Archives de catégorie : grève

14 Histoire de grève

Le soir tombe déjà, au milieu de l’après-midi ; je déteste le mois de décembre. Je viens de raccrocher d’avec ma dernière patiente, qu’il faudra que j’aille voir demain. Elle va peut-être me prendre mon dimanche matin, ma seule journée de repos. La bonne nouvelle, c’est que mon samedi est fini. La mauvaise c’est que … Continuer la lecture

Publié dans Avent, grève, réalité, Retraites, sage-femme | Commentaires fermés sur 14 Histoire de grève

Je consulte le vendredi 13 novembre 2015 et je suis contre la Loi santé.

Voici ce que pourront lire demain les patients dans la salle d’attente, dans mon cabinet de consultation (derrière mon bureau).
NON A LA LOI SANTE

Je suis en grève ce vendredi 13 novembre 2015

Mais je vous reçois en consultation.

La Loi santé est une menace pour vous.

Elle ne met pas fin aux franchises médicales qui pénalisent les plus pauvres et les plus malades.

Elle ouvre des espaces aux mutuelles complémentaires (dont les tarifs ne sont pas proportionnels aux revenus).

Elle autorise désormais des contrats mutualistes fondés sur votre état de santé (les plus malades ou les plus à risque payant plus).

Elle encourage la création de réseaux de soins mutualisés (menace sur la liberté du choix des praticiens et des hôpitaux/cliniques).

Elle autorise le partage de vos données personnelles de santé (risque de rupture du secret médical).

Elle ne donne pas les moyens aux médecins généralistes de s’installer et de mieux vous accueillir.


Ce sont les médecins généralistes, les médecins de famille, qui sont votre meilleure défense contre les menaces de cette Loi.
Parlons-en.

Continuer la lecture

Publié dans grève, GREVE DU 13 NOVEMBRE, LOI SANTE, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Je consulte le vendredi 13 novembre 2015 et je suis contre la Loi santé.

Une photographie signifiante et signifiée : faire grève pour des médecins libéraux est contre-intuitif.

Les syndicats médicaux, après s’être étripés, sont réunis pour faire grève.
Je ne suis pas certain de comprendre comment des médecins libéraux peuvent faire grève. C’est une chose qui me dépasse (je ne suis pas seul : ICI, j’ai déjà expliqué : LA puis ICI)
Je ne comprends pas comment on peut décider de toute bonne foi de couper la branche sur laquelle on est assis.
Je ne comprends pas comment, symboliquement, on peut dire j’arrête de soigner, j’arrête de recevoir des patients, j’arrête d’entendre des patients, je nie la nécessité ou l’intérêt et l’évidence de mon activité. Et je m’en lave les mains : mes patients n’ont qu’à se rendre dans les services d’urgence. Ces services d’urgence que les médecins libéraux ne cessent de critiquer… A moins bien entendu que les urgentistes, le célèbre Pelloux par exemple, n’aient raison : les médecins libéraux ne font pas leur boulot (Il est évident, je vous rassure, que ce n’est pas le cas car le problème de l’engorgement des services d’urgences est tout aussi aigu quand la médecine est salariée, Grande-Bretagne, ou libérale, Etats-Unis d’Amérique) et ne servent à rien. Mais dire, je fais grève, je ne reçois plus « mes » malades, Dieu y pourvoira, n’est-ce pas un aveu d’impuissance et d’inutilité ?
Est-ce cela que les médecins libéraux désirent ? Que l’on pointe à leur propos l’inconséquence du système ? Alors que l’inconséquence du système se situe ailleurs…  
La grève est une gestuelle magique dont l’histoire des luttes sociales salariées a montré l’incontournable intérêt mais c’est aussi une gesticulation qui permet aux syndicats de montrer qu’ils sont à la pointe, aux grévistes qu’ils font partie des justes et au système de perdurer. La grève est un échec. Et dans le cas des libéraux : un naufrage. (Je lisais récemment les réponses des avocats en grève quand des prévenus se présentaient seuls en comparution immédiate car ils ne voulaient surtout pas reporter une audience qui signifiait retourner en prison… C’était minable)
La majorité des patients qui se rendent dans nos salles d’attente ne sont pas malades et sont victimes du disease mongering en français, de la knockisation du monde en anglais… Faire grève ne pourra que souligner ce fait, c’est le seul intérêt que j’y vois. Mais sera-ce productif ?
Car nous y sommes : les syndicalistes réunis autour de cette table sont opposés à la loi Santé mais que proposent-ils à la place ? Rien. 
Cette photographie montre une assemblée d’hommes mûrs dont le monde est en train de s’effondrer.
Nous sommes à la croisée des chemins.
Cette assemblée d’hommes mûrs (il y a bien deux alibis autour de la table) et d’hommes murs (des murs de certitudes) n’est d’accord sur rien, a des rancoeurs sur tout, et n’a de commun que des mandats électifs. 
Il y a donc des gens réunis :
  1. Qui sont pour la médecine à l’acte pure et dure, d’autres qui veulent un peu d’autre chose (et certains avec du rosp et d’autres pas), d’autres qui désirent le salariat,
  2. Qui reçoivent la visite médicale sans s’en soucier tout en en profitant tout en disant que cela ne les influence pas,
  3. Qui ne se forment jamais, qui suivent de la formation sponsorisée (voire qui en vivent), non sponsorisée ou un peu…
  4. Qui prescrivent des médicaments puisqu’ils ont l’AMM…
  5. Qui lisent Prescrire, qui sont abonnés et ne lisent pas Prescrire, qui pensent que les lecteurs de Prescrire sont des ahuris, ayatollahs et autres…
  6. Qui sont contre le tiers payant généralisé pour des raisons idéologiques, pour des raisons administratives, sociales et pour toutes ces raisons alors que d’autres n’y sont pas opposés pour des raisons du même métal…
  7. Qui se moquent de la médecine EBM ou qui ne savent pas ce que c’est ou qui tentent de l’appliquer…
  8. Qui pensent que voir 50 (40 ?) malades par jour est acceptable, que travailler 60 heures par semaine est acceptable et l’inverse…
  9. Qui sont contre les mutuelles non mutualistes et qui en sont membres…
  10. Qui travaillent ou non en solo, en cabinet de groupe avec ou sans secrétaire (s), en maison médicale de santé, en secteur 2, en secteur 1, en clinique, en dispensaire…
  11. Qui pensent ou non que les agences gouvernementales sont indépendantes et que le système est (n’est pas) corrompu…
  12. Qui sont persuadés ou non que les médecins généralistes sont de la merdre et qu’ils le méritent bien…
  13. Qui sont contre la financiarisation de la médecine et qui travaillent dans des cliniques financiarisées…
  14. Qui ne « voient » pas ou qui ressentent la médicalisation de la société et la sur médicalisation de tout…
  15. Qui trouvent que l’homéopathie ne devrait plus être remboursée et d’autres qui en font leur fond de commerce…
  16. Qui, lors de la pseudo pandémie A1H1N1, étaient contre les vaccinodromes, y ont participé, ou ne souhaitaient qu’une chose : vacciner dans leur cabinet…
  17. Qui…
Et tout ça, ça fait, d’excellents Français…
Je pense, et nous ne sommes pas les seuls, que la partie est fichue et que les exemples de la grande distribution, de la zootechnie, du vin, de l’automobile, montrent la voie : combines, ententes, frelatage, concussion, financiarisation, faux labels… L’industrialisation de la médecine, je veux dire l’industrialisation des malades, l’utilisation de leur corps non malade et malade à des fins mercantiles sont actées.
Je ne ferai pas grève, on le comprend, pour des raisons morales, pas parce que je suis content de mon sort ou du sort de mes collègues.

