Archives de catégorie : EGLISE DE DEPISTOLOGIE

La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (90)

Voici donc ce que prétendent les 124 (ou l’un d’entre eux) à propos de leur mouvement. Je rappelle que le régime du concordat existe toujours en Alsace-Moselle.Faut-il être assez ignorant pour penser que la médecine serait une sorte d’entité hors … Continuer la lecture

Publié dans 124, EGLISE DE DEPISTOLOGIE, FAKE MEDECINE, homéopathie | Commentaires fermés sur La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (90)

Bonne année 2018 et bilan 2017.

Voici ce que l’on aurait pu retenir de l’année 2017 :

  1. Il n’est plus possible de nier l’effarant sur diagnostic du cancer du sein et ses conséquences désastreuses, le sur traitement des femmes (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie), et le chiffre de 50 % rapporté par une récente étude néerlandaise (voir LA), pour abasourdissant qu’il soit, confirme ce qu’a toujours affirmé (à partir de données solides) Peter Goetzsche de la Nordic Cochrane (LA, par exemple). Il est urgent de reconsidérer le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes de 50 à 74 ans. Comme site spécialisé le site Cancer Rose est une référence en français, voir ICI.
  2. Agnès Buzyn est définitivement la représentante de ce que j’appelle le complexe santeo-industriel et la propagatrice de ce que Marc Girard nomme, à la suite encore de Peter Goetzsche (Gøetzche Peter. 2013, Deadly Medicines and Organised Crime: How Big Pharma has Corrupted Healthcare. Radcliffe.), la criminalité médico-pharmaceutique. Toutes les actions de la ministre sont en outre marquées par le sceau du mandarinat arrogant et sans réplique et de l’entre soi parigo-parisien de l’AP-HP et du septième arrondissement réunis. Elle défend l’hôpital contre les soins premiers, elle soutient l’industrie pharmaceutique avec une indécence inouïe (allant jusqu’à refuser le déremboursement de médicaments inefficaces et dangereux comme les pseudo anti Alzheimer), elle est au centre de la calamiteuse décision de la onze-vaccination obligatoire des nourrissons en utilisant des arguments fallacieux et en travestissant une conférence dite citoyenne, elle nie les effets indésirables du dépistage organisé du cancer du sein (voir le point 1.), elle nomme des copains et des coquins aux postes de responsabilité, elle valorise les liens et conflits d’intérêts. Ce qu’elle entreprend est pire que ce que nous avions anticipé (ICI). Mais mous aurons l’occasion d’y revenir.
  3. La dérive de l’oncologie, telle que ses pratiques sont organisées à partir des autorisations de mise sur le marché de produits anti cancéreux aux Etats-Unis d’Amérique, prend une tournure mafieuse : des produits qui n’améliorent pas l’espérance de vie (ou de 3 mois en moyenne) sont commercialisés à des prix étourdissants sur des critères de substitution dont le plus fameux est le Progression Free Survival à la base d’essais cliniques de non infériorité ou d’essais pratiqués dans des pays en développement avec un bras placebo indigne ; des produits autorisés sans essais contrôlés, des produits autorisés sur la base de bio marqueurs et non sur l’histologie… Ainsi des oncologues peuvent-ils prescrire des médicaments inefficaces en promettant de l’espoir (on peut se demander si les oncologues sont encore des soignants) et en entraînant des souffrances atroces et des effets indésirables indignes, sans demander l’avis des patients. (Progression Free Survival : c’est une nouvelle notion, mais surtout un nouveau critère d’essai clinique, qui signifie que le patient a survécu et que la tumeur n’a pas progressé — la progression étant définie par une augmentation de 20 % de la taille de la tumeur mesurée au scanner : il y a PFS si le patient est vivant avec une augmentation de 19 % ou une réduction de 16 % ! Le problème vient de ce que le PFS ne prédit pas une augmentation globale de survie.)
