Archives de catégorie : Culpabilité

2 Veille sociale

Je suis sur mon tabouret, et je jette de temps en temps un œil à l’appareil d’électro-stimulation. Alors, oui, quand on est sage-femme en rééducation, la rumeur tenace veut que je soit capable de faire des miracles avec mes doigts, mais les études ne disent pas vraiment ça, et l’électro-stimulation s’est très vite fait une … Continuer la lecture

Publié dans Avent, Culpabilité, Le Travail, réalité, sage-femme, SDF, social, Une autre sage-femme | Commentaires fermés sur 2 Veille sociale

Comment être convaincu qu’on a commis un crime

Cette histoire est authentique. Elle s’est déroulée en Islande et fait froid dans le dos. Non à cause du climat qui y règne, mais parce qu’elle analyse les facteurs clés qui peuvent conduire une personne « saine, intellectuellement capable et … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans auto-accusation, condamnation, Culpabilité, enquêteur, innocence, investigation criminelle, Neuropsychologie, Neurosciences, psychiatrie, Psychologie | Commentaires fermés sur Comment être convaincu qu’on a commis un crime

Lendemain de SPRINT : comme un sentiment de s’être fait avoir.

Après que j’ai analysé l’étude SPRINT (ICI), lu ici ou là des commentaires académiques, les commentaires de CMT, conclu qu’il fallait diablement se méfier de ses conclusions en raison de nombreuses incertitudes protocolaires, je me suis rendu compte vendredi et samedi dernier pendant que je consultais que je prêtais plus d’attention qu’auparavant à la prise de la pression artérielle, et pas seulement systolique, et que je me posais même de sérieuses questions.

La culpabilité.
La prise de la pression artérielle est un des gestes rituels de la consultation de médecine.
Rituel au point qu’à la fin de la consultation, si d’aventure le médecin avait oublié de le faire (sciemment ou non) le consultant tend le bras.
J’ai jadis participé à une Thématique Prescrire sur l’hypertension artérielle où mes résultats au questionnaire final avaient été plus que bons… Ce fut la première et la dernière fois. Pour de multiples raisons tenant à la fois à la mauvaise qualité des documents produits (une resucée des articles Prescrire que j’avais déjà lus), aux efforts que j’avais dû fournir pour cette relecture et pour l’inanité de cette réappropriation. J’avais oublié que l’objectif de cette thématique n’était pas de cocher des cases de QCM pour avoir une bonne note mais de mieux prendre en charge les consultants (et non d’être plus savant). 

Quoi qu’il en soit, je me suis rendu compte, pendant ces deux jours, que je tentais de mesurer la pression artérielle avec mon sphygmomanomètre non électronique en essayant de me rappeler tout ce que j’avais retenu de ma formation thématique Prescrire. Sans oublier les vidéos que j’avais vues sur internet, les conseils multiples et variés sur les conditions de mesure, et cetera.

L’étude SPRINT était en train de me polluer l’esprit.

Et nul doute que c’était, dans l’esprit de ses promoteurs, le seul objectif.

Car, au delà des critiques émises sur le protocole, sur la façon de le mener, sur la cible théorique visée et sur les conclusions à en tirer, je me sens coincé par mes croyances, le socle de mes croyances et sur une vision idéale de la médecine qui serait une médecine parfaite où tout pourrait être contrôlé, où le contrôle serait possible à condition que le médecin soit lui aussi parfait, c’est à dire qu’il mesure « bien » la pression artérielle, qu’il « éduque » « bien » son patient, et cetera.

La normalisation de la prise de la pression artérielle est sans doute une bonne chose en soi puisqu’elle pourrait permettre d’homogénéiser les mesures et ainsi de pouvoir appliquer d’autres directives normalisées, thérapeutiques celles-là, voire, comme c’est déjà le cas dans certains pays, dans certaines institutions, remplacer la prise manuelle de la pression artérielle par des appareils automatiques considérés comme la norme, c’et à dire robotiser cette mesure comme si une mesure pouvait avoir une valeur absolue, et ainsi le protocole SPRINT pourrait-il conduire à la suppression pure et simple des médecins, des infirmières et conduire un appareil Omron à non seulement mesurer la pression artérielle, la comparer à la mesure précédente mais aussi à délivrer une prescription tenant compte des dernières données biologiques du patient contenues dans son Dossier Médical Personnalisé ainsi que de ses antécédents dûment répertoriés par un questionnaire rempli chez soi par le patient derrière son écran d’ordinateur, sans influences donc (?)… une prescription de molécules anti hypertensives vendues par les laboratoires partenaires…

