Archives de catégorie : GÖTZSCHE PETER

Ce que l’on peut partiellement retenir de juillet et d’août d’un point de vue médical.

Bali : rizières de Jatiluwih (photo personnelle)C’est un pêle-mêle non exhaustif :Il n’est pas nécessaire d’indiquer le nombre de séances lors de prescriptions de kinésithérapie : voir ICI. J’ajoute qu’à Mantes et dans son territoire (chic, non ?) les … Continuer la lecture

Publié dans associations de patients, ASSUREURS, conflits d'intérêts, décision partagée, EHPAD, FDA, GÖTZSCHE PETER, IPP, Kinésithérapie, opiacés, PÊLÊ MÊLE, Urgences, VAPOTAGE | Commentaires fermés sur Ce que l’on peut partiellement retenir de juillet et d’août d’un point de vue médical.

Calendrier de l’avent des lectures médicales : Peter Gøtzsche

Illich critiquait la contre-productivité du système de santé (voir LA) et McKeown, à l’inverse (voir ICI), magnifiait les résultats obtenus par le système de santé en relativisant, dans une perspective historique, les rôles respectifs de la médecine pu… Continuer la lecture

Publié dans CALENDRIER DE L'AVENT, GÖTZSCHE PETER, MAFIA PHARMACEUTIQUE | Commentaires fermés sur Calendrier de l’avent des lectures médicales : Peter Gøtzsche

Peter Gøtzsche est viré de la Cochrane.

Peter GøtzscheComme tout le monde je suis un lecteur (pas émérite) des articles de la Collaboration Cochrane. Comme tout le monde, ou presque, je retiens surtout les conclusions qui vont dans le sens de ce que je pense et j’oublie ou mets du temps à co… Continuer la lecture

Publié dans cochrane, GÖTZSCHE PETER, papillomavirus | Commentaires fermés sur Peter Gøtzsche est viré de la Cochrane.

De la Mafia du foot à la Mafia de la santé.

