Archives de catégorie : cancer colorectal

Ces cancers qui régressent spontanément

C’est un événement rarissime que rapportent des chirurgiens de Singapour dans un article publié en décembre 2017 dans l’International Journal of Surgery Case Reports : la régression spontanée d’un cancer du pancréas chez un homme de 77 ans. Un tel phénomène … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, cancer colorectal, CANCER DU COLON, cancer du pancréas, cancer métastatique, cancer pancréatique, Cancérologie, carcinome, cas clinique, chirurgie, disparition, Histoire de la médecine, immunothérapie, Infectiologie, involution, metastases, Oncologie, pancréas, régression, régression spontanée, sarcome, Tumeur, Wiliam Coley | Commentaires fermés sur Ces cancers qui régressent spontanément

Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Le dernier billet de Dominique Dupagne, le champion de la médecine participative (i.e. collaborative, i.e. de l’intelligence collective), dit, me semble-t-il, la médecine ICI d’une façon mandarinale ou plutôt dit le dépistage organisé du cancer colorectal par la pratique de la détection de sang fécal d’une façon curieuse (Je suis convaincu que les inconvénients de ce test pèsent peu face au bénéfice apporté aux patients.) alors qu’à mon sens il eût été beaucoup plus profitable pour tous qu’il prît l’exemple de CE dépistage pour donner la parole au citoyen (n’oublions pas le point fondamental : le dépistage concerne des gens non malades).

Alors que le narratif tient essentiellement à ceci : 
  1. J’ai été le grand gourou de la démolition du dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA, on ne peut donc pas m’accuser d’être partial et d’être un célébrant de l’Eglise de Dépistologie.
  2. La diminution de la mortalité globale n’est pas un critère intangible, il faut savoir déconstruire les vaches sacrées.
  3. A partir du moment où les effets indésirables du dépistage sont minimes ou quasiment nuls, tout est permis.
  4. Dépistons donc allègrement.
Comme il s’agissait d’un article « participatif » certains ont participé. D’autres, voyant que la participation n’entraînait aucun changement dans le texte, n’ont pas participé.
Voyons un peu ce qui aurait pu être précisé.

