Archives de catégorie : chimiotherapie

Cancer: on peut éviter de mourir des effets toxiques des chimiothérapies à base de 5-FU

La toxicité liée à certains médicaments utilisés pour combattre le cancer peut être sinon totalement prévenue, du moins limitée dans un certain nombre de cas grâce à des examens de dépistage peu onéreux et à la portée de nombreux laboratoires. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans 5-FU, cancer, capecitabine, chimiotherapie, DPD, VARIA | Commentaires fermés sur Cancer: on peut éviter de mourir des effets toxiques des chimiothérapies à base de 5-FU

Cancer/ASCO17.Cancer du côlon: diviser par 2 la durée de chimiothérapie pour diviser par 3 les effets secondaires

Une chimiothérapie plus courte, aussi efficace et avec moins d’effets secondaires pour traiter certaines formes de cancer du côlon. Une possibilité si on en croit l’étude IDEA présentée lors de ASCO17 à Chicago. Le traitement du cancer du côlon a … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, chimiotherapie, colon, oxaliplatine | Commentaires fermés sur Cancer/ASCO17.Cancer du côlon: diviser par 2 la durée de chimiothérapie pour diviser par 3 les effets secondaires

Cancer : moins de centres pour opérer les tumeurs et c’est bien mieux.

Traiter des patients souffrant de cancer impose de ne pas faire perdre de chances à ces personnes par le recours à des traitements inadaptés ou en raison de gestes chirurgicaux insuffisamment bien accomplis. Les divers Plans Cancer mis en place … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, chimiotherapie, chirurgie, ovaire, Radiothérapie, VARIA | Commentaires fermés sur Cancer : moins de centres pour opérer les tumeurs et c’est bien mieux.

Décès de trois patients à Nantes : va t-on vers des ruptures graves de produits de chimiothérapie ?

Le décès de trois patients au CHU de Nantes le week-end dernier reste encore inexpliqué. Hospitalisés dans un service d’hématologie pour recevoir une autogreffe de moelle en raison d’un lymphome. Ils sont décédés à la suite du conditionnement préalable par … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, chimiotherapie, endoxan, MEDICAMENTS ASSURANCE MALADIE, melphalan, VARIA | Commentaires fermés sur Décès de trois patients à Nantes : va t-on vers des ruptures graves de produits de chimiothérapie ?

Cancer des prix du cancer

Depuis le début de l’année 2016, les médias relatent régulièrement des pétitions et réquisitoires de médecins et d’associations de patients contre le prix des médicaments en cancérologie. Cette démarche et justifiée par des prix véritablement scandaleux de 30 000 à 50 000 … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AMM, associations de patients, cancer, chimiotherapie, médecine, rapport coût/efficacité | Commentaires fermés sur Cancer des prix du cancer

Avastin sur la sellette, good or bad news?

Cher lecteur, si tu veux bien comprendre les enjeux du thème abordé dans ce billet, je te conseille de commencer par la lecture de celui-ci : Indignation en soldes Récemment, tu n’as pas pu passé à côté de l’appel des 110…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans À lire / À voir, Avastin, chimiotherapie, Coups de gueule, remboursement | Commentaires fermés sur Avastin sur la sellette, good or bad news?

CANCER/ ASCO15 : une nouvelle place pour la chimiothérapie dans le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le seul des quatre tumeurs les plus fréquentes (sein, poumon, colo, prostate) à ne pas bénéficier d’un protocole de chimiothérapie bien établi. « Etait » devrait-on dire car les résultats présentées lors de la conférence ASCO15 … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ASCO15, canceer, cancer, chimiotherapie, docetaxel, prostae | Commentaires fermés sur CANCER/ ASCO15 : une nouvelle place pour la chimiothérapie dans le cancer de la prostate

Un brin de Causette

Chère Causette, chère Pauline Marceillac, Je suis pédiatre, femme, mère, lectrice. Ce mois-ci, comme parfois, j’ai acheté Causette. Parce que j’en aime bien le ton, le contenu, parfois même les partis pris. Mais ce mois-ci, aussi, il y a un … Lir… Continuer la lecture

Publié dans Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan), Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), balance bénéfice risque, Brève, cancer, Causette, Centres de Lutte Contre le Cancer, Chantage, chimiotherapie, Choix, Décision médicale partagée, Essais randomisés, Ethique, Evidence-Based Medicine (EBM), financement, Foutage de gueule, Garches, industrie pharmaceutique, Littérature Scientifique, Nicole Delépine, Niveau de preuve, Oncologie, Pédiatrie, protocole, Recherche / science, recherche biomédicale, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Société Française de lutte contre le Cancer et les leucémies de l’Enfant et de l’Adolescent, Thérapeutiques innovantes, TMTC | Commentaires fermés sur Un brin de Causette

