Archives de catégorie : MCKEOWN THOMAS

Calendrier de l’avent des lectures médicales : Thomas McKeown

McKeown est l’imparfait contradicteur de Ivan Illich puisque sous le prétexte de raconter ce qui a conduit aux formidables succès épidémiologiques de l’époque moderne, il fait la part de ce qui revient à la médecine et de ce qui revient au reste, les e… Continuer la lecture

Publié dans CALENDRIER DE L'AVENT, MCKEOWN THOMAS | Commentaires fermés sur Calendrier de l’avent des lectures médicales : Thomas McKeown

Frédéric Orobon, philosophe, « dit » la vaccination et ne s’est pas informé.

La Revue Esprit, à laquelle je suis abonné avec bonheur, publie un article d’un certain Frédéric Orobon, philosophe en Bourgogne, dont le titre pompeux, Les réticences contemporaines vis à vis de la vaccination (Revue Prescrire 2016, 426 : 150-61), est trompeur.

Frédéric Orobon a par ailleurs publié un livre, que je n’ai pas lu (et que je n’ai pas envie de lire, en raison de ce que je viens de lire et qui ferait de lui un spécialiste de Santé publique philosophique), intitulé Santé publique et libertés individuelles. L’exemple des conduites par lesquelles on peut se nuire à soi-même, Paris, LGDJ, 2013. C’est en fait son sujet de thèse.

J’ai hésité à écrire ce billet par peur de gaspiller mon énergie et par crainte de faire de la publicité à ce philosophe qui aurait dû rester dans sa spécialité. Mais, sans doute peu enclin à écrire de la philosophie par incompétence, il a préféré se spécialiser ailleurs, c’est à dire trouver des sujets d’étude peu abordés, sa thèse ayant été un objectif, un prétexte et une opportunité, et ainsi, spécialiste auto proclamé et seul dans son genre, c’est le principe de l’expert mongering, il est désormais invité à vie à gloser dans la Revue Esprit ou dans carnets de Santé (LA). Il aurait pu faire oeuvre de philosophe des sciences, envisager l’anthropologie, la sociologie, voire la médecine, mais non, il a recopié béatement et benoîtement la littérature plan plan et officielle de big vaccine.

On aurait aimé apprendre quelque chose, la transdisciplinarité étant à la mode et, nonobstant, potentiellement féconde, mais il est clair que cet article est un copié collé de racontars et, malheureusement, d’ignorance.

Nous avons écrit plusieurs fois ici, et CMT encore plus, qu’il était aussi crétin de parler de LA vaccination que de parler DES traitements antibiotiques, chaque cas étant particulier. Monsieur Orobon ne fait pas la différence et ne saisit pas la nuance, ce qui pour un philosophe ne manque pas de sel, mais il n’omet pourtant pas de ne pas parler du vaccin anti papillomavirus ou des graves effets provoqués par le pandemrix. Le philosophe autodidacte des sciences n’en est pas arrivé à la lettre P.

Il appert donc que l’ignorance scientifique de monsieur Orobon est à l’égal de mon ignorance philosophique (enfin, je n’espère pas, j’écris cela pour ne pas être trop méchant).

Prenons dans l’ordre.
Dès la deuxième ligne (p 150)  il va fort : 

… les réticences plus ou moins marquées vis-à-vis de la vaccination semblent aujourd’hui gagner un public plus large, à mesure que la rougeole gagne aussi du terrain.

N’étant pas habitué à la rédaction scientifique il ne cite pas ses sources. La rougeole gagnerait-elle du terrain ? Les derniers chiffres dont nous disposons ne vont plutôt pas en ce sens. Monsieur Orobon aurait dû lire CMT (LA) sur le fait qu’il existe effectivement des foyers épidémiques mais y compris dans des pays où le taux de couverture vaccinale est sub optimal (en France les « épidémies » de rougeole sont le fait de communautés à faible niveau socio-sanitaire ou de communautés religieuses réticentes à l’égard des vaccins). La lecture du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire sur le sujet (ICI) qui, en passant, est une officine de big vaccine, ne fait pas partie des occupations académiques de Frédéric Orobon.

Orobon ajoute même plus loin (p 153) :

Ainsi la rougeole, maladie considérée à tort comme bénigne, alors qu’elle est potentiellement mortelle, et que n’existent contre elle que des traitements symptomatiques, est la plus contagieuse des maladies contagieuses…

A aucun moment le philosophe ne parle de l’efficacité du vaccin ou des vaccins mais on sent chez lui une certitude appuyée quand, p 154, il écrit, enthousiaste : « Par conséquent, même si au niveau populationnel, l’efficacité de la vaccination est incontestable… » Il ne connaît pas plus les chiffres de mortalité de la rougeole avant la généralisation de la vaccination. Mais c’est parce qu’il se trompe complètement de perspective. Il écrit pour parachever son contre sens fondamental (p 151) :

S’adressant à de vastes populations, la vaccination est une des pratiques de santé publique parmi les plus connues et parmi les plus efficaces avec l’accès à l’eau potable.

