Archives de catégorie : BPCO

Dragi Webdo n°129: fin de vie, recommandations BPCO (SPILF), dyslipidémies (reco US), ACFA et AVK post AVC-hémorragique, magnésium, lombalgie

Bonsoir! Je voudrai commencer ce billet avec le site « parlons fin de vie » qui a été mis en place pour parler de la fin de vie. Les explications et modèles sur les directives anticipées et la personne de confiance sont facilement consultable et compréhensible pour les patients. A partager largement.
1/ Cardio-vasculaire
Le collège américain de cardiologie a publié des recommandations sur les traitements non-statine dans les dyslipidémies. D’abord, ces traitements recommandés sont soit: l’ezetimibe (qui a démontré un bénéfice cardiovasculaire avec difficulté dans IMPROVE-IT en prévention secondaire), soit: les anti-PCSK9 (on en avait parlé un peu ici). Donc, on ne parle nulle part de fibrate, hein. Reprenons. Cette reco dit qu’il faut un traitement quand les statines ne sont pas tolérées ou insuffisantes pour 4 types de patients:
– ceux en prévention secondaire avec un LDL >1g/L
– ceux avec un LDL > 1,9g/L
– les patients diabétiques avec un LDL > 1g/L
– les patients avec un risque AHA/ACC > 7,5% soit à très haut risque. Ce qui est bien avec cette reco, c’est que les patients à risque modéré n’ont pas à être traité (contrairement à ceux à risque modéré dans les recos de l’ESC).
Bref, dans les autres situations ou les statines ne sont pas tolérées, y avait il une réelle indications à proposer une statine?

Le JAMA internal medicine a soulevé la question de la poursuite des anticoagulants dans la FA après un épisode d’hémorragie cérébrale. C’était une étude observationnelle de plus de 2000 patients avec fibrillation auriculaire. Il faut catégoriser les patients selon la cause de l’hémorragie: AVC hémorragique ou hématome post-traumatique. La reprise de la warfarine était associé à moins d’AVC ischémique pour les 2 causes mais plus récidive d’hémorragie en cas d’AVC hémorragique qu’en cas de traumatisme. La mortalité globale était même diminuée dans les groupes avec reprise de l’AVK. Cependant, dans cette étude prospective pragmatique, il est fort probable que les patients ayant poursuivi les AVK après l’hémorragie cérébrale ait été en meilleur forme que les autres, comme le montre les taux de récidive dans le groupe traumatique: peu de récidive car les patients avec AVK poursuivi tombent moins, alors que dans le groupe AVC hémorragique, le facteur « récidive spontanée » est moins lié à l’état du patient qu’a la prise de l’AVK: augmentation des hémorragies.
Il serait donc vraiment important devant l’absence de connaissance solides sur ce problème d’avoir un essai contrôlé randomisé (si quelqu’un en a un en stock, ça m’intéresse!)



Un article presque attendu depuis longtemps pour les partisans du magnésium: enfin, une méta-analyse retrouve que les patients prenant du magnésium ont: une mortalité globale moindre! Mais également moins d’AVC, moins de diabète et moins d’insuffisance cardiaque. Malheureusement, aucun essai contrôle randomisé n’a réussi à le démontrer. Cette méta-analyse s’est effectuée sur des études de cohorte, ce qui n’est pas si mal, mais qui va soulever le biais des habitudes alimentaires des patients. Mais devant l’absence d’argument pour des effets secondaires graves, au pire, le magnésium peut être un bon placebo…