Marc et sophismes

Perruche en Automne, dans cet excellent billet, présente les arguments fallacieux que les partisans des médecines alternatives utilisent pour défendre leur pratique. Un argument fallacieux, c’est un raisonnement faux. Un sophisme. Un argumentaire qui a l’air vrai, mais qui, si … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Après la thèse, Babar, Bagou, Balance bénéfice/risque, Café du commerce, cancer, Chantage, chimiotherapie, Choix, Corticoïdes topiques, Décision médicale partagée, Dépistage, Dermatologie, Eczéma, evidence based medicine, logique, MEDECINE GENERALE, Miel, Nature, Niveau de preuve moi-même, Pédiatrie, peur, Philosophie de comptoir, prostate, psa, Raisonnement, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Rhume, Sophismes, TMTC | Commentaires fermés sur Marc et sophismes

Tu fais quoi dans la vie ?

« Tu fais quoi dans la vie ? – Je suis pédiatre. – Ah, tu bosses dans un cabinet ? – Non, à l’hôpital [j’élude souvent la partie thèse de science et laboratoire de recherche pour ne pas perdre complètement mon interlocuteur dans … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, Apparence, cancer, Centres de Lutte Contre le Cancer, chimiotherapie, Complicité, Débutant, Estime de soi, fin de vie, gravité, Histoire de patient, Hôpital, internat, Intimité, Leucémie, McDonald's, mort, Oncologie, Pédiatrie, qualité de vie, Relation médecin-malade / soignant-soigné, résilience, Stage, The Shining, Vocation, Volonté, Yoda | Commentaires fermés sur Tu fais quoi dans la vie ?

Prostates

Il y a une vingtaine d’années Visite à domicile. Mme B. ,que je suis régulièrement au cabinet pour sa polyarthrite rhumatoïde, m’a appelé pour son mari que je ne connais pas. Dans l’entrée, avant de me conduire auprès de son … Continue la lecture Continuer la lecture

Publié dans Brainstoming, cancer, castration, chimiotherapie, erections, errare humanum est?, famille, impuissance, incontinence, Médecin De Famille, métastase, prostate, prostatectomie, radicale, radothérapie, recul, urologue | Commentaires fermés sur Prostates

Prostates

Il y a une vingtaine d’années Visite à domicile. Mme B. ,que je suis régulièrement au cabinet pour sa polyarthrite rhumatoïde, m’a appelé pour son mari que je ne connais pas. Dans l’entrée, avant de me conduire auprès de son … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Brainstoming, cancer, castration, chimiotherapie, erections, errare humanum est?, famille, impuissance, incontinence, Médecin De Famille, métastase, prostate, prostatectomie, radicale, radothérapie, recul, urologue | Commentaires fermés sur Prostates

Cancer : le mariage peut être plus efficace que la chimiothérapie.

Le mariage est plus efficace que la chimiothérapie pour traiter certains cancers. C’est ce que montre une étude américaine dans laquelle on constate qu’on n’est pas à la noce quand on vit seul et qu’on a un cancer. Le travail est publié aujourd’hui dans le Journal of Clinical Oncology. Des chercheurs américains ont utilisé des …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans cancer, chimiotherapie, mariage, soins de support | Commentaires fermés sur Cancer : le mariage peut être plus efficace que la chimiothérapie.

Dire non à la chimiothérapie. Histoire (posthume) de consultation 147.

Un article tout frais de des Spence, médecin généraliste écossais, que j’aimerais connaître IRL (in Real Life), vient de paraître dans le BMJ : ICI. Cet article est remarquable et dit en peu de mots ce qu’il est possible de penser de mon propos.

