Archives de catégorie : mortalité infantile

La médecine et l’épidémiologie ne sont pas asociales.

Charles Bukowski en 1978 sur le plateau d’ApostrophesJe lis dans LeFigaro.fr un entretien de Me Cécile Thibert avec Me Catherine Hill, ex épidémiologiste en chef à l’institut Gustave Roussy (1) : ICI. L’article est intitulé sobrement : « Cancer : « L’env… Continuer la lecture

Publié dans ALCOOL, ANTHROPOCENE, environnement, HILL CATHERINE, mortalité infantile, tabac | Commentaires fermés sur La médecine et l’épidémiologie ne sont pas asociales.

La mortalité infantile à Mantes-La-Jolie.

Petit retour sur les fondamentaux de la santé publique à l’occasion de la parution du rapport Borloo sur les quartiers prioritaires et les politiques de la ville. Quel rapport, me direz-vous ? Parce que ce rapport, s’il dresse 19 programmes d’améliorat… Continuer la lecture

Publié dans BORLOO JEAN-LOUIS, MANTES-LA-JOLIE, mortalité infantile, Santé publique | Commentaires fermés sur La mortalité infantile à Mantes-La-Jolie.

Et si la rougeole diminuait la mémoire immunitaire?

La rougeole n’est pas une maladie infantile bénigne. Le virus qui la cause est extrêmement contagieux et l’infection peut entraîner des complications graves, telles qu’une pneumonie, une encéphalite, des lésions cérébrales, ou la mort (points d’actualités INVS 1er juin 2015).…

Lire la suite

Continuer la lecture

Publié dans Immunologie, immunosuppression, mortalité infantile, rougeole, Santé, Santé publique | Commentaires fermés sur Et si la rougeole diminuait la mémoire immunitaire?

LES MALHEURS DE SOPHIE

 

 

Ah, Sophie et ses petits malheurs. Ses découvertes, ses enchaînements de bêtises qui aboutissent aux réprimandes de sa maman. Finalement, les péripéties nées de l’imaginaire de la Comtesse de Ségur, ou de ses propres expériences (la Comtesse s’appelait réellement Sophie) ne sont jamais dramatiques. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas des véritables petites Sophie ou de leurs homologues masculins.

Avant de poursuivre, voici un petit test :
 
Je ne sais pas toi, mais moi, si je me demande ce que je crains le plus concernant ma santé dans les heures ou les jours qui viennent, je dirais que j’ai bien les boules d’avoir…

Non, toi d’abord.

Je te laisse quelques secondes pour y réfléchir.
 

*****

C’est bon ?

Alors moi c’est l’accident.

Un accident de quoi ?
 
Ben de la route pardi ! 56 000 en 2013 ayant occasionné 70 820 blessés, 25 000 hospitalisations et surtout 3250 morts.

Pourtant les accidents ce sont :

-les accidents de la circulation, on est d’accord.

Mais ce sont aussi :

-les accidents du travail
 
et…
 
– les accidents de la vie courante.


Les accidents de la vie courante, ce sont :

-les accidents domestiques

-les accidents de sports et de loisirs

-les accidents survenant à l’école
 

Chez les petits, ça peut par exemple être ça :
 
 
 
 


Voilà, après ces images, je pense que nous pouvons réintituler le propos : « Les drames de Sophie ». (Madame la Comtesse, de là-haut si vous m’entendez, veuillez pardonner ma goujaterie, j’ai modifié le titre de votre célèbre roman, mais c’est pour la bonne cause, pour que ça cause aux gens, merci Madame la Comtesse).


Les accidents de la vie courante tuent chaque année 18 à 20 000 personnes.

Donc moi, j’ai beaucoup plus peur des accidents de la route qui tuent 6 fois moins que les accidents de la vie courante auxquels je ne pense jamais. Mais moi on s’en fout, je voulais surtout parler des petits.

 

Les accidents de la vie courante représentent la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 15 ans. Ce sont des chutes, des suffocations, des intoxications (médicaments, gaz, produits ménagers…), des noyades. Chez les enfants âgés de moins de 3 ans, ils surviennent principalement au sein du domicile.

 
Évidemment et malheureusement, on ne peut pas tout régler, tout éviter. Mais si le simple fait d’être sensibilisé permet de penser à donner régulièrement quelques conseils pouvant éviter des drames, alors go !


Parce que oui, aucun vaccin ni aucun médoc à vendre, mais il n’empêche qu’avec des mots, on peut aussi sauver des vies, éviter « Les drames de Sophie ».

Continuer la lecture

Publié dans accidents de la vie courante, histoire de prévention, mortalité infantile, prévention, Santé publique | Commentaires fermés sur LES MALHEURS DE SOPHIE