Archives de catégorie : empathie

Médecine et société : le monde moderne (et ancien).

1

On me raconte l’histoire suivante : un patient (très âgé) est hospitalisé pendant deux jours dans une clinique privée pour pose d’un pace-maker après un diagnostic (brillant) fait sans ECG par sa fille médecin. Tout se passe merveilleusement. Le jour de la sortie le chef de service passe dans la chambre. « Tout va bien ? » La fille du patient : « Heu, il commence à avoir des escarres. – Il n’a qu’à se lever. – Il porte une sonde urinaire. -Mais il y a longtemps qu’elle aurait dû être enlevée… » 
Le chef de service et la fille (médecin) du patient qui écoute parlent de choses et d’autres, la chambre de clinique située à côté du local de repos du personnel, la chambre du patient où l’on entrepose dans un coin du matériel et où le personnel soignant non médecin vient se servir sans un regard et sans un mot pour le patient, et cetera. 
La fille du patient conclut : « Vous êtes un excellent cardiologue mais un exécrable médecin. »

2

(Jonathan Nossiter est un type curieux, il écrit des livres, il tourne des films et il boit du vin. Je vous conseille de lire, si vous aimez le vin, un livre de lui (Le goût et le pouvoir) et de regarder deux films, Mondovino où il démonte le système Parker et La résistance naturelle où il vante les vins naturels (je n’ai pas dit bio))

Quoi qu’il en soit, il nous raconte l’histoire suivante : il va manger dans un restaurant tenu par un chef célèbre et à la mode. Nossiter est connu, il a pris une réservation à son nom. Il observe, il mange, il boit. Le chef sort de sa cuisine pour dire bonjour à la salle et vient parler à Nossiter : « Alors, c’était comment ? » Nossiter a observé, a mangé, a bu. Il répond ceci : » Tu es une excellent cuisinier mais un médiocre restaurateur. » Il voulait dire : accueil sans chaleur, désinvolture dans le service, peu d’intérêt pour le client. La cuisine du chef suffira.

3
Le patient  a rendez-vous à 8 heures 30 à la consultation de chirurgie viscérale d’un grand hôpital parisien. Il arrive à 7 heures et demie, il est le premier et la dame de la caisse lui dit que la consultation commence effectivement à 8 heures 30. Le chirurgien arrive à 9 heures. La salle d’attente est pleine et le patient sait pourquoi : tout le monde avait rendez-vous à 8 heures 30 ! Le chirurgien regarde une jeune femme qui est assise et qui est arrivée bien après notre patient et lui dit de le suivre. Sans explications.
Ce n’est pas le monde moderne, c’est encore le monde ancien : quand j’ai commencé les consultations de chirurgie à l’hôpital Cochin en 1977, tout le monde avait déjà rendez-vous à la même heure.

4
Un patient se fait enlever en ambulatoire une formation cutanée pour lequel son médecin traitant lui a parlé d’une très infime possibilité de cancer. C’est le dermatologue à qui il a été adressé qui officie dans son chic cabinet parisien.
Ambiance cosy mais agitée (beaucoup de monde).
Le patient demande au dermatologue de lui expliquer ce qu’il pense de la tumeur après l’ablation. Le dermatologue : « Je n’ai pas le temps. » Le patient : « Vous n’avez pas le temps ? – Non, on verra cela après. – C’est cancéreux ? » Le dermatologue s’en va sans répondre.
L’infirmière le conduit au comptoir pour payer. Il dit : « Je n’ai pas le temps de payer. On verra cela après. Au revoir. »
Quelque temps après il reçoit une note d’honoraires à son domicile (son médecin traitant l’a prévenu qu’il avait reçu l’anapath et que ce n’était pas cancéreux). Il n’y fait pas attention. Il est toujours en colère.
Quelque temps après sa femme reçoit une note d’honoraires le concernant.
Cette fois il écrit un courrier au dermatologue lui disant 1) qu’il ne paierait pas tant qu’il n’aurait pas reçu d’explications ; 2) qu’il pensait que le dermatologue avait rompu le secret médical en envoyant une note d’honoraires à sa femme ; 3) qu’il allait porter plainte au Conseil de l’ordre.
Plus de nouvelles.

C’était : Histoires avec paroles.

N’oubliez pas : l’alcoolisme tue.

;

Continuer la lecture

Publié dans empathie, MONDE MODERNE, Patients, professionnalisme | Commentaires fermés sur Médecine et société : le monde moderne (et ancien).

Des humain.e.s en blanc – Ne jamais dire jamais.

Cela commençait toujours un peu de la même façon. Dans ce service déjà si particulier, rempli de joie de vivre et de travailler ensemble, reconnaissant les patients d’un simple regard – pathologies chroniques et visites très régulières obligent – avec … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans année, Blanc, blouse, empathie, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Hôpital, humain, Humains, humanité, infirmier, Les Brutes en blanc, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecin malade, médecine, OBSERVATION, patient, première, Réflexion, relation, Santé, Soignant-soigné, soins, Stage, technique, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Des humain.e.s en blanc – Ne jamais dire jamais.

