Archives de catégorie : LOI SANTE

Je consulte le vendredi 13 novembre 2015 et je suis contre la Loi santé.

Voici ce que pourront lire demain les patients dans la salle d’attente, dans mon cabinet de consultation (derrière mon bureau).
NON A LA LOI SANTE

Je suis en grève ce vendredi 13 novembre 2015

Mais je vous reçois en consultation.

La Loi santé est une menace pour vous.

Elle ne met pas fin aux franchises médicales qui pénalisent les plus pauvres et les plus malades.

Elle ouvre des espaces aux mutuelles complémentaires (dont les tarifs ne sont pas proportionnels aux revenus).

Elle autorise désormais des contrats mutualistes fondés sur votre état de santé (les plus malades ou les plus à risque payant plus).

Elle encourage la création de réseaux de soins mutualisés (menace sur la liberté du choix des praticiens et des hôpitaux/cliniques).

Elle autorise le partage de vos données personnelles de santé (risque de rupture du secret médical).

Elle ne donne pas les moyens aux médecins généralistes de s’installer et de mieux vous accueillir.


Ce sont les médecins généralistes, les médecins de famille, qui sont votre meilleure défense contre les menaces de cette Loi.
Parlons-en.

Continuer la lecture

Publié dans grève, GREVE DU 13 NOVEMBRE, LOI SANTE, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Je consulte le vendredi 13 novembre 2015 et je suis contre la Loi santé.

Brigitte Dormont n’est-elle qu’une idiote utile ?

1984 : Emmanuel Goldstein
Sur France-Culture où, par parenthèse, le discours médical haut de gamme est « tenu » par le grand mandarinat (1), Brigitte Dormont a fait des déclarations stupéfiantes (ICI) sur le tiers payant annonçant que sa généralisation (voir LA ce que j’en pense) allait enterrer la médecine générale libérale, ce qui, selon elle, n’était pas une mauvaise chose, parce que cela permettrait aux payeurs de contrôler les prescripteurs et aux politiques de santé d’être appliquées.
Indignation.
Je me dis qu’il faut écrire un truc.
C’est trop !
Dormont vend la mèche allumée par Touraine.
Le Tiers Payant généralisé qui a permis au Parti Socialiste de refaire son unanimité lors du vote de la Loi santé n’était donc pas seulement une mesure de gauche (l’accès libre aux soins pour les défavorisés) mais aussi une mesure de gauche (détruire les méchants libéraux).
On tient la révélation de l’année.

Mais d’autres ont été plus rapides que moi.

Chritian Lehmann et coll. ont produit un articulet (LA), deux billets (ICI et LA) et une video (LA) à la mode UFML  ainsi qu’un peu plus tard un article de blog dans Mediapart (LA) pour nous dire :

  1. que Madame Dormont ne déclarait pas ses liens d’intérêt
  2. que l’économétrie pratiquée par Madame Dormont était une science lyssenkiste
  3. que les mutuelles et autres assurances complémentaires, qui arrosent l’Université Paris-Dauphine (où exerce Brigitte Dormont) sont de vilaines entreprises capitalistes qui recherchent le profit et qui vont manger toute crue l’assurance maladie (solidaire).

A la réflexion : les propos de Brigitte Dormont sont-ils scandaleux, blasphématoires, ou rendent-ils compte de l’évolution inéluctable d’un système de santé français unique au monde dans sa structuration et agité par les tendances lourdes de la mondialisation dont les stigmates les plus visibles sont la financiarisation de la Santé ?

Brigitte Dormont écrit beaucoup.
Je lis aussi un entretien de Brigitte Dormont dans Viva (ICI). Que dit-elle ? Est-elle aussi favorable que cela à la Loi santé de Marisol Touraine ?

  1. Notre sécu n’est pas aussi solidaire qu’on ne le pense
  2. La couverture sociale offerte par la Sécurité sociale aux patients qui ne sont pas en ALD est limitée à 59,7 %
  3. Les règles des complémentaires permettent une sélection des risques … les primes sont plus élevées pour les personnes les plus malades et les plus âgées
  4. Le coût d’une complémentaire n’est pas proportionnel aux revenus et peut atteindre 8 à 10 % pour les ménages modestes (2,5 % pour les hauts revenus)
  5. L’accord national interprofessionnel (ANI) qui généralise la complémentaire santé au sein des entreprises va creuser les inégalités en transférant une couverture financée sur un mode solidaire par une couverture financée majoritairement par des primes indépendantes des revenus
  6. Il existe avec l’ANI un effet d’aubaine pour les mutuelles et une augmentation des primes pour les chômeurs, les vieux et les étudiants
  7. Il faut plafonner le reste à charge (hors dépassements d’honoraires)
  8. Il est nécessaire de définir un panier de soins pertinent en luttant contre les lobbies comme les laboratoires pharmaceutiques et les villes thermales : est-ce à l’Assurance maladie de faire un politique de l’emploi ?
  9. Le tiers payant généralisé … met fin à la fiction d’un paiement direct du médecin par le patient.
J’ai résumé.
Peut-on vraiment dire, en lisant ces quelques lignes, que Brigitte Dormont soit favorable à la Loi santé de Marisol Touraine ?
Et ainsi, de la critique de Lehmann et coll., ne retient-on que leur polémique sur les liens d’intérêt de Brigitte Dormont et de ses piètres qualités scientifiques. Le reste, sur les mutuelles, a déjà été écrit par Lehmann C. (ICI par exemple) et il n’est pas certain que Brigitte Dormont ne puisse y souscrire.

Et je me suis dit que, finalement,  Brigitte Dormont avait fait œuvre d’idiote utile, mais pas seulement.

(Avant de continuer je précise quelques informations sur ma Déclaration Personnelle d’Intérêt (2)).

De quoi Brigitte Dormont est-elle le nom ?

Brigitte Dormont fait partie du main stream de la pensée économique et médicale française, ce qui renseigne, non pas tant sur la collusion des élites que sur notre avenir commun, à moins, bien entendu de croire à un complot mondial dont l’objectif final serait de ralentir l’accroissement continu de l’espérance de vie dans les pays développés et d’augmenter de façon considérable la mortalité infantile dans les pays bénis où n’existent ni le tout à l’égout ni les avancées des idées pasteuriennes.

Brigitte Dormont est accessoirement proche du Parti Socialiste (mais, on l’a vu, pas si proche que cela). Peu importe puisqu’elle est aussi proche du professeur Guy Vallancien connu pour ses idées « progressistes », i.e. sa croyance en un monde néo libéral où les robots remplaceront les médecins pour les actes techniques et où les médecins pourront devenir enfin humanistes (je n’ai pas dit transhumanistes) et, je cite Laurent Alexandre, « accompagner les malades en les tenant par la main », elle participe au CHAM, officine néolibérale sponsorisée par l’industrie où l’on côtoie  et Didier Tabuteau (énarque socialiste), entre autres, officine dont vous verrez ICI le programme de la réunion annuelle 2015 et dont le conseil scientifique, excusez du peu, comprend, entre autres et hormis Brigitte Dormont, le scientifique Claude Evin (voir LA pour une biographie personnelle), le très politique Didier Tabuteau, la brillante Elisabeth Hubert, le transhumaniste Laurent Alexandre (et fondateur de Doctissimo), la brillantissime Denise Silber, papesse de la médecine 2.0 au service du fric, Claude Le Pen et Guillaume Sarkozy, et cetera, et cetera.
Vous savez sans doute ce que je pense également des think tanks proches du PS auxquels notre amie a collaboré comme Terra Nova et dont j’ai analysé la prose futuriste avec beaucoup de distance (LA).

Brigitte Dormont est une idiote utile.

