Archives de catégorie : corruption

La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (89).

Sur twitter nous avons l’insigne honneur de pouvoir lire les propos d’un oncologue anonyme et nous sommes contents de pouvoir lui faire de la publicité car il s’agit d’un médecin hors pair, d’un pédagogue accompli, un empathique exceptionnel, en bref, … Continuer la lecture

Publié dans Anonymat, BIG ONCO, corruption, FAKE MEDECINE, Fakemeds | Commentaires fermés sur La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (89).

Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons

Médecins généralistes concernés par le projet d’obligation vaccinale pour les nourrissons, A Mesdames et Messieurs les députés Copie à : Monsieur le premier Ministre Copie à : Madame la Ministre des solidarités et de la santé Copie aux Présidents de groupes … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans corruption, désinformation, Prise de décision partagée, Thérapeutique, vaccin | Commentaires fermés sur Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons

Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons

Médecins généralistes concernés par le projet d’obligation vaccinale pour les nourrissons, A Mesdames et Messieurs les députés Copie à : Monsieur le premier Ministre Copie à : Madame la Ministre des solidarités et de la santé Copie aux Présidents de groupes … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans corruption, désinformation, Prise de décision partagée, Thérapeutique, vaccin | Commentaires fermés sur Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons

Imbrogliotazone

La famille pharmacologique des « glitazones » appartient à la grande classe dite des « antidiabétiques oraux » dont le but est de faire baisser le taux de sucre dans le sang. La rosiglitazone, premier médicament de cette famille, cumulait les quatre défauts de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Biais, corruption, diabète de type 2, Divers, glitazones, marketing, pathologie iatrogène | Commentaires fermés sur Imbrogliotazone

Bruits des sabots et corruption en médecine.

Le dernier billet de Bruit de sabots (voir ICI) a provoqué de nombreux commentaires dans le petit milieu.
Il pose des questions essentielles.
Mais il pose des questions essentielles à ceux qui se posent des questions, c’est à dire à très peu de médecins (on sait que 60 % des médecins reçoivent la visite médicale et je ne sais combien, une majorité de ces médecins disent ne pas être influencés).

Mon lien d’intérêt est clair : je connais Bruit des sabots IRL (In Real Life), je lui ai parlé lors d’un congrès de Prescrire, je communique parfois par mel avec lui et il m’a fait relire sa thèse avant parution : ICI, une thèse d’une grande qualité mais qui, ironie du sort, traite justement du sujet). Et je l’aime bien. 
Quand j’ai lu le billet il y avait déjà un commentaire de Martin Winckler. Qui m’a déçu en bien. J’ai posté moi-même un commentaire qui a dû en surprendre plus d’un.
Puis est paru le billet de Perruche en automne (ICI). Auquel j’ai répondu. Mais les autres commentaires sont plus intéressants et les réponses de l’auteur indiquent qu’il est moins méchant qu’il n’y paraît.
Sylvain Fèvre (ASK) a écrit un billet bien fichu et favorable au choix de Bruit des sabots (LA).
Puis Bruit des sabots a réécrit un billet : LA.
Les liens d’intérêts et les conflits sont une affaire sérieuse qui demande des bases solides. En France, pays de profiteurs, pays où la triche fiscale est un sport national pour lequel la bienveillance est de rigueur, l’immense majorité des habitants de ce pays merveilleux ne sait même pas ce qu’est un lien d’intérêt. Alors, la différence entre lien et conflit paraît pour ces habitants de cette contrée merveilleuse que tout le monde envie, un concept martien.
Voici une définition états-unienne que j’ai traduite.
« Un concours de circonstances qui crée le risque qu’un jugement professionnel ou des actions relatifs à un intérêt primaire soient injustement influencés par un intérêt se condaire.

« Les intérêts primaires sont : promouvoir et protéger l’intégrité de la recherche, le bien-être des patients et la qualité de la formation médicale.

« Les intérêts secondaires peuvent inclure non seulement un gain financier mais aussi le désir d’avancement professionnel, la reconnaissance d’une réussite personnelle et des faveurs pour des amis et de la famille ou des étudiants et des collègues.

« L’IOM ajoute que les intérêts financiers sont souvent mis en avant notamment auprès de l’opinion publique mais qu’ils ne sont nécessairement pas plus graves que les autres intérêts secondaires ; ils sont en revanche plus objectivables, plus opposables, plus quantifiables et plus réglementés en pratique de façon équitable »