Une grève du zèle me plairait assez.
En parlerons-nous ?

Continuer la lecture

Publié dans grève, médecine libérale, SYNDICATS | Commentaires fermés sur Une photographie signifiante et signifiée : faire grève pour des médecins libéraux est contre-intuitif.

Tiers Payant Intégral Généralisé expliqué aux patients : l’UFML, trop c’est trop d’arrogance médicale !

Je vous ai expliqué pourquoi j’étais contre le Tiers Payant Intégral Généralisé et que les raisons essentielles en étaient le surcroît de travail administratif et l’éventuelle baisse de revenus que cela pourrait entraîner (voir LA).

Je viens, après diffusion par mon ophtalmologiste favori dont vous pouvez consulter le blog ICI, de voir une vidéo de l’UFMLASSO sur le Tiers Payant Généralisé Intégral intitulée (sic) « Le tiers payant généralisé expliqué aux patients…« 

Les associations de patients, les porte-paroles des associations de patients, surtout celles qui sont inféodées à big pharma ou aux agences de communication ou aux applis santé, voire aux instances gouvernementales, m’accusent de ne pas les entendre et… me boycottent (ce qui me fait doucement marrer). Eh bien, elles devraient réagir, car, que l’on puisse encore intituler quelque chose « bla bla bla expliqué aux patients », cela me rend songeur. Je pense à cet éternelle arrogance médicale, ce paternalisme rampant, cette façon intemporelle de prendre les patients (et ici les citoyens) pour des khons, et notamment, là, sur un sujet économique, en ricanant aussi bruyamment que dans cette video à 7.19 (7 minutes et 19 secondes), car dire que des médecins, s’ils vont faire grève pendant huit jours en fermant leur cabinet et en n’assurant pas les urgences, c’est dans l’intérêt bien compris de leurs patients, cela me donne des fourmis dans les poings.

Nul doute qu’à l’UFML on soutienne l’Education thérapeutique, l’entretien motivationnel et autres moyens modernes pour convaincre les patients de se mettre dans le droit chemin (on me murmure dans l’oreillette que certains médecins ont une vision saine de ces choses et ne les utilisent que dans l’intérêt du patient, dont acte, mais je pense que la majorité de ceux qui détournent ces techniques le font pour asseoir leur autorité et le suivi de leurs prescriptions justes et pleines de tact) mais cette technique du « La culture des olives en basse Provence expliquée aux patients » mériterait que leurs auteurs publiassent dans un journal avec comité de lecture…

Je vous laisse donc voir cette video et écouter la voix doucereuse et mielleuse du récitant (François-Marie Pradeille).
Un peu de commentaires après ces 7 minutes et 39 secondes de paternalisme gnan gnan ?

J’ajoute que j’aurais tellement aimé, je ne sais pas si le verbe est le mieux choisi, pouvoir faire la grève, mais comme je vous l’ai dit, pas cette grève, 

0.03 Bescherelle pour Md. Touraine
0.20 « Etonnamment, les Français semblent séduits par cette idée (i.e. le Tiers Payant)… » Traduction par moi : « Les Français sont des khons ou des veaux » et ne comprennent rien à la problématique des médecins qui sauvent le monde et qui demandent plus de liberté (notamment tarifaire) pour mieux soigner.

0.28 Le récitant annonce aux patients : « On vous prend pour des imbéciles » en vous disant que cela va être gratuit. Et le récitant de comparer la consultation médicale à un plein d’essence et / ou à une baguette de pain, et par la même occasion les médecins aux pompistes et / ou aux boulangers, ce qui montre la forte estime que l’UFML (ou son truchement) a d’elle-même et de la profession médicale alors que ses défenseurs théoriques devraient au contraire se valoriser et la valoriser, la profession. Nul doute que je vais avoir droit au commentaire suivant : pompiste et boulanger sont deux professions respectables. Ce à quoi je répondrai : combien de médecins conseillent-ils à leurs enfants d’être pompistes ou boulangers ?

0.40 : Chapitre victimisation : « Le médecin a des bouches à nourrir ». C’est la complainte des malheureux docteurs… Car tout le monde sait en ce pays que les plus pauvres, ce sont les médecins, enfin, les plus pauvres des diplômés, parmi ceux qui ont fait Polytechnique ou HEC, ceux qui travaillent le plus, et que pour revaloriser notre métier la pitié sera certainement un moyen très efficace. Comme on dit : « Il vaut mieux faire envie que pitié. » Cette tendance à la victimisation est un des travers de la « modernité », il y a même une compétition victimaire. Il n’est pas de jour où les enseignants, les policiers, les médecins et… les employés de Orange (dont on a montré qu’ils ne se suicidaient pas plus que les autres) ne revendiquent le titre de profession des suicidés…
0.56 Le schéma est faux et, surtout, n’annonce pas, avec la fin du paiement, la fin des franchises.