Diantre.

Il est toujours déterminant de s’intéresser aux citations ou aux références qui sont celles d’un auteur, elles éclairent sur son degré de connaissance du sujet ou du parti-pris qui l’a animé : Anne-Marie Moulin, Frédéric Huet, Roselyne Bachelot (Frédéric Orobon écrit sans sourciller, ce qui montre le niveau de son argumentation : « …Roselyne Bachelot, qui se fait vacciner, certes pour montrer l’exemple, mais aussi pour ne pas exposer son petit-fils de 7 ans, et aussi pour protéger ses collaborateurs…« , François Ewald, Patrick Zylberman (qui fait des ménages pour big vaccine et qui est également membre du cercle prestigieux des amis d’Antoine Flahault, spécialiste du catastrophisme A H1N1 non éclairé, 5 à 7000 morts par an dues à la grippe en France), Claude Le Pen (économiste de la santé ultra libéral). Mais Frédéric Orobon n’a pas cherché à s’informer, il n’a lu que les tirés-à-part éparpillés sur des tables lorsqu’il a assisté à la dernière conférence de Daniel Floret. Frédéric Orobon semble induire donc que seuls des illuminés, des illuminati, des crétins, des idiots, des anencéphales s’interrogent sur la vaccination. 
Pourquoi Frédéric Orobron n’a-t-il pas eu connaissance ou ne cite-t-il pas Thomas McKeown et son livre fondateur  paru en 1976 ?

J’en ai déjà un peu parlé ICI (que l’on me pardonne les auto citations mais la littérature mackeownienne en français est d’une ridicule pauvreté mais j’avais oublié CECI écrit par JBB). Que monsieur Orobon regarde cette courbe concernant la rougeole.

S’il l’avait vue et analysée il aurait pu comprendre que la quasi disparition de la rougeole dans les pays post pasteuriens (i.e. les pays où le tout à l’égout, l’eau potable et le lavage des mains font partie de la culture de base) est avant tout liée aux progrès de l’hygiène et non à la vaccination. J’écris cela  en soulignant que je vaccine contre la rougeole avec un zèle immense (99 % de mes patients sont vaccinés) et que le fait de vacciner peut certes rendre idiot mais n’empêche pas non plus de réfléchir à ce que l’on fait. N’est-ce pas un des grands principes de la philosophie ?

Une lecture attentive de McKeown aurait pu permettre à notre philosophe (des sciences ?) de citer l’exemple de la vaccination anti poliomyélite qui, elle, grossomodo, a tué la maladie, hygiène ou pas hygiène (je sens déjà que certains de mes amis vont émettre des réticences car…).

La lecture du fameux livre de McKeown, tout autant que ses premiers articles datant de 1955, aurait pu le mettre sur la piste de cette idée pourtant simple : la médecine et les médicaments ne résument pas la santé publique, il existe des politiques publiques et, surtout, des conditions socio-économiques. Il aurait pu tout aussi bien lire des critiques que l’on a adressées à McKeown qui éclairent mieux encore, à mon avis, ses propos qui étaient prémonitoires (LA).

A large and growing body of research suggesting that broad social conditions must be addressed in order to effect meaningful and long-term improvements in the health of populations has validated the underlying premise of McKeown’s inquiries.

 Nous avons droit également à une virée touristique sur le droit où notre nouveau Candide découvre que les décisions de justice n’ont rien à voir avec la médecine (« … le raisonnement juridique sur la causalité va s’écarter du raisonnement scientifique. ») ! Mais cela lui permet de parler de l’hépatite B, de la SEP, de l’hydroxyde d’aluminium et de la myofasciite à macrophages (il n’a rien lu de vraiment déterminant sur ce sujet). Il fait même un exposé très scolaire sur le rôle des adjuvants pour l’industrie des vaccins (p 157) qu’il a recopié on ne sait où.

Il se rend coupable d’une causerie sur la grippe A (H1N1) en nous servant un couplet sur l’individualisme opposé à la solidarité. Il est vrai que Frédéric Orobon est le défenseur d’un nouveau paternalisme, le paternalisme libéral, sans doute pour vacciner les populations à l’insu de leur plein gré (voir Revue Esprit 2093, 396 : 16-29 : il écrit un article sur le libéralisme et l’individualisme en ne citant jamais John Rawls ou le self).

