Archives de catégorie : BIG PHARMA

Généralisation de la vaccination anti HPV, réfléchissons un peu !

Suite à un appel de « 50 sociétés savantes » pour la généralisation du vaccin anti HPV, nous publions, avec 15 médecins et pharmaciens indépendants de l’industrie pharmaceutique, un droit de réponse. Le 28 avril 2019 Dans un appel diffusé … Lire … Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA | Commentaires fermés sur Généralisation de la vaccination anti HPV, réfléchissons un peu !

Amgen sans gêne

Ils n’ont vraiment aucune pudeur ces laboratoires pharmaceutiques. Du moment que ça les arrange. C’est bien joli mais moi ça me dérange. Une campagne de communication financée par AMGEN, laboratoire pharmaceutique producteur de l’evolocumab… Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, cholestérol, facteur de risque, humeur, manipulation | Commentaires fermés sur Amgen sans gêne

La novlangue de bigpharma

Les noms commerciaux des médicaments sont de toute évidence l’objet d’études savantes (études marketing s’entend) car leur influence sur la perception par les médecins en dépend. Dans le genre, Aerius (Desloratadine) est une merveilleuse trouvaille pour la rhinite allergique – … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques, BIG PHARMA, manipulation, novlangue, psychiatrie | Commentaires fermés sur La novlangue de bigpharma

10 commandements pour un traitement centré sur le patient

1 – Tu n’auras d’autre but qu’aider les patients en fonction des objectifs qu’ils veulent atteindre Quand il faut décider d’un traitement, le premier diagnostic que tu as besoin de faire concerne la nature de la maladie. Le second diagnostic … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, choix éclairé, décision partagée, déprescription, facteur de risque, Iatrogénie, MEDECINE GENERALE, Prise de décision partagée, Thérapeutique | Commentaires fermés sur 10 commandements pour un traitement centré sur le patient

Hibernatus

1970. Un homme congelé dans les glaces du pôle Nord est retrouvé miraculeusement vivant au bout de 65 ans par une expédition polaire franco-danoise. Après enquête, il s’avère qu’il s’agit d’un jeune homme de 25 ans nommé Paul Fournier, parti … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans autobio, BIG PHARMA | Commentaires fermés sur Hibernatus

La visite

Régulièrement, sur Twitter et dans les blogs, je vois des médecins s’interroger sur l’influence de Big Pharma. Accepter le stylo cadeau du visiteur médical, est-ce mettre un pied dans l’engrenage infernal des conflits d’intérêts? Peut-on rester neutre et impartial quand on signe son ordonnance avec le stylo « cooldodo » sur un sous-main « stopmigraine » juste après un séminaire aux Seychelles offert par « cardioplus »?
Peut-on prétendre être totalement impartial quand il s’agit de choisir le traitement adapté à tel ou tel patient souffrant de telle ou telle pathologie quand, une demi-heure auparavant, on a déjeuné avec un gentil visiteur médical qui nous a justement longuement vanté les mérites de son produit sur cette pathologie en nous offrant le repas? Pas sûr.
L’éthique et la déontologie ont encore de beaux jours devant elles.
En tant qu’aide à domicile, puis aide-soignante, je me croyais à l’abri de ces questionnements. Après tout, je ne prescris rien et aucune grande marque ne vient gentiment toquer à ma porte pour m’offrir un voyage pédagogique aux Baléares ou le moindre gadget commercial. Je me trompais.
Big Pharma est partout, et quand ce n’est pas pour des médicaments ou du matériel médical, les conflits d’intérêts peuvent aussi concerner de simples aides à domicile.

Il y a quelques années, alors que je travaillais encore à Morteville, Madame Grandchef avait convoqué l’équipe à une réunion de service. Ces réunions avaient lieu trois ou quatre fois par an environ, on y discutait surtout de l’organisation du service et on y évoquait parfois certaines situations qui nous mettaient en difficulté ou qui nécessitaient une cohésion d’équipe dans la prise en charge (autrement dit une mise au point). Ces réunions étaient, bien entendu, obligatoires, et rémunérées comme du temps de travail.
Ce jour-là, la réunion était un peu spéciale, parce que Madame Grandchef innovait. Avant de discuter des sujets qui nous concernaient, nous allions devoir écouter attentivement le laïus d’un représentant en matériel de maintien à domicile. Le type viendrait en début de réunion, nous présenterait sa société et les prestations qu’elle offrait, puis on commencerait la réunion de service proprement dite. Présence obligatoire dès le début de la réunion.
Ainsi fut fait. Le type est venu, nous a présenté un joli diaporama bien ficelé, nous a vanté les mérites de ses produits et a répondu à nos questions.
Le discours était bien huilé : « dispositif innovant… patati… bien-être des personnes… patata… sécurité… blablabli… je vous laisse des brochures… blablabla… vous pouvez en parler autour de vous… »
Une heure de bourrage de crâne plus tard, le gentil représentant est reparti en laissant une pile de brochures sur la table et nous avons pu commencer la vraie réunion. Madame Grandchef, fière de sa trouvaille, a alors annoncé à l’équipe qu’elle renouvellerait ce type de prestation afin de nous tenir informées des dispositifs concernant les personnes dont nous nous occupions. Ben voyons!
Quelques jours plus tard, je discutais avec une aidante à propos d’un problème concernant son mari. Nous cherchions ensemble une solution quand soudain une évidence se fit dans mon esprit : ce dont elle avait besoin, c’était justement LE truc dont nous avait parlé le représentant l’autre jour! Fière de moi et heureuse de pouvoir aider, je lui parlai alors de ce dispositif innovant qui respectait le bien-être des personnes tout en assurant leur sécurité et lui promis de lui ramener une brochure la prochaine fois.
Et paf! En plein dans le mille!
J’aurais pu et j’aurais dû lui parler des dispositifs existant sans citer de marque, mais en toute sincérité, je ne connaissais que celui-là.
J’aurais pu et j’aurais dû chercher d’autres solutions à son problème, mais en toute sincérité, il n’y en a qu’une seule qui m’est venue à l’esprit.
J’aurais pu et j’aurais dû me renseigner sur la concurrence afin de ne pas orienter le choix de l’aidante, mais en toute sincérité, j’ai eu la flemme de le faire et je me suis contentée de lui conseiller de comparer les prix… tout en sachant pertinemment qu’elle ne le ferait pas, parce qu’internet c’est compliqué, et parce que la gentille aide à domicile a parlé de telle marque et qu’elle avait l’air de savoir de quoi elle parlait. Et puis c’était urgent.
Je me suis fait avoir comme une débutante.

Et le pire dans tout ça, ça n’est même pas le gentil lavage de cerveau des gentilles aides à domicile.
Non. Le pire, je crois, c’est que cette réunion nous était rémunérée comme du temps de travail. Donc, pendant que le représentant nous balançait son gentil petit discours publicitaire, nous étions payées, par le CCAS, donc par la mairie, donc par les impôts locaux de ces mêmes personnes chez qui nous vendions ensuite ce fabuleux dispositif innovant qui respectait leur bien-être tout en assurant leur sécurité. Autrement dit, même sans y faire appel, ils le payaient quand même.