  4. L’affaire Levothyrox est une métaphore fantastique sur l’état de délabrement des esprits de ceux qui pratiquent le système de santé français : les experts pharmacologues qui n’ont jamais vu un malade, les experts cliniciens qui n’ont jamais écouté un malade, les agences gouvernementales qui savent a priori ce qu’est un malade et comment il ne va pas réagir (ou réagir), les cliniciens qui prennent ce qu’ils ne comprennent pas pour de la khonnerie émanant d’un malade a priori « chiant » ou dérangé, les TSHologues qui cultivent la politique des critères de substitution (si la TSH est bonne, la patiente n’a qu’à fermer sa goule, c’est qui le chef ?) comme les psychiatres qui jugeraient de l’état d’un.e patient.e sur un simple taux de sérotonine, les journalistes qui chassent le scoop, les associations de patient.e.s qui se tirent dans les pattes et qui n’ont donc pas, par la grâce empoisonnée d’être malade, la vérité révélée, les politiques qui n’écoutent que le bruissement des sondages, les pharmacie.nnes qui donnent des leçons de médecine derrière leurs comptoirs protégés pour ne pas lever le secret médical, les docteur.e.s qui n’arrivaient rien compris à la bio-équivalence ou qui, après avoir compris ou fait semblant de comprendre, ne comprennent toujours pas que c’est une notion bidon, les autres médecin.e.s qui parlent de marge thérapeutique étroite alors qu’il s’agit sans doute d’une maladie à fluctuation évolutive large ou, mieux, d’une maladie pour laquelle la zone de corrélation clinico-hormonale normale est très imprécise (et qui ne s’en étaient pas formalisés avant), les commentateur.e.s qui ne se sont pas rendu compte qu’il y avait à la fois un sur diagnostic, un sur traitement, et une réponse différente au traitement selon que les patient.e.s n’en avaient pas besoin, souffraient d’un cancer de la thyroïde opéré, irradié ou non, d’un Basedow après traitement éradicateur ou d’une thyroïdectomie (ou d’une hémithyroïdectomie) pratique pour des raisons bizarres ou imprévues ou inconnues, mais surtout :  il y avait des praticien.nes qui ignoraient ce qu’était l’effet nocebo ou un nocebo (ce n’est pas pareil) et qui en profitent désormais pour acculer les patient.e.s dans les cordes à cause de ce phénomène universel tout comme les patient.e.s expert.e.s refusent qu’on en parle pour ne pas se faire traiter de crétin.e.s parce que certain.e.s malades pourraient être accusé.e.s d’y avoir succombé et que cela ruinerait leurs théories sur les excipients cliniquement actifs ou sur le dogme de la corrélation TSHémie/humeur… Enfin, l’affaire Levothyrox, mais il faudrait développer, espérons que nous aurons l’année 2018 pour développer, enfonce le clou de la catastrophique aventure des génériques pour les patients, les pharmaciens et les médecins (l’écriture inclusive vient d’en prendre un coup).
  5. La santé publique est entrée définitivement dans le monde de la grande distribution. On ne pourra plus revenir en arrière. Les lobbys industriels et politiques verrouillent la question. Ils placent leurs pions aux postes clés de l’Etat et surtout dans les agences gouvernementales (avec la bonne vieille pratique du pantouflage : ICI). Ils arrosent. Ils organisent les hôpitaux (et les cliniques) comme des entreprises, imposant un manageriat industriel, une culture du rendement, une politique des indices, à base de flux tendu, de reporting, de sous-effectifs, de salaires de misère pour les « apprentis » (i.e. les internes), d’utilisation de travailleurs étrangers pour boucher les trous (et y compris les médecins)… Ils organisent l’industrialisation des cliniques appelées désormais hôpitaux privés et contrôlées par de grands groupes financiers. Ils favorisent la multiplication des examens complémentaires qui conduisent au sur diagnostic, au sur traitement, à l’incidentalome, en implantant des scanners, des IRM, des pet-scans… Ils organisent les conférences de consensus à l’origine de recommandations (guide-lines) toujours autant prescriptrices et dévoreuses de ressources. Ils financent les associations de patients pour pouvoir disposer d’un levier sentimental sur les pouvoirs publics. Ils détruisent consciencieusement la médecine libérale et la médecine générale en particulier, ce qui aura d’incalculables conséquences sur la santé publique… Le regroupement des médecins dans des maisons de santé situées en périphérie rappelle tant ce qu’est devenu le commerce mondialisé…  Les lobbys favorisent les mutuelles qui, initialement solidaires deviennent assurancielles, et cela va entraîner la faillite complète du système et/ou l’impossibilité pour certains types de populations de se faire pratiquer des examens inutiles et coûteux. Je m’arrête là pour ne pas lasser l’auditoire.