Avec un commentaire de Robert Steinbrook (LA).
Vous pouvez également lire un billet de Marc Girard qui, comme à son habitude, va plus loin (ICI).
Sur le site de Marc Girard il y a de très très nombreux billets sur le sujet ainsi que sur ce blog car le sujet est important et complexe.
Je voudrais revenir brièvement sur le concept de transparence et sur celui de lien/conflit d’intérêt. Rapidement.
La transparence est un concept barbare. Comme je l’ai écrit quelque part (LA), la transparence et la publicité, considérées comme geste éthique fondamental vis à vis des medias, de la maladie des hommes politiques, par exemple, est une des composantes, je pèse mes mots, du totalitarisme moderne des sociétés libérales, celui de l’intrusion de la démocratie d’opinion dans la vie privée de tout un chacun., et je peux citer Kundera, qui a une certaine habitude des systèmes totalitaires, qui fut choqué en arrivant en France (on l’avait chassé de Tchécoslovaquie où la transparence consistait à diffuser à la radio d’Etat des  enregistrement volés à l’intimité des opposants) de découvrir à la une des journaux des photographies de Jacques Brel mourant à la sortie de l’hôpital américain de Paris.
Passons-en aux faits :
  1. Soulignons, mais ce n’est pas une excuse, la franchise de Bruit des sabots qui, au lieu de se cacher derrière son petit doigt, au lieu de se poser des questions seul dans son coin et de faire  un choix difficile (avec ses amis, ses relations, sa famille, en toute autonomie) a choisi de mettre le débat sur la place publique (hétéronomie) et, on le lit, dans la douleur (voir son dernier billet qui paraît en même temps que j’écris : ICI).
  2. Insistons sur le fait majeur de ce billet : on y apprend (je l’apprends et je suis confus de ne pas l’avoir su avant) que l’industrie pharmaceutique sponsorise des postes universitaires ! Ainsi, non contente de toucher de l’argent ici ou là (le professeur Grimaldi clamant haut et fort que le système informatique de son service a été payé par un laboratoire, Sanofi-Aventis, qui est un acteur majeur de l’activité, la diabétologie, du dit professeur)
  3. Et le paradoxe de tout cela : je lui conseille d’accepter, je pense qu’à son âge je l’aurais fait (parce qu’à son âge je ne connaissais même pas l’existence de la notion de lien ou de conflit d’intérêt), je lui conseille (que ce terme est mal choisi, comme si je pouvais me permettre de conseiller quelqu’un dans un choix moral) de faire ce qu’il a choisi de faire, mais, aujourd’hui, aujourd’hui que je sais ce que je sais et que ma vie professionnelle est derrière moi,  je pense que sa position est sans doute intenable à terme mais la vie est ainsi faite qu’il faut expérimenter, aujourd’hui donc je n’aurais pas accepté.  
  4. Je fais un détour par Matthieu Calafiore qui est président du SNEMG (syndicat national des enseignants en médecine générale) et qui participe activement au CNGE (collège national des généralistes enseignants) ou au congrès de la médecine générale sponsorisé par l’industrie (ICI et LA) : je pourrais être critique à 100 %, sachant ce que je sais, mais je constate qu’il fait des cours à la Faculté dénonçant par exemple le tout cholestérol. S’il ne le faisait pas qui le ferait ? Le professeur Danchin ? Donc, Bruit des sabots, fais le Matthieu…
  5. Puis un détour par Jean-Marie Vailloud (LA) dont le billet est d’une désespérance totale. Ce billet mérite, comme on dit, de « déplaquer » : ce cardiologue (que je ne connais ni des lèvres ni des dents) écrit sans doute le blog de cardiologie le plus pertinent qui soit (sans doute mille fois plus pertinent que la revue Prescrire quand elle parle de cardiologie) et il nous narre, au delà de la défense corporatiste de Perruche en Automne (je vais parler du fond de ce billet dans le paragraphe suivant), son parcours compliqué pour éviter l’industrie, et le fait qu’il ne puisse pas l’éviter. Il nout dit ceci en filigrane : nous sommes cernés. Donc, Bruit des sabots, fais aussi bien que Grange Blanche
  6. Mais, cher Bruit des sabots, le morceau de résistance, c’est le billet de Perruche en automne (LA). J’ai écrit que le billet était méchant. Je persiste et j’ajoute que le ton, au delà de l’ironie, est méprisant. Il s’agit en réalité d’abord d’un plaidoyer pro domo : je résume : les petits khons ki croient ke c’est pas possible de ne pas être corrompus feraient mieux de fermer leur gueule puisque moi la meilleure Perruche en automne de la création, et malgré que j’en aie, je suis bien obligé d’écrire avec un stylo, manger un petit four, aller dans des congrès all inclusive pour le meilleur de ma spécialité et que d’ailleurs la fac c’est pareil, c’est pourri de partout donc, faut le dire aux jeunes qui s’inscrivent à une prépa pour faire médecine, ils vivront dans la corruption et on ne peut faire autrement, et cetera. Ensuite, l’autre aspect de son billet la vengeance personnelle. Comme ce garçon a l’air très bien, propre sur lui (j’ai déjà écrit ailleurs que ses billets, bien qu’un peu complexes pour un petit généraliste de banlieue sensible comme moi, étaient souvent d’une rare qualité scientifique bien qu’un peu anti pédagogiques par moments, mais, en tous les cas très au dessus du lot des néphrologues communs — ceux que je côtoie toute l’année sont très en dessous et eux, sans vergogne aucune, écrivent leurs ordonnances sous l’influence directe de big pharma), qu’il sait quelles sont ses propres compromissions (je connais les miennes, merci) il se rappelle le Bruit des sabots qu’il était dans son extrême jeunesse (je romance, je freudise comme un crétin) et se venge de lui en se moquant de l’autre. Je me relis et je me rends compte que c’était ma première impression, ma première impression méchante et que, comme je le disais plus haut, les réponses aux commentaires de l’auteur le montrent sous un jour plus favorable mais, comme dirait l’autre, le vendeur de chez Darty, c’est la première impression qui compte…  
  7. Enfin, BdS, les commentaires sur twitters, enfin les quelques que j’ai interceptés, sont intéressants également. Y a 1) le mec, il l’a pas volé, 2) J’aurais pas fait comme lui (surtout les mecs à qui on ne l’a pas proposé), 3) Retour à l’envoyeur, 4) La vie, c’est un compromis, 5) Il faut être intègre, pas intégriste, 6) C’était pas la peine de faire tout ce cinéma pour finalement faire ce que fait tout le monde, 7) Je l’aime bien, je lui pardonne, mais pour un autre, je ne l’aurais pas fait, 8) La vie est un long conflit d’intérêt…
En gros, cher Bruit des sabots : fais ce qui te plaît et ne cherche l’approbation de personne mais tu sais désormais que tes prises de position seront examinées avec un oeil neuf et que l’on te cherchera des poux dans la tête à la première occasion.

