Archives de catégorie : CONTRE-TRANSFERT

Transfert

C’est un homme étonnant, venant d’une contrée lointaine, qui s’est présenté dans le service de psychiatrie pour les personnes âgées. Un homme d’un certain âge, donc, et qui garde en mémoire un passage, il y a plusieurs dizaines d’années, dans … L… Continuer la lecture

Publié dans Alliance, analyse, CONTRE-TRANSFERT, Ethique, études, étudiant, expérience, Hôpital, internat, interne, lien, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, mort, OBSERVATION, patient, personnel, poésie, psychiatrie, Psychologie, psychothérapie, Réflexion, Santé, soins, Stage, Thérapeutique, thérapie, transfert, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Transfert

Contre-transfert en médecine générale (approche partiale). Histoire de consultation 170.

Je rencontre dans le couloir Madame A, 31 ans, qui sort du cabinet de consultation de mon associée où elle vient d’être vue par son remplaçant (pour simplifier les choses : le remplaçant de mon associée est mon ex associé à la retraite).
Elle me fait un grand sourire que je lui rends.
Sauf que j’ai un peu de mal avec cette patiente dont je suis le médecin traitant et qui a mal partout, qui se plaint de plein de trucs, un jour du cou, un autre de la jambe, une autre fois des poignets, encore une autre fois de migraine, qui est anxieuse, qui souffre physiquement et moralement, qui a des traits dépressifs, qui ne sait plus où elle en est et que je considère comme une victime parce qu’elle a un compagnon, le père de son enfant, qui l’a frappée (elle ne m’a jamais montré de traces mais ce n’est pas la peine de voir pour la « croire » et j’ai voulu que l’on prévienne les services sociaux, qu’elle porte plainte, elle n’a jamais voulu, parce qu’elle ne veut pas le priver de son enfant, c’est son père, après tout), qui la menace, qui la trompe ouvertement, me dit-elle, et cetera, et qui continue de vivre chez elle et un employeur qui ne la comprend pas et qui, sans la harceler, la trouve nulle.
J’ai fini par l’adresser en service de médecine interne car, ne sachant plus quoi faire d’elle, je veux dire proposer une construction théorique pour toutes ses plaintes douloureuses, et craignant de « passer à côté de quelque chose », notamment une connectivite en raison de l’horaire des douleurs, du contexte familial, sa maman a une PR, et parce que l’abord psy ne lui convient pas, qu’elle n’est pas folle, dit-elle, qu’elle est anxieuse mais on le serait à moins, dit-elle, qu’elle est un peu dépressive mais sans désirs suicidaires, comprenez moi, docteur, je vis des choses difficiles, eh bien j’ai opté pour l’approche organique afin de soulager mon ignorance et / ou mon incompétence.
Elle a donc accepté le service de médecine interne mais pas l’aide sociale et pas le psychiatre.
Le service de médecine interne a joué le grand jeu, ne l’a pas prise pour une « fonctionnelle », et le courrier que j’ai reçu était rempli de résultats d’examens complémentaires très sioux, que je connaissais de nom mais dont je ne connaissais ni la spécificité ni la sensibilité dans le cas particulier de cette patiente. Ils n’ont rien trouvé mais ils ne lui ont pas encore collé une étiquette d’hypochondriaque manipulatrice. J’ai écrit dans son dossier la phrase magique : « jesaipasaiquoi ».

Quoi qu’il en soit, chaque fois que je découvre son nom dans le carnet de rendez-vous, je fais la grimace. Car je ne sais pas quel visage lui montrer : empathique, compâtissant, sérieux, raisonneur, ouvert, psy (je vous expliquerai un jour à moins que vous ne le sachiez ce qu’est une attitude psy en médecine générale), patelin, raisonneur, père fouettard, assistante sociale, que sais-je encore ? Je suis gêné aux entournures. Et elle s’en rend compte. Sans doute. Elle sait peut-être que je n’ose pas lui dire ce qu’elle a envie d’entendre ou de ne pas entendre, Prends ta gosse et tais-toi tire-toi, un vieux reste de Le médecin n’est pas là pour décider pour ses patients, mais je ne dis rien sinon qu’il faudra porter plainte, cette fois, si son compagnon la frappait à nouveau.
Après qu’elle est partie, le remplaçant de mon associé me dit, dans le bureau de la secrétaire « Elle n’a vraiment pas de chance, Madame A. » Je le regarde et montre un visage étonné. Je n’avais pas envisagé les choses de cette façon là. Pour moi, Madame A est avant tout une emmerdeuse, une emmerdeuse qui n’a même pas l’élégance de coller aux tableaux cliniques pré définis, aux tableaux psychiatriques ad hoc, une emmerdeuse qui a mal et qui ne supporte aucun opiacé, une emmerdeuse qui est certes anxieuse, sub dépressive (le DSM IV définit-il ce genre de patientes ?), victime de la vie, un mec qui l’a d’abord frappée puis quittée en la laissant avec son enfant de trois ans mais qui ne l’a pas quitté complètement, qui la harcèle, qui veut voir sa fille mais surtout emmerder la maman, qui exige de voir sa fille pour savoir comment la mère de sa fille survivent sans lui, et Madame A qui n’ose pas lui dire que cela suffit car elle a tellement peur qu’il ne demande plus à voir sa fille qui réclame son père.
Grâce à la remarque du remplaçant de mon associé je découvre combien j’ai été mauvais avec cette patiente, mauvais dans ses différentes acceptions : mauvais médecin, mauvais « humaniste », mauvais humain, nul, en quelque sorte. J’ai découvert aussi combien j’avais été injuste.

Pourquoi ?
Chacun pourra en tirer des conclusions, non sur mon cas précis, mais sur « son » cas précis, le cas de chaque « soignant » en situation de soin quand il ou elle sont en face d’un ou d’une patiente qui les dérange.
La vie est ainsi faite, je ne parle pas seulement de la médecine, il nous arrive d’être « mauvais », mais, dans le cas de la médecine, il s’agit de notre métier, nous avons donc une obligation de moyens.
Est-ce que j’ai été mauvais parce que je n’aime pas ce genre de femmes dans la vraie vie ? Est-ce que j’ai été mauvais parce qu’elle ne correspondait pas à l’idée que je me fais de la façon de réagir dans de telles circonstances ? Est-ce que j’ai été mauvais par pure umbécillité ?

Le remplaçant de mon associée m’a remis dans le droit chemin.

Quad j’ai revu Madame A, j’étais content de la voir. Sans doute pour me faire pardonner. Et, comme par hasard, et ne croyez pas une seconde qu’il y ait une quelconque corrélation ou que je m’attribue quelque mérite, elle allait « mieux ».

(Cette anecdote mériterait à mon sens quelques commentaires circonstanciés : la réflexion sur soi-même ; la liberté de ton entre professionnels de santé ; l’arrogance médicale ; le paternalisme ; et cetera)

Note : Pour le contre transfert j’ai retenu cet article ICI.

Illustration : je l’ai trouvée sur le site LA mais sans auteur du dessin.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, CONTRE-TRANSFERT, empathie | Commentaires fermés sur Contre-transfert en médecine générale (approche partiale). Histoire de consultation 170.