Archives de catégorie : grippe

Scènes de la vie vaccinale en France

Parler des vaccins est devenu difficile (truisme).Critiquer tel ou tel vaccin est devenu impossible (fait).Imaginons qu’un médecin dise et publie qu’il existe des impuretés dans certains lots (génériques) de valsartan. Dira-t-on pour autant qu’il est u… Continuer la lecture

Publié dans grippe, PERRIN ANDRE, PRINCIPE DE CHARITE, VACCINATION CONTRE LA GRIPPE | Commentaires fermés sur Scènes de la vie vaccinale en France

Le ministère de la vérité inventé par ORWELL existe vraiment, je l’ai rencontré

Dans son roman 1984, George ORWELL décrit un régime policier totalitaire.     Ce régime qui restreint les libertés de ses citoyens possède un ministère qui réécrit l’histoire et les faits réels aussi souvent que nécessaire pour « coller… Continuer la lecture

Publié dans autorités sanitaires, Exposition médiatique, grippe, indépendance, Ministre de la santé, Propagande, réflexion personnelle, Santé publique | Commentaires fermés sur Le ministère de la vérité inventé par ORWELL existe vraiment, je l’ai rencontré

Adieu 2017, bonjour 2018

Une année de plus de passée. Je souhaiterai, alors que la nouvelle année commence,revenir sur cette année 2017. Que s’est-il passé en cette année écoulée, qui soit notable dans l’évolution de la santé? Jetons un coup d’œil dans le « rétroviseur ».   Dès le début de l’année, les décisions et comportement du Conseil de l’Ordre des […] Continuer la lecture

Publié dans Autorités médicales, autorités sanitaires, conflits d'intérêt, Conseil Ordre des Médecins, contrainte, croyance, Députés, Ethique, GARDASIL, grippe, ignorance, indépendance, industrie pharmaceutique, liberté, moralité, politique, pratique de la médecine, réflexion personnelle, Société, vaccination | Commentaires fermés sur Adieu 2017, bonjour 2018

Grippe en silence

Comme chaque hiver, la grippe sévit dans les pays tempérés, et cela ne changera probablement pas puisque cette maladie n’a jamais cessé de frapper l’homme et ses animaux domestiques depuis le néolithique. La grippe ne tue pas plus ni moins … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans grippe, immunosénescence, médecine, silence, vaccin | Commentaires fermés sur Grippe en silence

Vaccin contre la grippe : des questions sur le faible taux de couverture vaccinale.

Comme chaque année, la question de la vaccination anti-grippale revient sur le devant de la scène, cette fois d’une façon dramatique pour certaines personnes. Les décès survenus dans l’EHPAD lyonnais du groupe Korian posent évidemment des questions. Tout d’abord on … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans EHPAD, grippe, MALADIES INFECTIEUSES, masque, vaccin | Commentaires fermés sur Vaccin contre la grippe : des questions sur le faible taux de couverture vaccinale.