Brigitte Dormont est bien notre idiote utile qui dévoile les intentions cachées de Marisol Touraine (pour ceux qui pensent que Marisol Touraine a une quelconque influence dans le domaine de la santé, lire LA).
Encore faudrait-il que Marisol Touraine eût des intentions cachées.
Marisol Touraine suit le mouvement. C’est tout. Le mouvement généralisé et mondialisé de la médecine dans les sociétés développées. Le mouvement que j’ai décrit cent fois et qui passe par les cases : augmentation inéluctable des dépenses de santé (une analyse de ses tenants et aboutissants serait passionnante puisqu’elle permettrait d’intéresser tous les acteurs de ce jeu de bonneteau sociétal), accès aux soins (dont les soins inutiles considérés comme des « droits »), corruption généralisée des agences gouvernementales de santé, corruption (passive et active) des médecins, droit à la santé (et négation du droit à l’hygiène), hédonisme généralisé, influence déterminante des corrupteurs (big pharma et big matériel pour la médecine proprement dite et big junk food et big tobacco et big alcoolo et big pesticido pour l’hygiène) dans l’appareil d’Etat, ce que j’appelle le lobby santéo-industriel, mise en avant des associations de patients qui, pour défendre leurs droits à être bien soignés, n’hésitent pas à accepter l’argent de big pharma, des mutuelles et à considérer que le consumérisme sauvera le monde, et cetera, et cetera.

Car Brigitte Dormont, dont je ne doute à aucun moment qu’elle ne réfléchisse pas au delà de l’économétrie, passe à côté du contexte général de la Santé dans les pays développés. Mais lui demande-t-on de réfléchir à la place des médecins sur les rôles comparés de la médecine et de l’hygiène dans l’allongement, pour l’instant inarrêtable, de l’espérance de vie ?

Brigitte Dormont est une idiote utile qui souligne que la médecine libérale à la française est une exception mondiale et… française (et je ne reviendrai pas sur ce qui l’a fondée : l’anti étatisme des médecins français). Mais, comme le disent les crétins franchouillards de chez franchouillards qui pensent que le fait d’être les seuls à faire quelque chose donne raison (voir Concorde et Minitel), attention, le ridicule ne tue pas, « la médecine française est la meilleure du monde ».

Brigitte Dormont est une idiote utile qui a constaté qu’une grande majorité des doctorants en médecine, et notamment les IMG, souhaitaient travailler dans des maisons de santé pluridisciplinaires en tant que salariés. Pourquoi ne pas les décevoir ?

Et ainsi, Lehmann et coll. auraient dû, bien au contraire, remercier Brigitte Dormont de mettre les pieds dans le plat.

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante pour qui ne sait pas que la société française est gangrénée par la corruption et que cela n’épargne surtout pas les médecins (Brigitte Dormont est décrite comme une femme de pouvoir qui profite de la haute fonction publique pour manger à tous les râteliers et, notamment, pour collaborer avec l’Etat, l’industrie et les mutuelles. N’engageons cependant pas un comparatif qui serait désastreux entre les niveaux de compétence et de corruption des experts économistes et ceux des experts médicaux. Nous aurions beaucoup à perdre, nous les professionnels de santé). Et le formindep n’est pas en reste en soulignant la corruption des institutions et des médecins par big pharma (ICI).

MEDICAL DOCTORS

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante pour qui ne sait pas que les socialistes en théorie favorisent volontiers la fonction publique (n’oublions pas que les membres de la fonction publique seraient étonnés par un tel constat) en privilégiant l’hôpital (le « camembert » de leur article est classique mais toujours aussi pertinent) et en prônant le salariat pour la médecine générale (on me dit qu’une grande majorité des jeunes médecins et des jeunes doctorants en médecine générale seraient aux aussi favorables au salariat). A ce dernier propos, ajoutons ceci : les partisans du libéral (dont je suis en partie pour des raisons anti étatiques historiques) pensent que c’est parce que nous nous « tuons » à la tâche que les jeunes ne veulent plus faire de médecine générale et préfèrent le salariat mais des enquêtes chez les jeunes en général (les non médecins pour faire court) montrent que non seulement le salariat les attire mais plus encore la fonction publique…

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante quand les auteurs se lancent dans la critique de l’économétrie à partir de formules absconces dont ils tirent la substantifique moelle et nous parlent de Lyssenko à propos de cette universitaire. Pas moins. Ils reprochent à Brigitte Dormont d’étudier les conditions socio-économiques des médecins comme une catégorie comme une autre de la population, de les mettre en comparaison et de s’interroger sur les raisons qui font qu’il y a plus de médecins dans le seizième arrondissement de Paris que dans le neuf-trois. Les études économétriques n’ont pas que des désavantages. Elles comparent. Comparaison n’est pas raison mais les médecins qui, d’un côté, ne veulent plus entendre parler de métier sacerdotal, revendiquent en même temps une légitimité différente (le soin étant différent de la construction de ponts, par exemple). Il est vrai que seuls les économistes mentent. Les médecins, tels des anges descendus du ciel, ne mentent pas sur des phénomènes majeurs de santé publique (sans se servir de formules également absconces) comme le dépistage du cancer du sein, le dépistage du cancer colo rectal ou le remboursement sans façon de nombres d’anti cancéreux hors de prix et inutiles.

La lecture de Lehmann C et coll. est passionnante quand les auteurs rapportent les propos qu’il trouve infâmants de Brigitte Dormont sur les femmes, leur façon de s’installer, leur façon de travailler, et cetera. « Les femmes, ces branleuses peu motivées qui travaillent trop peu », écrivent-ils. Je ne me lancerais pas dans une contre critique des propos prétendûment féministes des auteurs qui font preuve, en l’occurrence, d’idiots utiles en soulignant les charges de travail inhumaines de ces femmes médecins qui doivent gérer un cabinet médical libéral, faire la syndicaliste, faire l’épouse, faire la mère de famille alors que les mêmes hommes, parlons des générations précédentes pour ne froisser personne, avaient une femme secrétaire, une femme femme de ménage, une femme et cetera, et, objectivement, ont toujours un temps de travail ménager moins important que celui de leur femme/épouse/compagne quel que soit son statut. 

Ce qui manque à l’article de Lehmann et coll., c’est la perspective mondialisée de la santé que j’ai vaguement évoquée dans le tourbillon des facteurs concourant à l’état de santé. Mais, prétendre, comme ils écrivent, que « Taper sur la médecine de ville, maillon faible… une spécialisté française », c’est méconnaître la situation de l’exercice de la médecine générale dans presque tous les pays développés, même ceux pour lesquels l’argent investi dans la médecine générale est en pourcentage plus important que celui alloué aux hôpitaux et aux spécialistes d’organes… La lecture de nos cousins britanniques les éclaireraient par exemple : voir LA. Et leur montreraient que, quel que soit le système de rémunération, quel que soit le mode d’enseignement, quel que soit l’accès direct aux spécialistes d’organes, la médecine générale n’attire plus.

Enfin, ce qui manque à l’article de Lehmann et coll., ce sont les perspectives.
Voici un billet de Richard Smith, ancien directeur du BMJ, qui sonne juste et qui devrait parler aux médecins français (ICI) sur les pleureuses.

Cessons de faire les pleureuses et questionnons.

Est-il possible de supprimer les mutuelles ?
Est-il possible de faire baisser les coûts de la santé ?
Est-il plausible de moins prescrire ?
Est-il possible de dissoudre les agences gouvernementales corrompues ?
Est-il possible de mener des véritables politiques de santé publique contre big junk food, big tobacco et big alcool ?
Est-il possible de supprimer la médecine à l’acte ?
Est-il possible de salarier tous les médecins ?
Est-il possible de revoir les programmes de dépistage ou du moins les auditer sérieusement ?
Est-il possible de former plus de médecins à la médecine générale ?
Ad libitum.

Notes :

(1) (sur France Inter le discours médical est lui « tenu » directement et sans aucun complexe par big pharma) et délivre un message convenu sur les progrès ininterrompus de la médecine (ce qui, par ricochet, devrait faire réfléchir à qui, sur les chaînes du service dit public, « tient » l’histoire, la philosophie, l’art, la littérature, la sociologie – encore que l’écoute de Caroline Broué (@cbroue) aux alentours de midi renseigne sur la main mise des Fassin boys, entre autres, sur l’entreprise éhontée de déconstruction du monde au nom de l’écrasement de l’idéologie des Lumières). L’émission Le téléphone sonne du mercredi 17 juin 2015 était un résumé éloquent de la main mise de la cancérologie sur les animaux malades.