L’étude SPRINT, dont la caractéristique principale est d’avoir modifié constamment en cours d’essai le protocole d’inclusion des patients et les modalités de leur prise en charge en ouvert (seule l’attribution des groupes était randomisée), c’est à dire que le médecin, pas le robot Omron (et encore, on ne sait pas), était au courant du groupe auquel appartenait le patient, l’étude SPRINT avait pour but, comme toujours dans les processus néo libéraux pseudo démocratiques (rationnalisation et contrôle des pratiques) de fixer des objectifs intenables (la façon de prendre la pression artérielle par exemple) et non tenus dans le protocole lui-même, afin que les conclusions de l’essai deviennent des impératifs thérapeutiques, c’est à dire de la prescription à outrance, au cas où, et, suprême élégance de la chaîne de commandement, la responsabilité du non suivi des recommandations non recommandables sera attribuée au pékin en bout de chaîne, c’est à dire le médecin généraliste.

Donc, je continue à mesurer la pression artérielle en mon cabinet et je me sens coupable inconsciemment de ne pas être à la hauteur d’une si belle étude, ce qui me conduira, n’en doutons pas, quand on est confronté à une situation d’impossibilité pratique ou de refus intellectuel, à renoncer.

Rappelons tout de même le génie de Philippe Geluk.

Continuer la lecture

Publié dans Culpabilité, HTA, MEDECINE GENERALE, robot, SPRINT | Commentaires fermés sur Lendemain de SPRINT : comme un sentiment de s’être fait avoir.

L’histoire sans fin

Yulia, malgré quarante ans passés en France, garde un accent à couper au couteau. L’écouter parler, c’est deviner déjà sa Russie natale, quand Lénine venait de prendre le pouvoir, ses vingt ans pendant la deuxième guerre mondiale, son exil dans ce pays qui n’a pas le même alphabet. Son médecin l’a adressée aux urgences. Elle […] Continuer la lecture

Publié dans Culpabilité, fin de vie, Hôpital, internat, La vie n'est pas un long fleuve tranquille, Soins palliatifs | Commentaires fermés sur L’histoire sans fin

Impuissance et conséquences

Elle est venue il y a deux semaines, avec des symptômes divers, peu évocateurs. Pour elle, c’était une maladie de Lyme, pas pour moi. Elle voulait une confirmation biologique, mais pas une sérologie, ce n’était pas suffisant. Son mari a développé une maladie de Lyme avec une sérologie négative, ce n’est que sur le Western […] Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATION, Culpabilité, éducation thérapeutique, HYSTERIE, La vie n'est pas un long fleuve tranquille | Commentaires fermés sur Impuissance et conséquences

Prenez les sièges en cuir, on fait un prix pour Noël

Michel va mourir Bientôt. Il est même persuadé qu’il ne passera pas l’année. Son teint vire de jour en jour, d’un gris de plus en plus clair, pour tendre vers le blanc cassé du drap du lit d’hôpital qu’il ne quitte plus. Il se recroqueville doucement autour de la poche de glace qu’il berce en […] Continuer la lecture

Publié dans cancer, Culpabilité, Ethique, Hôpital, Information éclairée, La vie n'est pas un long fleuve tranquille, mort, Soins palliatifs | Commentaires fermés sur Prenez les sièges en cuir, on fait un prix pour Noël

Edith

Il est 20h, je sors du cabinet, sacoche à la main. Je ne suis pas de garde ce soir, mais la journée a été chargée, j’ai encore une visite à faire. Ce n’est pas loin, à quelques rues seulement, mais refaire une visite après les consultations du soir, c’est le petit poids en plus sur […] Continuer la lecture

Publié dans Culpabilité, La vie n'est pas un long fleuve tranquille, mort, Personnes âgées, visite à domicile | Commentaires fermés sur Edith