Sans tous mes sentiments

Il y a les patients détestables, les patients adorables, Il y a les patients désagréables, les patients hautains, les patients amicaux, Il y a les enfants souriants, espiègles, Il y a les enfants insupportables, Il y a les enfants qui … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans bienveillance, empathie, humeur, MEDECINE GENERALE, Pratique, sentiments | Commentaires fermés sur Sans tous mes sentiments

« Trop sensible pour soigner »

J’adresse cet écrit à ces gens-là qui crient Qu’un cœur à fleur de peau, sensible à ses semblables, Est un si lourd fardeau qu’il rend bien incapable De faire un bon docteur avec le bon esprit. Ces gens-là qui, envieux, … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans amour, coeur, coup de gueule, empathie, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Initiation, lien, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, Méthode, poésie, Réflexion, relation, Santé, Sensible, soignant, soigné, soin, soins, technique, vie, Vocation | Commentaires fermés sur « Trop sensible pour soigner »

Héroïne

J’ai une petite réputation dans mon village, celle d’aimer les raretés en néphrologie. Alors quand on se pose des questions, parfois on m’envoie les patients. J’ai ainsi rencontré L. Elle a 21 ans et elle vient avec sa mère. Son … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans amour, empathie, fille, Histoires de patients, maladie rénale chronique, médecine, mère, Néphrologie, patient | Commentaires fermés sur Héroïne

Mauvaise foi

Ce matin, j’ai découvert dans cet article du New Yorker l’utilisation que sont en train de faire les candidats à l’investiture républicaine des événements du 13 novembre 2015. Si les propos de Donald sont inquiétants, je trouve les propos de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans 13 novembre, actualité, altruisme, attentats, brel, don quichotte, empathie, fabrique de l'histoire, religion, républicains, Science | Commentaires fermés sur Mauvaise foi

Empathie

Récemment, en parcourant un groupe dédié aux auxiliaires de vie sur Facebook, je suis tombée sur ça :

Instantanément, j’ai pensé à Monsieur B, mais aussi à Madame LDV. J’ai aussi pensé à Madame Pasdbol et à quelques autres qui m’ont laissé un souvenir plus ou moins mitigé. Par curiosité, je suis allée lire les réponses. Au moment où j’écris ce billet, il y a une cinquantaine de commentaires sous ce post, c’est dire si la discussion va bon train. Dans les commentaires, je cherche quelques éléments décrivant un peu mieux la situation. Je découvre quelques précisions données par l’auxiliaire de vie qui témoigne :

« Je les signaler aussitôt le mr est sous tutelle,pas moment il a pas toute sa tête ,il es suivi par un psy.il es handicapée il a eu un avc très jeune .il à 55ans.pas famille »

« Elle a envoyer un mail à la tutrice de je le mois dernier il avait peut un couteau pour ce trancher la gorge on a enlever tout qui était dangereux à domicile »

« il 2frigo 1dans le bâtiment fermer au cadenas et un dans la cuisine nn fermer pour ses repas matin midi soi r prépare »

« ce le à que 12cigarette par jours ,café télé à par cela il fait rien de la journée ces pour au cache la nourriture il mangerai toute la journée. Au juste ces ça seule drogue »

Pour résumer, ce monsieur de 55 ans, célibataire sans enfant, a fait un AVC il y a longtemps, souffre de troubles cognitifs, et est sous tutelle. Il est tabaco-dépendant et semble socialement isolé. Il bénéficie d’une auxiliaire de vie pour les courses (et sans doute d’autres choses) et n’est pas autonome dans la gestion de ses repas. Il peut se montrer violent envers les autres et lui-même. Je pourrais aussi vous dire dans quel département il habite mais c’est sans intérêt pour la suite du billet.

Bon, là c’est résumé dans les grandes lignes.

Maintenant que je comprends un peu mieux le contexte, je relis les commentaires plus attentivement. Beaucoup conseillent de prévenir le/la responsable, de faire une déclaration d’accident du travail et d’exercer un droit de retrait. Des conseils sages au vu de la situation. Mais il me manque quelque chose.

Quand je m’étais trouvée en difficulté face à certains bénéficiaires violents (verbalement et/ou physiquement), j’avais eu la triste impression de ne pas être entendue. Je m’étais retrouvée seule face à des comportements que je ne comprenais pas et auxquels je n’étais pas préparée. Seule et désemparée. L’unique question que je me posais à l’époque était la suivante : comment? Comment réagir? Comment faire? Comment continuer? Je n’avais pas trouvé de réponse idéale et m’étais alors contentée d’étaler mon désarroi ici. Madame Grandchef, en me montrant gentiment la porte après que je lui avais annoncé ma grossesse, m’avait sans le vouloir rendu un grand service. En m’offrant plus de temps libre que ce que mon arrêt maternité m’octroyait, j’avais pu accompagner la fin de vie de mon père et faire une formation d’aide-soignante. Et j’ai compris une chose.