1.22 Pas un mot des citoyens sans mutuelles (argument pourtant utilisé quelques secondes après).

1.40 Le problème de l’obstacle financier. Le récitant s’appuie sur une étude de l’IGAS, organisme honni par l’UFML (il suffit de lire son site), qu’il utilise quand cela arrange les arguments de la dite UFML, qui prétend qu’en deçà de 50 euro l’acte médical il n’y a pas d’obstacle à l’accès aux soins… Dont acte. Mais, et il y a un gros mais, l’étude compare la C du MG (j’imagine) à des soins dentaires et des lunettes (et / ou lentilles), ce qui, on ne peut que le constater, est tout à fait différent. Le récitant oublie de parler des prescriptions secondaires (examens complémentaires) qui peuvent être remises pour cause d’avance de frais à faire par le patient, même pour ceux qui cotisent à une mutuelle. Là où le récitant ment également par omission, c’est qu’il ne parle pas, justement, des consultations supérieures à 50 euro, pas seulement les grands docteurs hospitaliers mais les pédiatres en secteur 2 ou les cardiologues ou les ophtalmologistes ou les dermatologues ou… ou… ou. Parce que cette vidéo est faite pour convaincre les MG de faire la grève pour les spécialistes d’organes… Le monde de l’UFML est ainsi fait : d’un côté les assurés pauvres qui ont droit à la CMU ou à la CMU-c et pour qui c’est, comme ils disent, « open bar » ou « all inclusive », et de l’autre les cotisants de mutuelles pour lesquels c’est pareil mais avec des honoraires libres et pleins de tact.

2.10 « Les délais d’attente pour une consultation sont liés aux gouvernements successifs et au numerus clausus » Que l’histoire est belle quand on la refait… Pas un mot des syndicats médicaux, pas un mot des experts successifs en santé publique qui étaient pour (à ce sujet lire Claude Got sur la question : ICI), non, tout est dû aux gouvernements (i.e. de gauche et de droite, j’imagine l’establishment si cher au FN…) et surtout pas aux médecins, pas aux syndicats médicaux et pas à l’Académie de Médecine. Mais surtout le récitant oublie de dire que c’est le tout médical et le consumérisme qui paralysent le système, c’est normal il parle aux patients, il ne peut pas leur dire qu’ils sont aussi responsables en allant aux urgences pour une pharyngite ou chez leur médecin traitant pour un rhume. Il ne leur dit pas non plus, il réserve cela aux vidéos pour les médecins, que le tiers payant va entraîner, non une inflation d’actes, mais une surfacturation de ces actes !

2.20 On repart sur l’IGAS, devenu comme par magie le nec plus ultra de la réflexion libérale, et on apprend que 35 % des actes sont déjà réalisés en tiers payant. Bigre ! Trente-cinq pour cent d’actes bradés ? Déjà ? Et qu’en Italie et au Portugal la C de médecine générale va de 90 à 100 euro (source Le Figaro, journal scientifique de référence, à moins que cela ne soit pour la coupe de cheveux). Mon expérience interne du Portugal est plus contrastée : il y a des dispensaires pour les pauvres et des cliniques privées pour les riches… et, entre les deux des C un peu plus élevées qu’en France dans un pays où le smic est à 565 euro par mois…

2.38 Le récitant dit alors que les médecins peuvent déjà accorder un tiers payant partiel de 6,90 (hors Alsace Moselle, je précise), le prix d’un paquet de cigarettes, ajoute-t-il avec un ton sarcastique en notant « que bien sûr  personne ne peut se payer cela en France ». Quel mépris ! encore un libéral qui dit aux pauvres quels doivent être leurs choix de vie…

3.24 A partir de là le récitant dit qu’il n’est pas anormal que les prescriptions, pas leurs consultations, des médecins puissent être soumises au tiers payant généralisé. Les autres professionnels de santé apprécieront, pharmaciens, kinésithérapeutes, orthophonistes, orthoptistes, podologues…

4.00 Le récitant assure alors que le paiement du médecin par l’assurance maladie et les mutuelles va le rendre non libre. Et de prédire l’apocalypse… sans parler des honoraires libres qui, selon les lois du marché, vont s’auto réguler grâce au tact et à la mesure de notre ami qui rêve sans doute de C à 100 euro (si les C atteignaient les 50 euro, par exemple, je devrais quand même penser à téléphoner à Cahuzac pour lui demander des conseils de placements défiscalisés)

Vers 4.16 nous avons droit à la démagogie la plus pure avec une image gratinée censant illustrer la phrase  « le malade acceptant le tiers payant qui vend peu ou prou son droit d’aînesse pour un plat de lentilles« , l’image d’un négrier faisant frapper ses esclaves nègres par d’autres esclaves nègres (les fantasmes de l’UFML sont très « signifiants »), sans doute des kapos, le patient perdant son indépendance (ce qu’il a perdu à 35 % déjà, voir plus haut, c’est à dire que le médecin généraliste prescrit libre pour les « riches » et mal chez les pauvres dans la même journée, encore de l’inconscient où je ne m’y connais pas) et cela, je cite « pour 23 euro, la moitié du prix d’un toilettage pour chien« . Je crois, et je pèse mes mots, que le récitant, et ceux qui parlent par sa bouche, ont un gros gros problème de self et que le reste de leurs problèmes vient de leur inadéquation entre ce qu’ils pensent d’eux, ce qu’ils voulaient être, l’image qu’ils se renvoient d’eux-mêmes et l’image qu’ils ont vraiment dans la société. Un médecin généraliste comme le récitant aurait besoin d’un manuel de survie freudien en monde hostile pour ne pas dire des choses aussi lourdes de sens…
4.49 Nous entrons dans le sublime : l’UFML, sans doute dans une poussée de gauchisme dont même les dirigeants de clinique ne la sentaient pas capable, s’inspirent d’une étude menée par un cabinet  de conseil (Richard Bouton, cela ne rappelle rien à personne ?) sur les centres de santé de la mairie de Paris où le coût du tiers payant est estimé à 4,88 euro… par acte. Mais le récitant, qui fait partie du choeur des vierges libérales, ne nous dit rien du fonctionnement d’un centre de santé, du nombre d’employés non médecins, et cetera, par rapport à un cabinet dit libéral de ville… Pourquoi ne nous dit-il pas que d’ores et déjà, puisque 35 % des actes sont déjà « gratuits », la consultation est à 18,10 euro pour les médecins pratiquant déjà le tiers payant… De qui se moque-t-il ?