La boucle est bouclée. Continuer la lecture

Publié dans auxiliaire de vie, BIG PHARMA, Ethique, Vieillesse | Commentaires fermés sur La visite

Quand un faux de nez de big pharma veut bloquer la transparence dans les essais cliniques.

Richmond Pharmacology ltd se lance dans une bataille judiciaire pour empêcher l’Health Research Autority (HRA) de mettre en pratique ses plans pour obliger l’industrie à déclarer tous les essais cliniques et ainsi éviter le biais de publications et de report … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, Médecine humeur, transparence | Commentaires fermés sur Quand un faux de nez de big pharma veut bloquer la transparence dans les essais cliniques.

Semaine 39

La politique européenne du médicament est claire, tout pour Big Pharma. L’EMA va être rattachée à la direction générale industrie, après seulement 5 ans sous la tutelle de celle de la santé. La croissance doit passer par la consommation de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AVK, BIG PHARMA, cancer du rein, DOK7, EMA, encephalopathie hépatique, FBP1, indoxyl sulfate, infarctus du myocarde, insuffisance rénale chronique, natation, NOAC, pathologie cardio-vasculaire, PEG, reviewing, revue de web, soluté de remplissage, toxines urémiques | Commentaires fermés sur Semaine 39

« Alirocumab : un nouvel espoir pour les nombreux patients dont le taux de cholestérol à LDL n’est pas adéquatement contrôlé par l’arsenal thérapeutique actuellement à disposition du corps médical ». (Sanofi & Regeneron)

Bonjour Big Pharma ne transporte plus jamais à grands frais les journalistes dans des congrès. Trop risqué. Ou on les transporte voilés en leur demandant de ne pas parler. Surtout plus de conflits d’intérêt. Plus jamais. Pour autant on ne se désintéresse pas de la presse d’information générale. Elle peut jouer un intéressant rôle de […] Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, Burson Marsteller, Regeneron, Sanofi | Commentaires fermés sur « Alirocumab : un nouvel espoir pour les nombreux patients dont le taux de cholestérol à LDL n’est pas adéquatement contrôlé par l’arsenal thérapeutique actuellement à disposition du corps médical ». (Sanofi & Regeneron)

Plan Krouchtchev, plan cancer, big pharma, science Lyssenkiste et une Delépine dans le pied de tout le monde.

Cette semaine j’ai écouté d’une oreille attentive et désespérée la rediffusion sur France Culture de l’émission « A voix nue » (ICI) consacrée à cette crapule stalinienne de Pierre Juquin. Avec sa voix doucereuse de Saint-Jean Bouche d’or qui a tout compris à la vie idéologique du vingtième siècle et qui a toujours eu raison quand il avait tort, et vice versa, mais, vous comprenez, les circonstances, j’ai appris, nous ne savions pas, les camps, les millions de morts, il fallait être dans le bon camp, il fallait trahir, il fallait mentir, c’était le sens de l’histoire, je crois toujours au communisme, à vomir (mais un jour je consacrerai un chapitre à la vie privée de Pierre Juquin quand il faisait l’exorciste dans des familles staliniennes moscovites françaises), et je n’ai presque aucun regret, vous comprenez, la lutte contre le fascisme, l’impérialisme américain, la guerre froide. Ouaip…

Pourquoi je vous dis cela ? 

Le plan cancer vient de paraître (voir LA). Contrairement au Hollande-bashing ambiant, je ne vais pas m’en prendre à ce brave garçon car il n’est que la marionnette des experts qui lui soufflent les suggestions dans son oreillette. On ne demande pas au Président de la République de lire les livres de Peter Götzsche (ICI) ou de s’informer ailleurs que dans le BEH, La Vérité de l’InVS. En revanche, les experts autoproclamés de l’INCa, les experts mongerisés, les experts big pharmés, les experts adoubés par l’Eglise de Dépistologie, pourquoi ne s’informent-ils pas ? Pourquoi sont-ils soumis à leurs croyances  aveugles ? Pourquoi sont-ils malhonnêtes ?
Le plan cancer vient de paraître et il y en a tellement à en dire ou à n’en pas dire que je me réserve le temps d’en faire le commentaire plus tard : voir ICI (il n’y a pas encore de lien).

Quel est le rapport avec Pierre Juquin ? Le voici.
Pierre Juquin, Joseph Prudhomme de la pensée marxiste orthodoxe, qui sait tout sur le passé et encore moins sur l’avenir, parle sur France-Culture du rapport Krouchtchev (1956). Ce fameux rapport Kroutchchev que les dirigeants du PCUS (Parti communiste de l’union Soviétique) avaient communiqué aux dirigeants communistes de l’Ouest en leur disant de la fermer, ce fameux rapport qui avait été publié dans la presse « bourgeoise » et que l’on appela chez les staliniens français le rapport attribué à Krouchtchev, vous saisissez la nuance dialectique, eh bien, les staliniens français se sont tus, on ne parlait pas encore de lanceurs d’alertes, ils ont tout gardé pour eux, ce fameux rapport montrait à quel point le communisme avait été une formidable machine de mort, les communistes ont tué plus de millions de personnes que les nazis et autres, et au coeur de l’Europe, comme les nazis, et les communistes français, les grands humanistes, les Maurice Thorez, le grand résistant, les René Piquet, les Pierre Juquin, les Pierre Laurent, les Maxime Gremetz, les René Andrieu, ils n’ont pas eu un mot pour les victimes, pas eu un mot pour les camps, pendant vingt ans ils ont fermé leurs goules, pour des raisons liées à l’internationalisme prolétarien, pour des raisons x, y ou z, parce que, écoutez bien, au moment du printemps de Prague, douze ans après, ils avaient peur de l’intervention des troupes russes (sic).

A l’INCa, où probablement, il y a autant d’anticommunistes primaires qu’ailleurs et autant de fils de et de grands bourgeois que dans les autres institutions médicales de la République, il y a aussi le rapport Cochrane ou le rapport attribué à Cochrane sur le cancer du sein (ICI pour le résumé et LA pour la publication in extenso) et il y a aussi des données non confidentielles que l’on met sous le coude, que l’on n’examine même pas car elles ne vont pas dans le sens de la grande guerre contre le cancer, de la lutte à mort contre les cellules cancéreuses, et elles pourraient mettre en péril l’idéologie dépistologique qui règne dans les consciences bien pensantes de la médecine officielle française. Il y a des membres de l’INCa qui, contre toute logique, ne savent pas ce qu’est un sur diagnostic, il y a des crapules sénologues qui minimisent les sur traitements et qui cachent leurs liens avec big pharma. Mais la Société Française de Sénologie n’est pas en reste, c’est une sous secte de la Grande Eglise de Dépistologie, car en consacrant un numéro de revue au sur diagnostic en novembre 2011 sa présidente Brigitte Seradour avait avoué 5 à 10 % de sur diagnostics (LA) contre 50 à 30 % pour respectivement Bernard Junod et Peter Götzsche, mécréants de cette Eglise.