(2) DPI :

  1. Je souscris à une mutuelle (AXA) qui me permet de déduire des frais professionnels
  2. Je ne suis pas un fanatique de la médecine libérale à la française
  3. Je suis pour une transformation du paiement à l’acte vers une médecine plus centrée sur des objectifs individuels/sociétaux mais la transition me paraît complexe
  4. Je ne suis pas opposé au Tiers Payant Généralisé (voir ICI) pour des raisons idéologiques mais parce que ce n’est pas au point techniquement
  5. J’ajoute que j’étais médecin référent et que nous avons connu les avantages/inconvénients de ce TPG

(3) Le programme de 2014 (LA) comporte une session intitulée (sans rire) « Bâtir un système sanitaire  équitable : la vision des industriels ».

Illustration.
Emmanuel Goldstein est un personnage d’Orwell (1984), opposant fabriqué par le régime, inspiré par Lev Davidovich Bronstein, alias Trotsky, ce qui ne manquera pas de faire froncer les sourcils des nombreux naïfs qui pensent que le troskisme est un mouvement démocratique. Voici ce qu’en pensait Orwell in Notes on NationalismThe fact that Trotskyists are everywhere a persecuted minority, and that the accusation usually made against them, i. e. of collaborating with the Fascists, is obviously false, creates an impression that Trotskyism is intellectually and morally superior to Communism; but it is doubtful whether there is much difference.


Continuer la lecture

Publié dans corruption, DORMONT BRIGITTE, IDIOTE UTILE, LEHMANN CHRISTIAN, LOI SANTE | Commentaires fermés sur Brigitte Dormont n’est-elle qu’une idiote utile ?

Marisol Touraine en chef du lobby santéo-industriel.

Pendant que les manifestants défilaient loin de ses fenêtres, Marisol Touraine rêvait encore d’un destin national, on avait même appris qu’elle avait pensé au poste de premier ministre avant la nomination de Manuel Valls, mais sa gestion calamiteuse du dossier Loi de santé rend la chose de plus en plus improbable…

Un Ministre de la Santé sans pouvoir. 
Marisol Touraine est ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femme. Mais quel est son véritable pouvoir ? Quelle influence peut-elle avoir sur la Santé publique ? De quelles marges de manoeuvre dispose-t-elle ? Est-il possible, hormis le sociétalisme et le clientélisme, de faire une politique de gauche en ce domaine ? On peut ergoter à l’infini sur qui serait de gauche et sur ce qui serait de droite en Santé publique, il vaudrait mieux se concentrer sur l’essentiel, à savoir l’évolution des désirs de soins (spontanés, stimulés ou construits) dans les pays développés, du fait que la médecine est devenue une marchandise comme les autres, mais qui en douterait encore ?, et que cette marchandisation liée à l’hypermédicalisation de la société fait qu’il n’est plus possible d’agir qu’à la marge… Les tendances constatées dans les pays développés, le modèle américain en particulier, nous amènent à douter d’une évolution humaniste et raisonnable de la santé et nous convainquent plus certainement de l’arrivée d’un modèle purement consumériste avec lequel nous serons contraints de nous adapter ou de mourir. La révolution est en marche et, comme en d’autres domaines, il sera difficile de lutter comme dans le commerce contre la grande distribution, comme dans l’industrie contre la robotisation, comme dans l’élevage contre la mise en batterie, comme dans l’alimentaire contre l’uniformisation, comme dans l’information contre le gigantisme des trusts, comme dans la finance contre les paradis fiscaux et les fonds pourris. La discussion en Santé publique n’est plus entre « libéralisme » et « socialisme » mais entre néo libéralisme de droite et néo libéralisme de gauche. Les différences sont ténues et ce ne sont pas les franchises qui vont emporter le morceau.

La Loi de santé : un fourre-tout minable et non préparé.
Marisol Touraine n’a pas d’états d’âme mais elle est d’une maladresse insigne ou d’une bêtise dans le même métal. Cependant elle est certaine de son fait. Ce qu’elle accomplit au Ministère est fondamental pour sa carrière. Etre chef, ou se croire être chef de la Santé publique en France, lui est monté à la tête.

Son cabinet et ses soutiens dans le Parti pensent que cette Loi de santé est la seule, en dehors des mesures sociétales déjà instaurées, qui pourrait valoriser le quinquennat, marquer les esprits sur le plan social et entraîner sur certains points comme le tiers payant généralisé, l’adhésion des frondeurs, de la gauche de la gauche et des écologistes.
Animée par une volonté farouche de ne pas écouter et de ne pas comprendre que prendre en grippe les professionnels, a fortiori quand on a tort, ne peut mener qu’au désastre et à des conséquences délétères dont la première serait la disparition pure et simple de la médecine générale telle que nous la connaissons actuellement. Ce dont, a priori, elle se moque complètement. Mais elle n’est pas la seule.
La médecine générale est condamnée par tous et chacune des mesures de cette Loi de santé concourt encore plus à sa perte.
Marisol Touraine est aussi très maladroite puisque, sur le sujet du tiers payant généralisé, elle arrive à se mettre à dos, les médecins qu’ils soient de droite, de gauche, du secteur 1, du secteur 2 ou d’ailleurs, les mutuelles, petites ou grandes, les assureurs, les prévoyants alors que chacun aurait pu y trouver son miel.

Marisol Touraine, bras armé du lobby santéo-industriel.
La Ministre de la santé se sent investie d’une mission alors qu’elle n’est que le bras armé du lobby santéo-industriel qui la manipule comme il a manipulé tous les ministres et sous-ministres de la santé qui l’ont précédée. La Santé publique en France est sous influence. Comme ailleurs dans le monde, sans doute, mais, comme nous sommes en France, n’est-ce pas, parlons de ce que nous connaissons un peu.
Marisol Touraine croit, à l’instar de ses prédécesseurs et prédécesseures, qu’entourée des meilleurs experts du pays (sic) elle est capable de décider par elle-même, alors qu’elle n’est le porte-voix des intérêts financiers de ces experts, créés, élevés, nourris, chouchoutés et, finalement, humiliés, par l’argent de l’industrie pharmaceutique, des fabricants de matériel, des assureurs et des banquiers, et elle est persuadée qu’elle est capable de décider par elle-même ce qui est bon pour les médecins, ce qui est bon pour les citoyens, de ce qui est bon pour les malades, ce qui est bon pour sa réélection.

Marisol Touraine à la tête d’un système mafieux.
Qu’il s’agisse des membres de son cabinet, qu’il s’agisse des membre de la Direction Générale de la Santé, qu’il s’agisse des dirigeants des Agences gouvernementales, qu’il s’agisse des happy few qui décident du prix des médicaments, qu’il s’agisse des membres des différents Comités techniques appartenant au Haut Comité de la santé publique ou à d’autres institutions aux ordres dont le fameux Comité Technique des vaccinations, qu’il s’agisse des membres de l’Institut de veille sanitaire, qu’il s’agisse des hauts fonctionnaires des Agences régionales de Santé, qu’il s’agisse des dirigeants de la Caisse Nationale d’Asurance Maladie et de tous les autres régimes, tous ces membres, tous, sont mélés peu ou prou à l’argent, aux influences intellectuelles, politiques et sociétales de l’industrie pharmaceutique et des fabricants de matériel. Sans oublier l’argent répandu incidemment par les industries agro-alimentaires et les trusts les commercialisant, les marchands de sodas sucrés, les vendeurs de hamburgers, les marchands de vin et d’alcool, les marchands de tabac, voire les constructeurs automobiles.
Tous les hauts fonctionnaires, tous les experts, tous les membres à vie des différents comités, tous les directeurs d’agence avec appartement et voiture de fonction, tous les grands professeurs qui parlent à la télé et à la radio, tous les petits professeurs qui en rêvent, tous les universitaires qui rêvent d’être khalifes à la place du khalife, toutes les petites mains, touchent, touchent, touchent, palpent, palpent, palpent, s’empiffrent, s’indigestionnent de l’argent public et de l’argent privé, les tickets de vestiaire comme les repas de midi et du soir, les voyages dans les congrès, les hôtels de luxe ou de moins luxe, et, par l’intermédiaire des Cercles de réflexion où se côtoient les membres de tous les partis dont les moins recommandables, se prennent des décisions influant largement la Santé publique.
Ce n’est pas seulement l’argent qui a tout pourri, c’est aussi le goût du pouvoir, la reconnaissance des  pairs, l’entre soi des universitaires, la conjuration des imbéciles, le partage des prébendes et des prises d’intérêt illicites.

