Archives de catégorie : diagnostic

Orgelets et chalazions : un traitement tout simple

Les orgelets et les chalazions sont des petits nodules des paupières. Ils sont parfois liés à une infection. Ils s’améliorent spontanément dans la plupart des cas en deux semaines. Des compresses répétées d’eau tiède suffisent généralement à les traiter. Un avis spécialisé est recommandé quand ils persistent plusieurs mois. Les orgelets et les chalazions sont … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans AIS, Anti-inflammatoires stéroïdiens, antibiotique, antiseptique, Chalazion, cil, collyre, Compresses d'eau, corticoïde, diagnostic, infection, lentilles, médecine, oeil, Orgelet, paupière | Commentaires fermés sur Orgelets et chalazions : un traitement tout simple

La schizophrène confinée

Pendant des années, avec autorité, les soignants ont empêché Madame Y. d’avoir un enfant. Et puis elle a trouvé moyen d’enfanter malgré eux. Et avec un recul de quelques années, ça ne se passe pas si mal. Fallait-il vraiment l’empêcher de vivre comme elle le voulait ? Le premier épisode de la Covid bat son … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Abus, confinement, CONTRACEPTION, Covid, diagnostic, Ethique, Histoires Vraies, liberté, neuroleptique, psychose, schizophrénie, témoignage | Commentaires fermés sur La schizophrène confinée

C’est normal, Docteur ?

La définition du « normal » en médecine ou en santé varie selon les époques, les situations, les données scientifiques. Il existe des normes ou des normales subjectives, arbitraires, statistiques, épidémiologiques, thérapeutiques… Et selon l’usage qu’on en fait, les normes peuvent servir à sauvegarder la santé ou à rendre les gens malades. «C’est pas normal, Docteur ! » … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Comprendre, Diabète, diagnostic, glycémie, normal, Normale, Normale arbitraire, Normale épidémiologique, Normale statistique, Normale subjective, Normale thérapeutique, norme, polyarthrite rhumatoïde, Seuil de traitement | Commentaires fermés sur C’est normal, Docteur ?

Les objectifs des traitements et des diagnostics

À quoi sert la médecine, et donc à quoi servent les diagnostics et les traitements ? Ben, direz-vous, à aller mieux ! Voilà une réponse pleine de bon sens. Mais ce n’est pas si simple. Pour affirmer qu’on va réellement mieux, il faut s’appuyer sur des critères de jugement valides, et correspondant à ce que … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Bénéfices, cancer, clinique, Comprendre, Diabète, diagnostic, dialogue, Ethique, glycémie, information, internet, médicament, Méthodes, Oncologie, Prise de décision, risques, traitement | Commentaires fermés sur Les objectifs des traitements et des diagnostics

L’enseignement du soin est impossible

La question de l’enseignement des médecines alternatives à l’université est un serpent de mer. Ce débat impose de dissocier les deux grands domaines de la médecine : diagnostic et soin. Le diagnostic est basé depuis longtemps sur de solides preuves, grâce à la riche sémiologie issue de la méthode anatomoclinique et aux apports de l’imagerie et …

Continuer la lecture de « L’enseignement du soin est impossible »

Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, enseignement, médecine, Médecines alternatives, soin, université | Commentaires fermés sur L’enseignement du soin est impossible

Diagnostic et conséquences des apnées du sommeil

Les apnées du sommeil, dans les formes évoluées entraînent une somnolence dans la journée, mais également des symptômes nocturnes, tels que des ronflements, des apnées nocturnes qui sont rapportées par le conjoint dans les 2/3 des cas ou par le patient… Continuer la lecture

Publié dans apnées, Apnées du sommeil, diagnostic, diurne, échelle, epworth, hypersomnolence, hypnogramme, hypopnées, oxymétrie, pichot, polygraphie, polysomnographie, sommeil | Commentaires fermés sur Diagnostic et conséquences des apnées du sommeil

Diagnostics au supermarché

Il est facile de critiquer big pharma qui fait des profits parfois indécents sur le dos des malades. Il est moins aisé de comprendre comment  cette industrie a manipulé le concept même de maladie pour gagner le marché des bien-portants, plus lucratif que celui des malades dont le défaut commercial est de mourir ou de …

Continuer la lecture de « Diagnostics au supermarché »

Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, médecine, supermarché | Commentaires fermés sur Diagnostics au supermarché

Deuxième avis

Je n’ai pas confiance. Et s’il se trompait ? Il y a peut-être une autre solution ? Je voudrais qu’il soit soigné autrement. J’ai confiance, mais je ne peux pas croire qu’on ne puisse pas faire plus ! Une autre chance ? Il m’a prise pour une conne ! Il … Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, Un peu de recul | Commentaires fermés sur Deuxième avis

Ralentisseurs et pathocénoses

Sur les routes françaises, les ralentisseurs sont surnommés « gendarmes couchés » signifiant que la peur de l’accident n’est pas le seul motif de décélération. Au Pérou, on parle de « casse moyeux » (rompe moyes), craignant surtout les conséquences financières d’une vitesse excessive. Les allemands, laissant les métaphores aux poètes, parlent de « seuil de freinage » (brems schwelle). Le …

Continuer la lecture de « Ralentisseurs et pathocénoses »

Continuer la lecture

Publié dans culture, diagnostic, médecine, pathocénose, ralentisseurs | Commentaires fermés sur Ralentisseurs et pathocénoses

Douleurs et fatigues chroniques

Les troubles psychosomatiques, tels qu’une tachycardie d’angoisse, une rougeur de gêne ou une acidité gastrique de stress, sont mesurables. Inversement, pour les troubles somatoformes, tels que des douleurs ou des paralysies sans lésion, aucune technologie médicale, si sophistiquée soit-elle, ne … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, Douleur, Exercice, fatigue, médecine | Commentaires fermés sur Douleurs et fatigues chroniques

