Archives de catégorie : MEDICALISATION DE LA VIE

Bonne année 2015

L’année 2015 sera un tournant pour les médecins généralistes. Si la courbe des nouvelles installations ne s’améliore pas il semble clair que la partie sera finie.

Je voudrais fournir quelques données (que vous connaissez déjà) et explorer quelques pistes (que nous avons déjà évoquées) qui expliquent le déclin actuel –mais qui pourrait devenir inéluctable– de la médecine générale telle qu’elle est pratiquée et de la médecine plus généralement.

Je parle ici des sociétés hyper « développées ».

La médicalisation de la vie est sur le point d’être achevée.
Il n’existe plus un espace de notre vie (et de notre mort, et de notre conception) qui ne soit abordé sous l’angle de la médecine. La société, après avoir exigé d’être « soignée », exige désormais d’être en « bonne santé » selon la sotte définition de l’OMS (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité) datant de 1946 et elle ajoute : peu en importent les moyens et peu en importe le coût. Il est amusant de lire cette définition de l’OMS à la fois comme une déclaration de « gauche » dans le sens du droit à la santé pour tous (la santé n’a pas de prix) et comme une déclaration néo libérale qui conduit aujourd’hui à l’utilisation du corps humain, et notamment celui des femmes, et au développement du Quantified Self grâce aux applis de santé.

Le « triomphe » de la médecine ou l’aveuglement des médecins.
Les médecins pensent sincèrement avoir permis l’amélioration constante de l’espérance de vie, et maintenant de l’espérance de vie en bonne santé, mais un certain nombre d’éléments indiquent que ce sont plus les progrès de l’hygiène et des conduites individuelles qui ont permis la fantastique courbe que voici (source INED). Il est normal que la société les croit et leur demande encore plus.

La négation du rôle de l’hygiène et des conditions de vie comme le triomphe du marché des soins payants. 
Mais si le rôle de l’hygiène est évident dans le cas de la rougeole :

Il est moins évident dans le cas de la diphtérie.

Ces courbes sont tirées du livre de Thomas McKeown : The Role of Medicine: Dream, Mirage or Nemesis ? (1979) que j’ai reprises sur le blog de Doctor Skeptic (LA).

L’arrogance de la médecine comme moyen de ne plus parler des inégalités sociales.
Puisque la médecine peut « tout », pourquoi parler des conditions de vie, pourquoi parler de pénibilité du travail, pourquoi prévenir les risques évitables, pourquoi prévebir les addictions, et cetera ? L’accessibilité aux soins est un plafond de verre : seuls les riches éduqués sont placés au dessus.

Espérance de vie à 35 ans selon le sexe et la catégorie socio-professionnelle.
Une femme cadre a une espérnce de vie de 51,7 ans à 35 ans.

Les médecins désormais sommés de se mettre à la disposition de la société.
Après avoir été les vedettes de l’amélioration constante de l’espérance de vie et, désormais, de l’espérance de vie en bonne santé, les médecins sont devenus pour la plupart les victimes consentantes de cette obligation sociétale. La société impose moralement aux médecins de s’impliquer dans des domaines de la vie devenus médicalisés : rappelons ici que l’IVG par aspiration n’a pas été « inventée » par un médecin, que la procréation médicalement assistée peut ne pas être médicale, que les peines de coeur sont désormais psychiatrisées à l’instar des « maladies » psychiatriques décrites de façon exhaustive dans le DSM, et que la mort (fin de vie et euthanasie) devient un impératif où les médecins doivent s’impliquer. (on apprend aujourd’hui que la Belgique autorise l’euthanasie d’un détenu qui s’estime incurable : on va sommer un médecin de pousser la seringue. Voir LA)