5.32 Et nous voici donc repartis dans des coûts encore plus pharamineux… avec des statistiques de l’ARS, encore une amie de l’UFML, et nous en sommes, allons-y à la louche, à « 4 à 9 euro par acte » pour le tiers payant. Qui dit mieux ?
6.0 « Perte de 28,5 % de ses revenus », bing « hors coût informatique ». Sont pas informatisés à l’UFML ?

6.53 : Voici la vraie nature de Bernadette : l’UFML se moque de la « philosophie sociale », rires gras à partir de 7.19… 
Et enfin le récitant cite Desproges et Devos et là j’hésite sur le signifiant du signifié (à moins que cela ne soit l’inverse).
Il ya comme un malaise.

Bon, c’est mon dernier billet avant la grève.

Je pars en vacances pour ne pas faire le jaune (mais c’était prévu), je suis remplacé, et je ne fais pas comme certains collègues qui ont affiché Grève sur leur porte de cabinet dès la semaine dernière alors qu’ils partaient déjà en vacances.

Su quelqu’un veut discuter avec moi, et d’autres, de l’avenir de la profession, la médecine générale, il y a 759 billets à lire sur le site.

Je retravaille le lundi 29 et j’enverrai les patients des cabinets grévistes non à l’hôpital, on ne peut à la fois critiquer les urgence et leur envoyer des patients non urgents, mais à l’antenne locale de l’UFML, si je la trouve (voir ICI les deux représentants de l’UFML sur les Yvelines, un MG et une esthéticienne MG) ou aux syndicalistes grévistes pas en vacances.

Bonne grève.

Illustration ICI

Continuer la lecture

Publié dans grève, paternalisme, TIERS PAYANT INTEGRAL GENERALISE, UFML | Commentaires fermés sur Tiers Payant Intégral Généralisé expliqué aux patients : l’UFML, trop c’est trop d’arrogance médicale !

J’aurais pu faire grève du 23 au 31 décembre. Deuxième épisode (Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre).

Je vous ai expliqué pourquoi je ne ferai pas grève entre le 23 (ou le 24) et le 31 décembre (ICI).

Je vais vous donner au moins une raison pour laquelle j’aurais pu faire grève, mais pas ce genre de grève avec fermeture des cabinets sans personne à l’intérieur pour expliquer le pourquoi du comment, sans rassemblements dans la rue, sans pédagogie institutionnelle, sans dénonciation des deux plaies de la médecine, corruption et arrogance, sans défense de la médecine générale, mais surtout : sans programmes de remplacement. Je rappelle quand même que que les organisations grévistes et leur mentor caché ou présent, l’Union Française pour une Médecine Libre, dont nous avons déjà parlé sur ce blog (ICI et LA), ne sont quand même pas très clairs sur ce qu’ils veulent à défaut d’être précis sur ce qu’ils condamnent (les Agences régionales de Santé, la liberté des honoraires, la liberté de prescription — crestor et inegy par exemple, les cliniques et hôpitaux privés et leurs dépassements — avec mention spéciale pour les urgences et la cancérologie, tiens, tiens, le mode de nomination des PH, le secteur privé à l’hôpital public, et, en dernier lieu, la défense des patients) et on entend moins parler de la consultation portée immédiatement à 50 euro, de la condamnation des mutuelles suppôts du capitalisme international, de la lutte contre les déserts médicaux ou de la place du médecin généraliste dans le parcours de soins. Voir LA. Pour ce qui est des syndicats traditionnels, le communiqué du 27 novembre 2014 est assez (!) décevant : voir LA, un catalogue peu convaincant qui montre le blocage des propositions.

Voici donc une des raisons essentielles pour laquelle j’aurais pu faire grève :

Le Tiers Payant Intégral Généralisé.

Préambule : le Tiers Payant Intégral existe déjà chez les médecins pour une partie de la population qui en bénéficie de façon temporaire et sous condition : les 210 000 bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat (AME) (voir ICI), les 6 664 000 bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle (CMU et CMU-C), les vicitimes d’Accident de travail (AT) ou de maladie professionnelle (MP) pour des soins en rapport avec l’AT ou la MP et durant la période d’ouverture de leurs droits, les patients bénéficiaires d’une invalidité (LA), les patients bénéficiaires d’une Affection de Longue Durée…

Qu’en est-il ? Disons que, grosso modo, et en médecine générale, pour le reste je n’en sais rien, ça marche. Sauf, bien entendu, si les droits des patients ne sont pas ou plus à jour (les responsabilités sont partagées : patients, caisses, et, accessoirement, médecins). Et il est évident que pour des C à 23 euro les conséquences financières ne sont pas les mêmes que dans le cas  d’examens complémentaires onéreux.

N’oublions pas non plus que le Tiers Payant Intégral existe chez les pharmaciens quand les assurés sont à jour de leurs cotisations pour la délivrance des médicaments (une nombreuse littérature existe sur le sujet concernant la charge financière qu’entraîne cette mesure pour assurer le recouvrement et cette charge n’est pas concevable pour les entreprises artisanales que sont les cabinets de médecine générale). Mais aussi chez les IDE et les kinésithérapeutes.

Addendum : Que ceux qui n’ont pas connu l’époque d’avant la CMU écoutent : la facilitation du Tiers Payant Intégral Généralisé par l’introduction de la CMU a été un formidable progrès ! Des gens qui ne consultaient jamais, des enfants qu’on ne voyait pas, même pour  des rhumes, sont réapparus dans les radars.

PS : Quand je vois des anciens partisans militants de l’Option Médecin Référent (dont je fus un tiède adhérent en pratique) refuser aujourd’hui le Tiers Payant Intégral Généralisé et faire grève avec les fossoyeurs de cette option (et, bien plus, ses ennemis méprisants comme le SML ou la CSMF), j’ai le loisir de pleurer, de ricaner, de rire ou de m’attrister. Les quatre en même temps, sans doute.

