECG par sa fille médecin. Tout se passe merveilleusement. Le jour de la sortie le chef de service passe dans la chambre. « Tout va bien ? » La fille du patient : « Heu, il commence à avoir des escarres. – Il n’a qu’à se lever. – Il porte une sonde urinaire. -Mais il y a longtemps qu’elle aurait dû être enlevée… » 
Le chef de service et la fille (médecin) du patient qui écoute parlent de choses et d’autres, la chambre de clinique située à côté du local de repos du personnel, la chambre du patient où l’on entrepose dans un coin du matériel et où le personnel soignant non médecin vient se servir sans un regard et sans un mot pour le patient, et cetera. 
La fille du patient conclut : « Vous êtes un excellent cardiologue mais un exécrable médecin. »

2

(Jonathan Nossiter est un type curieux, il écrit des livres, il tourne des films et il boit du vin. Je vous conseille de lire, si vous aimez le vin, un livre de lui (Le goût et le pouvoir) et de regarder deux films, Mondovino où il démonte le système Parker et La résistance naturelle où il vante les vins naturels (je n’ai pas dit bio))

Quoi qu’il en soit, il nous raconte l’histoire suivante : il va manger dans un restaurant tenu par un chef célèbre et à la mode. Nossiter est connu, il a pris une réservation à son nom. Il observe, il mange, il boit. Le chef sort de sa cuisine pour dire bonjour à la salle et vient parler à Nossiter : « Alors, c’était comment ? » Nossiter a observé, a mangé, a bu. Il répond ceci : » Tu es une excellent cuisinier mais un médiocre restaurateur. » Il voulait dire : accueil sans chaleur, désinvolture dans le service, peu d’intérêt pour le client. La cuisine du chef suffira.

3
Le patient  a rendez-vous à 8 heures 30 à la consultation de chirurgie viscérale d’un grand hôpital parisien. Il arrive à 7 heures et demie, il est le premier et la dame de la caisse lui dit que la consultation commence effectivement à 8 heures 30. Le chirurgien arrive à 9 heures. La salle d’attente est pleine et le patient sait pourquoi : tout le monde avait rendez-vous à 8 heures 30 ! Le chirurgien regarde une jeune femme qui est assise et qui est arrivée bien après notre patient et lui dit de le suivre. Sans explications.
Ce n’est pas le monde moderne, c’est encore le monde ancien : quand j’ai commencé les consultations de chirurgie à l’hôpital Cochin en 1977, tout le monde avait déjà rendez-vous à la même heure.

4
Un patient se fait enlever en ambulatoire une formation cutanée pour lequel son médecin traitant lui a parlé d’une très infime possibilité de cancer. C’est le dermatologue à qui il a été adressé qui officie dans son chic cabinet parisien.
Ambiance cosy mais agitée (beaucoup de monde).
Le patient demande au dermatologue de lui expliquer ce qu’il pense de la tumeur après l’ablation. Le dermatologue : « Je n’ai pas le temps. » Le patient : « Vous n’avez pas le temps ? – Non, on verra cela après. – C’est cancéreux ? » Le dermatologue s’en va sans répondre.
L’infirmière le conduit au comptoir pour payer. Il dit : « Je n’ai pas le temps de payer. On verra cela après. Au revoir. »
Quelque temps après il reçoit une note d’honoraires à son domicile (son médecin traitant l’a prévenu qu’il avait reçu l’anapath et que ce n’était pas cancéreux). Il n’y fait pas attention. Il est toujours en colère.
Quelque temps après sa femme reçoit une note d’honoraires le concernant.
Cette fois il écrit un courrier au dermatologue lui disant 1) qu’il ne paierait pas tant qu’il n’aurait pas reçu d’explications ; 2) qu’il pensait que le dermatologue avait rompu le secret médical en envoyant une note d’honoraires à sa femme ; 3) qu’il allait porter plainte au Conseil de l’ordre.
Plus de nouvelles.

C’était : Histoires avec paroles.

N’oubliez pas : l’alcoolisme tue.

;

Continuer la lecture

Publié dans empathie, MONDE MODERNE, Patients, professionnalisme | Commentaires fermés sur Médecine et société : le monde moderne (et ancien).

De l’importance de bien choisir sa secrétaire

Ça fait des années que ma secrétaire travaille au cabinet médical. Elle était là avant moi. Elle est gentille, a envie de bien faire, est sensible à la détresse des gens. Alors comment lui dire que ce n’est plus possible? Que … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cabinet médical, médecine libérale, professionnalisme, secrétaire médicale, Un peu de tout | Commentaires fermés sur De l’importance de bien choisir sa secrétaire