Archives de catégorie : EMA

Pose de faux ongles, soin, décoration de l’ongle :risques pour la santé

Les personnes qui réalisent des soins, décoration des ongles et pose de faux ongles sont exposées à d’innombrables produits chimiques. L’Anses a conduit récemment une expertise dans ce secteur professionnel et a identifié 700 produits chimiques, présents dans les produits […] Continuer la lecture

Publié dans acrylique, colle, cutanée, cyanoacrylate, dyspnée, EMA, éthylméthacrylate, gel, hypersensibilité, méthacrylate de méthyle, MMA, monomères, NIOSH, ongles, ongulaire, pneumopathie, polymères, prévention, Produits cosmétiques, produits à visée esthétique, professionnelle, prothésiste, Recommandations, résine, respiratoire, santé au travail, sensibilisation, symptômes, ventilation | Commentaires fermés sur Pose de faux ongles, soin, décoration de l’ongle :risques pour la santé

Semaine 39

La politique européenne du médicament est claire, tout pour Big Pharma. L’EMA va être rattachée à la direction générale industrie, après seulement 5 ans sous la tutelle de celle de la santé. La croissance doit passer par la consommation de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AVK, BIG PHARMA, cancer du rein, DOK7, EMA, encephalopathie hépatique, FBP1, indoxyl sulfate, infarctus du myocarde, insuffisance rénale chronique, natation, NOAC, pathologie cardio-vasculaire, PEG, reviewing, revue de web, soluté de remplissage, toxines urémiques | Commentaires fermés sur Semaine 39

Contraception hormonale : stratégies de diversion de Big Pharma : les prescripteurs et les femmes résistent.

Nous avons relaté (ICI ou LA) les controverses concernant les risques encourus par les femmes prenant la pilule oestro-progestative selon les estrogènes ou les progestatifs combinés qu’on leur a prescrits.
Les faits sont là : les pilules de troisième et quatrième génération sont plus dangereuses que les pilules de deuxième génération. Elles entraînent (sans tenir compte du tabac) un risque thrombo-embolique veineux (dépendant du progestatif) qui, la première année est, et par rapport au levonorgestrel, le progestatif de référence, multiplié par 1,76 pour le norgestimate, par 2,29 pour le gestodène, par 2,92pour le desogestrel, par 3,55 pour la cyproterone, et par 4,14 pour le drospirenone. Quant au risque thrombo-embolique artériel, il dépend du taux d’éthynil estradiol (en sachant que le dosage optimum de 20 microg est atteint dans des pilules dites de deuxième et de troisième génération).

Cela paraît clair (voir ICI cependant) ? (1)

Il est possible de dire que le risque thrombo-embolique veineux est faible (cet adjectif est éminemment subjectif) puisqu’il est de 1,91 événements thrombo-emboliques veineux pour 10 000 femmes années à condition que la prescription de la pilule se fasse en respectant les contre-indications et sans tenir compte des facteurs de risques. Mais il faut parler des risques thrombophiliques (qui ne se diagnostiquent pas par l’interrogatoire) et surtout du tabac qui entraîne une multiplication par 9 des risques thrombo-emboliques sans distinction et augmente avec l’âge (effet cumulatif). Il n’est donc pas si faible que cela. Le tabac, comme le souligne JY Nau (ICI) est le grand oublié de l’histoire de la contraception estro-progestative et des communiqués des Agences, qu’elles soient européenne ou française. (2)

