Archives de catégorie : KHON

Patrick Pelloux, ce khonnard (joueur de khon, instrument de musique thaïlandais).



On savait déjà que cet urgentiste mondain était un khonnard (pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un khonnard, c’est un joueur de khon, instrument de musique thaïlandais).
Khon ou orgue à bouche. Instrument de musique thaïlandais.
On savait aussi qu’il avait perdu pied avec la médecine de ville, avac la médecine libérale (traître mot pour cet habitué des cabinets ministériels).
P. P.: Je suis totalement d’accord. La médecine s’est éloignée de ce lien social au profit des protocoles… Le dialogue avec le patient, c’est fini. On ne palpe plus, on fait des échographies. Un mal à la tête? On vous prescrit direct un scanner. Un souci de respiration? On vous envoie chez le cardiologue. 
On savait encore que ce médecin était un chieur qui emmerdait tout le monde (et ses collègues urgentistes) et dont la théorie philosophique « Moi et Ma Pomme » suffisait à son bonheur. On avait espéré à un moment qu’on l’exilât à Berck, mais, peine perdue, il est toujours à Paris.

Il y a aussi des journaux de merdre comme L’Express qui publie des classements truqués des hôpitaux, où l’hôpital qui a le moins d’infections nosocomiales est celui qui en a le moins déclaré.
Eh bien, qui l’aurait cru, le journal de merdre a rencontré le joueur de khon d’urgentiste. L’Express, au lieu d’interroger un médecin généraliste, est allé chercher un zozo salarié des hôpitaux qui ne sait de la médecine générale que ce qu’il en a entendu dire ici ou là.
L’Express, pour présenter un film sur Rembrandt, interroge un vendeur de tomates sur les marchés ou un journaliste sportif.

Cela dit, pour être juste, le réalisateur du film, pour dire des khonneries, il est aussi champion du monde.
T. L.: D’autant qu’en un siècle toutes les maladies ont été décrites. Si on sait décrypter les signes, on peut facilement identifier une pathologie.
Mais notre ami PP surenchérit (il va être bientôt invité chez Busnel à La grande Librairie)
P. P.: Le monde médical est riche d’une littérature formidable. Il existe des vieux livres de sémiologie grandioses. Les mecs te racontent des tumeurs, c’est du Zola! Bientôt, les médecins auront perdu le verbe et le complément. 
Je m’arrête un moment pour consulter mon avocat qui me dit que je vais m’attirer de graves ennuis en racontant des vérités.
Patrick, pour revenir au film de Thomas, votre oncle était lui-même médecin de campagne… 
P. P.: A Combs-la-Ville, oui, près de Melun. A l’époque, c’était la campagne. Quand il est mort, on m’a refilé son matériel. Le mec avait tout pour faire les accouchements! Son cabinet se composait d’un bureau et, derrière, il y avait sa salle d’examen, avec du carrelage. Remarquez une chose: quand vous allez chez un médecin aujourd’hui, il n’y a que du parquet ou de la moquette. Pourquoi? Parce qu’ils ne prennent plus les gens qui saignent. Un médecin de campagne, il a l’habitude. Le sang, ça tache et ça se nettoie facilement sur du carrelage. On sent que le personnage joué par François Cluzet a l’habitude de cette réalité, qu’il n’a pas peur de se salir. Le plus beau, c’est sa relation avec cette personne âgée dont il veut respecter la volonté de ne pas aller à l’hôpital.  
