Archives de catégorie : Le Matricule des Anges

Mémoire : les boissons alcooliques ne sont plus faites pour les intellectuels

Guy Debord  écrivait peu mais buvait beaucoup. Blondin (Antoine)  but beaucoup et mangea peu. Surtout vers la fin. Bacon (Francis) ne peignait que semi-dégrisé. Céline (Louis-Ferdinand) avait l’alcool en horreur. Il écrivit comme personne avant lui. Rabelais (François) simulait l’ivresse comme personne. Il inventa une langue et réjouit les cœurs. Villon écrivait, buvait – et volait […] Continuer la lecture

Publié dans Albin Michel, Gallimard, Grasset, Inserm, Le Matricule des Anges, Le Parisien, Presses Universitaires de France | Commentaires fermés sur Mémoire : les boissons alcooliques ne sont plus faites pour les intellectuels