Ces controverses, et non les risques thrombo-emboliques veino-artériels encourus, ont été considérées comme des risques majeurs par les tenants experto-sociétaux de la contraception estro-progestative (publiant dans Libération, la fine fleur de la gauche bobo LA) dont font partie nombre de spécialités académiques (gynéco-obstétriciens, épidémiologistes, sociologues,  psychiatres, et cetera) dont les féministes (nous n’avons pas vérifié que toutes les chapelles féministes partageaient ce point de vue mais nous dirons, par approximation, que c’est la quasi majorité d’entre elles) arguant que cela allait entraîner une augmentation du nombre d’IVG dans les mois à venir (le fameux pill scare). Ce qui n’a pas été constaté. L’expérience danoise avait d’ailleurs montré qu’il était possible de freiner des quatre fers (passer des pilules de troisième et quatrième génération à celles de deuxième génération) sans augmentation sensible du nombre d’IVG. Vous pourrez consulter les données rapportées par JY Nau (LA) : entre 2010 et 2012 (et à la suite des travaux de Lidegaard que nous avons largement commentés ICI) les proportions de prescriptions de pilules de deuxième génération sont passées de 13 à 67 % du total, les pilules de troisième et quatrième génération passant dans le même temps de 87 à 31 %
Les chiffres français récents publiés par l’ANSM (ICI) indiquent que sur la période décembre 2012 – Août 2013 les ventes de pilules de troisième et quatrième génération ont diminué de 36,6 % par rapport à la même période de l’année précédente (avec une pointe à – 52,4 % en août) alors que dans le même temps les ventes des autres pilules augmentaient de 24,6 % (avec une pointe à + 32 % en août et avec une mention spéciale pour les pilules contenant 20 microg d’ethynil-estradiol  : + 100 %). N’est-ce pas un fameux camouflet pour les experts qui annonçaient l’apocalypse et nous citerons, au hasard, Israël Nisand et Bernard Hédon ? Et ce d’autant que durant les mêmes périodes les implants / DIU ont augmenté de 26,1 % (avec une mention particulière pour les DIU au cuivre chez les femmes de moins de 40 ans : + 50 %).

Mais si les faits sont têtus, Big Pharma l’est plus encore.
Ils ont d’abord envoyé leurs experts pour se battre en terrain découvert.
Le gynécologue David Serfaty et les autres co signataires (qui appliquent la doctrine Bruno Lina, du nom de ce grand virologue français, «Trop de corruption tue la corruption», doctrine conséquentialiste fondée sur  : « C’est parce que je reçois des subventions de tous les labos que je suis indépendant des labos… »), la lecture de leur Competing Interests étant pour le moins intéressante (ils travaillent avec toutes les grandes entreprises de la contraception hormonale), ont écrit un article (LA) qui reprend tous les poncifs que nous ont assenés les experts académiques et non académiques (le mensonge que je préfère est : « Il y a moins de phénomènes thrombo-emboliques sous contraception estro-progestative que lors d’une grossesse »), et dont le point d’orgue est une étude diligentée par Bayer Health Care (3) qui réfuterait tout danger avec les pilules de troisième et quatrième génération (ICI et LA).
Et cela marche ! 
Il y a des gens qui y croient et qui relaient l’article tel un économiste Frédéric Bizard (voir ICI) qui en profite d’ailleurs pour tacler l’Agence dans une belle envolée franco anti française en se permettant de donner des leçons de santé publique (mais oui…) qui seront démenties par les faits (comme on l’a vu plus haut avec le rapport de l’ANSM). Il écrit ceci : « 26 spécialistes internationaux de renom de gynécologie, obstétrique et médecine de la reproduction estiment que ‘cette crise a porté préjudice à tous, spécialement aux femmes’. Ils critiquent le fait que les autorités sanitaires françaises se sont ‘senties obligées de réagir’ sous la pression. » A aucun moment il ne s’est posé la question des liens d’intérêts.
Mais il n’est pas le seul. 

Les blogueurs s’en mêlent comme Docbuzz, l’autre information santé (sic) comme il s’appelle lui-même, (ICI) ou les journaux comme le Quotidien du Médecin (LA)  ou le JIM (ICI). Et, très curieusement, JY Nau (ICI).