J’ai compris que je ne me posais pas les bonnes questions, ou du moins pas au bon moment. Parce qu’avant de me demander « comment », peut-être aurait-il fallu que je me demande « pourquoi ». Pourquoi Madame LDV ne m’aime-t-elle pas? Pourquoi Monsieur B. est-il aussi agressif? Pourquoi Madame Pasdbol ment-elle continuellement? 
Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?
Si j’avais eu la réponse à ces questions toutes simples, j’aurais peut-être plus facilement trouvé le « comment ». Comment réagir? Comment répondre? Comment faire?

Mais, pour me poser les bonnes questions, encore aurait-il fallu que je réfléchisse autrement. Je réfléchissais avec mes valeurs et ma normalité. Je pensais en tant que Babeth, aide à domicile, 35 ans, mariée, maman, en bonne santé physique et mentale. Mais ma normalité n’était pas la leur. Ma vie n’était pas la leur.
J’aurais pu réfléchir différemment, en me mettant cinq minutes à leur place.
Et si c’était moi, la veuve délaissée par ses enfants, dépendante au point de ne plus pouvoir sortir faire ses courses, à qui l’on impose une auxiliaire un peu trop souriante?
Et si c’était moi, celui qui souffre continuellement, rongé par la dépendance à l’alcool, que plus personne ne vient voir?
Et si c’était moi, la femme mal-aimée, rejetée par sa propre mère, qui n’a pas conscience de ses incohérences et reste persuadée que tout le monde ment autour d’elle?
Si c’était moi, ne serais-je pas agressive moi aussi? Ou méprisante? Ou violente?

Je ne me posais pas les bonnes questions, parce que je ne faisais pas preuve d’empathie. Je croyais être une bonne aide à domicile. J’étais souriante, polie, travailleuse. J’aimais mon travail et je ne comprenais pas pourquoi, malgré toute ma bonne volonté et mes sourires polis, je ne parvenais pas à établir une saine relation d’aide avec certains bénéficiaires. Certains m’étaient sympathiques, d’autres carrément antipathiques, et je ne savais pas me situer professionnellement au milieu de cette cascade d’émotions parasites.
Sympathie et antipathie. Voici les mots qui m’ont piégée. Trop ceci, pas assez cela. Trop proche, trop distante, trop souriante, trop sur la défensive. 

Puis j’ai fait une pause forcée, j’ai eu un enfant, j’ai perdu mon père, je suis devenue aide-soignante, et j’ai repris le travail. Différemment.
J’ai découvert l’empathie.
  

L’empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l’intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion désignant la « compréhension » des sentiments et des émotions d’un autre individu, voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d’« empathie cognitive »). En langage courant, ce phénomène est souvent rendu par l’expression « se mettre à la place de » l’autre.
Cette compréhension se produit par un décentrement de la personne et peut mener à des actions liées à la survie du sujet visé par l’empathie, indépendamment, et parfois même au détriment des intérêts du sujet ressentant l’empathie. Dans l’étude des relations interindividuelles, l’empathie est donc différente des notions de sympathie, de compassion, d’altruisme ou de contagion émotionnelle qui peuvent en découler. (Wikipédia)

J’ai réalisé que pour comprendre une situation, je dois réfléchir autrement. Non plus avec ma normalité mais avec celle de la personne qui est en face de moi. Je dois déposer mes valeurs et mes idées sur le paillasson de l’entrée et me plonger dans une autre dimension, celle de l’Autre. Je dois pouvoir l’entendre et l’écouter, le voir et le regarder. Je dois me demander ce que je ferais à sa place, avec ses valeurs, ses possibilités, et non ce qu’une personne de « ma » normalité ferait à sa place. Je dois changer de normalité comme je change de patient, voilà tout. C’est à moi de m’adapter à lui et non le contraire. Ça paraît tellement évident quand je l’écris, et je me sens tellement stupide de ne pas y avoir pensé plus tôt!