2/ Pneumologie
Je les avais raté en fin d’années, mais voici les reco de la SPILF concernant la BPCO! En fait, elles sont plutôt proches de l’article présenté la semaine dernière. Elles sont pragmatiques: si pas de symptôme: pas de traitement de fond. En cas de symptômes avec dyspnée chronique prédominant: LABA, en cas d’exacerbation: LAMA (pour mémoire la dyspnée peut s’évaluer avec le mMRC2 ou le CAT>10). Si le traitement est inefficace, une petite subtilité intervient:
– soit les exacerbations se sont calmées mais la dyspnée persiste: double bronchodilatation LAMA/LABA
– soit le patient continue a faire des exacerbations mais n’est pas dyspnéique (mMRC<2): ajout d’un corticoïde inhalé (dans ce cas on est plutôt dans une association LAMA+CSI et non LABA+CSI si j’ai bien suivi le raisonnement des experts, mais comme cette association n’a pas été évaluée, c’est bien LABA+CSI )
Enfin, en cas d’échec, une trithérapie peut être entreprise, voire trithérapie plus ajout d’azithroymcine au long cours, seul moment où l’antibiothérapie préventive peut réduire les exacerbations chez des patients très exacerbateurs résistants au traitement.
Quelques restrictions à suivre: INNOVAIR seulement si VEMS < 50%, SERETIDE si VEMS < 60% et SYMBICORT si VEMS <70% post bronchodilatation

3/ Rhumatologie
Annals of internal medicine continue dans la lombalgie avec la revue de la littérature des différents traitements sur laquelle les recommandations On y retrouve que le paracetamol ne fonctionne pas quand on le compare au placebo sur des échelles de douleurs à 3 semaines ou sur l’incapacité fonctionnelle. Cependant, alors que les AINS semblent plus efficaces que le placebo, les études comparant AINS et paracetamol ne retrouvent pas de différence entre ces 2 traitements…. (Cherchez la logique) Bref, je persiste à penser qu’étudier la douleur après plusieurs semaines pour une pathologie qui est censé durer quelques jours n’est pas très pertinent. Concernant les benzodiazépines, pas d’efficacité démontrée à 5 jours sur la raideur et les douleurs mais plus d’effets secondaires neurologiques. Enfin, concernant les myorelaxant qui sont dits efficaces: les données sont en fait bien plus mitigées avec une majorité d’études retrouvant une inefficacité. Mais les auteurs s’appuient sur une méta-analyse de 2 articles (mouais…), publiée par la Cohrane (ah??) mais retirée car données dépassées et un protocole non conforme selon la Cochrane, et qui portait en fait sur la réhabilitation des membres supérieurs… Et si on continuait d’éviter de les utiliser?
C’est fini pour cette semaine! Mais pour rassurer ceux qui seraient inquiets et remettraient en cause leur capacité à faire de la « bonne médecine » à cause d’une mauvaise e-réputation (comme de mauvais commentaires sur les sites internets), un article retrouve l’absence de corrélation entre la note donné au chirurgiens par des patients et le taux de mortalité des patients à 30 jours  après un pontage coronarien!
A bientôt!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, BPCO, DragiWebdo, dyslipidémie, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°129: fin de vie, recommandations BPCO (SPILF), dyslipidémies (reco US), ACFA et AVK post AVC-hémorragique, magnésium, lombalgie

Faut-il mettre une PEP au patient BPCO ?

La ventilation spontanée normale En ventilation spontanée, lorsque nous inspirons, nous créons une petite dépression dans notre thorax qui attire l’air de l’extérieur vers nos poumons. L’expiration est neurologiquement l’inhibition de l’inspiration. L’effort inspiratoire s’arrête et le thorax et ses poumons se rétractent “passivement” via les forces élastiques du système. À la fin de l’expiration, … Continuer la lecture de « Faut-il mettre une PEP au patient BPCO ? » Continuer la lecture

Publié dans air piégé, anesthésie-réanimation, ar101, auto PEP, BPCO, dyspnée, médecine, pédagogie, PEP, PEP intrinsèque, PEPi, physiologie, physiopathologie, Pneumologie, réa, réanimation, réglages, ventilateur | Commentaires fermés sur Faut-il mettre une PEP au patient BPCO ?

De l’intérêt de ne faire confiance à personne (et encore moins à soi-même). Histoire de consultation 184.

Première partie : Une histoire simple (ou presque).