Marisol Touraine est sous influences.
Mais Marisol Touraine a aussi des préjugés : elle croit, en écoutant, en mangeant, en épargnant, en passant des soirées dans des assemblées de sachants, avec ses amis professeurs, son ami le distingué Pelloux, ses amis politiques comme les ex mutualistes de la MNEF puis de la LMDE impliqués puis relaxés dans des faits d’une grande gravité puisqu’il s’agissait ni plus ni moins de pomper l’argent des étudiants, de financer des emplois fictifs, que pour être dans le ton, il faut à la fois toucher au pouvoir, sentir le frisson des grosses sommes, montrer son attachement à l’argent, elle croit donc que seul l’hôpital public est paré de vertus.
Marisol Touraine se vautre dans ce milieu. Elle n’écoute pas la base, elle oeuvre pour le peuple, elle fait son bonheur malgré lui, elle s’entoure de conseillers croupions, de conseillers flatteurs, d’administrateurs déchus de mutuelles étudiantes corrompues, d’apparatchiks qui n’ont jamais rien fait de leurs dix doigts sinon repasser dix fois leur mastère, de conseillers hypercortiqués qui ont compris que pour flatter la ministre il fallait lui dire que le socialisme à visage humain, c’était Jules Guesde et les conseils d’administration du CAC 40, le pouvoir et la concussion, que la modernité c’était d’accepter le capitalisme tel qu’il était (on ne peut refaire le monde), donner le pouvoir à l’industrie seule capable de sauver les sociétés à condition de ne pas être controlée, donner la parole aux lobbys en faisant confiance à leur bonne foi, délivrer les clés de la société à la mondialisation financiarisée qui s’exprime désormais au niveau médical grâce à l’Organisation Mondiale de la Santé et à la fondation Bill et Melinda Gates, rêve achevé de gouvernement mondial de la santé dirigé par les grands argentiers de la planète et les grands groupes internationaux.

Marisol Touraine hait les sans dents.

La liquidation définitive de la médecine générale est des objectifs affiché de cette Loi de santé car, nous l’avons écrit plusieurs fois, et, au delà de ses défauts que j’ai largement dénoncés, la médecine générale, dans sa structure actuelle, décentralisée, incontrôlable, rebelle, irrespectueuse et parfois aussi suiviste, irresponsable, dérange car c’est elle, désormais, qui constitue le contre pouvoir contre les lobbys de la Faculté, de l’industrie, des cliniques, des marchands de vent, des ostéopathes, homéopathes, naturopathes, holopathes, c’est elle qui fait office de whistle blower, de dénonciatrice, de lanceuse d’alerte, c’est elle qui représente la common decency, qui dit ce qu’il ne faut pas dire (et je ne reprendrai pas ici les exemples nombreux depuis le fluor chez le nourrisson, les médicaments anti Alzheimer, le dosage du PSA, le dépistage organisé du cancer du sein, le vaccin anti papillomavirus)… Il est donc nécessaire de l’abattre.
Marisol Touraine, en bonne femme politique (et on n’oubliera jamais, en ces périodes de parité obligée, que les femmes sont des hommes politiques comme les autres), sait (avec Pelloux lui soufflant dans la nuque) en même temps exprimer du faux respect et de la vraie haine pour les manants et les sans dents, tous ces médecins qui n’ont pas fait carrière à la Faculté, tous ces médecins qui n’ont pas fait carrière à l’hôpital, tous ces médecins qui ont choisi le « libéral » pour gagner de l’argent sur le dos de l’humanité souffrante, tous ces médecins mal classés dans les concours de médecine, tous ces médecins qui n’ont pas su ou voulu faire carrière dans ces structures si accueillantes que sont les hôpitaux, où les meilleurs ne sont pas toujours élus ou nommés  pour cause de manque de dents pas assez longues, d’idées politiques pas assez changeantes et en raison de leur impossibilité à être des tueurs. Madame Touraine vomit le libéral généraliste, le libéral de base, celui que l’on appelle, c’est selon, le pivot, le soutier, l’OS, le bon à rien et bon à tout, le médecin généraliste, le spécialiste en médecine générale dont la tache essentielle est de besogner dans le domaine de la bobologie, discipline honteuse dénoncée à la fois par Bernard Kouchner et Emmanuel Chartier-Kastler, le libéral qui vole son argent, qui se fait payer ses études par l’Etat et qui, autre tare, ne suit pas aveuglément les directives de la DGS et de big pharma réunis.

Le soutien des arrivistes qui rêvent de pouvoir.
Mais Marisol Touraine n’est pas seule, elle s’appuie sur des aussi arrivistes qu’elle, elle a des relais puissants, les syndicats médicaux qui, tels les Curiaces arrivent au négociations en ordre dispersé en courant après les médailles, les syndicats médicaux qui, lancés dans une course effrénée au pouvoir, acceptent tout et prennent tout, qui, préoccupés seulement par des intérêts particuliers, finissent par oublier qu’ils sont médecins, mais aussi les groupes de pression qui, demandant la lune, n’auront que le doigt, mais aussi les associations de patients dont certaines se disent ouvertement associations de consommateurs (comme Que Choisir) ou qui avouent leurs liens et avec l’Etat (comme le CISS, syndicat patronal comme il en existe dans les usines) et avec big pharma (Renaloo et autres)…

Une Loi de santé calamiteuse.
Marisol Touraine est aussi inconsciente ou sotte puisqu’elle est en train de promettre sans contrepartie les données de santé individuelles aux mutuelles, aux assureurs et aux publicitaires. Confondant big data et données scientifiques, elle pense, la naïve ou l’imbécile, le doute serait-il permis ?, que la communication des données individuelles de chaque patient pourra plus faire avancer la recherche que rendre transparents les patients pour les mutualistes également assureurs et prévoyants, c’est à dire leur permettre de faire passer la France du principe assurantiel de stricte prohibition à celui du laissez faire imposant aux citoyens d’être soumis (parfois à leur insu) à des tests sensés donner des indications sur leur espérance de vie et donc à moduler leurs primes d’assurance.

Marisol Touraine mise sur les réseaux de soins gouvernés par des mutuelles, mutuelles qui en rêvent et qui en font, à l’image de Guillaume Sarkozy, président de Malakoff-Medéric, leur futur fond de commerce d’un monde paradisiaque où ce seront les mutualistes/assureurs qui choisiront les médecins pour leurs sociétaires, les cliniques où ils pourront être explorés et se faire hospitaliser et/ou opérer, tout en choisissant sans doute, et sur quels critères !, les matériels qui permettront les diagnostics et les traitements, en promettant une baisse des coûts et en conduisant les praticiens et autres professionnels de santé sur la dangereuse voie des négociations tarifaires individuelles portant à la fois sur les honoraires et sur le choix des thérapeutiques.