La France n’est pas une république bananière, c’est une monarchie héréditaire au service des intérêts privés.
Dominique Dupagne a, en un autre domaine, dénoncé récemment le problème du contrat passé entre l’Education Nationale, grand machin qui prépare les fils des classes populaires à s’inscrire en toute conscience à Pôle Emploi une fois sortis du systéme, et l’industrie sucrière, organisme philanthropique ayant des liens d’intérêts indirects avec les dentistes, pour former les élèves à l’usage du sucre (ICI). On me dit que cela a commencé en 1990… C’est comme si le cartel de Pablo Escobar assurait à l’école les cours sur le bon usage de la cocaïne. Ou comme si American Tobacco assurait les cours sur le tabagisme. Mais tout cela ne choque personne car il faut bien prendre l’argent quelque part pour enseigner aux enfants de l’école républicaine comment boire du coca ou acheter des barres chocolatées avant de se retrouver au chômage, prendre de l’argent où il est, de l’argent désintéressé, comme dans la recherche médicale : qui assumerait la formation des médecins si big pharma n’apportait pas ses trente deniers ?

La cancérologie est une science exacte au service des oncologues où, accessoirement, des malades font leur apparition, des malades décharnés et haves, qui en sont à leur douzième cure de chimiothérapie, et pourtant à qui on promet encore la vie, et qui sont les objets consentants et informés d’essais cliniques pour des médicaments incertains qui auront aisément leur AMM pour avoir amélioré, en double aveugle, l’espérance de vie d’un jour et quart, des essais cliniques ambulatoires, les patients faisant des allers retours fatigants entre Villejuif – Auschwitz, les couloirs de la mort, et leur domicile…

Personne ne prétendra que la cancérologie en général n’a pas fait de progrès, que l’on ne traite pas mieux les cancers, que l’espérance de vie des patients n’augmente pas dans certains cancers, que des patients sont sauvés, et cetera, et cetera,  que l’accueil des patients n’a pas été amélioré (on partait de loin), que l’information sur les effets indésirables ne se fait pas, que les rendez-vous ne sont plus assurés avec des retards incroyables, mais je dirais, en paraphrasant Jonathan Nossiter (1) quand il parlait des restaurateurs : « Vous êtes de bons cancérologues mais vous êtes de piètres médecins. »

Le point de vue du médecin généraliste est un point de vue comme un autre mais il a l’avantage d’être à la fois dehors et dedans, c’est à dire que « son » patient est à la fois dehors et dedans. Il entend le discours des cancérologues, il lit les écrits des cancérologues, il ne participe pas aux réunions de concertation, il entend les propos des malades (qui ne comprennent jamais rien, c’est évident), ils entendent comment les malades ont été considérés ici ou là, comment les familles ont été informées ou non, comment les traitements ont été proposés mais plutôt imposés, comment les réglettes d’EVA ont été brandies, comment les transports sont organisés entre les différents lieux de soins, comment est programmée la débauche d’examens complémentaires, comment les rendez-vous sont annulés ou reportés, comment… la consultation d’annonce est annoncée au médecin traitant après qu’il a revu le patient ou la patiente, ce qui permet à ce brave médecin généraliste de rester dans le flou et de commencer l’exercice périlleux du mensonge aux patients cancéreux…

Il existe aussi des cancérologues, on dit désormais oncologues, ceux-là du secteur privé, qui écrivent des tribunes libres dans Le Point (voir LA) pour défendre l’indéfendable, en citant des publications biaisées et des économistes néo-libéraux, en mentant comme des arracheurs de dents comme ils le font avec leurs patients, et en se déclarant indépendants alors qu’ils « touchent », ils « touchent » et ils « touchent »… Heureusement que Pernelle a réagi, a fait l’enquête (les journalistes ont déjà du mal à tendre leurs micros, écrire des articles critiques leur donnerait des douleurs critiques, ils se taisent donc ou refusent d’examiner les faits), a écrit un billet complet « Indignation en soldes » qui fait le boulot et montre (LA) la vacuité existentielle et le trop plein du compte en banque de ces médecins dévoués corps et âmes aux statistiques fausses des plans cancer. Il y a la liste des 68 médicaments à éviter selon Prescrire (voir LA) et il y a maintenant la liste des 78 oncomédicochirurgiens à encenser.

Nous pourrions parler aussi d’Agnès Buzin, la directrice de l’INCa, dont un tweet rappelle avec intérêt le parcours professionnel et… privé (LA). Connaît-elle le rapport attribué à Cochrane ?
Nous ne parlerons pas non plus de l’ancien directeur de l’INCa, le professeur K, grand habitué des plateaux de télévision qui lui permettent d’augmenter ses honoraires de consultations privées, et qui en fut chassé pour malversations familiales.

Mais là, si vous le permettez, nous allons entrer dans le sublime, il y a aussi des dissidents de l’INCa. Des dissidents qui pensent qu’on n’en fait pas assez, que l’INCa est mou du genou, qu’il ne va pas jusqu’au bout, qu’il faut mettre le paquet. Ce sont les membres de l’AFU (Association française d’urologie) qui, contre toute logique, contre toute évidence, ont décidé que le PSA était l’alpha et l’omega du dépistage du cancer de la prostate. Les arguments de ces parangons de la vérité scientifique, de l’absence totale de liens d’intérêts et dont les représentants les plus brillants sont, par exemple, le grrrrrrrrrand professseur Guy Vallancien qui tient salon dans le journal Le Monde et qui a ses entrées un peu partout, comme on dit, et de plus petits professeurs comme Michaël Peyromaure, je le cite mais ne voudrais pas faire de jaloux, dont nous avons jadis analysé les brillants écrits (ICI) mais aussi le professeur Morgan Rouprêt qui s’est distingué récemment par la publication d’une tribune enflammée dans le journal L’Humanité.

Ces urologues font partie du club très ouvert des pro PSA et ils ont pignon sur rue. Ils disent le contraire des recommandations mondiales mais ils continuent de parader sur tous les tréteaux. Ce club rassemble ceux qui pensent, en gros, que seuls les urologues ont raison puisque ce sont eux qui font l’urologie, que l’épidémiologie est une science du passé, nous ne faisons pas de l’épidémiologie mais de la médecine (et ici de la chirurgie), que le sur diagnostic est une notion a posteriori qui donc, dans une pratique raisonnée et raisonnable de la chirurgie, est une donnée non prospective et que, au doigt mouillé, il est clair qu’on ne voit plus de cancers de la prostate métastasés, ce qui signifie, CQFD, qu’on a raison de couper les prostates, de les irradier, et d’hormoniser les patients pour les rendre immortels. Malheureusement le story telling urologique de l’AFU (qui, avec les années, a réussi à faire avaler la distinction entre dépistage personnalisé et dépistage universel) est a scientifique et démenti par les faits et les essais. Mais il ne faut pas parler d’essais cliniques à ces irréductibles Gaulois (2) ou seulement des essais qui vont dans le sens de l’urologie française triomphante, car, vous ne le saviez pas, je l’ai appris par tweeter du fameux professeur d’urologie de l’Institut Mutualiste Montsouris, que les essais cliniques nord-américains, notamment dans le NEJM, ceux qui affirment que le dépistage systématique du cancer de la prostate chez les hommes entre 50 et 69 ans, ne sert à rien en termes de mortalité spécifique sont des essais biaisés et qu’ils sont le fruit de l’impérialisme américain. 