Monsieur A, 59 ans, dont la pathologie principale est un infarctus du myocarde double stenté, revient me voir au décours d’une consultation chez le spécialiste en pneumologie. Il y a trois jours j’ai reçu une lettre du dit spécialiste qui me reprochait d’avoir arrêté le traitement par spiriva/tiotropium (voir ICI et LA des informations sur ce produit). La lettre est moyennement aimable et me place devant mes responsabilités arguant du fait que l’arrêt de ce médicament serait préjudiciable à la santé du patient.

Ce qu’il ne sait pas, le spécialiste en question, c’est que l’arrêt du dit médicament a été négocié entre le patient et moi (le fameux médecin traitant) il y a environ six mois car le patient ne ressentait aucune amélioration en le prenant. En réalité, le patient m’avait dit qu’il avait arrêté le produit de lui-même depuis environ 3 mois et que son état était inchangé (Pour les curieux, ils peuvent consulter le dossier de la commission de transparence (LA) et notamment sa conclusion : ce médicament a une efficacité symptomatique modeste et ne modifie pas le cours évolutif de la maladie.)

J’en discute ici et là.

  1. Je me fais engueuler par le docteur A. « Ce n’est pas une façon de se conduire. » D’abord, il me dit « que je n’aurais pas dû arrêter le traitement sans prévenir le spécialiste en pneumologie. Qu’un appel téléphonique eût été plus fair. Que ce n’est pas non plus une façon de se conduire avec le patient que, il y a longtemps, j’avais adressé au spécialiste en pneumologie en question. Que peut-il et que doit-il penser de la médecine en général ? » Je ne suis pas d’accord. D’une part en raison de mes relations anciennes (et tumultueuses) avec ce spécialiste en pneumologie à qui, désormais, je n’adresse plus de nouveaux patients : communiquer ma décision eût conduit à une fin de non recevoir. D’autre part nous sommes convenus de cela avec le patient qui ne se trouvait pas amélioré par le spiriva, ce n’est donc pas une décision irréfléchie. En gros, le docteur A me reproche : « Si tu veux changer quelque chose il faut t’expliquer avec le spé, sinon vous vous traiterez de crétins jusqu’à la fin des temps… Vous vous mépriserez l’un l’autre… et rien ne changera. »
  2. Je suis soutenu par le docteur B. « T’as eu bien raison. Nous devons préserver l’intérêt de ‘nos’ patients. Nous devons également tenir compte de leur avis. Cela fait partie de l’éducation thérapeutique bien comprise : gérer sa maladie, le malade a pris sa décision et tu n’avais pas d’arguments très forts pour le convaincre de continuer. » Il ajoute : « Tu crois que le spé te prévient quand il change un traitement par convenance personnelle ? »
  3. Je suis ramené aux dures réalités. Un collègue pneumologue, le docteur C : « Es-tu bien certain que ce patient était obstructif ? » Je vérifie le dernier courrier adressé (le pas aimable) : le patient est vraiment très peu obstructif (stade 2 modéré de la classification, LA). J’ai donc commis une erreur fatale : j’ai lu d’un regard distrait le courrier du spécialiste des poumons et j’ai « renouvelé » le traitement sans me poser de questions. C’est moi qui suis en tort.
Cette histoire pourrait s’arrêter là mais les khonneries ne sont pas finies.


Deuxième partie. Je connais mal mes patients.

Pour écrire ce billet je consulte le dossier papier du patient (le dossier électronique remonte à 11 ans).
Et je me rend compte que le patient, étiqueté BPCO dans mon dossier (ancien fumeur, petit cracheur hivernal, quelques poussées de bronchites sifflantes), n’avait pas vu de spécialiste en pneumologie depuis plus de 6 ans et que c’est moi, un jour où je rêvais, le lendemain ou le surlendemain de la visite du laboratoire Boehringer à mon cabinet (j’ai très très longtemps reçu la visite médicale, disons entre 1979 et 2005, je sais, je devrais faire mon mea culpa, du moins une confession publique ou encore me fouetter le corps, que sais-je ?), qui ai prescrit spiriva à mon patient.