Voici, à propos de la grippe ce qu’écrit le Haut Conseil de la Santé Publique qui semble être la bible de ce philosophe (voir ICI) : « La politique de vaccination contre la grippe chez les personnes âgées a été mise en place sans qu’il existe d’éléments scientifiques robustes démontrant l’efficacité des vaccins grippaux dans ce genre de population. Les études de chohorte pour justifier a posteriori pour justifier cette recommandation sont entachées de biais qui majorent l’efficacité des vaccins. » Ce n’est quand même pas moi qui ai écrit cela…

Frédéric Oribon a également l’art des non citations et la note 20 de son papier est savoureuse. Il assène :

De même, nous ignorons le plus souvent qu’une épidémie de grippe saisonnière « standard » cause de 1500 à 2000 morts par an en France. Par contre, le nombre de décès due à l’épidémie de grippe saisonnière de l’hiver 2014-2015 est d’environ 10 000.

Où a-t-il vu cela ? Je rappelle que selon les chiffres officiels de l’administration l’épidémie de grippe 2010-2011, largement commentée par Oribon, a fait 151 morts contre 312 la saison précédente (LA).
Un rapport du CepiDC de 2011 disait ceci :
Les données du CepiDC (organisme insermien) indiquent (soyez bien assis et accrochez-vous à votre écran) que, pour les années précédentes (de 2000 à 2008), le nombre de décès dus à la grippe était « estimé » à 437 par an avec une moyenne d’âge à 82 ans (ces chiffres vous étaient cachés, chers amis citoyens débiles et médecins ignares et on préférait vous assener 5000 à 7000 morts annuels) et, pour l’année de la grippe « pandémique » les décès avaient été assumés à 349 avec une moyenne d’âge à 59 ans. Mais non, ils ne vous étaient pas cachés, ces chiffres, ils avaient fait l’objet d’une publication dans le même BEH : Vicente P, Aouba A, Lévy-Bruhl D, Jougla E, Rey G. Spécificité des caractéristiques de la mortalité liée à la grippe lors de la pandémie de grippe A(H1N1) en 2009-2010 en France. Bull Epidémiol Hebd. 2011; (1):1-5.
Il n’a pas plus mentionné un rapport de l’INED que nous avions critiqué LA qui allait pourtant dans son sens.
Mais il n’a plus lu les articles de la Collaboration Cochrane sur l’efficacité de la vaccination anti grippale chez les personnes âgées (ICI), chez les jeunes enfants en bonne santé (LA) ou sur l’effet préventif de la vaccination des personnels en institution (ICI).
Et lui, le philosophe, aurait pu lire Tom Jefferson commentant les mesures de coercition à l’égard des professionnels de santé en Colombie Britannique.
« It is not my place to judge the policies currently underway in British Columbia, but coercion and forcing public ridicule on human beings (for example by forcing them to wear distinctive badges or clothing) is usually the practice of tyrants.« . (LA)

Le sujet de son article était passionnant et il aurait pu aborder le problème de « la » vaccination du point de vue des représentations collectives en termes de sacré/profane, en liaison également avec les autres procédures médicales (le dépistage, la prévention, le traitement) qui sont elles-mêmes sujettes à questionnement, aborder l’anthropologie, la sociologie, la philosophie des sciences, citer Illich, Jean-Pierre Dupuy, voire René Girard ou, plus prosaïquement, souligner les incroyables erreurs de communication de Bachelot and co dans une démarche qui aurait pu être gagnée d’avance, les mensonges, les approximations, les affirmations à l’emporte-pièce des autorités politiques, des agences gouvernementales dont celle, récente de Marisol Touraine, « la vaccination, ça ne se discute pas ».
Occasion manquée.

En conclusion : Misère de la philosophie vaccinale.

Continuer la lecture

Publié dans MCKEOWN THOMAS, OROBON FREDERIC, philosophie, vaccination | Commentaires fermés sur Frédéric Orobon, philosophe, « dit » la vaccination et ne s’est pas informé.

Homophobiol, le premier traitement contre l’homophobie : une campagne idéologiquement déplacée.

Une campagne publicitaire de l’association AIDES (LA) contre l’homophobie excite l’association et la fait s’auto congratuler par des gens qui trouvent cela génial, ce dont elle ne manque pas de s’en faire le relais.

Je trouve cette campagne terriblement déplacée.