Cet aspect de la médecine, les thérapeutiques compassionnelles, est un sujet grave qui secoue la relation malade médecin car elle met en jeu la vérité, la confiance, le respect, l’éthique, l’efficience, la morale commune et… l’économie.
Je voudrais raconter, à la mémoire de mon patient, Monsieur A, 68 ans, comment son histoire a contribué à ma réflexion. 
On m’a souvent posé ici ou ailleurs le problème du secret médical. Je n’ai pas demandé l’autorisation à la famille pour écrire ce billet, je lui en parlerai à l’occasion, mais je suis certain qu’elle n’y trouvera rien à redire, à ceci près qu’elle pourra s’interroger sur le fait que j’ai été aussi déroutant au risque même qu’elle n’y retrouve pas tout ce qu’elle a ressenti, mais la famille elle-même ne peut me délivrer de mon secret et, comme à l’habitude, j’écris en général sur un cas particulier de façon à ne blesser personne en veillant à ce que les transpositions, pas toujours homothétiques, soient cependant conformes à la réalité. Ou à « ma » réalité. En me référant à Louis Aragon : je tente à chaque fois le mentir vrai.
J’ai pourtant hésité à écrire ce billet car je connais trop les deux écueils majeurs de la graphomanie bloguesque : le sentimentalisme kitschéen et la victimisation du pauvre médecin qui risque sa santé physique et mentale à « bien » soigner ses patients.
Mon expérience des cancers à 95 % mortels est la même que celle de tous les professionnels de santé. Dramatique.
Vous remarquerez que je ne dis pas le nom du cancer car je me méfie : imaginons qu’une famille lise ce billet, qu’un patient lise ce billet et qu’un patient souffre de ce cancer et que la famille d’un patient lise aussi ce billet. Dramatique. On ne prend jamais assez de précautions.
Du coup la démonstration que je vais faire sera moins pertinente et plus générale. Prenons-en le risque.
Monsieur A est venu me voir en juin de l’année dernière et si je me suis égaré sur le diagnostic pendant une semaine ou deux, d’une part en raison de l’argument de fréquence, d’autre part en raison de ma tendance à ne pas vouloir dramatiser tout de suite (ma peur de la mort sans aucun doute ou ma peur d’annoncer en de bons termes un diagnostic fatal. Comme le dit Des Spence : «  Perhaps doctors are too afraid to talk about death, which we see as professional failure.« )
Quoi qu’il en soit, et après que le diagnostic eut été porté et qu’un geste radiochirurgical eut été fait à ma demande et sans passer par un spécialiste, j’ai eu la faiblesse de dire à mon patient que j’allais l’adresser à un spécialiste hospitalier afin qu’il termine le bilan et qu’il nous informe des possibilités thérapeutiques que je savais minces. Mon patient a accepté et bien qu’il ait déjà pris sa décision. Il savait déjà, il avait consulté internet, que le pronostic était catastrophique sans chirurgie (et la chirurgie avait été récusée) et, fidèle à mes habitudes, j’avais quand même entrouvert une porte, l’espoir, les 5 % de survie à 5 ans. (Je ne suis pas certain que mon attitude, laisser toujours un espoir, soit toujours appropriée mais c’est comme cela que je fonctionne, cela me rassure, je n’ai pas envie de ressembler aux techniciens froids appartenant à la culture libérale comme on les voit dans les séries américaines, et qui reflètent la « mentalité » américaine ou le medically correct, je ne sais, qui annoncent de façon sincère au patient qu’il n’y en a plus que pour trois mois, quoi que l’on fasse. Il y a aussi la technique Doctor House quittant la chambre du malade en lançant à ses collaborateurs et à la cantonnade, donc au patient, après que le traitement de la dernière chance et extrêmement dangereux, a été commencé : Prévenez-moi quand le malade sera guéri ou mort. J’avais écrit un billet très violent à propos de la mort de Patrick Roy, c’est en le relisant que je m’en suis rendu compte de sa violence, sur la « dramatique » transparence : ICI, je n’ai pas un mot à corriger).
Nous étions convenus, avant même que Monsieur A n’accepte d’aller voir le spécialiste hospitalier, un homme charmant et compétent au demeurant, que nous ne ferions rien. Monsieur A avait refusé tout traitement prétendument curatif, c’est à dire la chimiothérapie. Je reviendrai plus tard sur ce quoi nous étions convenus.
Le spécialiste hospitalier m’a adressé un courrier après la consultation de mon patient (il l’a revu deux fois en réalité à dix jours d’intervalle, la deuxième fois pour lui commenter les résultats des examens additionnels qu’il avait demandés). Ce courrier disait ceci : d’une part il confirmait le diagnostic et d’autre part il regrettait que le malade refuse le traitement. Mais il ajoutait de façon curieuse et erronée : « Il est dommage que le radiologue lui ait conseillé de ne pas se faire traiter et il serait important que tu puisses le convaincre de le faire »; alors que j’avais écrit de façon claire dans mon courrier d’adressage que le patient, en accord avec moi, refusait la chimiothérapie. Le radiologue avait dit, mais c’était déjà trop et beaucoup (et je ne commenterai pas ici les dégâts que les spécialistes peuvent commettre en croyant bien faire, tout en ne connaissant pas le patient à qui ils s’adressent, en prononçant des phrases définitives qui laissent souvent des traces indélébiles) que c’était inopérable. Le spécialiste hospitalier n’acceptait pas que le malade puisse prendre la décision à sa place. Il prônait la chimiothérapie contre toute logique et il refusait  de penser que j’étais d’accord avec « mon » malade comme si c’était lui, avec la chimiothérapie, qui apportait l’espoir. Mais il y a une autre hypothèse que j’aborderai tout à l’heure et qui, pour le coup, est tout à fait extraordinaire et impensable.