  6. L’arrogance de la médecine, celle qui pouvait prétendre contre toute raison (et notamment contre les travaux des épidémiologistes non à la botte des autorités académiques), que nous vivions dans les pays « développés » un âge d’or de la santé publique grâce aux progrès de la médecine, en prend un coup : l’espérance de vie à la naissance est en train de stagner, voire de reculer (aux Etats-Unis d’Amérique depuis deux ans consécutifs : «  “And the key driver of that is the increase in drug overdose mortality.”« ) dans certains sous-groupes populationnels ; quant à l’espérance de vie en bonne santé, son déclin est amorcé dans tous les pays développés. Cette arrogance de la médecine est un phénomène bien connu des marketeurs, cela s’appelle la sur promesse. Et cette sur promesse va conduire au point suivant : puisque les médecins ne peuvent ou ne veulent assumer les désirs de la société (immortalité, indolence, scanners à répétition) les non médecins, les gestionnaires, les apprentis sorciers, les citoyens vont dire aux médecins ce qu’il doivent faire, « j’ai envie de », et, à la fois se tourner vers des techniques ou des traitements non éprouvés ou insuffisamment évalués, tester la médecine non officielle, et cetera. Pour assouvir ses désirs.
  7. Une médecine sans médecins. Le rêve grandiose du complexe santeo-industriel est de pouvoir à terme se passer des médecins en tant que décisionnaires. Les financiers auront toujours besoin de médecins conseillers des princes et des industriels pour donner des idées, pour borner les discours, pour fournir des éléments de langage, pour endormir les consommateurs, pour publier des articles allant dans le sens des politiques pré définies par les accumulateurs de profits. Nous ne nions pas que les médecins aient creusé leur tombe tout seuls et qu’ils continuent de se tirer des balles dans le pied en embrassant l’intelligence artificielle, les robots opérateurs, la onze-vaccination obligatoire, la gestion des maisons médicales de soins par les mairies, les préfets ou l’ARS  ou la télé médecine, nous n’ignorons pas que la gestion des hôpitaux et des cliniques par les médecins n’était pas irréprochable (mais c’était la médecine alapapa) mais nous sommes certains que la gestion de ces mêmes hôpitaux et cliniques par les gestionnaires (qui, auparavant, travaillaient dans les yaourts ou dans l’industrie automobile) est calamiteuse.
  8. L’inintérêt de certaines pratiques médicales et de standards de soin (non démonstration de leur efficacité voire démonstration de leur nuisance) a été dévoilée dans 46 % des cas à partir  d’essais cliniques contrôlés publiés par Cifu et Prasad (Ending medical reversal, 2005, pp 83-87). Et quand le faisceau de preuves est suffisant pour les invalider, rien ne change : voir point 1.) mais aussi : LA. Il est grand temps a) de ne pas généraliser des pratiques sans qu’elles aient été démontrées IRL ; b) de remettre en cause  celles qui ont fait la preuve de leur inefficacité et/ou de leurs nuisances.
  9. Les associations de patients sont une autre face du consumérisme de la santé publique. Donner la parole publique aux patients est indispensable quand on sait avec quel mépris condescendant on les a laissés pendant des décennies. On ne les informait pas par ignorance et on a continué à ne pas les informer par arrogance. Mais il s’avère, au delà des polémiques sur les associations de patients et leur financement, au delà des controverses sur la parole médiatisée des patients (cf. point 4) et leur utilisation compassionnelle ou non, qu’il n’est pas possible de ne pas écouter et comprendre. Les soignants devraient réfléchir à cette situation : quand ils deviennent malades, quand ils souffrent d’une maladie qu’ils connaissent pour l’avoir traitée chez des patients, leur regard change, ils se rendent compte de faits, de détails, de sensations qu’ils ne pouvaient qu’ignorer, et ils regardent les patients avec un autre regard. Et ils changent leur pratique sauf si leur pratique est uniquement fondée sur des intérêts pécuniaires.
  10. Le pouvoir inégalé de l’Eglise de Dépistologie. Cette Eglise a un pouvoir considérable de nuisance dans la société. Son credo bienveillant, s’attaquer à la maladie avant qu’elle n’apparaisse (et il arrive que l’Eglise de Dépistologie ne soit pas d’accord avec l’Eglise de Préventologie) s’accompagne de pratiques non bienfaisantes, voire franchement malfaisantes. Rappelons notre athéisme dépistologique militant : un test de dépistage en cancérologie doit atteindre 3 objectifs : 1) il doit détecter des cancers précocément ; 2) il doit diminuer la mortalité liée au cancer qu’il recherche ; 3) il doit améliorer la survie globale c’est à dire diminuer la mortalité quelle qu’en soit la cause. Sinon… il faut l’abandonner. Je rappelle qu’à ce jour aucun test de dépistage de cancer n’a atteint les 3 objectifs.