Morgan Couprêt publie donc « Un déni de démocratie sanitaire » dans le journal des travailleurs et des travailleuses (ICI) en jouant sur la corde sociale sensible. Cet article est un tissu de contre-vérités flagrantes, un appel au peuple, une argumentation (?) pleine de sensiblerie et un plaidoyer pour la spécialité chirurgicale la mieux dotée et où les honoraires sont parmi les plus élevés du corps médical. Que L’Humanité ne se trompe pas de combat. Morgan Couprêt développe des arguments idéologiques dignes d’une science néo lyssenkiste, celle qui veut tordre le cou non seulement aux données de l’épidémiologie (une science bourgeoise ?) mais aussi à l’impérialisme américain : les petits pois de Mandel sont remplacés par les noisettes de l’AFU. Les journalistes du quotidien communiste auraient pu se renseigner sur le bonhomme  (3, 4).

Mais il existe heureusement dans le domaine de la cancérologie des outlaws, des rebelles, des ennemis de l’intérieur, comme Nicole Delépine (voir LA) qui osent écrire : « Et si, au lieu du cancer, c’était au traitement que vous aviez « survécu ». Elle a publié des livres iconoclastes (comme « La Face cachée des Médicaments » —ICI— ou « Le cancer, un fléau qui rapporte » — LA–, on doit la traiter de je ne sais quoi dans le milieu oncologique (comme on avait traité Iréne Frachon de je sais quoi dans le milieu machiste pneumologique). Elle commente un article de Virginia Postrel (ICI) et elle ne croit pas au plan cancer. Elle ne croit pas que les destructeurs du système de santé puissent être les « amis » des malades. Elle connaît la situation de l’intérieur, elle sait combien on ne traite pas des patients mais des cancers, bien plus, elle sait que l’on ne traite pas des cancers mais des cellules cancéreuses et que les deux cancers dont on parle le plus, celui du sein et celui de la prostate, sont de grandes arnaques scientifiques. Elle lit la littérature internationale et pas seulement celle écrite par les sénologues et par les urologues (ici gaulois), elle sait que l’on ne peut parler d’efficacité du dépistage que si la mortalité spécifique baisse alors que le nombre de cancers dépistés a augmenté, sinon, comme elle le dit, on traite des non cancers, on sur diagnostique et on sur traite…

Elle ne dit pas mais je le dis pour elle que les chimiothérapies de troisième, quatrième, voire cinquième ligne sont des aberrations, sont des renoncements de la part des oncologues qui ne peuvent faire autrement que continuer le traitement pour ne pas désespérer Billancourt, pour ne pas avoir à dire dire aux malades et à leur famille « Nous avons échoué » comme n’importe quel médecin traitant le dirait à son malade de trente ans. Elle sait mais ne dit pas que nombre d’essais cliniques sont menés  sur des cadavres ambulants en dépit de toute éthique, en faisant des promesses fallacieuses, en promettant la guérison à des patients qui sont déjà morts… Elle ne dit pas non plus que la finalité de ces essais est d’obtenir une AMM, une facile AMM, un prix considérable, facilement considérable, car, que voulez-vous, si on sauve un patient, il n’y a pas de prix, en cachant les effets secondaires ou en les minimisant et qu’ils permettent aux expérimentateurs de faire les malins dans les congrès en lisant des textes qu’ils n’ont souvent pas écrits en s’aidant d’écrans power point composés pour eux et aux frais de leurs maîtres big pharmiens.

Nous reviendrons dans une deuxième partie sur le plan cancer lui-même.

Je voudrais souligner, en guise de conclusion provisoire, que ce tableau apocalyptique est un constat systémique, il y a bien entendu des hommes et des femmes bons dans ce milieu, moraux, respectables mais on attend qu’ils quittent leurs fonctions pour qu’ils puissent parler et faire enfin les révélations que nous avons déjà faites.

PS (je rajoute ce qui va suivre le 4 août 2014 où, dans la même journée, j’apprends

  1. Qu’un article américain rapporte que les 71 dernières molécules anti cancéreuses (Tumeurs solides réfracraires et/ou métastatiques et/ou avancées apportaient en moyenne une survie augmentée de 2,1 mois) : LA
  2. Qu’un article américain rapporte une augmentation du nombre des K du sein chez les femmes entre 20 et 49 prenant une contraception O/P ICI : augmentation du risque relatif de 50 % ((OR, 1.5; 95% CI, 1.3–1.9))avec des variations selon les pilules. Les quelques cliniciens qui parlent de cela depuis des siècles vont-ils enfin être écoutés ?

Notes
(1) Le goût et le pouvoir, Paris, Grasset, 2007. Jonathan Nossiter dit à un chef étoilé célèbre après un repas :  « Vous êtes un excellent cuisinier mais un piètre restaurateur. » parce qu’on mangeait bien mais que les clients étaient mal reçus.
(2) Les mêmes Gaulois qui continuaient à prescrire du distylbène (DES) alors que tout le monde savait (les non Gaulois) que c’était inefficace et dangereux ; les mêmes Gaulois qui prétendaient que le traitement hormonal de la ménopause était efficace, non dangereux, voire féministe — nous n’avons pas le temps ici de développer.
(3) Pour les journalistes de L’Humanité, quelques données concernant le professeur fort de 378 articles recensés par PubMed (ICI), la bible de la production éditorial mondiale, certes été accusé de plagiarisme (ICI), ce dont il se défend, auteur de livres d’enseignement de l’urologie (LA), un médecin, dont la biographie est exemplaire (4), et qui, non content de collaborer largement avec l’industrie pharmaceutique (LA en inscrivant son nom puis en recherchant on retrouve 7 écrans) ce qui, selon la doctrine Lina (ICI) signifie compétence et indépendance.
(4) Morgan Rouprêt est chef de clinique assistant en urologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Il est titulaire d’un Master Recherche et d’une thèse de doctorat en sciences (travaux de recherche fondamentale sur les mécanismes de cancérogenèse en onco-urologie).
Il a été récompensé par plusieurs prix dont la médaille d’or de chirurgie de l’internat des hôpitaux de Paris (2005), le prix Le Dentu-Renon de l’Académie nationale de chirurgie (2006) et le prix du Best Scolarship Award(2007) de l’Association européenne d’urologie. Il est aussi conférencier d’internat depuis bientôt 5 ans à Paris et en Proince

Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, CANCER DE LA PROSTATE, CANCER DU SEIN, DELEPINE NICOLE, LYSSENKO TROFIM DENISSOVITCH, Plan Cancer, PLAN KROUCHTCHEV | Commentaires fermés sur Plan Krouchtchev, plan cancer, big pharma, science Lyssenkiste et une Delépine dans le pied de tout le monde.