Quand un patient a la langue verte ou comment établir un diagnostic en un éclair avec Google

Toulouse, Institut universitaire du cancer. Les dermatologues sont perplexes devant un patient présentant une langue verte. Un cas clinique insolite, digne du Dr House, aucun clinicien du service n’ayant jamais entendu parler d’un tel symptôme. Ce cas est publié dans … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans base de données, cannabis, cas clinique, Dermatologie, diagnostic, Google, langue verte, marijuana, moteur de recherche, oncodermatologie, PubMed, toxicologie | Commentaires fermés sur Quand un patient a la langue verte ou comment établir un diagnostic en un éclair avec Google

Prévention des risques professionnels : aides financières

Les entreprises  peuvent bénéficier d’aides financières de la part des Caisses régionales de la Sécurité sociale pour les aider à prévenir les risques professionnels :  pour acquérir du matériel, mettre en oeuvre des diagnostics, des formations, … Continuer la lecture

Publié dans ABS, accidents du travail, action, Actualités, AFS, Aides, airbags, ASP, automobile, batiment, diagnostic, entreprises, financières, formations, freinage, maladie, manutention, matériel, métallurgie, plans, prévention, professionnelle, professionnels, psycho-sociaux, réparation, restauration, risques, routier, sécurité, simplifiées, subvention, TMS, TP soudage, transport, utilitaire, véhicule, vitesse | Commentaires fermés sur Prévention des risques professionnels : aides financières

Dogme de la précocité

L’image de la médecine et de la chirurgie s’est historiquement façonnée dans des contextes d’urgence.  Blessures de guerre, septicémies, occlusions intestinales, comas diabétiques et insuffisances rénales constituaient le quotidien des médecins. L’efficacité médicale sur ces pathologies est restée médiocre jusqu’au … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, médecine, précocité, URGENCE | Commentaires fermés sur Dogme de la précocité

Humour médical : quand la recherche biomédicale et la médecine se mettent en scène

Cette semaine, je vous invite à découvrir un billet de blog très différent de ceux que je vous propose habituellement. Il comporte des vidéos amusantes, drôles, hilarantes, ayant pour thème la recherche biomédicale, les études de médecine, le monde hospitalier, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ADN, biologie, Biologie humaine, biologie médecine, chercheur, chercheurs, chirurgie, cinéma, clip, CRISPR, démarche diagnostique, diagnostic, Dr House, DSM 5, Études de médecine, études médicales, étudiant en médecine, Externe, faculté de médecine, Gènétique, génome, génomique, Hôpital, Humour, Humour médical, infirmier, interne, médecine, Médecine d'urgence, médecine interne, Médecine légale, musique, parodie, police scientifique, postdoc, psychiatrie, recheche, recherche biomédicale, Recherche translationnelle, Science, série télé, série TV, séries TV, thésard, thésards, transplantation, troubles mentaux, Urgences, vidéo | Commentaires fermés sur Humour médical : quand la recherche biomédicale et la médecine se mettent en scène

Le traitement de la dépression n’est pas un diagnostic

Une étude vient de conclure à l’efficacité des antidépresseurs dans la dépression. Il s’agit d’une méta-analyse dont le principe consiste à relire les résultats des essais cliniques les plus sérieux pour en globaliser les résultats en éliminant tous les biais … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans antidépresseurs, dépression, diagnostic, médecine, méta-analyses | Commentaires fermés sur Le traitement de la dépression n’est pas un diagnostic

Inaptitude chronique au diagnostic

Lorsque, dans un grand média, un article fait le point sur une maladie, il commence immanquablement par dire que cette maladie est sous-diagnostiquée. Elle serait en réalité bien plus fréquente qu’on ne le croit, et les coupables tout désignés de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, généraliste, médecine, précocité | Commentaires fermés sur Inaptitude chronique au diagnostic

Inaptitude chronique au diagnostic

Lorsque, dans un grand média, un article fait le point sur une maladie, il commence immanquablement par dire que cette maladie est sous-diagnostiquée. Elle serait en réalité bien plus fréquente qu’on ne le croit, et les coupables tout désignés de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, généraliste, médecine, précocité | Commentaires fermés sur Inaptitude chronique au diagnostic

Briser les préjugés

« Vous allez découvrir le patient et son image : l’un ne va pas sans l’autre. Derrière un scanner sur un écran, il y a une personne qui attend dans la salle d’attente, qui a une histoire, une attente, un … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans annonce, apprendre, cancer, Communication, CONSULTATION, diagnostic, Ethique, études, étudiant, examen, expérience, externat, Hôpital, Initiation, Krukenberg, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, Méthode, mort, OBSERVATION, ovaire, PATHOLOGIE, patient, personnel, question, radio, radiologie, Réflexion, Santé, scanner, soins, Stage, TDM, technique, vie | Commentaires fermés sur Briser les préjugés

La machine est un homme comme les autres

Depuis longtemps, les diagnostics ne sont plus cliniques, c’est-à-dire résultant directement de l’observation du patient, mais ils sont paracliniques, c’est-à-dire basés sur des examens complémentaires : radiologie, microscopie, biologie, etc. Les patients sont désormais convaincus que les médecins ne peuvent plus … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Anatomopathologie, clinique, diagnostic, machine, médecine, radiologie, subjectivité | Commentaires fermés sur La machine est un homme comme les autres

