Archives de catégorie : burn-out

Résolution 2019

En cette fin 2018, je peux dire deux choses. J’aime toujours mon boulot. Mais je ne suis pas sûre de pouvoir continuer à le faire. Je l’aime toujours parce que la MG me passionne. Que c’est compliqué mais tellement stimulant, … … Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CONSULTATIONS, le changement c'est maintenant, organisation du cabinet, ras-le-bol, résolutions, Système de santé | Commentaires fermés sur Résolution 2019

Harcèlement au travail et/ou burn-out sociétal.

Les cabinets de médecine générale sont désormais remplis de patients consultant pour harcèlement au travail (appelé aussi harcèlement moral : LA) et plus rarement pour burn-out (et, exceptionnellement pour syndrome d’épuisement professionnel, ce qui est la traduction française de l’expression anglaise : ICI).

Un rapport présenté récemment à l’Assemblée nationale propose, selon le journal Le Monde (ICI), « quelques pistes timides pour faciliter la reconnaissance de l’épuisement au travail en tant que maladie professionnelle ».

Une nouvelle entité clinique est apparue. Est)ce une maladie professionnelle ou une maladie systémique ?

Jean-Pierre Dupuy, polytechnicien, remarquable épistémologue des sciences et philosophe, et qui côtoya à la fois Ivan Illich et René Girard, parlait de patients « faisant grève de la société » (In : La marque du sacré, 2010, Champs essais).

Nous y sommes.

Et les histoires entendues se répètent à l’infini tant l’organisation des entreprises (privées et d’Etat) immergées elles-mêmes dans un contexte économique difficile (j’enfile les truismes avec application) est peu favorable à l’épanouissement personnel.

Ce qui m’étonne toujours, et ce qui est peu souvent rapporté, c’est la façon stéréotypée dont les patients expriment leur ressenti à tel point qu’il faut se poser des questions sur ce mimétisme symptomatique (nous n’avons pas le temps ici de parler de maladies construites sur des symptômes et qui ont disparu de la surface de la médecine). On dirait que les citoyens/salariés ont appris leur leçon avnt d’entrer dans le cabinet de consultation. On dirait qu’il s’agit d’éléments de langage. Au delà des particularités individuelles qu’il n’est pas possible de nier et qui sont évidentes lors de l’interrogatoire, il existe une ligne de souffrance, un vocabulaire (différent selon le niveau d’éducation), des gestes, des mimiques, des pleurs, qui confèrent une unité sociétale à cette pathologie.

La littérature psychiatrico-psycho-analytique/non analytique est foisonnante et chaque chapelle, comme d’habitude, tire la couverture à soi.

Les sites sont également nombreux. Il n’est pas inintéressant de constater que la souffrance au travail est aussi devenu un marché idéologique avec une base constituée par les psychiatres/psychologues du travail dont l’initiatrice est Marie-France Hirigoyen (LA). Au ressenti stéréotypé correspondent des réponses stéréotypées qui sont autant de constructions du réel supposé. Sans références nettes au capitalisme. Car les commentateurs du harcèlement comme du burn-out oublient que le système est vicié à l’origine ou plutôt sont persuadés qu’il s’agit d’un horizon indépassable.

Quelques définitions :

Le burn-out par wikipedia donne ceci :
Le burn-out peut être regardé comme une pathologie de civilisation, c’est-à-dire un trouble miroir qui reflète certains aspects sombres de l’organisation sociale contemporaine, notamment le culte de la performance et de l’urgence, la concurrence exacerbée ou encore la généralisation des méthodes d’évaluation

Pour le  harcèlement moral au travail sur un site officiel (ICI) :
Le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés : remarques désobligeantes, intimidations, insultes…
Ces agissements ont pour effet une forte dégradation des conditions de travail de la victime qui risque de :
porter atteinte à ses droits et à sa dignité,
ou d’altérer sa santé physique ou mentale,
ou de compromettre son avenir professionnel.
Si vous êtes victime de harcèlement moral, vous êtes protégé que vous soyez salarié, stagiaire ou apprenti.
Ces agissements sont interdits, même en l’absence de lien hiérarchique avec l’auteur des faits.

Les experts vous diront, je les entends déjà, qu’il s’agit de faits différents. Sans doute.

Il faut aller chercher ailleurs.

Dominique Dupagne me signale sur tweeter il y a quelques jours une chronique radiophonique (La Tête au Carré : LA) parlant du burn out parental. J’écris ceci : « C’est la même logique manageriale : la décence commune est remplacée par les injonctions hétéronormes expertales. »

2 réponses0 Retweet1 j’aim
1 réponse0 Retweet1 j’aime

Dupagne répond à quelqu’un qui trouvait ma réponse absconce. « Si, c’est logique : la petite entreprise parentale est détruite par des injonctions stupides, intériorisées et aliénantes. »

Dominique Dupagne a écrit un ouvrage remarquable sur la logique entrepreneuriale de notre modernité : La revanche du rameur, 2012, Michel Laffon. Mais il n’a pas parlé que de l’anthropologie du mal ou plutôt de l’éthologie du mal, il n’a pas parlé du contexte social qui est celui du capitalisme, cet horizon indépassable dont j’ai déjà parlé, comme si, le 13 juillet 1789, on avait discouru sur l’immanence de la monarchie de droit divin et de l’impossibilité d’y échapper en France. Bon, je ne vais pas ajouter, Marx et Engels bien entendu (cela ne fait pas bien de les citer), Freud, Ivan Illich, René Girard et quelques autres pour dire qu’il est tout à fait possible de faire le lien entre l’entreprise et la famille qui, justement, n’est pas une entreprise, mais surtout l’Etat qui est encore moins une entreprise, dans le contexte du système capitaliste.


Le burn-out familial :

L’organisation a sociale a dépossédé la famille de ses rôles régaliens autonomes : élever ses enfants, les nourrir, les punir, les encenser, les aider, les aimer.
La famille est en observation : le sens commun autonome (dont il est hors de question de faire l’éloge absolu) est battu en brèche par l’expertise hétéronome des experts qui disent la famille tout en n’ayant de cesse de la déconstruire.
Acrobaties idéologiques qui ne peuvent que rendre les familles folles.
Des livres entiers ont été consacrés à cette division de la pensée.

Je voudrais citer Geoffrey Gorer qui écrivait en 1948 dans The American People: A study in National Character cité par Christopher Lash in La Culture du narcissisme, 1979 : « Il s’est créé un idéal du parent parfait, tandis que les parents réels perdaient confiance dans leurs aptitudes à accomplir les tâches les plus simples attachées au soin et à l’éducation de leur progéniture. »

Rappelons aussi, car ce n’est pas anodin, ces chiffres d’une crudité incroyable : 19 000 enfants sont victimes de maltraitance, 78 000 se trouvent dans des conditions à risque et 600 à 700 décès sont attribuables à de mauvais traitements infligés par les parents (voir LA). Bien plus : en 2014, 290 000 mineurs étaient pris en charge par la protection de l’enfance, soit 1,98 % des moins de 18 ans (voir ICI). Voir aussi un article récent sur le rôle des placements : LA.

Il est donc impératif que les services sociaux, la justice interviennent. C’est le rôle de l’Etat. Et c’est son devoir.

Ce qui est moins rassurant c’est quand les normes s’appliquent au « normal » et fixent des règles dans la règle. Car en ce cas il s’agit, comme on l’a vu, d’une dépossession de la famille, d’une délégation des tâches et d’un transfert des fonctions.

Les experts savent donc, et pas seulement les médecins et les professionnels de santé, comment les femmes doivent accoucher (et même comme elles doivent faire les enfants) et comment les maris (pardon si le terme paraît si vieux jeu) doivent se comporter avant, pendant et après, ils savent aussi comment il faut allaiter, donner le biberon, coucher les nourrissons (même si la dernière fois qu’ils se sont trompés des milliers d’enfants en sont morts, rien qu’en France), je ne continue pas mais, si vous ne le saviez pas, les experts précisent aussi quand il est possible de faire l’amour avant un accouchement, comment procéder pour l’endormissement des nourrissons, des enfants, des adolescents, et cetera, pour le réveil, l’arrivée à la crèche, à la maternelle… et ils n’oublient pas de préciser que l’utilisation des tablettes, des ordinateurs et autres smartphones est un formidable progrès qui va réduire la fracture numérique (mais pas la fracture sociale, idiots).

