Archives de catégorie : CONTENU DE CONSULTATION

Un début de matinée de merdre.

Y a des jours comme cela…
Le contenu de la médecine générale.

J’ai lu récemment un billet d’ASK qui donne du contenu à la consultation de médecine générale et qui informe de façon pertinente sur les problèmes que rencontre un médecin généraliste dans l’exercice de son métier. Et dans le cas d’ASK on voit clairement que la CPAM n’est pas en jeu, que les complémentaires sont aux abonnées absentes, qu’il s’agit d’un problème sociétal où la CPAM, outil aveugle, est présente accessoirement. Je vous laisse le lire : ICI.
Comme je suis un casse-pied, j’aurais pu faire quelques commentaires qui ne sont pas les mêmes que ceux d’ASK, ce qui montre que dans un cas aussi simple que celui-là, la vaccination d’un nourrisson de 4 mois en bonne santé, il y a de quoi écrire un traité de médecine et un traité de sociologie par la même occasion.

Voici un banal relevé des banales questions posées dans le brillant billet de ASK.

  1. Les vaccinations recommandées du quatrième mois : ASK ne nous dit pas desquelles il parle, ce qui nous entraînerait dans un débat sans fin et, pour moi, perdu d’avance, sur l’intérêt de vacciner contre l’hépatite B, puisque presque tout le monde pense le contraire de moi (ne pas vacciner).
  2. Les antibiotiques : où l’on se rend compte que leur prescription / non prescription se situe très au delà de leur intérêt scientifique (oh, le gros mot) qui est établi pour l’essentiel dans le cas de leur usage lors d’une rhino-pharyngite. On se rend compte que les croyances sont non seulement grand public mais qu’elles sont aussi professionnelles (et, pour remonter à l’historique des antibiotiques, il s’agit d’un effet collatéral de la toute puissance de la médecine et d’un complexe jeu d’allers-retours entre le prescripteur et le prescrit) et que le médecin qui prescrit des antibiotiques au cas où en laissant au patient le choix de les utiliser ou non ne se rend pas compte, alors qu’il pensait faire le malin et donner de l’autonomie aux parents du nourrisson, qu’il se résigne à ne plus avoir aucun rôle médical. 
  3. La vaccination contre la gastro-entérite : ASK aborde le sujet du pouvoir de la publicité grand public et du rôle des médias manipulés dans la progression du cash flow de big pharma avec l’agrément tacite et parfois volontaire de l’appareil d’Etat. Tout comme l’ombre tutélaire de Coca Cola et de McDo comme éléphants dans la pièce quand nous parlons nutrition et régimes avec nos patients.
  4. Les croyances des médecins (ici d’un médecin du travail) qui donnent leur avis sur tout et surtout dans un domaine qu’ils connaissent à peine. Ce qui pose la question, à mon avis crucial, et paradoxal en ce cas, de l’avis d’expert que l’on peut critiquer en sa spécialité et hors de sa spécialité et celui du médecin généraliste qui, en théorie, devrait tout savoir sur tout puisqu’il lui est possible de recevoir n’importe quel malade, et qui, contraint et forcé par la charge de travail et par sa tendance naturelle à croire ses « maîtres », par lassitude intellectuelle également et faiblesse physique, finit par « suivre » des recommandations, fussent-elles consensuelles, et biaisées.
  5. La vaccination chez le pharmacien, au delà des polémiques sur les rôles respectifs des professions pharmaceutiques et médicales, indique clairement la limite existant entre l’acte intellectuel prescriptif / non prescriptif et l’acte technique lui-même. Pour provoquer (mais à peine quand on voit les chiffres américains des sur traitements) : les acte intellectuel de décider de dilater, stenter et / ou ponter des coronaires et technique de le bien réaliser ne devraient pas être confiés à la même personne.
  6. La plagiocéphalie, l’ostéopathe et le couchage sur le côté. Pour faire vite, ce chapitre pose les questions de l’enfant parfait (une tête bien faite), de la division du travail (taylorisation de la médecine), de la contradiction principale (le risque de mort subite) et de la contradiction secondaire (la forme de la tête), de la mode sociétale pour des médecines alternatives (médecine étant un bien grand mot) et du self parental (je décide pour mon enfant ce qu’il y a de mieux en ayant regardé Le magazine de la santé ou après avoir lu Doctissimo).
  7. Le savoir faire et le savoir ne pas faire, cette dernière attitude étant inquantifiable et donc vouée à l’échec normatif. Le rôle, selon moi (mais je n’ai fait que copier ce que j’ai lu ici ou là), du médecin généraliste étant surtout de résister à faire et de contenir les actes et prescriptions inutiles en gérant l’incertitude et en s’y résignant.

