Archives de catégorie : mammographie

La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (98)

98Madame C, quarante-et-un ans, est venue accompagner sa fille pour un vaccin. En fin de consultation :  » Ah, docteur, vous pouvez me prescrire une mammographie, ma gynécologue a oublié et je dois la faire tous les deux ans. – Vous avez quelqu’un de vo… Continuer la lecture

Publié dans LE PATIENT A TOUJOURS RAISON, mammographie, MICRO FRICTIONS | Commentaires fermés sur La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (98)

LE DÉPARTEMENT DE L’HÉRAULT PLACÉ EN VIGILANCE ROSE ?


Depuis quatre ans, le dépistage systématique du cancer du sein des femmes sans facteur de risque proposé dès l’âge de quarante ans par une structure mobile dans l’Hérault est régulièrement questionné sur ce blog. Quelques éléments de réponse éclairants pour ne pas dire tourneboulants ont été récemment apportés.

Précisons que les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) comme les préconisations de l’Institut National du Cancer (INCa) invitent au dépistage par mammographie tous les deux ans les femmes sans facteur de risque âgées de cinquante à soixante-quatorze ansen les informant le plus clairement possible sur les tenants et aboutissants de cet examen.


Ce dépistage dès quarante ans ?

Il est logique de penser que plus on dépiste tôt, mieux c’est. Malheureusement, tel n’est pas le cas pour le cancer du sein avec cet examen dès cet âge du fait notamment des risques de surdiagnosticsou encore d’irradiationsrépétées.

Pour faire simple, la balance bénéfices / risques de cet examen en systématique chez les femmes entre quarante et cinquante ans est défavorable.
Outre l’âge en dehors des recommandations, le poids de la communication ?

La structure mobile questionnée dans l’Hérault est un camion qui sillonne les communes du département afin de faire bénéficier du dépistage pris en charge par l’assurance maladie les femmes de la tranche d’âge recommandée.

Pour les femmes plus jeunes, ce sont les communes hôtes qui financent l’examen. Et la communication autour de ce programme a de quoi interpeller à l’heure où les citoyennes sont en droit de recevoir une information la plus transparente possible.

Tout d’abord, on parle d’un mammobileet de mammotestce qui peut tromper l’œil non averti. Ni le courrier d’invitation, ni le site internet de l’association, ni le mammobile ne mentionnent clairement le terme « mammographie ».

Ensuite, on présente un examen « 100 % utile dès 40 ans », avec l’affirmation suivante « On a toutes à y gagner ». Ces formulations sont trompeuses.

Interpellé il y a quatre ans, l’INca alors dirigé par notre actuelle ministre de la santé avait sourcillé, reconnaissant je cite « quele programme national de dépistage organisé du cancer du sein porte sur la tranche d’âge 50-74 ans…

Pour la tranche d’âge 40-49 ans, les bénéfices attendus sont effectivement moindres alors que les risques sont plus élevés (cancers radio-induits, surdiagnostic)…

Nous considérons qu’il n’y a pas lieu, en l’état des évaluations et recommandations nationales actuelles, de proposer ni de soutenir un dépistage par mammographie à des personnes de 40-49 ans sans facteur de risque particulier, que ce soit ou non en mammobile…
Il revient à l’Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon de se prononcer sur le sujet… »
Cette seule réponse de l’INCa vieille de quatre ans confirme que « 100 % utile dès 40 ans » pour des femmes qui « ont toutes à y gagner » sont des arguments qui en langage diplomatique vont à l’encontre des données scientifiques. En mode sans langue de bois, on parlerait plutôt d’affirmations mensongères.
Récemment, le sujet s’est retrouvé dans le viseur du site Dis-leur sous le titre : 

Cancer du sein : « Dépister en masse avant 50 ans, une hérésie ! »

L’article (malheureusement non en accès libre) donne la parole au Dr Cécile Bour, radiologue membre du collectif Cancer Rose qui pose bien la problématique exprimée dans le titre. De leur côté, les journalistes ont investigué et ce qu’ils ont relevé vaut son pesant de cacahuètes.

Tout d’abord, ce qui faisait sourciller l’INCa il y a quatre ans semble le faire sursauter aujourd’hui. Extrait : «Nous avons sursauté en constatant ces messages sur le Mammobile héraultais et sur l’invitation. On se bat justement pour qu’une information claire soit délivrée. » Dont acte. Avec une ancienne présidente désormais aux manettes du ministère de la santé qui n’a pas hésité à trancher au sujet de l’obligation vaccinale, les conditions sont réunies pour que le sursaut se propage jusqu’aux tabourets de l’Agence Régionale de Santé.

Ensuite parole est donnée aux défenseurs du dépistage par mammotest dès l’âge de quarante ans.

On y parle gratuité, complémentarité avec la radiologie privée, difficultés d’accès au dépistage dans certains quartiers, certaines communesSi ces arguments de justification peuvent s’entendre, d’autres semblent plus discutables comme le fait que ce dépistage soit historiquedans le département. J’ai un grand respect pour l’histoire, mais historiquement, on pratiquait la saignée, la purgation, etc… Puis ces pratiques furent abandonnées avant de devenir historiques justement. C’est intéressant d’observer comme d’une façon générale en médecine il est difficile de tirer un trait sur des pratiques pourtant néfastes pour les patients.

Enfin, à mon sens, la défense s’effondre littéralement lorsqu’elle invoque la RENTABILITÉ. Car voyez-vous, la rentabilité du mammobile n’est atteinte qu’à partir de trente personnes dépistées par jour. La seule façon d’obtenir ce quota est d’ouvrir la porte du camion rose aux femmes dès l’âge de quarante ans.

Si l’on suit cette logique, et avec un peu d’humour grinçant, on pourrait donc imaginer atteindre une bien meilleure rentabilité en ouvrant la porte du camion rose aux femmes dès trente ans, dès vingt ans… voire aux hommes… Rentabilité quand tu nous tiens. Où l’on voit que plus on pense rentabilité, moins on réfléchit scientifiquement, au point de se prendre les pieds dans le tapis.