 Gardons courage.

Bonne année 2018.

Continuer la lecture

Publié dans ARROGANCE, associations de patients, BILAN 2017, BUZYN AGNES, EGLISE DE DEPISTOLOGIE, ENDING MEDICAL REVERSAL, LEVOTHYROX, MEDECINE SANS MEDECINS, Oncologie, Santé publique, SUR DIAGNOSTIC DU CANCER DU SEIN | Commentaires fermés sur Bonne année 2018 et bilan 2017.

Ce sont des raisons non administratives qui vont me faire cesser de pratiquer la médecine.

Je pense prendre ma retraite en juin 2018 avec tous mes trimestres (cela fera 39 ans d’exercice).

Je pensais continuer de travailler ensuite trois jours par semaine pour assurer la continuité des soins au cabinet, pour conforter l’avenir du dit cabinet et pour ne pas « abandonner » en rase campagne les patients que, pour certains et à cette époque, j’aurais connus depuis 39 ans…
Croyez-vous que je vais vous parler d’honoraires ? Croyez-vous que je vais vous parler de cette méchante Assurance maladie ? De la CARMF (la caisse de retraite des médecins) ? De l’URSSAF ? Du Trésor Public ?
Non.
Je vais vous parler de la médecine que je ne peux exercer. Ou que je ne peux exercer qu’au prix d’efforts surhumains
Ne croyez pas que je sois blanc bleu, que je fasse pas perdre de temps à mes collègues. C’est loin d’être le cas. Interrogez mes collègues dans le voisinage, ils auront des choses à dire sur moi. Interrogez mes patients ils auront aussi des histoires à raconter. J’ai déjà fait assez d’autocritique pour ne pas en rajouter. Pour faire le malin ou pour montrer combien je sais reconnaître mes erreurs.

Voici un aperçu minimaliste de mes petites peines de médecin. Je dis « petites peines » car ce ne sont que des petites peines comparées à celles qu’endurent les patients.

