Archives de catégorie : MAITRE DE STAGE

Basculer… des urgences au cabinet

Apprendre à devenir médecin généraliste implique, depuis peu, de commencer son internat (3 ans, pour l’instant) par une année dite de « phase socle ». Celle-ci est en théorie composée de deux stages de 6 mois à temps plein. Un semestre aux … Lire… Continuer la lecture

Publié dans études, étudiant, examen, expérience, Garde, gatekeeper, généraliste, Hôpital, internat, interne, Litthérapie, MAITRE DE STAGE, médecin, médecine, MEDECINE GENERALE, Niveau 1, OBSERVATION, patient, Réflexion, Santé, SAU, soins, Stage, Urgences, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Basculer… des urgences au cabinet

Observer

« Bonjour, je vous présente Litthé, qui est interne en médecine générale… » Regards entendus, consentement implicite. Parfois, un sourcil se fronce, et on précise « est-ce que vous êtes d’accord pour qu’il assiste à la consultation ? ». Un oui, un non…. Continuer la lecture

Publié dans cabinet, clinique, Docteur, Ethique, études, étudiant, examen, expérience, généraliste, Initiation, internat, job, Litthérapeute, Litthérapie, MAITRE DE STAGE, médecin, médecine, MEDECINE GENERALE, MSU, Niveau 1, OBSERVATION, patient, Santé, soins, Stage, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Observer

Commencer

Je ne sais pas par où commencer. Je veux simplement l’écrire, coucher ces impressions multiples en un simple récit, pour ne pas oublier. Pour relire un jour, à tête reposée, à cœur écœuré ou l’humeur triste et blasée, ces premiers … Lire la suite… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, cabinet, CONSULTATION, empathie, Ethique, études, étudiant, expérience, généraliste, Initiation, internat, interne, Litthérapeute, Litthérapie, MAITRE DE STAGE, médecin, médecine, MEDECINE GENERALE, Méthode, MSU, OBSERVATION, patient, première, Réflexion, relation, Relation de soin, relation soignant-soigné, Santé, soins, Stage, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Commencer

Welcome Pack

Changement de semestre, changement d’interne. Je vais accueillir ma 6ème interne, ce qui ne me rajeunit pas. J’ai déjà dit à quel point c’était une belle aventure à chaque fois, que c’était pas toujours facile, que le changement notamment n’était … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans MAITRE DE STAGE | Commentaires fermés sur Welcome Pack

50 nuances de MSU

Cela va faire 4 ans maintenant que je suis MSU c’est à dire Maitre de Stage des universités, c’est à dire que je reçois des étudiants en stage dans mon cabinet. D’abord, des externes, qui font des stages de 3 … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cabinet, externes, Formation médicale, internes, Les mots des autres, MAITRE DE STAGE, MSU | Commentaires fermés sur 50 nuances de MSU

Les externes, c’est trop bien.

Bon, OK, @docteurmilie a déjà tout dit là. En plus elle l’a pas dit toute seule, elle l’a dit avec ses externes, ce qui est encore mieux. Mais après tout c’est pas parce qu’elle l’a déjà dit que j’ai pas … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cgelav, enseignement, Externe, MAITRE DE STAGE, MEDECINE GENERALE, MSU, Stage, Un peu de tout, vélo sans roulettes | Commentaires fermés sur Les externes, c’est trop bien.

Mes externes

Il y a deux ans maintenant, je devenais maitre de stage et j’allais bientôt commencer à accueillir des externes. Je parlais dans Mon externe de mes attentes, de mes peurs mais surtout de mon enthousiasme à cette idée. Aujourd’hui, je … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans enseignement, Externe, Formation médicale, interne, MAITRE DE STAGE, maitrise de stage, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Mes externes

J’aurais pu faire mieux.

Rétrospectivement, ça m’a fait peur. La catastrophe n’était pas loin. J’ai rattrapé le coup, ça s’est plutôt bien passé. Mais ça m’a travaillée. J’y ai pensé, et re-pensé. Maintenant, j’ai envie de vous en parler. Parce que comme le dit … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans anorexie, CONSULTATION, CONSULTATIONS, erreur médicale, hypokaliémie, MAITRE DE STAGE, Un peu de tout | Commentaires fermés sur J’aurais pu faire mieux.

Médecine à trois : ce n’est pas pour moi.