Confessions d’un accro de la médecine

Joyeux Noël à tous!! Et comme je n’ai pas eu le temps de rédiger un DragiWebdo cette semaine (mais j’ai quand même mis de côté quelques articles pour le prochain numéro), voici une petite histoire compensatrice…. Bonne lecture!
21 octobre, 21h00: demande à Mme Dragibus de me vacciner
Refus et échec cuisant
21h15: auto-injection dans le deltoid gauche:
EVA 2/10 au moment de l’injection
23h00: apparition d’une pesanteur dans le bras gauche et le triceps (zut, j’ai du mal viser!)
22 octobre 9h00: réveil, douleur dans le deltoïde gauche et érythème local autour du point d’injection (c’est bon, j’avais bien visé! même si je suis pas sur que ça change grand chose en réalité)
23h: persistance de la gène au bras gauche et début de rhinorrhée (Ça y est, c’est le virus de la grippe qui agit! j’espère que la nuit me soulagera pour ne pas avoir un rhume d’homme)
23 octobre 4h00: réveil nocturne, je sens ma gorge qui me démange. J’hésite à aller prendre un Paracetamol (du Doliprane en l’occurrence). Devant la taille du comprimé et ma fatigue. Je renonce et m’enfouis sous mes couvertures « pour ne pas attraper froid » (je crois que c’est trop tard…)
8h30: réveil (oui, je me lève tôt le dimanche parce que mon adorable fille avait faim parce que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt!), je sens la rhinorrhée postérieure qui a œuvré toute la nuit, la bouche asséchée par la respiration buccale compte tenu de la congestion nasale que je subis.
Objectif: rapidement prendre un chocolat chaud, du miel et si ça ne va pas mieux, préparer du sérum physiologique, voire un Rhino Horn (aux grands mots, les grand remède!)
10h: avec l’occupation de la matinée, j’ai totalement oublié de prendre mes placebos, mais les symptômes vont mieux. Même le bras n’est quasiment plus engourdi. Quasiment…
24 octobre 20h56: j’ai complètement oublié de tenir ce journal. C’est probablement parce que je n’ai plus ressenti de gêne depuis le précédent rapport. D’aucun dirait que la non tenue systématique de ce carnet de bord pourrait être une source de biais dans l’évaluation des effets indésirables. Mais mon propre « case report » n’aura probablement pas de grand échos étant donné l’impact factor de mon blog (D’autres diront alors que les petits cours d’eau forment les grandes rivières, et que l’impact factor: c’est de la merde. Il n’auront pas tord.)
27 octobre 10h05: Cher journal, non je ne t’ai pas oublié, mais j’allais particulièrement bien, en dehors d’une rhinorrhée transitoire que je peux probablement rapporter au fait de me balader en T-Shirt alors que les températures ont chuté. Ainsi, la tolérance de ce vaccin anti-grippe me semble acceptable, étant donné que mes jours de souffrances ne se sont pas prolongés.
31 octobre 22h30: Alors que je relisais en détail les articles pour le Dragi Webdo de la semaine, je m’aperçois que cette injection dans le bras que je me suis auto-administrée ne repose sur rien. Certes, je savais que ça ne reposait déjà pas sur grand chose. Mais là, j’espère que je n’aurai pas un des multiples effets indésirable grave que j’ai pu lire sur doctissimo ( névralgie, convulsion fébrile, encéphalomyélite, névrite, vascularite avec atteinte rénale) . Nan mais sérieusement: ça fait flipper! je comprends que les patients ne soient pas pour se faire vacciner si on leur balance des noms terrifiants de la sorte sans information de fréquence, de causalité/plausibilité, ou de balance bénéfice risque! Et c’est valable pour les autres vaccins également (surtout, à vrai dire…). Heureusement, qu’en dessous, on peut lire « Tamiflu » et « Relenza ». Ce sont visiblement des médicaments qui guérissent de la grippe pour quand on est pas vacciné, même que leurs multiples effets indésirables ne sont pas visibles facilement! C’est qu’ils doivent être efficaces et inoffensifs! Du moins, c’est ce que doit penser, à tord quelqu’un qui cherche a se renseigner sur la grippe…
8 novembre, 00h09: Cher journal, il est tard, je sais. Mais cela fait 3 jours que j’ai mal au bras gauche et je ne peux m’empêcher de penser à un début de myofasciite à macrophage lié au vaccin mais mon Vaxigrip ne contient pas d’aluminium. J’en conclus que c’est probablement une tendinite du long biceps (dû au portage de ma fille), même si les test de la coiffe des rotateurs ont une mauvaise sensibilité et spécificité… Donc ça n’exclue pas l’effet indésirable du vaccin!
21 novembre 21h21: Quand je repense à ceux qui me racontent leur épisodes grippaux, certains compliqués d’hospitalisation, je me dis que le bénéfice individuel n’est probablement pas nul. Le bénéfice collectif de la vaccination du médecin ambulatoire est plus incertain. En attendant, me voilà à J30, et toujours pas de grippe pour moi! Il faudrait que j’insiste auprès de ma grand mère qui est vraiment à risque, malgré ses refus quasi-catégoriques…
20 décembre, 18h12: J’avoue avoir complètement oublié que j’étais en train d’écrire ce billet depuis le mois dernier. Mais hier, une toux est apparue en soirée, suivie aujourd’hui d’une fièvre mesurée à 39,2°C en rectal en axillaire corrigée, et une grosse fatigue. Heureusement, le Paracetamol 1000mg que je possédais m’a permis de tenir la journée, mais demain: consultations. Aucun doute, c’est la grippe. (Ok, je n’ai pas de courbatures, mais peut être demain?) Ce foutu vaccin n’a pas marché du tout! A moins qu’il m’ait tout de même empêché une hospitalisation. Car c’est ce qu’il faut comprendre: le vaccin n’empêchera pas d’avoir la grippe, il empêchera (peut être, c’est loin d’être du 100%) d’avoir une grippe sévère hospitalisée. Après quoi, chacun fait son choix. N’étant pas particulièrement à risque, je travaillerai demain avec un masque pour vaincre ce rhume d’homme en étant fort comme une fille!
21 décembre, 19h50: J’ai fini mes consultations, sans retard. Je ne tousse presque plus, j’ai juste quelques frissons qui me surprennent de temps en temps. Je me considère comme quasi guéri!
Jusqu’à février, les messages « vaccinez vous! » inondent les journaux, réseaux sociaux et annonces télévisées. L’an dernier je n’avais pas été vacciné (pas le temps…), cette année je n’ai probablement pas évité une hospitalisation grâce au vaccin non plus (étant donné que je ne suis pas à risque). J’aurai pu tourner ce billet du style « j’ai été vacciné et ça n’a pas marché: la preuve que le vaccin est inutile et potentiellement dangereux! » ou inversement « heureusement que je me suis vacciné, sinon, j’aurai pu quasi-mourir ». Mais, comme je n’ai pas de confirmation virologique sur mes abondantes sécrétions nasales, « on ne peux pas conclure »! La vaccination chez les professionnels de santé (de moins de 65 ans sans comorbidité) a pour but d’éviter la transmission aux patients fragiles examinés, le bénéfice n’est donc pas individuel. Au contraire, les patients avec co-morbidité le bénéfice est peut être faible comparaison du nombre de vaccin à injecter, mais si des hospitalisations sont évitées, pourquoi pas.
Réfléchissez, informez vous et surtout faites vos choix! Et si quelqu’un a un outil d’aide à la décision (avec des petits ronds rouge et verts) je serai ravi de le connaitre!
A bientôt!
@dr_Agibus
 