Mais en lisant son entretien dans l’Express (je ne vous donne pas le lien de peur que vous n’avaliez de travers) je me rends compte que c’est lui qui devrait être attaqué en justice et devant le conseil de l’ordre. Comme cette éminente psychanalyste oeuvrant sur France-Culture qui avait été condamnée par deux fois par l’Ordre des médecins après qu’elle eut prétendu que les enfants suivis par les médecins généralistes étaient plus en danger que ceux suivis par des pédiâââââtres… (voir ICI)
T. L.: Un chiffre: 80% des gens meurent à l’hôpital. C’est devenu leur dernière demeure. Dans le monde moderne dans lequel on vit, on pourrait espérer mourir de son grand âge et pas d’une longue maladie! Mais c’est un cercle vicieux: moins on a de médecins dans les campagnes, plus les familles se sentent isolées et incapables de prendre en charge le mourant. Et, en règle généra le, quand les gens se sentent impuissants, ils voient dans l’hôpital la solution. 
P. P.: Alors que, pour les personnes âgées, rester chez elles est ce qui les maintient en vie. Bien sûr, elles finissent par ne plus faire grand-chose et limitent leur conversation à la météo. C’est un signe: quand vous commencez à vieillir, vous ne parlez que de la pluie et du beau temps. Moi, je n’en parle plus! N’empêche. C’est très long et compliqué de savoir parler aux personnes âgées; les bons gériatres le savent. Quand il n’y a pas de spécialiste disponible, le généraliste dit qu’il ne peut rien pour vous.  
L’accumulation de sottises, de contre-vérités, d’approximations, de mensonges sur les médecins généralistes et la médecine générale montre une profonde bétise de ce médecin doute que je puisse en être un.
Et, en plus, il parle de lui, il tisse le lien social en buvant un café avec des victimes… Tragique garçon.
P. P.: Et, au-delà de ça, il faut élargir le rôle du médecin, qui ne se limite pas au diagnostic. Hier et avant-hier, j’étais au Bataclan: les patrons sont un peu inquiets car la salle va inéluctablement basculer vers un lieu de mémoire. Ils ne savaient pas s’ils devaient ouvrir avant les travaux pour que les gens viennent s’y recueillir. J’ai évidemment approuvé cette initiative. J’ai passé deux jours avec la cellule d’urgence médico-psychologique. Vu que je suis médecin urgentiste, les psychologues et psychiatres me demandaient ce que je faisais là. Je préparais du café, j’accueillais les gens, on buvait un coup avec les victimes, on discutait… On a fait du lien social. 
Et on me dit que c’est le grand ami de cette fossoyeuse (pour les royalties voir Christian Lehmann) de Marisol Touraine…
P. P.: Faut dire que Médecin de campagne, ça manque de flingues! De sexe aussi! C’est même pas un superhéros! Tu aurais pu lui mettre une cape! Blague à part, ton film est essentiel parce que tu montres qu’un médecin n’est justement pas un superhéros.  
Cela ne m’étonne pas.