La vigilance rose sur l’Hérault semble justifiée, d’autres pots aux roses restent peut-être à découvrir. 


Continuer la lecture

Publié dans CANCER DU SEIN, Dépistage, mammographie | Commentaires fermés sur LE DÉPARTEMENT DE L’HÉRAULT PLACÉ EN VIGILANCE ROSE ?

Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix

Trois années se sont écoulées depuis la publication de No Mammo ? Enquête sur le dépistage du cancer du sein[1]. Beaucoup d’eau est passée sous les ponts, beaucoup études démontrant le peu d’impact de la mammographie sur la mortalité ont été … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Communication, Dépistage, Divers, mammographie, octobre rose, publicité | Commentaires fermés sur Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix

LES CHIENS ABOIENT, LA CARAVANE PASSE…

Ça a débuté quelques semaines après le cru 2013 d’Octobre Rose.
 
Je tombais par hasard nez à nez avec un mammobile, long semi-remorque rose transportant personnel et matériel destinés à effectuer le dépistage du cancer du sein.
 
Les femmes âgées de 50 à 74 ans étant encore à ce jour invitées tous les deux ans à passer une mammographie de dépistage selon les recommandations nationales, on peut penser qu’offrir le service d’une unité mobile de dépistage en plus de l’offre radiologique libérale ou hospitalière se justifie, notamment dans les contrées reculées. On en reparlera à la fin de ce billet.
 
Je précise qu’il est question ici du dépistage systématique dans la population générale et non des femmes présentant des risques nécessitant un suivi particulier.
 
C’est alerté par le surprenant message inscrit en gros sur la remorque du camion visible sur la photo ci-dessus « Utile dès 40 ans-On a toutes à y gagner » que je me suis mis à fouiner un peu au point d’avoir l’envie d’en faire un billet : La papamobile à son âge OK mais la mammobile à cet âge ? 
 
 
C’est ainsi qu’au passage de la caravane rose, les premiers aboiements du caniche engendrèrent ceux d’autres chiens(nes). Un groupe informel de soignants/patientes se forma pour relayer, réactiver et compléter le message comme ici chez :
 
 
 
Cela donna même l’occasion à Martine Bronner de nous révéler le rêve dingue d’égalité hommes-femmes qu’elle fit : Lis ça, on peut en rire mais pas que…
 
Et chose inespérée, l’Institut National du Cancer (INCa) répondit à l’interpellation d’Hélène La Crabahuteuse. Cette réponse est consultable dans les commentaires de son billet déjà cité plus haut. En voici des extraits :
 
« Il est, en effet, tout à fait juste de rappeler que le programme national de dépistage organisé du cancer du sein porte sur la tranche d’âge 50-74 ans…
 
…Pour la tranche d’âge 40-49 ans, les bénéfices attendus sont effectivement moindres alors que les risques sont plus élevés (cancers radio-induits, surdiagnostic)…
 
…Nous considérons qu’il n’y a pas lieu, en l’état des évaluations et recommandations nationales actuelles, de proposer ni de soutenir un dépistage par mammographie à des personnes de 40-49 ans sans facteur de risque particulier, que ce soit ou non en mammobile…
 
…Il revient à l’Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon de se prononcer sur le sujet… »
 
Il n’est pas toujours aisé de comprendre tout ça, je vais donc tenter de t’en faire une traduction. Caricatures, exagérations, imprécisions diront certains, tant pis. Le poids des mots le choc des photos l’ont toujours emporté sur les formulations couilles molles. Alors je traduis :
 
 
Pratiquer une mammographie de dépistage à des minettes de 40 berges en parfaite santé ne présentant aucun risque ne permet pas forcément de détecter un cancer du sein mais expose de façon non négligeable à en trouver un là où il n’y en a pas avec pour conséquences de biopsier voire pire de traiter des personnes inutilement. Sachant que le traitement ne se résume pas à la prise d’un gramme de paracétamol et en voiture Simone mais plutôt à l’artillerie chirurgie radio-chimiothérapie et son cortège d’effets plus qu’indésirables, je te laisse imaginer le tableau. Si ça ne te parle toujours pas, peut-être qu’imaginer ta femme, ta maîtresse, ta fille, ton amie, ta jeune patiente, avec un sein en moins alors que tout allait bien t’aidera à y voir plus clair. Bon, OK, dans la majorité des cas, ça n’ira pas jusque-là, mais avoue que le simple fait d’attendre le résultat d’une biopsie (geste invasif) qui n’aurait même pas dû être réalisée, peut t’occasionner quelques journées d’angoisse au point de ne pas seulement te passer l’envie d’aller à ton cours de zumba.
 
Le mammobile est la principale cible de ce billet, mais le propos vaut tout autant pour le médecin généraliste, le gynécologue ou tout autre médecin qui prescrirait cet examen de dépistage en moins de deux sur un coin de bureau sans la moindre explication : « Tenez ma brave, vous venez d’avoir 40 ans, alors à partir de maintenant vous ferez cet examen tous les ans. Comme on dit hein, mieux vaut prévenir que guérir et plus on fait ça tôt, mieux c’est… » La patiente repart ainsi rassurée par un ramassis de conneries avec son ordonnance pliée en deux au fond de son sac à main. Oui, nous parlons essentiellement ici de ce qui se voit dans le cadre du dépistage organisé, mais n’oublions surtout pas tout ce qui se pratique sans véritable cadre et qui est peut-être encore plus grave, à savoir le dépistage individuel fait par-dessus la jambe.

Le mammobile dès 40 ans, infime partie émergée de l’iceberg flottant dans les eaux troubles du dépistage du cancer du sein ?  Ce dépistage, meilleure façon de faire croire qu’on se préoccupe du sort des femmes sans mettre le moindre biffeton dans une véritable démarche de prévention ? (Dépister = traquer une maladie déjà apparue / Prévenir = éviter que cette maladie survienne).
 