Les experts conseillent et d’autres, voire les mêmes, n’ont de cesse que de critiquer la famille hétéro-patriarcale alors qu’il est connu que ce sont les familles monoparentales qui sont les plus fragiles.

Quant aux conservateurs, pas tous, ils prônent le travail le dimanche pour des raisons économiques (augmenter le chiffre d’affaire) alors que c’est un des facteurs décisifs de la destructuration de la famille.

Mais revenons au propos initial.

Le lien entre le harcèlement au travail (et le burn-out) et le burn-out familial (et le harcèlement) est le suivant : des experts fixent des normes qui sont à la fois énoncées comme du bon sens pratique et de la morale courante, mais des normes inatteignables qui ne peuvent être atteintes car elles n’ont pas pour but d’être opérationnelles mais pour objet de rendre culpabilisantes toutes les tentatives avortées d’y parvenir, ce qui rend les travailleurs ou les parents coupables et anxieux de ne pas y arriver.

Dans l’entreprise il est beaucoup plus clair d’y voir clair. Le managériat des salariés, et on constate  que ce ne sont pas que les manoeuvres ou les professions non intellectuelles qui en sont victimes (bien que ces salariés soient victimes d’une quadruple pleine : exploitation, déshumanisation, bas salaires, manque de reconnaissance sociale) consiste, au nom de principes de rentabilité économique cachés sous le masque de l’organisation rationnelle du travail, à abrutir les gens, à les atomiser (au double sens de les détruire et de les isoler pour couper toute tentative d’autonomie que l’on pourrait traduire par camaraderie, amitié, empathie, voire syndicalisation), à rendre leur travail incompréhensible, à ne cesser de leur demander des comptes, à les réguler, à les juger, à les dresser les uns contre les autres.

Dans la famille les parents n’y arrivent plus ou se résignent au burn-out, et il est symptomatique que ce soient les femmes qui trinquent le plus. Car si les femmes étaient traditionnellement chargées de l’élevage et de l’éducation des enfants, elles ont en plus la nécessité expertale de réussir leur vie professionnelle, pour s’accomplir, certes, mais en entendant dire que s’occuper des enfants, leur parler, aller les chercher à l’école ou les aider à faire leurs devoirs pour les familles les plus éduquées, est ennuyeux, barbant, insuffisant, voire dégradant, et on les somme, l’image de la femme d’affaire accomplie, à tout réussir, à prouver à tous, maris, enfants, famille, belle-famille, voisins, collègues, ssupérieurs hiérarchiques, à être des femmes parfaitse,  des héroïnes stakhanovistes de romans à l’eau de rose, et, n’y arrivant plus, comment voudriez-vous qu’elles y arrivent sans sacrifier quelque chose ?, elles compensent en étouffant les enfants de sollicitude et de prothèses externes, les nounous, le para scolaire, les cours de soutien, l’inscription au tennis ou aux cours de flûte à bec, parfois au prix de la disparition de leurs sentiments spontanés (on leur a supprimé l’instinct maternel) ou… de leur vie sexuelle.

Quant aux hommes, ils feignent de s’adapter à la situation en tentant de garder leurs privilèges ou en faisant semblant d’y renoncer, et, tant dans l’entreprise que dans la famille ils sont dépossédés de leurs oripeaux merveilleux, tout en gardant le pouvoir et vivent, mais il faudrait développer plus amplement un paternalisme sans père.

Et les médecins, dans tout cela ?

Comment intervenir quand un patient parle de harcèlement au travail.

Ce sera pour une prochaine fois.

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, HARCELEMENT AU TRAVAIL, paternalisme | Commentaires fermés sur Harcèlement au travail et/ou burn-out sociétal.

Le burn-out est-il une maladie professionnelle ?

Le burn-out est une entité complexe : il correspond à un état de détresse psychologique lié à l’impossibilité à faire face à un facteur professionnel stressant chronique. L’Académie nationale de médecine a publié un rapport début 2016 dans lequel elle […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, burn-out, CRRMP, détresse psychologique, featured, maladie professionnelle, Souffrance au travail | Commentaires fermés sur Le burn-out est-il une maladie professionnelle ?

Droit de réponse.

A la suite de mon dernier billet (ICI) j’ai reçu quelques messages gratinés sur mon indécence à parler des médecins burnoutés qui se livrent sur le net, de l’ironie dont j’aurais fait preuve à l’égard de ces médecins qui travaillent 80 heures par semaine et dont 80 % de leurs revenus sont des charges, de mon manque d’empathie et, allons-y, de ma dégueulasserie. 
J’ai le cuir dur.
Je voulais préciser à ces moralistes  que dans le Mantois, là où je travaille depuis le 5 septembre 1979, il existe des relations, non pas seulement confraternelles mais amicales entre les médecins et  les différents membres des professions de santé.
Depuis les années 70 il existe une tontine de médecins (les statuts ne permettaient pas d’intégrer d’autres professions de santé), généralistes et spécialistes, qui permet aux médecins malades de toucher des indemnités en attendant le versement de celles de la CARMF qui commencent comme chacun le sait au quatre-vingt dixième jour. Les sommes reçues par les confrères en arrêt sont non imposables.
Cette tontine fonctionne très bien depuis ces années et mon associée en est la présidente (je suis accessoirement le vice-président depuis peu de temps).
Il existe au Val Fourré depuis 2001 (vague d’agression contre les professionnels de santé) l’Association des Professionnels de Santé du Val Fourré (APSVS) qui réunit, par ordre alphabétique de professions, des biologistes, des médecins généralistes et/ ou spécialistes, des infirmières et des infirmiers, des kinésithérapeutes, des orthophonistes, des pharmaciens…
Notre dernière réunion a eu lieu il y a un mois et son objet était, outre de présenter de nouveaux arrivants et de remercier deux de nos collègues partant en retraite de façon définitive, de parler du tiers payant dans les différentes professions.
(Je suis par ailleurs membre du bureau de cette association)
Dans le Mantois nous avons aussi des représentants syndicaux actifs, ce sont des membres de MGFrance, désolé pour les autres mais le département des yvelines est riche d’autres syndicalistes adhérents aux autres syndicats, des membres qui sont présents lorsqu’il y a des conflits avec la CPAM, par exemple. J’ajoute, pour les corporatistes, que nous, médecins, avons soutenu les infirmiers et infirmières quand ils ou elles ont été confrontés à des médecins voyous de notre territoire, mais, en ce cas le Conseil de l’Ordre a été plus corporatiste que les corporatistes.
Donc : critiquez-moi, emmerdez-moi, mais regardez vous devant la glace en livrant des médecins déjà burnoutés aux regards forcément non neutres de la toile. Aidez-les au lieu de les vitrinifier. Agissez localement.
Bonjour chez vous.
(et merci aux professionnels de santé du Val Fourré et aux collègues du Mantois qui nous ont permis à tous de tenir en zone sensible et de nous y investir, de nous entraider quand le moral était vacillant ou quand des conditions extra professionnelles venaient perturber notre exercice, et cetera. Cette cohésion, qui n’a pas toujours été parfaite, qui n’est pas parfaite puisque certains ne veulent pas venir avec nous et parce que nous n’avons pas envie que certains nous rejoignent, est une cohésion locale, au ras des pâquerettes, loin des discours triomphants, du tous les jours et il n’est pas de jour où nous ne nous appelions pour régler des problèmes particuliers. C’est ce qu’on appelle, ailleurs, la common decency)

Continuer la lecture

Publié dans APSVF, burn-out, COMMON DECENCY, DROIT DE REPONSE | Commentaires fermés sur Droit de réponse.

Les médecins victimes : pourquoi l’UFML les donne-t-elle en exemple ?


Dans la mesure où la protestation en reste au niveau d’une provocation hystérique adressée au maître, sans programme positif permettant de substituter un nouvel ordre à l’ancien, elle fonctionne effectivement comme un appel (désavoué bien sûr) à un nouveau maître.
Slavoj Zizek, 2012

La vision apocalyptique de la situation des médecins libéraux français que nous décrit l’UFML au travers des témoignages lus sur son site ou proposés à l’examen est à mon avis, au delà des histoires de chasse, assez éloignée de la réalité vécue sur le terrain. J’ajoute que j’exerce en zone dite sensible, le fameux Val Fourré, où les médecins (et tous les professionnels de santé d’ailleurs) cumulent les contraintes diverses et variées des différentes professions qu’ils exercent avec, en sus, la précarité, le chômage, la misère,  l’exil, l’ignorance hygiénique, le sexisme, et cetera, mais il n’en est pas moins vrai que ces témoignages rendent compte du désarroi des médecins en général qui sont confrontés comme tous les Français quelle que soit leur quotidien et comme tous les médecins européens quels que soient les systèmes de santé, à un monde qui est en train de changer à la vitesse grand V.