Pour en revenir au débat initialement cité, je trouve qu’il illustre parfaitement le sujet. Parce qu’en lisant ce post, la première chose que j’aurais ressentie il y a quelques années, c’est de la sympathie pour la collègue agressée, ou de l’antipathie pour le responsable d’agence qui n’intervient pas. Aujourd’hui, après une naissance, un deuil, une formation et un coup de coeur professionnel (faudra que je vous parle de Naomi Feil un jour, vous m’y ferez penser?), ma première réaction a été de demander pourquoi la nourriture était sous clé, et de me dire que ça devait être terrible de devoir subir une interdiction pareille. Terrible et maltraitant
Ça paraît évident de se poser la question, je sais, mais ça ne l’était pas pour moi il n’y a encore pas si longtemps. Spontanément, ça n’aurait pas été ma priorité. J’aurais demandé « comment » mais pas « pourquoi ». Et je ne me serais pas demandé comment j’aurais réagi à SA place.
Du coup, désolée si je me permets un quart d’heure cocorico (tant pis, j’assume), mais je suis contente du chemin parcouru depuis Monsieur D. et Madame LDV., contente de faire de belles rencontres qui me font voir les choses différemment, et contente de poursuivre ma route en me disant que j’ai encore plein de choses à découvrir.

Et même, j’en profite pour vous balancer un petit lien vers le #mededfr, parce qu’on en avait parlé et que ça avait été un chouette débat :

https://mededfr.wordpress.com/2014/11/13/mededfr-22-lempathie-ca-sapprend/

Continuer la lecture

Publié dans aide-soignante, auxiliaire de vie, bientraitance, Bitàlair, colère, empathie, Ethique, Maltraitance, Naomi Feil, Pasdbol, Vieillesse | Commentaires fermés sur Empathie

Une écoute utile pour les soignants

La psychanalyse a mauvaise presse depuis de nombreuses années, en fait depuis le début. Freud est un des penseurs les plus importants du XXé siècle n’en déplaisent à certains. Ses découvertes sont essentielles. En ces moments, où nous sont promis … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans empathie, fabrique, France-Culture, Histoire, médecine, nouveaux chemins, psychanalyse, Sapiens | Commentaires fermés sur Une écoute utile pour les soignants

Second avis

Mme Lauze est venue pour un second avis.

Avec son bouledogue au bout de sa laisse, souriante, inquiète. Attentive. Je l’invite à entrer, me demandant comment me situer. Je suis, moi aussi, souriant, inquiet, et attentif. Vient-elle parce que l’autre est un con, parce qu’il lui a donné une mauvaise nouvelle, parce qu’il l’a prise pour une conne, parce qu’elle n’a rien compris ? Ou juste parce qu’elle ne lui fait pas confiance ? S’est-il trompé, serai-je d’accord avec lui, saurai-je avant de me prononcer, ce qu’il lui a expliqué ? Va-t-elle chercher à me piéger ? Ou veut-elle juste se rassurer ?

J’examine Marty – le bouledogue – en discutant. Je n’ai bien sûr jamais vu ce chien, ni cette dame, et l’exercice suppose que je ne les reverrai jamais. Alors, nous faisons connaissance, quelques banalités, et tout de suite, elle m’explique : le diagnostic, et la prise en charge proposée par le confrère, qui implique une chirurgie. La dernière anesthésie générale sur ce chien s’est plutôt mal passée. Elle espère donc qu’il a tort, qu’il y a moyen d’éviter le bloc. Elle parle vite, mais elle est précise. Il y a une vraie urgence dans son maintien, mais elle se détend. Est-ce parce que je viens de lui demander de m’expliquer précisément ce qu’elle attendait de moi sans commenter ou juger les motivations de cette seconde consultation ? Ou est-ce simplement parce que son chien est à l’aise sur la table de consultation, content d’être papouillé et ausculté ? Et puis d’ailleurs, est-ce que les clients se demandent ce que le vétérinaire va penser d’eux, lorsqu’ils viennent ainsi remettre en doute les compétences d’un confrère ?

La boufiole suspecte, sujet de la chirurgie proposée, ne prête pas vraiment à discussion. Oui, il faut l’enlever, même si Marty n’est vraiment plus très jeune, même s’il est un peu cardiaque, un peu insuffisant respiratoire, un peu mal foutu de partout, en fait, sous le poil ras de sa robe grise. On ne nait pas bouledogue sans devoir faire de lourdes concessions à la physiologie normale de l’espèce canine.

Madame Lauze interroge, s’inquiète et se rassure en constatant que mon avis et celui de mon confrère convergent. Marty, lui, corne, ronfle et s’étouffe joyeusement dans mes bras, où il vient d’aterrir en échouant dans sa tentative de suicide par chute fatale depuis une table de consultation.

Le bât blesse un peu lorsque que je lui précise que si je devais l’anesthésier, je préférerais qu’échographie d’abord son coeur, pour mieux comprendre le souffle entendu. Pour, à plus long terme, accompagner au mieux son vieillissement. A dire vrai, OK, je n’hésiterai pas trop à l’anesthésier sans cet examen. Mais puisqu’il serait très pertinent de le faire, autant le faire avant de l’endormir, non ?