Marisol Touraine, en bonne socialiste qui n’a pas peur de l’argent, s’appuie aussi sur les fonds de pension qui ont investi désormais les cliniques privées devenues des usines taylorisées pour malades, des fonds de pension qui financent des instituts privés au coeur même des hôpitaux publics, qui ont désormais investi les mutuelles qui se piquent d’acheter des enseignes d’optique avant d’acheter des cliniques, des laboratoires d’analyse (une réforme rondement menée dans l’indiférence générale), des pharmacies (dont la disparition prochaine est annoncée), des cabinets médicaux, voire des dispensaires, des fonds de pension qui ont complètement perverti l’oncologie faisant croire que l’Institut Gustave Roussy était un institut public alors qu’il n’est que la pompe à phynances de big pharma, dans sa variante big onco, et ne sert qu’à promouvoir des thérapeutiques inutiles vendues à grand frais prescrites par des oncologues rapidement formés dont l’objectif principal est d’inclure des malades condamnés dans des protocoles éprouvants, inutilement douloureux, mais extraordinairement rentables pour l’industrie elle-même (qui vend très cher avec des AMM bâclées des produits à peine testés et adoubés par des commissions qui touchent aussi l’argent des industriels, et dont les études sont publiées dans des journaux sponsorisés par elle-même, des articles bidonnés et bidonnants qu’aucun comité de lecture ne relit jamais sinon pour en corriger les incongruités trop flagrantes), un IGR dont on pourrait souligner les liens avec les ARS… Et la boucle est bouclée.

Mais ne croyez pas que cette description apocalyptique soit exagérée. Elle est très en dessous de la réalité. Seule la prudence me rend circonspect. Car l’affaire Mediator dont on nous rebat les oreilles, l’affaire Mediator, modèle de la corruption d’Etat (et pour laquelle l’Etat ne sera pas inquiété), elle n’a rien changé et elle ne changera rien, ne croyez pas non plus qu’elle est unique, elle est un des éléments de la corruption maffieuse et l’affaire Mediator, elle continue encore, non avec Mediator mais avec d’autres produits, d’autres laboratoires, d’autres experts, qui agissent en ce moment sous nos yeux, et tout le monde se tait, tout le monde est aveugle, tout le monde empoche, et Marisol Touraine n’y voit que du feu (soyons aimable). Elle n’y voit que du feu car elle « croit » aux experts que le lobby santéo-industriel a nommés pour elle, elle « croit » aux explications amphigouriques des visiteurs médicaux de la mafia de big vaccin, par exemple. Je ne voudrais pas alourdir mon propos mais le fait que les seules vaccinations obligatoires en France, diphtérie, tétanos, et polio, il ne soit pas possible de les pratiquer sans rajouter d’autres vaccins, eux, non recommandés, sinon en faisant des contorsions administratives. Est-ce normal ? Mais surtout : le sur diagnostic et le sur traitement en cancérologie mais, maintenant, dans tous les domaines thérapeutiques où il existe de prétendues thérapies ciblées, c’est le règne du sur diagnostic, des sur promesses, du sur traitement, du sur prix, qui en parle ?

La médicalisation complète de la société.
Marisol Touraine la souhaite, et elle l’associe au néo libéralisme spirituel (Chacun fait ce qu’il veut, veut, veut…) dont l’Eglise de Dépistologie est un des symboles, l’Eglise de Dépistologie qui a comme dogme que tout organe doit être exploré, que tout incidentalome est un bienfait du ciel, que toute « lésion » et/ou comportement « anormal » doivent être pris en compte au risque d’inquiéter à tort, de diagnostiquer à tort ou de sur diagnostiquer ou de sur traiter parce qu’il faut faire plaisir aux industriels de la mammographie, aux industriels de la cancérologie, aux industriels de l’hospitalologie ou de la clinicologie, aux industriels de la cardiologie qui ne peuvent envisager un patient sans le bilanter lourdement, sans le traiter lourdement… Mais Marisol Touraine est aussi la porte-parole du lobby santéo-industriel qui combat, au nom du fameux néo-libéralisme parfois libertarien, les sociétés non savantes de Préventologie : la collusion avec les lobbys n’a pas de frontière connue, pour elle.
Sa volonté d’être in, de participer au mouvement mondial de la croissance ininterrompue, ici de la médicalisation du monde, de la médicalisation des comportements (traiter les déviants), de la médicalisation de la prévention, de la généralisation du dépistage et de la non mise en oeuvre de la prévention, elle n’en connaît rien, elle est seulement un instrument bieveillant et les mafieux n’ont pas besoin de lui mettre une arme contre la tempe, elle le fait de bon coeur.

Il nous manque un Balzac pour raconter cette société et ses Illusions perdues, il nous manque un Zola pour décrire La Fortune des Rougon, un Flaubert pour rappeler les Bouvard et Pécuchet de notre époque, un Molière pour moquer les Diafoirius et les Petits Marquis que l’on voit se succéder dans les ministères, les dîners mondains et les émissions de télévision sponsorisées par les publicités autour et alentours, un Jules Romains pour nous reknockiser cette société marchande, consommatrice de soins, déjà néolibérale sur le plan philosophique (je fais ce que je veux au moment où je veux et au diable les conséquences pour les autres) et encore libérale sur le plan social (le néolibéralisme c’est pour demain et on verra ce qu’il en est des programmes sociaux, de la CMU ou du RSA), il nous manque aussi un George Bernard-Shaw qui alliait la critique sociale et sa détestation de la médecine et de certains médecins, un Thomas Bernhardt pour rendre compte de la bêtise, de l’obtusité, de la corruption implacable de nos élites et de leur insatiable envie de pouvoir et d’argent, sans compter, désormais, et nous ne sommes pas loin de l’Autriche, la ou les collusions avec l’extrême-droite. Sans oublier nos amis McKeown et Illich pour nous éclairer sur la vraie nature de ce systéme maffieux. Peut-être nous manque-t-il surtout Dashiel Hammet et James Elroy.

En guise de conclusion.
Nous sommes à la fin d’un monde.
Nous arquebouter sur nos certitudes d’hier fera que nous serons les victimes de cette révolution consumériste. Résister ou nous organiser ? Ou proposer du neuf ? C’est l’enjeu.

Continuer la lecture

Publié dans LOBBY SANTEO-INDUSTRIEL, LOI SANTE, MAFIA, TOURAINE MARISOL | Commentaires fermés sur Marisol Touraine en chef du lobby santéo-industriel.

Je n’irai pas travailler le dimanche 15 mars. LOL. (Quelques raisons) d’aller à Denfert-Rochereau.

Pierre Laroque : 1907 – 1997. Fondateur de la Sécurité sociale.

Je vais aller dimanche 15 mars 2015 manifester contre la loi de santé.

Je manifesterai pour montrer que je ne suis pas content.

Je vous ai déjà expliqué en préambule contre qui et avec qui je vais défiler (LA).

Voici (LA) sur le site officiel du gouvernement le justificatif, je dirais, en termes marketing, l’accroche de cette loi.

Notre système de santé est performant mais inéquitable, c’est pourquoi il est indispensable de le refonder. La loi de santé s’articule autour de trois axes : prévenir avant d’avoir à guérir, faciliter la santé au quotidien et innover pour consolider l’excellence de notre système de santé.

Ce préambule est à la fois un tissu de mensonges et un programme atterrant de santé publique quand on connaît les tenants et les aboutissants de tout cela (corruption, fraude, concussion, sur diagnostics, sur traitements, dépistages sauvages, prévention inexistante, prises illégales d’intérêts, pots de vin, et j’en passe).

Pour ce qui est du projet lui-même, vous le trouverez ICI.

Je fermerai donc mon cabinet ce dimanche (j’ajoute qu’il est fermé tous les dimanches pour ceux qui n’auraient pas compris).

A l’origine il y avait trois raisons essentielles pour que je refuse cette loi de santé.