Un bruit de sabots

Le zèbre galopant fait pâlir l’étalon Traversant les couloirs aux murs blancs d’hôpital Les salles d’attentes, cabinets ou maison. Le brillant diagnostic qui n’est pas un cheval. Ces atypiques cas éveillent nos consciences, Bousculent le cortex las de nos cerveaux … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cheval, diagnostic, études, étudiant, examen, Hôpital, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, poésie, Réflexion, Santé, technique, vie, zebre | Commentaires fermés sur Un bruit de sabots

Un soupçon nécessaire

Scores, indices et taux, pronostics numériques Vos calculs et totaux, pour sûr très spécifiques Ne donnent que du vent à l’heure fatidique Où l’on dit au patient son sombre diagnostic. En veux-tu des pourcents, chiffres ésotériques, Des rapports vraisemblants, promesses … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Art, diagnostic, Ethique, études, étudiant, Gauss, Hôpital, littérature, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, poésie, Pronostic, Réflexion, Santé, Scientifique, soins, statistique, technique | Commentaires fermés sur Un soupçon nécessaire

Cas clinique de la France

Le diagnostic d’un patient résulte souvent du « flair clinique » basé sur l’expérience du clinicien, mais il convient de l’étayer par des arguments paracliniques (analyses et images). Cette méthode est théoriquement applicable au diagnostic d’un pays. Dire que la France est … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans dépression, diagnostic, France, indicateurs, maladie bipolaire, médecine, psychiatrie | Commentaires fermés sur Cas clinique de la France

Questionnaire CPO, Contraintes Psychosociales et Organisationnelles en milieu de soins

Les conditions de travail sont de plus en plus difficiles en milieu de soins car l’activité s’intensifie tandis que le nombre de soignants diminue. Le programme national ORSOSA, Organisation des soins et de la santé des soignants a validé le questionnaire […] Continuer la lecture

Publié dans contraintes, CPO, diagnostic, organisationnelles, psychosociales, questionnaire, Stress professionnel | Commentaires fermés sur Questionnaire CPO, Contraintes Psychosociales et Organisationnelles en milieu de soins

Panique hors-bord

Comme à mon habitude, je me suis à moitié assis sur la table, calant sans forcer le petit ratier entre ma hanche et ma main gauches. De la droite, je le caresse et le palpe, nœuds lymphatiques, trachée, ma main glisse et recherche les masses, les irrégularités, appuie doucement sur une paupière pour voir la muqueuse oculaire. Il se dérobe, je le rassure. Je lui parle, tout le temps, doucement, lancinant. Des mots qui ne veulent pas dire grand-chose. Des mots pour occuper l’espace, pour faire un pont, pour accompagner mes gestes. Tout va bien.
Il s’est tendu. En douceur, en lenteur, je garde le contact pour ne pas le laisser s’échapper, sans le coincer, sans le braquer.
Tout va bien.
Près de moi, son maître et sa maîtresse, un couple souriant de personnes âgées ne cessent de me parler alors qu’avec mon stéthoscope sur les oreilles, je n’entends plus que le cœur – un peu rapide, mais parfaitement régulier – et la respiration – normale – du vieux ratier.
Je pose mon stéthoscope. Le monsieur a fini de parler. Je ne sais pas vraiment ce qu’il racontait, je ne sais pas s’il a compris que je ne l’entendais pas, je ne voulais pas le rabrouer. J’ai fait comme si je n’avais pas vu qu’il me parlait. De toute façon, tête penchée, je regardais le chien. Nous faisons comme si de rien n’était. Je ne suis pas malpoli, et il n’est pas ridicule.
Tout va bien.
Le chien tousse. Enfin, pas là, maintenant, en consultation. Non, parfois, à la maison, il tousse. Je palpe sa trachée entre deux caresses peu appuyées. Pas de sensibilité particulière. Reste à voir ses dents et le fond de sa gorge. Je passe ma main droite sous sa gueule, et, avec deux doigts, j’écarte doucement les babines. Je suis assis, je suis presque derrière lui, il découvre ses crocs, je me méfie. Je ne le tiens toujours pas vraiment, mais j’appuie un peu plus le contact. Il menace. J’insiste un peu. Et puis j’esquive le coup de dents dirigé sur ma main droite, tout en le saisissant, cette fois, de la main gauche. J’écarte mon visage. Il se retourne sur ma main gauche, ma prise est mauvaise, je lâche. Il saute de la table, et se réceptionne avec la grâce d’un étudiant vétérinaire qui, en fin de soirée au cercle des élèves, vise son lit et s’endort en se vautrant sur sa table basse.
Tout va b…
Bon, c’est le bordel.
Il se secoue la tête, un peu assommé. Il a vraiment fait un son creux en cognant son crâne sur le carrelage, à la fin de sa culbute. J’évite les plaisanteries sur le vide de sa boîte crânienne, je souris, je le prends à partie.
– Et bien bonhomme ? On panique ? Je ne t’ai pas fait mal, pourtant ?
– Ben oui, Libellule, il ne t’a pas fait mal, le docteur ! reprend sa maîtresse.
– Nous supposons qu’il a été battu, avant, nous l’avons récupéré il y a un an à la SPA, vous savez. Un vieux chien dont personne ne voulait…

Bon.
Je ne sais toujours pas pourquoi il tousse. En tout cas, du coup, j’ai bien vu ses dents, et ce n’est pas à cause du tartre. Le fond de gueule, par contre, je ne sais pas, et je ne saurais pas. Ses propriétaires préfèrent les certitudes. Je propose d’exclure une pathologie pulmonaire en faisant une radio, même si, comme je le leur précise, je n’y crois pas.
Ils sont partants. Le chien, non, clairement.

– Vous allez devoir le museler, docteur !