Une invitation à déjeuner.

Mon ami le docteur B me demande l’autre matin si je veux venir les rejoindre déjeuner avec les docteurs C, D et E. Sympa, mais il ajoute que c’est un labo qui invite. Il sait que je ne le fais plus depuis un moment. Je lui dis que ça me fait hièche. Il me dit que je n’aurai qu’à payer ma part.
Je réfléchis.
J’ai envie de déjeuner avec D que je n’ai pas vue depuis longtemps. Quant aux autres, ce sont de très bons copains.
Le labo qui invite, c’est un petit labo, enfin, il ne fait pas partie des majors. Comment se fait-il qu’il ait encore un budget pour inviter des médecins à déjeuner ?
Ma position est claire : je ne réponds plus à ce genre d’invitations.
J’ai entendu dire que certains collègues acceptaient effectivement ces invitations et payaient leur part.
Ouais. Je n’y crois pas beaucoup. Non pas que les collègues mentent mais je me vois, manger, me dépêcher, à midi il y a toujours quelqu’un qui arrive en retard et un autre qui doit partir plus tôt, je serai pressé de retourner à ma consultation, le premier rendez-vous est à 13 H 30, je devrai me lever à quinze, demander au restaurateur combien je lui dois pour ce que j’ai mangé et le quart de la bouteille de vin que j’aurai bu en commun, un compte d’apothicaire.
Eh bien, c’est non.
Je rappelle B qui me dit « T’es con, tu fais bien des histoires, tu crois que je vais me laisser influencer par la nana et que je vais prescrire ses produits parce que j’aurai été invité ? C’est mal me connaître. » Moi : « Oui, il y a un risque »
Je ne voudrais pas me faire passer pour un père la pudeur, pour un donneur de leçons ou pour un pur esprit.
J’ai longtemps reçu la visite médicale, pendant beaucoup plus longtemps que la période durant laquelle je lui ai refusé mon cabinet.
D’abord sans aucune réticence. Je ne voyais pas où était le mal. Jeune médecin incomplètement formé, à Cochin il y avait bien, à l’époque, des cours de pharmacologie clinique mais des cours de thérapeutique, que nenni, j’arrivais dans le monde réel où les acromégalies étaient rares (j’avais été l’externe de consultation privée du professeur Laroche où défilaient des acromégales, des cushings, des addison,…), les lupus très fréquents (j’avais été externe dans le service de rhumatologie du professeur Amor, remarquable clinicien où les staffs étaient consacrés à de rares maladies pour lesquelles, à l’époque, les traitements étaient soit peu efficaces, soit peu établis soit expérimentaux…), et cetera. En gros, mais ce n’est pas le sujet de ce billet, quand je suis sorti de la Faculté, en 1979, j’était prêt à tout et, en réalité, prêt à rien. J’étais donc ravi que des jeunes femmes et des hommes moins jeunes (à moins que cela ne soit l’inverse) m’apprennent les phlébotoniques, les anti hypertenseurs (c’était le début des produits « modernes », l’arrivée du captopril), les anti vertigineux, les vincamines, les dérivés de l’ergot de seigle, le tanakan, les « pommades », et cetera.
Puis en commençant à me poser des questions. Je ne savais pas à l’origine ce qu’était un essai contrôlé et, pour des raisons que j’expliquerai plus tard, je m’y suis mis. Et, du coup, les aides visuelles colorées me paraissaient moins colorées et plus sombres, et je regardais plus le décolleté ou les jambes des visiteuses que je ne me passionnais pour les produits, quoique, quoique, dans cette période j’étais encore animé par la frénésie  de la prescription, un syndrome = un médicament, une plainte = un médicament, une demande de patient = un médicament, ayant encore besoin de consolider ma clientèle à un moment où la concurrence entre médecins faisait rage. Si je commençais à réaliser que la visite médicale, les repas de labo (et je dois dire que j’étais assez content de me faire nourrir gratuitement dans des restaurants réputés où je ne serais jamais allé, non par manque de moyens, mais peut-être par manque d’esprit de découverte, et parfois avec ma femme…), les réunions de Formation Médicale Continue sponsorisées, les visites elles-mêmes, les prospectus, les recommandations bidons, les conférences de consensus autoproclamées, les études d’implantation pou faire prescrire des boîtes et grassement rémunérées, les études promotionnelles dont les dossiers patients étaient remplis en direct par la visiteuse et / ou le visiteur (on me dit que les dossiers de patients dans le cadre du ROSP sont remplis en direct par la DAM de la CNAM qui ressemble de plus en plus à une VM), c’était quand même trop, je ne réalisais pas combien cela m’influait.
Puis j’ai franchi le pas. Je me suis bien entendu demandé comment j’allais faire sans les post-it, les blocs, les spéculums, les otoscopes, les abaisse langues, les invitations à des week-ends de golf (je n’y joue pas), les dîners-ébats, les certificats pré imprimés, les tensiomètres, les couteaux suisses, …
Ce n’est qu’ensuite que j’ai réalisé et que j’ai théorisé sur le influences néfastes de ces contacts ponctuels. Les malins et les affranchis me diront que j’ai mis le temps et que j’avais la tête bien dure pour ne pas avoir réalisé plus tôt. Ils auront raison.
J’ai donc refusé de déjeuner et j’ai ainsi échappé à la tentation. J’ai aussi échappé à mes certitudes dans le style « A moi on ne me la fait pas. Je suis un roc. » Tu parles.
Autre chose encore : je ne me suis rendu compte que bien longtemps après que j’ai refusé tout repas sponsorisé que ces repas étaient profondément impudiques. Nous mangeons entre confrères, payés par l’industrie, avec un visiteur ou une visiteuse qui fera ensuite un rapport de réunion, et nous parlons accessoirement de médecine, de confrères, sous le regard et avec les oreilles de big pharma qui n’en perdra pas une miette, nous médisons, c’est le sport confraternel et nous disons du bien de nous en passant, nous qui avons la clairvoyance. Le secret médical, la confraternité, ils se sont évaporés. 
Ce billet est une ébauche et ne prétend pas à l’exhaustivité.
J’ai déjà écrit sur les liens et conflits d’intérêts (ICI par exemple) et Marc Girard a écrit un billet éclairant (LA). 
Je parlais donc du quotidien et non des grands principes. 
(Eugène Delacroix (1798 – 1863) – Faust et Méphistophélès 1826 – 1827)

Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, conflits d'intérêts, déjeuner, liens d'intérêts | Commentaires fermés sur Une invitation à déjeuner.