Image : Ray Liotta dans Les Affranchis de Martin Scorcese.

Continuer la lecture

Publié dans BRUIT DES SABOTS, conflits d'intérêts, corruption, liens d'intérêts | Commentaires fermés sur Bruits des sabots et corruption en médecine.

Au coeur de la corruption.

Il n’est pas un jour où des informations ne viennent montrer, démontrer et confirmer que la corruption est au centre du système mondial de la santé.

La publication dans le British Medical Journal (on ne dira jamais assez l’importance de ce journal dont on peut critiquer ici ou là la politique éditoriale) de l’étude 329 revisitée (LA), c’est à dire rétablie dans sa véracité, est démonstrative de tout ce qui est fait (cacher, tricher, modifier, interpréter) pour promouvoir des médicaments dangereux dans le seul but de faire de l’argent.  Prenez le temps de lire des commentaires d’une grande pertinence : LA. Mais le nom des laboratoires Servier n’apparaît pas. Il s’agit de Glaxo qui a payé 3 milliards de dollars pour cette fraude alors que la molécule est toujours commercialisée… et continue d’être promue et de gagner des parts de marché.

Je pourrais aussi vous parler d’un article du JAMA qui a été publié puis rétracté alors qu’il s’agissait  de malades fictifs : les patients fantômes recherchés par les attachés de recherche clinique. Le commentaire est LA et l’article ICI. Mais le plus surprenant dans tout cela, et les défenseurs de l’industrie ne pourront manquer de s’en réjouir et de le faire savoir, c’est qu’a priori cette étude n’était pas sponsorisée et qu’elle concernait une molécule tombée dans le domaine public et valant trois francs six sous. Certains chercheurs n’ont même pas besoin qu’on les corrompe puisqu’ils sont spontanément ouverts à la corruption. Même sans les laboratoires Servier.

Les laboratoires Pfizer ne sont pas en reste (j’ai déjà raconté les histoires de ce merveilleux laboratoire) avec une affaire récente concernant la pregabaline (voir LA). Mais Pfizer est habitué à des procès retentissants avec une amende de 2,3 milliards de dollars pour bextra en 2009 (LA) ou l’utilisation d’enfants nigerains pour ses essais cliniques (ICI).

Le Manifeste des 30 (j’avais pensé de façon naïve qu’il s’agissait des 30 dernières victimes du Mediator non indemnisées par Servier) initié par Irène Frachon pour défendre les victimes du Mediator (cf. supra) mais surtout pour boycotter les laboratoires Servier et leurs dépendances (il eût d’ailleurs été pertinent de citer quels sont les laboratoires, officines, groupes, firmes, sous-groupes, sous-firmes, sous-officines, qui font partie du groupe et de donner les noms de tous les médecins qui, officiellement, ont reçu de l’argent du groupe depuis, disons, cinq ans) a été signé initialement (les 30 platinum signataires) par des gens qui ne sont pas libres de liens d’intérêt ou qui les revendiquent comme tels.
Ce Manifeste est, toutes chose égales par ailleurs, une entreprise (inconsciente pour les uns et consciente pour les autres) de blanchiment de l’industrie pharmaceutique sauf Servier, au même titre que Servier a tenté (avec succès en France) de blanchir le benfluorex de son péché originel fenfluraminique.
On connaît par coeur les arguments des collaborateurs universitaires ou non de big pharma. Ils ont des éléments de langage tout prêts. 
  1. Il n’y a pas de recherche en médecine sans la participation de l’industrie
  2. Si l’industrie nous demande de travailler avec elle c’est que nous sommes les meilleurs de la profession
  3. Notre parfaite connaissance de notre domaine de compétence nous permet d’influencer la recherche et ses orientations
  4. Nous sommes très mal payés et nous avons besoin de subventions pour nous déplacer dans les congrès internationaux ou nationaux
  5. Nos services sont très mal dotés et les « caisses noires » nous permettent d’acheter du matériel, voire d’informatiser notre service et/ou de permettre de subventionner de jeunes chercheurs.
  6. L’argent de l’industrie nous permet de porter la bonne parole dans les réunions de formation médicale continue
  7. Nous sommes indépendants et l’argent que nous touchons ne modifie en rien notre jugement
  8. La doctrine Bruno Lina (et désormais Arnaud Danchin) : manger à tous les rateliers garantit l’intégrité. Trop de corruption tue la corruption.
Il ne s’agit pas de condamner a priori l’industrie mais de se donner les moyens de contrôler son activité et notamment la sincérité des essais cliniques tant dans leur conception (design), dans leur mise en place et leur suivi (reporting), que pour l’analyse des résultats (open data) et que pour la rédaction des articles.
Au niveau européen (EMA), tout est fait dans l’autre sens, c’est à dire celui de la dévolution aux industriels des contrôles de leur propre activité.
Quant au reste, la corruption généralisée de l’appareil d’Etat, il est encore possible d’agir mais il faudrait une volonté politique claire. 
La sincérité des membres des agences gouvernementales françaises est largement remise en cause quand on découvre les officiels liens d’intérêt qu’ils entretiennent avec les industriels dont il décide la commercialisation des produits, leur prix et la façon dont ils doivent être recommandés.
Mais, à moins de définir des politiques publiques de façon concertée et démocratique, volontaristes et incitatives, il ne sera plus jamais (dans un avenir prévisible) possible d’influer sur la stratégie des grands groupes pharmaceutiques dans le domaine de la recherche. 
Il ne restera aux agences gouvernementales (et les données récentes concernant l’agence américaine, la FDA, 96 % des nouvelles molécules sont approuvées en 2014, sont extrêmement alarmantes sur sa possibilité de résister aux sirènes de big pharma, voir ICI, sans compter le CDC d’Atlanta dont les prises de position ces dernières années ont toujours été en faveur de l’industrie) que le contrôle a posteriori mais les moyens de l’effectuer ne sont pas fournis.
L’étendue de la corruption initiée par le lobby santéo-industriel est telle (je n’ai pas parlé de la corruption des professeurs qui délivrent l’enseignement dans les facultés, scandale absolu) et le degré d’innocence (?) des médecins est tel que je ne vois pas d’autres solutions que le pourrissement de la situation : la médecine va sentir le pyo pour de très nombreuses années.