Je vous les expose : 

  1. Le Tiers-Payant Généralisé. Je suis contre pour des raisons purement administratives car je ne veux pas que ma secrétaire passe son temps à récupérer des impayés ou à ne pas récupérer des impayés (je ne parle donc pas des médecins qui n’ont pas de secrétariat ou un secrétariat à mi-temps… la double peine pour eux…), je refuse cette mesure « socialiste » qui est un chiffon idéologique sur lequel est inscrit le slogan « Accès aux soins pour tout le monde » pour faire passer le reste, à savoir et surtout le fait que la médecine générale est considérée comme de la merdre en barre par des décideurs qui, ne sachant pas ce que c’est que de prendre un rendez-vous chez leur médecin traitant, pensent que les pauvres en sont privés. Pour le reste, les arguments à la khon sur le patient doit payer de sa poche, il faut responsabiliser le patient, cela va augmenter le nombre d’actes, tout ce qui est gratuit ne vaut rien, c’est du flan intégral et des arguments d’hypocrites. Les médecins et les patients sont irresponsables et on le sait depuis longtemps, les médecins en prescrivant tout et n’importe quoi à des malades (ce serait un moinre mal, à des citoyens) qui sont heureux de profiter du système par tous les bouts avec la complicité des premiers. Les médecins et les patients, dans une grande danse effrénée, font du consumérisme à tout va et participent au gâchis généralisé des ressources sans que l’on ressente la moindre amélioration sur la satisfaction de tout le monde et sur l’amélioration des indices de santé publique. L’autre argument selon lequel les honoraires ne vont plus dépendre que d’un tiers qui ne serait pas le patient pourrait effectivement être recevable si cela n’était pas déjà le cas pour environ 70 % d’entre eux… Encore qu’au bout du compte, ce soient quand même les  cotaisations qui règlent tout cela (sans compter le déficit chronique des comptes publics). Non, le problème est administratif, la multiplicité des payeurs (et la multiplicité des régimes, vache sacrée de la République), l’absence de guichet unique, et les difficultés que vont entraîner le paiement d’actes déjà insuffisamment rémunérés. Je serai donc pour quand les problèmes de paiement seront résolus, ce qui n’arrivera jamais.
  2. Les réseaux de soin organisés par les mutuelles. Je suis contre. « La loi permet donc la mise en place de réseaux de soins et autorise les mutuelles à conclure des conventions avec certains professionnels de santé, les assurés pouvant bénéficier de tarifs moins élevés et de meilleurs remboursements. » Voir ICI. Nous nageons en plein délire. Les assurés des mutuelles qui, en théorie, n’avancent pas d’argent pour des examens complémentaires, vont payer moins cher. Et c’est la mutuelle qui va choisir pour le médecin traitant quels seront les médecins et les endroits où ils pourront adresser les patients. C’est la générication de la santé et de l’adressage aux spécialistes d’organes. Comment les choix seront-ils faits ? Sur quels arguments ? Sur l’épaisseur de la moquette ? Sur le nombre (non déclaré) d’infections nosocomiales ? Sur le classement du journal Le Point ? Mais il est possible également que le parcours de soin passe à la trappe : les assurés (vous avez remarqué que je n’ai parlé ni de citoyens ni de patients) liront que le docteur X est agréé Mutuelle Machin et il ira le voir in petto.  J’ai toujours été contre les réseaux de soins ou plutôt contre les soins en réseaux (voir ICI) parce que j’ai toujours pensé qu’il s’agissait de l’exportation hors les murs des pratiques et des diktats hospitaliers. Et dans ce cas il n’y avait pas d’intervenants extérieurs au monde médical. On va passer du disease-management CPAM (les khonneries à la Sophia dont l’inanité et l’inutilité sont évidentes et ont été montrées ICI par exemple) au disease-management mutualiste étendu au delà des pathologies chroniques (voir LA pour des informations en français sur le modèle). La loi de santé va formaliser dans le mauvais sens, celui du choix des non médecins (Guillaume Sarkozy, impudent capitaine de mutuelle, par exemple) pour les médecins et pour les patients. Au lieu d’un système de soins centré sur les patients (patient-centered care) cela deviendra un système de soins centré sur les mutuelles qui ne représentent que l’AMC dans le remboursement, c’est à dire très peu, et qui gèreront les choix des médecins. Le monde à l’envers. C’est ce que les Anglo-Saxons appelleraient le stakeholder-centered care. Une abomination.
  3. Le pouvoir des ARS. Désormais les ARS auront les pleins pouvoirs, aidés en cela par la représentation nationale, pour décider de l’implantation des médecins généralistes, pas des spécialistes d’organes qui sont de grandes personnes, mais aussi pour décider de l’implantation des services, des IRM (voir LA) et le reste. La rationnalisation de l’offre de soins est évidemment un objectif louable car ne rien faire signifierait laisser le marché s’auto-réguler, ce qui est une imposture libérale bien connue. Mais les ARS sont les instruments du pouvoir politique, pas les acteurs des politiques de santé, il y a bien des comités de pilotage mais ce sont des comités croupions, le décisions étant prises auparavant. Les ARS, en outre, sont un repaire d’incapables qu’il a fallu recaser à la suite des regroupements multiples, salaires élevés, postes irresponsables, incompétence notoire, voitures de fonction et appartements dans le même genre, après le démantèlement de différentes structures antérieures (comme l’ASE par exemple). On ne peut faire confiance à ces profiteurs ignares du système qui ne connaissent rien à la santé mais qui, forts des modèles économiques extérieurs, et de leurs lectures hâtives sur des expériences étrangères, se posent en experts de la réorganisation des territoires, des coeurs et des reins.
En réalité, il y a bien d’autres raisons, vous vous en doutez. Les énumérer serait fastidieux mais ferait aussi oublier qu’il nous faut d’abord proposer et ensuite négocier. Il ne faut pas que cette manifestation soit un catalogue de récriminations mais un catalogue de propositions.

Comment réécrire la Loi Santé ? J’entends bien les slogans « No Négos » mais est-ce bien raisonnable alors que le corps médical et les professions de santé en général tirent à hue et à dia dans des directions parfois opposées ? Quel est le point commun entre le médecin généraliste salarié qui travaille à mi-temps ou à temps partiel en PMI et le radiologue interventionnel qui travaille dans plusieurs cliniques à la fois ? Quel est le point commun entre le médecin généraliste rural qui fait lui-même les points de suture et le médecin généraliste urbain dont le SAMU est distant de quelques minutes ? Quel est le point commun entre l’ophtalmologiste libéral en secteur 2 et le psychiatre libéral en secteur 1 ? Mais je pourrais multiplier les exemples à l’infini. Dire que la FHF (Fédération Hospitalière de France) ne cesse de casser du sucre sur les libéraux qui seraient à l’origine de l’engorgement des urgences, dire que le toujours médiatique Patrick Pelloux, dire que les cliniques privées sont déjà sous la coupe des fonds de pension, dire que les mutuelles, dire que… Si je voulais faire de la démagogie je dirais que le seul point commun c’est le patient. Mais où est le patient ? Est-il visible ? Ou n’est-il qu’un enjeu économique et de pouvoir de plus ? Ou n’est-il qu’un instrument au service de tous ?

Le slogan « No Négos » est un slogan creux car les grandes avancées sociales (il en est même qui souhaitent des accords de Grenelle…) ont été obtenues, certes par la revendication, mais, plus encore, par la négociation.

Quant aux états-généraux de la médecine proposés par d’autres ou les mêmes, ceux qui ne sont pas capables de lire la lettre d’un correspondant jusqu’au bout ou d’écouter leur patient jusqu’au bout de ses plaintes, ils voudraient une grande messe, j’imagine le bordel, et on pourrait réunir ce petit monde jusqu’à la fin de la présence de médecins généralistes authentiques dans le paysage médical français, que certains se battraient encore pour être sur la photo.

Car la plus grosse urgence, c’est la disparition programmée de la médecine générale et de certaines spécialités.

Où sont les propositions pour que la médecine générale ne disparaissent pas ? Où sont les propositions pour que plus de 17 % de médecins généralistes formés s’installent en libéral ? A part le C à 50 euro ?

Nous le verrons la prochaine fois.