Sauf que…
Sauf que, m’explique-t-elle, le rendez-vous chirurgical avec mon confrère du premier avis est déjà pris. Pour demain. Et que je ne sais pas faire une échocardiographie. Cet examen ne pourra pas être fait pour le lendemain.
Elle ne veut pas annuler.
Et elle ne peut pas repousser, pas sans expliquer à son vétérinaire pourquoi, or elle ne veut pas lui annoncer qu’elle a demandé un second avis. Ne risquerait-il pas de penser qu’elle ne lui fait pas confiance ? Lui, qui, m’explique-t-elle maintenant, est, en plus, un ami ?

Elle se sent coincée. Alors, elle me demande : et si je l’opérais, sans rien dire ? Elle n’y croit pas, ça se voit, mais l’idée lui a traversé l’esprit. Je souris : hors de question. Et puis, de toute façon, il faudrait voir à ne pas le prendre pour un con : ça risque de se voir, que la masse cutanée n’est plus là.

Elle est entrée dans ma salle de consultation en s’inquiétant pour son chien, et pour l’anesthésie. Elle la quitte inquiète pour elle, et pour son ami. Et pour ça, aussi, elle me demande mon avis ?

J’en fais souvent, des « consultations de second avis ». Je suppose que’un certain nombre de mes propres clients vont chercher d’autres réponses, ou d’autres questions. Ca me convient : je ne suis pas susceptible, et je ne suis pas omniscient ou omnicompétent. Il est naturel de chercher à confirmer ou infirmer un diagnostic, un pronostic, ou une proposition de traitement. Même si, bien sûr, dans ces circonstances, je peux ressentir un pincement, un défi ou parfois, même, un petit sentiment de trahison. Personne n’aime être remis en question. Surtout quand on joue aux devinettes avec un diagnostic et que l’on sait bien que l’on pourrait avoir tort. Que le client pourrait avoir mal compris, et raconter n’importe quoi au confrère. Que le confrère pourrait être indélicat, ou pire, incompétent. Que…

Je lui souris, et je lui dis : moi, ça me vexerait, un peu, oui. Mais je comprendrais. Et puis, hé, j’avancerais. A vous de gérer.

Continuer la lecture

Publié dans chien, déontologie, empathie, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Second avis

Inversion des rôles

Je suis médecin généraliste. Dans mes journées de consultations, je gère tout plein de situations différentes : du suivi au long cours, des bébés pour leur croissance et leurs vaccins (enfin quand on a les vaccins disponibles), des petites ou … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, empathie, généraliste, laryngite satanique, médecin malade, neurones miroir, Un peu de tout | Commentaires fermés sur Inversion des rôles

Un point pour refermer les plaies

Salle d’attente des urgences Il est presque huit heures. J’entame la quatorzième heure de garde, la vingt-quatrième heure de veille. La soirée aux urgences a été longue et mouvementée. Pas une minute de répit, pas même aux alentours de 2 … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans dépression, Docteur, Douleur, empathie, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Garde, Hôpital, Initiation, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, mort, patient, Plaie, point, Réflexion, Santé, soins, souffrance, Stage, Suture, technique, tristesse, vie | Commentaires fermés sur Un point pour refermer les plaies

Méfions-nous de la probité !

« Laissons la justice suivre son cours… » Cette phrase est plus souvent prononcée par le principal suspect d’une affaire que par ses adversaires politiques ou par ses victimes civiles. Cette confiance affichée en une justice inébranlable, incorruptible et intemporelle prend soudain … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans altruisme, compassion, conflit d'intérêts, empathie, médecine, probité | Commentaires fermés sur Méfions-nous de la probité !

Contre-transfert en médecine générale (approche partiale). Histoire de consultation 170.

Je rencontre dans le couloir Madame A, 31 ans, qui sort du cabinet de consultation de mon associée où elle vient d’être vue par son remplaçant (pour simplifier les choses : le remplaçant de mon associée est mon ex associé à la retraite).
Elle me fait un grand sourire que je lui rends.
Sauf que j’ai un peu de mal avec cette patiente dont je suis le médecin traitant et qui a mal partout, qui se plaint de plein de trucs, un jour du cou, un autre de la jambe, une autre fois des poignets, encore une autre fois de migraine, qui est anxieuse, qui souffre physiquement et moralement, qui a des traits dépressifs, qui ne sait plus où elle en est et que je considère comme une victime parce qu’elle a un compagnon, le père de son enfant, qui l’a frappée (elle ne m’a jamais montré de traces mais ce n’est pas la peine de voir pour la « croire » et j’ai voulu que l’on prévienne les services sociaux, qu’elle porte plainte, elle n’a jamais voulu, parce qu’elle ne veut pas le priver de son enfant, c’est son père, après tout), qui la menace, qui la trompe ouvertement, me dit-elle, et cetera, et qui continue de vivre chez elle et un employeur qui ne la comprend pas et qui, sans la harceler, la trouve nulle.
J’ai fini par l’adresser en service de médecine interne car, ne sachant plus quoi faire d’elle, je veux dire proposer une construction théorique pour toutes ses plaintes douloureuses, et craignant de « passer à côté de quelque chose », notamment une connectivite en raison de l’horaire des douleurs, du contexte familial, sa maman a une PR, et parce que l’abord psy ne lui convient pas, qu’elle n’est pas folle, dit-elle, qu’elle est anxieuse mais on le serait à moins, dit-elle, qu’elle est un peu dépressive mais sans désirs suicidaires, comprenez moi, docteur, je vis des choses difficiles, eh bien j’ai opté pour l’approche organique afin de soulager mon ignorance et / ou mon incompétence.
Elle a donc accepté le service de médecine interne mais pas l’aide sociale et pas le psychiatre.
Le service de médecine interne a joué le grand jeu, ne l’a pas prise pour une « fonctionnelle », et le courrier que j’ai reçu était rempli de résultats d’examens complémentaires très sioux, que je connaissais de nom mais dont je ne connaissais ni la spécificité ni la sensibilité dans le cas particulier de cette patiente. Ils n’ont rien trouvé mais ils ne lui ont pas encore collé une étiquette d’hypochondriaque manipulatrice. J’ai écrit dans son dossier la phrase magique : « jesaipasaiquoi ».