Xanax®, Stilnox® et Lexomil®: en France, c’est reparti comme en 40

Vingt ans après  le bilan a quelque chose de véritablement  désespérant. Reprise massive des prescriptions-consommations longue durée des « benzodiazépines-anxiolytiques-hypnotiques ».  Le chômage ? Les généralistes ? Big Pharma ? Ceux qui nous gouvernent ne se risquent pas à vouloir savoir pourquoi. Souvent le titre  trahit  son auteur. « Etat des lieux en 2013 de la consommation des benzodiazépines en France » […] Continuer la lecture

Publié dans ANSM, BIG PHARMA, politique | Commentaires fermés sur Xanax®, Stilnox® et Lexomil®: en France, c’est reparti comme en 40

Diane 35 : la contre-offensive conjointe de Big Pharma et des néolibéraux (de droite et de gauche)


Le dernier communiqué de l’EMA (Voir ICI) innocentant Diane 35 est à mourir de pleurer (MDP pour les branchés). 

Il s’agit surtout d’un modèle de lobbying big pharmien (nouveau néologisme docteurdu16ien). 
Les avantages de Diane 35 l’emportent sur ses inconvénients pour ce qui concerne le traitement de l’acné, affirme l’EMA sans rire ! 
Tout le monde sait, sauf l’EMA (enfin, l’EMA le sait mais la Santé Publique n’est pas son propos), que Diane 35 est aussi et surtout utilisée comme contraceptif chez les femmes poilues et / ou acnéiques (vous voulez la formulation exacte de l’EMA ? Voici : « moderate to severe acne related to androgen-sensitivity and/or hirsutism (excessive unwanted growth of hair) in women of reproductive age ».
Le communiqué de l’EMA est fondé sur les données de pharmacovigilance de la PRAC (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee), un machin européen qui ne voit rien, qui n’entend rien et qui ne dit rien et dont les buts essentiels sont de protéger les médicaments, pas les patients (voir l’affaire Pandemrix qui traine lamentablement). 
La PRAC est à la pharmacovigilance ce que le macramé est au full contact.
Ce communiqué en profite pour donner le coup de pied de l’âne à la France en se demandant, sans rire, sur la base de quelles données les Gaulois ont programmé un retrait du marché d’une molécule si inoffensive… Vous remarquerez que cela fera plaisir aux ennemis de tout poil de la ANSM… dont j’ai envie, par provocation, de prendre la défense, mais, quand même, c’est un peu trop…
Je ne reviendrai pas ici sur les nombreux articles de blog que nous avons consacrés au problème de la contraception en France, de la contraception oestro-progestative en particulier, sur ses risques minimisés et sur les dangers de l’association explosive tabac – pilule, et, surtout, sur les mauvaises habitudes du corps médical français (permettez, chers collègues, que je mette tout le monde dans le même sac, l’influence de Big Pharma étant telle qu’il est difficile d’avoir les idées claires) privilégiant la contraception hormonale contre les autres modes de contraception, véhiculant des idées fausses sur les DIU (dispositifs intra utérins) et sur les autres méthodes. Comme CMT l’a écrit dans de nombreux commentaires de blog nous assistons à un enterrement en grandes pompes (voir la note (1) en fin de ce billet).
Cette crise m’a pourtant permis, très égoïstement, de mettre à jour mes connaissances. Cela m’a aussi permis de confirmer le fait suivant (que je pourrais ériger en règle, en principe ou en loi) : chaque fois qu’un problème se pose à moi en médecine (à propos de moi-même ou d’un membre de ma famille ou à propos d’un patient en particulier pour lequel je m’interroge par ignorance, par empathie ou par compassion) et à chaque fois que pour se faire, je me renseigne, d’abord auprès de mes correspondants habituels et de mes amis experts, que je me mets à lire avec plus d’attention la littérature (et même si  j’ai déjà lu sur le sujet La Revue Prescrire, une revue Cochrane ou une analyse Minerva) il me faut peu de temps (ce n’est pas pour me mettre en avant, c’est pour expliquer le pouvoir de l’expérience de rechercher constamment et basiquement sur internet, et même sur l’internet grand public avant même de passer sur PubMed), pour me faire une idée neuve sur le sujet, pour m’apercevoir que j’avais des préjugés sur la question, des préjugés liés à ma pratique, à ma lecture rapide des articles, à ma lecture orientée des articles dans le sens de mon poil, en me laissant aller sur la pente de la facilité… Ce point est crucial : et je ne saurais que plus encore valoriser l’EBM qui est un questionnement dont la ou les réponses sont fondées à parts égales sur les données de la science quand elles existent (ou expérience externe), sur les données de notre pratique et de nos connaissances quand elles existent (l’expérience interne) et les valeurs et préférences des patients. Lire La Revue Prescrire ne suffit pas. Lire une revue Cochrane pas plus. Lire une mise au point Minerva pas moins. C’est néanmoins indispensable.

Mettre à jour mes connaissances mais, plus encore, resituer mes connaissances dans le contexte plus général de la signification de la contraception, hormonale ou pas, dans une perspective politique, sociologique, anthropologique et, plus prosaïquement, patriarcale.

Je me permets donc de me citer sur ce qu’il était important de retenir sur la contraception hormonale : LA.

Je voudrais souligner combien, même les experts réputés, fussent-ils non académiques, peuvent nous tromper au nom de la Bonne Cause : ICI.
Je voudrais aussi rappeler combien les sociologues politisés (de gauche) et sociétalisés (de gauche) publiant dans le journal Libération peuvent aussi affirmer des contre-vérités : LA et pour lire l’article original c’est LA.
Pour que l’on ne me soupçonne pas de vouloir entrer à l’ANSM, je vous renvoie ICI à ce que j’écrivais à leur propos.
Et enfin, j’avoue : j’ai écrit en septembre 2012 un billet demandant le retrait de Diane 35 et de ses génériques (alors que ce n’est pas vraiment dans mes habitudes idéologiques d’interdire) : LA.

 

Revenons-en au lobbying de Big Pharma.

Big Pharma a eu peur et a désormais peur : 

les ventes de pilules de troisième et quatrième génération ont baissé de 45 % et celles de Diane 35 de 75 %