Donc, si je pensais que l’Ordre des médecins servait à autre chose qu’à ramasser des cotisations et à faire des films de pub, j’aurais un nombre de procès en diffamation à faire contre le dénommé joueur de khon dont le mépris pour ma profession est au delà de tout ce qu’il est possible d’imaginer et dont la qualité première est l’ignorance de ce dont il parle.

Continuer la lecture

Publié dans KHON, l'Express, MEDECINE GENERALE, PELLOUX PATRICK | Commentaires fermés sur Patrick Pelloux, ce khonnard (joueur de khon, instrument de musique thaïlandais).

Le mur des khons à la sauce médicale.

L’affaire du local (privé) du Syndicat de la Magistrature où l’on a trouvé le fameux « Mur des cons » mériterait de nombreux commentaires (qui ont déjà été faits). Je m’abstiendrai d’en rajouter une couche.
Enfin, si.
Un commentaire : le Syndicat de la magistrature se dit de gauche. Il a été attaqué très souvent pour sa partialité (par la droite). Et violemment. Le Syndicat de la magistrature est un donneur de leçons. Il prétend s’attaquer aux puissants et défendre les faibles, lutter pour l’indépendance, et cetera. La pauvreté des arguments de défense du Syndicat (voir ICI) est ahurissante. Que le niveau de réflexion d’un syndicat de magistrats soit aussi basique, et ils ont eu le temps de réfléchir, me sidère. Il y a aussi un Communiqué de presse sur le site qui est du même tonneau (LA). L’entretien (exclusif) (sic) accordé au journal Le Parisien par la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, nous ne ferons aucun commentaire sur l’acronyme), Françoise Martres, et son secrétaire général, Eric Bociarelli, est assez croquignolet : 
  1. Le « mur des cons » s’attaquait aux idées pas aux personnes (c’est le titre de l’entretien). Le distinguo subtil ne nous convient pas mais c’est plaidable. Il est évident que lorsque l’on dit que Jacques Servier est un khon, par exemple, on ne vise pas sa personne, seulement ses idées…
  2. C’est pas nous qui avons commencé dit EB : « Nous étions sous pression, et ce mur était un exutoire satirique confiné dans un espace privé.« Cet argument de cour d’école pourrait donner des idées aux avocats pour leurs plaidoiries. 
  3. Les images ont été volées, voilà un argument fort à mon avis et il est fourni deux fois, par EB « Cette droite que nous combattons a vu dans ces images volées le prétexte qu’elle attendait pour nous faire taire. » et ici : « Christiane Taubira feint d’ignorer qu’il s’agit là d’images volées exprimant des opinions privées. Notre parole publique n’a jamais été prise en défaut.« Il est vrai que cette circonstance est préoccupante mais elle semble bien acceptée quand il s’agit d’écouter les conversations privées de Jérôme Cahuzac. La jurisprudence Plenel, à savoir, comme j’ai été méchamment écouté par les sbires de Mitterrand, je fais pareil avec la FFF ou Cahuzac, est devenue une évidence publique que personne ne remarque sinon les ennemis (forcément de droite et d’extrême-droite de Mediapart) de la transparence comme vertu républicaine. A lire un billet de blog de Véronique Hurtado (ICI) sur le site Mediapart qui ne manque pas d’humour mais qui mélange beaucoup de choses dont les suicides de salariés (c’est bon, cocotte, cela fait vendre…) en n’y connaissant rien, et qui nous donne une super idée sur le nom de Mélenchon (qui apparaît tout jeune sur les affiches…).
  4. A la réflexion  du journaliste du Parisien « Deux pères de victimes étaient également épinglées » FM répond que les idées de ces deux personnes étaient condamnables et quand on voit ce que FM leur reproche « suppression du juge d’instruction » pour l’un et « plus de répression » pour l’autre, on se demande si Madame la présidente sait ce qu’est un délit d’opinion ou la simple liberté d’expression.
  5. A la question « Etes-vous de gauche ? » FM répond sans sourciller : « Pour autant, nous ne sommes affiliés à aucun parti politique. Nous avons d’ailleurs critiqué plusieurs fois Christiane Taubira sur ses atermoiements.« Cette réponse est obligatoirement fausse, nous ne cherchons pas, mais il est certain qu’au moins un membre du SM a, est ou a été membre d’un parti politique. Quant à l’argument de la critique de la ministre de la justice comme justification de l’indépendance, il est pitoyable et indigne d’une magistrate. 
  6. « Ce mur ne pose-t-il pas la question de votre impartialité ?  » demande encore le journaliste. Eh bien, la réponse de FM ne déplairait pas à Daniel Floret et à Bruno Lina : « On peut être un juge engagé et exercer son métier de façon impartiale.« Je crois que FM devrait relire les grands classiques de la sujétion, dont la fameuse, trop fameuse expérience de Milgram (ICI). Un séminaire de SM à programmer… Mais la fin de la réponse est savoureuse : Puisque l’UMP le fait, on le fait.
  7. Nous terminerons par ce propos fort d’EB : »Notre parole publique n’a jamais été prise en défaut. » Si : dans cet entretien.