Illustration : Pierre Laroque (voir ICI pour quelques éléments le concernant).

Continuer la lecture

Publié dans ARS, LOI SANTE, MANIFESTATION, MEDECINE GENERALE, MEDECINE GENERALE INSTITUTIONNELLE, réseaux, TIERS PAYANT INTEGRAL GENERALISE | Commentaires fermés sur Je n’irai pas travailler le dimanche 15 mars. LOL. (Quelques raisons) d’aller à Denfert-Rochereau.

Je n’irai pas au cabinet le dimanche 9 mars (LOL) et je serai à Denfert. Préambule.

Je vais aller dimanche manifester contre la loi de santé que vous pouvez consulter ICI mais j’ai hésité et j’hésite encore.

Préambule.
Cela fait au moins trois siècles et demi que je ne suis pas descendu dans la rue. J’ai été immunisé dans les années soixante et soixante-dix contre les mouvements de foule protestataires qui étaient surtout des selfies (pardon pour l’anachronisme) politico-moraux.
Parce que je ne suis pas content du tour général pris par la santé publique en France (désolé pour la grandiloquence).
Le problème vient de ce que je vais manifester (avec) beucoup de gens que je n’aime pas ou que je voudrais pas fréquenter professionnellement. Je pourrais les citer en détail et énumérer les erreurs qu’ils ont commises dans la gestion de nos métiers mais à quoi bon ressasser et à quoi bon me faire penser à mes propres insuffisances, à mon désengagement progressif lié à ma divergence presque totale vis à vis de la pensée ou des pensées dominantes dans mon milieu professionnel ? Car je suis autant coupable que les dirigeants syndicaux qui ont pactisé avec le diable depuis une quarantaine d’années : je les ai laissé faire.
Je vais (aussi) manifester avec des gens qui croient pouvoir réinventer le monde (à défaut de pouvoir le réenchanter) en faisant des propositions irréelles, irréalistes, corporatistes, et, pour tout dire, démagogiques (le C à 50 euro par exemple, comme il y a quelques années les communistes voulaient doubler le smic, bla bla bla) et qui croient, les braves gens, à l’autorégulation d’une profession qui n’a jamais su se penser. ces libéraux devraient se rappeler Adam-Smith et d’autres qui pensaient que le prix des choses reflétait ce qu’elles valaient réellement. Peut-être que le contenu de nos C « vaut » 23 euro. Peut-être.
Je vais aussi manifester avec des confrères et consoeurs qui se rendent compte que le monde les a dépassés, que la société n’a plus besoin d’eux en tant qu’experts ou que professionnels ou qu’artisans du corps humain mais qu’elle est en train de les utiliser pour assouvir ses rêves eschatologiques de vie éternelle, d’existence sans douleurs, de soumission des désirs à la technique, de division de la conscience sans réflexion éthique, d’asservissement du corps humain au bien être intégral…

Les mêmes confrères et consoeurs qui investissent dans les fonds de pension s’étonnent que des fonds de pension investissent dans la médecine (et notamment dans les médicaments, les matériels et… les cliniques privées). Les mêmes qui sont libéraux dans leurs pratiques bancaires, patrimoniales ou fiscales s’insurgent contre la financiarisation de leur métier.
Le problème vient de ce que je vais (aussi) manifester contre des gens qui sont les instrumentts serviles de la mondialisation de la médecine et qui, au lieu de réfléchir aux adaptations qui pourraient permettre de rendre le système plus acceptable, croient que la seule façon d’être moderne c’est de céder aux sirènes du libéralisme. Le changement de ministre de la santé (et il faut dire que notre ministre de la santé est particulièrement inadaptée à l’empathie, à la réflexion, au dialogue et à la compréhension) ne produirait rien de bien nouveau car la mondialisation est actée dans nos métiers et parce que les fonctionnaires de l’Etat, qu’ils soient de gauche ou de droite, sont paralysés par l’envie de bien faire, c’est à dire de faire entrer définitivement la médecine dans l’ère post moderne : financiarisation, paiement à la performance, normalisation des pratiques, consumérisme, médicalisation complète de la société, hyperspécialisation (alias taylorisation) des médecins, patients en batterie comme dans les fermes industrielles, protocolisation des soins, corruption généralisée depuis les décideurs jusqu’aux professionnels de santé de base, et cetera.

L’évolution mondiale de la médecine est celui de l’industrie dans les années soixante-dix et il va y avoir de la casse. 
Cela vaut-il donc le coup de manifester ?
Je suis parmi les défenseurs de la médecine générale, celle dont tout le monde se fout mais qui fait l’objet de déclarations enflammées et sans suite, et que faut-il pour que le système de santé résiste ? Des artisans, des petits entrepreneurs, des artistes de la relation médecin patient ou médecin malade, des indépendants… mais aussi des hommes et des femmes qui sont conscients qu’ils ne sont plus de ce monde.
C’est la médecine générale qui sauvera le système mais une médecine générale fière, inventive, libre, propositionnelle.

Je vais manifester dimanche (je ne sais d’ailleurs pas sous quelle bannière car j’ai compris que personne ne se mélangerait, que chaque syndicat comptera ses troupes, chaque groupe de pression aura son coin, chaque métier, même) mais je sais que le rouleau compresseur de la mondialisation est en train d’écraser l’artisanat de nos cabinets. Je me ferai écraser par les chenilles des chars mais j’aurais été là.

Inutile ? Sans doute pas si les négociateurs négocient.

Cela dit, et pour conclure ce préambule par une note plus optimiste : il est donc nécessaire de négocier, de négocier pied à pied, de négocier chaque détail, chaque point, chaque virgule, pour que les technocrates « modernes » et libéraux plient sur un certain nombre de points .

Pour finir, je vous proposerai dans les deux jours qui viennent deux chapitres importants : les « vraies » raisons de ma manifestation et « mes » modestes propositions pour améliorer le système.

A bientôt.

Continuer la lecture

Publié dans LOI SANTE, MANIFESTATION, MEDECINE GENERALE, MEDECINE GENERALE INSTITUTIONNELLE | Commentaires fermés sur Je n’irai pas au cabinet le dimanche 9 mars (LOL) et je serai à Denfert. Préambule.

Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre. Premier épisode.

Il n’y a de richesse que d’hommes

Je suis désolé mais je ne ferai pas grève entre le 23 et le 31 décembre 2014.

Avant que je ne continue vous avez le droit de me « traiter ». Je peux vous fournir une liste d’adjectifs et vous avez même le droit au choix multiple. Mais j’ai une préférence : jaune briseur de grève.

Mais ne pensez pas que je sois ravi de mon sort de médecin généraliste.

Disons que je relativise.

Et que je suis médecin généraliste dans l’âme.

Je suis, certes, médecin, mais je suis avant tout médecin généraliste car je ne connais pas de plaisir plus intense que d’exercer la médecine générale.

Est-ce du corporatisme ?

Le médecin généraliste que je suis est avant tout un ignorant qui en sait moins sur le rein que le néphrologue (j’aime bien d’ailleurs lire Perruche en Automne), moins sur le coeur et les vaisseaux que le cardiologue (j’aime bien lire Grange Blanche qui a malheureusement fait une pause), moins sur l’oeil que Le rhinoceros regarde la lune, moins sur les poumons que Totomathon, ou sur la peau que La Boutonnologue, et je pourrais continuer presque à l’infini, l’infini des organes. Il est évident par ailleurs que les spécialistes qui ne blogguent pas et qui ne tweetent pas sont aussi valeureux que ceux que je viens de citer, les spécialistes d’organes à qui j’adresse des patients parce qu’ils partagent, pas tous, le choix n’est pas toujours possible, les mêmes valeurs et préférences que moi.