Continuer la lecture

Publié dans grippe, médecine | Commentaires fermés sur Confessions d’un accro de la médecine

La science prise en grippe

Comme chaque année, l’assurance-maladie envoie les documents de prise en charge gratuite du vaccin antigrippal aux personnes de plus de 65 ans. Les vaccinations restent la plus belle avancée de la médecine et probablement l’un des premiers facteurs du gain … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans grippe, Information éclairée, médecine, vaccin | Commentaires fermés sur La science prise en grippe

Surmortalité hivernale : est-ce la grippe ou à la vaccination anti-grippale qui est responsable ?

Cette question volontairement provocatrice, je me la pose. « S’il est difficile de déterminer avec précision l’exacte part de responsabilité de la grippe dans ces 18.300 décès, les experts s’accordent pour dire qu’elle est grande. » Cette phrase est reprise de l’article du Figaro qui affirme sans nuance qu’il y a eu une surmortalité record due à […] Continuer la lecture

Publié dans autorités sanitaires, confiance, croyance, décès, efficacité, épidémie, Ethique, grippe, prévention, Santé publique, vaccin, vaccination | Commentaires fermés sur Surmortalité hivernale : est-ce la grippe ou à la vaccination anti-grippale qui est responsable ?

La vie est un long fleuve tranquille

Cette histoire du nombre de morts dus à la grippe qu’il n’est possible que d’estimer et jamais de prouver, m’interpelle . J’ai donc lu le bulletin du 11 mars 2015 publié par l’INVS : Dans ce bulletin il existe une courbe qui rapporte depuis 2006 ( avant il n’y avait pas de chiffres) le nombre […] Continuer la lecture

Publié dans autorités sanitaires, confiance, croyance, épidémie, grippe, indépendance, mensonges, réalité, Santé publique, toute puissance médicale, vaccination | Commentaires fermés sur La vie est un long fleuve tranquille

La grippe n’est plus une maladie

Cette affirmation fait suite à ce que j’ai pu lire dernièrement dans la presse : la grippe est devenue un problème politique. Ce n’est donc plus un problème médical puisqu’il est politique. Qui a déjà vu un politique s’inquiéter d’appendicite ?   Nous sommes au 21è siècle dans un pays développé où les progrès techniques […] Continuer la lecture

Publié dans autorités sanitaires, confiance, conflits d'intérêts, croyance, décès, église de vaccinologie, épidémie, estimation, grippe, industrie pharmaceutique, InVS, médias, morts, peur, promotion, Santé publique, vaccin, vaccination | Commentaires fermés sur La grippe n’est plus une maladie

Grippe de complaisance, syndrome grippal like, les virus sont casse-pieds. Histoire de consultation 181.