Puis arrive en sous-main l’EMA (European Medicines Agency). L’EMA a déjà été secoué par des scandales dominés, on s’en serait douté, par la non déclaration ou la non bonne gestion des liens d’intérêt (par exemple ICI avec un Français bien connu). Par l’intermédiaire du PRAC (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee) Big Pharma publie un communiqué assassin et malin (ICI) qui parachève le marketing mix mis en place. Le communiqué innocente LES pilules estro-progestatives en mettant tout dans le même sac (première, deuxième, troisième et quatrième génération), ce qui est une stratégie classique pour enfumer tout le monde et pour rendre toute discussion difficile : « Le PRAC confirme que les bénéfices de tous les contraceptifs hormonaux combinés continuent d’en surpasser les risques ». Et passez muscade.
Et ça marche !
On prend les mêmes et on recommence : Docbuzz (ICI) et le Quotidien du Médecin (LA) qui s’y colle avec bravoure en reprenant les éléments de langage appris chez Big Pharma mais où ce qui est le plus consternant ce sont les commentaires des médecins (ou prétendus tels car c’est quasi anonyme).
Mais Le Monde résiste (ICI) et dit que l’EMA « ne fait curieusement pas la distinction entre les diverses générations de contraceptifs ». CQFD.

Big Pharma a utilisé ses moyens habituels mais les médecins et les femmes n’ont pas marché comme le montrent les expériences danoises et désormais françaises.
Encore un effort et on pourra, en France et ailleurs, parler de contraception sans être intimidés par les experts et les féministes qui tentent de nous faire croire que la contraception hormonale est une des plus grandes avancées médicales et sociales de la médecine du vingtième… C’est faire fi de tous les indicateurs qui montrent combien les femmes sont encore exploitées tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle.




Notes
(1) Le directeur de la rédaction de Prescrire a dit un jour qu’il fallait s’habituer à la disparition des pilules P3G et P4G. Il n’avait pas tort.
(2) Il est intéressant de noter que JY Nau qui, à juste titre sans doute (avis personnel), est un obsédé du tabagisme, aborde enfin la validité intrinsèque des risques thrombo-emboliques de la contraception hormonale par ce biais ! 
(3) Il faut oser, n’avoir aucun sens commun, être au dessus des lois ou des réalités, pour écrire ceci : These results contrast with those of published prospective cohort studies, sponsored by Bayer HealthCare, at the request of the European Medicine Agency (EMA) and the Food and Drug Administration (FDA) for an expanded post-marketing surveillance, which did not find such differences. This discrepancy led to an intensive scientific discussion among epidemiologists about possible confounders and biases in the published studies..

Illustration : Gustav Klimt. Le baiser (détail) : 1907 – 1908

Continuer la lecture

Publié dans CONTRACEPTION HORMONALE, DIVERSION, EMA, MARKETING MIX, RISQUE THROMBOEMBOLIQUE | Commentaires fermés sur Contraception hormonale : stratégies de diversion de Big Pharma : les prescripteurs et les femmes résistent.

Pose de faux ongles : risques pour la santé, recommandations et prévention

Les faux ongles sont posés le plus souvent en institut de beauté ou onglerie par des prothésistes ongulaires. Ces professionnels sont exposées à  divers produits chimiques, notamment  certains méthacrylates, présents … Continuer la lecture

Publié dans acrylique, colle, cutanée, cyanoacrylate, dyspnée, EMA, éthylméthacrylate, gel, hypersensibilité, méthacrylate de méthyle, MMA, monomères, NIOSH, ongles, ongulaire, pneumopathie, polymères, prévention, Produits cosmétiques, produits à visée esthétique, professionnelle, prothésiste, Recommandations, résine, respiratoire, santé au travail, sensibilisation, symptômes, ventilation | Commentaires fermés sur Pose de faux ongles : risques pour la santé, recommandations et prévention

Diane 35 : la contre-offensive conjointe de Big Pharma et des néolibéraux (de droite et de gauche)


Le dernier communiqué de l’EMA (Voir ICI) innocentant Diane 35 est à mourir de pleurer (MDP pour les branchés). 