  1. Le problème du sur diagnostic n’est pas abordé mais il est rarement mentionné dans les essais cliniques, fussent-ils menés en théorie selon des protocoles validés : une des difficultés tient aussi au diagnostic d’adénome à haut risque pour lesquels l’histoire naturelle est incertaine. Peut-on parler de sur diagnostic pour un adénome dit à haut risque alors que l’on ne sait pas le nombre de ceux qui sont bénins (voir la note 9) ? Mais on peut lire ceci : « According to The Medical Letter, the new DNA stool test “detected 92% of cases of colorectal cancer in asymptomatic average-risk persons, but it detected less than half of advanced precancerous lesions and produced a substantial number of false-positive results.”« 
  2. La notion d’échec du test n’est pas mentionnée, ce qui est une donnée forte pour l’information des citoyens : « High-sensitivity gFOBT (Hemoccult SENSA; Beckman Coulter) has a sensitivity of 62% to 79% and a specificity of 87% to 96% for detecting colorectal cancer« . Mais les schémas de JB Blanc (cf. infra et son blog : ICI) pourront nous éclairer et les informations fournies par Jaddo et Hipparkhos également (LA).
  3. La notion de dépistage organisé et d’objectifs populationnels est absente, ce qui renvoit au dépistage individuel (les recommandations européennes indiquent qu’il faut obtenir 45 % de participation et les recommandations états-uniennes indiquent 60 %). Ainsi pourrait-on faire un parallèle avec ce que disent les urologues à propos du PSA : le dépistage organisé n’est pas à faire mais le dépistage individuel est indispensable.
  4. Les résultats sont présentés en chiffres relatifs (mortalité liée à la maladie) et non en chiffres absolus (mortalité globale), ce qui nous rappelle les grandes heures de la désinformation sur l' »efficacité » de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, par exemple. Rappelons que dans les grands essais de dépistage en cancérologie quand il existe une diminution concomitante de la mortalité globale et spécifique, c’est la mortalité globale qui diminue le plus, ce qui pose de sérieuses questions (LA) !
  5. La notion de groupes d’âge est absente alors qu’elle est fondamentale dans l’appréciation des résultats. Les chiffres (français) indiquent que la moyenne d’âge de survenue du CCR est de 72 ans chez l’homme et de 75 ans chez la femme et l’USPSTF américain précise : « Empirical data from randomized trials on outcomes of screening after age 74 years are scarce.« Il est évident que c’est un point capital dans le sens du dépistage puisque les cancers du colon sont « lents ». L’infographie de JB Blanc est éclairante.
  6. Le chapitre complication de la coloscopie est minimisé : « perforation (1/1 000 environ), hémorragie (1/1 000 environ), mortalité (1/10 000) » ce qui, pour une prévision optimale de 1 M de coloscopies par an représente donc respectivement 1000 perforations, 1000 hémorragies et 100 décès pour la France entière en un an (voir LA). Et nous ne parlons pas des effets cumulés sur le temps.
  7. La mortalité globale n’est pas réduite, voire augmentée : contrairement à ce qui est affirmé, ce n’est pas un essai qui l’affirme mais une revue de trois essais (ICI)
  8. Le chapitre prévention est absent or il appert que la prévention aurait plus d’efficacité que le dépistage. Mais cette notion d’efficacité est niée par l’auteur qui écrit « je considère que l’efficacité d’un dépistage est un élément peu important pour son évaluation !  » Quelques facteurs de risque : «  sédentarité, obésité, alcool, viande rouge, consommationde fibres alimentaires, tabac, et » Voir LA et ICI.
  9. Jaddo et Hipparkhos ont écrit un texte éclairant à propos surtout de l’ancien hemoccult qui répond en partie au point 2 : « Et effectivement, le test de recherche de sang est caractérisé par une faible sensibilité (inférieure à 50%) et une très faible valeur prédictive (inférieure à 10%), voir par exemple Bleiberg 2002 qui dénonçait à l’époque pour ces raisons l’usage de ce test. Cela signifie que seule une coloscopie de vérification sur dix confirme la présence d’un cancer, et la moitié des cancers ne sont pas détectés au dépistage.« La moitié des cancers ne sont pas diagnostiqués au dépistage. Comme le rappelait Siary dans les commentaires du billet de Dominique Dupagne le nouveau test (qui a été étalonné ad hoc) et ce que disent J et H : « et il est de manière standard pratiqué de façon à avoir deux fois plus de positifs que l’hemoccult, donc environ 5% de tests positifs au lieu de 2,5 % (ce taux est donc un choix de la part des promoteurs du test). Cela présente l’inconvénient de faire pratiquer deux fois plus de coloscopies, et donc d’engorger un peu les services concernés, et d’augmenter en proportion les effets indésirables. In fine, on a un peu moins de deux fois plus de diagnostics confirmés de cancer, avec des stades similaires : le test est donc plus sensible (par choix) mais moins spécifique (du fait ce choix de sensibilité). Un petit calcul montre qu’on peut s’attendre à un effet sur la mortalité globale sans doute moins bon qu’avec l’hemoccult, puisqu’on a plus augmenté les effets indésirables (y compris la mortalité pour autres causes) qu’on a diminué la mortalité spécifique…« 
  10. On peut désormais aborder le problème central : la décision partagée. L’accumulation de ces informations ne peut être expliquée de façon simple et courte lors d’une consultation (et ce d’autant plus que le patient nous tend souvent sa convocation au dépistage en fin de consultation et qu’il faut non seulement informer mais aussi expliquer comment ça fonctionne). Personnellement je fais revenir les gens.
  11. Petit point mais oh combien déterminant : dans le cancer du colon, et comme toujours en cancérologie, mais pas que, le résultat des courses est éminemmen opérateur dépendant (i.e. le chirurgien et, dans une moindre mesure le gastro-entérologue).
  12. Si vous relisez le texte de Dominique Dupagne vous remarquerez en outre que tous les éléments que je commente « y sont » mais qu’ils ne sont pas tous mis en valeur.

Pour finir, mais il faudrait un billet entier, la comparaison avec l’efficacité du frottis du col utérin comme geste de dépistage du cancer du col est assez peu crédible. Ce sujet est sensible. Je rapporte seulement cette phrase de Margaret McCartney : « Les femmes ont plus de chance d’avoir un test faux positif que d’avoir une espérance de vie prolongée. » dans « The patient paradox » (voir LA). N’oublions pas non plus deux choses à ce propos : le sur diagnostic et le sur traitement sont impressionnants (avec des conséquences majeures pour la femme : jadis l’hystérectomie était aussi banale que l’amydalegtomie, désormais le col est menacé).
CONCLUSION : 
Le billet de Dominique Dupagne est le contraire de la démarche participative, collaborative, intelligemment collective, et, en l’espèce, et d’ailleurs comme dans d’autres dépistages fussent-ils très discutés et discutables (prostate, sein), la décision doit revenir au CITOYEN informé. Et la pratique quotidienne de cet exercice est très difficile.

Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, citoyen, décision partagée, Dépistage, DUPAGNE DOMINIQUE | Commentaires fermés sur Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Le dernier billet de Dominique Dupagne, le champion de la médecine participative (i.e. collaborative, i.e. de l’intelligence collective), dit, me semble-t-il, la médecine ICI d’une façon mandarinale ou plutôt dit le dépistage organisé du cancer colorectal par la pratique de la détection de sang fécal d’une façon curieuse (Je suis convaincu que les inconvénients de ce test pèsent peu face au bénéfice apporté aux patients.) alors qu’à mon sens il eût été beaucoup plus profitable pour tous qu’il prît l’exemple de CE dépistage pour donner la parole au citoyen (n’oublions pas le point fondamental : le dépistage concerne des gens non malades).

Alors que le narratif tient essentiellement à ceci : 
  1. J’ai été le grand gourou de la démolition du dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA, on ne peut donc pas m’accuser d’être partial et d’être un célébrant de l’Eglise de Dépistologie.
  2. La diminution de la mortalité globale n’est pas un critère intangible, il faut savoir déconstruire les vaches sacrées.
  3. A partir du moment où les effets indésirables du dépistage sont minimes ou quasiment nuls, tout est permis.
  4. Dépistons donc allègrement.
Comme il s’agissait d’un article « participatif » certains ont participé. D’autres, voyant que la participation n’entraînait aucun changement dans le texte, n’ont pas participé.
Voyons un peu ce qui aurait pu être précisé.

  1. Le problème du sur diagnostic n’est pas abordé mais il est rarement mentionné dans les essais cliniques, fussent-ils menés en théorie selon des protocoles validés : une des difficultés tient aussi au diagnostic d’adénome à haut risque pour lesquels l’histoire naturelle est incertaine. Peut-on parler de sur diagnostic pour un adénome dit à haut risque alors que l’on ne sait pas le nombre de ceux qui sont bénins (voir la note 9) ? Mais on peut lire ceci : « According to The Medical Letter, the new DNA stool test “detected 92% of cases of colorectal cancer in asymptomatic average-risk persons, but it detected less than half of advanced precancerous lesions and produced a substantial number of false-positive results.”« 
  2. La notion d’échec du test n’est pas mentionnée, ce qui est une donnée forte pour l’information des citoyens : « High-sensitivity gFOBT (Hemoccult SENSA; Beckman Coulter) has a sensitivity of 62% to 79% and a specificity of 87% to 96% for detecting colorectal cancer« . Mais les schémas de JB Blanc (cf. infra et son blog : ICI) pourront nous éclairer et les informations fournies par Jaddo et Hipparkhos également (LA).
  3. La notion de dépistage organisé et d’objectifs populationnels est absente, ce qui renvoit au dépistage individuel (les recommandations européennes indiquent qu’il faut obtenir 45 % de participation et les recommandations états-uniennes indiquent 60 %). Ainsi pourrait-on faire un parallèle avec ce que disent les urologues à propos du PSA : le dépistage organisé n’est pas à faire mais le dépistage individuel est indispensable.
  4. Les résultats sont présentés en chiffres relatifs (mortalité liée à la maladie) et non en chiffres absolus (mortalité globale), ce qui nous rappelle les grandes heures de la désinformation sur l' »efficacité » de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, par exemple. Rappelons que dans les grands essais de dépistage en cancérologie quand il existe une diminution concomitante de la mortalité globale et spécifique, c’est la mortalité globale qui diminue le plus, ce qui pose de sérieuses questions (LA) !
  5. La notion de groupes d’âge est absente alors qu’elle est fondamentale dans l’appréciation des résultats. Les chiffres (français) indiquent que la moyenne d’âge de survenue du CCR est de 72 ans chez l’homme et de 75 ans chez la femme et l’USPSTF américain précise : « Empirical data from randomized trials on outcomes of screening after age 74 years are scarce.« Il est évident que c’est un point capital dans le sens du dépistage puisque les cancers du colon sont « lents ». L’infographie de JB Blanc est éclairante.
  6. Le chapitre complication de la coloscopie est minimisé : « perforation (1/1 000 environ), hémorragie (1/1 000 environ), mortalité (1/10 000) » ce qui, pour une prévision optimale de 1 M de coloscopies par an représente donc respectivement 1000 perforations, 1000 hémorragies et 100 décès pour la France entière en un an (voir LA). Et nous ne parlons pas des effets cumulés sur le temps.
  7. La mortalité globale n’est pas réduite, voire augmentée : contrairement à ce qui est affirmé, ce n’est pas un essai qui l’affirme mais une revue de trois essais (ICI)
  8. Le chapitre prévention est absent or il appert que la prévention aurait plus d’efficacité que le dépistage. Mais cette notion d’efficacité est niée par l’auteur qui écrit « je considère que l’efficacité d’un dépistage est un élément peu important pour son évaluation !  » Quelques facteurs de risque : «  sédentarité, obésité, alcool, viande rouge, consommationde fibres alimentaires, tabac, et » Voir LA et ICI.
  9. Jaddo et Hipparkhos ont écrit un texte éclairant à propos surtout de l’ancien hemoccult qui répond en partie au point 2 : « Et effectivement, le test de recherche de sang est caractérisé par une faible sensibilité (inférieure à 50%) et une très faible valeur prédictive (inférieure à 10%), voir par exemple Bleiberg 2002 qui dénonçait à l’époque pour ces raisons l’usage de ce test. Cela signifie que seule une coloscopie de vérification sur dix confirme la présence d’un cancer, et la moitié des cancers ne sont pas détectés au dépistage.« La moitié des cancers ne sont pas diagnostiqués au dépistage. Comme le rappelait Siary dans les commentaires du billet de Dominique Dupagne le nouveau test (qui a été étalonné ad hoc) et ce que disent J et H : « et il est de manière standard pratiqué de façon à avoir deux fois plus de positifs que l’hemoccult, donc environ 5% de tests positifs au lieu de 2,5 % (ce taux est donc un choix de la part des promoteurs du test). Cela présente l’inconvénient de faire pratiquer deux fois plus de coloscopies, et donc d’engorger un peu les services concernés, et d’augmenter en proportion les effets indésirables. In fine, on a un peu moins de deux fois plus de diagnostics confirmés de cancer, avec des stades similaires : le test est donc plus sensible (par choix) mais moins spécifique (du fait ce choix de sensibilité). Un petit calcul montre qu’on peut s’attendre à un effet sur la mortalité globale sans doute moins bon qu’avec l’hemoccult, puisqu’on a plus augmenté les effets indésirables (y compris la mortalité pour autres causes) qu’on a diminué la mortalité spécifique…« 
  10. On peut désormais aborder le problème central : la décision partagée. L’accumulation de ces informations ne peut être expliquée de façon simple et courte lors d’une consultation (et ce d’autant plus que le patient nous tend souvent sa convocation au dépistage en fin de consultation et qu’il faut non seulement informer mais aussi expliquer comment ça fonctionne). Personnellement je fais revenir les gens.
  11. Petit point mais oh combien déterminant : dans le cancer du colon, et comme toujours en cancérologie, mais pas que, le résultat des courses est éminemmen opérateur dépendant (i.e. le chirurgien et, dans une moindre mesure le gastro-entérologue).
  12. Si vous relisez le texte de Dominique Dupagne vous remarquerez en outre que tous les éléments que je commente « y sont » mais qu’ils ne sont pas tous mis en valeur.