Le malade, et je tiens à préciser qu’il ne souffrait pas à ce moment, il était déjà fatigué, m’avait dit ceci : « Je en veux pas de chimio mais il faut que vous me promettiez deux choses : que je ne souffre pas et que je reste chez moi auprès de ma femme, je ne veux pas aller à l’hôpital. »
Je lui avais répondu, gêné, que je ne pouvais rien lui promettre mais que je ferai tout pour que cela se passe comme cela.
Il n’était donc pas traité, il n’avait pas de douleurs et je lui dis qu’il me paraissait important, avant que les choses aillent plus mal, je ne me rappelle plus les termes exacts, que nous prévoyions le pire.
Je m’étais rendu chez lui pour mettre tout en route et, en présence de sa femme qui fut dévouée jusqu’à la fin et avec laquelle je n’eus jamais une « vraie » conversation, elle ne me sollicita pas, elle avait l’air d’accord, elle ne me prit jamais à l’écart pour obtenir des informations qu’elle pensait ne pas pouvoir obtenir en présence de son mari, comme si elle ne voulait pas s’en mêler ou comme si elle avait trop peur d’en savoir plus, nous avions mis au point les modalités de notre engagement réciproque. En sa présence je téléphonai, comme nous en étions convenus, à la responsable du réseau de soins palliatifs à domicile (une association) avec qui j’avais l’habitude de travailler, et je tins exactement ce discours qui me semblait être le reflet de la pensée de mon patient : « Monsieur A souffre d’un cancer de ****, ne souhaite de chimiothérapie, ne veut pas souffrir et, dans la mesure du possible, ne veut pas être hospitalisé. » Le docteur B réagit au quart de tour et me fit cette réponse qui résonne encore dans mes oreilles : « Ce monsieur a tout compris. » Le docteur B le rappela dans l’après-midi et ils prirent rendez-vous avec l’infirmière coordinatrice pour qu’on lui explique ce qui allait se passer quand tout irait moins bien.
Quand je sortis de chez Monsieur A, je respirai un grand coup et je me dis, de façon surprenante : « Je ne me suis jamais senti aussi bien de ma vie, je veux dire, aussi en accord avec moi-même. »Je n’avais pas eu à mentir, ou si peu…
Monsieur A a fini par mourir, en décembre. Il a très peu souffert mais il était pudique et parlait différemment à « son » médecin, au docteur B et aux infirmières / aides-soignantes du réseau de soins palliatifs. Il a eu droit, quand le moment fut venu, à de la morphine en patch qu’il a très bien supportée, à de la morphine à action immédiate qui le soulagea longtemps lors de ses crises aiguës, à de la corticothérapie à haute dose qui fut remarquablement antalgique, à de la gabapentine que je prescrivis  en préventif et à contre-coeur sur les conseils du docteur B.
Jamais on ne commanda de lit médicalisé et Monsieur A passa deux jours hospitalisé en USP (Unité de Soins Palliatifs), les deux jours précédant son décès.
Ne fut-ce pas un peu trop idyllique ?
Voici la conclusion de Des Spence : « We need to support dignity in death, and this often means saying no to chemotherapy. There is an art to medicine—that is, knowing when to intervene but more importantly knowing when not to too.« 
Juste un dernier mot sur l’hypothèse extraordinaire et impensable : l’hôpital dans lequel exerce le spécialiste hospitalier est un centre de cancérologie accrédité. Mais en dessous d’un certain nombre de malades traités il peut perdre son accréditation. Il est donc nécessaire de ne pas « perdre » de malades.

Continuer la lecture

Publié dans cancer, chimiotherapie, CONSULTATION, DIRE NON | Commentaires fermés sur Dire non à la chimiothérapie. Histoire (posthume) de consultation 147.

Cancer/ASCO 13 : il y a besoin de moins de chimio et de plus d’attention dans le traitement du cancer du sein.au stade précoce.

  La chimiothérapie adjuvante, celle qui suit la chirurgie pour un cancer du sein au stade précoce, ne doit plus être systématique. C’est ce que répètent encore une fois les spécialistes réunis à Chicago. Problèmes d’efficacité et de retentissement à moyen et long terme sur la qualité de vie. C’est une phrase qu’on n’aimerait jamais …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans asco13, cancer, chimiotherapie, dyspareunie, effets secondaires, oncotype dx, sein | Commentaires fermés sur Cancer/ASCO 13 : il y a besoin de moins de chimio et de plus d’attention dans le traitement du cancer du sein.au stade précoce.