Tu vois, le sujet est tout de même sérieux car les conséquences liées au mammobile dès 40 ans peuvent être plus que fâcheuses. D’où l’idée de l’INCa d’alerter l’Agence Régionale de Santé concernée par le mammobile 34, l’ARS étant une sorte d’antenne du ministère de la santé à l’échelon régional. Pour en savoir plus sur les ARS et observer leur grande réactivité, tu peux lire ça :
 
 
 
 
Voilà grosso modo où nous en sommes. Sauf que là, le cru 2014 d’Octobre Rose débute et que… et que l’on peut affirmer que des chiens peuvent aboyer jusqu’aux oreilles de l’INCa, la caravane continue de passer paisiblement. Car la photo ci-dessus avec ce message mensonger a été prise pas plus tard qu’il y a quelques jours. Les pratiques semblent donc inchangées.
 
Que pouvons-nous en conclure ?
 
Que le seul moyen moderne de communication entre l’INCa et l’ARS fut un pigeon voyageur déplumé s’étant trompé de direction ?

Que l’ARS en question a bien reçu le message mais que voyez-vous, il est délicat de faire changer des pratiques historiquement expérimentales… dans cette province tellement éloignée de Paris et tant pis pour les quelques minettes qui en paieront possiblement les frais sans le savoird’autant que c’est pas la sécu qui finance mais les communes hôtes ?
 
Que dans une société dans laquelle seuls le profit et l’argent de quelques-uns priment, rien d’étonnant à ce que le domaine de la santé soit contaminé jusqu’à la moelle ? Business is business, même s’il y a un risque de biopsier voire de mutiler deux ou trois nanas pour rien au passage ? Qu’importe, elles ne le sauront jamais ! Au pire, c’est réparable, il y a des prothèses mammaires en stock… Fuck l’intérêt du patient, in the pocket le fric même s’il pue ?!
 
Ouais je sais, c’est un peu hard, et j’entends déjà certains me dire que je vais trop loin… euh, n’inversons pas les rôles quand même et relisons ensemble à voix haute sous la baguette du chef de chœur la réponse de l’INCa :
 
« Pour la tranche d’âge 40-49 ans, les bénéfices attendus sont effectivement moindres alors que les risques sont plus élevés (cancers radio-induits, surdiagnostic) »
 
C’est pas moi qui l’ai inventé ça.
 
Bilan des courses :
 
  1. L’INCa est au courant, on en a la preuve et il ne peut plus fermer les yeux puisqu’il s’est prononcé et a délégué à l’ARS.
  2. L’ARS si elle est véritablement au courant n’a soit rien fait, soit tenté de faire mais sans succès.
 
Alors maintenant, que fait-on ?
 
Les instances ne bougent pas ou plus un sourcil. Silence radio (induit). Cela se passerait-il de la sorte s’il s’agissait du corps des hommes ? Se remueraient-elles le fion s’il était notamment question de l’excroissance masculine évoquée dans le rêve d’égalité de Martine ? (Si tu ne l’as pas lu, vraiment, lis-le)

 
Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales et de la santé s’est vue refourguer les droits des femmes lors du dernier remaniement. Santé, social, droits des femmes, ça me semble beaucoup pour une seule personne mais au moins ce sujet devrait lui causer : un peu de cohérence pour la santé des femmes dont les droits sont quelque peu bafoués dans cette histoire serait la bienvenue non ?
 
Malheureusement je crains très honnêtement qu’elle soit trop occupée, voire noyée par tout son taf puisqu’il paraît, je dis bien il paraît car ma source n’est absolument pas fiable d’autant que j’y ajoute le mode plein gaz de sarcasme, qu’elle a déjà commencé à effacer les noms de marque sur quelques paquets de cigarettes qu’elle prévoirait d’aller installer en personne dans le rayon d’un buraliste de la capitale en compagnie de nombreuses caméras de BofFM TV voire Canal Plouc et que surtout toute ministre qu’elle est et malgré tout le respect qu’on lui doit, elle y pane tout bonnement que dalle à tout ça et que encore plus que surtout, demander de la cohérence à une personnalité politique c’est demander la Lune.
 
Donc même si la caravane passe et repasse, tant qu’ils ne seront pas muselés, quelques chiens continueront à aboyer pour alerter celles et ceux qui voudront bien les entendre.
 
Je répète car c’est important que ce billet concerne les femmes âgées entre 40 et 49 ans sans risque particulier.
 
Si tu es une femme âgée entre 50 et 74 ans sans facteur de risque, il reste à ce jour recommandé en France de te rendre dans ce genre de mammobile ou ailleurs (radiologie libérale, hospitalière) tous les deux ans pour bénéficier du dépistage du cancer du sein.
 
 
Sache cependant qu’une personne avec laquelle j’ai eu la chance de converser a écrit un livre très riche et très pertinent sur le sujet du dépistage du cancer du sein. Il s’agit du livre No mammo ?  de Rachel Campergue. Mon petit doigt m’a informé qu’un second ouvrage décoiffant sur ce thème sera disponible d’ici peu. Mais si tu n’as pas envie ou pas le temps de te plonger dans cette prose fournie, je t’invite au moins à lire ce billet sur le site « Voix médicales » qui détricote parfaitement bien le sujet. Juste histoire d’avoir une information claire, indépendante afin de choisir librement et en toute conscience de te faire dépister. Bonne lecture.


Continuer la lecture

Publié dans ARS, CANCER DU SEIN, Dépistage, histoire de camion rose, histoire de coup de gueule, histoire de dépistage, INCa, mammobile, mammographie, No Mammo, octobre rose, Surdiagnostic | Commentaires fermés sur LES CHIENS ABOIENT, LA CARAVANE PASSE…

Vous avez dit campagne organisée de dépistage du cancer du sein par mammographie ?