Et voici quelques faits bruts sur ce début de matinée de merdre.

8 heures 30.
Monsieur A, 56 ans, me dit bonjour, me souhaite une bonne année et me tend un dossier de la MdPH, dossier qui a toujours tendance à déclencher chez moi une poussée d’urticaire (et bien que j’aie lu avec attention les bons propos du docteur Milie en son blog). Je le regarde ahuri car j’ai rempli le même dossier en octobre (c’est noté dans son dossier électronique). Il confirme mais, d’après lui (et on sait que les propos des patients…), ce serait « la fille de la MdPH » (il est incapable de remplir un dossier lui-même) qui aurait coché la mauvaise case et le dossier aurait été adresssé pour renouvellement de la carte de stationnement (dont, me précise-t-il, il se moque totalement). Je râle. Parce qu’en outre, Monsieur A est venu pour le « renouvellement » de son ordonnance, « Vite fait ». Je prends mon ton docte pendant que le malade se met à pleurer car il ne touche plus depuis novembre ses indemnités adulte handicapé et qu’heureusement que sa femme, qui est elle aussi handicapée, touche également une pension, car sinon, « ils n’auraient plus de sous » et je lui dis qu’aujourd’hui je vais recopier ce putain de dossier (que j’avais fait photocopier et que je dois aller rechercher dans le dossier papier), c’est moi qui parle, et qu’il prendra un rendez-vous pour le prétendu renouvellement d’ordonnance…

8 heures 46
Madame B vient avec son petit-fils C.
Parce qu’il tousse.
Elle a rendez-vous pour elle.
« Vous pouvez nous prendre tous les deux ?
– Non. Il faut choisir.
– Examinez-le. »

Le gamin (de 9 ans) que je vois épisodiquement car il est rarement malade n’a pas grand chose. Je l’examine calmement et je manifeste mon énervement à l’égard de la maman que j’avais déjà prévenue.
Mais la grand-mère me tend un papier où il est écrit, de la main de la mère, « SVP, dépakine pour l’enfant (et pour son frère plus âgé et également épileptique), un certificat pour l’école et bla bla bla. »
La mère, je la connais depuis qu’elle est gamine. Je l’ai engueulée l’autre jour car elle voulait un rendez-vous tout de suite (il n’y avait pas de place ce jour là) et qu’il fallait la dépakine pour ses enfants qui n’en auraient plus le lendemain. « Le pharmacien peut te dépanner – Oui mais non il va donner un générique… » Je lui ai quand même fait une ordonnance entre deux.
Il est 8 heures 58.
La grand-mère me dit : « A moi. »
Je dis non.
« J’irai voir ailleurs. – Ok. »
Elle passe devant la salle d’attente où attendent les deux rendez-vous suivants. « Ah, ben, vous n’avez que deux personnes… »
9 heures 1
Monsieur et Madame D (qui ont pris deux rendez-vous).
Monsieur D, 72 ans, a été opéré « du cœur » et j’ai des difficultés d’équilibration avec previscan. Je fais une incise : Pourquoi les cardiologues français ne prescrivent-ils pas de la coumadine ? Pourquoi ? Cela ne peut être un intérêt financier avec une boîte de 30 comprimés qui coûte 3,85 euro ! Mystère de chez mystère.
Monsieur A a été opéré dans une clinique privée et tout s’est bien passé. 
Il y a juste un truc qui me titille chez cet homme de 69 ans : il me demande une ordonnance pour doser les PSA. On lui a dit, à la clinique, et après qu’il a eu des difficultés à pisser après la levée de sonde, qu’il fallait doser le PSA pour savoir.
Je m’emmerde donc à expliquer l’inexplicable. Est-ce la faute de la CPAM, des Mutuelles, des ARS ou de la khonnerie des cardiologues qui font de l’urologie ou des urologues ? 
Je ne prescris pas de PSA.