Nous sommes en pleine polémique sur le nombre de morts dus à la grippe saisonnière. Les agences gouvernementales parlent d’un excès de mortalité de 8000. On se croirait revenus au bon vieux temps de Roselyne Bachelot (mais ses conseilleurs de l’époque conseillent toujours aujourd’hui dans une suite jamais achevée qui s’appellerait « La conjuration des imbéciles »). Quant au triste Patrick Pelloux, il en profite, à partir d’un chiffre erroné, pour critiquer le système de santé (rien que cela).
***********
A est âgé de 4 ans et des brouettes. Il vient consulter avec sa maman après que mon associée l’a vu il y a quatre jours. « Il a toujours de la fièvre. 39. Avec le doliprane, ça baisse et ça repart. » Je lis dans le dossier ce qu’a écrit mon associée : « Probable syndrome grippal. Doliprane. DRP (1). Hélicidine. »
Je réinterroge. La fièvre est constante, baissant avec le paracetamol et remontant au bout de 3 heures. A tousse, mais sans plus, son nez coule, mais sans plus. Je l’examine. Rien de rien sinon une pharyngite, un mouchage postérieur, quelques ronchus bilatéraux, une toux volontiers « laryngée » (j’ai entendu), une toux volontiers nocturne et matinale, pas de signes digestifs sinon une inappétence, un ventre souple, une nuque dans le même métal. Pas de signes urinaires. La bandelette est normale.
Je rassure. Je ne prescris rien d’autre. Je confirme le syndrome grippal like.
Au septième jour après la première consultation A revient avec sa maman. Rien de nouveau et rien de moins.
La maman, 32 ans, est devenue un peu vindicative. Je sens que sa confiance est ébranlée. Quant à moi qui réexamine le petit A, charmant, qui se laisse faire, et qui, hormis la fièvre et quelques céphalées, supporte tout cela avec calme (il est tout juste un peu trop calme), je suis pour le moins embêté.
Il est des cas où l’expérience rassure et d’autres cas où l’expérience rend prudent.
Nous sommes un mercredi après-midi et je ne travaille pas le lendemain.
Je me tâte.
J’écris un courrier pour les urgences pédiatriques. Je précise tout. Je précise également que je préfèrerais que les examens que j’aurais volontiers demandés en ville (NFS, CRP et clichés pulmonaires), il serait sans doute plus facile de les faire à l’hôpital (je m’attends à des critiques).
La maman est soulagée.
Le vendredi la maman vient au cabinet sans son enfant me dire ceci : »J’ai été reçue par une jeune médecin qui m’a demandé pourquoi mon médecin avait envoyé A aux urgences, elle n’a pas été aimable avec vous, ce qui m’a choqué, comment une jeune comme cela peut critiquer notre médecin de famille ?, elle a dit qu’elle avait trouvé une otite, mais elle n’a pas donné d’antibiotiques…. – Et le bilan ? – Elle m’a donné des ordonnances. – Et A ? – Il a toujours de la fièvre. »
Je suis embêté d’être passé à côté d’une otite et je me rappelle bien, c’est même écrit dans l’ordo, que les tympans étaient normaux… Bon (2). « J’aimerais quand même que vous revoyiez A ».
Elle repasse une heure après et je regarde son oreille otitique. Nada, rien, quedalle, que couic. La jeune médecin des urgences… (3)
Je pars en vacances.
A mon retour, dans la masse de courrier, une sérologie grippale négative pour A.
J’ouvre son dossier : radiographies pulmonaires : ITN (4) et la numération ne montre pas d’hyperleucytose à polynucléaires et la CRP est à 10. Mais l’enfant n’est pas revenu consulter au cabinet.
Je téléphone à la maman. A est à l’école, plus de fièvre mais il toussotte encore.
Morale : le syndrome grippal like était franchement like, l’otite était je ne sais où, les syndromes viraux peuvent durer une dizaine de jours.
Le succès de la combinaison augmentin/tamiflu chez cet enfant (utilisation de placebos impurs) eût été, à la sérologie près, une victoire de la médecine moderne contre l’ignorance.
Notes.
(1) Désinfection rhinopharyngée.
(2) Je me rappelle cette histoire : un de mes fils (il avait 4 ans) appelle de sa chambre à 11 heures du soir. « Papa, j’ai mal à l’oreille. » Il est apyrétique. Je regarde son oreille : rien. Je lui donne du paracetamol, on le recouche, et on va se coucher. Quatre heures du matin : pleurs. « Papa, j’ai mal à l’oreille. » Je râle, je me lève, je reprends mon otoscope et je trouve une magnifique otite phlycténulaire. J’imagine si j’avais vu l’enfant quatre heurs après qu’un autre médecin était passé cinq heures avant sans remarquer une otite aussi typique… Passons. 
(3) L’autre interprétation : la maman de A m’a menti. Il n’y a jamais eu d’otite. Le saurais-je un jour ?…
(4) ITN = Image thoracique normale
Illustration : livre de 1946
Illustration : la tombe du père de Franck Underwood sur laquelle Kevin Spacey est en train d’uriner. House of Cards, saison 3, épisode 1.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATION, grippe, SYNDROME GRIPPAL | Commentaires fermés sur Grippe de complaisance, syndrome grippal like, les virus sont casse-pieds. Histoire de consultation 181.

Grippe : un point d’information sur les vaccins.

Un hiver meurtrier pour les seniors, un vaccin contre la grippe peu efficace, le temps est venu  de rappeler certains points. La décision est prise par l’Organisation Mondiale de la santé à Genève. Elle est prise  chaque année fin février pour l’automne hiver suivant. Ainsi on connait déjà la composition du vaccin pour l’hiver 2015-2016. …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans ACTU ET GRIPPE, AH3N2, grippe, OMS, vaccin, VARIA | Commentaires fermés sur Grippe : un point d’information sur les vaccins.

Grippe et crise sanitaire : le psychodrame plutôt que l’anticipation.

  Face à une crise sanitaire il y a deux solutions : prévoir à partir des expériences passées, ou vivre le psychodrame. Visiblement nous semblons préférer cette seconde option. L’épidémie de syndromes grippaux actuelle l’illustre une fois encore. L’hiver débute chaque année à la même période. Le soleil se lève tard et se couche tôt. …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans ACTU ET GRIPPE, AMUF, canicule, grippe, Urgences | Commentaires fermés sur Grippe et crise sanitaire : le psychodrame plutôt que l’anticipation.

Les autorités sanitaires nous prennent elles pour des imbéciles ?

Le 31 janvier 2015 paraissait sur le site du ministère de la santé l’information de la prolongation de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière : http://www.sante.gouv.fr/prolongation-de-la-campagne-de-vaccination-contre-la-grippe-il-n-est-pas-trop-tard-pour-se-faire-vacciner.html La raison ? : « L’Institut de veille sanitaire (InVS) a confirmé le franchissement du seuil épidémique pour la seconde semaine consécutive, signant le début de l’épidémie grippale ». Il est écrit […] Continuer la lecture

Publié dans autorités sanitaires, confiance, conflits d'intérêt, croyance, efficacité, épidémie, grippe, promotion, Santé publique, transparence, vaccin, vaccination | Commentaires fermés sur Les autorités sanitaires nous prennent elles pour des imbéciles ?