Je rassure tout le monde : le malade va bien.

Ainsi, le médecin généraliste lambda (c’est moi) prescrit du spiriva sur une vague impression clinique (mais le patient était déjà catalogué BPCO par un spécialiste en pneumologie) en suivant sans doute les recommandations d’un ou d’une visiteuse médicale, et, sans le savoir les recommandations de GOLD (voir ICI pour les commentaires) et je suis soutenu par le spécialiste en pneumologie qui aurait dû se poser des questions (tout comme moi, mais, après tout, je ne suis pas spécialiste en médecine générale) sur le diagnostic : ce patient n’a probablement pas de BPCO.

L’objection du docteur A, ne pas faire avancer le schmilblic en ne prévenant pas le spécialiste en pneumologie, était tout à fait justifiée mais je n’ai toujours pas écrit de courrier pour éclaircir les choses. Sans doute mon côté je râle et je n’arrive pas à faire changer les choses.
L’approbation du docteur B me convient mais convient surtout à mon laisser-faire (voir objection précédente).
La réflexion du docteur C est plus inquiétante sur l’état de la médecine : de la médecine générale pépère qui prescrit dans le probabilisme irresponsable et de la médecine de spécialité prescriptrice sur de vagues arguments. Il arrive donc que des patients soient traités pour une maladie, voire des symptômes, qu’ils n’ont pas. Et pendant de longues années.

Conclusion (peu conclusive).

Nous avons tous, les uns et les autres, des consultations chargées, des consultations de routine, des consultations de renouvellement, des consultations d’alerte, des consultations d’ennui, nous avons tous des dossiers surchargés (liés au suivi longitudinal pendant de nombreuses années) où les informations essentielles finissent par être enfouies, des patients qui ont oublié jusqu’aux pathologies qu’ils ont présentées, les effets indésirables qu’ils ont ressentis, des patients pressés ou inquiets, et cetera.
Quand un patient revient chroniquement au cabinet et quand la médecine se fait envahir par la conversation, il faut se mettre en alerte, il faut relire les anciens courriers de spécialistes comme les anciens courriers que l’on a adressés aux spécialistes…
Bon, pour les esprits critiques, on voit donc que j’ai été léger sans conséquences sur ce coup là (pour toutes les fois où j’ai pu être lourd et éventuellement dangereux).

(Traduction du dessin :  On n’a rien trouvé chez vous donc on va vous traiter pour Trouble d’Absence de Symptômes.)

Continuer la lecture

Publié dans BPCO, CONSULTATIONS, MEDECIN TRAITANT, MEDECINS SPECIALISTES | Commentaires fermés sur De l’intérêt de ne faire confiance à personne (et encore moins à soi-même). Histoire de consultation 184.

Oxygène et BPCO

Un étudiant vient de me demander par mail le pourquoi du comment de l’oxygénothérapie chez le patient BPCO. Cette question, je pense que nous sommes nombreux à s’être penchée dessus au fil de nos études. C’est un peu un passage obligé, un point tournant. Amusant de voir que les chemins sont différents mais qu’il existe […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie-réanimation, BPCO, débit, Détresse respiratoire, ECN, insuffisance respiratoire chronique, masque, médecine, O2, oxygène, oxygénotérpie, PaO2, pédagogie | Commentaires fermés sur Oxygène et BPCO

Surveillance de la santé pendant et après l’exposition aux nanoparticules

L’impact des nanotechnologies sur la santé et la sécurité sur le lieu de travail est peu connu alors que les travailleurs sont confrontés aux nanomatériaux dans des secteurs comme la construction, la chimie, l’électronique, l’automobile, l’énergie,  en travaillant avec des […] Continuer la lecture