Continuer la lecture

Publié dans corruption, GSK, MANIFESTE, Pfizer | Commentaires fermés sur Au coeur de la corruption.

Brigitte Dormont n’est-elle qu’une idiote utile ?

1984 : Emmanuel Goldstein
Sur France-Culture où, par parenthèse, le discours médical haut de gamme est « tenu » par le grand mandarinat (1), Brigitte Dormont a fait des déclarations stupéfiantes (ICI) sur le tiers payant annonçant que sa généralisation (voir LA ce que j’en pense) allait enterrer la médecine générale libérale, ce qui, selon elle, n’était pas une mauvaise chose, parce que cela permettrait aux payeurs de contrôler les prescripteurs et aux politiques de santé d’être appliquées.
Indignation.
Je me dis qu’il faut écrire un truc.
C’est trop !
Dormont vend la mèche allumée par Touraine.
Le Tiers Payant généralisé qui a permis au Parti Socialiste de refaire son unanimité lors du vote de la Loi santé n’était donc pas seulement une mesure de gauche (l’accès libre aux soins pour les défavorisés) mais aussi une mesure de gauche (détruire les méchants libéraux).
On tient la révélation de l’année.

Mais d’autres ont été plus rapides que moi.

Chritian Lehmann et coll. ont produit un articulet (LA), deux billets (ICI et LA) et une video (LA) à la mode UFML  ainsi qu’un peu plus tard un article de blog dans Mediapart (LA) pour nous dire :

  1. que Madame Dormont ne déclarait pas ses liens d’intérêt
  2. que l’économétrie pratiquée par Madame Dormont était une science lyssenkiste
  3. que les mutuelles et autres assurances complémentaires, qui arrosent l’Université Paris-Dauphine (où exerce Brigitte Dormont) sont de vilaines entreprises capitalistes qui recherchent le profit et qui vont manger toute crue l’assurance maladie (solidaire).

A la réflexion : les propos de Brigitte Dormont sont-ils scandaleux, blasphématoires, ou rendent-ils compte de l’évolution inéluctable d’un système de santé français unique au monde dans sa structuration et agité par les tendances lourdes de la mondialisation dont les stigmates les plus visibles sont la financiarisation de la Santé ?

Brigitte Dormont écrit beaucoup.
Je lis aussi un entretien de Brigitte Dormont dans Viva (ICI). Que dit-elle ? Est-elle aussi favorable que cela à la Loi santé de Marisol Touraine ?

  1. Notre sécu n’est pas aussi solidaire qu’on ne le pense
  2. La couverture sociale offerte par la Sécurité sociale aux patients qui ne sont pas en ALD est limitée à 59,7 %
  3. Les règles des complémentaires permettent une sélection des risques … les primes sont plus élevées pour les personnes les plus malades et les plus âgées
  4. Le coût d’une complémentaire n’est pas proportionnel aux revenus et peut atteindre 8 à 10 % pour les ménages modestes (2,5 % pour les hauts revenus)
  5. L’accord national interprofessionnel (ANI) qui généralise la complémentaire santé au sein des entreprises va creuser les inégalités en transférant une couverture financée sur un mode solidaire par une couverture financée majoritairement par des primes indépendantes des revenus
  6. Il existe avec l’ANI un effet d’aubaine pour les mutuelles et une augmentation des primes pour les chômeurs, les vieux et les étudiants
  7. Il faut plafonner le reste à charge (hors dépassements d’honoraires)
  8. Il est nécessaire de définir un panier de soins pertinent en luttant contre les lobbies comme les laboratoires pharmaceutiques et les villes thermales : est-ce à l’Assurance maladie de faire un politique de l’emploi ?
  9. Le tiers payant généralisé … met fin à la fiction d’un paiement direct du médecin par le patient.
J’ai résumé.
Peut-on vraiment dire, en lisant ces quelques lignes, que Brigitte Dormont soit favorable à la Loi santé de Marisol Touraine ?
Et ainsi, de la critique de Lehmann et coll., ne retient-on que leur polémique sur les liens d’intérêt de Brigitte Dormont et de ses piètres qualités scientifiques. Le reste, sur les mutuelles, a déjà été écrit par Lehmann C. (ICI par exemple) et il n’est pas certain que Brigitte Dormont ne puisse y souscrire.

Et je me suis dit que, finalement,  Brigitte Dormont avait fait œuvre d’idiote utile, mais pas seulement.

(Avant de continuer je précise quelques informations sur ma Déclaration Personnelle d’Intérêt (2)).

De quoi Brigitte Dormont est-elle le nom ?

