Archives de catégorie : CORPS DES FEMMES

L’Aide Médicale à la Procréation dans la vraie vie. Histoire de consultation 157.

Mademoiselle A, 25 ans, est venue consulter pour obtenir un arrêt de travail.

Je la connais depuis l’examen du premier mois de sa vie et je connais sa maman et son papa dont je suis le médecin traitant. C’est une jeune femme charmante. Elle est assistante sociale.

Elle a grossi (je ne l’avais pas vue depuis un an).

Elle désire un arrêt de travail car l’implantation a raté et elle est incapable d’affronter ses collègues qui sont au courant de ses tentatives d’être enceinte.
Je la laisse parler.
Je suis effondré.
Grosso modo son compagnon est stérile. On a réussi à lui récupérer chirurgicalement des spermatozoïdes (il n’aurait pas voulu, m’assure-t-elle, que l’on fasse appel à un donneur tiers). Elle a eu droit à une ICSI (voir ICI, site bêtifiant et sulpicien).
Je la laisse parler et elle me raconte la souffrance de toutes les étapes depuis la stimulation ovarienne (il s’avère qu’elle était hyperréactive) jusqu’à la ponction folliculaire, les opérations de laboratoire, la fabrique des embryons et leur congélation, puis le transfert embryonnaire (dont l’implantation a échoué).
Je la laisse parler et j’écoute sa souffrance physique et j’imagine son compagnon en train de boire des bières devant un match de foot avec ses copains pendant qu’elle souffre physiquement.
Je sais, ce n’est pas bien de faire pleurer Margot, et, tandis qu’elle parle, je me dis qu’être un mec, c’est vachement bien. T’es stérile (ça peut arriver à tout le monde), t’as pas un spermatozoïde dans le sperme, il est de quelle couleur, le liquide, tu te mets avec une fille qui ne sait pas ce que c’est qu’un sperme azoospermique, elle a des ovaires fonctionnels, des voies génitales nickel, et vous décidez de faire un enfant et c’est elle qui va trinquer. Et je ne parle pas du reste, le jour où ils vont se séparer… Non, j’en ai trop dit.
Les bonnes âmes vous diront que c’est tellement beau, ce désir d’enfant, que cela vaut le coup de souffrir (mince, c’est la fille qui souffre, le garçon, il souffre mentalement, le pauvre chéri, il lui en voudrait presque que l’implantation ait raté, il a oublié que c’était lui l’incompétent dans l’affaire, il souffre et il n’a pas mal dans son corps, il n’a pas pris de kilos, il n’aura pas de vergetures, il n’aura aucun stigmate physique de ces stimulations, de la grossesse elle-même (la petite varice de la jambe gauche), il pourra rêver des embryons congelés ou en faire des cauchemars, c’est tout.
Elle parle, elle parle, et ma petite A que j’ai connue si svelte quand elle était enfant et jeune fille et que je vois, non enceinte, avec déjà huit kilos de trop, tellement concentrée sur ce désir d’enfant (elle a un regard extatique en me disant, « C’est tellement beau de vouloir faire un bébé… »)…
Je ne peux pas en dire plus.
Pendant qu’elle parle et que je tente par un non verbal appuyé de la consoler (et c’est tellement sincère de ma part : je suis réeellement désespéré par ce que j’entends et par ce que je vois), je repense à tous les débats sur l’Assistance Médicale à la Procréation et, surtout, à la Gestation Pour Autrui.
Et d’ailleurs : c’est elle qui m’en parle. Elle est contre la GPA.
Nous en discutons car cela me permet d’évacuer ma colère.
Nul doute que les souffrances de cette jeune femme pour avoir un enfant avec l’homme qu’elle aime et avec ses spermatozoïdes, personne n’y pense quand il s’agit d’une femme « altruiste » qui prête son uterus  pour porter un enfant qui n’est le fruit ni de son ovule ni des spermatozoïdes de son conjoint.
Nul doute que les Nisand / Frydman / Winckler / Brunerie, qui nous bassinent avec les risques thrombo-emboliques de la grossesse supérieurs, disent-ils, à ceux de la prise d’une contraception hormonale (voir ICI), sans compter les risques thrombo-emboliques du post partum, n’en parlent pas sur les sites dédiés… Ce qui est le cas.
Les souffrances acceptées de cette jeune femme me font penser à ces mères porteuses que l’on suppose consentantes et altruistes pour faire le bonheur d’une autre femme, et à ceux qui balayent cela d’un revers de la main.
Je viens de lire un article passionnant de Diane Roman (L’Etat, les femmes et leur corps. La bioéthique, nouveau chantier du féminisme. Revue Esprit 2013;80(398):17-28) qui me permet de répondre à une objection anonyme qui m’a été faite quand j’ai parlé des féministes en général (voir ICI). 
En résumé, je constate que toutes les féministes ne sont pas enthousiastes pour l’AMP, contrairement à ce que la gauche bien-pensante voudrait nous imposer. On pourrait, pour simplifier, dire qu’il y a trois courants : un courant féministe libéral (et on pourrait en écrire des tonnes sur le libéralisme anglosaxon émanant de John Rawls qui a déteint sur la gauche progressiste qui ne sait plus que ses conceptions sont celles également du libertarianisme américain d’extrême-droite) qui dit, en substance, que l’accès à l’AMP est le corollaire de l’accès à la contraception et à l’avortement (protéger la liberté positive de la femme en utilisant la technique médicale disponible) ; un courant féministe radical et social (volontiers anglosaxon puisque là-bas les femmes — et les hommes– connaissent les ravages du libéralisme culturel considéré a contrario en France comme progressiste, voir le site FINNRAGE, LA, Feminist  International Network of Resistance to Reproductive and Genetic Engineering) qui dénonce l’exploitation du corps des femmes (AMP et GPA) et son instrumentalisation, notamment par la marchandisation de ce corps et par l’injonction d’être mère ; un courant féministe culturel et relationnel (issu du Care, voir ICI) qui pense que la technique médicale peut être une menace pour les femmes et pour la nature.
Pendant que cette jeune femme parle (merci le contre transfert) je pense qu’à 25 ans je n’avais pas envie d’avoir d’enfants, si, peut-être, mais avec qui, et, de façon tout à fait déplacée, que le don de spermatozoïdes, c’est quand même plus sexy et moins dangereux que le don d’ovocytes.
Vous remarquerez, chers lecteurs, que, pour ne pas polémiquer, je n’ai pas parlé de la GPA pour les couples homosexuels.
PS. Je vous renvoie bien entendu vers le site de Marc Girard où vous pourrez trouver la deuxième édition de son livre « La brutalisation du corps féminin ». ICI

(Leonard de Vinci. L’Annonciation. 1475)

PS du 13 novembre 2013 : une réponse de Le bruit des sabots : ICI

Continuer la lecture

Publié dans AMP, CONSULTATIONS, CORPS DES FEMMES, FEMINISME, GPA, ICSI | Commentaires fermés sur L’Aide Médicale à la Procréation dans la vraie vie. Histoire de consultation 157.