Les habitués de ce blog sont assez clairvoyants pour penser que je n’adresse pas un patient asthmatique chez un pneumologue parce qu’il a lu la triade Proust / Kundera / Roth, qu’il écoute régulièrement Don Juan / Jenufa / Turandot en n’omettant pas Coltrane / Don Cherry / Desmond,  et qu’il apprécie Klee / Carpaccio / Bacon, mais quand même s’il a lu Bachelard / Illich / McKeown, c’est quand même un plus.  Et s’il ne dit pas de mal de La Revue Prescrire pour des raisons sottes, ce n’est pas mal non plus.

Mais mon ignorance organique, loin de me déranger, me plaît : elle me permet de contempler l’infinie variété de mon métier et son insondable et vertigineuse diversité. Et elle me permet aussi de me réjouir de peu pratiquer des actes techniques et d’être avant tout un non manuel de la médecine.

S’il est de bon ton de dire que personne ne sait ce qu’est la médecine générale (j’ai publié là dessus) il est quand même évident que lorsque un ou plusieurs médecins généralistes qui ne se connaissaient pas auparavant se rencontrent au hasard d’une soirée ou pendant des vacances à la mer, au delà des différences individuelles, de leur appartenance ou non à un syndicat, de leurs opinions politiques ou confessionnelles, de la marque de leur maillot de bain, ils se reconnaissent immédiatement, ils savent immédiatement de quoi ils parlent, ils savent avec quoi ils se collettent tous les jours, qu’ils exercent dans les beaux quartiers ou dans les « quartiers », ils appartiennent au même monde anthropologique, ils ont en face d’eux les mêmes patients, les mêmes problèmes, les mêmes interrogations, et le même système qui est l’éléphant dans le cabinet de consultation, ils n’ont pas besoin de se présenter. Et cette intimité entre inconnus, cette proximité entre collègues, cela, aucun autre médecin (non généraliste) ne peut le ressentir.

Je voudrais dire aussi ceci : ceux qui font bouger les lignes depuis des années, ce ne sont pas les spécialistes d’organes, ce sont les médecins généralistes de base, ce sont les Christian Lehmann, les Dominique Dupagne, les Louis-André Delarue, pour ne citer que les plus emblématiques (je suis en train de me faire des ennemis en ne citant pas les autres), qui ont dénoncé le fluor (pas les dentistes, pas les pédiatres), le dosage du PSA (pas les urologues), les frottis tous les ans (pas les gyn-obs), le dépistage organisé du cancer du sein (pas les radiologues, pas les gyn-obs, pas les oncologues), les anti Alzheimer (pas les neurologues, pas les gériatres), les glitazones (pas les diabétologues), les pilules de troisième et quatrième génération (pas les gynécologues, pas les dermatologues), la vaccination anti grippale et le tamiflu (pas les virologues, pas les infectiologues) et cetera, et cetera.

Disons que cette grève ne va pas servir la médecine générale et les médecins généralistes.

C’est mon corporatisme à moi. Donc, je ne la ferai pas.

Car ce mouvement est avant tout corporatiste : il mélange des chèvres et des choux et personne ne me fera croire que j’ai, en tant que médecin généraliste, les mêmes intérêts que les notaires (qui se disent « furibards », ils ont dû réunir une assemblée générale du Rotary ou du Lion’s pour trouver un adjectif aussi désuet, vieilli et vieillot), les pharmaciens, les artisans taxis, les infirmiers et infirmières, les huissiers de justice, les kinésithérapeutes, j’en passe.

Car ce mouvement « libéral » dont la majorité des membres râle toute l’année contre les grèves de nantis fonctionnaires à la SNCF, à la RATP ou dans les transports aériens se met à mimer la CGT ou Sud dont les slogans habituels sont « Nous faisons chier le pauvre monde pour défendre les intérêts de tous » en fermant les cabinets pour une semaine en prétendant que c’est pour le bien de la santé publique.

Car ce mouvement composé de médecins qui ont fait dix ans d’études (quelle contrainte !) compare ses honoraires, son niveau de vie, ses habitudes sociales à ceux des coiffeurs et des plombiers dans un emballement mimétique abasourdissant alors que l’on n’a jamais vu un coiffeur ou un plombier faire grève (sinon récemment des sans papiers employés au noir dans des salons de coiffure low cost).

Car ce mouvement dont un des objectifs est de libérer le secteur 2 et de tuer les mutuelles veut nous faire croire qu’en augmentant les honoraires libres le reste à charge pour les patients ou non patients consultants va diminuer ! Est-ce que les adhérents des mutuelles ont été consultés ? Est-ce que les citoyens ont été consultés ?

Car ce mouvement, devenu par un tour de passe passe anti capitaliste quand il s’agit des Mutuelles et parlant de lutte contre les fonds de pension internationaux (i.e. sans doute les hedge funds luxembourgeois) oublie de parler, dans sa défense de l’hospitalisation privée (il n’y a plus de cliniques mais des hôpitaux privés par une sorte de renversement sémantique), des intérêts internationaux présents dans les groupes de santé avec, par exemple, l’Australien Ramsay Health Care actionnaire majoritaire de la Générale de Santé, le plus gros groupe « français »… Vous pouvez même, les gauches de la gauche du mouvement, consulter, une fois n’est pas coutume le blog de JL Mélenchon : LA.

Car ce mouvement, qui s’oppose à juste titre aux réseaux de soins mutualisés ne dit rien des réseaux de soins actuels centrés autour de l’hospitalisation privée où les spécialistes d’organes capturent les patients de ville et les rabattent sur les structures dans lesquelles ils ont des intérêts. Ce consumérisme médical est le fondement du néo libéralisme rawlsien : le citoyen patient qui a lu Doctissimo ou qui écoute son coiffeur décide de passer un examen complémentaire et le médecin prescrit. Si le médecin ne prescrit pas le patient conscient de ses droits ira en voir un autre et écrira au CISS ou à Que Choisir pour se plaindre que l’accès aux soins n’est pas assuré. Parce que j’en ai le droit et Parce que je le vaux bien.

Car ce mouvement ne prend pas en compte la montée irrépressible des associations de patients, sinon pour leur dire ce qu’elles doivent penser (voir LA), ces patients qui sont, ne l’oublions pas, le troisième élément de l’Evidence Based Medicine. Vous savez que je suis à fond pour les associations de patients (je me demande d’illeurs pourquoi et de quel droit je serais contre) à condition qu’elles respectent une politique claire concernant leurs liens et possibles conflits d’intérêt.

Mais surtout.

Deux points constituent le centre de la crise de la médecine et Ce mouvement ne peut en parler.

La corruption généralisée.
Le gouvernement et les agences gouvernementales sont infiltrés par big pharma et big matériel et les politiques publiques, depuis les campagnes de santé publique jusqu’à la fixation du prix des médicaments, sont dominés par le lobby santéo-industriel qui a ses leviers de commande, ses obéisseurs, ses toutous, comme la DGS ou les différentes ARS.
Depuis la première année de médecine, et même avant dans les prépas, jusque dans les couloirs des hôpitaux publics et privés et ceux des cabinets médicaux libéraux big pharma et big matériel règnent en maîtres.

L’arrogance médicale.
Le rôle de la médecine dans l’amélioration de l’espérance de vie dans les pays développés et, surtout, de l’amélioration de l’espérance de vie en bonne santé, est lié aux conditions socio-économiques et aux pratiques individuelles.

Espérance de vie à 35 ans selon le sexe et la catégorie socio-professionnelle.
Une femme cadre a une espérnce de vie de 51,7 ans à 35 ans.

Pour la suite de nos réflexions sur le Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre je parlerai plus précisément des problèmes que pose la Loi santé comme le Tiers Payant Généralisé et / ou les réseaux de soins mutualisés et sur les solutions que n’apporte pas Ce mouvement concernant les déserts médicaux, la démédicalisation nécessaire de la société, l’hospitalisation publique, le cas des spécialités d’organes qui demandent un effort particulier, et cetera.

    Continuer la lecture

    Publié dans CORPORATISME, grève, HOSPITALISATION PRIVEE, LIBERALISME, LOI SANTE, MUTUELLES, UFML | Commentaires fermés sur Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre. Premier épisode.