Archives de catégorie : MESURES BARRIERES

Un rassemblement de motards dans le Dakota du Sud à l’origine de dizaines de cas de Covid-19 dans l’État voisin du Minnesota

C’est l’histoire d’un très important rassemblement de motards qui s’est tenu durant une semaine en août 2020 dans la petite ville de Sturgis dans le Dakota du Sud, dans l’indifférence face à la pandémie de Covid-19. Cette manifestation, qui s’est déroulée en extérieur et en intérieur, a réuni environ 460 000 personnes venues des quatre coins …

Continuer la lecture de « Un rassemblement de motards dans le Dakota du Sud à l’origine de dizaines de cas de Covid-19 dans l’État voisin du Minnesota »

Continuer la lecture

Publié dans cluster, coronavirus, COVID-19, épidémiologie, gestes barrières, Infectiologie, MESURES BARRIERES, motards, Santé publique, Sturgis Motorcycle Rally | Commentaires fermés sur Un rassemblement de motards dans le Dakota du Sud à l’origine de dizaines de cas de Covid-19 dans l’État voisin du Minnesota

Covid-19 : un mariage et sept enterrements

C’est l’histoire d’un mariage qui a mal tourné, non parce qu’il s’est terminé par un divorce, mais parce qu’il a entraîné un grand nombre de cas secondaires et même tertiaires de Covid-19. Nous sommes le 7 août 2020 dans une petite localité de l’état du Maine aux États-Unis qui compte 4 500 habitants et aucun …

Continuer la lecture de « Covid-19 : un mariage et sept enterrements »

Continuer la lecture

Publié dans aggrégat de cas, cas contacts, cas groupés, centre pénitentiaire, cluster, contamination, coronavirus, COVID-19, DISTANCIATION PHYSIQUE, EHPAD, épidémiologie, établissement de soins de longue durée, établissement pour personnes âgées, flambée épidémique, gestes barrières, hygiène des mains, Infectiologie, lavage des mains, mariage, masque, MESURES BARRIERES, Prison, prisonniers, rassemblement, Santé publique, SARS-CoV-2 | Commentaires fermés sur Covid-19 : un mariage et sept enterrements

L’histoire des gants et des blouses.

Il faut se méfier du bon sens en médecine.

Lors de la pseudo pandémie de grippe AH1N1 on avait dit, tout le monde disait, que les mesures barrières, se laver les mains, porter un masque, ne se discutaient pas. Comme la vaccination et le tamiflu. Il paraît clair que se laver les mains après avoir examiné un malade, se laver les mains avant d’examiner un patient, sont de bonne clinique. Mais il ne faut pas confondre la théorie et la pratique, c’est à dire la réalité des « vraies » circonstances de la vie avec de « vraies » gens.
Récemment la ministre de la Santé a déclaré, au nom du bon sens, que la vaccination antigrippale obligatoire, elle était pour. Elle n’a pas d’essais concluants, elle n’a que sa croyance, elle n’a que ses bonnes intentions. Les bonnes intentions ne sont pas suffisantes.
Laissez moi vous raconter une histoire récente.
Celle des gants et des blouses.

Je l’ai pêchée dans l’excellentissime livre de Cifu et Prasad, Ending Medical Reversal (ICI).
Les deux auteurs rapportent au chapitre 5 que ce ne sont pas seulement des traitements, des procédures, des tests ou des matériels qui sont administrés à des patients, des centaines de patients, voire des millions de patients alors que l’on n’est pas certains qu’ils sont efficaces, voire même que  certains sont persuadés, l’Arrogance Based Medicine, qu’ils sont certainement efficaces avant même de les avoir testés et, bien plus, qu’il n’est donc pas nécessaire (voire dangereux, une perte de chance affirment-ils) de les tester.

On découvre chez un patient hospitalisé pour leucémie, Monsieur A, que sa peau est infectée par un entérocoque résistant à la vancomycine (et à d’autres antibiotiques). Monsieur A ne présente aucune pathologie liée à cet entérocoque qui vit sur sa peau comme un commensal, ainsi que d’autres bactéries.

Branle-bas de combat : afin de protéger les autres patients de cet hôpital et éviter la propagation de cette bactérie, mais pas pour protéger Monsieur A, les médecins et les infirmières qui le soignent doivent désormais, avant d’entrer dans sa chambre, revêtir une blouse jaune en papier et enfiler des gants.

Monsieur A est énervé par cette procédure. Pour de nombreuses raisons.

Bien qu’enfiler une blouse et des gants ne dure qu’une minute, cela a l’air d’embêter tout le monde.
Il remarque que ceux qui respectent l’esprit de la procédure se comportent différemment, soit en faisant très attention, soit en s’asseyant sur son lit au risque de contaminer leurs pantalons.

Il y en a qui oublient la procédure, qui entrent en vitesse pour régler la perfusion ou aller déposer/chercher un plateau repas ou qui s’asseyent et parlent.

Mais aussi : il suspecte que les médecins viennent moins souvent le voir et notamment cette jeune femme médecin qui avait pris l’habitude, avant de rentrer chez elle, d’aller le voir, de s’asseoir et de parler. Désormais elle lui fait un hello derrière la vitre.

Monsieur A demande un jour à un médecin combien coûtent les blouses et il lui répond « plusieurs dollars », ce qui lui paraît exagéré car ce ne sont, selon lui, que des serviettes en papier géantes.

Un soir il trouve une étude sur internet qui montre que les médecins vont moins souvent voir les patients en isolement. Cela confirme ce qu’il pensait mais il se dit qu’il peut tolérer cela puisque cela protège d’autres patients.

Monsieur A meurt de sa leucémie un an après que le diagnostic a été porté.

Par la suite deux articles sont publiés qui l’auraient mis en colère.

En 2011, des auteurs montrent que ce même type de procédure (blouse et gants) ne diminue pas la transmission d’entérocoques vancomycine résistants ou se staphylocoques dorés methicilline résistants dans des services de soins intensifs (étude contrôlés avec 3000 patients, 19 centres) : voir ICI.
Une deuxième étude d’une tout ausi grande importance montre la même chose : voir LA

Monsieur A avait donc raison d’être énervé : les mesures barrières qui ont été mises en place ne servaient à rien pour les autres malades et lui ont pourri la vie.

Cet exemple est typique des procédures systèmes qui sont implantées avant même que l’on sache si elles atteignent leurs objectifs et qui, selon une évaluation avant/après (sans études contrôlées) dans un centre, sont généralisées à un pays tout entier.

Mais le pire : malgré des preuves contraires de leur efficacité, les procédures systèmes de bon sens, ici les mesures barrières, ne sont pas abandonnées par leurs partisans parce qu’elles auraient pu marcher si elles avaient été faites différemment ou étudiées autrement. C’est un vieil argument.

Les procédures systèmes adoptées après un essai dans un seul hôpital jugé par des chiffres avant/après (sans groupe témoin) entraînent des dépenses inutiles, un gaspillage de temps et, surtout, empêchent de s’intéresser à d’autres procédures qui pourraient, elles, être efficaces (comme l’utilisation de lingettes de désinfection : voir LA)

Cele ne vous fait pas penser à plein de trucs inutiles, que l’on continue à faire, par habitude, par croyance ou pour ne pas importuner les chefs qui ne peuvent admettre leurs erreurs (sinon en les imputant à leurs subordonnés).

Continuer la lecture

Publié dans CIFU ADAM, ENDING MEDICAL REVERSAL, MESURES BARRIERES, PRASAD VINAY, PROCEDURE SYSTEME | Commentaires fermés sur L’histoire des gants et des blouses.