Oui.
Libellule montre les dents à tout le monde, maintenant. Je ne pourrais pas le reprendre sur la table ou dans les bras, pas aujourd’hui, et ses maîtres ne pourront pas faire grand-chose non plus. Il n’est pas encore en panique, mais il y va tout droit. Pour l’instant, il menace, il gronde, comme un trouillard qui sait qu’il ne peut pas avoir le dessus. Alors va pour un nœud sur le nez. Un lien, plus facile à poser et plus sûr qu’une muselière.

J’appelle une assistante, et nous le surprenons. Nous voyant approcher, il a mordu dans le vide, nous lui avons cloué le bec. Quelques gestes rapides, le tenir fermement, sans le brutaliser, il se tortille, je le suspends par la peau du coup, à deux mains pour l’empêcher de se retourner, mon assistante finit le nœud, il se chie dessus, vide ses glandes anales, urine, j’en ai plein mes godasses, il y en a sur le lien qui étale la merde sur mes mains. Je lâche la peau du coup, le soulève simplement par le thorax, une main de chaque côté, je le cale et le pose sur la table de radio. Tout au long du trajet, il s’est déchaîné, tentant tout à la fois de fuir et de me mordre, étalant à grand coups de queue ses excréments sur son pelage, sur mes bras, ma blouse, la porte, le couloir…

Derrière moi, une assistante a sorti le chariot du ménage.

Je continue à lui parler, fermement, doucement, j’essaie de reprendre un contact que nous avons perdu, je sais que c’est en vain mais la litanie m’aide à canaliser ma colère devant sa stupidité, devant mon échec, devant cette panique qui l’a fait replonger loin dans son passé, et ça pue, je pue, il pue, toute la clinique pue la merde, et en plus sur la radio, il n’y a rien.

La dame, dans le couloir :
– Si vous pouviez lui couper les griffes ? Nous, on ne peut pas ! Parce qu’il est comme ça dès qu’on le contrarie. Il accepte de plus ne plus de choses, mais ça, non !

Alors nous coupons, ses griffes sont si longues qu’elles tordent ses doigts : ce n’est vraiment pas du luxe, non. Mais Libellule panique complètement, il bouge tant et tant qu’évidemment, il saigne un peu d’un doigt. Ce n’est rien, mais lorsque je le repose au sol en faisant glisser le nœud, il constelle de sang le carrelage blanc conchié par sa diarrhée…

– Bon, et bien ses poumons sont nickels à la radio comme à l’auscultation, son cœur est impeccable, il n’a pas de sensibilité à la trachée, pas de tartre, je suppose qu’il a plus ou moins le fond de gueule enflammé, ou qu’il fait quelques reflux gastriques, mais je ne pourrai pas le prouver… et puisqu’il ne tousse pas trop, et bien… nous n’allons rien faire.

Je suis tellement déçu par cette consultation que je m’attends à ce qu’ils soient déçus, eux aussi.

Mais non.

Au milieu de ma salle de consult’, de la merde, du sang et de la pisse, tendis que deux assistantes passent éponge et serpillière, ils sourient.

– Ah, ben on est bien contents alors !

Continuer la lecture

Publié dans chien, chien mordeur, diagnostic, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Panique hors-bord

Allergies alimentaires : encore un problème de surmédicalisation

Depuis une à deux décennies, le problème majeur du soin dans nos pays est celui de la surmédicalisation : surdiagnostic et sur-traitement. Ce problème ne fait jamais la une des médias, car la plupart des articles et sites médicaux destinés au … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans aliments, allergie, diagnostic, médecine, surmédicalisation | Commentaires fermés sur Allergies alimentaires : encore un problème de surmédicalisation

Obligation de prévenir les risques psychosociaux dans les hôpitaux !

Les mouvements de contestation que l’on observe actuellement dans les hôpitaux prouvent qu’il y a urgence à prendre en charge les risques professionnels que sont les risques psychosociaux : en effet, la plupart des soignants se disent usés par le travail … Continue reading Continuer la lecture

Publié dans Actualités, CHSCT, diagnostic, évaluation, fonction publique hospitalière, Fonction publique hospitalière : santé au travail, prévention, psychosociaux, risques, Risques psychosociaux : outils et dispositifs, RPS, volence | Commentaires fermés sur Obligation de prévenir les risques psychosociaux dans les hôpitaux !

Vous deviez voir sur l’ASP…

Il fallait voir ce qui est indiqué par les flèches rouges sur le bassin. Il s’agit de cornes iliaques. Ceux sont des exostoses formées à partir des os iliaques leur présence est pathognomonique du Nail-patella syndrome ou onycho-ostéodysplasie. Le gène … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cornes iliaques, diagnostic, Histoires de patients, LMX1B, médecine, nail-patella syndrome, Néphrologie | Commentaires fermés sur Vous deviez voir sur l’ASP…

Les médecins pourront signer d’une croix

Le ministère de la santé anglais vient d’émettre le projet de verser 55 Livres (70 €) aux médecins à chaque nouveau diagnostic d’Alzheimer ou de démence quelconque. L’idée sous-jacente étant … Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, Démence, diagnostic, manipulation, médecine, pré-démence | Commentaires fermés sur Les médecins pourront signer d’une croix

De l’importance du diagnostic en médecine

En remontant, mon retard dans mes flux RSS, je suis tombé sur cette note de Farfadoc. Il faut la lire. Je ne reviendrais pas sur la distinction fort subtile du diagnostic certifié et du diagnostic de tous les jours. C’est … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans compétences, diagnostic, hémorragie digestive, Médecine humeur | Commentaires fermés sur De l’importance du diagnostic en médecine

Prévention des risques psychosociaux : indicateurs à disposition des employeurs publics

Quatre indicateurs précis doivent nécessairement être suivis dans tous les plans locaux selon des modalités de calcul identiques mais d’autres indicateurs peuvent également être mis en place à des fins de diagnostic et de suivi. Le Guide méthodologique d’aide à […] Continuer la lecture

Publié dans absentéisme, accident du travail, Autonomie, conflits, diagnostic, indicateurs, maladie professionnelle, plan de prévention, rapports sociaux, risques psychosociaux, Risques psychosociaux : outils et dispositifs, rotation, Santé, violence | Commentaires fermés sur Prévention des risques psychosociaux : indicateurs à disposition des employeurs publics

Localisation des centres antipoison en France et zone géographique d’intervention de chacun : arrêté du 9 avril 2014

Des médecins assurent une  permanence téléphonique gratuite, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 au sein des centres antipoisons. L’arrêté du 9 avril 2014 liste les 9 centres hospitaliers régionaux autorisés à faire fonctionner un centre antipoison et […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Angers, antipoison, Bordeaux, centre, diagnostic, industriels, intoxication, Lille, Lyon, Marseille, médecin, médicaments, Nancy, Paris, permanence téléphonique, risques toxiques, Strasbourg, Toulouse, traitement | Commentaires fermés sur Localisation des centres antipoison en France et zone géographique d’intervention de chacun : arrêté du 9 avril 2014

SCORE DE WELLS : aide à la décision dans le diagnotic des TVP

Le score de Wells permet en pratique d’évaluer le recours aux examens complémentaires en cas de suspicion de Thrombose Veineuse Profonde des Membres inférieurs. Les éléments qu’ils comportent sont relativement […] Continuer la lecture

Publié dans Cardio-vasculaire, d dimeres, diagnostic, ep, phlebite, score, tvp, wells | Commentaires fermés sur SCORE DE WELLS : aide à la décision dans le diagnotic des TVP

"J’ai la rate qui s’dilate…"


Flash-back.
 
Fin d’été, journée plutôt calme, esprit serein.

Je ne te connais pas, alors avant d’aller te chercher, j’ouvre ton dossier informatique pour en savoir plus. Histoire de voir en gros où je mets les pieds, de quoi il va en retourner. Non, M’sieur Gaston, je ne te connais pas. Pourtant j’essaie déjà de m’immiscer dans une partie de ta vie. T’inquiète pas M’sieur Gaston, c’est pas de la curiosité, juste de la bienveillance.

Apparemment, le médecin que je remplace ne te connaît guère plus. D’après le logiciel, une consultation cinq ans plus tôt pour trois fois rien.

Bon, très bien, ça me va. Les trucs compliqués avec plein d’antécédents partout dont des noms de maladie de TrucBiduleChoseInconnueAuBataillonACoucherDehors que je suis obligé d’aller fouiner sans trop le montrer pour savoir ce que c’est sans avoir l’air trop con déjà que je ne suis que généraliste, ça me donne mal à la tête. (Je sais qu’elle est longue cette phrase mais je l’aime bien comme ça, na !).

Donc un type de la cinquantaine passée, sans antécédent, qui ne va jamais chez le toubib, ça ne devrait pas être grand-chose. Je me lève, je sors du bureau, je me dirige vers la salle d’attente, comme d’habituuude (ceci n’est pas un clin d’œil à Cloclo mais à Matthieu Calafiore, un doc qui mouille la chemise pour l’enseignement de la médecine générale). J’ouvre la porte. Tu es là, debout, à observer les affiches murales, accompagné par le son de la pompe de l’aquarium dans lequel deux poissons rouges nagent en rond. Si tu attends là debout M’sieur Gaston, ça confirme ce que je pense, tu n’as pas bien grand-chose de méchant. Quand t’as un truc gravos, ça fait mal, ça saigne, ça arrive à peine à marcher les trucs gravos. Tu me regardes, je te tends la main en t’invitant à te diriger dans le bureau de consultation. On s’assoit.

Tu m’expliques ce qui t’amène. Tu poses tes mains sur ton bide légèrement bedonnant en m’informant que tu fais de la diverticulose. Tu grimaces un peu en appuyant sur la région épigastrique. C’est la première fois que je te vois, je ne sais pas comment tu es habituellement, mais j’ai l’impression que tu es fatigué même si tu souris. On échange quelques mots, le transit, la digestion, l’appétit, etc… Tu me reparles de ta diverticulose que tu sors de je ne sais trop où. Tu me sers ce diagnostic sur un plateau, alors moi, intérieurement, ne voulant pas te contredire, tout en chantonnant ces paroles célèbres « J’ai la rate qui s’dilate… », je prépare déjà l’ordonnance que je te ferai pour ce que j’appelle des douleurs abdominales d’allure banale, et qui ponctuera notre rencontre. Un problème, une solution…

 
Tu te déchausses. On se lève en même temps. Et avant de te diriger vers la table d’examen, tu ajoutes que ça te brûle dans la carlingue en tournoyant ton poing serré en regard de ton sternum. Tu te forces à toussoter histoire de me prouver ce que tu avances. Puis tu précises que c’est probablement ton fiston qui va retenter sa deuxième première année de médecine qui t’a refilé sa bronchite. Intérieurement, je réfléchis à ce que je vais ajouter sur ton ordonnance pour ta soi-disant bronchite. Deux problèmes, deux solutions…


Tu t’allonges et on échange sur ton fiston qui tousse depuis une semaine. Il t’attend patiemment dans la voiture garée sur le parking du cabinet. Il bosse ses cours, pour le concours chaque minute compte…

 
Comme tu viens principalement pour ton ventre, c’est par là que je débute mon examen. Je pose mes mains, je palpe chaque cadran, c’est souple, ça ne déclenche pas de douleur particulière. Pas de frisson, pas de fièvre, ça ne semble vraiment pas bien méchant. Les « pas de ceci, pas de cela » sont importants en médecine. C’est donc bien ce que je disais, des douleurs abdominales d’allure banale. Je le sais mieux que toi, je suis médecin tout de même. Un antispasmodique devrait faire l’affaire.


Bon M’sieur Gaston, tu m’as parlé de bronchite. « J’ai la rate qui s’dilate, j’ai le foie qu’est pas droit… ». Ce qui est certain, c’est que je ne t’ai pas entendu tousser une seule fois à part lorsque tu t’es forcé à le faire. Je n’y crois pas à ta bronchite, pas plus qu’à ta diverticulose d’ailleurs. Je pense vraiment que tu n’as pas grand-chose. D’un autre côté, consulter pour le moindre pet de travers, ça ne semble pas être ton genre. Alors que viens-tu réellement faire ici ? T’en as plein le dos au boulot et tu vas me réclamer un arrêt ? Ou alors c’est au pieu que ça ne va pas fort avec la mère du fiston ? Ben quoi ? Avant-hier on me l’a faite celle-là. Un type de ton âge s’est pointé avec des sensations bizarres dans le creux de sa main. J’ai tout regardé, devant, derrière, entre les doigts, les pouls, les réflexes, etc… sauf les lignes parce que je sais pas faire. Et rien. Rien de rien. Je séchais grave. La consultation allait se terminer comme ça, tous deux insatisfaits. Le type m’a finalement avoué ne pas avoir de problème avec sa main, puis très gêné, il m’a indiqué que son vrai souci se situait sous la ceinture. Pas toujours facile à introduire ce genre de truc faut dire. Donc toi, ça se trouve c’est pareil. Depuis le début tu m’embarques partout sauf là où tu devrais. On va finir par faire fausse route voire se foutre dans le fossé. Bon, puisque tu es là, et que tu ne viens jamais chez le médecin, on va écouter un peu dans ta carcasse des fois qu’elle ait des choses à dire, puis prendre ta tension, puis regarder un peu tout ça quoi.

Fin d’été, journée plutôt calme, pas un chat dans la salle d’attente, le téléphone ne sonne pas, esprit serein. « J’ai les hanches qui s’démanchent, l’épigastre qui s’encastre, l’abdomen qui s’démène, j’ai l’thorax qui s’désaxe, la poitrine qui s’débine… »
 

Je pose mon stéthoscope sur ta poitrine, ça bat. Tant que ça bat, ça va. Mais ça bat vite là-dedans M’sieur Gaston dis donc ! Le stress de la blouse blanche ? Vraiment ça bat vite ! Et surtout, ça souffle ! Pas le petit souffle sournois que tu te demandes si c’est le cœur ou ton imagination. Non, là, y a pas à chier, y a un souffle du tonnerre que même le fiston qui révise son concours P1 dans la bagnole entendrait. La diverticulose ? Qu’est-ce qu’elle vient foutre ici la diverticulose de mes deux ? C’est quoi ce bordel ? Bon, restons calme et serein. C’est un souffle ancien, et tu as oublié de m’en parler, voilà tout, on ne va pas en faire tout un fromage. « J’ai les reins bien trop fins, les boyaux bien trop gros, j’ai l’sternum qui s’dégomme, et l’sacrum c’est tout comme… »

Putain, non, on ne t’a jamais parlé de souffle, et t’as pas plus de bronchite que de diverticulose, ça te brûle vraiment dans le caisson depuis deux-trois jours, surtout quand tu fais des efforts. Putain, il est où l’électro ? Les fils, c’est dans quel sens déjà ? Le Rouge, Red, Right ! Yes ! Le vert au pied, ouais le vert c’est le gazon, c’est en bas. Le jaune, la couleur du soleil, en haut, à gauche puisqu’à droite c’est le Rouge-Red-Right. Y reste plus que le noir, fastoche. Oh pis les ventouses, elles tiennent pas les ventouses sur ton torse tout poilu ! Et y a des putains de nœuds dans les fils. Le temps que je perds à te faire cet électro, mais si je le fais pas, le toubib du SAMU, y va penser quoi ? Y va se foutre de ma gueule (quand j’suis stressé, j’dis beaucoup de gros mots, désolé).

Y a du papier là-dedans au moins pour imprimer l’électro ? C’est comme à la caisse du supermarché, quand t’es pressé, y a plus de papier ! (Aux chiottes aussi ça le fait des fois). Allez, arrête de déconner, c’est pas drôle là. Tout est branché, on peut y aller. Le tracé sort. Oh parbleu ! Oh pardee* ! « J’ai les cuisses qui s’raidissent, les guiboles qui flageolent… »

-Allô le 15, j’ai vraiment besoin de vous. Pardee* pour sûr j’vous jure que j’ai besoin de vous là tout de suite maintenant. J’avoue que je suis souvent très nul pour vendre mon patient, je l’ai même avoué il y a quelques mois : ici avec cette question ironique : Se former à la vente pour être un bon médecin ? , mais là s’vous plaît, vous pouvez venir en mettant le giro et le pimpon, magnez-vous le cul bordel !

 
Fin d’été, le calme précédait la tempête, esprit pas du tout serein, j’ai chaud dans la tête, je transpire, je flippe, mais faut pas le montrer, chut ! « Les rotules qui ondulent, les tibias raplapla… »

 
-Eh fiston ! Lève le nez de tes cours de médecine et viens par ici faut qu’on cause du padre. Tiens, prends mon stétho et écoute. C’est ce qu’on appelle un souffle cardiaque. Le padre ou le father si tu préfères, bref, M’sieur Gaston va devoir aller à l’hôpital, c’est sérieux. Le SAMU va bientôt arriver. Je vous préviens tous les deux, ça impressionne toujours quand les cow-boys en salopette blanche débarquent. Mais ça va aller, c’est sérieux, mais tout va bien se passer.

 
Le SAMU arrive. Ouf de chez ouf de soulagement. J’ai envie de les embrasser. Tous sans exception. Même l’ambulancier aux grosses paluches et aux longues moustaches tombantes. Un peu de retenue tout de même. Je tends la main à mon confrère chef des salopettes blanches. Je me prends un vent (c’est loin d’être tout le temps comme ça, amis urgentistes je vous aime, mais parfois ça arrive, et c’est comme ça que ça s’est passé ce jour-là). Je lui explique le pourquoi du comment de mon appel avec mon petit bout de papier ECG tout froissé à la main. Il ne me calcule pas. Il est concentré sur son patient qui n’est plus le mien. Je ne suis plus acteur, mais simple spectateur. Dépossédé de mon statut, de « mon » patient. La prochaine fois, je mettrai une salopette tiens ! Parce que même si on dit tout le temps le contraire, l’habit fait quand même un petit peu le moine, dans la vraie vie.


Enfin, il me regarde furtivement. Il est sur le point de m’adresser quelques mots (si, si, je le sens) :

-On l’embarque ton patient, il fait un infarct. (Ben je sais, c’est un petit peu pour ça que je vous ai appelé M’sieur l’chef des salopettes. Je me suis peut-être mal exprimé au téléphone, désolé). Allez, on y va, salut.

 
-Au revoir et merci. Bien confraternellement. (J’vous tends pas la main M’sieur parce que deux vents dans la journée, ça fait une tempête).

 
Le lendemain, comme je sais que personne ne m’en donnera, je pars à la pêche aux nouvelles M’sieur Gaston. Tu as été transféré au grand CHU pour te faire opérer en urgence par les grands docteurs. Tu as fait un gros infarctus avec une rupture septale (un trou dans la paroi du milieu du cœur) d’où le gros souffle. « Je fais de la diverticulose et mon fils m’a refilé sa bronchite » que tu me disais petit saligaud de cachotier…

 
Quelques semaines plus tard, me revoilà à remplacer dans le même cabinet et toi, te revoilà à consulter dans le même cabinet. Tu as mal au cœur… Ah, je vais peut-être tout de suite commencer par le bide alors… Je commence à te connaître M’sieur Gaston… Même pas besoin de regarder dans ton dossier informatique.

 
Parfois, ça ne tient vraiment qu’à un fil. Cette histoire aurait vraiment pu se terminer autrement. Parce que  parfois, on n’est pas connecté, ou seulement un peu moins, comme je l’avais relaté ici lorsque ce soir-là j’avais été le roi des losers.

 
Imagine le tableau si ça avait commencé comme ça :

 
Rude hiver, salle d’attente pleine à craquer de grippés, le téléphone sonne à tue-tête, moi-même je suis bien pris et j’en ai plein la tête, les yeux qui brûlent, le nez comme les oreilles bouchés, le cerveau embué. « J’ai le nez tout bouché, l’trou du cou qui s’découd, et du coup voyez-vous, j’suis gêné pour parler… ».Et ma femme qui vient de se casser. Pourquoi t’es partie ? Je t’aime. C’est pas fini. Non. J’suis sûr que tu vas revenir. Allez reviens, me laisse pas crever de chagrin là, tout seul comme un vaurien. Laisse-moi au moins voir les gamins. J’étais fort minable, nous étions formidables…


Bon je noircis vraiment le tableau, mais imagine ce patient-là dans ce contexte-là avec un médecin préoccupé par dix mille autres trucs… Et le patient qui lui présente les choses ainsi : « J’ai la rate qui s’dilate…»


Certains pensent que les médecins généralistes ne sont là en gros que pour s’occuper des #NezQuiCoulent et faire des #Certifalacon. Soit. Très mauvaise caricature non ? Moi je n’oserais jamais dire par exemple que les banquiers ne sont là que pour faire du fric et encore moins que les assureurs sont tous des voleurs. Ben non, quand même, voyons… Sans trop se monter le bourrichon, moi je trouve que cette histoire illustre à la fois la difficulté et la beauté de l’exercice de la médecine générale. Savoir entrer en connexion, ne pas partir bille en tête sur ta première hypothèse, glaner un mot, un signe, une attitude qui fait que tu changes ton fusil d’épaule, que tu rattrapes le tir. Avoir cette petite veilleuse dans un coin de la tête qui te dit « Eh mon gaillard, au milieu de ces #NezQuiCoulent et ces #Certifalacon, peut se cacher un vrai malade qu’il serait préférable de ne pas louper dacodac ? ». Trouver le juste milieu entre cette discrète petite veilleuse et la terrible angoisse que tu communiques maladroitement au patient, et que tu apaises en dégainant la mitrailleuse à examens complémentaires inutiles voire dangereux.