Le 25 Avril 2014 était publié dans le BMJ un article intitulé  “Breast cancer screening pamphlets mislead women. All women and women’s organisations should tear up the pink ribbons and campaign for honest information” Gerd Gigerenzer (BMJ 2014;348:g2636) (Les brochures de dépistage du cancer du sein trompent les femmes . Toutes les femmes et les organisations […] Continuer la lecture

Publié dans cancer, cancero, Dépistage, mammographie, POINTS DE VUE, Surdiagnostic, surdiagnostique, surmédicalisation, surtraitement | Commentaires fermés sur Vous avez dit campagne organisée de dépistage du cancer du sein par mammographie ?

Une ADOC harcelante

Femme et médecin généraliste : deux raisons de remettre en cause le dépistage du cancer du sein par mammographie. Chère consœur, Je vous renvoie à nouveau la proposition de mammographie dûment remplie, vous m’aviez pourtant assurée dans un précédent courrier que vous ne m’importuneriez plus avec ces relances… Je vous rappelle que ce dépistage n’a […] Continuer la lecture

Publié dans cancer, cancero, courrier, Dépistage, LES GENERALISTES ECRIVENT A..., mammographie | Commentaires fermés sur Une ADOC harcelante

Histoire de non consultation 173.

A la sortie de la boulangerie, vers midi, je rencontre Madame A, 60 ans, qui me fait un grand sourire, ce qui me surprend.
La dernière fois qu’elle est venue consulter au cabinet doit remonter à une petite trentaine d’années.
Et je me rappelle parfaitement les circonstances de sa dernière visite. Cela m’a marqué.
Pendant tout ce temps je l’ai aperçue de très nombreuses fois dans le centre ville à l’heure du déjeuner mais à une distance telle qu’elle ne pouvait m’aborder.

Je me rappelle parfaitement la raison pour laquelle, selon moi, elle a cessé de venir au cabinet. J’ai comme un sentiment de gêne depuis ces années.
Elle est restée une grande belle femme mais, maintenant que je suis près d’elle, à distance de conversation, je remarque qu’elle a vieilli (et sans doute pense-t-elle la même chose de moi).
« Docteur, je voulais vous dire combien je vous considère comme un bon médecin et je regrette de ne pas avoir continué à venir vous voir.
-Ah…
– Oui, vous savez, il y a quinze ans, j’ai fait un cancer du sein…
– Et ? « 
Madame A était alors secrétaire à la mairie.

Elle était venue consulter pour que je lui represcrive la pilule. On était au tout début des années quatre-vingt, j’avais trois ans d’installation en médecine générale, j’avais été un étudiant zélé formé à Cochin Port-Royal, on m’avait enseigné…

(et, à l’époque, mais j’espère que cette époque est révolue, on me dit pourtant que je me fais des illusions, je n’avais même pas l’idée que les cours, les conseils prodigués en cours, les recommandations — bien que ce terme n’existât pas encore–, pouvaient être criticables et critiquées. L’autorité de la Faculté, des professeurs, je n’imaginais même pas que l’on puisse la remettre en question. J’avais bien remarqué la structure pyramidale universitaire et hospitalière, son côté « le patron a toujours raison même quand il a tort », son machisme, sa misogynie, son conservatisme, sa morale réactionnaire, sa politisation à droite, et j’avais aussi pu identifier des îlots de liberté ou  de liberté de ton ici ou là mais qui pouvaient être attribués à des vengeances personnelles ou à des rancoeurs, des querelles de personnes ou des querelles politiciennes, et il y avait même eu mai 68, les événements avaient été sévèrement réprimés à Cochin avec blocages de nominations, interruptions de carrière, et cetera, mais je n’avais pas encore pris conscience que c’était scientifiquement que le discours pouvait être biaisé, influencé, perverti, par des intérêts moraux, éthiques, financiers, politiques et autres qui asseyaient le système mandarinal que l’on pouvait assimiler sans erreur à un système totalitaire)
on m’avait enseigné que pour prescrire une pilule il fallait faire plein de trucs dont palper les seins. Je me rappelle même que la femme d’un collègue m’avait dit lors d’un « repas de labo », et j’avais opiné du bonnet (humour), à propos d’une gynécologue de Mantes « Elle ne palpe même pas les seins », ce qui était le comble de l’ignorance et de la faute professionnelle.

Donc, à l’époque, et les choses ont mis du temps à évoluer, et je crois qu’elles n’ont toujours pas évolué dans l’esprit de certains médecins, la prescription de pilule signifiait, entre autres, palper les seins, la femme les mains sur la tête, quadrant par quadrant, on décrivait même dans les bons livres la façon de placer les doigts, et, selon ma morale commune, je ne savais même pas ce qu’était une étude en double-aveugle, enfin, je savais un peu mais je n’en avais jamais lu une, mais encore moins une étude de cohorte, il fallait palper les seins. J’ignorais tout autant ce que signifiait un sur diagnostic et plein d’autres choses qui ne semblaient pas intéresser la Faculté de médecine mais il me semblait tout à fait indigne et immoral de ne pas palper les seins selon les canons de la médecine de l’époque.

Je lui avais donc palpé les seins non sans remarquer, qu’elle en avait été surprise, voire gênée. 
Et elle n’était jamais revenue me voir mais elle m’avait fait remarquer en passant que son médecin ne le lui faisait jamais.
Nous sommes debout dans la rue, sur le trottoir non loin de la boulangerie.
« Et mon médecin ne m’avait jamais palpé les seins. C’est vous qui aviez raison.
– Je ne comprends pas.
– Eh bien oui, s’il m’avait palpé les seins, il aurait trouvé la tumeur, j’aurais gagné du temps et j’aurais eu des traitement moins durs.
– Vous aviez quel âge ?
– Quarante-cinq ans. »
Que fais-je ? Je lui raconte l’histoire du dépistage du cancer du sein, j’insiste sur le fait que la palpation des seins… que le dépistage organisé actuel et controversé ne commence qu’à 50 ans…
Je lui offre un grand sourire. Et je ne dis rien. Et nous en restons là.

Je ne sais pas dans quelles circonstances son cancer du sein a été découvert, quel type d’intervention elle a subie, si elle a eu une radiothérapie, une chimiothérapie.