Ces témoignages ne doivent pas être cachés, comment pourraient-ils l’être ?, mais est-il judicieux de les mettre en avant au risque de dévaloriser encore plus la profession en montrant des professionnels dépassés par une tâche présentée comme inhumaine et impossible à gérer ? Est-il convenable de leur laisser dire atant de sottises sur leur métier que les politiques et autres en disent sur le même métier ?

Pourquoi ne pas parler des médecins, et ils sont nombreux, qui aiment leur métier, qui y trouvent du plaisir, qui tentent de le pratiquer avec compétence malgré les difficultés accumulées, qui se forment, qui sont au courant, qui ont une vision distanciée de leur vie professionnelle, qui ne sont ni des gourous ni des paternalistes, ni des épiciers ni des suiveurs ?

L’UFML joue les pleureuses professionnelles. Mais nous n’avons plus besoin de pleurs. Nous avons besoins de propositions qui nous valorisent et qui ne nous fassent pas passer pour des esclaves de la société.

Je suis moi-même un médecin généraliste libéral et je ne suis pas une victime, je ne pense pas l’avoir été depuis que je me suis installé le 5 septembre 1979, je travaille environ 45 heures par semaine, j’écris, j’écoute de la musique, je ne fais pas de gardes, je lis, je regarde des séries plus qu’il ne le faudrait, j’ai environ neuf semaines de vacances par an et je ne meurs pas de faim. Pas plus que mes enfants.

L’UFML qui a toujours raison et qui ne se trompe jamais a annoncé avant les autres (même ce qui est arrivé avant novembre 2012 l’année de sa fondation) et avec clairvoyance ce qui est en train de se passer aujourd’hui : départ massif des libéraux à l’étranger, déconventionnement des praticiens, grève ininterrompue de la télétransmission, et cetera.

Mais la vision qu’ils veulent nous donner du praticien libéral est assez curieuse. J’aurais aimé qu’au contraire l’UFML ensençât notre métier, en fît un exemple, en soulignât les beautés et aussi les insuffisances. Mais non, la voix choisie est celle du misérabilisme, de l’esclavage, de la non faculté des praticiens à réagir contre l’adversité, de leur désir d’être des moutons acculés dans une bergerie avec des loups affamés de sang prêts à les dévorer.

Trois exemples de ce discours misérabiliste et victimaire mais il en est d’autres tout aussi poignants.

Quatre-vingts heures de travail par semaine !

Le 26 juin 2015, le docteur Charles Cousina de Lyon, publie ICI un courrier sur le site de l’UFML,  annoncé par une manchette digne de Voici ou de Closer, Témoignage d’un médecin, bouleversant, dont le sous titre est « Chers frères d’armes du public », nous sommes sans doute en guerre. Ce médecin généraliste qui vient de cosigner des articles avec Christian Lehmann, voir LA pour les commentaires et ICI pour les originaux, nous raconte son histoire de malade pour nous montrer que l’hôpital public, c’est le mal, et que la seule responsabilité de cet état de fait vient des autres, la méchante administration, les méchants non médecins, et cetera, les assureurs, les administrateurs de la CPAM et l’ARS.

Cette histoire pourrait être touchante si elle ne montrait pas, non le dysfonctionnement de l’hôpital public mais le dysfonctionnement du système de santé. Le bon docteur Cousina, si jeune, si frais émoulu de l’université, qui n’est pas parti de l’hôpital public parce que le traitement fait aux patients était inhumain, non, parce que « du fait de sa sur-administration, de l’exploitation non reconnue de l’interne que j’étais et du temps médical qui diminuait chaque année au profit de l’étude des statistiques d’activité et durée de séjour, de la mise en place de protocoles dictés par les tutelles et de l’informatisation qui, en plus d’être chronophage, virtualise la relation soignant-patient. » Pauvre petit coeur.

Parce qu’en lisant son récit je crois qu’il a eu beaucoup de chance d’avoir été pris en charge de la sorte. Et qu’il eût été dans le privé que cela n’aurait pas été mieux.

Mais voici ce qu’il nous dit de sa conception de la médecine, je cite, « ambulatoire », car la médecine générale, nouvelle définition, c’est de l’ambulatoire, à l’hôpital c’est quoi ?, ou plutôt de sa façon de la pratiquer  : » j’ai été victime, il y a quelques mois, à trente et quelques années, d’un accident vasculaire cérébral, à la suite d’une énième semaine de 80 heures de travail et 50 heures de sommeil (et un peu de tabac…). Tout ça pour ça !

En découvrant son rythme de travail forcené on est partagés entre le scepticisme et la condescendance.

L’UFML devrait lui payer un stage chez Peter Drucker ou des séances avec un psychométricien, comment acheter un onglet ou un camembert bien fait en emmenant ses charmantes petites filles…

Le bon docteur Charles Cousina nous raconte la belle histoire du médecin naïf, « les Français savent ce que nous leur garantissons, par la personnalisation de nos soins à chaque patient, et l’indépendance de nos prescriptions vis-à-vis des assureurs, des ARS et autres directeurs de CPAM. » qui résiste aux sirènes du non soin et du fric. C’est amusant comme le bon docteur « oublie » les responsabilités des médecins, des médecins qui prescrivent en toute indépendance de l’industrie pharmaceutique, en toute indépendance  du mandarinat, en toute indépendance des experts médiatisés sponsorisés, des agences gouvernementales corrompues, et cetera. C’est pas moi c’est les autres, le leitmotiv des cours de récréation, le degré ultime des discours politiciens et corporatistes. Il va même jusqu’à incriminer l’informatisation : les dysfonctionnements de l’hôpital sont dus à l’informatique !

Merci docteur Cousina pour ce témoignage qui permettra aux futurs IMG de penser que tous les médecins généralistes sont comme cela et qu’il n’est donc pas nécessaire de s’installer… 


Un secteur 2 en panique.



Le 17 juin 2015, le docteur Artault explique en son site (ICI), pourquoi il ferme son cabinet secteur 2 de Saint-Germain en Laye, et sa lettre nous a été signalée par un membre de l’UFML. Ce courrier est truffé d’erreurs, de mensonges, d’omissions, de contre-vérités, mais il dit aussi des choses que chacun constate dans son exercice, cela fait quand même 20 ans qu’il exerce, des choses que nous déplorons, c’est cela, c’est le ton de la déploration, mais il y a des pépites… Des pépites tellement nombreuses que je ne voudrais pas lasser les lecteurs.

« J’ai 58 ans, loin de l’âge de retraite en tant que médecin libéral (68 ans) » Il me semble que ce n’est pas la règle générale.
« catastrophe financière et organisationnelle du cabinet libéral » : on y apprend entre autres que c’est lui qui fait « son ménage« 
Augmentation exponentielle des savoirs. Le bon docteur Artault voudrait, pêle-mêle, « un annuaire général de toutes les ressources« , « un moteur de recherche réel » pour les correspondants (un appel à Dominique Dupagne, sans doute), « Nous pourrions prendre exemple sur Pubmed » qu’il ne doit pas interroger souvent (il devrait lire un peu plus Philippe Eveillard), et il donne sa conception éclairée de la médecine générale « A quoi bon faire un bon diagnostic si je n’ai pas l’aide spécialisée pour traiter mon patient » (il devrait lire Des Spence et Margareth McCartney) et sa déception sur le traitement de l’autisme.

