Archives de catégorie : HbA1c

Traitement du diabète de type 2 : des propositions alternatives

I-Tranches de vie : •Mr B. est âgé de 60 ans, diabétique de type 2 et hypertendu depuis 20 ans. Il était réparateur d’appareils ménagers, métier qu’il aimait beaucoup. Du fait des changements d’habitudes de vie, on ne répare plus on change, à 50 ans il s’est retrouvé sans emploi ce qui l’a beaucoup affecté. […] Continuer la lecture

Publié dans ARTICLES, atorvastatine, Cardiologie, Diabète, Diabétologie, HbA1c, Iatrogénie, incrétino-mimétiques, insuline, metformine, Statine, surmédicalisation, surtraitement, tahor, traitement | Commentaires fermés sur Traitement du diabète de type 2 : des propositions alternatives

Sérenpidité du suivi des patients. Histoire de consultation 179.

Madame A, 64 ans, est diabétique non insulino-dépendante, hypertendue, dyslipidémique et en surpoids. On peut même dire qu’elle est une diabétique pas bien équilibrée selon les canons de la médecine réglementaire puisque son HbA1C est à 8,2 (et que nous n’arrivons pas à faire baisser depuis des années malgré une pression artérielle, un LDL cholestérol, une fonction rénale et une rétine aux taquets). 
Les recommandations recommandent une HbA1C aux alentours de 7 (j’ai toujours aimé l’expression « aux alentours » issue de la Revue Prescrire).
Pourquoi cette patiente n’est-elle pas bien équilibrée sur le critère de substitution HbA1C ? 
Vous avez plusieurs options : c’est la faute du médecin qui la suit (le docteur du 16 depuis une une bonne vingtaine d’années), c’est la faute de la patiente, c’est de la faute de la société, ou vous mélangez le tout.
Nous étions convenus qu’elle se fasse opérer du genou (prothèse totale) en raison de lésions arthrosiques majeures très invalidantes pour une femme qui a la responsabilité de sa famille (mère, petits-enfants, arrière petits-enfants).
Je la revois l’autre jour au décours de son intervention (qui s’est « bien » passée), de son séjour en centre de rééducation (qui s’est bien passé à quelques détails près), de son retour à domicile (qui s’est mal passé car elle n’a pu continuer la rééducation, aucun kinésithérapeute ne voulant ou ne pouvant ou les deux se déplacer à domicile). 
J’ajoute que cette patiente a déménagé et habite désormais à plus de 20 kilomètres de mon cabinet et qu’au lieu de me contacter elle a essayé de se débrouiller toute seule, « pour ne pas me déranger ».
Quoi qu’il en soit, je la reçois, l’examine et me rend compte qu’elle n’a pas récupéré une flexion complète mais, bien plus, que sans exercices, elle a régressé depuis sa sortie du centre de rééducation. Je lui prescris des séances de kinésithérapie (elle pourra s’y rendre car elle conduit désormais) et lui donne des conseils d’auto rééducation.
Mais voici l’affaire.
Durant son séjour au centre de rééducation, les médecins, à juste titre, ont trouvé que ses objectifs d’équilibration diabétique n’étaient pas atteints. Ils ont changé son traitement. Ce qu’elle n’a pas supporté (non désir de changer, effets indésirables, refus de se faire piquer). Elle leur a dit expressément qu’elle ne voulait pas continuer. Ils ont insisté. Ils l’ont menacée d’appeler son médecin traitant (ce qu’ils n’ont pas fait) pour l’obliger à l’observance (une nouvelle cause nationale ?). Tant et si bien qu’elle a refusé de se faire piquer (un nouveau médicament qui n’est pas de l’insuline), a fait semblant de prendre ses nouveaux médicaments et a continué à prendre en cachette ceux qu’elle prenait avant (metformine et glibenclamide) que lui rapportait l’une de ses petites-filles.
Une performance.
Plus de trois semaines après la sortie du centre je n’ai toujours pas reçu de compte rendu mais le compte rendu opératoire est arrivé.
Elle m’a dit également qu’on lui avait conseillé de demander à son médecin traitant de lui prescrire un lecteur de glycémie afin de mieux contrôler son diabète (je rappelle ici, et malgré les scandaleuses campagnes de publicité grand public que l’on entend actuellement pour inciter les diabétiques tout venant de demander à leur médecin de leur prescrire des lecteurs de glycémie, que les lecteurs de glycémie sont réservés aux diabétiques utilisant l’insuline — voir ICI– et que non seulement c’est hors nomenclature mais qu’en plus aucun essai n’a montré un quelconque avantage à se servir de ce type d’appareil pour équilibrer un diabète).
Nous sommes convenus avec la patiente de doser son HbA1C avant que je ne lui represcrive ses médicaments, le dernier dosage remonte à mi août, et, au dernier moment, avant qu’elle ne quitte le cabinet, je découvre ceci : durant son séjour de 3 semaines au centre de rééducation elle a perdu 8 kilos ! « La nourriture était tellement mauvaise. »
Ainsi apprends-je par la bande que le fait de ne pas manger fait maigrir… que la patiente, ce que je savais, ne « faisait pas de régime » alors qu’elle « prétendait » faire des efforts (ce qui était sans doute vrai)… que la nourriture n’est pas très bonne dans certains établissements mais que cela sert de révélateur de la malbouffe généralisée qui règne à l’extérieur.
Le culte des indicateurs et des critères de substitution (ici l’HbA1C) conduit à l' »innovation » : de nouveaux médicaments non éprouvés et chers sont prescrits pour remplacer des médicaments peu efficaces mais connus. 
Sans doute en toute indépendance de big pharma.
Le rêve des lobbys agro-alimentaire et santéo-industriel (ce sont souvent les mêmes), c’est une HbA1C « convenable » obtenue grâce à des médicaments coûteux prescrits à des personnes qui continuent de manger « normalement », c’est à dire en consommant (trop) de la nourriture à la mode. 
Les campagnes de dépistage du diabète sont un épisode de plus de l’hypocrisie ambiante : le tout coca et le tout McDo sont favorisés par la pub, le tout dépistage est favorisé par la pub, le tout traitement est favorisé par big pharma, et, en bout de chaîne, les médecins (mais bien entendu les médecins généralistes en premier lieu) sont désignés comme coupables du non dépistage (voire peut-être de la non prévention).
Les patients ont, heureusement, une histoire personnelle, mentent à leur médecin, s’en sentent parfois coupables, n' »observent pas » et gardent leur libre-arbitre tout en étant bombardés de publicités délétères et de conseils fallacieux. 
Les médecins, eux, n’écoutent pas assez leurs patients, et il arrive qu’ils soient à la fois trop intrusifs (de quoi je me mêle) ou pas assez (vous auriez pu le savoir avant). Où placer le curseur ? 
Quant à la médecine générale, c’est quand même compliqué. Nous croyons gérer et le patient s’échappe, nous croyons être au courant et le patient a ses propres vues sur la question (qui est aussi sa question), nous avons des « certitudes » qui se traduisent par des « aux alentours de 7 », nous avons l’illusion également de pouvoir faire son bonheur malgré lui… Nous sommes dans le règne de l’incertitude. C’est ce qui me plaît dans la médecine générale. Le danger essentiel de notre métier vient de ce que tout dans notre attitude, le verbal comme le non verbal, la prescription comme la non prescription, l’adressage comme le non adressage, la bonne comme la mauvaise conscience, est potentiellement source de dégâts collatéraux ou de bénéfices imprévisibles qui affeectent la vie et l’entourage de nos patients et malades. 