Les campagnes de publicité servent en théorie à vendre des produits. Quand une campagne de publicité est « bonne », cela ne signifie pas qu’elle est acceptée par le milieu publicitaire ou qu’elle fait le buzz ou qu’elle est détournée sur you tube, cela signifie que la courbe des ventes est en train de monter. L’important d’ailleurs n’est pas que la courbe des ventes monte en trois jours (mois) et retombe en deux, l’important est que le produit (ou la marque) monte progressivement, atteigne un plateau et continue de se vendre pendant des mois (années) en profitant de la forte image que la campagne a produite pour que le consommateur désire le produit.
Mais ne faisons pas du marketing pour classe maternelle. posons-nous la question ? Combien d’homophobes auront changé d’avis en voyant la boîte ?
Non, je pense que cette campagne est déplacée et inappropriée (nonobstant le fait que ses créateurs affirment que cela fait en parler, de l’homophobie, et que c’est toujours cela), pour des raisons idéologiques.

D’abord, utiliser la publicité, le procédé le plus hideux du consumérisme et de la société de consommation en général, et nul doute que de nombreuses associations qui luttent contre l’homophobie luttent aussi contre la publicité, et les procédés de la publicité (on me rétorquera : utiliser les armes de l’adversaire pour le combattre est souvent une bonne chose, hum…), les procédés les plus infâmes, les faux témoignages, les études bidons, même avec humour.

Voici quelques perles :
Homophobiol est le nouveau médicament lancé par AIDES et Ex Aequo, deux ONG qui luttent contre le sida. Son principe est simple : à l’aide de comprimés ou de patchs, le traitement est censé combattre l’homophobie, de la plus petite à la plus importante (ICI).
On a même réalisé de faux témoignages (sic) pour montrer l’efficacité du produit : comme si la publicité n’utilisait pas, toujours, de faux témoignages (voir LA).
On a aussi cela :
Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre l’homophobie, des associations proposent avec légèreté un traitement médical imaginaire: une pastille contre les insultes et les violences envers les homosexuels (LA).
Ensuite : 
J’ai longuement développé sur ce blog, en me fondant sur Ivan Illich (La Nemesis médicale dénonçant : la médicalisation de la société,  l’hétéronomie de la santé, la perversion et les dangers de l’institution médicale, et cetera, voir LA et ICI) et sur Thomas Mckeown (The role of medicine précisant : les rôles respectifs de la médecine et de l’hygiène, les actions respectives des médecins et des institutions de santé, ce que l’on devrait attendre des uns et des autres, les illusions sur la médecine inventées par les médecins, l’industrie pharmaceutique, et cetera), par exemple mais la liste des bons auteurs n’est pas limitative, que les croyances mythiques en la médecine passaient par la médicalisation de la société, la médicalisation de la vie, et, par conséquence, la médicamentation de la vie publique et privée, la pilule du bonheur des années soixante, et voilà que d’un seul coup d’un seul les deux associations entérinent ces faits.

Encore : 
Qui peut penser une seule seconde que l’homophobie (qui est une variante de la peur de l’autre mais, bien entendu, beaucoup plus, mais parler d’analyse freudienne est devenu incongru, voire réactionnaire, et ce, d’autant, que les freudiens ou ce qu’il en reste ont des comptes à rendre avec l’homosexualité, c’est ce que disent les LGBT, puisqu’ils résistent…) pourrait être vaincue par une pilule ou par un patch ? De qui se moque-t-on en prétendant qu’un médicament, fût-il humoristique, pût lutter contre des préjugés ou des attitudes éthiques, moraux, sociétaux, anthropologiques, sociologiques ? Qui pourrait s’imaginer que le cerveau humain, qu’il fût reptilien ou non, pût être durablement influencé par la prise d’une drogue, d’un poison (le nom grec de médicament) et qu’ainsi, passez muscade, le monde serait peuplé de gens bons et moralement bien formatés à la construction à la mode ? Non, l’homophobie est, au même titre sans doute, que le racisme ou la simple peur de l’autre, une donnée construite, construite par l’histoire, la culture, la sociologie, l’anthropologie, la médecine, et j’en oublie, et elle s’exprime de façon différente selon les coutumes, les climats, les sociétés, les régimes politiques…

C’est donner l’idée que l’homophobie est une maladie alors que le principal combat de ces dernières années était de combattre l’idée que l’homosexualité en était une. Cela n’a pas de sens.

Continuer la lecture

Publié dans Aides, HOMOPHOBIE, HOMOPHOBIOL, ILLICH IVAN, MCKEOWN THOMAS, publicité | Commentaires fermés sur Homophobiol, le premier traitement contre l’homophobie : une campagne idéologiquement déplacée.