Archives de catégorie : OSTEOPATHIE

Doctolib et ostéopathie : les nouvelles représentations collectives de la santé.

Doctolib et l’ostéopathie, c’est les GAFAM et la magie noire.Les citoyens de « ma » patientèle » (il ne s’agit pas d’un sondage, seulement d’une impression personnelle, à partir d’entretiens non sociologiques non programmés) et de mon entourage familial e… Continuer la lecture

Publié dans DOCTOLIB, GAFAM, OSTEOPATHIE, REPRESENTATIONS COLLECTIVES DE LA SANTE | Commentaires fermés sur Doctolib et ostéopathie : les nouvelles représentations collectives de la santé.

La fin de l’histoire pour la médecine générale. Histoire de consultation 161.

Monsieur A, 56 ans, est venu consulter pour un torticolis.

Je l’examine, il est raide, douloureux, il a un torticolis unilatéral qui touche volontiers les chefs mastoïdien et cléioidien du sternocléidomastoïdien. Et un peu le trapèze. 
Je lui demande comment cela s’est passé. Il faisait du jardinage et en portant un pot…
Il me dit également, en se rasseyant, qu’il a consulté lundi un ostéopathe sur les conseils de l’un de ses collègues de travail.
La lettre que m’a adressé ce nouvel ostéopathe lors de son installation était un poème : il traite tout. A part peut-être les cancers et la schizophrénie.
Monsieur A vient ce mercredi pour obtenir 1) des médicaments (l’ostéopathe n’est pas médecin) et notamment de la pommade saint-bernard conseillé par notre spécialiste ; 2) un arrêt de travail ; 3) ses médicaments habituels (puisqu’il était là) et, last but not least, parce qu’il n’a pas été soulagé par la séance non remboursée de l’ostéopathe.
« Vous avez pris quelque chose ?
– Je suis allé acheter de l’ibuprofène chez le pharmacien.
– Chez votre pharmacien habituel ?
– Oui. Pourquoi ? »
Nous sommes passés dans un autre monde.
Jadis, les patients nous demandaient notre avis après qu’on les avait vus, soit aussitôt, soit quelques jours après pour savoir s’il était nécessaire d’aller consulter un ostéopathe.
Puis les patients nous ont demandé de leur prescrire des séances de kinésithérapie qui leur prmettaient d’obtenir une séance gratuite chez l’ostéopathe.
Puis encore, dans le cadre du parcours de soins, deleur rédiger une lettre pour qu’ils puissent aller voir un ostéopathe.
Maintenant ils vont voir l’ostéopathe de leur propre chef, paient en moyenne 50 euro, et viennent chez nous, les médecins généralistes, pour le service après vente de l’ostéopathie.
Nous sommes passés dans un autre monde.
Le torticolis n’est plus une affection de médecine générale mais un produit d’appel de l’ostéopathie comme le lumbago, le doigt tordu ou l’entorse.
Vous me direz : c’est tout bénéf puisque cela va désengorger les salles d’attente…
Pourquoi pas ?
Mais l’histoire n’est pas tout à fait finie puisque le patient est allé voir « son » pharmacien qui lui a délivré de l’ibuprofène.
Le pharmacien aurait pu jeter un oeil sur son écran radar, mais peut-être ne l’a-t-il pas fait, l’ibuprofène a été vendu sur le comptoir puisque le patient ne m’a pas fait marquer la boîte sur son ordonnance, et il aurait pu remarquer que le patient qui vient chercher ses médicaments tous les trois mois, c’est ce que m’indique mon ordinateur, est en arythmie par fibrillation auriculaire et qu’il est traité, par mes soins, par de la coumadine.
Nous sommes passés dans un autre monde. Pas plus de parcours de soins que de beurre en broche. La rebouto-ostéopathie, à force de passer sur les plateaux télévisés, est devenue une spécialité comme les autres. Le pharmacien qui, il est vrai, ne supervisait pas l’INR de ce patient, a délivré inconsidérément  un anti inflammatoire non stéroïdien à un patient de sa patientèle sans même regarder ce qu’il prenait comme médicament.
Nous sommes vraiment passés dans un autre monde.
Comme j’étais mal luné (la face cachée) je ne lui ai pas refait son ordonnance et lui ai demandé, puisqu’il devait faire un INR vendredi, de compléter son bilan et de revenir me voir après (il avait des réserves).
Je nelui ai pas demandé de changer de pharmacien.
Je n’ai pas prescrit de baume saint-bernard.
Je vous rappelle que j’ai déjà écrit sur les ostéopathes et leur rôle magique sur le versant nourrissons : ICI et LA. Que j’ai aussi parlé de l’INR chez le pharmacien : ICI.

Continuer la lecture

Publié dans DISPARITION DES MEDECINS GENERALISTES, INR, MEDECINE GENERALE, OSTEOPATHIE, pharmaciens | Commentaires fermés sur La fin de l’histoire pour la médecine générale. Histoire de consultation 161.

Nous marchons sur la tête. Histoire de consultation 142.