En bref (Juin 2014) – Aspirine et grippe, évolution du self-control, célécoxib et cancer

Trois sélections parmi mes lectures des derniers mois: – aspirine, prostaglandine E2 et grippe, ou comment bloquer la production de prostaglandine E2 pourrait aider à combattre le virus de la grippe – évolution du contrôle de soi, ou comment la … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans aspirine, cancer, célécoxib, Cognition, En Bref, Evolution, grippe, Immunologie, médecine, prostaglandine E2, Santé, sciences de la vie, self-control | Commentaires fermés sur En bref (Juin 2014) – Aspirine et grippe, évolution du self-control, célécoxib et cancer

Les ricochets

Aujourd’hui, j’ai dit adieu à mon stéthoscope. Il avait 13 ans, c’était mon tout premier. Il a eu une belle vie de stéthoscope. Puis j’ai dit à mon si gentil patient que non, je n’irai pas boire un verre avec … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, Après la thèse, Brève, cancer, Gastro-entérite, grippe, grossesse, Histoire de patient, MEDECINE GENERALE, mort, Porto, Réassurance, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Sacerdoce, TMTC, Virose | Commentaires fermés sur Les ricochets

Octobre Rose et vaccination contre la grippe : la difficile saison des médecins qui se posent des questions.

Le mois d’octobre devrait être intitulé le mois de la Santé Publique.

Nous avons d’une part la campagne Octobre Rose et d’autre part la mise en place de la vaccination anti grippale.
Sur Octobre Rose vous connaissez mon point de vue : rien ne va plus.
Sur la vaccination anti grippale : rien n’est jamais allé.
Que faire ? 
Pour les nombreux, les très nombreux médecins généralistes, qui suivent les politiques de Santé Publique décidées par les experts qui ne se trompent jamais et qui ne reviennent jamais sur les décisions calamiteuses qu’ils ont prises, la vie est belle. Et, ce qui ne gâche rien à l’affaire, quand l’expertise professionnelle du médecin spécialiste en médecine générale qui fait de la santé Publique utile lui rapporte des points d’indice ROSP (voir ICI), la morale est récompensée.

Pendant Octobre Rose ces gentils médecins accueillent avec un grand sourire les femmes qui se présentent avec leur convocation pour se faire dépister gratuitement par mammographie tous les deux ans. Les médecins ad hoc disent : Oh que c’est bien madame la patiente que d’aller faire une mammographie où vous voulez, chez le radiologue de votre choix, et que vous ne paierez pas et que plus vous vous y prenez tôt et plus que le cancer y sera pris à temps et plus que vous aurez plus de chances de guérir et de pouvoir profiter de la vie avec vos enfants et vos petits-enfants.
Pendant Octobre Rose ces parfaits médecins grondent avec un grand sourire les femmes qui n’ont pas encore fait leur mammographie de dépistage car dans leur merveilleux logiciel une alarme s’est déclenchée et ils les encouragent à le faire avec leur air de ne pas toucher au paternalisme médical.
Pendant Octobre Rose les gentils généralistes appropriés et adeptes des normes ISO 2002 répondent avec un aplomb formidable et une bonne conscience éclairée et en résonnance avec les grands docteurs et journalistes qui inondent les ondes télévisuo-radio-internetiennes aux patientes qui ont lu ou entendu ici ou là qu’il pouvait y avoir d’éventuels désagréments à se faire dépister tous les deux ans pendant des années : Mais non madame la patiente, tout ça c’est des polémiques stériles… Comme le dirait le grrrrrrrand professeur Vallancien le sur diagnostic, c’est une donnée a posteriori, on traite d’abord et on voit ensuite… Ou comme dirait le grrrrrand docteur Legmann (ICI) « Quant aux chimiothérapies, il vaut mieux en faire un peu trop que pas assez »… Depuis que je suis installé aucune femme dépistée lors du dépistage organisé n’est morte… Il vaut mieux dépister un cancer de trop qu’un cancer de moins…
Pendant Octobre Rose ces généralistes là sont les rois de l’entretien singulier : les media les soutiennent (de France 2 à France Inter en passant par Europe 1), les médecins blogueurs comme Luc Perino ou comme Jean-Daniel Flaysakier, le premier raflant toutes les mises puisque mettant sur un pied d’égalité les pour et les contre (LA) et l’autre tentant de ménager la chèvre (les agences gouvernementales et l’appareil politico-acédémico-industriel) et le chou (la vraisemblance scientifique) en ne parlant pas des sujets qui fâchent (ICI).
Si vous voulez savoir ce qui va se passer dans les octobre roses qui vont venir il faut lire cet article américain qui est dramatique : LA.
Et encore ceci :

Octobre Rose est devenue une cause nationale et une façon habile, sinon élégante, pour les politiques, les collectivités locales, les associations, de se donner une image morale. Si vous avez lu le livre de Rachel Campergue, « No mammo ? » (ICI), vous savez ce qui se cache derrière l’opération Octobre Rose : des bons sentiments et du fric.
Octobre Rose est une usine à fric, une usine à prébendes, une usine à postes, une usine à mammographes, une usine à chimiothérapie, une usine à radiothérapie, une usine à oncologues, une usine à radiologues.