Je suis contre le Tiers Payant Intégral Généralisé pour des raisons pratiques.

L’entreprise artisanale qui s’appelle cabinet médical a comme objectif essentiel de dispenser des conseils et des soins. Toutes les tâches administratives, dont je ne nie pas l’utilité pour des raisons réglementaires, viennent en plus et, le temps n’étant pas extensible, viennent en moins de notre activité de soins et de conseils.

Ainsi, je n’accepterais le Tiers Payant Intégral Généralisé que s’il existait un payeur unique, l’Assurance Maladie par exemple, qui me règlerait le prix des différents C et qui se chargerait du recouvrement auprès des Mutuelles.

Cela signifierait qu’il existerait sans doute comme aujourd’hui des délais entre la réalisation de l’acte, sa facturation et son paiement, et… des impayés (très rares et beaucoup plus rares que les patients qui ne paient pas l’AMC), mais ce qui me permettrait de n’avoir qu’un interlocuteur pour mes réclamations et non, comme proposé actuellement, des centaines de mutuelles possibles. (Des salariés de la CNAM m’ont assuré que le guichet unique était la seule solution pratique car eux-mêmes avaient du mal avec le recouvrement auprès des mutuelles ; une salariée du Trésor Public m’a affirmé qu’à Mantes le recouvrement des impayés à l’hôpital de Mantes par la puissance publique demandait d’énormes efforts avec des résultats assez peu convaincants)

L’autre aspect, et non le moindre, est celui du coût de ces mesures, que certains (UFML) valorisent à 3,5 euro par acte. Inacceptable.

Mais il est possible (voir plus haut) que le Tiers Payant Intégral facilite l’accès aux soins d’une certaine partie de la population. Ce qui n’est pas rien. Pas tant pour les consultations de médecine générale que chez les spécialistes libéraux d’organes ou pour effectuer des examens complémentaires où l’avance de frais est demandée tant à l’hôpital public (où le secteur privé prend de plus en plus de place dans l’imagerie) qu’à l’hôpital privé. 

Existe-t-il d’autres raisons que pratiques de refuser le Tiers Payant Intégral Généralisé ? Venons-en aux objections les plus fréquentes le concernant et élargissons le champ de nos interrogations.

Le Tiers Payant Intégral Généralisé rendrait le coût des soins invisible. 

Cet argument est à la fois vrai et discutable. 

Vrai, car il est toujours bon de connaître le coût d’un service ou d’un achat. Mais la situation actuelle fait que ce sont déjà les patients qui coûtent le plus cher à l’Assurance Maladie (i.e. ceux qui disposent de l’ALD par exemple) qui ne paient rien directement et qui, sondage personnel, en les interrogeant, ne sont pas au courant des dépenses que leur maladie engendre. 

Vrai, car il est clair que certains examens complémentaires sont demandés de façon routinière sans justification médicale évidente. Mais nous y reviendrons.

Vrai, car les prescripteurs, accessoirement les médecins, sont rarement au courant des coûts qu’ils génèrent en rapport avec leurs prescriptions, sauf, bien entendu s’ils en sont personnellement les bénéficiaires.

Discutable, car pour les personnes « aisées » le coût des soins est déjà invisible : les citoyens et  patients qui disposent d’une « bonne » mutuelle comme ils disent, soit ne paient déjà rien, soit sont remboursés intégralement et l’avance des frais est pour eux indolore.

Discutable, car s’il est effectivement possible d’avancer que le fait que connaître le prix des choses leur en donne de la valeur, on peut dire qu’à l’inverse l’excès de prix (relatif) de certaines choses ou de biens interdit leur accès ou leur possession à certains membres de la société (par hypothèse : ceux qui ont le moins d’argent).

Discutable, car le Tiers Payant Intégral Généralisé, va au contraire rendre visible le reste à charge puisque les patients ne paieront plus que les dépassements d’honoraires, ce qui permettra aux praticiens en secteur 2 d’être transparents et, éventuellement, d’augmenter leurs dépassements qui seront plus acceptables, dépouillés qu’ils seront de la part obligatoire.

Le Tiers Payant Intégral Généralisé ferait perdre aux patients le sens de la valeur des actes médicaux et la consultation médicale, c’est à dire l’acte médical de base, en devenant gratuit, se banaliserait.

La valeur de la consultation, ce sont les médecins qui la crée ou la constitue, c’est ce qu’ils font dans leur cabinet qui donne un contenu aux 23 euros qu’ils demandent (ou qu’ils ne demandent déjà plus). Et ce n’est pas seulement la technique qui entre en jeu mais la façon d’appréhender les symptômes et éventuellement les maladies.

Les patients ne s’y trompent pas : ils savent ce qu’ils peuvent demander à tel praticien et ce qu’ils ne peuvent pas demander à tel autre. Ce sont les médecins dans leur ensemble qui ont « valorisé » leurs actes ou « dévalorisé » leurs actes.

Il est clair qu’en cette période de suractivité des cabinets médicaux, le temps d’attente pour obtenir une consultation s’allongeant, la « gratuité » ne sera pas un facteur freinateur.

Mais si nous parlons de la valeur des actes, il faudrait dire que les actes pratiqués dans les services d’urgence des hôpitaux, sauver des vies par exemple, n’ont aucune valeur puisque les patients « ne paient rien » immédiatement (même si, en l’occurrence, la société paie beaucoup : 250 euro pour une angine…).

Il est possible que cela pourrait avoir tendance à favoriser le consumérisme médical et les consultations « inutiles » ou de confort ou pour obtenir quelque chose. Mais là nous entrons dans un domaine complexe, celui de la nécessité des actes médicaux.

En revanche, la banalisation gratuite des actes inutiles et discutables existe déjà en raison de cette « gratuité » à l’intérieur des établissements de soins, qu’ils soient publics ou privés… Nous y reviendrons.

Le Tiers Payant Intégral Généralisé rendrait le médecin dépendant de son payeur, à savoir l’Assurance Maladie, quasiment un salarié, et sans les avantages du salariat.