Le jeune A, 5 mois et 7 jours, est amené en consultation par sa jeune mère et sa jeune grand-mère parce qu’il tousse.
C’est la première fois que j’aperçois A et cela fait bien cinq ans que je n’ai pas vu la jeune mère (qui avait 13 ans à l’époque) et la jeune grand-mère qui a aujourd’hui 41 ans. Ils ont déménagé dans un département voisin où, m’a-t-on dit plusieurs fois, les médecins se font rares et ne veulent pas accueillir de nouveaux patients.
A ressemble beaucoup à son oncle, qui a 16 ans, même forme de visage, même forme de crâne.
J’entre la carte vitale dans le sabot et je crée automatiquement le nouveau dossier.
Le gamin est très coopérant, il se laisse manipuler, déshabiller, examiner, il sourit et l’auscultation retrouve quelques sibilants, le rythme respiratoire est normal, les tympans sont parfaits et la gorge est dans le même métal. Je ne parle pas du tonus, je le prends et il est droit comme un i, toujours aussi  peu effarouché et je note tout cela dans le carnet de santé qui, de loin et dans le brouillard, a l’air rempli. La jeune mère a surtout envie que je pèse et que je mesure son enfant. Je l’interroge sur les éventuelles régurgitations la moquette, les doudous dans le lit, le vieil interrogatoire des « allergiques » et des « reflueurs »
Je signale aux deux femmes que le port de tête de A indique qu’il a un petit torticolis (on me l’a dit, on nous l’a dit) et qu’il existe une (petite) plagiocéphalie (qui me rappelle celle de l’oncle). Je l’écris dans le carnet et je donne quelques conseils classiques (position de couchage en fonction de la forme de la plagiocéphalie, mouvements de décontraction du cou avec ébauches de roulade, et cetera) avant d’entendre la jeune grand-mère me demander : »Ce n’est pas la peine d’aller voir un ostéopathe ? » et cela me rappelle furieusement une autre consultation de nourrisson qui m’avait laissé un mauvais goût dans la bouche (ICI). Je lui donne ma position sur l’ostéopathie, ce que d’aucuns appelleraient un avis d’expert, et j’entends dire la jeune mère, qui travaille comme vendeuse à La Grande Braderie et dont le compagnon (je l’apprends après mais je le dis tout de suite) est à la recherche d’un emploi… que, de toute façon, à 50 euro la consultation non remboursée, ce n’était pas possible…
Bon.
Je mesure A, je le pèse sur ma (vieille) balance de bébé non électronique (un conseil : manipulez vous même le nourrisson et ne le confiez pas à la maman ou au papa pour le déposer sur le plateau : dans le premier cas le bébé ne pleure pas et, dans le second, il pleure…) et je tourne les pages des vaccins : l’enfant n’a aucun vaccin !
Je regarde la jeune mère, la jeune grand-mère, je feuillette le carnet où je vois le cachet d’un médecin généraliste et celui d’un pédiatre… et, de ma voix calme d’hypocrite absolu : « Comment se fait-il que A n’ait pas été vacciné ? » La jeune mère regarde la jeune grand-mère qui me regarde : « Le médecin généraliste que nous consultons n’a pas eu le temps de les faire et il a dit, la dernière fois, que ce n’était pas pressé. »
Le monde à l’envers.
Il se trouve que je connais de nom le médecin généraliste (c’était dans une autre vie) et, à moins qu’il se soit laissé tenter par une secte anti vaccin, je ne me le rappelais pas d’un anti conformisme absolu : il était plutôt je fais tout dans les règles.
« Et la pédiatre, il n’a pas vacciné ? » osais-je. La grand mère : « Elle était surtout préoccupée de nous envoyer chez l’ostéopathe… »Moi : « Ah bon ? – Oui, elle nous a dit que si nous ne faisions rien A pouvait avoir des problèmes de développement neurologique. – Hum. – Je lui ai parlé de ma fille qui avait eu le même genre de déformation et qui n’avait pas eu de problèmes et elle m’a dit ‘Oui, mais les filles, cela se remet mieux’ et je lui ai parlé de mon autre fils… et elle n’a plus rien dit » 
Voilà pourquoi A ressemblait à son oncle : c’était la plagiocéphalie… Et, effectivement, à l’époque, j’avais beaucoup hésité à le faire consulter un pédiatre de l’hôpital… C’était il y a 16 ans… Il aurait peut-être échappé à l’ostéopathe…
Nous nous réinstallons de part et d’autre de mon bureau et je note cette fois dans l’ordinateur ce que j’ai écrit dans le carnet de santé… Je suis sur le point de rédiger l’ordonnance des vaccins quand la jeune mère me dit qu’elle les a déjà mais qu’elle ne les a pas apportés car son bébé toussait.
Rien n’est simple.
Au moment de payer et pendant que je vois la jeune grand-mère (qui est ouvrière d’usine) sortir son carnet de chèques je leur dis que ce n’est pas la peine, que je me ferai payer en consultation de nourrisson. 
La jeune mère n’en revient pas.
Il est possible que les problèmes financiers l’aient fait reculer pour certaines consultations, même remboursées.
J’ai fini par leur donner deux adresses de médecins situés dans leur coin en leur disant qu’ils pouvaient  se recommander de moi.
(Illustration : à partir d’un blog parlant de déformations délibérées des têtes dans les civilisations pré colombiennes pour des raisons culturelles et familiales : ICI)

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, MEDECIN TRAITANT, OSTEOPATHIE, PEDIATRE, VACCINS | Commentaires fermés sur Nous marchons sur la tête. Histoire de consultation 142.