9 heures 15
Madame D, 71 ans, vient pour un « renouvellement ». Quelques douleurs ici ou là (arthrose) et un peu de paracetamol et de tramadol.
Son problème, c’est quand même sa cheville droite.
Elle est allée voir un médecin généraliste mésothérapeute (après que je lui ai dit qu’il était urgent d’attendre et que la kinésithérapie comme on lui avait pratiqué était de la daube et après qu’elle n’eut pas suivi mes « conseils » d’auto kinésithérapie de renforcement de l’articulation) qui lui a fait 9 séances et qui, désormais, lui demande de faire une IRM.
Je garde mon calme. Finalement : je n’en ai rien à cirer. Qu’elle se débrouille. Elle a vu un mésothérapeute à 35 euro la séance, OK. j’en ai assez de lutter contre ces khonneries. Il est possible que le remboursement par les complémentaires favorise le passage chez le mésothérapeute…  On est quand même dans un cas de hors parcours de soins. Aurais-je dû dire à la patiente (que je connais depuis des lustres) : « Allez vous faire voir ailleurs ? » Je ne l’ai pas fait.
Au revoir Madame, au revoir Monsieur.

9 heures 32
Madame E, 68 ans, viens de se faire déboucher les carotides gauches dans une clinique privée, centre d’excellence du département, au décours d’un AVC. tout s’est bien passé. J’ai reçu en temps et en heures le compte rendu, le chirurgien m’a même appelé au décours de l’intervention. Elle vient pour que je « renouvelle » l’ordonnace d’un mois qu’elle a eue à la sortie (« montrer au médecin traitant » est  manuscrit sur l’ordonnance tapuscrite).
Voici le traitement : pradaxa, exforge, crestor.
Donc, voilà, je suis en face d’une ordonnance qui ne me convient pas. Elle vient d’être, brillamment, opérée par un chirurgien en qui j’ai confiance et la prescription de sortie est WTF.
Que dois-je faire ?
J’ai renoncé pour de multiples raisons et je sais que je ne suis pas à approuver.
Mais je vais appeler le chirurgien. Promis.

Ras le bol.

Heureusement que j’ai pu noyer mon découragement dans une abondance malsaine de travail (36 C et 1 V). J’ai quitté le cabinet à 19 heures 30 sans avoir sauvé (mon associée était encore là).

La partie est perdue, mes amis.

Aux dernières nouvelles la grand-mère qui devait aller voir ailleurs a pris rendez-vous pour la fin de la semaine. Je serai cool.

Continuer la lecture

Publié dans CONTENU DE CONSULTATION, CPAM, MEDECINE GENERALE, MUTUELLES | Commentaires fermés sur Un début de matinée de merdre.