Tout comme Small Pharma (les génériqueurs) dont les rapport à la pharmacie traditionnelle sont parfois flous, sinon par le biais des Fonds de pension américains, ou trop évidents (Small Pharma branche de Big Pharma).
Il était nécessaire que Big Pharma allume des contre-feux. 
Les armes habituelles de Big Pharma sont connues.
  1. L’instillation du doute et l’enfumage des esprits par l’intermédiaire d’articles, de prises de position de grands patrons récitant des argumentaires préparés et développés lors de réunions d’experts, de déjeuners ou de dîners dans des restaurants réputés ou lors de Congrès exotiques. Voir ICI le livre remarquable de David Michaels.
  2. La perversion des clercs dont le rôle n’est plus maintenant, comme rappelé ICI par Georges Monbiot, que de s’assurer que la connaissance scientifique peut être traduite en croissance économique » (“ensuring that scientific knowledge translates to economic growth”). Voir ICI la conférence faite à Cambridge (GB) Par Sir Mark Walport.
  3. La fabrication des experts (Expert Mongering, voir LA) qui permet de les créer de toute pièce, de les faire monter dans la hiérarchie académique en leur allouant des crédits de recherche, des expertises maisons, en leur écrivant des articles publiés dans de « bonnes » revues, en leur permettant de distiller la bonne parole dans des associations de FMC (Formation médicale Continue), de les rendre dépendants et de les avoir à sa botte pendant toute leur carrière
  4. L’entrisme dans les Agences internationales et françaises (cf. EMA et ANSM) permettant de nommer à des postes-clés des experts fabriqués ou des experts dociles avec l’aval des politiques.
  5. Le ghost writing qui permet d’écrire des articles à la place des experts en leur faisant signer le papier dans une langue qu’ils connaissent parfois mal. Un article a donc été écrit par des « sommités » de la gynécologie mondiale (voir ICI), dont l’inénarrable David Serfaty (qui applique la doctrine Lina, du nom de ce grand virologue qui a dit en substance : « C’est parce que je reçois des subventions de tous les labos que je suis indépendant des labos… »), la lecture de leur Competing Interests étant pour le moins intéressante : ils travaillent avec toutes les grandes entreprises de la contraception hormonale, article qui reprend tous les poncifs que nous ont assenés les Nisand, Winckler et autres (mon mensonge préféré est : « Il y a moins de phénomènes trombe-emboliques sous contraception oestro progestative que lors d’une grossesse »), et dont le point d’orgue est une étude diligentée par Bayer qui réfuterait tout danger avec les pilules de troisième et quatrième génération.
  6. La perversion de l’enseignement de la médecine. Pour les multiples raisons sus-citées les enseignants académiques sont redevables de Big Pharma consciemment ou inconsciemment. Les cours, les livres, les polycopiés, les documents internet sont inspirés par Big Pharma et sa propagande. La consultation des livres menant à la préparation de l’ECN (Examen Classant National) confirme cette impression nauséabonde.
  7. La dramatisation de la situation. Un des arguments merveilleux des experts serait le risque (mais nous ne le minimisons pas) d’une explosion des IVG en France à la suite de cette crise. Et la façon dont ils se sont exprimés sur le sujet nous fait penser qu’ils souhaitent cette explosion comme confirmation a posteriori de la rigueur de leurs raisonnements (tout comme les experts de la grippe avaient souhaité très fort que la pseudo pandémie A/H1N1 tue beaucoup de monde pour confirmer leurs prédictions dévastatrices…). Et il n’est pas douteux que l’InVS, dans son Bulletin Paroissial, le BEH, viendra au secours des chiffres annoncés.
  8. L’infiltration des media grand public trop contents de copier des argumenteurs préparés où les scoops succèdent aux scoops sur les risques d’IVG (cf. supra), sur les bienfaits de la pilule sur la santé (cf. supra), sur la transformation anthropologique des femmes depuis son avènement, tout en cachant que le nombre d’IVG ne diminue désespérément pas en France, que la mortalité maternelle péri natale est en France une des plus fortes des pays développés malgré la normalisation et la politique des indicateurs menée à outrance dans ce pays. Sans compter les commentaires non critiques des medias à l’égard du communiqué de l’EMA : LA.
  9. Et cetera

Les groupes de pression.