Il s’agit surtout d’un modèle de lobbying big pharmien (nouveau néologisme docteurdu16ien). 
Les avantages de Diane 35 l’emportent sur ses inconvénients pour ce qui concerne le traitement de l’acné, affirme l’EMA sans rire ! 
Tout le monde sait, sauf l’EMA (enfin, l’EMA le sait mais la Santé Publique n’est pas son propos), que Diane 35 est aussi et surtout utilisée comme contraceptif chez les femmes poilues et / ou acnéiques (vous voulez la formulation exacte de l’EMA ? Voici : « moderate to severe acne related to androgen-sensitivity and/or hirsutism (excessive unwanted growth of hair) in women of reproductive age ».
Le communiqué de l’EMA est fondé sur les données de pharmacovigilance de la PRAC (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee), un machin européen qui ne voit rien, qui n’entend rien et qui ne dit rien et dont les buts essentiels sont de protéger les médicaments, pas les patients (voir l’affaire Pandemrix qui traine lamentablement). 
La PRAC est à la pharmacovigilance ce que le macramé est au full contact.
Ce communiqué en profite pour donner le coup de pied de l’âne à la France en se demandant, sans rire, sur la base de quelles données les Gaulois ont programmé un retrait du marché d’une molécule si inoffensive… Vous remarquerez que cela fera plaisir aux ennemis de tout poil de la ANSM… dont j’ai envie, par provocation, de prendre la défense, mais, quand même, c’est un peu trop…
Je ne reviendrai pas ici sur les nombreux articles de blog que nous avons consacrés au problème de la contraception en France, de la contraception oestro-progestative en particulier, sur ses risques minimisés et sur les dangers de l’association explosive tabac – pilule, et, surtout, sur les mauvaises habitudes du corps médical français (permettez, chers collègues, que je mette tout le monde dans le même sac, l’influence de Big Pharma étant telle qu’il est difficile d’avoir les idées claires) privilégiant la contraception hormonale contre les autres modes de contraception, véhiculant des idées fausses sur les DIU (dispositifs intra utérins) et sur les autres méthodes. Comme CMT l’a écrit dans de nombreux commentaires de blog nous assistons à un enterrement en grandes pompes (voir la note (1) en fin de ce billet).
Cette crise m’a pourtant permis, très égoïstement, de mettre à jour mes connaissances. Cela m’a aussi permis de confirmer le fait suivant (que je pourrais ériger en règle, en principe ou en loi) : chaque fois qu’un problème se pose à moi en médecine (à propos de moi-même ou d’un membre de ma famille ou à propos d’un patient en particulier pour lequel je m’interroge par ignorance, par empathie ou par compassion) et à chaque fois que pour se faire, je me renseigne, d’abord auprès de mes correspondants habituels et de mes amis experts, que je me mets à lire avec plus d’attention la littérature (et même si  j’ai déjà lu sur le sujet La Revue Prescrire, une revue Cochrane ou une analyse Minerva) il me faut peu de temps (ce n’est pas pour me mettre en avant, c’est pour expliquer le pouvoir de l’expérience de rechercher constamment et basiquement sur internet, et même sur l’internet grand public avant même de passer sur PubMed), pour me faire une idée neuve sur le sujet, pour m’apercevoir que j’avais des préjugés sur la question, des préjugés liés à ma pratique, à ma lecture rapide des articles, à ma lecture orientée des articles dans le sens de mon poil, en me laissant aller sur la pente de la facilité… Ce point est crucial : et je ne saurais que plus encore valoriser l’EBM qui est un questionnement dont la ou les réponses sont fondées à parts égales sur les données de la science quand elles existent (ou expérience externe), sur les données de notre pratique et de nos connaissances quand elles existent (l’expérience interne) et les valeurs et préférences des patients. Lire La Revue Prescrire ne suffit pas. Lire une revue Cochrane pas plus. Lire une mise au point Minerva pas moins. C’est néanmoins indispensable.

Mettre à jour mes connaissances mais, plus encore, resituer mes connaissances dans le contexte plus général de la signification de la contraception, hormonale ou pas, dans une perspective politique, sociologique, anthropologique et, plus prosaïquement, patriarcale.

Je me permets donc de me citer sur ce qu’il était important de retenir sur la contraception hormonale : LA.