  1. Parce que je passe trop de temps à informer les patientes (et certainement pas assez), quand elles ont reçu la convocation de l’ADMY (l’association des médecins des Yvelines qui gère l’affaire), sur le rapport bénéfices/risques du dépistage organisé du cancer du sein (ce qui, en toute logique, et dans un pays démocratique devrait incomber aux promoteurs de ce dépistage et non aux médecins traitants, surtout quand ils doivent dire la médecine en  contradiction avec ce qui est raconté partout dans les media grands publics)… Et que les documents d’information, au lieu d’être le fait de la puissance publique, sont produits par des médecins indépendants (voir ICI par exemple).
  2. Parce que je passe trop de temps à informer les patients (et certainement pas assez), quand ils ont reçu la convocation de l’ADMY (l’association des médecins des Yvelines qui gère l’affaire), sur le rapport bénéfices/risques du dépistage organisé du cancer colorectal (ce qui, en toute logique, et dans un pays démocratique devrait incomber aux promoteurs de ce dépistage et non aux médecins traitants)… Et que les documents d’information, au lieu d’être le fait de la puissance publique, sont produits par des médecins indépendants (voir ICI)
  3. Parce que je passe trop de temps, en  contradiction avec ce qui est raconté presque partout dans les media grands publics, à informer les patients qui désirent que je leur prescrive un dosage de PSA… sur le rapport bénéfices/risques de cet examen qui n’est pas recommandé comme dépistage systématique. Et que les documents d’information, au lieu d’être le fait de la puissance publique, sont produits par des médecins indépendants (voir ICI)
  4. Parce que je me lasse de découvrir que l’on a dosé le PSA à l’un de mes patients (à l’insu de son plein gré) lors de son passage à l’hôpital ou chez un spécialiste bien intentionné (je ne parle pas des urologues dont le métier est de doser le PSA), ou à la médecine du travail, ou dans les centres d’examens périodiques de santé, pour un cor au pied, un rhume, voire une spondylarthrite ankylosante, que l’on a fait doser le PSA, comme ça, sans prévenir le patient… et sans l’informer du rapport bénéfices/risques de cet examen (cf. supra).
  5. Parce que j’en ai assez de constater que nombre de patientes sont convoquées tous les trois mois par leur gynécologue pour renouvellement de pilule et tous les ans pour frottis du col utérin contrairement à toute logique et à toute preuve scientifique. Et de devoir leur expliquer (perdre mon temps) que l’on peut prescrire la pilule pour un an et que le délai entre deux frottis est de trois ans.
  6. Parce que j’en ai assez que les consultations de mémoire aboutissant à un diagnostic d’Alzheimer chez « mes » patients se terminent dans 99,9 % des cas par la prescription d’un prétendu médicament anti Alzheimer par les spécialistes de la question… (on me dit dans l’oreillette que pour cause de trop grande efficacité ces médicaments sont sur le point d’être déremboursés).. et parce que je passe trop de temps à expliquer la famille, le plus souvent en vain, que les médicaments prétendûment anti Alzheimer sont à la fois inefficaces et potentiellement dangereux. « Vous en ont-ils parlé quand le médicament a été prescrit ? – Non. »
  7. Parce que j’en ai assez que les patients soient obligés, au décours d’un passage aux urgences, chez le dentiste, chez le dermatologue, le cardiologue ou le rhumatologue, de venir me voir parce qu’on leur a dit que ces professionnels de santé ne faisaient pas d’arrêt de travail et qu’ils devaient aller en demander un à leur médecin traitant, ce qui nous gâche la vie
  8. Parce que j’en ai assez que les patients, après avoir consulté les centres anti douleurs où ils ont à peine été interrogés/examinés, ressortent avec des ordonnances stéréotypées de pregabaline et consorts.
  9. Parce que j’en ai assez de constater que les patients sortant des centres de cardiologie post infarctus soient (encore) traités par procoralan, crestor, tahor, exforge, c’est à dire passer du temps à aller à l’encontre de la  prescription d’un de mes confrères. Lassitude.
  10. Parce que j’en assez de devoir surveiller les INR flottants de patients qui ont reçu du sintrom ou du previscan à la sortie de l’hôpital au lieu de la bonne vieille coumadine, produit le plus prescrit dans le monde.
  11. Parce que j’en ai assez que des patients étiquetés BPCO par des pneumologues n’aient pas de BPCO et que je doive supprimer des traitements inefficaces, c’est à dire passer du temps à aller à l’encontre de la  prescription d’un de mes confrères.
  12. Parce que j’en ai assez que le pharmacien ou le médecin du travail (le docteur S sur twitter se reconnaîtra) dise qu’il est nécessaire de prescrire un de mesure de glycémie capillaire à un patient diabétique non id.
  13. Parce que j’en ai assez que les consultations de cardiologie passent presque systématiquement par la case échographie, épreuve d’effort, voire scintigraphie d’effort, voire coronarographie, voire dilatation, voire stents, voire… chez des patients qui ne le méritaient pas.
  14. Parce que j’en ai assez que la prévention des risques évitables soit en France aux abonnés absents (alcool, tabac, junk food, par exemple) et que je doive passer mon temps à lutter, en mon cabinet, contre les différents lobbys qui ont pignon sur rue dans tous les media… et au risque de passer pour un ringard…
  15. Parce que j’en ai assez de devoir me désoler que… mes confrères, mes consoeurs, et cetera…
  16. Et je n’ai pas parlé de l’oncologie, des soins dits palliatifs, de l’hospitalocentrisme et de l’excès  de lutte contre l’incertitude. Voir le blog….
Je remercie ici tous les médecins qui m’ont permis de me délivrer un peu de la gangue de l’enseignement de la faculté de médecine qui m’a appris des choses capitales mais qui m’a aussi appris à ne pas exercer mon esprit critique et à croire à l’enseignement descendant, paternaliste, et cetera. Mais c’était sans doute il y a longtemps. Et je remercie aussi La Revue Prescrire.
Je ne les remercie pourtant pas car ils ont rendu l’exercice de la médecine générale impossible car je dois passer mon temps à dire le contraire des avis autorisés des autorités de santé et, finalement, à faire le travail de ceux qui sont payés, par l’industrie et par leur ego démesuré (le pouvoir, le pouvoir),  pour dire une médecine qui va à l’encontre, selon moi, de l’intérêt des citoyens.