Cet argument est assez spécieux pour un médecin généraliste en secteur 1. Car ne sommes-nous pas déjà dépendants de l’Assurance Maladie ? Comment pouvons-nous y échapper ? Nous dépendons de la solvabilité de nos patients. Notre dépendance à l’égard de notre payeur va en revanche se compliquer puisque nous allons dépendre des mutuelles pour la part AMC (voir plus haut pour les raisons de mon refus du Tiers payant Généralisé et pour la solution proposée).

Reste également le problème du paiement à l’acte et de son corollaire, le ROSP. J’ai expliqué pourquoi, malgré des réticences majeures, j’ai accepté le ROSP (voir ICI). Il est probable qu’un certain nombre de médecins, au delà des problèmes éthiques et idéologiques (voir Dominique Dupagne ICI), l’ont accepté comme complément d’honoraires (ce qui, pour moi, représente environ 4 % de mon CA). Ce ROSP est certainement l’un des dangers majeurs contre l’indépendance des médecins (les spécialistes d’organes qui sont des donneurs de leçons patentés n’ont eu de cesse que de l’obtenir dans chacune de leurs spécialités) si son importance croît dans la part du CA des médecins. ce qui ne semble pas être à l’ordre du jour.

Le Tiers Payant Intégral Généralisé rendrait le médecin dépendant des mutuelles.

Je ne reviens pas sur mon opposition au fait que la part AMC de nos actes nous soit réglé par les mutuelles et que nous devrions traiter avec des centaines de mutuelles pour obtenir satisfaction.

Un article récent de blog sur Mediapart ICI, bourré d’erreurs factuelles (comme si la CMU était financée par l’Assurance Maladie, voir LA) et, de façon démagogique, orienté uniquement sur la consultation du médecin généraliste alors qu’il s’agit d’une part faible du dispositif, m’a ouvert un horizon qui, je l’avoue, m’avait échappé : le Tiers Payant Généralisé Intégral serait une manœuvre gouvernementale pour privatiser complètement la santé en France. Il suffirait que la part AMO diminue pour que les mutuelles augmentent leur participation et deviennent le rembourseur principal et contrôlent la situation. Il est possible que cela soit vrai mais la menace ne me semble pas forte pour des raisons politiques. Mais, bien entendu, un autre aspect du plan santé est la réticulation des soins (et vous savez combien je suis opposé aux réseaux : LA) qui seraient sous la coupe des ARS et des mutuelles.

Mais, si je peux me permettre, et je ne crois pas l’avoir lu, voici trois conséquences inattendues ou collatérales de la mise en place du Tiers Payant Intégral Généralisé, la première sans doute voulue inconsciemment par les promoteurs du projet (le côté « socialiste » de l’affaire), la deuxième, plus menaçante pour l’exercice libéral mais favorable au néo libéralisme financier et la troisième, anecdotique, sans doute.

Le Tiers Payant intégral va rendre les dépassements du secteur 2 plus lisibles.

En effet, la somme payée en secteur 2 sera le dépassement d’honoraires. Le patient ne se posera plus de questions, quand il s’en posait, sur la valeur du dépassement demandé. Cette meilleure lisibilité permettra aussi aux praticiens d’augmenter facilement les honoraires du secteur 2. Quand les assurés, en outre, auront une « bonne » mutuelle, l’avance qu’ils feront leur sera complètement remboursée. A Mantes la C de base à 23 euro chez l’enfant de plus de 5 ans sera « gratuite » chez le médecin généraliste et « vaudra » 29 euro chez le pédiatre (tarif actuel = 52 euro). Ainsi, une mesure de lisibilité deviendra une possibilité de surfacturation.

Mais une des objections les plus fortes et qui n’est jamais mise en avant est celle-ci :

Le Tiers Payant Intégral Généralisé est le premier pas vers l’industrialisation complète de la médecine.

Car la mise en avant des honoraires payés aux praticiens est une astuce pour cacher le coût exorbitant des examens complémentaires, des « nouveaux » examens complémentaires « innovants » qui, tels les « nouveaux » médicaments « innovants », ne sont ni plus performants, pour certains, ni plus pertinents, pour d’autres, que les anciens, mais beaucoup plus chers et qui, surtout, sont prescrits à tort et à travers, notamment en urgentologie et en oncologie, sans que les médecins hiérarchisent selon des critères de sensibilité / spécificité très rationnels. Brigitte Dormont avait souligné dans un article paru dans Esprit (voir mon commentaire LA) que c’étaient les examens complémentaires qui coûtaient cher chez les personnes âgées, pas l’allongement de l’espérance de vie.
Ainsi le Tiers Payant Généralisé est-il l’assurance donné aux fabricants de matériel et aux administrateurs de cliniques (et d’hôpitaux, car le problème est le même) que les nouveaux scanners et autres IRM sur puissants (sic) pourront être vendus encore plus chers et rentabilisés en douceur par une inflation d’utilisation. J’ai déjà montré dans le billet précédent (LA) que les fonds de pension internationaux sont derrière, tant pour les mutuelles que pour les groupes d’hospitalisation privée, surfant sur la vague du Droit à la santé et du consumérisme (parce que je le vaux bien) pour « explorer » tout le monde et « diagnostiquer », c’est à dire sur diagnostiquer et sur traiter avec l’assentiment des agences gouvernementales et des conférences de consensus sponsorisées.
Les malades numérotés, diagnostiqués, protocolisés, étiquetés avec des bracelets aux couleurs chatoyantes, seront algorithmés et, tels du bétail, sans rien payer (enfin, il y aura encore l’impôt, et les cotisations de mutuelles), pourront être baladés d’un service à un autre, les fameux réseaux mutualistes approuvés par les ARS (mais ces réseaux existent déjà dans l’intimité des hôpitaux publics et privés — le cabotage interne entre spécialistes de niveaux de compétence différents, et dans le copinage loco-régional des adressages au mépris des règles élémentaires de l’intérêt du malade), et « chargés » financièrement…  Les tâches considérées comme subalternes, mesurer la pression artérielle, vacciner les enfants, seront effectuées par des structures ad hoc et seront supervisées par les fonctionnaires de l’ARS qui diront la médecine sans les médecins…

Enfin, petit point dont je ne perçois pas les conséquences réelles :

Le Tiers Payant Intégral Généralisé va rendre les centres de santé inutiles et / ou les cabinets libéraux pluri disciplinaires inutiles.