Sainsbury’s GP surgery programme in supermarket

L’ère de la consommation médicale.
Nous sommes définivement entrés dans l’ère consumériste, c’est à dire que les médecins (pas tous) qui refusaient l’EBM car ils n’acceptaient pas les valeurs et préférences des patients sont confrontés maintenant à des demandeurs de soins qui, informés par le café du commerce de l’internet (et ce n’est pas péjoratif), veulent tel médicament, exigent tel examen complémentaire, imposent tel spécialiste d’organe ou telle clinique ou tel hôpital. Ce consumérisme est fondé sur la traduction française du self néolibéral rawlsien états-unien, à savoir « Je fais ce que je veux et vous m’emmerdez ». Et il faudra être un médecin compliant pour survivre, un médecin dépensier, un médecin béni-oui-oui, un médecin qui rapporte (car l’autre volet de la consommation, c’est celui qui est en face du consommateur, le pourvoyeur de soins, car le médecin qui travaille en clinique, pour survivre, pour payer ses redevances, il doit bosser et fermer sa gueule, sur diagnostiquer et sur traiter, pas tous, bien entendu) et dans ce système consumériste le médecin sera (est déjà) pieds et poing liés à l’adminitration fiscale, à big pharma et à big matériel.

L’Evidence Based Medicine mise au service de big pharma.
L’évidence de l’intérêt de l’Evidence Based Medicine n’a pas été comprise car ce qui gênait les médecins était que l’on pût d’une part leur imposer des données scientifiques qui ne correspondaient pas à leurs pratiques intuitives et d’autre part leur imposer l’irruption du patient pensant et réfléchissant dans leur cabinet de consultation. Cette incompréhension a permis à big pharma d’identifier l’Evidence Based Medicine aux seules études contrôlées, études réalisées par big pharma, études permettant par l’élévation constante de leurs coûts de mettre hors jeu les essais publics ou faits directement par les autorités académiques, de corrompre les investigateurs et de demander des prix de remboursement des médicaments de plus en plus élevés.

Le paradigme de l’oncologie.
L’oncologie est devenue le premier lever de croisssance (avec la vaccinologie) de big pharma. Au delà des succès réels de la spécialité dans certains domaines (hématologie, cancer du testicule, cancer de l’ovaire, et cetera) l’oncologie, se fondant sur la vulgate de l’Eglise de Dépistologie, sur les bons sentiments (tout faire pour sauver une vie) et sur la crédulité de la société et des médecins a réussi l’exploit incroyable de protocoliser le cancer (l’objectif étant, selon un tsar de la cancérologie, d’inclure tous le spatients dans des essais), de privatiser la recherche, d’obtenir des prix délirants pour 71 produits ( parfois dangereux) permettant d’allonger l’espérance de vie de 2,1 mois (ICI) au prix de 10 000 dollars par traitement.

Le lobby santeo-industriel.
Nous en avons tant parlé de la corruption de l’Etat, de l’Université, des centres de recherche et du fait que les conférences de consensus sont totalement infiltrées par les intérêts de big pharma, de big matériel et de l’industrie agro-alimentaire.

Est-il possible de faire une autre médecine ?
Je m’arrête là.
Malgré tous nos défauts, il me paraît que ce sont les médecins généralistes aidés de leurs correspondants favoris qui sauveront le système et pourront lutter contre les pratiques délirantes que sont la dépistologie sauvage, la prescription indue d’examens complémentaires inutiles, de médicaments « nouveaux », chers, mal évalués et parfois dangereux et sont les seuls, de par leur « ignorance » et de son acceptation, de gérer l’incertitude, les symptômes qui ne font pas maladie, les maladies construites comme les patients qui consultent car ils font grève de la société, grève de leur milieu professionnel, grève de leur couple, grève de leurs enfants, grève de leurs voisins, grève de leurs amis. Et qui ne sont pas « malades » pour un sou.
Je vous ai jadis proposé la Sécession (LA). Possible ?

Je suis fier d’être médecin généraliste (mais pas celui là).

Continuer la lecture

Publié dans BONNE ANNEE, Hygiène, MEDECINE GENERALE, MEDICALISATION DE LA VIE | Commentaires fermés sur Bonne année 2015

Les affaires Bonnemaison et Lambert : sociétalisation de la médecine.