Brigitte Dormont fait partie du main stream de la pensée économique et médicale française, ce qui renseigne, non pas tant sur la collusion des élites que sur notre avenir commun, à moins, bien entendu de croire à un complot mondial dont l’objectif final serait de ralentir l’accroissement continu de l’espérance de vie dans les pays développés et d’augmenter de façon considérable la mortalité infantile dans les pays bénis où n’existent ni le tout à l’égout ni les avancées des idées pasteuriennes.

Brigitte Dormont est accessoirement proche du Parti Socialiste (mais, on l’a vu, pas si proche que cela). Peu importe puisqu’elle est aussi proche du professeur Guy Vallancien connu pour ses idées « progressistes », i.e. sa croyance en un monde néo libéral où les robots remplaceront les médecins pour les actes techniques et où les médecins pourront devenir enfin humanistes (je n’ai pas dit transhumanistes) et, je cite Laurent Alexandre, « accompagner les malades en les tenant par la main », elle participe au CHAM, officine néolibérale sponsorisée par l’industrie où l’on côtoie  et Didier Tabuteau (énarque socialiste), entre autres, officine dont vous verrez ICI le programme de la réunion annuelle 2015 et dont le conseil scientifique, excusez du peu, comprend, entre autres et hormis Brigitte Dormont, le scientifique Claude Evin (voir LA pour une biographie personnelle), le très politique Didier Tabuteau, la brillante Elisabeth Hubert, le transhumaniste Laurent Alexandre (et fondateur de Doctissimo), la brillantissime Denise Silber, papesse de la médecine 2.0 au service du fric, Claude Le Pen et Guillaume Sarkozy, et cetera, et cetera.
Vous savez sans doute ce que je pense également des think tanks proches du PS auxquels notre amie a collaboré comme Terra Nova et dont j’ai analysé la prose futuriste avec beaucoup de distance (LA).

Brigitte Dormont est une idiote utile.

Brigitte Dormont est bien notre idiote utile qui dévoile les intentions cachées de Marisol Touraine (pour ceux qui pensent que Marisol Touraine a une quelconque influence dans le domaine de la santé, lire LA).
Encore faudrait-il que Marisol Touraine eût des intentions cachées.
Marisol Touraine suit le mouvement. C’est tout. Le mouvement généralisé et mondialisé de la médecine dans les sociétés développées. Le mouvement que j’ai décrit cent fois et qui passe par les cases : augmentation inéluctable des dépenses de santé (une analyse de ses tenants et aboutissants serait passionnante puisqu’elle permettrait d’intéresser tous les acteurs de ce jeu de bonneteau sociétal), accès aux soins (dont les soins inutiles considérés comme des « droits »), corruption généralisée des agences gouvernementales de santé, corruption (passive et active) des médecins, droit à la santé (et négation du droit à l’hygiène), hédonisme généralisé, influence déterminante des corrupteurs (big pharma et big matériel pour la médecine proprement dite et big junk food et big tobacco et big alcoolo et big pesticido pour l’hygiène) dans l’appareil d’Etat, ce que j’appelle le lobby santéo-industriel, mise en avant des associations de patients qui, pour défendre leurs droits à être bien soignés, n’hésitent pas à accepter l’argent de big pharma, des mutuelles et à considérer que le consumérisme sauvera le monde, et cetera, et cetera.

Car Brigitte Dormont, dont je ne doute à aucun moment qu’elle ne réfléchisse pas au delà de l’économétrie, passe à côté du contexte général de la Santé dans les pays développés. Mais lui demande-t-on de réfléchir à la place des médecins sur les rôles comparés de la médecine et de l’hygiène dans l’allongement, pour l’instant inarrêtable, de l’espérance de vie ?

Brigitte Dormont est une idiote utile qui souligne que la médecine libérale à la française est une exception mondiale et… française (et je ne reviendrai pas sur ce qui l’a fondée : l’anti étatisme des médecins français). Mais, comme le disent les crétins franchouillards de chez franchouillards qui pensent que le fait d’être les seuls à faire quelque chose donne raison (voir Concorde et Minitel), attention, le ridicule ne tue pas, « la médecine française est la meilleure du monde ».

Brigitte Dormont est une idiote utile qui a constaté qu’une grande majorité des doctorants en médecine, et notamment les IMG, souhaitaient travailler dans des maisons de santé pluridisciplinaires en tant que salariés. Pourquoi ne pas les décevoir ?

Et ainsi, Lehmann et coll. auraient dû, bien au contraire, remercier Brigitte Dormont de mettre les pieds dans le plat.

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante pour qui ne sait pas que la société française est gangrénée par la corruption et que cela n’épargne surtout pas les médecins (Brigitte Dormont est décrite comme une femme de pouvoir qui profite de la haute fonction publique pour manger à tous les râteliers et, notamment, pour collaborer avec l’Etat, l’industrie et les mutuelles. N’engageons cependant pas un comparatif qui serait désastreux entre les niveaux de compétence et de corruption des experts économistes et ceux des experts médicaux. Nous aurions beaucoup à perdre, nous les professionnels de santé). Et le formindep n’est pas en reste en soulignant la corruption des institutions et des médecins par big pharma (ICI).