Je voudrais souligner combien, même les experts réputés, fussent-ils non académiques, peuvent nous tromper au nom de la Bonne Cause : ICI.
Je voudrais aussi rappeler combien les sociologues politisés (de gauche) et sociétalisés (de gauche) publiant dans le journal Libération peuvent aussi affirmer des contre-vérités : LA et pour lire l’article original c’est LA.
Pour que l’on ne me soupçonne pas de vouloir entrer à l’ANSM, je vous renvoie ICI à ce que j’écrivais à leur propos.
Et enfin, j’avoue : j’ai écrit en septembre 2012 un billet demandant le retrait de Diane 35 et de ses génériques (alors que ce n’est pas vraiment dans mes habitudes idéologiques d’interdire) : LA.

 

Revenons-en au lobbying de Big Pharma.

Big Pharma a eu peur et a désormais peur : 

les ventes de pilules de troisième et quatrième génération ont baissé de 45 % et celles de Diane 35 de 75 %

Tout comme Small Pharma (les génériqueurs) dont les rapport à la pharmacie traditionnelle sont parfois flous, sinon par le biais des Fonds de pension américains, ou trop évidents (Small Pharma branche de Big Pharma).
Il était nécessaire que Big Pharma allume des contre-feux. 
Les armes habituelles de Big Pharma sont connues.
  1. L’instillation du doute et l’enfumage des esprits par l’intermédiaire d’articles, de prises de position de grands patrons récitant des argumentaires préparés et développés lors de réunions d’experts, de déjeuners ou de dîners dans des restaurants réputés ou lors de Congrès exotiques. Voir ICI le livre remarquable de David Michaels.
  2. La perversion des clercs dont le rôle n’est plus maintenant, comme rappelé ICI par Georges Monbiot, que de s’assurer que la connaissance scientifique peut être traduite en croissance économique » (“ensuring that scientific knowledge translates to economic growth”). Voir ICI la conférence faite à Cambridge (GB) Par Sir Mark Walport.
  3. La fabrication des experts (Expert Mongering, voir LA) qui permet de les créer de toute pièce, de les faire monter dans la hiérarchie académique en leur allouant des crédits de recherche, des expertises maisons, en leur écrivant des articles publiés dans de « bonnes » revues, en leur permettant de distiller la bonne parole dans des associations de FMC (Formation médicale Continue), de les rendre dépendants et de les avoir à sa botte pendant toute leur carrière
  4. L’entrisme dans les Agences internationales et françaises (cf. EMA et ANSM) permettant de nommer à des postes-clés des experts fabriqués ou des experts dociles avec l’aval des politiques.
  5. Le ghost writing qui permet d’écrire des articles à la place des experts en leur faisant signer le papier dans une langue qu’ils connaissent parfois mal. Un article a donc été écrit par des « sommités » de la gynécologie mondiale (voir ICI), dont l’inénarrable David Serfaty (qui applique la doctrine Lina, du nom de ce grand virologue qui a dit en substance : « C’est parce que je reçois des subventions de tous les labos que je suis indépendant des labos… »), la lecture de leur Competing Interests étant pour le moins intéressante : ils travaillent avec toutes les grandes entreprises de la contraception hormonale, article qui reprend tous les poncifs que nous ont assenés les Nisand, Winckler et autres (mon mensonge préféré est : « Il y a moins de phénomènes trombe-emboliques sous contraception oestro progestative que lors d’une grossesse »), et dont le point d’orgue est une étude diligentée par Bayer qui réfuterait tout danger avec les pilules de troisième et quatrième génération.
  6. La perversion de l’enseignement de la médecine. Pour les multiples raisons sus-citées les enseignants académiques sont redevables de Big Pharma consciemment ou inconsciemment. Les cours, les livres, les polycopiés, les documents internet sont inspirés par Big Pharma et sa propagande. La consultation des livres menant à la préparation de l’ECN (Examen Classant National) confirme cette impression nauséabonde.
  7. La dramatisation de la situation. Un des arguments merveilleux des experts serait le risque (mais nous ne le minimisons pas) d’une explosion des IVG en France à la suite de cette crise. Et la façon dont ils se sont exprimés sur le sujet nous fait penser qu’ils souhaitent cette explosion comme confirmation a posteriori de la rigueur de leurs raisonnements (tout comme les experts de la grippe avaient souhaité très fort que la pseudo pandémie A/H1N1 tue beaucoup de monde pour confirmer leurs prédictions dévastatrices…). Et il n’est pas douteux que l’InVS, dans son Bulletin Paroissial, le BEH, viendra au secours des chiffres annoncés.
  8. L’infiltration des media grand public trop contents de copier des argumenteurs préparés où les scoops succèdent aux scoops sur les risques d’IVG (cf. supra), sur les bienfaits de la pilule sur la santé (cf. supra), sur la transformation anthropologique des femmes depuis son avènement, tout en cachant que le nombre d’IVG ne diminue désespérément pas en France, que la mortalité maternelle péri natale est en France une des plus fortes des pays développés malgré la normalisation et la politique des indicateurs menée à outrance dans ce pays. Sans compter les commentaires non critiques des medias à l’égard du communiqué de l’EMA : LA.
  9. Et cetera