Appartement au centre de Zurich utilisé par Dignitas pour recevoir les patients durant leurs dernières heures.
Je ne suis pas un spécialiste de la question des fins de vie. Je ne suis pas un expert. Je n’ai pas tout compris dans les attendus des jugements. Et d’ailleurs je m’en moque. Je suis un Français moyen qui parle sans savoir, qui s’exprime, et qui a déjà écrit un billet sur la question (ICI) où il était effectivement question d’hypnovel et où je me suis fait allumer par les commentaires car je ne connaissais rien à l’hôpital, à sa profonde humanité et aux merveilleux personnels dévoués qui s’occupent des malades 24 heures sur 24… 
Au lieu d’être un inconvénient, le fait de ne pas être un expert me semble au contraire, à la lumière d’expériences médicales accumulées au cours des ans (couchage des nourrissons, dépistage du cancer du sein par dosage du PSA, antibiothérapie dans l’otite moyenne aiguë, et cetera), un avantage considérable pour m’interroger sur les affaires Lambert et Bonnemaison. 
Un collègue twittos qui se reconnaîtra et que l’on reconnaîtra a envoyé un gazouillis qui disait en substance : « Le seul tort de Vincent Lambert est de ne pas avoir croisé Bonnemaison. » Voir ICI. Cette remarque est profonde et résume ce qu’il était nécessaire de savoir sur l’affaire.
Mais mon propos est autre.
Je voudrais auparavant me justifier.
Dans un souci de bienséance, et pour ne pas avoir à être taxé de je ne sais quoi par je ne sais qui, je ne suis ni un catholique intégriste, ni un musulman intégriste, ni un anti pro choix, ni un partisan de  l’acharnement thérapeutique, ni un paternaliste alapapa, ni un néolibéral, ni encore moins un libertarien, ni un partisan de la peine de mort, ni…
Et j’ajoute : il m’arrive de côtoyer des gens qui vont mourir.
Mon propos est le suivant : par un injuste retour des choses, et après que les médecins n’ont eu de cesse de médicaliser la société (et jadis on disait médicaliser la vie), c’est la société qui sociétalise la médecine.
Les médecins sont devenus, à l’insu de leur plein gré, des outils sociétaux au service de l’opinion publique et, surtout, de l’opinion privée. Qu’une technique existe et les médecins sont sommés de l’utiliser au risque de passer pour des conservateurs, des pisse-froid, des paternalistes, des réactionnaires, au risque, aussi, d’être traînés devant les tribunaux.
Par un tour de passe passe ironique de l’histoire, mais de plus savants que moi sauront retrouver des exemples antérieurs, la gauche morale a enfilé les habits de la droite libertarienne. Mais n’en parlons pas, c’est tabou. Il y a eu une étape préalable, le passage par le libéralisme et par le néo libéralisme. Remarquons au passage que les bons esprits de la gauche morale (nous entendons ici la gauche de la gauche, Dieu reconnaîtra les siens) ne voient aucune différence entre libéralisme et néo libéralisme (qu’ils aillent faire un tour sociétal dans les pays néo libéraux et libéraux et ils comprendront les « subtilités » de l’affaire par rapport à la législation du travail par exemple) et qu’il en est même qui confondent conservatisme et libéralisme (et néolibéralisme puisqu’ils ne savent pas en faire la distinction), ce qui est assez gratiné.
La sociétalisation de la médecine fait des médecins les outils des désirs sociétaux (et l’histoire nous dira s’ils étaient fous ou non), ces désirs qui sont instrumentalisés ou justifiés par la philosophie des Droits : « J’ai le droit de… » Et gare à ceux qui ne s’y conforment pas. Le slogan de mai 68 « Tout est possible et sans tabou » est devenu le leitmotiv des sociétés « avancées » qui disposent des techniques ad hoc. La médecine ne peut plus raisonner pour elle-même (on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas envisageable) et doit, technicienne, se plier aux bons vouloirs de la société.