Elle ajoute ceci : « Vous n’auriez jamais dû ce jour là examiner mes seins, je n’y étais pas prête, vous avez fait cela comme si vous m’aviez serré la main, cela m’a traumatisée, j’étais votre objet, et, en outre, j’ai vraiment cru qu’il y avait quelque chose de sexuel dans votre façon de faire. J’étais troublée et vous aviez l’air si froid, si professionnel. Vous étiez  inhumain. »

Je voulais donc dire ceci :

  1. Le jugement empathique des patients à l’égard du médecin est un leurre qui conduit à la sur estimation de soi, à la perte des repères, au sentimentalisme médical, à la notion de toute puissance, et, au bout du compte, au burn-out (je n’entre pas à dessein dans le modèle du transfert / contre transfert) (1) quand les divergences entre la réalité rêvée et le vécu quotidien deviennent aiguës. La patiente pense que si on lui avait palpé les seins le cancer aurait été diagnostiqué plus tôt. Pas sûr.
  2. L’Etat de l’Art est à la fois une donnée qui permet de se repérer, de se décider, de travailler, de survivre, et une illusion qu’il convient d’analyser de façon instantanée (ce que l’Etat de l’Art cache : les liens et conflits d’intérêts sous-jacents, l’effet de mode, les illusions collectives, l’absence de données contrôlées, le corporatisme, la volonté de puissance, l’argent, le suivisme…) et de façon longitudinale (la relativité des connaissances, leur volatilité, il ne faut pas avoir raison trop tôt — et trop tard, douter même si tout va dans le même sens, ne pas lire que les publications qui vont dans le sens de l’histoire et de son histoire personnelle, ne pas tweeter que les publications qui vont dans le sens de ce que l‘on pense a priori,…). 
  3. La prescription d’une contraception hormonale n’avait pas la même signification philosophique et sociétale en 1982 que maintenant. On m’avait appris qu’il s’agissait d’un médicament et qu’il y avait des risques, des risques en général, risques avancés qui ne sont pas les mêmes que ceux que l’on avance aujourd’hui. Ainsi, avec le temps, est-on passé d’une grande prudence (examen gynécologique complet, prise de sang, et cetera) dans la prescription de pilule à un je-m’en-foutisme banalisant (le sociétal, à savoir la liberté de la femme pouvant disposer de son corps à tout prix, prenant le pas sur le conservatisme de la mise en avant de possibles effets indésirables mortels ou invalidants) à une prise de conscience des dangers là encore mis sous le boisseau pour cause de société. Mais que de résistances encore ! Nous en avons largement parlé ici et tous les problèmes ne sont pas réglés entre les « sociétaux » qui nient  tout effet indésirable de la contraception hormonale (car la pilule est la plus grande révolution scientifique et sociétale du vingtième siècle…), les big pharmiens qui nient aussi pour faire du chiffre et pour toucher des pourboires et les médecins qui s’occupent de leurs patientes sans se soucier de l’idéologie ou du fric et qui savent que la pilule n’est pas un médicament et que ses effets indésirables sont à la fois mortels, invalidants et… sociétaux.
  4. L’histoire que je raconte est à mon avis exemplaire de l’évolution des relations patients / médecins depuis 1982 et ne conclut rien sur le problème scientifico-sociétal du dépistage organisé du cancer du sein. 
  5. Exemplaire d’un point de vue relationnel : j’avais des certitudes et je les ai imposées à ma patiente ; je ne lui ai pas demandé son avis ; je lui ai palpé les seins sans lui expliquer pourquoi je le faisais ; que savait-elle de l’intérêt de palper les seins ? Ignorais-je (la réponse est non) que palper des seins est aussi un acte sexuel ? 
  6. Exemplaire du problème scientifico-sociétal posé par le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie qui dépasse le débat scientifique pur (je suis d’accord : un débat scientifique pur n’existe pas mais il existe cependant une part objective des données — à ceci près que générer des données, c’est à dire faire des hypothèses, penser un protocole, l’écrire, penser des cahiers d’observation, les écrire, présupposer un mode d’analyse statistique, interpréter les données, écrire l’article, surtout la discussion, est hautement subjectif et impur et influencé par le promoteur de l’essai qu’il soit public ou privé, promoteur qui n’est pas une entité flottant dans les espaces éthérés de la science mais immergé dans la société) : il est plongé dans le bain sociétal qui comprend pêle-mêle, la mort, la maladie, la peur de la mort, la peur de la maladie, le corps des femmes, le patriarcat, la médicalisation de la vie, et cetera.
  7. J’ajoute également que si un sondage était effectué chez les médecins sur le fait de palper des seins dans le cadre des visites de prévention et / ou de dépistage, nul doute qu’une immense majorité de ces praticiens, généralistes comme gynécologues ne diraient pas que la palpation des seins, isolée ou avant une mammographie de dépistage, est un facteur avéré de sur diagnostic. Et encore : j’ai longtemps conseillé aux femmes l’autopalpation de leurs seins de façon systématique, autre source de sur diagnostics.
  8. Qu’en conclure pour le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie ? J’en ai parlé mille fois sur ce blog. J’écrirai, lorsque l’article de la Revue Prescrire dont j’étais relecteur paraîtra, un billet sur l’INCa qui nia tout sur diagnostic pendant des années pour en arriver au chiffre scandaleusement sous estimé de 10 %, ce qui montre combien les agences gouvernementales sont aussi influencées et influençables que les groupes privés qui, influencés et influençables, tentent d’influencer de façon ontologique. Il est désormais nécessaire de proposer une porte de sortie pour abandonner le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie. De telles sortes que personne ne perde la face et qu’il n’y ait pas un séisme dans la société française. Il faut réenvisager les programmes de prévention et de dépistage. A vos réflexions !
La patiente s’est donc trompée sur moi et je ne l’en ai pas dissuadée. Par auto empathie ?
Je vous recommande encore de lire Rachel Campergue. « No mammo ? » ICI
(Illustration : le meilleur quatuor de musique contemporaine dans son cd le plus accompli. 1966. Don Cherry. Leandro Gato Barbieri. Henry Grimes. Ed Blackwell.)