A la suite de la publication d’un intéressant billet de DocArnica (ICI) nous racontant la pratique de la médecine générale en cabinet en duo avec une étudiante en médecine, je vais mettre les pieds dans le plat.

Je ne suis pas fait pour cela, la médecine à trois.
Je n’aime pas cela.
Cela m’a toujours perturbé.
C’est mon problème : je n’ai jamais été maître de stage et je ne serai jamais maître de stage.
Cela me rappellerait trop l’hôpital (et les institutions en général, et les rapports hiérarchiques en particulier), cela me rappellerait trop les cours que j’ai donnés, les exercices de maths avec mes enfants,  les consultations avec du personnel hospitalier, les consultations avec mes « maîtres » comme on disait dans le temps, consultations qui m’ont bien entendu appris beaucoup de choses, fait gagner du temps, mais aussi « formaté » au point que j’ai cru qu’il n’y avait de médecine qu’en institution, au point que j’ai cru que les tics qui m’avaient été appris étaient la seule façon d’exercer la médecine, et, pour en finir, cela me rappellerait trop les rapports d’autorité.
J’ai instauré des rapports directs avec mes patients, des rapports où l’on parle de tout, où l’on se ment en commun, où l’on se dit la vérité (la fausse comme la vraie) en commun, où l’on partage des moments d’intimité, de connivence, de rire, de tristesse, de tendresse, d’empathie, de solitude, et cetera.
Eh bien j’en suis bien incapable à trois.
Cela fait trente-quatre ans que je m’interroge, dans mes relations avec mes patients, ceux qui viennent toujours seuls, ceux qui viennent toujours en couple, ceux qui viennent toujours avec leurs enfants, ceux qui viennent toujours avec leurs parents, ceux qui viennent avec leurs petits-enfants, ceux dont je découvre les grands parents, ceux que je n’aime pas comme ceux que j’apprécie, ceux dont je me méfie comme ceux avec lesquels je suis en confiance, ceux qui me terrorisent comme ceux que je terrorise, cela fait donc trente quatre ans que je me pose de (sérieuses) questions sur le transfert, le contre-transfert, sur le contre contre-transfert, et voilà que je me demande comment je pourrais faire avec un étudiant en plus, un étudiant qui changerait à chaque fois, un étudiant qui serait un tiers invité dans une relation duelle que j’ai mis des années à partager… A moins bien entendu que l’on envisage les choses autrement : l’étudiant étant le sur moi du médecin généraliste… 
Votre réaction spontanée : résistance au changement. Peut-être. Réticences plutôt, enfin, je crois, à la notion de patient objet d’une relation scientifique ou objet d’examen comme un coléoptère ou un organe quelconque… Exagéré-je ? Le patient objet dans une chambre d’hôpital au vu et au su de tout le monde. Avec des étudiants autour pour mater (et pour apprendre, j’oubliais). J’exagère !
Il n’y a pas que de la médecine dans la vie. Il n’y a pas que de la médecine dans une consultation… Et ce qui n’est pas médecine ne s’apprend pas dans une consultation à trois… Mais surtout : ne se vit pas dans une consultation à trois. Où passeraient les ragots, les on dit, les propos de Café du Commerce, les réflexions sur le monde, la politique, la sociologie, l’anthropologie, le racisme, l’amour, le foot, les échecs, la télévision, le cinéma, et cetera. On m’objecte déjà : ce n’est pas de la médecine générale. Mais si ! Ne me faites pas dire que je fais de la médecine holistique (je ne sais même pas ce que c’est), non, mais de la médecine générale et en général où, pendant les consultations, on parle de tout, on tourne autour du pot pour en arriver à l’essentiel : comment je souffre, comment je vis, comment je vais mourir (ou comment je meurs déjà)…
