Archives de catégorie : opiacés

Quelques brèves nouvelles désabusées sur l’Etat de la médecine.

L’Etat de la médecine.

1. Les recommandations en cancérologie sont biaisées (aux Etats-Unis d’Amérique)

Cancer treatment guidelines produced by the US NCCN are often based on low quality evidence or no evidence at all, concludes study.
Une étude conclut que les recommandations thérapeutiques produites par le NCCN (National Comprehensive Cancer Network américain) sont souvent fondées sur des preuves de faible qualité ou sans preuves du tout.


L’article est ICI.

En consultant le site de la NCCN, page d’accueil, on comprend combien cette organisation est big Onco dépendante. Cela donne le tournis. Et ce, d’autant plus que ces recommandations ouvrent le droit aux remboursements par les mutuelles.

Je reproduis une partie de l’abstract et l’article est en accès libre.

Results 47 drugs initially approved by the FDA between 2011 and 2015 for adult hematologic or solid cancers were examined. These 47 drugs were authorized for 69 FDA approved indications, whereas the NCCN recommended these drugs for 113 indications, of which 69 (62%) overlapped with the 69 FDA approved indications and 44 (39%) were additional recommendations. The average number of recommendations beyond the FDA approved indications was 0.92. 23% (n=10) of the additional recommendations were based on evidence from randomized controlled trials, and 16% (n=7) were based on evidence from phase III studies. During 21 months of follow-up, the FDA granted approval to 14% (n=6) of the additional recommendations.

Quand on connaît déjà la facilité avec laquelle la FDA accorde ses AMM…

Mon désir d’être bien informé est en ce moment en désaccord avec mon désir de rester  sain d’esprit.

2. Les patchs de lidocaïne hors AMM ne sont pas efficaces

L’utilisation de patchs de lidocaïne à 5 % dans les douleurs neuropathiques n’a pas fait la preuve de son efficacité dans des essais contrôlés. Voir Cochrane : LA.

Je suis cependant surpris par la conclusion de Cochrane (en 2014) :

This review found no evidence from good quality randomised controlled studies to support the use of topical lidocaine to treat neuropathic pain, although individual studies indicated that it was effective for relief of pain. Clinical experience also supports efficacy in some patients. Several large ongoing studies, of adequate duration, with clinically useful outcomes should provide more robust conclusions about both efficacy and harm.

Peut-on encore écrire (en 2014) que l’expérience clinique (i.e. le doigt mouillé) et des études particulières (i.e. non contrôlées, avec petit effectif, sans validité statistique) puisse « supporter » l’efficacité d’une molécule chez certains patients ?  Il s’agit a) de l’effet placebo (jusqu’à preuve du contraire), b) de publicité pharmaceutique. Quant à l’argument souvent entendu, souvent répété, puisque cela soulage certains de mes patients (effet placebo), il ne faut pas hésiter à tenter le traitement, c’est un niveau de preuve équivalent à celui des partisans de l’homéopathie. 
Je ne saurais trop vous rappeler que la revue Cochrane n’est pas un texte sacré. Qu’il est encore et toujours possible (et nécessaire) de la critiquer et de ne pas être d’accord avec elle. C’est pareil, bien entendu, pour La Revue Prescrire.

3. L’efficacité de la vaccination anti grippale est très (très) problématique chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Formulons ceci de façon prudente en nous fondant sur les données actuelles de la science : Selon une revue Cochrane il n’existe pas encore d’éléments convaincants (i.e. des essais contrôlés de bonne qualité) pour affirmer que la vaccination anti grippale sauve des vies chez les personnes de plus de 65 ans.