Quoi qu’il en soit, chaque fois que je découvre son nom dans le carnet de rendez-vous, je fais la grimace. Car je ne sais pas quel visage lui montrer : empathique, compâtissant, sérieux, raisonneur, ouvert, psy (je vous expliquerai un jour à moins que vous ne le sachiez ce qu’est une attitude psy en médecine générale), patelin, raisonneur, père fouettard, assistante sociale, que sais-je encore ? Je suis gêné aux entournures. Et elle s’en rend compte. Sans doute. Elle sait peut-être que je n’ose pas lui dire ce qu’elle a envie d’entendre ou de ne pas entendre, Prends ta gosse et tais-toi tire-toi, un vieux reste de Le médecin n’est pas là pour décider pour ses patients, mais je ne dis rien sinon qu’il faudra porter plainte, cette fois, si son compagnon la frappait à nouveau.
Après qu’elle est partie, le remplaçant de mon associé me dit, dans le bureau de la secrétaire « Elle n’a vraiment pas de chance, Madame A. » Je le regarde et montre un visage étonné. Je n’avais pas envisagé les choses de cette façon là. Pour moi, Madame A est avant tout une emmerdeuse, une emmerdeuse qui n’a même pas l’élégance de coller aux tableaux cliniques pré définis, aux tableaux psychiatriques ad hoc, une emmerdeuse qui a mal et qui ne supporte aucun opiacé, une emmerdeuse qui est certes anxieuse, sub dépressive (le DSM IV définit-il ce genre de patientes ?), victime de la vie, un mec qui l’a d’abord frappée puis quittée en la laissant avec son enfant de trois ans mais qui ne l’a pas quitté complètement, qui la harcèle, qui veut voir sa fille mais surtout emmerder la maman, qui exige de voir sa fille pour savoir comment la mère de sa fille survivent sans lui, et Madame A qui n’ose pas lui dire que cela suffit car elle a tellement peur qu’il ne demande plus à voir sa fille qui réclame son père.
Grâce à la remarque du remplaçant de mon associé je découvre combien j’ai été mauvais avec cette patiente, mauvais dans ses différentes acceptions : mauvais médecin, mauvais « humaniste », mauvais humain, nul, en quelque sorte. J’ai découvert aussi combien j’avais été injuste.

Pourquoi ?
Chacun pourra en tirer des conclusions, non sur mon cas précis, mais sur « son » cas précis, le cas de chaque « soignant » en situation de soin quand il ou elle sont en face d’un ou d’une patiente qui les dérange.
La vie est ainsi faite, je ne parle pas seulement de la médecine, il nous arrive d’être « mauvais », mais, dans le cas de la médecine, il s’agit de notre métier, nous avons donc une obligation de moyens.
Est-ce que j’ai été mauvais parce que je n’aime pas ce genre de femmes dans la vraie vie ? Est-ce que j’ai été mauvais parce qu’elle ne correspondait pas à l’idée que je me fais de la façon de réagir dans de telles circonstances ? Est-ce que j’ai été mauvais par pure umbécillité ?

Le remplaçant de mon associée m’a remis dans le droit chemin.

Quad j’ai revu Madame A, j’étais content de la voir. Sans doute pour me faire pardonner. Et, comme par hasard, et ne croyez pas une seconde qu’il y ait une quelconque corrélation ou que je m’attribue quelque mérite, elle allait « mieux ».

(Cette anecdote mériterait à mon sens quelques commentaires circonstanciés : la réflexion sur soi-même ; la liberté de ton entre professionnels de santé ; l’arrogance médicale ; le paternalisme ; et cetera)

Note : Pour le contre transfert j’ai retenu cet article ICI.