Pour finir, mais il faudrait un billet entier, la comparaison avec l’efficacité du frottis du col utérin comme geste de dépistage du cancer du col est assez peu crédible. Ce sujet est sensible. Je rapporte seulement cette phrase de Margaret McCartney : « Les femmes ont plus de chance d’avoir un test faux positif que d’avoir une espérance de vie prolongée. » dans « The patient paradox » (voir LA). N’oublions pas non plus deux choses à ce propos : le sur diagnostic et le sur traitement sont impressionnants (avec des conséquences majeures pour la femme : jadis l’hystérectomie était aussi banale que l’amydalegtomie, désormais le col est menacé).
CONCLUSION : 
Le billet de Dominique Dupagne est le contraire de la démarche participative, collaborative, intelligemment collective, et, en l’espèce, et d’ailleurs comme dans d’autres dépistages fussent-ils très discutés et discutables (prostate, sein), la décision doit revenir au CITOYEN informé. Et la pratique quotidienne de cet exercice est très difficile.

Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, citoyen, décision partagée, Dépistage, DUPAGNE DOMINIQUE | Commentaires fermés sur Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Connaissez vos risques

Et ne vous laissez plus enfumer par les statistiques de santé mensongères Dans un petit opus en anglais  Know your chances (pdf gratuit) Woloshin, Schwartz et Welch décryptent les pièges des statistiques médicales afin d’aider les patients à mieux maîtriser … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, choix éclairé, décision partagée, Prise de décision partagée, risque, statistiques médicales | Commentaires fermés sur Connaissez vos risques

Un choix « éclairé » pour le dépistage du cancer colorectal ?

Cher Prescrire, J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton papier “Cancer colorectal : test immunologique disponible en France” dans le numéro de septembre 2015. J’ai bien apprécié ton dernier paragraphe avec lequel je suis tout à fait d’accord : “Les informations … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, choix éclairé, Dépistage, Prise de décision partagée | Commentaires fermés sur Un choix « éclairé » pour le dépistage du cancer colorectal ?