Article Cochrane : LA. Cet article est une mise à jour d’une analyse publiée en 2010 (!) que les autorités santéales et politico-santéales des différents pays industrialisés (sauf la Pologne) n’avaient pas cru bon de prendre en compte pour des raisons qui ne sont pas seulement celles de la corruption financière. Nous pouvons en identifier un certain nombre d’autres (sans espoir d’être exhaustifs) : bêtise crasse, dissonance cognitive, refus de reconnaître ses erreurs, intérêts académiques (il est tout à fait intéressant que les intérêts académiques ne concernent pas seulement la médecine mais aussi la santé publique, la démographie, la sociologie, voire la philosophie car les spécialistes de ces différentes disciplines parlent d’une seule voix, celle de big vaccine — une analyse des textes publiés par un logiciel anti plagiat montrerait sans nul doute des similitudes très franches entre le discours de ces différents propagateurs de fausses nouvelles concernant la vaccination anti grippale et les éléments de langage des industriels).
Older adults receiving the influenza vaccine may have a lower risk of influenza (from 6% to 2.4%), and probably have a lower risk of ILI (symptômes ressemblant à ceux de la grippe) compared with those who do not receive a vaccination over the course of a single influenza season (from 6% to 3.5%). 

Older adults receiving the influenza vaccine may have a lower risk of influenza (from 6% to 2.4%), and probably have a lower risk of ILI compared with those who do not receive a vaccination over the course of a single influenza season (from 6% to 3.5%).

Cette revue Cochrane ne peut fournir aucun élément sur la mortalité et/ou sur la survenue de pneumopathies et/ou sur les hospitalisations. 

Dernier point : à la lumière des études publiées, il faut vacciner 30 personnes âgées de plus de 65 ans pour éviter un épisode de grippe « vraie » et 42 pour éviter des symptômes ressemblant à ceux de la grippe.

Un commentaire sur un blog Evidence Watch du BMJ : ICI.

Si vos chiffres sont corrects mon plan stratégique est irrationnel. La dissonance cognitive prend le contrôle. Vous êtes fâché avec les chiffres. Qu’est-ce que c’était, ce bruit ?

4. Doser une fois le PSA chez un homme de plus de 50 ans ne sauve pas des vies d’hommes.

Article paru dans le JAMA il y a quelques jours : ICI.
L’éditorial de Michael Barry est, comme à l’accoutumé, excitant. (LA)

Voici ce que l’on peut retenir de l’article lui-même :
« Among practices randomized to a single PSA screening intervention vs standard practice without screening, there was no significant difference in prostate cancer mortality after a median follow-up of 10 years but the detection of low-risk prostate cancer cases increased. Although longer-term follow-up is under way, the findings do not support single PSA testing for population-based screening.« 

Nous répétons cela depuis des années mais.

5. Les opiacés ne marchent pas mieux que le paracétamol dans certaines indications.

Les indications : douleurs rachidiennes persistantes, douleurs inflammatoires du genou ou de la hanche. C’est un essai du JAMA qui le dit : ICI.

« Treatment with opioids was not superior to treatment with nonopioid medications for improving pain-related function over 12 months. Results do not support initiation of opioid therapy for moderate to severe chronic back pain or hip or knee osteoarthritis pain.« 
Et voici un commentaire intéressant qui se situe dans l’optique des problèmes que rencontre les Etats-Unis d’Amérique avec les opiacés : LA. Non seulement les opiacés ne sont pas supérieurs au paracétamol mais ils aggravent la situation.

Ainsi, on se rend compte qu’il est certes nécessaire de déprescrire mais, plus encore de ne pas prescrire.


Continuer la lecture

Publié dans DOSAGE DU PSA, opiacés, paracétamol, RECOMMANDATIONS CANCER, VACCINATION ANTI GRIPPALE INEFFICACE, VERSATIS | Commentaires fermés sur Quelques brèves nouvelles désabusées sur l’Etat de la médecine.

Douleur chronique post-opératoire : le plus givré des traitements

Et si une nage forcée en eau froide était un traitement efficace et définitif contre une douleur rebelle après chirurgie ? C’est la question que l’on est en droit de se poser à la lecture d’un cas clinique spectaculaire publié … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans analgésiques, cas clinique, Douleur, douleur neuropahique, ereuthophobie, Neurologie, Neurosciences, opiacés, psychiatrie, sympathectomie thoracique endoscopique | Commentaires fermés sur Douleur chronique post-opératoire : le plus givré des traitements