Continuer la lecture

Publié dans AUTOPALPATION, CANCER DU SEIN, EMPATHIE DES PATIENTS, ETAT DE L'ART, mammographie, MEDECINE GENERALE, PALPATION DES SEINS | Commentaires fermés sur Histoire de non consultation 173.

Dépistage du cancer du sein par mammographie : les effets indésirables l’emportent sur les effets bénéfiques

L’utilité d’un dépistage systématique du cancer du sein par mammographie fait l’objet de controverses dans de nombreux pays depuis un certain nombre d’années. le Swiss Medical Board, organisme suisse indépendant, a publié le 15 décembre 2013 un rapport concernant ce dépistage. Il y pose la question de savoir s’il est possible, grâce aux mammographies systématiques, […] Continuer la lecture

Publié dans Articles et études, cancer, Dépistage, mammographie, prévention quaternaire, sein, Surdiagnostic, surtraitement | Commentaires fermés sur Dépistage du cancer du sein par mammographie : les effets indésirables l’emportent sur les effets bénéfiques

Revue de presse (non exhaustive) (2) La France

Les études dont les conclusions ne vont pas dans le sens de l’efficacité de la mammographie font fréquemment l’objet d’une attaque en règle de la part des partisans du dépistage. C’est logique et de bonne guerre. Ce qui l’est déjà … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, désinformation, Divers, essai canadien, mammographie, médias | Commentaires fermés sur Revue de presse (non exhaustive) (2) La France

Revue de presse. (1) Les Etats-Unis

Les faits devraient trancher. Ils ne le font pas. Ceux qui mettent en doute l’efficacité de la mammographie encore moins que d’autres. Les réactions qui ont suivi la publication le 11 février dernier dans le British Medical Journal d’un essai canadien … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Divers, essai canadien, mammographie, médias, revue de presse | Commentaires fermés sur Revue de presse. (1) Les Etats-Unis

La science devrait suffire, vous ne croyez pas ?

Mi-février 2014, une nouvelle bombe vient frapper le petit monde médico-médiatique qui s’intéresse, de près ou de loin, à la question du dépistage organisé du cancer du sein. En effet, le BMJ, revue médicale de renommée internationale, publie une étude…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans Cancer et prévention, Cancer et recherche, Coups de gueule, Dépistage, étude, journalistes, mammographie, médecins, octobre rose, système santé | Commentaires fermés sur La science devrait suffire, vous ne croyez pas ?

Recherche Intégrité désespérément

Février 2014 restera dans les annales des Mammography Wars comme un fort mauvais mois pour la mammographie. Le 2, le Swiss Medical Board , un organe indépendant chargé d’analyser les procédures diagnostiques et thérapeutiques d’un point de vue médical, économique … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêt, Dépistage, Divers, intégrité, mammographie, Mise au point | Commentaires fermés sur Recherche Intégrité désespérément

Thinking outside the box

En explorant le blog du doc du 16 à la recherche de sujets se rapportant au dépistage du cancer du sein, je tombe sur son billet du 11 novembre 2011 « Cancer du sein : le lobby politico-administrativo-industriel en marche » où, tout … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans catégories, Dépistage, Divers, droit d'expression, mammographie, réactions, responsabilité | Commentaires fermés sur Thinking outside the box

A Montpellier, l’INCa, on connait pas

« La mammographie est indiquée à toutes les femmes à partir de 40 ans tous les deux ans ». C’est écrit noir sur blanc ici sur le site Web www.lecancer.fr dans la rubrique « Cancer : ce qu’il faut savoir », sous rubrique « Prévention-Dépistages-Examen ».  Rien, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêt, Dépistage, désinformation, Divers, Ethique, mammographie | Commentaires fermés sur A Montpellier, l’INCa, on connait pas

Le cancer du sein de la ministre.