Les médecins ont toujours fait partie intégrante de la société (quand ils ne l’ont pas organisée) et depuis les temps immémoriaux des chamans, et ont toujours voulu lui plaire (pour en vivre par exemple) mais ils sont parfois passés par des extrêmes (nous allons atteindre, très chers amis, le point Godwin et le point Stalwind — marque déposée docteurdu16–), Mengele, la psychiatrie soviétique, les injections léthales dans l’administration de la peine de mort, des extrêmes qui existent toujours aujourd’hui : essais cliniques sur des enfants et des femmes du Tiers-monde, trafics d’organes, et cetera.
Puisque la greffe d’un sixième orteil sur le pied dominant améliore de 12 % les temps au 50 kilomètres marche et qu’une clinique costaricienne la pratique à San José il est scandaleux, prétendent les théoriciens des Droits, qu’aucune clinique française ne la pratique, qu’elle ne soit pas remboursée par la CPAM, et qu’elle soit considérée comme de la médecine méliorative susceptible d’être assimilée à du « dopage ». 
Revenons aux cas Bonnemaison / Lambert.
Que viennent faire les médecins dans cette histoire ? 
Dans le cas Lambert les médecins et une partie de la famille du patient considèrent qu’il s’agit d’acharnement thérapeutique et les parents, semble-t-il, s’opposent à l’arrêt des soins. Peut-on, doit-on obliger en conscience des médecins et des équipes soignantes à garder en vie végétative un patient qui, selon les médecins, souffre quand même et qui ne sortira jamais, en l’état actuel des prévisions de la science, de son état ? Les médecins et les équipes soignantes n’ont-ils pas, eux aussi, une conscience qu’il est nécesssaire de respecter ? La conscience médicale et soignante doit-elle être considérée comme quantité négligeable et doit-on contraindre des médecins à pratiquer des actes qu’ils réprouvent ? Est-on au courant du fait qu’agir contre sa conscience peut entraîner des dégâts considérables ? Même en cas de décision de justice. Sociétalisation de la médecine, dis-je, et même sociétalisation à géographie variable : le dépaysement de Vincent Lambert à Bayonne aurait peut-être réglé le problème…
Dans le cas Bonnemaison que l’on a décrit comme « assassin par compassion » il semble que son instrumentalisation (les acclamations de la salle d’audience à l’annonce de l’acquittement en témoignent) par les associations ne fasse aucun doute. Je ne dirai rien de ce que j’ai pu percevoir de la personnalité de Bonnemaison (son changement de coupe de cheveux avant et après est assez stupéfiant) et des raisons qui l’ont poussé à pousser la seringue mais, je l’avais déjà signalé ailleurs (LA), les Bonnemaison aux mains propres ne sont pas rares dans les centres hospitaliers mais on n’en parle pas, on le tait. Et là, a contrario, il s’agit de la pratique des médecins, forcément inexplicable car non expliquée parfois aux patients et aux familles, qui se substitue à la conscience des patients et des familles. Médicalisation de la vie et ici de la mort par des équipes soignantes comme pendant de la sociétlisation de la médecine à qui l’on demande de se plier aux désirs de la société. Eût-il fallu que Bonnemaison confie hypnovel et / ou Norcuron à la famille pour qu’elle accomplisse le geste d’amour  et de compassion ? 
Ce que je voulais souligner : les médecins font désormais partie de la « boîte à outils » sociétale. Ceux qui en profitent feront de l’argent. Les autres souffriront.
PS. On remarquera que les infirmières et aides-soignantes sont condamnées et les médecins acquittés. Vous avez le droit à plusieurs grilles d’interprétations : marxiste, genriste, sexuelle, autre…
Illustration venant de LA.
Dignitas, CH : ICI.

PS du premier juillet 2014 : Judge Marie (LA) justifie en droit Bonnemaison. Je lui réponds.

Continuer la lecture

Publié dans BONNEMAISON, EUTHANASIE, LAMBERT, MEDICALISATION DE LA VIE, SOCIETALISATION DE LA MEDECINE | Commentaires fermés sur Les affaires Bonnemaison et Lambert : sociétalisation de la médecine.