Il dénonce aussi à juste titre « les règlementations restrictives de la Haute Autorité de Santé« , « le discours fallacieux de notre Ordre obsolète« , le fait de ne pouvoir plus prescrire certains médicaments, il se plaint de la « modification des rapports entre généralistes et spécialistes« ,

de l' »augmentation considérable du rôle socio-administratif (arrêts de travails, déclarations d’accidents, certificats d’aptitudes, dossiers de prise en charge en tout genre) Le généraliste est devenu un agent d’assurance. » Il préfèrerait que ce soient les autres professionnels de santé qui le fassent ?
« Perte du statut du médecin libéral » et il cite cet exemple : »nous sommes devenus des médecins-livreurs-de-pizzas « Passez à la maison parce que le petit a mal à l’oreille, mais pas avant la fin du match de foot donc après 22h30 » » N’existe-t-il pas un livre qui s’appelle « L’art de dire non. » ?
Enfin, ou presque, il constate justement que « La société est devenue consumériste médicale.  » mais pour déplorer non cet état de fait (à vrai dire je ne sais pas trop comment on va pouvoir faire autrement) mais « que les honoraires n’ont pas suivi« .
Mais là, on touche au coeur de la pensée de ce praticien. Il écrit de façon péremptoire : « Les jeunes médecins sont passés d’une culture humaniste à une culture humanitaire. » Je vous laisse lire le pavé, un peu confusionniste, mais, et, enfin il s’adresse à moi, le médecin du Val Fourré, « Il accepte une rémunération ridicule parce que l’organisation sociale ne veut pas payer l’acte qui n’est d’ailleurs pas vraiment médical. Comme il doit faire rouler sa petite entreprise, il ne dépassera pas 10 minutes, multipliera les actes de CMU réalisant des actes inutiles et virtuels sur les enfants et autres membres présents sur la carte vitale. Mais que peut faire un médecin de quartier défavorisé ?. Remplir encore d’autres dossiers d’aides compliquées, alambiquées pour des patients rejetés par l’organisation sociale. Est-ce utile, oui certes, est-ce un acte médical ? NON !  » J’ai donc droit à un enterrement de première classe.
Puis notre collègue fait des propositions, arrêt de travail commençant au septième jour, on voit l’humanitaire, critique du freudisme, et cetera. Je suis épuisé.

Quatorze heures de travail par jour !

La lettre ouverte du docteur Zbar au Président de la République est publiée par le site UFML le 22 novembre 2014  (LA).
Il y va fort, le docteur Zbar (39 ans) : « Mes journées de travail interminables de près de 14 h passées à mon bureau, ne me permettent jamais de voir mes deux enfants au-delà du temps précipité que je passe le matin à les habiller et les déposer à l’école.
J’aperçois parfois mon épouse le soir quand elle a eu le courage de « m’attendre » ; puis je continue de travailler au moins 2 h le soir et de nombreuses heures encore chaque dimanche pour réaliser les tâches administratives asphyxiantes liées à mon exercice et pour répondre aux sollicitations incessantes de ma clientèle.
« 
Et le reste est à l’avenant. Je crois qu’il faut lui envoyer une cellule psychologique.
Ceci : « Cette clientèle porte bien son nom de « patientèle », car pour faire face à la pénurie effrayante de professionnels dans mon secteur d’activité, elle doit attendre près de trois semaines pour obtenir un RDV avec moi, lorsque la situation n’est pas urgente.« 
Il a aussi besoin d’un comptable quand il écrit que les prélèvements sont « actuellement à hauteur de plus de 80 % de ce chiffre d’affaires.« 
Et d’un assureur puisqu’il n’a pas de prévoyance et ne sera payé qu’au bout de 90 jours d’arrêt de maladie.

La peinture qu’il fit de lui-même aurait pu lui permettre de figurer dans un roman de Charles Dickens ou d’Hector Malot.
Franchement je plains notre collègue car il y a longtemps que j’aurais mis la clé sous la porte.

Ce discours misérabiliste et victimaire est en réalité une stratégie de diversion.

Une stratégie pour exonérer les médecins de toutes responsabilité dans ce qui leur arrive. Ils seraient victimes d’un complot dont le bon peuple sait dessiner intuitivement les contours : les médecins sont des naïfs bien formés par une Faculté de médecine, certes critiquable, mais valeureuse, les médecins, dont 60 % nous dit-on reçoivent la visite médicale, et dont nombre, surtout des universitaires mais aussi des privés, participent à des essais bidons sur le dos des malades, se font payer des voyages dans des congrès dont ils ne comprennent même pas la langue, les médecins sont des naïfs qui ne respectent ni les recommandations, ni les intimidations, des naïfs qui ne prescrivent pas trop, des naïfs qui sont économes des examens complémentaires inutiles, qui exercent leur sagacité critique au quotidien et qui, voir cette étonnante video (LA) où l’UFML nous apprend que les médecins preux et valeureux appliquent l’EBM, donc il faut disculper les médecins de toute faute, ce ne sont pas eux mais les autres, les politiques qui ont été élus, les syndicats qui ont été élus, qui ont entraîné la profession dans le marasme.
Une stratégie nationaliste également qui oscille entre la revendication de la médecine la meilleure du monde (mais qui ne le sera plus bientôt si ça continue comme cela) et la médecine la moins payée du monde (civilisé), ce qui explique cela et ceci.
Une stratégie de diversion pour que, par confraternité, on ne se critique pas, on ne fasse pas avancer les choses, on ne discute pas de sur diagnostics, de sur traitements, de campagnes de prévention à la mords-moi-le-noeud, des passe-droits, des recommandations puantes, des agences putréfiées, du Conseil de l’Ordre qui défend les riches et les puissants, et cetera.
Ne vous laissez pas prendre à ce discours. Il y a des médecins qui surmontent, qui travaillent, qui réfléchissent, qui ne paient pas 80 % de charges (mais s’il s’agit d’une critique du système fiscal, il est possible de discuter), qui ne travaillent pas 14 heures par jour, qui ne dorment pas 50 heures par semaine, il y a des médecins responsables qui ne demandent pas la consultation à 50 euro, il y a des médecins libéraux qui sont prêts à envisager autre chose que le paiement à l’acte, et cetera.

La lecture de blogs de consoeurs et de confrères est au contraire enrichissante et illustre ces médecins libéraux, non pas valeureux, mais conscients, à la fois proches et distants de leurs malades et de leurs activités. Elle est fortement recommandée.

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CELLULE PSYCHOLOGIQUE, MEDECINE VICTIMAIRE, UFML | Commentaires fermés sur Les médecins victimes : pourquoi l’UFML les donne-t-elle en exemple ?

Lettre à l’expert visiteur

Cher confrère, Permets moi de t’écrire un petit mot ici pour te dire ce que je n’ai pas pu pendant cette semaine que nous avons passée ensemble. Ce n’est pas l’envie qui m’en a manqué, mais comme tu as su me le faire remarquer, en tant que président de CME, je me dois de montrer […] Continuer la lecture

Publié dans Au bonheur des obsessionnels, burn-out, Certification, CME, Hôpital | Commentaires fermés sur Lettre à l’expert visiteur

Quand l’enseignant disjoncte, vive Vénus.

XKCD au sommet en ce premier mai, il faut aller sur le site pour voir la petite phrase cachée qui est encore plus géniale que le cartoon. Parfois, quand je vois le regard endormi des étudiants ou leur activité smartphonnienne, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans blog, burn-out, vénus, xkcd | Commentaires fermés sur Quand l’enseignant disjoncte, vive Vénus.

L’HOMME QUI TOMBE À PIC

 
C’est l’histoire d’un bambino âgé de moins d’un an ayant présenté durant l’automne une toux fébrile avec rhinorrhée et gêne respiratoire. Le diagnostic de bronchiolite a été établi par un médecin généraliste A, médecin traitant de la famille. Il s’agissait du premier épisode, bien toléré. Le médecin A a conseillé des lavages de nez, prescrit du paracétamol et de la kiné.
 
 
En début d’hiver, Bambino a présenté une nouvelle fois une symptomatologie similaire. Le médecin A a été consulté. Le même diagnostic a été établi, bronchiolite, deuxième épisode. La même prise en charge en a découlé.
 
Et apparemment rebelote. Sans que j’en connaisse le délai par rapport au second épisode, Bambino a été vu pour le même motif mais cette fois-ci par un autre médecin généraliste, le médecin B.
 
Le médecin généraliste A n’était peut-être pas disponible. Ou pire, c’était sa demi-journée off dont il profitait à donf avant de l’utiliser dans les années à venir pour vérifier le bon versement de ses tiers-payants, ce nanti fainéant déserteur de campagne et de banlieue pas assez compétent pour être spécialiste bien qu’on le veuille partout, tout le temps et tout de suite et qu’à cause de lui les urgences comme le trou de la sécu explosent. Vermine ! Supprimez-les et tout ira mieux ! (Merci de ne pas lire ces lignes au premier degré).
 