MEDICAL DOCTORS

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante pour qui ne sait pas que les socialistes en théorie favorisent volontiers la fonction publique (n’oublions pas que les membres de la fonction publique seraient étonnés par un tel constat) en privilégiant l’hôpital (le « camembert » de leur article est classique mais toujours aussi pertinent) et en prônant le salariat pour la médecine générale (on me dit qu’une grande majorité des jeunes médecins et des jeunes doctorants en médecine générale seraient aux aussi favorables au salariat). A ce dernier propos, ajoutons ceci : les partisans du libéral (dont je suis en partie pour des raisons anti étatiques historiques) pensent que c’est parce que nous nous « tuons » à la tâche que les jeunes ne veulent plus faire de médecine générale et préfèrent le salariat mais des enquêtes chez les jeunes en général (les non médecins pour faire court) montrent que non seulement le salariat les attire mais plus encore la fonction publique…

La lecture de Lehmann et coll. est déterminante quand les auteurs se lancent dans la critique de l’économétrie à partir de formules absconces dont ils tirent la substantifique moelle et nous parlent de Lyssenko à propos de cette universitaire. Pas moins. Ils reprochent à Brigitte Dormont d’étudier les conditions socio-économiques des médecins comme une catégorie comme une autre de la population, de les mettre en comparaison et de s’interroger sur les raisons qui font qu’il y a plus de médecins dans le seizième arrondissement de Paris que dans le neuf-trois. Les études économétriques n’ont pas que des désavantages. Elles comparent. Comparaison n’est pas raison mais les médecins qui, d’un côté, ne veulent plus entendre parler de métier sacerdotal, revendiquent en même temps une légitimité différente (le soin étant différent de la construction de ponts, par exemple). Il est vrai que seuls les économistes mentent. Les médecins, tels des anges descendus du ciel, ne mentent pas sur des phénomènes majeurs de santé publique (sans se servir de formules également absconces) comme le dépistage du cancer du sein, le dépistage du cancer colo rectal ou le remboursement sans façon de nombres d’anti cancéreux hors de prix et inutiles.

La lecture de Lehmann C et coll. est passionnante quand les auteurs rapportent les propos qu’il trouve infâmants de Brigitte Dormont sur les femmes, leur façon de s’installer, leur façon de travailler, et cetera. « Les femmes, ces branleuses peu motivées qui travaillent trop peu », écrivent-ils. Je ne me lancerais pas dans une contre critique des propos prétendûment féministes des auteurs qui font preuve, en l’occurrence, d’idiots utiles en soulignant les charges de travail inhumaines de ces femmes médecins qui doivent gérer un cabinet médical libéral, faire la syndicaliste, faire l’épouse, faire la mère de famille alors que les mêmes hommes, parlons des générations précédentes pour ne froisser personne, avaient une femme secrétaire, une femme femme de ménage, une femme et cetera, et, objectivement, ont toujours un temps de travail ménager moins important que celui de leur femme/épouse/compagne quel que soit son statut. 

Ce qui manque à l’article de Lehmann et coll., c’est la perspective mondialisée de la santé que j’ai vaguement évoquée dans le tourbillon des facteurs concourant à l’état de santé. Mais, prétendre, comme ils écrivent, que « Taper sur la médecine de ville, maillon faible… une spécialisté française », c’est méconnaître la situation de l’exercice de la médecine générale dans presque tous les pays développés, même ceux pour lesquels l’argent investi dans la médecine générale est en pourcentage plus important que celui alloué aux hôpitaux et aux spécialistes d’organes… La lecture de nos cousins britanniques les éclaireraient par exemple : voir LA. Et leur montreraient que, quel que soit le système de rémunération, quel que soit le mode d’enseignement, quel que soit l’accès direct aux spécialistes d’organes, la médecine générale n’attire plus.

Enfin, ce qui manque à l’article de Lehmann et coll., ce sont les perspectives.
Voici un billet de Richard Smith, ancien directeur du BMJ, qui sonne juste et qui devrait parler aux médecins français (ICI) sur les pleureuses.

Cessons de faire les pleureuses et questionnons.

Est-il possible de supprimer les mutuelles ?
Est-il possible de faire baisser les coûts de la santé ?
Est-il plausible de moins prescrire ?
Est-il possible de dissoudre les agences gouvernementales corrompues ?
Est-il possible de mener des véritables politiques de santé publique contre big junk food, big tobacco et big alcool ?
Est-il possible de supprimer la médecine à l’acte ?
Est-il possible de salarier tous les médecins ?
Est-il possible de revoir les programmes de dépistage ou du moins les auditer sérieusement ?
Est-il possible de former plus de médecins à la médecine générale ?
Ad libitum.

Notes :

(1) (sur France Inter le discours médical est lui « tenu » directement et sans aucun complexe par big pharma) et délivre un message convenu sur les progrès ininterrompus de la médecine (ce qui, par ricochet, devrait faire réfléchir à qui, sur les chaînes du service dit public, « tient » l’histoire, la philosophie, l’art, la littérature, la sociologie – encore que l’écoute de Caroline Broué (@cbroue) aux alentours de midi renseigne sur la main mise des Fassin boys, entre autres, sur l’entreprise éhontée de déconstruction du monde au nom de l’écrasement de l’idéologie des Lumières). L’émission Le téléphone sonne du mercredi 17 juin 2015 était un résumé éloquent de la main mise de la cancérologie sur les animaux malades.


(2) DPI :

  1. Je souscris à une mutuelle (AXA) qui me permet de déduire des frais professionnels
  2. Je ne suis pas un fanatique de la médecine libérale à la française
  3. Je suis pour une transformation du paiement à l’acte vers une médecine plus centrée sur des objectifs individuels/sociétaux mais la transition me paraît complexe
  4. Je ne suis pas opposé au Tiers Payant Généralisé (voir ICI) pour des raisons idéologiques mais parce que ce n’est pas au point techniquement
  5. J’ajoute que j’étais médecin référent et que nous avons connu les avantages/inconvénients de ce TPG

(3) Le programme de 2014 (LA) comporte une session intitulée (sans rire) « Bâtir un système sanitaire  équitable : la vision des industriels ».