Vous avez deux types de grands intellectuels et, comme le disent les gens à la mode, ceux qui n’ont pas besoin d’éléments de langage pour être in the main stream, ceux qui s’interpellent eux-mêmes au niveau de leur vécu, c’est clivant, les grands intellectuels qui aiment le foot, qui aiment regarder le foot et qui, surtout, aiment être invités sur les plateaux de télévision ou de radio pour parler de foot en tant qu’écrivain, philosophe, historien, sociologue, cinéaste, graphomane, ou chanteur de variété, et les grands intellectuels qui n’aiment pas le foot, qui détestent le foot, qui trouvent que ça fait beauf, jackie, kéké, opium du peuple, salaires trop élevés et, last but not least, l’univers de la corruption, du fric et de la Mafia.
Le terme est lâché. 
Pour mécontenter tout le monde je dirais que j’ai toujours aimé le foot, le pratiquer mal, aller au stade avec mon père puis avec mes enfants,  l’écouter à la radio, ah, Georges Briquet, le regarder à la télévision, ah, Thierry Roland, que je suis bon public, abonné à Canal plus et à BeIn sport, mais, bien entendu, c’est évident, moi, le grand docteur du 16, je sais le regarder, je sais mettre de la distance, je sais contrôler mes émotions, mes commentaires, je ne regarde pas avec les copains, c’est un plaisir presque solitaire devant mon écran plat ou mon écran d’ordinateur, je regarde le foot en intellectuel et j’en parle même à mes patients qui en parlent beaucoup, mes patients qui ne votent pas, qui votent, qui sont contre la taxe Hollande à 75 %, car les jeunes du Val Fourré, les mâles, privés de l’ascenceur social de l’école républicaine (moi aussi je sais manier la novlangue comme un grand qui n’a fréquenté ni Sciences Po, ni l’ENA), n’ont qu’un seul rêve : devenir un riche sportif, mais, chut, n’en parlons pas, cela pourrait désespérer les purs, les droits, les qui considèrent que les rêves du peuple doivent passer par l’adhésion au rêve anti capitalisme qui rendra les gens meilleurs ou au rêve néo libéral qui rendra les gens meilleurs… Un riche sportif qui a le droit, grâce à ses dons et à ce qu’il gagne, d’en être fier et de ne pas trop donner à l’Etat qui n’a rien fait pour lui… Il y a donc les gens de droite qui sont contre la taxe à 75 % bien qu’ils trouvent indécents de tels revenus parce que ces footballeurs n’ont fait ni Polytechnique ni HEC et qu’ils sont le plus souvent bronzés, immigrés ou issus des classes « populaires », qu’ils ne savent pas ce qu’est une commode louis quinze ou un trumeau louis seize et qu’ils préfèrent le rap et Céline Dion à la énième interprétation de la Symphonie du Nouveau Monde et qu’ils gagnent plus d’argent que les traders à particules qui trafiquent sur les marchés financiers et des gens de gauche qui préfèreraient que les Indigènes de la République, au lieu de gagner de l’argent avec le génie de leur corps, lisent Frantz Fanon, Karl Marx, Aimé Césaire, Wilhelm Reich ou Pierre Bourdieu.
Ainsi, Finkielkraut est-il critiqué (à juste titre — mais je pourrais écrire un billet là dessus pour aller au delà et en deçà de ses propos) quand il s’indigne de la couleur indigénique de l’équipe de France, ainsi l’extrême-droite et la droite sont-elles fustigées quand elles ne trouvent pas normal que l’on ne chante pas La Marseillaise (la suppression des hymnes nationaux rendrait les choses plus simples) mais on ne dit rien de la gauche et de l’extrême-gauche qui méprisent le foot-ball et ses joueurs, basanés ou non, fils de prolétaires ou non, parce qu’ils devraient faire autre chose et défendre leur classe, leur race, leur exploitation plutôt que d’être devenus, à l’insu de leur plein gré, des capitalistes arrogants et sans éducation…
Les données récentes de la littérature nous indiquent que le foot business est depuis longtemps sous la coupe d’intérêts mercantiles, d’intermédiaires douteux, de comptes dans des paradis fiscaux, de sociétés multinationales tentaculaires, de corruption généralisée, de concussion, de trafics d’influences, d’abus de biens sociaux, de dessous de table, de pots de vin, d’achats de votes, d’achats de politiciens, de trafics d’enfants, de dopage (mon oreillette me dit que le top du top néo libéral est de ne pas être contre le dopage, désolé, j’ai fait une erreur de main stream), de paris truqués, de corruption d’arbitres, et cetera, dans un contexte de patriotisme, de nationalisme, de mauvaise foi, et cetera.
Parenthèse.
Cela étant dit, je voudrais dire ceci : le but de Robin Van Persie contre l’Espagne est le modèle de ce que l’on peut faire de mieux dans la gestuelle corporelle humaine contemporaine (voir LA le but en video). Parlez-moi de gestuelle artistique en me citant Degas ou Bacon mais, dans notre monde, où trouver un geste si esthétique qui allie intelligence, règles de la physique, mécanique des fluides et mouvement brownien ? Aucune « performance » artistique n’atteint la cheville de cette phase de jeu. Van Persie, je ne le connais pas, il n’a lu ni Marx ni Rawls, mais il atteint au sublime et nul doute, on ne prête qu’aux riches, que Michel-Ange ou de Vinci en auraient fait des tonnes.
Donc, que les intellectuels intellectuels, que les donneurs de leçons de civisme, que les empêcheurs de tourner en rond, que les lanceurs d’alerte, que les détracteurs du sport spectacle, que les brillants pourfendeurs des inégalités sociales aillent lire Jacques Généreux, Jérôme Guedj, ou Clémentine Autain pendant que nous nous vautrons tels des décérébrés dans nos canapés en regardant des matchs de foot truqués avec des nullités surpayées, pas de morale surtout, ne nous emmerdez pas, nous sommes khons, nous assumons.
Pour ce qui est de la Mafia de la santé, je conseille aux professionnels de santé qui n’aiment pas le foot-ball car c’est une Mafia, de cesser toute activité, de boycotter les produits GSK, Pfizer, Sanofi-Aventis, Servier et consorts et de lire ceci :
Les données récentes de la littérature nous indiquent que la santé business est depuis longtemps sous la coupe d’intérêts mercantiles, d’intermédiaires douteux, de comptes dans des paradis fiscaux, de sociétés multinationales tentaculaires, de corruption généralisée, de concussion, de trafics d’influences, d’abus de biens sociaux, de dessous de table, de pots de vin, d’achats de votes, d’achats de politiciens, de trafics d’enfants, de dopage (mon oreillette me dit que le top du top néo libéral est de ne pas être contre le dopage, désolé, j’ai fait une erreur de main stream), de paris truqués, de corruption d’arbitres, d’études cliniques biaisées, de congrès pourris, d’enfants du tiers-monde inclus dans des essais à l’insu de leur plein gré, de trafics d’organes, de trafics de femmes, de conférences de consensus expert-mongerisées et disease-mongerisées, et cetera, dans un contexte de patriotisme, de nationalisme, de mauvaise foi,  d’incompétences et cetera.
Lire un peu : Gøetzche Peter. 2013, Deadly Medicines and Organised Crime: How Big Pharma has Corrupted Healthcare. Radcliffe.

Illustration (crédit) : ICI

Continuer la lecture

Publié dans FOOT-BALL, GÖTZSCHE PETER, MAFIA, Santé publique, VAN PERSIE ROBIN | Commentaires fermés sur De la Mafia du foot à la Mafia de la santé.