Tout le monde sera logé à la même enseigne.

Dans un prochain billet, je vous parlerai des réseaux de soins et du fait que les médecins généralistes, encore une fois, sont les dindons de la farce, combien certaines spécialités ont des difficultés bien réelles et comment les ARS sont les relais de l’industrialisation de la médecine.

Ainsi aurais-je pu faire grève, mais pas cette grève, car j’ai d’autres raisons de mécontentement mais surtout celle-ci : la médecine générale est encore une fois la dernière roue du carrosse. Et j’interroge systématiquement mes patients sur ce qu’ils ressentent de ce qu’ils ont entendu et vu dans les medias sur les raisons de ce mouvement : c’est pathétique.

A suivre.

Crédit photographique : Grève des mineurs en GB (1984). The Guardian.

Continuer la lecture

Publié dans grève, MEDECINE GENERALE, TIERS PAYANT INTEGRAL GENERALISE | Commentaires fermés sur J’aurais pu faire grève du 23 au 31 décembre. Deuxième épisode (Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre).

Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre. Premier épisode.

Il n’y a de richesse que d’hommes

Je suis désolé mais je ne ferai pas grève entre le 23 et le 31 décembre 2014.

Avant que je ne continue vous avez le droit de me « traiter ». Je peux vous fournir une liste d’adjectifs et vous avez même le droit au choix multiple. Mais j’ai une préférence : jaune briseur de grève.

Mais ne pensez pas que je sois ravi de mon sort de médecin généraliste.

Disons que je relativise.

Et que je suis médecin généraliste dans l’âme.

Je suis, certes, médecin, mais je suis avant tout médecin généraliste car je ne connais pas de plaisir plus intense que d’exercer la médecine générale.

Est-ce du corporatisme ?

Le médecin généraliste que je suis est avant tout un ignorant qui en sait moins sur le rein que le néphrologue (j’aime bien d’ailleurs lire Perruche en Automne), moins sur le coeur et les vaisseaux que le cardiologue (j’aime bien lire Grange Blanche qui a malheureusement fait une pause), moins sur l’oeil que Le rhinoceros regarde la lune, moins sur les poumons que Totomathon, ou sur la peau que La Boutonnologue, et je pourrais continuer presque à l’infini, l’infini des organes. Il est évident par ailleurs que les spécialistes qui ne blogguent pas et qui ne tweetent pas sont aussi valeureux que ceux que je viens de citer, les spécialistes d’organes à qui j’adresse des patients parce qu’ils partagent, pas tous, le choix n’est pas toujours possible, les mêmes valeurs et préférences que moi.

Les habitués de ce blog sont assez clairvoyants pour penser que je n’adresse pas un patient asthmatique chez un pneumologue parce qu’il a lu la triade Proust / Kundera / Roth, qu’il écoute régulièrement Don Juan / Jenufa / Turandot en n’omettant pas Coltrane / Don Cherry / Desmond,  et qu’il apprécie Klee / Carpaccio / Bacon, mais quand même s’il a lu Bachelard / Illich / McKeown, c’est quand même un plus.  Et s’il ne dit pas de mal de La Revue Prescrire pour des raisons sottes, ce n’est pas mal non plus.

Mais mon ignorance organique, loin de me déranger, me plaît : elle me permet de contempler l’infinie variété de mon métier et son insondable et vertigineuse diversité. Et elle me permet aussi de me réjouir de peu pratiquer des actes techniques et d’être avant tout un non manuel de la médecine.

S’il est de bon ton de dire que personne ne sait ce qu’est la médecine générale (j’ai publié là dessus) il est quand même évident que lorsque un ou plusieurs médecins généralistes qui ne se connaissaient pas auparavant se rencontrent au hasard d’une soirée ou pendant des vacances à la mer, au delà des différences individuelles, de leur appartenance ou non à un syndicat, de leurs opinions politiques ou confessionnelles, de la marque de leur maillot de bain, ils se reconnaissent immédiatement, ils savent immédiatement de quoi ils parlent, ils savent avec quoi ils se collettent tous les jours, qu’ils exercent dans les beaux quartiers ou dans les « quartiers », ils appartiennent au même monde anthropologique, ils ont en face d’eux les mêmes patients, les mêmes problèmes, les mêmes interrogations, et le même système qui est l’éléphant dans le cabinet de consultation, ils n’ont pas besoin de se présenter. Et cette intimité entre inconnus, cette proximité entre collègues, cela, aucun autre médecin (non généraliste) ne peut le ressentir.

Je voudrais dire aussi ceci : ceux qui font bouger les lignes depuis des années, ce ne sont pas les spécialistes d’organes, ce sont les médecins généralistes de base, ce sont les Christian Lehmann, les Dominique Dupagne, les Louis-André Delarue, pour ne citer que les plus emblématiques (je suis en train de me faire des ennemis en ne citant pas les autres), qui ont dénoncé le fluor (pas les dentistes, pas les pédiatres), le dosage du PSA (pas les urologues), les frottis tous les ans (pas les gyn-obs), le dépistage organisé du cancer du sein (pas les radiologues, pas les gyn-obs, pas les oncologues), les anti Alzheimer (pas les neurologues, pas les gériatres), les glitazones (pas les diabétologues), les pilules de troisième et quatrième génération (pas les gynécologues, pas les dermatologues), la vaccination anti grippale et le tamiflu (pas les virologues, pas les infectiologues) et cetera, et cetera.

Disons que cette grève ne va pas servir la médecine générale et les médecins généralistes.

C’est mon corporatisme à moi. Donc, je ne la ferai pas.

Car ce mouvement est avant tout corporatiste : il mélange des chèvres et des choux et personne ne me fera croire que j’ai, en tant que médecin généraliste, les mêmes intérêts que les notaires (qui se disent « furibards », ils ont dû réunir une assemblée générale du Rotary ou du Lion’s pour trouver un adjectif aussi désuet, vieilli et vieillot), les pharmaciens, les artisans taxis, les infirmiers et infirmières, les huissiers de justice, les kinésithérapeutes, j’en passe.