Les parents ont peut-être souhaité prendre un autre avis. Voir son enfant tousser et respirer bruyamment, c’est angoissant, ça se comprend.
 
Face à l’impossibilité de faire garder leur enfant malade, à la pression du travail, et/ou des professionnels de la crèche accueillant Bambino, ou encore sur les conseils avisés de la voisine, d’un collègue, de la belle-mère, etc… ils ont peut-être trouvé que la prise en charge de leur médecin traitant A était un peu light, surtout que ça revient, ou que ça dure ? Question : ça revient ou ça dure ? C’est important car c’est peut-être le second épisode de bronchiolite qui dure un peu plus que prévu.
 
Mais c’est peut-être bel et bien un nouvel épisode de bronchiolite, donc le troisième.
 
Le médecin généraliste B a considéré qu’il s’agissait d’un troisième épisode de bronchiolite. Il a donc évoqué un asthme du nourrisson, prescrit un traitement dans ce sens, une radio pulmonaire, puis orienté chez un pneumo pédiatre.
 
Il ne s’agit surtout pas ici de critiquer l’attitude des parents de Bambino, ni de remettre en cause ce que médecins A et B ont fait ou n’ont pas fait. Ne pas faire étant à mes yeux parfois aussi important que faire.
 
Je ne suis ni le médecin A ni le médecin B, je ne les connais pas.
 
Je souhaite simplement évoquer ce phénomène de «L’homme qui tombe à pic» en médecine. (C’est moi qui nomme ça ainsi, en vrai on ne dit pas ça hein, c’est comme la puberté des médecins évoquée ici, y a sûrement des grands spécialistes qui appellent ça autrement ou qui en réfutent l’existence, tout cela n’est que ma petite tambouille.)
 
Donc Bambino présente peut-être un asthme du nourrisson. Dans l’esprit et le discours de ses parents, c’est le médecin B qui en a fait le diagnostic. C’est le médecin B qui a prescrit un vrai traitement, et pas simplement du paracétamol et des lavages de nez. C’est le médecin B qui a prescrit une radio, demandé un avis spécialisé. Il n’y a donc pas photo, le médecin B est vraiment un bon médecin, bien meilleur que le médecin traitant A, tombé en un rien de temps dans les bas-fonds de la nullitude. Pourtant, le médecin A, s’il avait été consulté, aurait peut-être agi sensiblement de la même façon que le médecin B. Mais ce jour-là, pour X raisons, le médecin A n’était pas «l’homme qui tombe à pic».
 
J’ai pris l’exemple de la bronchiolite, mais on peut observer le phénomène avec d’autres pathologies dans d’autres spécialités. Dans un monde du «tout-tout-de-suite-et-on-zappe-ou-on-jette», la médecine n’échappe pas à cette tendance. D’autant qu’on cultive cette idée de toute-puissance médicale où une consultation = un diagnostic = un traitement +/- des investigations et l’affaire est réglée.
 
 
Il faut parfois, voire fréquemment, collecter un faisceau d’arguments, de symptômes, observer l’évolution naturelle de la pathologie pour réussir à en faire le diagnostic. Tout du moins tendre vers un diagnostic. Cela peut prendre plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois et même plusieurs années en fonction des pathologies. Je ne pense pas que les neurologues et les internistes me contrediront sur ce point.
 
Confronter la temporalité de la médecine à l’impatience compréhensible du patient n’est pas chose aisée, sans doute encore moins aujourd’hui qu’hier. Imaginons ce qu’il en sera demain…
 
Dans notre histoire de bronchiolite, les médecins A et B sont tous deux généralistes. Mais le phénomène de «l’homme qui tombe à pic» peut s’observer avec un urgentiste. Imaginons que les parents plutôt que d’aller consulter un autre généraliste soient allés aux urgences. Le médecin urgentiste devient le médecin B : «Ils sont trop forts ces urgentistes ! On aurait bien dû y aller dès le début, on n’aurait pas perdu tout ce temps !»…
 
Le médecin A peut-être généraliste et B spécialiste. A et B peuvent tous deux être spécialistes, et ça marche dans tous les sens. A généraliste peut avoir suffisamment débroussaillé le terrain pour que ça devienne un jeu d’enfant pour B qui en récoltera les fruits à jamais.
 
Il m’est arrivé de me retrouver dans la position du médecin B, de l’homme qui tombe à pic. C’est génial ! Grisant ! On se sent pousser des ailes, on gonfle les pectoraux. On peut avoir envie d’entamer la démarche de séducteur d’Aldo Maccione en plein milieu de la consultation. Parfois on demanderait même à Dieu de nous lécher les orteils ! Je plaisante bien évidemment. Mais ce moment précis où l’on revêt ce costume de médecin providentiel est un instant particulier où l’on pourrait facilement prendre le pouvoir sur le patient tel un gourou. Un instant fatal où l’on peut pourrir à jamais son confrère A pour asseoir son aura et sa réputation par-delà les duchés alentours. De l’extérieur, on peut penser que j’écris n’importe quoi, car les médecins se respectent, la preuve, on retrouve du « Mon cher confrère », « Bien confraternellement », « Avec mes sentiments les plus confraternels » à ne plus savoir qu’en faire dans toutes leurs correspondances. De l’intérieur, c’est bel et bien parfois un vrai panier de crabes aux pinces acérées et ça bave pas mal. Heureusement, on peut avoir l’honnêteté de ne pas user de son pouvoir sur le patient, de lui expliquer la situation simplement en glissant que le médecin A aurait pu procéder exactement de la même façon s’il avait été consulté à cet instant précis.
 
Car le médecin A dans cette histoire, ne l’oublions surtout pas. Il a exercé son métier correctement, n’a commis aucune erreur, n’est pas passé à côté d’un diagnostic, n’a tué personne. Et pourtant la suspicion rôde, le jugement tombe.
 
 
Il m’est arrivé de me retrouver dans la position du médecin A. Parfois on ne le sait pas. Mais quand on le sait, ça peut faire mal. Deux consultations peuvent se succéder et faire passer le médecin de B à A, de Dieu vivant à une sous-merde ambulante en quelques minutes. L’Aldo Maccione dandinant du cul les pectoraux gonflés à bloc devient en un éclair une loque effondrée à ramasser à la petite cuillère sous son bureau. C’est sans doute une des difficultés du métier de médecin. Étant en première ligne, le généraliste est peut-être plus exposé que les autres médecins à se retrouver dans la position du médecin A, je souligne peut-être car je n’en sais rien. Certains médecins ne le supportent pas. On peut imaginer que ce phénomène répété participe au burn-out voire mène parfois au suicide (taux trois plus élevé chez les médecins que dans la population générale).
 
C’est pourquoi, passé le moment grisant lorsqu’on se retrouve par chance plus que par compétence dans le costume de «l’homme qui tombe à pic», ayons une pensée pour le médecin A, et tournons cinquante mille fois notre langue dans notre bouche avant de parler…
 
Bien confraternellement 😉

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, Confraternité, déontologie, histoire de consultation | Commentaires fermés sur L’HOMME QUI TOMBE À PIC

La valse

Bonjour qu’est-ce qui vous amène j’ai des brûlures en urinant depuis deux jours c’est la première fois que ça m’arrive ok je vais vous donner un traitement c’est à nous bonjour ça va pas du tout l’autre jour j’étais sur la route le jour de l’accident vous savez forcément ça m’a rappelé la mort de […] Continuer la lecture

Publié dans burn-out, cabinet, CONSULTATION, Hôpital, La vie n'est pas un long fleuve tranquille, visite à domicile | Commentaires fermés sur La valse

Le grand test de l’été : quel médecin êtes-vous ?

Le temps a beau être un peu pourrave, c’est quand même l’été. L’année prochaine on vous vendra peut-être une ou deux techniques pour rentrer dans votre maillot de bain (ou au moins ne pas trop en sortir) et gommer le … Lire la suite →… Continuer la lecture

Publié dans Annabelle Micheux, Autodiagnostic, Bagou, balance bénéfice risque, Bénévolat, Blagues de merde, Branleur, burn-out, Centre Hospitalo-Universitaire (CHU), céphalée, Chirurgie orthopédique, Dermatologie, Docteur dévoué, Doctissimo, Dr Grégory House, Épreuves Classantes Nationales (ECN), fiche, fin de vie, Immunosuppresseurs, industrie pharmaceutique, Laboratoire Sanofric, Mademoiselle Bigueboubze, Maguy de Michun, Maison Médicale de Garde, MEDECINE GENERALE, médecine libérale, migraine, Nicole Estérol, Prescrire, Prostate-Specific Antigen (PSA), Quiz, Relation médecin-malade / soignant-soigné, remplaçant, Rhume, test, Urgences, Vie du blog et miscellanées, Visiteur médical | Commentaires fermés sur Le grand test de l’été : quel médecin êtes-vous ?