Un quart d’heure bien rempli. Histoire de consultation 174

Madame A, 56 ans, est diabétique non id, hypertendue, et elle est « en invalidité » deuxième catégorie au décours d’un accident domestique (fracture grave de la cheville droite opérée, compliquée, neuro algodystrophie, douleurs, oedème, impotence fonctionnelle avec périmètre de marche très réduit) qui a entraîné une boiterie…
Madame A est charmante.
« Aujourd’hui », me dit-elle, « je viens vous embêter ».
Elle a pris rendez-vous, elle est arrivée à l’heure, je suis à l’heure, et je grimace.
Elle est en effet coutumière du fait (je le lis dans le dossier et mon caractère s’en ressent déjà), et je ne sais pas encore qu’elle a quatre motifs de consultation que je vais les découvrir au fur et à mesure car c’est une maligne.
  1. Remplir le dossier MDPH pour « son » invalidité.
  2. Prolonger son ALD pour diabète non id.
  3. Lui represcrire ses médicaments.
  4. Lui fournir le matériel et la paperasse pour le test hemoccult.
N’oublions pas non plus que Madame A est avant tout un patiente et non un dossier administratif, il est donc nécessaire de l’interroger, de mesurer sa PA…
Le remplissage du dossier MDPH a été brillamment abordé par une collègue en son blog (LA). Elle a raison, la collègue, de nous expliquer tout cela, cela m’a gravement culpabilisé mais cela n’a pas rassuré mon cerveau rationnel. 
Nous ne sommes pas des assistantes sociales ! Ce n’est pas une déclaration de haine ou de dédain pour les AS, non, c’est tout le contraire : la complexité de l’affaire mériterait que les AS, au lieu de dire, dans 97,32 % des cas (plus les chiffres sont « précis » plus ils sont faux), « Voyez avec votre médecin, c’est lui le manitou, y sait, y va vous remplir ça en moins de deux… » (et ne me dites pas, je vous vois venir, ce sont des propos de patients, il ne faut pas les croire, ils inventent, ils travestissent ce qu’ils ont entendu, parce que les patients racontent toujours la même chose et rapportent toujours les mêmes dires des AS quand ils déposent le dossier MDPH sur mon bureau — quand ils ne le déposent pas sur le bureau de la secrétaire en lui demandant que je le remplisse, il me connaît, et fissa–, à moins bien entendu qu’il n’y ait un site Internet qui explique au patient, quand ils vont voir leur médecin traitant avec le dossier MDPH sous le bras, quels sont les éléments de langage pour  raconter ce que racontent les AS et rendre le médecin furibard…), les AS au lieu de nous « balancer » le patient et son dossier, elles devraient nous écrire un mot d’explication pour que l’on sache exactement pourquoi on est censé faire les choses. 
Donc, le dossier MDPH, c’est dans l’immense majorité des cas, d’un casse-pied absolu. Cela prend du temps, on ne sait pas par qui ce sera lu, dans quel contexte, quels sont les critères d’attribution, et cetera, malgré les explications du docteur Millie que je remercie encore pour ce billet éclairant. Dernier point : Madame A n’a pas rapporté les photocopies du dossier précédent effectué il y a 5 ans, document qui permet de se resituer par rapport à l’état antérieur de la patiente. Donc : médecin de mauvais poil.
Madame A est arrivée à un moment de l’après-midi où le remplissage en ligne des ALD n’est pas possible pour cause de je ne sais quoi. Il y a donc un imprimé CERFA à remplir… Ce qui va vite quand le dossier de la patiente est à jour. 
Represcrire les médicaments : nous entrons dans le sublime. 
Madame A refuse les génériques. 
Enfin, c’est plus compliqué que cela. 
Je dis en passant que les génériques sont une des plus grosses arnaques de la pharmacie et du néo libéralisme que je connaisse. Mais ce serait long à expliquer. Je m’y attellerai un jour. 
Pourquoi c’est complexe : Madame A refuse les génériques d’Hemi Daonil, ils lui donnent mal à la tête, les génériques du Renitec, ma tension monte, et… les génériques de la metformine… 
On s’explique ? C’est moi qui ai initié les traitements il y a longtemps. Pour l’Hemi Daonil, la dci (glibenclamide) a toujours été confusante pour moi avec celle du Diamicron (gliclazide), médicament Servier, qui a investi le champ de prescription des spécialistes de Mantes pour des raisons que la décence m’interdit d’expliquer ici, c’est pourquoi je continue de prescrire en nom de marque (et, promis, je ne me rappelle pas le ou la visiteuse médicale qui me l’avait présenté). Pour le Renitec, je ne sais même pas la dci par coeur (enalapril) et c’est un médicament que je prescris depuis plusieurs siècles… Le sublime pour la fin : le trio infernal glucophage / stagid / metformine est peut-être un problème médical mais c’est sans nul doute un problème sociétal complexe. Je résume le cas de Madame A : j’ai prescrit d’emblée de la metformine et elle la supporte bien tant est si bien qu’elle pense que le princeps, c’est la metformine et pas le Glucophage… qu’un médecin lui a prescrit ensuite un jour où je n’étais pas là et cela lui avait déclenché une diarrhée… Ainsi, contre toute logique, mais la logique des médecins est tout aussi mystérieuse, elle a un traitement composé de princeps et de génériques et elle ne veut pas changer. D’ailleurs, comme elle dit, « Je veux bien payer un supplément pour avoir ‘mon’ médicament. » Le sous-entendu que j’ai entendu de nombreuses fois étant : les génériques c’est pour les pauvres, les « vrais » médicaments c’est pour les riches. Ne me demandez pas pourquoi cette patiente diabétique n’a pas de statine dans sa collection. Elle est intolérante complète aux statines quelles qu’elles soient. Bon, le LDL se ballade mais des petits malins m’ont dit que le LDL allait disparaître des esprits.