Les groupes de pression.

  1. Big Pharma et ses oeuvres.
  2. Small Pharma : avec ses génériques et ses dosages changeants entre le princeps et le générique, la petite soeur de la précédente fait le forcing si bien que 84 pilules différentes occupent le marché français : les experts (de Big et de Small Pharma) prétendent que c’est pour répondre aux besoins des femmes. Désolé, je n’ai pas bien appris l’argumentaire, il faut dire ceci : le climat hormonal de chaque femme pourra être satisfait. Mon œil ! Il s’agit tout simplement d’élargir l’offre pour créer le besoin : si vous n’arrivez pas à trouver la « bonne » pilule pour la femme qui est en face de vous, c’est que vous êtes un mauvais médecin.
  3. Les mouvements féministes qui ont décidé que les femmes modernes étaient les seules femmes estimables de l’histoire de l’humanité et que discuter ne serait-ce qu’un peu des dangers de la pilule estro-progestative ne pouvait émaner que de réactionnaires, de conservateurs, de peine-à-jouir, de misogynes ou pire… (cela ne vous rappelle pas quelque chose ?) Lire Marc Girard pour avoir un son de cloche différent (ICI, LA et LA)
  4. Les sociologues qui tirent à la ligne pour nous dire que le plus grand bienfait fait aux femmes au vingtième siècle est la contraception,  ajoutant même que cela empêchait d’avoir des cancers et améliorait la qualité de vie (voir ICI). Ils oublient certainement d’avoir lu Carol Gilligan et Joan Trento sur le CARE et la poursuite de l’exploitation des femmes (travail, tâches ménagères, et cetera…), ce n’est pas à la mode, même Emmanuel Todd le dit.
  5.  Les professeurs de morale issus de la gynécologie obstétrique (IN) et de la médecine générale (MW) qui sont persuadés de faire le bien des femmes à l’insu de leur plein gré et qui se prétendent les amis des femmes.
  6. Les Associations (dont le Planning Familial dont je ne saurais oublier toutes les actions menées dans le cadre de la contraception, mais pas seulement), tout à son travail de tous les jours et à son combat philogyne, qui avaient oublié que Big Pharma orchestrait la manoeuvre et que les effets indésirables de la pilule existaient.
  7. Les néo-libéraux.
Les néolibéraux.
Tout le monde (enfin, ce genre de formulation est dangereuse) convient que le libéralisme est de droite et que le néo libéralisme, que l’on assimile trivialement à Margareth Thatcher et à Ronald Reagan, est d’extrême droite. Mais on oublie, enfin il devient de plus en plus difficile de l’oublier, que le néo libéralisme est désormais de gauche, notamment sur le plan culturel. Or, qu’y a-t-il de plus culturel que la contraception féminine ? 
Il faut bien entendu faire un distinguo (subtil) : le néolibéralisme de droite s’occupe des biens et des personnes (libre circulation) et le néolibéralisme de gauche s’occupe des personnes (libre circulation) et de la culture (le multiculturalisme égalitaire). Nous n’avons pas encore parlé de deux catégories particulières : les conservateurs qui ne s’intéressent qu’au libéralisme économique en y associant en théorie le respect des valeurs anciennes, le patriotisme, la morale, les valeurs chrétiennes pour les uns, judéo-chrétiennes pour les autres, islamiennes pour d’autres encore et j’en passe, et les libertariens qui sont, comment dire, des anarchistes anglosaxons d’extrême-droite hostiles à tout réglementation émanant de l’Etat et qui prônent, en vrac, la libéralisation des drogues encore illicites, la NRA, et l’extinction de l’Etat fédéral américain…