Illustration.
Emmanuel Goldstein est un personnage d’Orwell (1984), opposant fabriqué par le régime, inspiré par Lev Davidovich Bronstein, alias Trotsky, ce qui ne manquera pas de faire froncer les sourcils des nombreux naïfs qui pensent que le troskisme est un mouvement démocratique. Voici ce qu’en pensait Orwell in Notes on NationalismThe fact that Trotskyists are everywhere a persecuted minority, and that the accusation usually made against them, i. e. of collaborating with the Fascists, is obviously false, creates an impression that Trotskyism is intellectually and morally superior to Communism; but it is doubtful whether there is much difference.


Continuer la lecture

Publié dans corruption, DORMONT BRIGITTE, IDIOTE UTILE, LEHMANN CHRISTIAN, LOI SANTE | Commentaires fermés sur Brigitte Dormont n’est-elle qu’une idiote utile ?

Y a-t-il assez d’IRM en France ?

Les radiologues pleurent sur l’accès aux IRM : ICI.

Les communiqués répétés des radiologues insistent sur la médecine à deux vitesses (cette expression valise est souvent tellement inappropriée…) en raison du manque d’IRM en France par rapport à la moyenne européenne. Voir ICI : en cliquant sur les graphes vous pouvez obtenir un agrandissement.

Quel est le deuxième pays d’Europe qui possède le plus d’IRM par tête d’habitants en 2011 ?
Réponse : la Grèce (21,8/1M) avec une moyenne européenne de 8,1
Quel est le pays d’Europe qui pratique le plus d’IRM par tête d’habitants ?
La Grèce.

Quel est le pays d’Europe qui possède le plus de scanners par tête d’habitants ?
L’Islande. Cela ne vous rappelle pas quelque chose, ce pays dominé par les banques…
Et la Grèce, bonne fille, pratique plus de scanners par tête d’habitants que les Etats-Unis d’Amérique, pays de la gabegie médicale.

Ce que je voulais dire, et c’est sans doute démagogique, que le nombre d’IRM n’est lié ni à l’excellence du système de santé, ni au PIB mais aux intérêts financiers des fabriquants d’IRM qui polluent la classe politique et le système des rétrocommissions.

Ce que je voulais dire c’est qu’au lieu de se plaindre urbi et orbi, les radiologues (et nous n’oublions pas, encore de la démagogie, que ce sont les médecins libéraux dont le Bénéfice Net Contrôlé est le de loin le plus coquet) devraient mettre les pieds dans le plat : si les délais d’obtention d’une IRM sont longs, c’est peut-être dû au nombre insuffisant d’IRM (ce dont, vous l’avez compris, je doute, mais cela dépend du marché, je veux dire des endroits du territoire), mais c’est surtout dû à l’excès de demandes d’IRM dans des indications inappropriées, pour des raisons inavouables ou pour « rassurer » le patient.

Les radiologues doivent donc mieux informer.
Les radiologues doivent aussi nous dire où il vaut mieux faire un IRM et dans quelle indication et où non.
Les radiologues doivent pouvoir refuser un examen qui ne leur paraît pas approprié.
Ce n’est bien entendu pas possible.

Il y a donc pénurie d’IRM en France.

Je vous conseille d’aller visite le site de la Société Française de Radiologie qui s’appelle « Guide du bon usage de l’imagerie radiologique » (je remercie Michel Arnould de me l’avoir fait connaître) : LA.
On peut critiquer ici et là les commentaires cliniques qui montrent que l’on est en présence de non cliniciens mais le trou entre la théorie et la pratique est ahurissant.

Ce guide est un modèle de dissonnance cognitive.

La solution passera, comme toujours en médecine raisonnable et raisonnée, par le refus des examens inutiles, c’est à dire le choix des indications.

Mais ces campagnes sur le manque d’IRM en France sont à situer dans le cadre du dogme de l’Eglise de Dépistologie, c’est à dire toujours plus. Les autorités réglementaires américaines ont autorisé récemment le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs par scanners. On sait que le nombre de cancers du sein est corrélé, par pays, au nombre de mammographes, sans qu’il y ait un rapport évident avec la mortalité.

Je n’exagère pas.
Je ne propose pas la frugalité.
Je propose une sortie par le haut.

Continuer la lecture

Publié dans corruption, IRM, radiologie, RADIOLOGUE | Commentaires fermés sur Y a-t-il assez d’IRM en France ?

Jon Steward s’en va et la corruption en médecine est toujours niée.

Bonjour.
Jon Steward s’en va après 17 ans de bons et loyaux services sur Comedy Central.
Voir ICI l’annonce de son départ. Et pour ceux qui ne le connaissaient pas bien un résumé succinct et gentillet de sa carrière : LA.

L’autre soir nous avons appris dans un film de Romain Icard sur la Cinq (Médicaments sous influence, LA, en replay jusqu’au 17 février 2015) ce que personne ne savait, à savoir que big pharma (alias la grande industrie pharmaceutique qui innove et qui trouve les médicaments miracles) trichait.
Personne ne le savait, personne ne le sait et personne ne veut le savoir.

Je voudrais dire aussi, car j’ai entendu des propos déplaisants à son égard, que Bernard Dalbregue, l’ex dirigeant de Merck, est un type courageux, qui s’est fait virer pour avoir dénoncé ce qu’il a dénoncé et il est respectable car peu de gens ont osé sacrifier leur carrière pour des dénonciations qui font pschitt le plus souvent.

On a donc appris dans cette émission qu’à la FDA l’expert qui évaluait le dossier Vioxx était un « honoré » de Merck (le laboratoire qui commercialise le dit produit).
On a appris qu’à la FDA le fonctionnaire évaluateur qui a constitué le dossier Vioxx qui a été soumis ensuite à l’expertise de l’expert dont on vient de parler dans le paragraphe précédent a été embauché ensuite (deux jours après sa démission de la FDA) par Merck.