Illustration : je l’ai trouvée sur le site LA mais sans auteur du dessin.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, CONTRE-TRANSFERT, empathie | Commentaires fermés sur Contre-transfert en médecine générale (approche partiale). Histoire de consultation 170.

Mais il a mal …

R. 3 ans arrive à la Maison Médicale de Garde à 22h accompagné de son père. « – Bonsoir! Qu’est ce… – Alors hier, on a attendu 7 heures aux urgences…et on est ressorti avec juste du doliprane, alors là, faut … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans antibiotiques, empathie, Patients, vie de médecin | Commentaires fermés sur Mais il a mal …

Marqueurs tumoraux

Il y a quelques jours Mme Peps avait pris rendez-vous avec moi. A l’heure fixée, Mme Peps n’était pas là. Contenant l’irrépressible instinct qui me poussait à bougonner, je me remémorais mes expériences passées où certains lapins furent dramatiquement justifiés. … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans analyses, annonce, Brainstoming, cancer, empathie, formation, gravité, Humeurs, inexpliquée, laboratoire, marqueurs, Médecin De Famille, perte de poids, solitude, tumoraux | Commentaires fermés sur Marqueurs tumoraux

Marqueurs tumoraux

Il y a quelques jours Mme Peps avait pris rendez-vous avec moi. A l’heure fixée, Mme Peps n’était pas là. Contenant l’irrépressible instinct qui me poussait à bougonner, je me remémorais mes expériences passées où certains lapins furent dramatiquement justifiés. … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans analyses, annonce, Brainstoming, cancer, empathie, formation, gravité, Humeurs, inexpliquée, laboratoire, marqueurs, Médecin De Famille, perte de poids, solitude, tumoraux | Commentaires fermés sur Marqueurs tumoraux

Doit-on « soigner » tout le monde ? Histoire de consultation 162.

Le jeune garçon de 16 ans qui est venu consulter pour une angine et qui fait la tronche parce que je ne lui ai pas prescrit d’antibiotiques et qui me dit qu’il va se faire engueuler par sa mère pour ne pas avoir exigé que je lui en prescrive mais surtout que lui, sans antibiotiques, il ne guérit pas, 
(je suis désolé d’avoir pris la posture du « bon » médecin qui ne prescrit pas d’antibiotiques, le médecin tellement bien pensant, tellement bien agissant, tellement je suis un mec bien — tellement je suis une nana bien –, cette posture avantageuse tellement tirée de la brochurette « éléments de posture » recommandée par les communiquants de la « bonne » médecine, celle des mecs et des filles qui lisent Prescrire, qui sont « aware », qui ne reçoivent plus la visite médicale — n’oubliez pas de louer ces « résistants » qui ont collé des patchs anti VM sur leur corps –, car il ne suffit pas, selon les éléments de posture de ne pas recevoir la visite médicale il faut ne PLUS la recevoir, la « bonne » médecine qui se regarde dans la glace des bons sentiments… Mais le complément de cette posture est la suivante : il arrive à ces « bons » praticiens qui font encore des TDR dans leur cabinet, pauvres mortels, pauvres victimes d’un système qui les écrase, membres de la profession si exposée des professionnels de santé, toujours menacée par le burn-out et qui s’en sortent grâce à leur clairvoyance fantastique, à l’aménagement de leurs horaires, à leur pouvoir de dire non, à l’organisation parfaite de leurs cabinets, et cetera, et donc, ces « bons » praticiens, cerise sur le gâteau des éléments de posture, avouent que, parfois, parce qu’ils sont fatigués, parce que c’est la fin de la journée, ils prescrivent des antibiotiques malgré tout. Cette faiblesse les honore…)
eh bien, ce jeune homme de 16 ans, il est venu consulter avec un maillot de l’OM. Le jeune homme, il est né à Mantes, et il porte un maillot de l’OM. Et, en ce moment, ce n’est pas la mode de porter des maillots de l’OM, le PSG qatari emporte tous les suffrages, il faut oser, et il ose. Il me demande si je suis toujours pour le PSG (conversation récurrente entre nous, eh oui, on ne peut pas toujours parler avec ses patients d’Illich, de Proust ou de Kundera) et je lui réponds que ce serait difficile de changer, étant donné la façon brillante de jouer du PSG en ce moment et quand on était supporter alors que l’équipe jouait mal… Et j’ajoute, pour rire, que s’il avait eu un maillot du PSG, je lui aurais peut-être prescrit des antibiotiques… Et le jeune de 16 ans, appelons le M, il ne comprend pas.  Je lui explique l’affaire et je réfléchis en moi-même.
Doit-on « soigner » tout le monde ? Selon le serment d’hypocrite, sans aucun doute. Et je suis hypocrite.
Je ne parle pas du malade vu en urgence, non, du malade que l’on suit en longitudinal, sur des années, dont on connaît la femme, les enfants, la maîtresse, et le reste.
J’ai dans ma patientèle des membres actifs du front national, des islamistes militants, des membres du PS, de l’UMP, des anciens parachutistes, des pervers, des easy listeners, un pédophile connu, un mec qui a défenestré sa femme, des staliniens bon teint qui regrettent encore l’ère pré Gorbatchev, des supporters de Saint-Etienne, des trafiquants de drogue, des lecteurs de Marc lévy, des homophobes, des guetteurs, des machistes, des polygames, des fans de Sanseverino, des femmes fatales, des hommes faciles, des parents qui collent des claques à leurs enfants, des hommes qui trompent leurs femmes et vice versa, un agresseur sexuel, des partisan(e)s de l’excision, des antisémites, des racistes en général, et cetera.
Comment les recevoir avec empathie ? 
Est-ce possible ?
Faut-il choisir sa patientèle à son image ?
Faut-il être empathique uniquement avec les gens sympathiques ? 
Et si le manque d’empathie, le patient hypertendu avec lequel on fait le minimum syndical, n’était pas mieux « soigné » ? Sans paroles excessives, sans propos divers et variés sur le temps qu’il fait, sur le mariage pour tous, sur la réforme Taubira ou sur le scooter de Hollande.
Et si l’empathie pour le patient qu’on aime bien pour des raisons d’éléments de posture entraînait un soin de moins bonne qualité ?
Faut-il préciser les choses avec les patients que nous ne fréquenterions pas dans la vraie vie ?
Dans le genre : Je suis PSG, Barça et ManU. Et vous ?
(Membre du Ku Klux Klan soigné par des noirs (pardon, des Afro-Américains) : source Allain Jules ICI)