Les montagnes russes

Lassitude, après avoir encore une fois géré le patient d’une consœur qui a pensé suffisant d’envoyer seul l’externe de quatrième année, dans sa première semaine de stage, pour voir ses patients de l’hôpital local. Colère sourde, face au sapin de Noël faisant office de médecin du travail, qui ne propose rien d’autre à ma patiente […] Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CONSULTATION, Hôpital, La vie n'est pas un long fleuve tranquille | Commentaires fermés sur Les montagnes russes

Strangers in the night

Ça commence toujours par une absurdité, une connerie, une sollicitation de survenue inopportune, qui vous plonge dans le désarroi et vous laisse une cicatrice moche et dégoûtante. Parfois le goût amer dans la bouche a comme origine un simple message … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans administration, APHP, argent, Arnold et Willy, burn-out, Carte d’identité, Certificat de nationalité française, CHU, ECN, externat, financement, Foutage de gueule, impuissance, Inertie, Négociation, respect, Tribunal de Grande Instance, Volonté, Xénophobie | Commentaires fermés sur Strangers in the night

De la poudre aux yeux

On était en novembre 2001, souvenez-vous, l’Occident se réveillait groggy du 11 septembre et vivait désormais la peur au ventre. Les gens regardaient les informations, ils avaient peur. Ils prenaient le métro, ils avaient peur. Ils prenaient l’avion, ils avaient … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Al-Qaïda, alerte, Alex DeLarge, Anthrax, APHP, Armageddon, avion, Bacillus anthracis, Blagues de merde, burn-out, CHU, Dessicant, Écouvillon, Foutage de gueule, Guerre bactériologique, Hôpital Américain, Infectiologie, internat, John Doe, Loft Story, Moïse, Oussama Ben Laden, Paranoïa, peur, protocole, Pyjama, Sensation de mort imminente, Téleshopping, Terrorisme, The Office, Urgences, Yoda | Commentaires fermés sur De la poudre aux yeux

Confraternité et patient bashing

Il semblerait que le respect de la confraternité revienne à la mode.
Il n’est pas convenable de critiquer ses confrères (et consoeurs).
Le statut de médecin protège des critiques et des commentaires.
Respect, qu’ils disent. 
Les mêmes qui glorifient les lanceurs d’alerte ne supportent pas que l’on puisse écrire que les « prescripteurs » de laits de croissance devraient « lire » ou que les nieurs des sur diagnostics de cancers du sein ont des intérêts académiques et financiers gros comme leurs nez.
La confraternité signifierait-elle l’aveuglement ?
En revanche, critiquer les patients est commun (notamment sur les blogs) : patient bashing (voir ICI).
C’est normal.
Les patients doivent se conformer à la morale commune des médecins qui décident de ce qui est convenable et de ce qui ne l’est pas.
Il s’agit sans doute de l’éducation thérapeutique (et civique) des masses laborieuses ignorantes.
Cela m’ennuie profondément.
Enfin, le médecin est une victime.
La victimologie médicale est devenue un fond de commerce.
Ces pauvres fils de la (petite) bourgeoisie qui ont fait des études si longues, qui travaillent tellement et qui gagnent si peu.
Ces médecins qui souffrent dans leur chair (on répète partout que le taux de suicide des médecins est le plus élevé de toutes les catégories socio professionnelles -(1)-; c’est sans doute vrai mais, à mon avis, il y a des facteurs confondants et des biais de recrutement) en raison de la méchanceté de l’administration, de l’Etat, des patients, de la société…
Il y a aussi les profiteurs, les suceurs de roues.
J’en reparlerai.
J’ai écrit ce billet après avoir appris le décès d’un médecin qui avait publié un billet de blog sur le site Egora (LA) que j’avais critiqué vaguement.
Ce billet était critiquable.
Je n’ai pas été le seul à le faire.
Maintenant que la consoeur est décédée on nous dit que l’on n’aurait pas dû la critiquer et, sur le site Egora, bien que nous n’ayons aucun élément sur les circonstances du décès, on écrit que ces critiques seraient à l’origine de l’issue fatale.
J’en reviens au début de ce billet : arrêtons de critiquer les billets qui paraissent, prenons tout pour argent comptant, et continuons de faire les pleureuses.
Quant à l’Union Française pour une Médecine Libre, j’en parlerai quand le temps viendra. 
Enfin, pour ceux qui dégueulent de sentiments et dont le coeur est foncièrement sec, je dirai ceci : toute mort est un drame pour les proches et nous pensons tous à ceux qui ont perdu un être aimé (je vous signale que je ne suis pas totalement étranger au phénomène du burn out : ICI)
(1) Le rapport de l’InVS est ICI. A noter que le taux de suicide le plus élevé concerne les sans emplois : 58,1 contre 34,3 dans les professions Santé et action sociale entre 1976 et 2002. Des données moins évidentes : LA mais ma recherche n’est pas faite pour remettre les chiffres en cause mais pour relativiser les causes.
Henri Matisse : Nu bleu (1952)

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, Confraternité, PATIENT BASHING, VICTIMOLOGIE | Commentaires fermés sur Confraternité et patient bashing

Test d’inventaire de Burn Out de Maslach : pour diagnostiquer un épuisement professionnel

Le burn out est un épuisement professionnel, à la fois physique et mental, qui atteint surtout des personnes qui aident les autres ( les soignants, les enseignants, les travailleurs sociaux, etc). Le test d’inventaire de Burn Out de Maslach et […] Continuer la lecture

Publié dans accomplissement, burn-out, clients, deshumanisation, dur, efforts, élèves, émotionnel, empathie, épuisement, fatiguant, fatigue, frustré, insensible, inventaire, Maslach, MBI, Patients, problèmes, professionnel, psychologique, score, stress, Stress professionnel, stressant, test, travail | Commentaires fermés sur Test d’inventaire de Burn Out de Maslach : pour diagnostiquer un épuisement professionnel

MédeSAINT

16 septembre à l’aube, dans le pays du Bouchonnois, c’est le début de la saison des virus. « Mais au fond, quelle différence y a-t-il entre le bon et le mauvais médecin ? – Le mauvais médecin, bon ben c’est … Lire la suite  Continuer la lecture

Publié dans Après la thèse, Bénévolat, Bouchonnois, Brève, burn-out, Café du commerce, Compagnonnage, Déserts médicaux, Docteur dévoué, Foutage de gueule, MEDECINE GENERALE, médecine libérale, Philosophie de comptoir, Sacerdoce, Sexisme ordinaire, Têtes à claques | Commentaires fermés sur MédeSAINT

Une mystérieuse consultation. Histoire de consultation 157.

1

Tout a commencé par un appel au cabinet.
Madame A m’a téléphoné pour son mari. Je ne la connaissais pas mais son mari, oui, je le connaissais. Et elle le savait.
Je lui ai demandé pourquoi elle m’appelait. Elle m’a dit qu’elle l’avait souvent entendu parler de moi et qu’elle préférait, finalement, que ce soit quelqu’un qui le connaisse peu qui le contacte. Je lui demandai également s’il était au courant. Elle m’a dit que oui, enfin, oui, elle lui en avait parlé, qu’elle ne savait pas s’il était d’accord mais qu’il ne dirait pas non.
Elle m’avait appelé en pleine consultation de l’après-midi et, bien entendu, ce n’était pas simple. La confidentialité et le reste.
Je lui expliquai que ce n’était pas tout à fait ma spécialité. Elle me répondit qu’à son avis il avait besoin d’un généraliste.
C’est alors qu’elle m’annonça quelque chose d’extravagant. « Vous avez rendez-vous mardi en fin de matinée avec lui. A midi. Cela vous convient ? » Je jetai un regard effrayé à la personne en face de moi, me levai de mon bureau pour aller dans la salle de consultation. « C’est une plaisanterie ? – Non, vous n’êtes pas libre ? – Je suis libre, mais… – Vous savez, il est en train de craquer… – Son associé ? – Ils s’entendent bien mais ne se parlent plus depuis longtemps. – Si vous m’en disiez un peu plus… »
2
Je n’en parlai à personne. Je jetai un oeil inquiet sur internet pour tenter de rafraîchir mes connaissances sur le sujet. Je me rendis compte que j’étais un peu à côté de la plaque quant au consensus expertal, qu’il y avait des notions qui m’avaient échappé (et donc que je faisais un certain nombre de khonneries dans ma pratique quotidienne), mais que, comme d’habitude, tout le monde ou presque parlait d’une seule voix, la voix de la sagesse, mais que cela ne me rassurait pas, car cela me rappelle toujours, ces consensus, Voici comment tu dois faire docteur de base non formé par la Faculté, super ignare, et si tu ne le fais pas tu es non seulement un incompétent mais un super khonnard, la grippe, le PSA, la mammographie, où tout le monde se fait avoir pour le bien des populations… et si jadis, je battais ma coulpe en m’en voulant d’être aussi nul après avoir lu les pontifiantes recommandations, désormais, je commence par douter de tout et des évidences assenées par les experts et tente de me faire un avis par moi-même (1).

