Archives de catégorie : Pfizer

COVID-19: Quelques précisions et quelques questions sur les deux premiers vaccins

En peu de temps, deux compagnies auront annoncé des premiers résultats concernant la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus à l’origine de la COVID-19. Le moment de faire un point sur ces annonces et de préciser certains points. … … Continuer la lecture

Publié dans BionTech, coronavirus, COVID-19, MALADIES INFECTIEUSES, Moderna, mRNA, Pfizer, SARS-CoV-2 | Commentaires fermés sur COVID-19: Quelques précisions et quelques questions sur les deux premiers vaccins

Au coeur de la corruption.

Il n’est pas un jour où des informations ne viennent montrer, démontrer et confirmer que la corruption est au centre du système mondial de la santé.

La publication dans le British Medical Journal (on ne dira jamais assez l’importance de ce journal dont on peut critiquer ici ou là la politique éditoriale) de l’étude 329 revisitée (LA), c’est à dire rétablie dans sa véracité, est démonstrative de tout ce qui est fait (cacher, tricher, modifier, interpréter) pour promouvoir des médicaments dangereux dans le seul but de faire de l’argent.  Prenez le temps de lire des commentaires d’une grande pertinence : LA. Mais le nom des laboratoires Servier n’apparaît pas. Il s’agit de Glaxo qui a payé 3 milliards de dollars pour cette fraude alors que la molécule est toujours commercialisée… et continue d’être promue et de gagner des parts de marché.

Je pourrais aussi vous parler d’un article du JAMA qui a été publié puis rétracté alors qu’il s’agissait  de malades fictifs : les patients fantômes recherchés par les attachés de recherche clinique. Le commentaire est LA et l’article ICI. Mais le plus surprenant dans tout cela, et les défenseurs de l’industrie ne pourront manquer de s’en réjouir et de le faire savoir, c’est qu’a priori cette étude n’était pas sponsorisée et qu’elle concernait une molécule tombée dans le domaine public et valant trois francs six sous. Certains chercheurs n’ont même pas besoin qu’on les corrompe puisqu’ils sont spontanément ouverts à la corruption. Même sans les laboratoires Servier.

Les laboratoires Pfizer ne sont pas en reste (j’ai déjà raconté les histoires de ce merveilleux laboratoire) avec une affaire récente concernant la pregabaline (voir LA). Mais Pfizer est habitué à des procès retentissants avec une amende de 2,3 milliards de dollars pour bextra en 2009 (LA) ou l’utilisation d’enfants nigerains pour ses essais cliniques (ICI).

Le Manifeste des 30 (j’avais pensé de façon naïve qu’il s’agissait des 30 dernières victimes du Mediator non indemnisées par Servier) initié par Irène Frachon pour défendre les victimes du Mediator (cf. supra) mais surtout pour boycotter les laboratoires Servier et leurs dépendances (il eût d’ailleurs été pertinent de citer quels sont les laboratoires, officines, groupes, firmes, sous-groupes, sous-firmes, sous-officines, qui font partie du groupe et de donner les noms de tous les médecins qui, officiellement, ont reçu de l’argent du groupe depuis, disons, cinq ans) a été signé initialement (les 30 platinum signataires) par des gens qui ne sont pas libres de liens d’intérêt ou qui les revendiquent comme tels.
Ce Manifeste est, toutes chose égales par ailleurs, une entreprise (inconsciente pour les uns et consciente pour les autres) de blanchiment de l’industrie pharmaceutique sauf Servier, au même titre que Servier a tenté (avec succès en France) de blanchir le benfluorex de son péché originel fenfluraminique.
On connaît par coeur les arguments des collaborateurs universitaires ou non de big pharma. Ils ont des éléments de langage tout prêts. 
  1. Il n’y a pas de recherche en médecine sans la participation de l’industrie
  2. Si l’industrie nous demande de travailler avec elle c’est que nous sommes les meilleurs de la profession
  3. Notre parfaite connaissance de notre domaine de compétence nous permet d’influencer la recherche et ses orientations
  4. Nous sommes très mal payés et nous avons besoin de subventions pour nous déplacer dans les congrès internationaux ou nationaux
  5. Nos services sont très mal dotés et les « caisses noires » nous permettent d’acheter du matériel, voire d’informatiser notre service et/ou de permettre de subventionner de jeunes chercheurs.
  6. L’argent de l’industrie nous permet de porter la bonne parole dans les réunions de formation médicale continue
  7. Nous sommes indépendants et l’argent que nous touchons ne modifie en rien notre jugement
  8. La doctrine Bruno Lina (et désormais Arnaud Danchin) : manger à tous les rateliers garantit l’intégrité. Trop de corruption tue la corruption.
Il ne s’agit pas de condamner a priori l’industrie mais de se donner les moyens de contrôler son activité et notamment la sincérité des essais cliniques tant dans leur conception (design), dans leur mise en place et leur suivi (reporting), que pour l’analyse des résultats (open data) et que pour la rédaction des articles.
Au niveau européen (EMA), tout est fait dans l’autre sens, c’est à dire celui de la dévolution aux industriels des contrôles de leur propre activité.
Quant au reste, la corruption généralisée de l’appareil d’Etat, il est encore possible d’agir mais il faudrait une volonté politique claire. 
La sincérité des membres des agences gouvernementales françaises est largement remise en cause quand on découvre les officiels liens d’intérêt qu’ils entretiennent avec les industriels dont il décide la commercialisation des produits, leur prix et la façon dont ils doivent être recommandés.
Mais, à moins de définir des politiques publiques de façon concertée et démocratique, volontaristes et incitatives, il ne sera plus jamais (dans un avenir prévisible) possible d’influer sur la stratégie des grands groupes pharmaceutiques dans le domaine de la recherche. 
Il ne restera aux agences gouvernementales (et les données récentes concernant l’agence américaine, la FDA, 96 % des nouvelles molécules sont approuvées en 2014, sont extrêmement alarmantes sur sa possibilité de résister aux sirènes de big pharma, voir ICI, sans compter le CDC d’Atlanta dont les prises de position ces dernières années ont toujours été en faveur de l’industrie) que le contrôle a posteriori mais les moyens de l’effectuer ne sont pas fournis.
L’étendue de la corruption initiée par le lobby santéo-industriel est telle (je n’ai pas parlé de la corruption des professeurs qui délivrent l’enseignement dans les facultés, scandale absolu) et le degré d’innocence (?) des médecins est tel que je ne vois pas d’autres solutions que le pourrissement de la situation : la médecine va sentir le pyo pour de très nombreuses années.

Continuer la lecture

Publié dans corruption, GSK, MANIFESTE, Pfizer | Commentaires fermés sur Au coeur de la corruption.

Entre Viagras® et fatalité : la sérendipité

Bonjour Aujourd’hui, sérendipité. Dans le dernier cahier Livres de Libération Robert Maggiori ne nous dit pas vraiment ce qu’elle est. Mais il écrit qu’elle  n’est pas aussi simple que ce qu’en a dit un jour le célèbre médecin américain Julius H. Comroe :  «Chercher une aiguille dans une botte de foin. Et y trouver la fille […] Continuer la lecture

Publié dans Armand Colin, Editions du Seuil, Gallimard, libération, Maxim's, Nutella, Pfizer | Commentaires fermés sur Entre Viagras® et fatalité : la sérendipité