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, CRITERES DE SUBSTITUTION, Diabète, HbA1c, INDICATEUR, innovation, REGIMES, SERENPIDITE | Commentaires fermés sur Sérenpidité du suivi des patients. Histoire de consultation 179.

Une insulinothérapie simplifiée.

Mme R., née en 1951, est hypertendue et diagnostiquée diabétique depuis 1999. Avec un traitement par glibenclamide (Daonil°) à dose maximale elle présente une HbA1c à 8 %. Les glycémies élevées associées à cette HbA1c sont mal tolérées par la patiente : malaises, polyalgies. Le diabétologue instaure un traitement par metformine embonate (Stagid°), la metformine (Glucophage°) prescrite […] Continuer la lecture

Publié dans ADMINISTRATIF, Diabète, ET EN PRATIQUE ?, HbA1c, incrétino-mimétiques, insuline, metformine, traitement | Commentaires fermés sur Une insulinothérapie simplifiée.

Quelle place pour les incrétino-mimétiques liraglutide (Victoza°) et sitagliptine (Januvia°) dans le traitement du diabète de type 2 ?

  A ce jour les recommandations concernant la prise en charge médicamenteuse du diabète de type 2 reposent sur l’HbA1c, critère intermédiaire dont la corrélation avec la morbi-mortalité se fonde sur de faibles niveaux de preuve. L’ association metformine-sitaglitpine (Januvia°, Xelevia°, Janumet°, Velmetia°) n’a montré qu’une non infériorité sur l’HbA1c versus l’association metformine-sulfamide et l’association metformine-liraglutide […] Continuer la lecture

Publié dans Diabète, HbA1c, incrétino-mimétiques, insuline, metformine, SCRIPTS, traitement | Commentaires fermés sur Quelle place pour les incrétino-mimétiques liraglutide (Victoza°) et sitagliptine (Januvia°) dans le traitement du diabète de type 2 ?