Car ce mouvement « libéral » dont la majorité des membres râle toute l’année contre les grèves de nantis fonctionnaires à la SNCF, à la RATP ou dans les transports aériens se met à mimer la CGT ou Sud dont les slogans habituels sont « Nous faisons chier le pauvre monde pour défendre les intérêts de tous » en fermant les cabinets pour une semaine en prétendant que c’est pour le bien de la santé publique.

Car ce mouvement composé de médecins qui ont fait dix ans d’études (quelle contrainte !) compare ses honoraires, son niveau de vie, ses habitudes sociales à ceux des coiffeurs et des plombiers dans un emballement mimétique abasourdissant alors que l’on n’a jamais vu un coiffeur ou un plombier faire grève (sinon récemment des sans papiers employés au noir dans des salons de coiffure low cost).

Car ce mouvement dont un des objectifs est de libérer le secteur 2 et de tuer les mutuelles veut nous faire croire qu’en augmentant les honoraires libres le reste à charge pour les patients ou non patients consultants va diminuer ! Est-ce que les adhérents des mutuelles ont été consultés ? Est-ce que les citoyens ont été consultés ?

Car ce mouvement, devenu par un tour de passe passe anti capitaliste quand il s’agit des Mutuelles et parlant de lutte contre les fonds de pension internationaux (i.e. sans doute les hedge funds luxembourgeois) oublie de parler, dans sa défense de l’hospitalisation privée (il n’y a plus de cliniques mais des hôpitaux privés par une sorte de renversement sémantique), des intérêts internationaux présents dans les groupes de santé avec, par exemple, l’Australien Ramsay Health Care actionnaire majoritaire de la Générale de Santé, le plus gros groupe « français »… Vous pouvez même, les gauches de la gauche du mouvement, consulter, une fois n’est pas coutume le blog de JL Mélenchon : LA.

Car ce mouvement, qui s’oppose à juste titre aux réseaux de soins mutualisés ne dit rien des réseaux de soins actuels centrés autour de l’hospitalisation privée où les spécialistes d’organes capturent les patients de ville et les rabattent sur les structures dans lesquelles ils ont des intérêts. Ce consumérisme médical est le fondement du néo libéralisme rawlsien : le citoyen patient qui a lu Doctissimo ou qui écoute son coiffeur décide de passer un examen complémentaire et le médecin prescrit. Si le médecin ne prescrit pas le patient conscient de ses droits ira en voir un autre et écrira au CISS ou à Que Choisir pour se plaindre que l’accès aux soins n’est pas assuré. Parce que j’en ai le droit et Parce que je le vaux bien.

Car ce mouvement ne prend pas en compte la montée irrépressible des associations de patients, sinon pour leur dire ce qu’elles doivent penser (voir LA), ces patients qui sont, ne l’oublions pas, le troisième élément de l’Evidence Based Medicine. Vous savez que je suis à fond pour les associations de patients (je me demande d’illeurs pourquoi et de quel droit je serais contre) à condition qu’elles respectent une politique claire concernant leurs liens et possibles conflits d’intérêt.

Mais surtout.

Deux points constituent le centre de la crise de la médecine et Ce mouvement ne peut en parler.

La corruption généralisée.
Le gouvernement et les agences gouvernementales sont infiltrés par big pharma et big matériel et les politiques publiques, depuis les campagnes de santé publique jusqu’à la fixation du prix des médicaments, sont dominés par le lobby santéo-industriel qui a ses leviers de commande, ses obéisseurs, ses toutous, comme la DGS ou les différentes ARS.
Depuis la première année de médecine, et même avant dans les prépas, jusque dans les couloirs des hôpitaux publics et privés et ceux des cabinets médicaux libéraux big pharma et big matériel règnent en maîtres.

L’arrogance médicale.
Le rôle de la médecine dans l’amélioration de l’espérance de vie dans les pays développés et, surtout, de l’amélioration de l’espérance de vie en bonne santé, est lié aux conditions socio-économiques et aux pratiques individuelles.

Espérance de vie à 35 ans selon le sexe et la catégorie socio-professionnelle.
Une femme cadre a une espérnce de vie de 51,7 ans à 35 ans.

Pour la suite de nos réflexions sur le Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre je parlerai plus précisément des problèmes que pose la Loi santé comme le Tiers Payant Généralisé et / ou les réseaux de soins mutualisés et sur les solutions que n’apporte pas Ce mouvement concernant les déserts médicaux, la démédicalisation nécessaire de la société, l’hospitalisation publique, le cas des spécialités d’organes qui demandent un effort particulier, et cetera.

    Continuer la lecture

    Publié dans CORPORATISME, grève, HOSPITALISATION PRIVEE, LIBERALISME, LOI SANTE, MUTUELLES, UFML | Commentaires fermés sur Je ne ferai pas grève du 23 au 31 décembre. Premier épisode.

    La liste des agents publics habilités à contrôler le passage de l’épreuve théorique du permis de conduire a été élargie !

    Grâce à l’arrêté du 30 juin 2014 divers agents publics, gendarmes et policiers à la retraite, sont désormais autorisés à contrôler le passage de l’épreuve théorique du permis de conduire :  cette mesure a pour objectif de concentrer les inspecteurs du permis … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans arrêté, conduire, épreuve, gendarmes, grève, inspecteur du permis, Mises au point, permis de conduire, policiers, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, théorique | Commentaires fermés sur La liste des agents publics habilités à contrôler le passage de l’épreuve théorique du permis de conduire a été élargie !

    Fin d’une année de grève des Médecins inspecteurs du travail dans les CRRMP, comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles

    Lorsque toutes les conditions d’un tableau de maladie professionnelle ne sont pas remplies ou lorsqu’il n’existe pas de tableau pour une pathologie qui semble être d’origine professionnelle et qui entraîne une IPP, Incapacité permanente partielle de 25%,  c’est le CRRMP, Comité […] Continuer la lecture

    Publié dans Actualités, commission, CRA, CRRMP, décision, grève, IPP, maladie, médecin inspecteur du travail, MIRTMO, professionnelle, reconnaissance, tableau | Commentaires fermés sur Fin d’une année de grève des Médecins inspecteurs du travail dans les CRRMP, comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles