Archives de catégorie : BigPharma

LE DILEMME ?

 
 
J’ai récemment lu un billet sur le blog « Le bruit des sabots »dans lequel on comprend que l’auteur s’est retrouvé face à un terrible dilemme.
 
Qui n’a jamais vécu cette sensation pénible face à un dilemme ? La vie est pleine de dilemmes, c’est ainsi, et pour avancer, il faut faire des choix. Parfois on fait le mauvais, d’autres fois, on fait le bon, du moins le croit-on. On se trompe, on recule, puis on poursuit. L’essentiel n’est-il pas d’être conscient d’avoir le choix ? D’avancer dans le doute et le questionnement pour ne pas courir éperdument dans la mauvaise direction ?
 
Revenons à ce fameux billet écrit par B. , ou à B. tout simplement.
 
B. est un jeune médecin généraliste fraîchement thésé, attention à ne pas toucher la peinture elle n’est pas encore sèche. Je ne l’ai jamais croisé ailleurs que sur le web mais tout m’agace chez B. D’abord c’est plutôt le genre beau gosse cool avec une tête bien remplie. Donc un type terriblement dangereux. Ensuite, il possède un indéniable putain de fucking de ouf de malade de talent d’écriture. Enfin, ce qu’il écrit n’est pas seulement bien dans le style, sa réflexion est tout autant riche et pertinente. Je l’ai lu lorsqu’il était interne, je continue de le lire depuis qu’il est médecin et à chaque fois je me dis qu’au même stade j’étais à cinquante mille années-lumière de sa réflexion et de ses questionnements. Vraiment un type agaçant de bout en bout ce B. Évidemment tout le monde aura compris que derrière le qualificatif « agaçant », il y a bien au contraire beaucoup d’admiration.
 
Le billet de B. intitulé : « Clinicat et fatum » est à lire ici. Pour faire simple, on comprend que B. peut entamer une carrière universitaire à condition d’accepter un poste en partie financé par une association de médecins liée à l’industrie pharmaceutique alors qu’il fait justement partie de ces trop rares médecins luttant pour préserver leur indépendance face aux mastodontes du médicament.
 
Personnellement, à moins qu’on envisage la mort de la discipline, je pense qu’il est important de mettre en place une filière universitaire de médecine générale digne de ce nom. J’en avais esquissé quelques raisons dans ce billet « Juste après le ramassage de patates ».
 
En médecine, toutes les spécialités possèdent leur filière universitaire. Par exemple, un interne en cardiologie est formé essentiellement au sein d’un Centre Hospitalo-Universitaire (CHU) dans lequel on trouve la filière universitaire de cardiologie, avec des chefs de clinique cardiologues, des Professeurs des Universités Praticiens Hospitaliers (PUPH) cardiologues. L’interne de cardiologie peut prétendre obtenir un poste de chef de clinique financé par l’hôpital et l’université, puis s’orienter sur un poste de Maître de Conférence Universitaire avant pourquoi pas de devenir à son tour PUPH afin d’être à la fois médecin, enseignant et chercheur. En médecine générale, ce genre de poste de chef de clinique existe depuis peu par rapport aux autres spécialités, mais il faut semble-t-il trouver des montages hasardeux pour les financer comme nous le montre le cas de B. C’est un peu, enfin « un peu », on va dire « un tout petit peu », « vraiment très grossièrement » comme si de jeunes flics de la brigade des stup’ aspirant un jour devenir commissaires étaient payés en partie par une association acoquinée à une filière de narcotrafiquants. Reconnaissons que la comparaison est exagérée à l’extrême mais avec des exemples très caricaturaux, on pige tout de suite mieux le dilemme…
 
Le billet de B. m’a froissé car il démontre une fois de plus que derrière de belles paroles politiques « nous créons la filière universitaire de médecine générale », la réalité de terrain est désespérante. Il n’y aurait, en France, en 2015, aucun autre moyen de financer cette jeune discipline universitaire de médecine générale qu’en se fourvoyant plus ou moins profondément dans la gueule d’un laboratoire pharmaceutique. Triste réalité.
 
Ce qui est marrant, c’est que le jour où j’ai lu le billet de B., je suis tombé par hasard sur une vieille plaquette d’information intitulée ainsi : « Pourquoi Ferrero soutient-il Epode ? »
 
 
 
Le programme EPODE qui de nos jours s’appelle VIF : « Ensemble Vivons en Forme » vise à prévenir, lutter contre l’obésité infantile en mobilisant les acteurs locaux de divers horizons au sein des villes dont le conseil municipal a fait le choix de s’impliquer dans ce programme de santé publique (Ah la santé publique, vaste sujet…). Tout est expliqué sur le site de VIF.
 
Comme toujours, tout ça se finance. Et parmi les partenaires de l’association en charge de ce séduisant programme VIF, on retrouve le groupe Ferrero, Nestlé, Orangina Schweppes, ou encore Bel (les fromages qui ne puent pas dont j’avais parlé dans Pub Med pour montrer les liens étroits que « La vache qui rit » peut entretenir avec l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire, preuve que certains médecins ne se posent pas autant de questions que B.).
 
Il me semble que sur le fond, on retrouve le même dilemme que B. avec ce programme de lutte contre l’obésité infantile financé en partie par des géants de l’industrie alimentaire, ne manque plus que McDo ! Que penser de ce programme ? Que faire si je suis un maire souhaitant absolument m’impliquer dans la lutte contre l’obésité tout en refusant toute compromission ? Mieux vaut ce programme ou rien ? Et si je suis médecin, puis-je sereinement m’impliquer avec les différents services municipaux dans ce programme une fois connu une partie de son financement ? Le dilemme.
 
 
Faut-il lutter en dehors du système ou de l’intérieur ? Pas si facile de répondre à cette question.
 
 
B. a accepté ce poste de clinicat, sera-t-il pour autant épouvantablement plus compromis que quelques-uns de ses jeunes et moins jeunes confrères de CHU payés par le seul et sain couple hospitalo-universitaire mais exerçant dans un bain de dogmes de certains chefs de service grassement rincés par BigPharma ? Je n’accuse personne, je pose simplement la question.
 
Nous venons d’entrevoir avec ce court billet que finalement, les tentacules des géants du médicament comme de l’aliment ont réussi l’infiltration parfaite. Il y a plus que certainement d’autres exemples beaucoup plus frappants jusque dans de hautes sphères que l’on n’oserait soupçonner. Malgré ce triste constat, il me reste une pointe d’espoir.
 
 
Cela fait deux ans que je reçois des internes de médecine générale. Je ne prétends pas leur apporter un incroyable savoir-faire, mais si au moins ils prennent conscience que l’importance réside parfois dans le savoir-ne pas faire, je me dis que c’est une petite victoire. Ces internes m’ont tous surpris par leur maturité et leur acceptation du discours de vigilance à avoir vis-à-vis de l’influence des laboratoires pharmaceutiques.
 
 
Récemment, un collectif d’étudiants en médecine (des « bébés » médecins) ont sorti une brochure délicieuse intitulée : « Pourquoi garder son indépendance face aux laboratoires pharmaceutiques ? »
 
Le collectif s’appelle « La troupe du R.I.R.E », leur brochure incontournable est téléchargeable sur le site du Formindep et à partager sans modération.
 
Tant que continueront de germer ici ou là quelques souffles de saine rébellion, l’espoir est permis.
 
Quant à notre brave Benoît, mon jeune confrère face à son dilemme, je n’oserais aucunement lui donner le moindre conseil. J’imagine simplement qu’en acceptant ce poste de clinicat, le risque de polluer son esprit de résistance me semble relativement faible comparé aux bénéfices pour la médecine générale de voir un médecin de cette trempe embrasser une carrière universitaire. Au pire, il ne sera jamais trop tard pour revenir sur son choix en dénonçant d’éventuelles dérives.
 
 
Dilemme, deal leem… le lecteur averti comprendra.

 
 
 
 

Continuer la lecture

Publié dans BigPharma, filière universitaire de médecine générale, liens d'intérêts | Commentaires fermés sur LE DILEMME ?

Indignation en soldes

Hier, en cherchant tout autre chose sur la toile, je tombe en arrêt devant un article, publié dans Le Point, Intitulé « Cancer et médias : l’information ne tolère pas l’approximation ». Je découvre alors la liste de « 78 cancérologues français qui ont …

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans BigPharma, Cancer et blouses blanches, Cancer et recherche, conflits d'intérêts, Coups de gueule, journalistes, liens d'intérêt, médecins | Commentaires fermés sur Indignation en soldes

Vous connaissez le Betapourrane Fort ?

Je suis alors interne aux urgences. Je me destine déjà à l’exercice de la médecine générale en cabinet de ville. Mais je dois faire encore quelques stages à l’hôpital avant de finir mes études. Cela fait un mois que je suis dans ce service. Je suis satisfait de ce stage, l’ambiance est sympathique, mes chefs Continuer la lecture

Publié dans BigPharma, médecine, Mes petites histoires | Commentaires fermés sur Vous connaissez le Betapourrane Fort ?