Fournir le matériel pour le dépistage du cancer du colon par test hemoccult. C’est un geste de prévention. Discuté : voir ICI et plus récemment LA dans le NEJM où l’on voit que le dépistage n’influe pas sur la mortalité globale. Cela prend un peu de temps pour les gens qui l’ont déjà fait et beaucoup, surtout les analphabètes de ma patientèle, quand c’est la première fois. Et c’est pas rémunéré ou très peu (je ne me rappelle même pas combien).
Que croyez-vous qu’il arriva ? 
J’ai rempli le dossier MDPH en râlant parce qu’elle ne m’avait pas rapporté le dossier précédent « resté sur la table du salon » …
Pour l’ALD, j’ai mis quelques instants à remplir l’imprimé (mes dossiers sont à peu près tenus mais j’ai peur que la non mention de la statine et un taux de LDL supérieur à 1 ne collent des boutons au médecin conseil… on verra…).
Pour le reste : elle avait encore quinze jours de médicaments. Elle ira donc voir ma remplaçante, « Oui mais docteur je l’aime pas… », et moi : « D’abord elle est super sympa, ensuite, c’est toujours bien d’avoit un oeil neuf sur un dossier. » On voit que je suis également un malin. « Mais, j’y pense, vous avez rapporté les résultats de votre prise de sang ? – Non, je les ai oubliés… – Sans doute sur la table du salon… – Mais je croyais que le laboratoire vous les adressait… – C’était avant… » Elle prendra donc rendez-vous avec ma remplaçante.
Pour l’hemoccult, je lui demande de repasser à la rentrée.
Elle a fait semblant de comprendre la situation.
Elle n’a pas payé car j’ai fait tiers-payant sur l’ALD.
Commentaire de mon voisin : De quoi vous plaignez-vous ? C’est quand même votre boulot de répondre aux besoins des patients pendant une consultation. Cette malade croyait bien faire et voulait vous éviter du travail. Les médecins ne sont pas pauvres. Arrêter de vous plaindre.
Enfin : On comprend ici que la médecine générale est compliquée et demande deux ou trois neurones, ce qui n’est pas donné à tout le monde et entraîne des complications relationnelles avec les patients qui n’ont qu’un rapport très lointain avec la médecine qui a été enseignée sur les bancs de la Faculté. 
(J’avais pensé dédier cette consultation et ce quart d’heure de célébrité à Arnaud Montebourg qui parle, qui parle, contre les professions réglementées, mais, en bon Français, je ne me suis pas senti concerné, quant aux notaires et aux greffeiers de justice, j’en suis moins certain et, quand même, ce Montebourg, c’est un type de gauche qui a quand même une tête de mec de droite.)
Notes
(1) J’ai déjà rapporté, ICI, que l’économie du cabinet de médecine générale (libéral) dans lequel j’exerce avec une associée et dont le personnel comporte une secrétaire et une femme de ménage est fondé sur une réalité incontournable : les consultations durent en moyenne 15 minutes et sont rémunérées 23 euro. 
On sait également que des rémunérations annexes s’ajoutent à ces 23 euro. Visites à domicile par exemple (dans 99 % des cas, j’exerce en ville, 33 euro) ; consultations pour les nourrissons (23 + 5 = 28 euro), pour les enfant entre 2 et 5 ans (23 + 3 = 26 euro) ; consultations et visites à domicile chez les patients de plus de 85 ans (et maintenant au premier juillet de plus de 80 ans) (soit respectivement 23 + 5 = 28 euro et 33 + 5 = 38 euro) (280 euro par trimestre ) ; forfait annuel médecin traitant (1640 euro) et j’en oublie.
Une rémunération pour les patients dont je suis le médecin traitant et qui disposent de l’ALD (les affections de longue durée) : 40 euro par patient et par an.
La sécurité sociale a ajouté le ROSP ou rémunération à la performance dont j’ai déjà parlé LA et qui rémunèrent un certain nombre d’items tenant à la fois à l’organisation du cabinet et à des critères de santé publique (sic) : j’ai touché 3400 euro en 2013 (je n’avais pas atteint mon seuil de télétransmission en raison de pannes itératives de mon logiciel Hellodoc et de l’incapacité d’Hellodoc à calibrer les cartes santé des remplaçants). Donc, en gros j’ai touché à peine un euro de plus par C. Et la Cour des Comptes pond un rapport ce jour pour critiquer cet euro (LA). 
Ilustration : Molière : Le Médecin Malgré Lui. 1666.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, CONTENU DE CONSULTATION, génériques, QUART D'HEURE | Commentaires fermés sur Un quart d’heure bien rempli. Histoire de consultation 174