La ministre déléguée à la famille, j’avoue mon ignorance, je ne le savais pas auparavant, a décidé de  révéler qu’elle se battait depuis huit mois contre un cancer du sein. Le journal Le Monde en fait un article (ICI).
Je ne sais quoi penser de cette révélation. Encore une fois les femmes politiques sont des femmes comme les autres mais l’article (et je ne sais si la ministre l’a relu et / ou corrigé) révèle exactement le contraire.
Conformément à la doxa ambiante (et à laquelle je participe en demandant des comptes big pharmiens à tout le monde), il faudrait que je révèle la totalité de mes conflits d’intérêts, ce qui est impossible  : je suis a priori contre le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie chez les femmes entre 50 et 74 ans (et je suis un repenti car j’y ai « cru » et ce sont les lectures de Junod et de Prescrire, puis par la suite, de Göetzsche et autres, qui m’ont fait changer d’avis) et je tente d’informer mes patientes ; je prescris aussi des mammographies quand il le faut ou quand mes patientes, dûment informées, ne sont pas d’accord avec moi ; et j’ai connu deux décès par cancer du sein dans ma famille très proche. Fin de la parenthèse.
Ma première réaction, épidermique, était qu’encore une fois une femme politique faisait de la politique.  D’ailleurs l’article parle deux fois du Mariage pour tous… Puis j’ai lu, voir plus bas, des réactions bloguesques, et je me suis dit, au delà des critiques, très acerbes de la part des femmes qui ont eu un cancer du sein (ou qui l’ont toujours) et qui parlent (les autres, nous ne savons pas), que la démarche de Madame Bertinotti était à la fois naïve et impudique mais qu’après tout elle avait bien le droit de faire ce qu’elle voulait.
Puis, en réfléchissant, je me suis demandé pourquoi on lui tapait dessus comme cela.
Les médecins blogueurs ont commencé puis les femmes blogueuses à qui on a annoncé qu’elles avaient un cancer du sein et je me suis dit : est-ce que lorsque l’on a un cancer, fût-on ministre, on est capable d’être tout à fait sereine sur sa propre maladie et sur tous ses tenants et ses aboutissants ? La réponse est non. 
Quelles sont les réflexions des blogueuses chez qui on a diagnostiqué un cancer du sein ? 
ICI (Mon Intime Sein) on reproche surtout à la ministre la médecine à deux vitesses, celle pour les privilégiées et celle pour  les autres, le fait qu’elle privilégie le travail mais cette blogueuse qui s’étonne que la ministre n’ait pas conseillé les bonnes associations de patients, les bons blogs, les bons sites, elle ne peut s’empêcher, dans une volée de méchanceté de lui dire, certainement pour l’encourager, attention, ce n’est pas fini, vous ne vous en êtes pas sortie, en prédisant l’angoisse de la récidive… Pas gentil, pas très collégial comme discours. Imaginons qu’un cancérologue ou qu’un médecin traitant ait dit cela… On en entendrait des vertes et des pas mûres. En gros, notre blogueuse vient de comprendre que la société française est inégalitaire. Ouah ! J’ai quand même appris un mot la Cancérie.
J’ai un cancer et je ne suis ni digne, ni courageuse : LA. La blogueuse insiste sur le problème des travailleuses précaires, des non fonctionnaires, et sur l’injustice des corps qui ne réagissent pas tous de la même façon à la maladie et à la chimiothérapie. Je cite : »Son courage et sa dignité sont salués. Pour moi qui ne suis ni courageuse, ni digne mais tristement égoïste et paresseuse, c’est une claque de plus parce qu’en plus de tout cela, je suis probablement méchante : je ne suis pas admirative de notre ministre.« 
ICI, le site Fuck my cancer, souligne que la ministre n’a fait que parler d’elle et pas des autres et insiste sur la médecine à deux vitesses, sur le fait que les aides sociales ne sont pas assez importantes et qu’il s’agit d’un petit traité de camouflage à usage politique (très belle formule). J’ai surtout retenu qu’elle se demandait pourquoi elle n’avait prévenu ni le premier ministre ni le ministre de la santé. Intéressant.
LA, Martine ou ailleurs reproche deux choses, et avec beaucoup de tact, à la ministre : 1) pourquoi en parler et maintenant ? Comme si libérer la parole valait mieux que le silence de ces femmes qui se taisent pour ne pas perdre leur emploi… Et 2) : qu’est-ce que c’est que ce discours de battante ? Comme si, seules les battantes pouvaient s’en sortir, cette idée débile voudrait-elle dire que celles qui meurent ne se sont pas battu ? 
ICI, Catherine Cerisey est de mauvaise humeur, elle trouve l’article cependant bien écrit (pour les critiques voir Martine qui analyse les khonneries de la journaliste), mais elle aussi se plaint des privilèges « régaliens » que la ministre a obtenus à l’Institut Curie (avoir des rendez-vous plus rapides, et cetera…) et, plus justement, du fait que continuer à travailler est plus un privilège physique (résister au cancer et à la chimiothérapie) et professionnel (avoir des employeurs compréhensifs et ne pas être responsable du rayon fruits et légumes dans une grande surface) qu’une preuve de courage. Et elle place un entretien d’elle sur itélé où elle exprime le voeu que la ministre devienne, puisqu’elle en est, la porte parole des femmes porteuses d’un cancer du sein.
Commentaires : à une exception près (ICI) les blogueuses (que j’ai lues), font une critique people et sociale de la démarche de la ministre mais n’abordent pas le problème du dépistage, du sur diagnostic, du sur traitement, et de la condition particulière de la femme malade dans une société patriarcale.
Je vous propose donc de découvrir LA le billet de la crabahuteuse sur la prévention du cancer du sein.
Venons-en aux médecins blogueurs ou apparentés.
Le billet de l’année est celui, LA, d’Hippocrate et Pindare, intitulé avec pertinence : « Dominique Bertinotti, malade du cancer ou malade de la mammographie ?  » Notre ami dit tout et bien. Je vous conseille de le lire car le paraphraser ne le rendrait pas plus clair.
Nous avons aussi les deux jumeaux de la presse médicale qui s’expriment. JYN et JDF.
JYNau, ICI, l’article est intitulé, « Pourquoi Dominique Bertinotti doit faire de son cancer du sein un ‘instrument politique' », n’y va pas par quatre chemins. Il profite de l’affaire, après un début d’article assez balancé sur les conditions de la révélation du cancer de la ministre et sur la façon dont elle a raconté son histoire,  par écrire ceci : « Tout plaide donc pour la bascule au «tout DO.« , DO signifiant Dépistage Organisé, et d’annoncer : L’urgence n’est plus à témoigner pour « faire évoluer le regard de la société sur cette maladie » mais à agir pour réformer un système de dépistage encore trop inefficace« . JYNau balaie donc d’un revers de main le sur diagnostic et le sur traitement qui sont les deux problèmes cruciaux du dépistage du cancer du sein (voir Peter Göetzche ICI).
JDFlaisakier, LA, le journaliste vedette d’Antenne 2 (mon oreillette me dit qu’il s’agit désormais de France 2), écrit dans un style consensuel digne du service public et je lis ceci qui me rend perplexe : « Le dépistage organisé subit des attaques récurrentes car on lui reproche d’être à l’origine de surdiagnostic et de surtraitement. Les dernières évaluations présentées par l’association américaine d’oncologie clinique, l’ASCO, chiffrent à 10 % le taux de surdiagnostic, c’est-à-dire d’images suspectes qui s’avèrent, après examen et biopsie, ne pas être le signe d’un cancer. » Ainsi, JDF, confond faux positifs et cancers. Faut-il lire le reste de l’article ? Amen.
Le dévoilement de la ministre adresse au moins six domaines : 
  1. Celui du secret médical. La majorité des patients ne disent pas leur cancer pour ne pas perdre leur travail ou pour qu’on ne les juge pas dans leur travail, en fonction de la maladie qu’ils ou elles ont. 
  2. Celui de la pudeur. La majorité des patients ne disent pas leur cancer pour qu’on ne porte pas sur eux un regard qui les dépouille de leur statut d’êtres humains pour en faire des cancéreux, par exemple, c’est à dire des humains en marge dont la société attend qu’ils se comportent de cette façon ou d’une autre.
  3. Celui de l’attitude de la société à l’égard des patients atteints de maladies graves : du déni à l’apitoiement en passant par la gêne.
  4. Celui de la femme malade dans une société patriarcale.
  5. Celui de l’intendance : l’Annonce, l’attente, les rendez-vous, le suivi médical et par quelles équipes, les relations entre les services hospitaliers et le médecin traitant (pas un mot ni par la ministre, ni par les blogueuses, ce qui montre soit son inutilité, soit son mépris soit son incompétence, petites croix souhaitées), l’accompagnement social…
  6. Celui des croyances sur le cancer du sein (le dépister tôt) et sur les patientes (les battantes s’en sortent)
  7. Ad libitum
Nous sommes en plein pathos.
Décidément une ministre n’a pas le cancer des autres. 
Portez-vous bien Madame Bertinotti.
Je conseille à tous de lire Susan Sontag qui a eu deux cancers dans sa vie, traités l’un aux Etats-Unis et l’autre en France, et qui a réfléchi sur les problèmes du cancer et du sida. 
La Maladie comme Métaphore – Illness as Metaphor (1979 : Christian Bourgois) et Le Sida et ses Métaphores – AIDS and its Metaphors (1989 : Christian Bourgois)
Et, bien entendu, No Mammo ? de Rachel Campergue qui reste, en français, la référence.
Sur ce blog vous trouverez de nombreux billets sur le sujet.
Photographie : Susan Sontag : 1933 – 2004

