Archives de catégorie : directives anticipées

Une pensée triste de père

Vincent Lambert est mort aujourd’hui. J’ai vu des messages s’en réjouissant. Je les trouve indécents, comme j’avais trouvé choquante l’ambiance de victoire de la coupe du monde lors d’une décision judiciaire bloquant… Continuer la lecture

Publié dans directives anticipées, fils, LAMBERT, Médecine humeur, mort, O, vie | Commentaires fermés sur Une pensée triste de père

Directives anticipées.

Un rapport de l’IGAS datant d’octobre 2015 traite du sujet des directives anticipées (ICI). Quelqu’un a attiré mon attention sur le sujet sur twitter. C’est pourquoi je vous en parle.
L’article 8 de la proposition de loi «créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie « prévoit que toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d’état d’exprimer sa volonté et que ces directives sont conservées sur un registre national »

.

Je ne suis pas un spécialiste du sujet (et, comme dirait l’autre, cela va se voir).

L’IGAS propose que les directives anticipées soient incluses dans le Dossier Médical Partagé.
Pour ce qui est de la gestion du registre, après expertise des différents opérateurs possibles la mission considère, qu’après un complément d’analyse juridique, technique et médicale qui pourrait être confié conjointement à la CNAMTS et à l’ASIP-Santé, que le futur Dossier Médical Partagé (DMP) prévu dans le projet de loi de modernisation du système de santé devienne le lieu de conservation des directives anticipées. Son déploiement dans un délai de 18 mois à 2 ans est tout à fait compatible avec la loi, qui précise que le registre n’est qu’un des moyens de conservation. 

Le Dossier Médical Partagé est un vieux serpent de mer bureaucratique (je ne suis toujours pas spécialiste de ce truc) pour lequel je suis très sceptique pour une raison anecdotique qui s’appelle le droit à l’oubli et pour une raison essentielle qui se nomme la déliquescence professionnelle et sociétale du secret médical.
Le DMP ne devrait comporter que quelques informations, à savoir les intolérances aux médicaments, éventuellement le traitement en cours. Rien d’autre. C’est déjà pas mal. Et peut-être déjà trop.
Pour les directives anticipées, voici quelques remarques générales qui pourront passer pour des truismes mais enfiler les perles de l’évidence peut avoir un certain intérêt : 
  1. Mes directives anticipées : je désigne une personne de confiance (voir ICI), une personne qui me connaît, une personne avec qui j’ai discuté cent fois de ce problème, pour moi, pour les autres, pour des patients, pour des amis, une personne qui connaît mes incertitudes, mes certitudes, mes hésitations, mes partis-pris, mes faiblesses, mes lâchetés… Et cetera. Elle se reconnaîtra.
  2. A qui appartient la fin de vie, la mort et… la vie après la mort ? Il y a grosso modo deux conceptions mais avec d’énormes divisions d ela conscience.
  3. La première conception est celle-ci : il faut coûte que coûte respecter les dernières volontés de celui qui va mourir. C’est la conception kundérienne : la fin de vie, la mort et la vie après la mort appartiennent à celui qui va mourir et ceux qui ne respectent pas ces volontés sont des traîtres. Pour mieux connaître ce point de vue, lire Les testaments trahis, un essai de Milan Kundera qui en dit plus que de nombreux traités spécialisés et qui, à mon sens, est un des plus grands livres du vingtième siècle. Pour alimenter ce point de vue et pour en dénoncer son non respect Kundera parle, entre autres, de Max Brod, l’ami de Kafka, qui, contrairement à ce que lui avait demandé son ami, n’a pas détruit une grande partie de son oeuvre, qu’il a au contraire publiée (ce qui a fait la postérité du Praguois) et qui l’a encore plus trahi en rendant Kafka semblable aux personnages de ses romans, c’est à dire en mentant sur la vraie personnalité de son ami.
  4. La deuxième conception (mais il est possible qu’il y ait autant de positions intermédiaires que d’individus — encore que Kundera ait écrit : il y a moins d’idées que d’hommes) et aussi la moins populaire et la moins avouable : les gens qui vont mourir, les morts, la postérité des morts, appartiennent aux vivants, c’est à dire à ceux qui survivent (j’avais traité le sujet LA), c’est donc à eux de décider. Je rappelle Montaigne : « Les Essais (I,3), citant Saint Augustin (Cité de Dieu, I,12) : « Le service des funérailles, le choix de la sépulture, la pompe des obsèques sont plus une consolation pour les vivants qu’un secours pour les morts.« « 
Alphonse Allais
En réalité, le problème de la fin de vie est éminemment un problème sociétal (je sais, quand on a dit cela, on a tout et rien dit, mais, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas proposer une réflexion citoyenne…) et se rattache à de nombreux thèmes qui courent dans ce blog : hédonisme, droit de ne pas souffrir, immortalité, sur traitement, valeurs et préférences des patients. J’ai oublié quelque chose ?
Et les paradoxes ne manquent pas.
Il est impossible à mon sens de parler de directives anticipées sans aborder le problème de l’acharnement thérapeutique voulu par certaines familles (traitements de troisième ligne sans aucun intérêt pratique) qui seront ensuite les premières (ou non) à prôner le « débranchement ».
Impossible de parler des directives anticipées sans s’occuper de ce qui se passe avant le moment où le patient ne peut faire de choix. 
Impossible de parler des directives anticipées sans parler du comportement discrétionnaire des équipes soignantes (voir LA)… Il semblerait qu’il existe des consensus locaux, des endroits où on fait ça et d’autres ou on fait ceci, indépendamment du patient et de la famille.
Impossible de parler des directives anticipées sans parler des problèmes familiaux que cela entraîne et surtout si une personne de confiance a été désignée.
Impossible de parler des directives anticipées sans évoquer des expériences nombreuses qu’ont les soignants et les familles des changements d’avis de leurs proches ou de leurs patients au cours du temps.
Rien n’est gravé dans le marbre (et encore moins dans le DMP).
En réalité, les incertitudes concernant les directives anticipées, et il semble d’après l’association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD ; LA), j’élargis le sujet, que 95 % des Français interrogés (sondage IFOP de 2014) seraient favorables à une loi que propose l’ADMD (et le sondage a dû être proposé par l’ADMD), je cite, visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté et à assurer un accès universel aux soins palliatifs, d’où viennent-elles ? 
C’est sans doute qu’il existe des points à éclaircir. Je conçois que j’obscurcis le sujet en étendant mon propos.
Je suis incapable dire ce que je ferai quand les choses se présenteront car, n’en doutons pas, les directives anticipées n’anticipent en rien la décision que peut prendre un patient de mettre fin à ses jours pour abréger ses souffrances avant qu’il ne devienne incapable de décider. Contre l’avis du corps médical, par exemple ; contre l’avis de sa famille ; ou d’une partie de sa famille. 
Pendant que j’écrivais ce billet je suis sorti prendre l’air et j’ai vu un monsieur d’une cinquantaine d’années qui accompagnait son (vieux) père manifestement dément dans les rues de Versailles : faudra-t-il que j’écrive dans mes directives anticipées qui seront intégrées à mon DMP que j’autorise « ma » personne de confiance à m’euthanasier en ce cas ne voulant ni embêter tout le monde ni me représenter en dément marchant dans les rues de Versailles ?
Voici ce que propose l’ADMP pour le point précis des directives anticipées : LA
Je lis le document avec attention et notamment ceci :