3
Je suis donc arrivé à l’heure au rendez-vous. Et le docteur Z m’a reçu avec trois minutes de retard. Il n’avait pas l’air surpris.
« Tu as ta carte vitale ? »
Z a l’air normal. Si j’avais pourtant un commentaire à faire : il paraissait défraîchi.
« Comment en es-tu arrivé là ? »
Z était prêt à me parler, il avait préparé ma venue, j’ai eu l’impression qu’il avait répété et que, s’il avait pu, il se serait fait aider de Power Point pour mieux appuyer son point de vue. Il m’a raconté une histoire banale de burn-out. Je lui ai posé des questions banales et il y a répondu. Son bureau ressemble à un bureau de médecin comme j’essaie que le mien ne soit plus depuis des années : dérangé. Et nous ne sommes qu’en fin de matinée.

4
Z parle et il m’en dit trop. Il me raconte, vous pouvez jeter un oeil sur internet, les listes de causes et les remèdes attachés, la fatigue, l’énervement, les patients, les malades, le temps qui passe, la paperasse, les impôts, les charges, les enfants, sa femme, la perte d’avenir, le sentiment inachevé de l’existence inaccomplie, enfin, le lot de tout le monde. Je l’écoute, je le regarde, je me neutralise, je sais qu’il attend que j’intervienne, mais il a tous les éléments en main. Il ne va pas se suicider.

5
Mais je ne peux pas vous en dire plus. Au risque de ne pas respecter le secret professionnel. Je ne voudrais pas que sa femme, par exemple, apprenne des choses qu’elle ne devrait pas savoir ou qu’il ne lui a pas dites. Donc le côté Voici de ce billet est mal parti.

6
Juste une chose.
Quelque chose qui m’a frappé.
Z s’expose trop vis à vis de ses patients. Z laisse trop transparaître sa propre vie. Il se met trop en scène. Il se déshabille, en quelque sorte. Il fait ses courses au Carrefour du coin où il rencontre des malades qui voient sa femme, ses enfants, comment il est habillé, quelle est sa voiture, comment est son téléphone. Il ne protège pas assez sa vie privée. Ce qui m’y a fait penser ? Dans son bureau, derrière lui, il y a une photographie punaisée sur un pêle-mêle où l’on voit ses quatre enfants quand ils étaient jeunes, alignés en rang d’oignons, de beaux enfants souriants et blonds, des anges, et, sur son bureau il y a un cadre où on le voit avec son petit dernier, hilare, le cadre est posé de telle sorte que lui peut le voir et que les patients peuvent le voir. Nous en parlons de ces photographies.

7
Les patients, et hormis tout ce que vous pourrez lire sur internet sur le sujet et dont je ne peux parler pour des raisons de confidentialité, ne doivent rien savoir sur notre vie. Nous ne sommes pas en représentation. En dire le minimum pour protéger notre moi intime (tiens, Marcel Proust) et pour que notre moi médical soit plus efficace. A-t-on besoin de voir la photographie du mari de la femme qui déprime parce que son mari la trompe ? D’ailleurs, Z l’a compris inconsciemment puisque seuls ses enfants apparaissent sur les photographies : sa femme en est absente. De longs développements sont possibles mais je m’abstiendrai, toujours par confidentialité.

(8
Il y a une autre petite chose. Z est trop persuadé du rôle qu’il a à jouer en tant que médecin et comme médecin généraliste en particulier. Quand il s’est installé il était persuadé que ses interventions avaient un sens. Et aujourd’hui il est assis le cul entre deux chaises. Le monde de ses convictions s’effondre. Ce qu’il lit ici et là le fait douter de tout et de lui-même et de ses idéaux de jeunesse. L’arrogance médicale se délite mais il croit encore trop en la médecine.)

9
Nous vivons une fin de cycle avec la disparition programmée de la médecine générale. Le monde change et la médecine générale va changer de nature. Z, toutes choses par ailleurs (celles dont je ne peux pas parler ici), est perdu car il se rend compte que tant de choses auxquelles il avait cru n’existent plus et que le périmètre d’action de la médecine se restreint, noyé par l’environnement sociétal consumeriste de l’homo economicus.

Notes.

(1) Je dois dire que la lecture de la Revue Prescrire, dans le style Remise en question mais sur le versant les bons sentiments, coco, y a que ça, la gauche, la gauche, le peuple, les populations défavorisées, les bons sentiments qui font de la bonne médecine, big pharma dans la collimateur, soigne ta gauche, me laisse également dans cet état : beaucoup de théorie, des angles d’attaque inédits, peu de pratique et un grand sentiment de culpabilité qui monte, non seulement de n’avoir pas su avant (donc d’avoir mal pratiqué) mais, surtout, de ne pas assez en tenir compte après. Il faudra qu’un jour j’écrive un billet sur les abonnés et non lecteurs de Prescrire et sur la raison opérationnelle.

(Photographie : Bill et Hillary Clinton. Crédit : ICI)

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CONSULTATION CONFRATERNELLE, CONSULTATIONS | Commentaires fermés sur Une mystérieuse consultation. Histoire de consultation 157.

Episode I : Un nouvel espoir

(Je sais, normalement, c’est l’épisode IV, mais avant c’était le I. Bref …) . En septembre 2013, je m’étais joint à un collectif de médecins blogueurs dans le cadre de l’opération #PrivésDeMG. Nous avions publié un billet « teasing » … Lire la suite  Continuer la lecture

Publié dans Après la thèse, burn-out, Déserts médicaux, Marisol Touraine, MEDECINE GENERALE, médecine libérale, médecins blogueurs, Négociation, peur, Star Wars | Commentaires fermés sur Episode I : Un nouvel espoir

Reconnaissance au titre des maladies professionnelles des affections psychiques graves

Seulement quelques dizaines de cas de pathologies psychiques sont reconnues chaque année au titre des maladies professionnelles. Il n’existe pas de tableau de maladie professionnelle pour les pathologies psychiques engendrées … Continuer la lecture

Publié dans accident du travail, affections, antidépresseur, anxieux, burn-out, concentration, CRRMP, Déclaration-reconnaissance d’une maladie professionnelle, dépressifs, DSM IV, gravité, harcèlement, horreur, hospitalisation, incapacité, IPP, maladie, médecins conseils, peur, post-traumatique, professionnelle, psychiatrie, psychiques, reconnaissance, sommeil, stress, suicide, tableau, traitement, troubles | Commentaires fermés sur Reconnaissance au titre des maladies professionnelles des affections psychiques graves

Que peut-il se dire dans un cabinet de médecine générale ? Histoire de consultation 152.