Publié dans allergies, arythmie, asthme, BPCO, chimie, coagulation, coeur, ECG, électronique, examens médicaux, exposition, formation, holter cardiaque, indicateurs, Infarctus, nanomatériaux, Nanomatériaux : exposition, prévention, nanoparticules, numération formule sanguine, pathologies inflammatoires, peau, poumons, radiographie pulmonaire, risque, Santé, spiromètrie, surveillance, symptômes, syndrome de Raynaud | Commentaires fermés sur Surveillance de la santé pendant et après l’exposition aux nanoparticules

Perdus de recherche Google (S01E01)

Quelle meilleure occasion que les Césars et les Oscars pour recycler sans vergogne les Googlars de Jaddo, qui elle-même avait popularisé ce concept emprunté à Thomas / Un infirmier (on n’a pas réussi à remonter plus loin l’arbre généalogique) ? Comme … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans #LaDrogue, Autodiagnostic, Blagues de merde, Bouchonnois, Boxe, BPCO, Brigitte, caca, CIM-10, Coldplay, Compagnie Créole, CONTRACEPTION, Crocodile, dépression, Dermatologie, Diarrhée, Doctissimo, Dr Grégory House, Dr Ivana Fulli psychiatre, Eczéma, EFR, Fashion Week, Foutage de gueule, Frédéric Lopez, Ganglions, Google, Guimauve, handicap, impuissance, internet, Jean Miché Kankan, Jean-Claude Tergal, Jon Lajoie, Justin Bieber, Les visiteurs en Amérique, Maladie des Morgellons, Masturbation, MEDECINE GENERALE, Médecines alternatives, médecins blogueurs, migraine, Mr. Bean, Neurologie, Neurosciences, Nudité, Peace and love, peur, physiologie, Plan à 3, Pneumologie, poésie, Polo, Porno, Psoriasis, psychiatrie, Pudeur, Pulp Fiction, Pyramide, Rapport de Tiffeneau, Recyclage, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Robin Sparkles, Sensation de mort imminente, Sexisme ordinaire, Sherlock Holmes, Sous-vêtements, spiromètrie, Syndrome de Schmürtz, Tatouage, Toniglandyl, Troy Von Balthazar, VEMS, vie du blog, Vincent Delerm, Visiteur médical | Commentaires fermés sur Perdus de recherche Google (S01E01)

La spirométrie pour tous (2) : interprétation

L’interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) plonge souvent les externes dans des abîmes de perplexité, et avec eux d’anciens étudiants perplexes devenus médecins. Je vais vous montrer qu’il est pourtant simple de s’en sortir dans la grande majorité des cas, … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans asthme, BPCO, Bronchodilatateurs, Courbe débit-volume, CPT, CV, ECN, EFR, Fiche pratique, médecine du travail, MEDECINE GENERALE, physiologie, Pléthysmographie, Pneumologie, Rapport de Tiffeneau, Réversibilité, Spiromètre portable, spiromètrie, Trouble ventilatoire obstructif, Trouble ventilatoire restrictif, VEMS | Commentaires fermés sur La spirométrie pour tous (2) : interprétation

La spirométrie pour tous (1) : la spirométrie en cabinet de médecine générale

L’interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) plonge souvent les externes dans des abîmes de perplexité, et avec eux d’anciens étudiants perplexes devenus médecins. Je vais vous montrer qu’il est pourtant simple de s’en sortir dans la grande majorité des cas, … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans asthme, ATS, BPCO, Bronchodilatateurs, Courbe débit-volume, CV, Dépistage, EFR, ERS, FFP, Fiche pratique, formindep, GINA, GOLD, HAS, Jean-Yves Ferri, Marsupilami, médecine du travail, MEDECINE GENERALE, Mr. Bean, Niveau de preuve moi-même, OFT, physiologie, Pneumologie, Programme d’actions en faveur de la BPCO, Rapport de Tiffeneau, Réversibilité, Robert Molimard, Sevrage, Spiromètre portable, spiromètrie, SPLF, tabac, Trouble ventilatoire obstructif, VEMS, Visiteur médical, Xavier Bertrand | Commentaires fermés sur La spirométrie pour tous (1) : la spirométrie en cabinet de médecine générale