Continuer la lecture

Publié dans CANCER DE LA PROSTATE, CANCER DU COLON, CANCER DU SEIN, dépistage organisé, EGLISE DE DEPISTOLOGIE, psa | Commentaires fermés sur Ce sont des raisons non administratives qui vont me faire cesser de pratiquer la médecine.

Le professeur Agnès Buzyn nommée Directeur de la HAS. La victoire de big onco.

La nomination du professeur Agnès Buzyn à la tête de la HAS est sans doute ce qui pouvait arriver de pire pour la Santé publique française.

« Quand il y a une connerie à faire, Hollande n’est jamais loin et Touraine est sur la photo. »
Que la papesse en chef de l’Eglise de Dépistologie soit nommée à la tête de l’Agence la plus importante du système de santé français en dit long sur la volonté du lobby santéo-industriel à changer les choses…
Issue de l’INCa, agence gouvernementale défendant la dépistologie pure et dure, scientifique qui n’avait pratiquement jamais entendu parler du possible rôle néfaste des dépistages organisés, du problème aigu du sur diagnostic et du sur traitement, et qui, nous le rappelle Christian Lehmann (ICI) en citant le media d’investigation qatari, je veux dire Mediapart, déclare, en substance, que les seuls vrais experts, les experts compétents, sont ceux qui participent aux boards de l’industrie pharmaceutique et qui se déplacent dans les congrés tous frais payés par cette même industrie en se faisant rincer midi et soir par ces mêmes industriels. 
Elle est donc adepte de la théorie Bruno Lina qui, se vantant de manger à tous les rateliers, prétend que « Trop de corruption tue la corruption. » : quand on a le ventre plein on ne se rappelle pas qui l’a rempli.
On nous avait promis « plus jamais ça » après le scandale du Mediator, on nous avait promis que la nomination de Dominique Maraninchi, issu aussi du milieu de l’oncologie, à la tête de l’ANSM allait permettre de nettoyer les écuries d’Augias… Peine perdue.
Mais cessons de plaisanter, l’heure est grave : nommer une cancérologue, fût-elle hématologue, à la tête d’une Agence gouvernementale c’est comme donner la Légion d’Honneur à un prince saoudien ou  voir sièger un représentant de la Mauritanie à la Commission des droits de l’homme de l’ONU…
Car l’oncologie est la quintessence de ce qu’on peut trouver de pire en médecine dans le domaine des essais cliniques comme dans celui de la protocolisation des traitements ou, tout aussi dramatiquement, sur l’entrée du privé dans le service public comme dans le cas de l’Institut Gustave Roussy.

Nul doute que vous n’apprendrez pas de la bouche d’Agnès Buzyn que les 71 dernières molécules labellisées par la FDA dans le domaine de la cancérologie augmentaient en moyenne l’espérance de vie des patients de… 2,1 mois ! (Voir LA)

Cette nomination est aussi l’aboutissement du modèle américain avec contrôle direct de la FDA par l’industrie pharmaceutique. Les US l’ont fait, nous suivons.

La déclaration des effets secondaires en oncologie est également considérée comme peu pertinente.

Les premières déclarations de Madame Agnès Buzyn sur les liens et conflits d’intérêt entre experts et industrie pharmaceutique n’annoncent rien de bon mais surtout démontrent la formidable impunité dont elle croit disposer en déclarant d’emblée que l’intelligence des experts est corrélée à leur degré de dépendance à l’égard des industriels.

Nous nous préparons des jours difficiles.

Continuer la lecture

Publié dans BUZYN AGNES, EGLISE DE DEPISTOLOGIE, HAS, INCa | Commentaires fermés sur Le professeur Agnès Buzyn nommée Directeur de la HAS. La victoire de big onco.