  1. Big Pharma et ses oeuvres.
  2. Small Pharma : avec ses génériques et ses dosages changeants entre le princeps et le générique, la petite soeur de la précédente fait le forcing si bien que 84 pilules différentes occupent le marché français : les experts (de Big et de Small Pharma) prétendent que c’est pour répondre aux besoins des femmes. Désolé, je n’ai pas bien appris l’argumentaire, il faut dire ceci : le climat hormonal de chaque femme pourra être satisfait. Mon œil ! Il s’agit tout simplement d’élargir l’offre pour créer le besoin : si vous n’arrivez pas à trouver la « bonne » pilule pour la femme qui est en face de vous, c’est que vous êtes un mauvais médecin.
  3. Les mouvements féministes qui ont décidé que les femmes modernes étaient les seules femmes estimables de l’histoire de l’humanité et que discuter ne serait-ce qu’un peu des dangers de la pilule estro-progestative ne pouvait émaner que de réactionnaires, de conservateurs, de peine-à-jouir, de misogynes ou pire… (cela ne vous rappelle pas quelque chose ?) Lire Marc Girard pour avoir un son de cloche différent (ICI, LA et LA)
  4. Les sociologues qui tirent à la ligne pour nous dire que le plus grand bienfait fait aux femmes au vingtième siècle est la contraception,  ajoutant même que cela empêchait d’avoir des cancers et améliorait la qualité de vie (voir ICI). Ils oublient certainement d’avoir lu Carol Gilligan et Joan Trento sur le CARE et la poursuite de l’exploitation des femmes (travail, tâches ménagères, et cetera…), ce n’est pas à la mode, même Emmanuel Todd le dit.
  5.  Les professeurs de morale issus de la gynécologie obstétrique (IN) et de la médecine générale (MW) qui sont persuadés de faire le bien des femmes à l’insu de leur plein gré et qui se prétendent les amis des femmes.
  6. Les Associations (dont le Planning Familial dont je ne saurais oublier toutes les actions menées dans le cadre de la contraception, mais pas seulement), tout à son travail de tous les jours et à son combat philogyne, qui avaient oublié que Big Pharma orchestrait la manoeuvre et que les effets indésirables de la pilule existaient.
  7. Les néo-libéraux.
Les néolibéraux.
Tout le monde (enfin, ce genre de formulation est dangereuse) convient que le libéralisme est de droite et que le néo libéralisme, que l’on assimile trivialement à Margareth Thatcher et à Ronald Reagan, est d’extrême droite. Mais on oublie, enfin il devient de plus en plus difficile de l’oublier, que le néo libéralisme est désormais de gauche, notamment sur le plan culturel. Or, qu’y a-t-il de plus culturel que la contraception féminine ? 
Il faut bien entendu faire un distinguo (subtil) : le néolibéralisme de droite s’occupe des biens et des personnes (libre circulation) et le néolibéralisme de gauche s’occupe des personnes (libre circulation) et de la culture (le multiculturalisme égalitaire). Nous n’avons pas encore parlé de deux catégories particulières : les conservateurs qui ne s’intéressent qu’au libéralisme économique en y associant en théorie le respect des valeurs anciennes, le patriotisme, la morale, les valeurs chrétiennes pour les uns, judéo-chrétiennes pour les autres, islamiennes pour d’autres encore et j’en passe, et les libertariens qui sont, comment dire, des anarchistes anglosaxons d’extrême-droite hostiles à tout réglementation émanant de l’Etat et qui prônent, en vrac, la libéralisation des drogues encore illicites, la NRA, et l’extinction de l’Etat fédéral américain…
Pour comprendre les liens entre le néo-libéralisme de gauche et l’argent, il est intéressant de visionner cette vidéo (un entretien avec JC Michéa – ICI).
Quoi qu’il en soit les néo-libéraux s’indignent de la future interdiction de Diane 35 et du dé remboursement des pilules de troisième et quatrième génération (dont en fait une seule était remboursée). Ils s’indignent au nom de la liberté des femmes à pouvoir choisir ce qui leur convient après qu’elles ont été correctement informées. Sur ce dernier point on peut se poser de sérieuses questions sur l’information éclairée quand on lit la littérature grand public sur le sujet. Littérature académique ou extra académique qui ne lit même pas la littérature académique rapportant les dangers potentiels de la pilule oestro-progestative (LA). On peut se poser également de sérieuses questions sur les connaissances des prescripteurs de pilules…
Refuser l’interdiction de Diane 35…
C’est du John Rawls tout craché.
En rajoutant du mai 68 redigéré : Il est interdit d’interdire.
C’est du Adam Smith à la sauce moderne : la main invisible du marché qui régule. On pourra m’objecter que Rawls et Smith ne disent pas la même chose : dont acte. Rawls est plus fin.
Les néo-libéraux, certains, sont pour l’interdiction du Mediator et contre l’interdiction de Diane 35 ; les néo-libéraux, certains, sont pour la libéralisation / dépénalisation / légalisation (faites votre choix, braves gens) des drogues illicites en proposant dans le même temps le baclofène comme remède au fléau de l’alcoolisme « qui fait des dizaines de milliers de morts par an ».  Des dizaines de milliers de morts par an pour une drogue licite, vernaculaire, avec des contrôles, des zones de deals, et cetera… Pas rassurant. Je ne reviendrais pas, peut-être un autre jour, sur la Prohibition américaine qui est mise en avant par les néo-libéraux des drogues, arguant du fait que c’est de là qu’a commencé le Crime Organisé, ce qui n’est pas tout à fait faux, mais oubliant de dire que, du point de vue de la santé Publique (aïe, on va me traiter d’hygiéniste), ce fut une bénédiction (diminution du nombre de cirrhoses, et cetera…). Il est également possible, mais pas certain, que la levée de la prohibition sur les drogues s’accompagne d’une augmentation de la consommation et des effets indésirables.
Mais je m’égare.
Les néo-libéraux vont donc nous refourguer Diane 35 par le biais de l’EMA. On attend.
(1) Commentaire de CMT du 9 janvier 2013 (LA) Ce que vous dites est en partie juste mais très partiellement seulement.
J’ai fait une erreur et j’aurais dû citer mes sources (quand on veut aller vitre on fait mal et ça m’arrive aussi).
L’erreur était précisément, celle-ci : de dire que les maladies cardio-vasculaires étaient devenues la première cause de mortalité féminine chez les femmes de moins de 50 ans. C’est faux et j’avais mal lu. En réalité, les MCV SONT DEPUIS LONGTEMPS LA PREMIERE CAUSE DE MORTALITE FEMININE GLOBALEMENT et non chez les femmes de moins de 50 ans.
Je citais, sans le dire, les propos tenus au dernier congrès de cardiologie de Villepinte en 2011.
Les cardiologues se disaient très inquiets de l’augmentation des maladies cardio-vasculaires chez les jeunes-femmes et ils citaient l’apparition d’infarctus à un âge précoce.
Je cite : « Première cause de mortalité féminine après 60 ans dans les pays développés, l’augmentation des maladies cardiovasculaires chez les femmes est directement liée aux modifications du style de vie. Ainsi, la conjonction du tabac et de la contraception orale multiplie 3 à 20 fois le risque cardiovasculaire. Pour le Pr Nicolas Danchin : « il est aujourd’hui nécessaire que l’ensemble des professionnels de santé prennent en compte le risque et les spécificités des maladies cardiovasculaires chez la femme ». Il poursuit « il est tout de même surprenant de constater qu’il y a de plus en plus de femmes très jeunes victimes d’infarctus… » 
http://www.lauma-communication.com/2011/08/25/2731-aout-congres-europeen-de-cardiologie-faire-reculer-les-maladies-cardiovasculaires/
Plus d’infos sur le caractère spécifique des infarctus féminins, souvent à bas bruit mais plus souvent mortels que chez les hommes : http://www.canalacademie.com/ida8015-Maladies-cardio-vasculaires-les-femmes-plus-exposees-que-les-hommes.html 
Le bain d’hormones de synthèse où les médecins font baigner les femmes en permanence joue le rôle principal dans cette augmentation pour les cardiologues. Là il s’agit du risque artériel pour des jeunes-femmes. Les traitements de l’infarctus s’améliorent aussi, donc cela ne va pas forcément se traduire directement en termes de mortalité.
Vous dites aussi : » Par ailleurs le tabagisme n’a aucune influence sur le risque veineux thromboembolique . Thromboses veineuses et thromboses artérielles sont le fait de mécanismes en grande partie différents ». Et là vous avez tort.
Je vous le montre avec cette étude http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ajh.21059/abstract
Une étude cas témoin qui a été publiée dans une revue d’hématologie américaine et qui paraît tout à fait sérieuse et pertinente. Elle montre que si le tabac seul, produit une augmentation modérée du risque d’accident TEV de l’ordre de 20%, la COMBINAISON TABAC ET PILULE FAIT LITTERALEMENT EXPLOSER CE RISQUE en le multipliant presque par 9 (+880%) par rapport aux JF qui ne fument pas et ne prennent pas la pilule. De plus ce risque est CUMULATIF et augmente avec le nombre de paquets-année.
Alors que la combinaison facteur V et de la pilule oestro-porgestative le multiplie seulement par 5 (+500%) par rapport aux JF ne présentant pas de facteur de risque.
JE PENSE CLAIREMENT QU’ALORS QUE LES AUTORITES SE PREPARENT A ENTERRER L’AFFAIRE APRES N’AVOIR RIEN FAIT POUR DIMINUER LES RISQUES , ALORS QUE LES MEDECINS SE PROPOSENT DE NE RIEN CHANGER A LEURS HABITUDES, IL EST BIEN INUTILE DE VENIR RASSURER FAUSSEMENT LES FEMMES . LES RISQUES SONT BIEN LA ET SONT BIEN SUPERIEURS A CEUX QUI SONT OFFICIELLEMENT RECONNUS .
D’ici quelques jours les médias vont se mettre à nous parler de la dernière petite phrase d’un tel, du dernier évadé fiscal, ou de quelque chose d’aussi anecdotique qui va les occuper, et nous distraire, pendant des semaines. Alors faisons en sorte que les femmes soient au moins correctement informées. Car visiblement beaucoup de femmes ont appris par la presse que leurs problèmes de santé étaient très probablement dus à la pilule.
Dominique Maraninchi – Directeur de l’ANSM. Crédit photographique LA

Continuer la lecture

Publié dans BIG PHARMA, BYG PHARMA, DIANE 35, EMA, MICHEA JEAN-CLAUDE, NEO-LIBERAUX, SMALL PHARMA | Commentaires fermés sur Diane 35 : la contre-offensive conjointe de Big Pharma et des néolibéraux (de droite et de gauche)