Et pourtant, je devrais être pour ce trio infernal. Ma tendance spontanée à développer mon ego, à partager mes « connaissances », à confronter mon point de vue avec celui des autres, à jouer spontanément le rôle de Pygmalion, à assener mes références, mes lectures d’articles, mes conceptions sur l’EBM, ma façon d’ausculter un patient ou ma façon de prendre un nourrisson dans les mains et de le déposer sur le pèse-bébé, ma façon de faire se déshabiller ou non les patients et les patientes, ma façon de montrer / cacher ma pudeur ou mon impudeur, ma gêne ou mon arrogance, mes hésitations et mes certitudes, tout cela, cela me flatterait, me rendrait encore plus beau à mes propres yeux, moi qui ai réponse à tout, qui sais tout sur tout ou, suprême élégance, fais semblant de ne pas savoir pour montrer combien cette ignorance renforce le reste, tout ce que je sais… et tout ce que l’on imagine de moi. Cela devrait me convenir pour asseoir mon autorité, ma distanciation, ma théorie de la médecine « Très proche, très distant », pour asseoir mon autorité vis à vis du patient (je lui présente un élève, ce qui signifie que je suis un maître) et de l’étudiant…
Moi qui ai enseigné, moi qui ai fait des cours magistraux, moi qui ai animé des séances de maïeutique (groupes de conviction), moi qui ai animé des travaux dirigés, je sais ce qu’est l’ivresse du professeur, celui qui délivre la connaissance, celui qui répond aux questions, surtout à celles qui n’ont pas été posées, celui qui peut être à la fois autoritaire, patient, camarade, emphatique, blagueur et si student friendly…
Autre chose : j’assimile cette pratique à un jeu de rôle. Et je déteste les jeux de rôle. Cela peut aider certains, j’en suis convaincu, mais pour moi il s’agit de conditionnement, ni plus ni moins. Je suis incapable de jouer au médecin généraliste qui joue son rôle de praticien seul avec son malade alors qu’il n’est pas seul avec son malade… ce qui fait, probablement, que la pratique du maître de stage avec étudiant témoin ne ressemble pas à la pratique du maître de stage quand il est seul avec son patient… c’est de la fausse relation, de la fausse médecine…
Ne parlons pas des problèmes spécifiques de médecine générale, ceux par exemple de la psychothérapie de soutien (masquée), ceux de la consultation anachronique ou décalée (une question évoquée lors d’une consultation précédente qui n’a pu être résolue ou envisagée parce que le patient n’était pas prêt ou parce que le médecin n’était pas affûté), ceux du parcours de soins (pas avec les collègues, celui du patient avec le même médecin pendant de nombreuses années), ceux des sous-entendus, des non-dits qui n’ont plus de sens ou qui se dissolvent en présence d’un tiers… ceux de la pudeur qui n’est pas la même selon les malades, de la pudibonderie, ou ceux de l’audace, ou ceux de la séduction…
Je ne supporterai pas de travailler deux mois de suite avec quelqu’un à côté de moi, non pour me juger, cela m’intéresserait tant, mais parce que ce n’est pas possible de voir tous les malades en trio, de faire toutes les consultations en trio… et je ne parle pas de l’argent de la consultation… et je ne parle pas de la rédaction des ordonnances, un des moments clés de la relation médecin patient ou médecin malade… et je parle pas de la gêne de ne pas savoir, des manoeuvres d’évitement pour ne pas le montrer ou de l’énergie pour, au contraire, le montrer, et des consultations d’annonce de cancer ou d’autre chose…
Je m’arrête là : à trop vouloir prouver…
Dernier point : la consultation à trois est peut-être encore plus compliquée que cela. Il y aurait dans le cabinet, outre le malade jouant son rôle, le malade voulant se montrer à son avantage et le malade terrorisé par le jeu de rôle ou développant ses tendances hystériques ou autres,  le médecin généraliste travaillant seul, le médecin généraliste en tant que maître de stage enseignant, le médecin généraliste en train de jouer les rôles des deux précédents se posant des questions existentielles sur le fait de jouer faux ou non, sans compter l’étudiant lui-même (mais je ne développe pas, ce serait de l’invention pure), l’étudiant jouant aussi son rôle de gentil étudiant en médecine à la Carter ou à la Clooney pour les garçons.
J’imagine que trois thèses ont déjà été écrites sur le sujet de la signification de la consultation à trois et de ses rapports avec la vraie vie et de la façon dont les ordonnances sont rédigées selon et selon… Qu’une bonne âme me les communique.
Il faut donc des maîtres de stage pour enseigner la médecine générale hors institution et j’encourage mes collègues à le faire, mais ce n’est pas pour moi.

(Jules et Jim – François Truffaut – 1962 – Source : ICI)

Continuer la lecture

Publié dans MAITRE DE STAGE, MEDECINE A TROIS | Commentaires fermés sur Médecine à trois : ce n’est pas pour moi.