Mais, nous a dit le fonctionnaire français qui dirige l’agence qui évalue les médicaments en France, cela ne se passe pas comme cela.
Non !

En France Vioxx n’a provoqué aucun décès (contre 30 000 attribués aux Etats-unis).
Les Français étaient génétiquement protégés contre les influences néfastes de Vioxx.

Cela ne se passe pas comme cela en France.
Pour les vaccins, c’est pourtant ainsi depuis des années.

La Direction Générale de la Santé prend des décisions après interrogation du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) qui réunit une sous section le Comité Technique des Vaccinations (CTV) dont tous les membres reçoivent au moins de l’argent (ne parlons pas des bénéfices indirects : promotion académique, conférences, valorisation de l’ego) des industriels qui commercialisent les vaccins.
Ah, le CTV est présidé par Daniel Floret, professeur à la retraite, honoré de l’industrie des vaccins, qui est en poste depuis des siècles et qui, du haut de son intelligence hors pair, fait la pluie et le beau temps dans le monde des vaccins.
Pour ce qui est de l’inventaire de la corruption du milieu vaccinal, voici un billet éclairant (c’est moi qui l’ai écrit) : LA.

Le film de la 5 parlait longuement du gardasil.
Quand on regarde les liens / conflits d’intérêts des mebres des commissions gouvernementales vaccinales on se rend compte que le gardasil est en pointe pour les pots de vin.
Cela vous étonne ?

Et pour couronner le tout, nous apprenons grâce à François Maisonneuve en son blog (LA), le lendemain du jour où nous n’avons pas appris la corruption merckienne aux Etats-Unis (pas en France, pas en France) que, je cite Maisonneuve, « La FDA vient de publier un rapport … écrit par des juristes universitaires… » et que dit ce rapport selon le titre du billet ? Que « Les conflits d’intérêt des experts n’influencent pas les décisions de la FDA… » et il ajoute, notre naïf, « Faut-il encore les déclarer aux revues ? »

NON !

Savez-vous, chers amis naïfs, quels sont les sponsors de la Fondation d’où est issu le rapport « blanchissant » le sponsoring ? Et je vous promets, naïf également que je suis, qu’en commençant à écrire ce billet, je ne le savais pas. Regardez cette page : LA.

Il y a Merck and co., Inc.

Pour ceux qui n’aiment pas l’investigation ou qui sont feignants de nature Merck and co., Inc, c’est pareil que Merck qui a commercialisé Vioxx. Vous avez saisi le rapport ?

Donc, François Maisonneuve applique ses propres conclusions à la question qu’il a posée, c’est à dire qu’il ne mentionne pas le fait que les « juristes universitaires », il faut dire que cela fait chicos comme expression, surtout des juristes universitaires états-uniens, c’est à dire qu’il ne mentionne pas que le rapport émane d’une organisation, Law and Economics Center, qui est entre autres sponsorisée par le principal corrupteur historique de la FDA !

Voici les conclusions maisonneuviennes :

  • Ce rapport ne trouve aucune preuve montrant que les conflits impactent les décisions de vote des comités d’experts
  • Les décisions des comités d’experts avec des membres ayant des conflits – et les votes par leurs membres – pour recommander des médicaments sont plus cohérents avec les décisions finales de la FDA et les prévisions des marchés financiers que les décisions des comités et des membres sans conflits
  • Limiter la participation des membres ayant des conflits peut diminuer la qualité des comités d’experts
  • Et passez muscade. On remarquera au passage que le mot patient a disparu des radars.

    La corruption en médecine est une réalité.
    Ce qui est choquant n’est pas qu’elle existe (comme on dit : Elle existera toujours) c’est qu’on fasse semblant de croire qu’elle n’existe pas et, par conséquent, qu’on ne fasse rien pour la combattre.

    N’oublions pas que 70 % des médecins reçoivent encore la visite médicale et que 99 % d’entre eux pensent qu’elle ne les influence pas, c’est à dire que Merck and co., Inc, en envoyant ses délégués à l’information médicale (c’est le terme, ne rions pas), fait de la philanthropie pure et simple…

    Merci Jon.
    Le combat qu’il a mené contre Fox News, qui le mènera en France contre Le Généraliste, Le Quotidien du Médecin, Univadis (qui est une division de Merck and co., Inc), le JIM, et cetera ?

    Quand je vois que les mouvements protestataires médicaux utilisent les canaux pourris et sponsorisés sans se rendre compte….

    Merci Jon.

    Continuer la lecture

    Publié dans corruption, CTV, HCSP, MAISONNEUVE FRANCOIS, MERCK AND CO, STEWARD JON, VACCINS, Vioxx | Commentaires fermés sur Jon Steward s’en va et la corruption en médecine est toujours niée.

    Semaine 19

    En introduction Pour tous les étudiants, internes, parents d’élèves, représentants étudiants, enseignants, voici une leçon qui nous vient d’outre atlantique. Pourquoi les américains d’origine asiatique réussissent mieux que les autres? La réponse est simple: ils travaillent plus dur que les … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans belatacept, Bodybuildier, BU, chirurgie bariatrique, chlore, constipation, corruption, CTLA4, Divers, E-CIGARETTE, FXR, goutte, hyperactivité, inde, microbiote, NET, NRROS, politique de santé, proctor, réussite, revue de web, RIKEN, ROS, travail, WNK1 | Commentaires fermés sur Semaine 19