Mais à cet instant je pense aux femmes qui ont eu, qui auront ou qui n’auront jamais un cancer du sein. Ces femmes que je vois dans mon cabinet. Comment leur parler sans leur faire de mal ? Comment exprimer nos doutes sans qu’elles s’en offusquent, sans qu’elles en souffrent ? Comment répondre à ces attaques comme : « Si vous êtes contre le dépistage c’est que vous n’avez jamais vu une femme mourir de cancer du sein. Que direz-vous à une femme qui vient avec une boule au sein et à qui vous n’avez pas fait faire de mammographie ? » Je vois des femmes toute la journée et je pense à elles et je pense aux femmes de ma famille, aux femmes amies… Mais pourquoi leur mentir ? De quel droit ?

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière est d’un autre tonneau car les risques de se tromper sont moins grands.
D’après les chiffres de la CNAM (ICI) pour promouvoir cette nouvelle campagne il y a eu  818 hospitalisations pour grippe grave en France l’an passé et le chiffre des décès a été de 153. L’InVS est certainement sur les dents pour compléter le chiffre trop bas par rapport aux espérances de big vaccine surtout si on le compare au pourcentage des patients à risque qui auraient dû être vaccinés (un des plus faibles de ces dernières années) : 53,1 % pour la campagne 2012 contre 64,8 % en 2008 chez les personnes âgées de plus de 65 ans, par exemple. (Ne parlons pas des chiffres sur l’asthme quand on sait qu’un enfant qui a reçu une fois de la ventoline reçoit un imprimé) La CNAM précise que 81,1 % des cas graves auraient dû être vaccinés selon les critères en vigueur, ce qui, selon elle, justifie, a posteriori la vaccination (tout en rappelant que la vaccination est modérément efficace, mais à un autre endroit), ce qui n’est absolument pas prouvé.
La CSMF met son grain de sel (ICI) et prend partie pour la vaccination (les syndicats médicaux « disent » la médecine) et pour protester contre la délégation des tâches aux infirmières qui n’en peuvent mais. Le problème est qu’ils ont raison mais pas en ces termes : la vaccination anti grippale n’est pas une tâche manuelle mais une décision intellectuelle (voir infra).
Quant à l’inénarrable Bruno Lina (le propagandiste de la doctrine célèbre : Trop de corruption efface la corruption) (voir LA un paragraphe qui lui est consacré) il fait encore parler de lui en disant que la pandémie grippale de 2009 a été parfaitement gérée car il y a eu peu de morts. » via @DDupagne sur Tweeter dans l’émission TAC de France Inter (ICI).
Quant au journal Les Echos (ICI), lui, il dépasse les bornes de l’incompétence et se permet de donner des leçons aux patients (que font les associations de patients pour ne pas réagir à des phrases dans le style « Non, convaincre un tel public aussi étonnamment ignorant ne passera pas uniquement par de la publicité.  » ou « Alors, où le bât blesse-t-il ? On l’a vu, le niveau de connaissance des patients est désespérant.« ?)
Ce sont les preuves qui manquent le plus.

Il y a des patients qui ne doutent de rien (mais il est possible de douter de façon différentielle) et  dont le médecin traitant ne doute de rien : la discussion devrait être non passionnée mais devrait s’en tenir à l’EBM en médecine générale.
Il y a des patients qui doutent et dont le médecin traitant doute : la discussion devrait être non passionnée mais devrait s’en tenir à l’EBM en médecine générale.
Il y a des patients qui doutent et dont le médecin ne doute de rien : la discussion devrait être non passionnée mais devrait s’en tenir à l’EBM en médecine générale.
Il y a des patients qui ne doutent de rien et dont le médecin traitant doute : la discussion devrait être non passionnée mais devrait s’en tenir à l’EBM en médecine générale.