Pour comprendre les liens entre le néo-libéralisme de gauche et l’argent, il est intéressant de visionner cette vidéo (un entretien avec JC Michéa – ICI).
Quoi qu’il en soit les néo-libéraux s’indignent de la future interdiction de Diane 35 et du dé remboursement des pilules de troisième et quatrième génération (dont en fait une seule était remboursée). Ils s’indignent au nom de la liberté des femmes à pouvoir choisir ce qui leur convient après qu’elles ont été correctement informées. Sur ce dernier point on peut se poser de sérieuses questions sur l’information éclairée quand on lit la littérature grand public sur le sujet. Littérature académique ou extra académique qui ne lit même pas la littérature académique rapportant les dangers potentiels de la pilule oestro-progestative (LA). On peut se poser également de sérieuses questions sur les connaissances des prescripteurs de pilules…
Refuser l’interdiction de Diane 35…
C’est du John Rawls tout craché.
En rajoutant du mai 68 redigéré : Il est interdit d’interdire.
C’est du Adam Smith à la sauce moderne : la main invisible du marché qui régule. On pourra m’objecter que Rawls et Smith ne disent pas la même chose : dont acte. Rawls est plus fin.
Les néo-libéraux, certains, sont pour l’interdiction du Mediator et contre l’interdiction de Diane 35 ; les néo-libéraux, certains, sont pour la libéralisation / dépénalisation / légalisation (faites votre choix, braves gens) des drogues illicites en proposant dans le même temps le baclofène comme remède au fléau de l’alcoolisme « qui fait des dizaines de milliers de morts par an ».  Des dizaines de milliers de morts par an pour une drogue licite, vernaculaire, avec des contrôles, des zones de deals, et cetera… Pas rassurant. Je ne reviendrais pas, peut-être un autre jour, sur la Prohibition américaine qui est mise en avant par les néo-libéraux des drogues, arguant du fait que c’est de là qu’a commencé le Crime Organisé, ce qui n’est pas tout à fait faux, mais oubliant de dire que, du point de vue de la santé Publique (aïe, on va me traiter d’hygiéniste), ce fut une bénédiction (diminution du nombre de cirrhoses, et cetera…). Il est également possible, mais pas certain, que la levée de la prohibition sur les drogues s’accompagne d’une augmentation de la consommation et des effets indésirables.
Mais je m’égare.
Les néo-libéraux vont donc nous refourguer Diane 35 par le biais de l’EMA. On attend.
(1) Commentaire de CMT du 9 janvier 2013 (LA) Ce que vous dites est en partie juste mais très partiellement seulement.
J’ai fait une erreur et j’aurais dû citer mes sources (quand on veut aller vitre on fait mal et ça m’arrive aussi).
L’erreur était précisément, celle-ci : de dire que les maladies cardio-vasculaires étaient devenues la première cause de mortalité féminine chez les femmes de moins de 50 ans. C’est faux et j’avais mal lu. En réalité, les MCV SONT DEPUIS LONGTEMPS LA PREMIERE CAUSE DE MORTALITE FEMININE GLOBALEMENT et non chez les femmes de moins de 50 ans.
Je citais, sans le dire, les propos tenus au dernier congrès de cardiologie de Villepinte en 2011.
Les cardiologues se disaient très inquiets de l’augmentation des maladies cardio-vasculaires chez les jeunes-femmes et ils citaient l’apparition d’infarctus à un âge précoce.