JE DEMANDE :
qu’on n’entreprenne ni ne poursuive les actes de prévention, d’investigation ou de soins qui n’auraient pour seul effet que la prolongation artificielle de ma vie (art L.1110-5 du code de la santé publique), y compris pour les affections intercurrentes.
que l’on soulage efficacement mes souffrances même si cela a pour effet secondaire d’abréger ma vie (art L. 1110-5 du code de la santé publique).
que si je suis dans un état pathologique incurable et que je suis dans des souffrances intolérables, je puisse bénéficier d’une sédation terminale, comme l’autorise l’article L. 1110-5 du code de la santé publique.
que s’il n’existe aucun espoir de retour à une vie consciente et autonome, l’on me procure une mort rapide et douce. 
Y a-t-il quelque chose de choquant ?
Faut-il une loi pour cela ? 
Finalement, ce qui me terrifie vraiment, lisant ce que je viens de lire, ce serait que l’on me désignât comme personne de confiance. J’en serais paralysé. On voit où est le problème.

Continuer la lecture

Publié dans ADMD, directives anticipées, DOSSIER MEDICAL PARTAGE, EUTHANASIE, MORT DOUCE | Commentaires fermés sur Directives anticipées.

Semaine 28

Médecine Comme une bonne chanson est plus explicite qu’un long discours, Choosing wisely. J’adore. Pour les non anglophones, je vous la fais en français. “Ce que j’ai à dire va sembler fou Faire moins est souvent la meilleure des choses … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ACCES AUX SOINS, aides à domiciles, allopurinol, antioxydants, Big Data, choisir futé, choosing wisely, clement, conservation transplant, dialyse sans héparine, directives anticipées, hypoglycémie, jeux géographie, keppel, lyell, microalbuminurie, mythe, nephropathie mésoaméricaine, purpura fulminans, reprogrammation, revue de web, thérapie cellulaire | Commentaires fermés sur Semaine 28