Que faire quand, seul en son cabinet, on émet des doutes sur les deux ou sur l’une des deux campagnes pour ne pas faire douter le patient de la médecine ? 
Prenons l’exemple de la vaccination contre la grippe
Tentons donc de pratiquer l’EBM en médecine générale : l’expérience externe (les données de la littérature ou, pour être précis, certaines données de la littérature) m’indiquent qu’il faut être prudent ; l’expérience interne (mes 34 ans de pratique de la médecine générale) ne m’apportent pas grand chose à ceci près que j’ai connu une grande épidémie où nous avions vu, mon associé et moi, plus de 300 grippes avérées, et un ou deux décès — j’oublie de dire que nous n’étions pas vaccinés et que nous n’avons rien « eu » (histoires de chasse) ; le patient ou la patiente : ils veulent se faire vacciner, je les informe, ils veulent quand même se faire vacciner (après mon information qui a tenté d’être neutre mais qui a dû ne pas l’être (problème central de l’information éclairée : peut-elle exister quand le médecin a une opinion ?) : ce sera fait ; ils me demandent mon avis : je les informe et ils font ce qu’ils veulent ; je ne les force à rien.
Prenons l’exemple de la mammographie :
Tentons de pratiquer l’EBM en médecine générale : l’expérience externe (les données de la littérature ou, pour être pécis, certaines données de la littérature font pencher vers le non dépistage organisé (1) ; l’expérience interne est contrastée et j’ai un peu de mal à passer à côté d’un cancer que je n’aurais pas diagnostiqué ; l’information « éclairée », je lis ses droits à la patiente : « Pour 2000 femmes invitées au dépistage pendant dix ans, un décès dû au cancer du sein sera évité mais dix femmes en bonne santé seront surdiagnostiquées. Ce diagnostic par excès conduira à 6 tumorectomies inutiles et à 4 mastectomies non justifiées et placera 200 femmes dans une situation de troubles psychologiques liés aux investigations suivantes. Ainsi, le pourcentage de femmes survivantes à 10 ans sera de 90,2 % si elles ne se sont pas prêtées au dépistage et de 90,25 % dans le cas contraire. » Voir ICI pour la démarche plus complète. Si la patiente désire une mammographie, du moins dans le respect des dates indiquées pour le dépistage organisé : elle fera la mammographie.

On comprend pourquoi l’exercice de la médecine générale est difficile.

Notes
(1) Peter Götzsche (dont nous avons souvent parlé ICI) persiste et signe LA: à l’occasion de la parution des nouvelles recommandations canadiennes (LA) sur le dépistage du sein par mammographies chez les femmes âgées de 40 à 79 ans, dont il salue les avancées, il écrit ceci : « The best method we have to reduce the risk of breast cancer is to stop the screening program. This could reduce the risk by one-third in the screened age group, as the level of overdiagnosis in countries with organized screening programs is about 50%.11 » Cela vous en bouche un coin ?  Et il ajoute ceci : « If screening had been a drug, it would have been withdrawn from the market. Thus, which country will be first to stop mammography screening? » Vous imaginez les pontes français du dépistage du cancer du sein dire le quart de la moitié d’un truc pareil….

Continuer la lecture

Publié dans grippe, octobre rose, VACCINATION CONTRE LA GRIPPE | Commentaires fermés sur Octobre Rose et vaccination contre la grippe : la difficile saison des médecins qui se posent des questions.

Spring is coming

Mr L. est face à moi avec ses yeux tout rouges, tout essouflé par ses poumons qui sifflent le retour de son allergie saisonnière! Il est là, jour pour jour, à la même date que l’année dernière et je m’émerveille … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans actualité, cabinet, grippe, printemps, saisons | Commentaires fermés sur Spring is coming

Fiche info-patients :comment se protéger des infections virales respiratoires

La saison des rhumes bat son plein et les salles d’attentes se remplissent.   A la question « comment faire pour ne pas tomber malade? » ou « comment éviter de transmettre ma […] Continuer la lecture

Publié dans BRONCHIOLITE, bronchite, grippe, Infectiologie, infection respiratoire, INFO PATIENTS, ORL, Pneumologie, prévention, Rhinopharyngite, Rhume | Commentaires fermés sur Fiche info-patients :comment se protéger des infections virales respiratoires

Conflits d’intérêts : Halte aux vieux !

Dans le Monde d’aujourd’hui, sous le titre HALTE AU FEU ! Simone Veil et Michel Rocard, dont on ne présente plus la respectabilité, l’historicité, bla-bla-bla, nous servent une pathétique soupe consensuelle pour nous expliquer, à propos de l’affaire Bétancourt que tout ça c’est pas bien, qu’il faut respecter les personnes et patatipatata !

Halte aux vieux !!…

Pour parler de ce qui me concerne et de ce que je connais, c’est à dire les conflits d’intérêts en santé, et leur gravité, qui se mesure, comme le rappelle le Formindep incessamment, en vies humaines,  je peux dire avec un certain niveau d’assurance, que le niveau de malhonnêteté, de conneries, d’ignorance, de mauvaise foi, qu’on entend de la part de ceux qui nous dirigent, sur cette question justifie largement qu’on ne mâche ni ses mots, ni sa colère.

On a ici l’exacte caricature du niveau de la réflexion gouvernementale sur la question. Ne riez pas trop vite, car ce qui se dit là est extrêmement grave !

Voilà donc le débat que nos gérontes se proposent d’élever ! Accrochez vous à vos déambulateurs !! :

Ce que dit Lefèbvre, qui n’a jamais été autre chose qu’un lobbyiste c’est-à-dire un créateur de conflits d’intérêts, à propos de Sarkozy est exactement ce que pensent d’eux-mêmes les irréprochables experts sanitaires de la grippe, que la Commission d’enquête du sénat sur la grippe a auditionné avec courage et abnégation durant les trois mois écoulés, pour lesquels le vocabulaire disponible est insuffisant pour exprimer sa consternation devant tant de bêtise, d’arrogance, de suffisance, de nullité.

Peut-être peut on appeler maintenant LEFEBVRERIE ou LEBEBVRITUDE  cet Everest  de  la connerie universelle, extra-galactique, zéro absolu, temps zéro du Big-Gang…

On peut en visualiser ici l’exemple le plus lamentable avec l’audition de la professeuuuure Catherine Weil-Olivier…  et son « worst-of » là… Et ces médicocrates ont entre leurs mains la santé publique française !!

Les conflits d’intérêts, en démocratie et en santé, ce n’est pas de la pâtée pour mon chat, ce n’est pas de l’option facultative, si je peux me le permettre, c’est du risque démocratique et du risque sanitaire !

Ca dictaturise et ça assassine !!!

Que ces cacochymes pontifiants ornés de leur aura se permettent d’en rajouter dans l’insignifiance et la médiocrité sur cette question  est grave.

Il y a un temps pour tout, nous dit l’Ecclésiaste, y compris pour prendre la parole en politique. Il y a un moment où il faut savoir arrêter de causer, pour s’occuper de ses petits-enfants, recevoir les hommages mérités pour ses engagements passés, historiques, terminés, prendre ses gouttes avant de mettre son dentier pour passer à table, changer ses protections, etc.

Les Français sont ceux qui savent et donnent des leçons, disent les étrangers. Ils ne sont d’ailleurs bons que pour ça. Les Français, devenus vieux, restent Français, mais vieux. De ridicules ils deviennent pitoyables.

Relisons en conclusion ce magnifique texte de Aram J. Kevorkian, qui est beaucoup plus calme que moi pour dire pourtant les mêmes choses. 

Dans la société ultra-capitaliste où tout est permis aux riches pour toujours plus de profit et de cupidité, la lutte contre les conflits d’intérêts, politiques, sanitaires ou autres, ne permet pas les mondanités et les ronds de jambes entre notables flappis.

Il s’agit d’un combat, d’une résistance. Question de survie. Question de dignité. On pensait pourtant  que la mère Veil savait ce que c’était. 

Le conflit d’intérêts en santé et en politique c’est quand on instrumentalise l’Homme, à tout prix, jusqu’au bout, pour ses objectifs idéologiques et ses fins personnelles quels qu’ils soient.

Ca ne lui rappelle rien ?… Non ?… Alors il s’agit bien de sénilité…

 Merci à Dominique Dupagne, d’Atoute.org pour un grand nombre des documents cités. Continuer la lecture

Publié dans Bettencourt, conflits d'intérêts, démocratie, formindep, grippe, Michel Rocard, Simone Veil | Commentaires fermés sur Conflits d’intérêts : Halte aux vieux !

le Formindep au Sénat

Il était dans ses petits souliers le président du Formindep ! ça impressionne les ors de la république !… Et puis ils l’ont pas raté les sénateurs, ceux du moins qu’avaient pris la peine de se déplacer. Faut pas pousser quand même, y a plus sérieux ! Service minimum !…

Questions vachardes, sourire en coin, histoire de régler son compte à un dangereux subversif. Facile !… Et il cause dans l’Huma en plus !… Salopard !… Bolchévique !… Stalinien !…
Son couteau entre les dents il avait dû le laisser au portique à l’entrée. Ils en ont profité tiens…

Un « léger » décalage entre ce qu’ils lui font dire et ce qu’il a réellement déclaré dans l’Huma ? Croyez donc ! Bien fait pour sa gueule oui ! Il se croit où là ? Bienvenue au sénat ! C’est feutré et propre sur soi, mais c’est rien que de la politique derrière. Prière d’apporter sa vaseline.

Mais y a le reste !… les faits, les preuves ! Les VRP de l’industrie, tout ça déguisé en experts, la DGS qui se fout du monde, l’Afssaps itou… le Tamiflu… Ah ! le Tamiflu !..

On s’dit qu’on l’a échappé belle hein ?… Carrément !

Imaginez que tous les toubibs auraient obéi façon larbin. Où on en serait ! Comment ?… Vous dites que c’est c’qu’ils sont déjà ?… Des larbins ?… Vous exagérez non ?… Ooooh !… Ooooh !… Où on va là ?
Y en a qui résistent encore. Plus beaucoup. J’en suis. Pour être respecté soyons respectables ! Difficile à comprendre pas vrai ? Vivent les 23 euros !

Même la réalité en face ça s’écrase pas facilement un politique. C’est même à ça qu’on les reconnaît.

Tous les documents sont là, vidéo compris : L’audition du Formindep au Sénat
Faites-vous une idée par vous même ! comme disent les visiteurs médicaux. Continuer la lecture

Publié dans formindep, grippe, sénat, Tamiflu | Commentaires fermés sur le Formindep au Sénat

oseltamivir — Tamiflu®

2002 : commercialisation du Tamiflu®. D’après la Revue Prescrire de novembre 2002, il n’apporte rien de nouveau et les études faites ne permettent pas de savoir s’il protège les gens fragiles des complications de la grippe.
Il est, à ce moment-là non remboursable par la Sécurité Sociale
2003 grippe aviaire ; l’oseltamivir est proposé pour les sujets […] Continuer la lecture

Publié dans antiviral, Divers, grippe, oseltamivir, Tamiflu | Commentaires fermés sur oseltamivir — Tamiflu®