Je cite : « Première cause de mortalité féminine après 60 ans dans les pays développés, l’augmentation des maladies cardiovasculaires chez les femmes est directement liée aux modifications du style de vie. Ainsi, la conjonction du tabac et de la contraception orale multiplie 3 à 20 fois le risque cardiovasculaire. Pour le Pr Nicolas Danchin : « il est aujourd’hui nécessaire que l’ensemble des professionnels de santé prennent en compte le risque et les spécificités des maladies cardiovasculaires chez la femme ». Il poursuit « il est tout de même surprenant de constater qu’il y a de plus en plus de femmes très jeunes victimes d’infarctus… » 
http://www.lauma-communication.com/2011/08/25/2731-aout-congres-europeen-de-cardiologie-faire-reculer-les-maladies-cardiovasculaires/
Plus d’infos sur le caractère spécifique des infarctus féminins, souvent à bas bruit mais plus souvent mortels que chez les hommes : http://www.canalacademie.com/ida8015-Maladies-cardio-vasculaires-les-femmes-plus-exposees-que-les-hommes.html 
Le bain d’hormones de synthèse où les médecins font baigner les femmes en permanence joue le rôle principal dans cette augmentation pour les cardiologues. Là il s’agit du risque artériel pour des jeunes-femmes. Les traitements de l’infarctus s’améliorent aussi, donc cela ne va pas forcément se traduire directement en termes de mortalité.
Vous dites aussi : » Par ailleurs le tabagisme n’a aucune influence sur le risque veineux thromboembolique . Thromboses veineuses et thromboses artérielles sont le fait de mécanismes en grande partie différents ». Et là vous avez tort.
Je vous le montre avec cette étude http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ajh.21059/abstract
Une étude cas témoin qui a été publiée dans une revue d’hématologie américaine et qui paraît tout à fait sérieuse et pertinente. Elle montre que si le tabac seul, produit une augmentation modérée du risque d’accident TEV de l’ordre de 20%, la COMBINAISON TABAC ET PILULE FAIT LITTERALEMENT EXPLOSER CE RISQUE en le multipliant presque par 9 (+880%) par rapport aux JF qui ne fument pas et ne prennent pas la pilule. De plus ce risque est CUMULATIF et augmente avec le nombre de paquets-année.
Alors que la combinaison facteur V et de la pilule oestro-porgestative le multiplie seulement par 5 (+500%) par rapport aux JF ne présentant pas de facteur de risque.
JE PENSE CLAIREMENT QU’ALORS QUE LES AUTORITES SE PREPARENT A ENTERRER L’AFFAIRE APRES N’AVOIR RIEN FAIT POUR DIMINUER LES RISQUES , ALORS QUE LES MEDECINS SE PROPOSENT DE NE RIEN CHANGER A LEURS HABITUDES, IL EST BIEN INUTILE DE VENIR RASSURER FAUSSEMENT LES FEMMES . LES RISQUES SONT BIEN LA ET SONT BIEN SUPERIEURS A CEUX QUI SONT OFFICIELLEMENT RECONNUS .
D’ici quelques jours les médias vont se mettre à nous parler de la dernière petite phrase d’un tel, du dernier évadé fiscal, ou de quelque chose d’aussi anecdotique qui va les occuper, et nous distraire, pendant des semaines. Alors faisons en sorte que les femmes soient au moins correctement informées. Car visiblement beaucoup de femmes ont appris par la presse que leurs problèmes de santé étaient très probablement dus à la pilule.
Dominique Maraninchi – Directeur de l’ANSM. Crédit photographique LA

Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, BYG PHARMA, DIANE 35, EMA, MICHEA JEAN-CLAUDE, NEO-LIBERAUX, SMALL PHARMA | Commentaires fermés sur Diane 35 : la contre-offensive conjointe de Big Pharma et des néolibéraux (de droite et de gauche)