Continuer la lecture

Publié dans annonce, BERTINOTTI DOMINIQUE, CANCER DU SEIN, mammographie | Commentaires fermés sur Le cancer du sein de la ministre.

Quelle quantité de rayonnements reçoit un patient lors d’une radiographie ou un scanner ?

Les examens d’imagerie médicale (la radiographie et le scanner utilisent les rayons X à des fins de diagnostic) constituent la source la plus importante de rayonnements ionisants reçus par la population après le rayonnement d’origine naturell… Continuer la lecture

Publié dans imagerie, irradiation, mammographie, pulmonaire, radiographie, scanner, source | Commentaires fermés sur Quelle quantité de rayonnements reçoit un patient lors d’une radiographie ou un scanner ?

« Eclairez les dupes » en live (2/2)

Chose promise, chose due: voici la suite des extraits audio de la conférence-débat qui eut lieu le 20 février dernier à l’Equitable café à Marseille (voir les deux posts précédents). Il s’agit toujours de la campagne de dépistage du cancer … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Communication, décryptage, Dépistage, Divers, mammographie, psychologie sociale, publicité, techniques de persuasion | Commentaires fermés sur « Eclairez les dupes » en live (2/2)

« Eclairez les dupes » en live (1/2)

 L’Equitable café en début de soirée… Ci-dessous, la première partie des extraits audio de la conférence-débat donnée à l’Equitable Café à Marseille le 20 février dernier (voir post précédent) sur l’utilisation des techniques de persuasion dans le cadre d’Octobre rose. … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Divers, mammographie, octobre rose, paternalisme, Propagande, psychologie sociale, technique de persuasion | Commentaires fermés sur « Eclairez les dupes » en live (1/2)

« Eclairez les dupes… »

 « Eclairez les dupes, il n’y aura plus de fripons » Il s’agit-là d’une citation de Jean-Eugène Robert Houdin, célébrissime illusionniste français du XIXe et elle constituera en quelque sorte le fil rouge de la conférence que j’aurai l’honneur d’animer à l’Equitable … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans décision, décryptage, Dépistage, désinformation, Divers, influence, mammographie, paternalisme, paternalisme libertaire, réinformation, techniques de persuasion | Commentaires fermés sur « Eclairez les dupes… »

Survivante ou victime du surdiagnostic ?

Dans le domaine du dépistage du cancer du sein, les buts fondamentaux ont tant été perdus de vue que les chercheurs en la matière en sont réduits à formuler des lapalissades et à revenir constamment au b-a ba : « Afin de … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Archie Bleyer, Dépistage, Divers, Gilbert Welch, mammographie, new england journal of medicine, Surdiagnostic | Commentaires fermés sur Survivante ou victime du surdiagnostic ?

Quelche chose dans le ton…

 Le 30 octobre dernier,  paraissaient dans Le Lancet les conclusions du rapport Marmot «The benefits and harms of breast cancer screening: an independant review ». Attendues de longue date, elles disent, en gros, que le dépistage sauve des vies même si … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Divers, mammographie, Rapport Marmot, The Lancet | Commentaires fermés sur Quelche chose dans le ton…

Octobre rose fait son entrée officielle dans le monde de la pub

Lorsque l’on nous faisait la leçon « faire une mammographie de dépistage tous les deux ans, c’est important », que nous entendions « dépisté tôt, un cancer guérit dans 9 cas sur 10 » (alors que le surdiagnostic invalide cette statistique) ou encore que le dépistage, … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Divers, mammographie, Marisol Touraine, octobre rose, publicité | Commentaires fermés sur Octobre rose fait son entrée officielle dans le monde de la pub

Cherchez l’erreur…

UFC-Que Choisir, 25 septembre : « Dépistage du cancer du sein, l’efficacité remise en cause ». Marisol Touraine, 26 septembre : « Personne ne met en cause la pertinence du dépistage. » Cherchez l’erreur … Avant-hier donc, l’UFC-Que Choisir, habitué – et c’est une saine habitude- … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Catherine Sokolsky, Dépistage, Divers, formindep, Lancement Octobre rose, mammographie, Marisol Touraine, Philippe Nicot, UFC Que Choisir | Commentaires fermés sur Cherchez l’erreur…