Honnêtement, M’sieur Gaston, j’étais à deux doigts de te laisser repartir paisiblement avec un antispasmodique à la noix, faussement rassuré. Le fiston t’aurait alors retrouvé dans un triste état. Il aurait peut-être raté une nouvelle fois son concours d’entrée en médecine et ne serait  sans doute jamais devenu cardiologue (ça c’est pour le côté romanesque, c’est carrément du pipeau en fait mais ça le fait hein !). Pourtant M’sieur Gaston, celui qui t’a marqué, c’est le Doc à la salopette blanche avec ses gestes sûrs, son équipe sous ses ordres, sa parole ferme. Et celui qui t’a complètement scotché, c’est le grand chirurgien du grand CHU qui t’a brillamment opéré, avec son armée silencieuse de 15 blouses blanches à sa botte lorsqu’il te rendait visite chaque matin après ton intervention. Je te comprends M’sieur Gaston. Parce que ben ouais en fait, je l’avoue, j’avais un peu l’air con moi avec mes fils emmêlés, mes poires qui ne tenaient pas, et cet ECG que j’ai regardé comme si j’en n’avais jamais vu. Ben ouais M’sieur Gaston, des infarctus, y en n’a pas tous les quatre matins dans un cabinet de médecine gé, surtout des comme les tiens qui ne se présentent pas comme dans les bouquins. Ouais M’sieur Gaston, j’étais pas trop à l’aise quand j’ai appelé le 15, je n’ai sûrement pas dit d’une voix assurée tous les mots-clés comme y faut qui te rapportent un max de point à l’internat. Et quand les types du SAMU sont arrivés, je suis vite passé du statut de Docteur à celui de petit stagiaire qui sait rien faire à part regarder sans broncher. Ouais, c’est vrai M’sieur Gaston. J’aurais peut-être dû faire ci, ou faire ça, dû dire ci et pas ça. Ben ouais, et si et si et si. Mais quand même M’sieur Gaston, aujourd’hui, t’es bel et bien vivant et si t’as pu voir briller ce grand chirurgien, j’y suis un tout petit peu pour quelque chose non ?

L’exercice de la médecine générale est beau, difficile, et rend humble.


*Je sais que pardi ça s’écrit : pardi, mais là j’ai écrit Pardee parce que c’est le nom d’un tracé qu’on peut voir à l’électrocardiogramme et qui signe un infarctus du myocarde (j’la fais courte et simple pour que tu comprennes si t’es pas toubib)


Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, écoute du patient, J'ai la rate qui s'dilate, motif de consultation | Commentaires fermés sur "J’ai la rate qui s’dilate…"

ÉRUPTION chez l’enfant : s’y retrouver

Merci à @AliceRedsparrow qui m’a permis de découvrir le travail Du Dr Jean-Bernard Girodias, pédiatre et urgentiste à Montréal, auteur de ces fiches synthétiques et didactiques sur les maladies éruptives […] Continuer la lecture

Publié dans 5è maladie, Dermatologie, diagnostic, eruption, Pédiatrie, pied-main-bouche, roséole, rougeole, rubéole, scarlatine, varicelle | Commentaires fermés sur ÉRUPTION chez l’enfant : s’y retrouver

Un médecin agréé n’est pas autorisé à consulter les informations relatives au permis de conduire d’un usager !

« L’état de santé d’un usager est indépendant des infractions qu’il a pu commettre et doit s’apprécier exclusivement au regard du diagnostic médical et non sur la base des antécédents administratifs … Continuer la lecture

Publié dans agréé, code de la route, diagnostic, information, médecin, Mises au point, permis de conduire, Santé, SNPC, usager | Commentaires fermés sur Un médecin agréé n’est pas autorisé à consulter les informations relatives au permis de conduire d’un usager !

La dyspraxie : un handicap invisible, insuffisamment diagnostiqué, qui place l’enfant, puis l’adulte, en échec !

La dyspraxie est un handicap invisible : en l’absence de diagnostic, par méconnaissance, les enfants ne sont pas pris en charge, pas rééduqués et se retrouvent en échec à l’école puis lors de l’insertion professionnelle. Même l’apprentissage de la conduite […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, bila, constructive, diagnostic, difficultés, dyscalculie, dysgraphie, dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, enfant, ergothérapique, geste, habillage, handicap, idéatoire, insertion, médical, orthoptique, praxie, professionnelle, psychomoteur, QI | Commentaires fermés sur La dyspraxie : un handicap invisible, insuffisamment diagnostiqué, qui place l’enfant, puis l’adulte, en échec !

Prostate : fable du PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA est dénoncé comme inefficace, depuis 20 ans, tant par les praticiens de terrain qui constatent son inadéquation avec la réalité clinique, que par les méta-analyses les plus rigoureuses. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans CANCER DE LA PROSTATE, Dépistage, diagnostic, HAS, médecine, psa, Urologie | Commentaires fermés sur Prostate : fable du PSA

Dr House contre Farfadoc

A la télé, il y a Dr House. Quand un-e patient-e a une pathologie bizarroïde, que personne ne trouve ce qu’il-elle a, il-elle va voir Dr House et son équipe. Et en moins de 42 minutes et quelques procédures diagnostiques … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, CONSULTATION, CONSULTATIONS, diagnostic, DrHouse, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Dr House contre Farfadoc

De la capacité diagnostique des médecins

Aujourd’hui, il n’est plus possible de lire un article traitant d’un sujet médical sans y lire le mot « sous-diagnostiqué ». Toutes les maladies sont sous-diagnostiquées. La réalité pathologique serait donc bien pire que la capacité diagnostique des médecins. La maladie bipolaire … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans diagnostic, médecine, médias, médicalisation | Commentaires fermés sur De la capacité diagnostique des médecins

Coiffe des rotateurs: Rappels anatomiques et bilan clinique

Quelques rappels pour ceux qui comme moi, ont du mal à mémoriser l’anatomie de l’épaule (si il n’y avait que ça!)  et à corréler données cliniques et anatomie. Le travail […] Continuer la lecture

Publié dans coiffe, diagnostic, épaule, orthopédie, physiologie, Rhumatologie, rotateurs, tendons | Commentaires fermés sur Coiffe des rotateurs: Rappels anatomiques et bilan clinique