Quand je raconte en privé (en famille ou avec des amis) ce que je dis entendre et ce que je dis dire lors de consultations de médecine générale, mes interlocuteurs poussent des cris. Ce n’est pas possible de raconter sa vie de cette façon, disent-ils à propos des malades, moi, rajoutent-ils, je n’imagine même pas raconter de telles choses à mon médecin.
Avec le temps j’ai fini par m’y faire. Mes consultations, c’est mon espace privé, c’est un lieu, en théorie, où les patients devraient se sentir bien, même s’ils sont malades, où ils pourraient s’exprimer sans crainte. Je ne dis rien de ce que disent mes proches, je ne commente pas les commentaires. 
A d’autres moments, en entendant ma famille ou mes amis me raconter ce qu’ils disent que leur médecin leur a dit et / ou conseillé, je suis étonné de l’intimité des propos et des « conseils » donnés par le médecin, non, selon moi, en tant que médecin (il faudra qu’un jour nous éclaircissions la notion de « ce qu’est un médecin » d’un point de vue sociétal et, plus particulièrement un médecin généraliste), mais en tant qu’homme ou femme ayant en théorie une expérience de la vie ou des autres. Mes propos sont vagues parce que je ne sais pas comment définir le type des propos rapportés et probablement tenus par les médecins des membres de ma famille ou de mes amis et me demande comment eux, si prompts  à se moquer des propos de mes patients, peuvent accepter que leurs médecins leur tiennent de tels propos de café du commerce touchant à l’intime.
Sur ce blog, Dr Bill a écrit les commentaires suivants : 
Les propos de m bronner me font penser à une réflexion que je me suis faite il y a longtemps: le cadre de la médecine générale est un théâtre d une incroyable liberté qui échappe à tout controle. 
Et Martine Bronner a répondu ceci que je cite en partie mais que vous pouvez retrouver in extenso ICI :
mais qui peut prescrire des toxiques et en user, peut maîtriser, commander aux rêves…toucher à l’Interdit. Et qui connait l’intime,le corps réel,celui que seul le mari ou la femme peut connaître…sans compter l’autre intimité, celle de l’histoire du corps de ce patient. Même pour se marier, pour ce lien social hautement symbolique, la preuve en est ce qui se passe en ce moment, même là il faut passer chez le généraliste! 
C’est le mystère de la médecine générale. Non ?
Je voudrais également dire ceci qui a un rapport très fort avec cette intimité de la consultation de médecine générale : les médecins ont tendance à trop s’exposer. Ils ont tendance à trop en dire, non pas tant mais aussi, comme on l’a vu plus haut, en prodiguant des conseils plus ou moins éclairés, mais en disant sur eux-mêmes. « Et vous, docteur, vous allez où en vacances ?… Vous avez des enfants ?… Et elle fait quoi, vot’dame ?… » Car le consulté en puissance a besoin de savoir, au delà du diplôme de médecine qu’il sait que vous avez obtenu (mais pas toujours dans quelles conditions), à qui il parle. Mes patients d’origine africaine, qu’il s’agisse du Maghreb ou de l’Afrique sub saharienne, sont habitués à connaître les parents de leur voisins, leurs cousins, leur famille, d’où elle vient, ce qu’elle fait,  à demander de leurs nouvelles en les citant un par un, ce pourquoi les retrouvailles sont parfois longues, mais le futur consulté européen a également besoin de repères s’il parle de sa femme (de son mari), de ses enfants, petits-enfants ou grands-parents : le consultant, quel est son statut de père, de mère, de parents ou d’enfants ou ses préférences sexuelles ? Toby Nathan, l’ethnopsychiatre, rapportait une consultation qu’il avait eue avec un Africain où, après lui avoir posé une question sur sa famille, celui-ci lui avait demandé de façon presque agressive : « De quel droit me poses-tu ces questions ? Je ne te connais pas. Je ne connais pas ton père, ta mère, tes grands-parents, je ne connais pas l’histoire de ta famille, ce que font tes enfants, quel métier ils exercent et toi, comme cela tu me poses des questions sur ma femme. Mais de quel droit ? « 
La médecine occidentale touche à l’intime, je ne parle pas seulement du toucher, du palper mais de l’intime cérébral, la vie amoureuse, professionnelle, sexuelle, parentale, les médecins se sont introduits dans les chambres à coucher avec l’accord de la société. Les patients y sont prêts quand ils parlent en consultation de l’échec scolaire de leur enfant, de leur peur de la mort, de leur impuissance, de leurs envies, de leurs rapports non protégés, mais cette intimité a une réciprocité, connaître aussi l’intimité du médecin, voire ses idées politiques, sa façon de manger, fume-t-il (elle), baise-t-il (elle) et avec qui, combien a-t-il d’enfants, en quelle classe. Et nombre de médecins se laissent aller à des confidences (transferts, contre-transferts) sur leur propre vie comme s’ils devaient se justifier : il faut avoir eu des enfants pour faire de la pédiatrie, il faut être marié pour parler de la sexualité dans le mariage, et cetera. Ne pas se livrer est la meilleure façon de ne pas faire de burn out.
Et je vous le dis tout de suite : 34 ans de médecine générale rend la vie du médecin généraliste presque transparente pour ses patients. C’et pourquoi, par exemple, j’ai toujours refusé de mettre des photos de mes enfants dans mon cabinet car c’est eux que je ne voulais pas exposer aux regards. Mais j’en ai souvent trop dit et je l’ai toujours regretté.
Histoire de consultation 152. 
Monsieur A, 68 ans, vit entre la France et le Maghreb où il est né. Ancien ouvrier de chez Renault, il a désormais la nationalité française. Des élections cantonales partielles ont eu lieu les deux dimanches précédents et le représentant de l’UMP, qui avait été condamné, entre autres, à une période d’inéligibilité de 6 ans pour corruption passive et abus de biens sociaux, a été élu. Pierre B*** a même été élu facilement au deuxième tour alors que le nombre des votants était très faible (72,5 % d’abstention). Peu importe. Les conversations que j’ai eues avec les patients m’ont appris qu’il y avait eu un fort vote d’origine immigrée pour le futur conseiller régional alors que dans le Val Fourré même Sarkozy avait fait de très petits scores aux présidentielles. Ainsi, dans les élections locales, il n’y a pas que la gauche qui espère capter le vote des immigrés, fussent-ils, ici, Français.
Le patient : Moi j’ai voté B***, il a fait de belle choses ici.
Docteurdu16 : Il a quand même été pris les doigts dans le pot de confiture.
La patient : ils le font tous, docteur. Et d’ailleurs, je n’aurais pas voté pour la socialiste avec leur truc sur le mariage pour tous.
Docteurdu16 : Oups ?
Le patient : Ben oui, docteur, le mariage, c’est un homme et une femme, vous n’êtes pas d’accord ?
Docteurdu16 : Heu, moi, vous savez, le mariage pour tous, je n’étais pas contre. Mais pour vous, Monsieur A, le mariage, c’est quand même un homme et deux femmes…
Blanc sur la ligne. Il hésite et part d’un grand éclat de rire.
Le patient : Vous êtes au courant ?
Je suis au courant.
(Monsieur A, 68 ans, a une femme en France, des enfants et des petits enfants et il s’est marié l’an passé religieusement dans son pays avec une jeunesse d’à peine 30 ans — source familiale)
Des sources locales m’ont confirmé le vote massif des Français musulmans de mon coin pour le futur conseiller régional en raison du mariage pour tous. Dégâts collatéraux que ne dénonceront jamais les socialistes pour attitude politiquement correcte avancée.
Les journaux parlent-ils de cela ?
(Illustration : Georges Duhamel – Médecin, écrivain français. 1884 – 1966. L’inventeur du Colloque Singulier)

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CE QUI SE DIT DANS UN CABINET, COLLOQUE SINGULIER, CONSULTATION, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Que peut-il se dire dans un cabinet de médecine générale ? Histoire de consultation 152.

Pourvu qu’en la Médecine Générale encore tu crois

Par Bacchus, si le verre à moitié vide, toujours tu vois, Alors, La médecine omnipraticienne que tu pratiques te déçoit. Ridiculisé par l’obligation de la mention manuscrite « non substituable » Dévalorisé dans tes actes par une tarification déraisonnable, Investir dans un … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Brainstoming, burn-out, famille, Médecin De Famille, Médecin En Famille, MEDECINE GENERALE, souffrance, tarif | Commentaires fermés sur Pourvu qu’en la Médecine Générale encore tu crois

Our time’s running out.

J’avais dans l’idée d’écrire un billet, mi-Bisounours mi-PaysDesRêves sur mon nouveau poste en gynécologie. Et puis ce matin, un DocTwittos a attiré mon attention sur un article paru hier dans La Dépêche. Il s’agit d’un cas somme-toute assez banal : une … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans burn-out, campagnes d'information, débordé, fiévre, médecine, télé-médecine, temps | Commentaires fermés sur Our time’s running out.