Pourquoi je vous parle de cela ? Ce n’est pas mon domaine, ce ne sont pas mes oignons. Si. Quand même. Les magistrats que je verrai, si, je ne l’espère pas, je passe devant la justice, je me demanderais si, à la suite de mon post, je ne suis pas sur un mur des cons.
Enfin, le mur des cons m’a fait penser à mon blog.
Plusieurs personnes m’ont dit et écrit que mes propos critiques contre certains médecins pouvaient passer pour des attaques personnelles, qu’elles étaient mal venues et qu’elles pouvaient blesser ou qu’elles pouvaient faire penser que je m’attaquais ad hominem et non es qualités. J’y réfléchis. Je pourrais dire, comme le SM, que ce sont eux qui ont commencé… Mais surtout que leur pouvoir de nuisance médiatique est beaucoup plus fort que le mien. Mais il est possible que mon blog soit une sorte de mur des khons.
Et le mur des cons m’a fait penser à l’e-santé. 
Il y a un truc qui me chiffonne sur les blogs médicaux tenus par des médecins et à la lecture des tweets émanant de confrères (mais il peut y avoir des pseudos qui donnent le change), c’est le patient bashing.
N’est-ce pas, d’une certaine façon, un mur des khons à l’extérieur d’un local syndical ? Mes malades sont khons et cela me soulage de le dire. Mes malades sont khons et je l’affiche. Mes malades ne comprennent rien et je raconte les anecdotes. Cela me permet d’évacuer mon stress que de dire que mes patients sont khons… Les écoles de marketing, celles qui sont sérieuses, affirment qu’il n’est pas possible de vendre un produit si on méprise son client… Comment « vendre » une relation avec un malade s’il sait, le malade, qu’il est possible que « son » médecin dise du mal du patient quand il a le dos tourné ? 
Imagine-t-on un médecin bashing ? Des blogs de patients consacrés uniquement à dire du mal de ce khonnard de médecin que l’on vient de voir en consultation ? Que diraient les médecins ? ne protesteraient-ils pas ? Même sous le couvert de l’anonymat. Dans le genre « Mon médecin ne comprend rien à ce que je lui dis. Je lui dis que cela me gratouille et il pense que cela me chatouille… Ah le bouffon… »
Bon, on se calme.
Cela dit, dans le même genre, le dernier billet de Des Spence, ICI, est consacré aux patients qui ne se rendent pas aux rendez-vous hospitaliers (10 % des patients) (en anglais DNA : Do Not Attend). Il raconte que tout le monde s’indigne, que cela fait perdre beaucoup d’argent au NHS, qu’on leur envoie des courriers courroucés, qu’on voudrait leur coller des amendes, qu’on prévient les journaux… Pourquoi ne pas les afficher sur un mur des khons ? Et que dit Spence ? Il défend les lapinous (ceux qui posent des lapins) : les lignes téléphoniques des hôpitaux sont injoignables et, l’argument est assez surprenant et rarement mis en avant en France, il existe des variations d’adressage des patients à l’hôpital allant de 1 à 10 entre les médecins… ce qui ne peut manquer de dérouter les patients. 
Je voudrais rajouter ceci : si Des Spence souligne qu’il y a beaucoup de rendez-vus annulés par les hôpitaux la consultation hospitalière en France est véritablement scandaleuse si on la compare, par exemple, à la consultation libérale. Faudrait-il, au lieu de vilipender les patients qui ne se rendent pas à leurs rendez-vous (ce qui n’est pas bien, nous ne les excusons pas, nous en sommes les victimes tous les jours ou presque) sans prévenir, rapporter les conditions de la consultation dans de nombreux hôpitaux publics ? Des exemples à afficher sur le mur des khons médecins ou sur le mur des khons institutionnels ? Je donne quelques exemples : annulation des médecins au dernier moment ; consultations où les retards se comptent en heures ; convocation de tous les malades à la même heure pour que la caisse de l’hôpital puisse récupérer l’argent ; arrivée des patients à six heures du matin pour être les premiers sur la liste d’attente…
Je suis sorti de mon sujet mais j’y suis revenu avec une grande facilité. Non, les patients ne sont pas des khons attardés que l’on attaquerait sur leurs idées et pas sur leurs personnes. Non, il n’est pas bien (je veux dire rentable moralement) de taper sur les patients à longueur de blogs et de tweets, une façon différente de celle (ancienne) de nos mandarins pour exprimer l’arrogance médicale et le mépris de ces pauvres citoyens qui ne sont même pas capables de comprendre les enjeux de la Santé Publique…
Après avoir défendu les patients, enfin, je crois, je vais parler ensuite du e-patient (à suivre).

PS du 12 mai 2013 : une Tribune de magistrats dans Le Monde me rend perplexe : la réflexion de ces juges sur les conflits d’intérêts est très en amont des conceptions que nous avons.  Voir ICI 

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS HOSPITALIERES, KHON, LAPINS, MUR DES CONS, MUR DES KHONS, PATIENT BASHING | Commentaires fermés sur Le mur des khons à la sauce médicale.