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, ELEMENTS DE POSTURES, empathie, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Doit-on « soigner » tout le monde ? Histoire de consultation 162.

Test d’inventaire de Burn Out de Maslach : pour diagnostiquer un épuisement professionnel

Le burn out est un épuisement professionnel, à la fois physique et mental, qui atteint surtout des personnes qui aident les autres ( les soignants, les enseignants, les travailleurs sociaux, etc). Le test d’inventaire de Burn Out de Maslach et […] Continuer la lecture

Publié dans accomplissement, burn-out, clients, deshumanisation, dur, efforts, élèves, émotionnel, empathie, épuisement, fatiguant, fatigue, frustré, insensible, inventaire, Maslach, MBI, Patients, problèmes, professionnel, psychologique, score, stress, Stress professionnel, stressant, test, travail | Commentaires fermés sur Test d’inventaire de Burn Out de Maslach : pour diagnostiquer un épuisement professionnel

Tolérance

A cette époque j’étais externe en stage en réanimation médicale. Ce matin là nous recevions une octogénaire « intubée-ventilée » pour Accident vasculaire cérébral massif. Le pronostic vital était plus qu’engagé, il n’y avait malheureusement aucun doute possible, même avec notre assistance … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans amour, Brainstoming, empathie, enfants, humanité, Humeurs, intolérance, Médecin De Famille, rom | Commentaires fermés sur Tolérance

Tolérance

A cette époque j’étais externe en stage en réanimation médicale. Ce matin là nous recevions une octogénaire « intubée-ventilée » pour Accident vasculaire cérébral massif. Le pronostic vital était plus qu’engagé, il n’y avait malheureusement aucun doute possible, même avec notre assistance … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans amour, Brainstoming, empathie, enfants, humanité, Humeurs, intolérance, Médecin De Famille, rom | Commentaires fermés sur Tolérance

Carabosse

Tandis que Mme Ylliac refermait laborieusement la porte de son pavillon, je maugréais intérieurement tout en cherchant où j’avais garé ma voiture.  Cette fois encore je n’avais pas réussi à canaliser ma patiente,  la visite avait duré plus de 45 … Continue la lecture Continuer la lecture

Publié dans carabosse, écoute, empathie, incontinence, jeune médecin, lait, Médecin De Famille, pragmatisme, ulcère, varices, Vieillesse | Commentaires fermés sur Carabosse

Courte méditation

Pensons à ceux qui se sont occupés de nous alors que nous étions incapable de faire face au monde. Pensons aux soignants, professionnels ou non, qui ont apporté leur attention et leur tendresse sur nos pathologies de la petite enfance. Pensons à notre maman. Continuer la lecture

Publié dans empathie, maman, pensées | Commentaires fermés sur Courte méditation

La hache de M. Léon

« Je pars en visite chez M. Léon , il habite à tel endroit, si je ne t’ai pas rappelée dans une heure, tu m’appelles, et si je réponds pas, appelle les flics. » C’était un vendredi soir, tard, nuitamment, même. Mes … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, empathie, hache dans le coffre, patient, psychiatrie, visite | Commentaires fermés sur La hache de M. Léon