Archives de catégorie : anesthésie

Le Pr Louis Lareng, créateur éclairé du premier SAMU français, vient de décéder

Bonjour Un grand servant de la médecine. C’était un descendant du baron Dominique-Jean Larrey, père de la médecine d’urgence et, sous Napoléon, promoteur des premières « ambulances volantes » (voitures à chevaux transportant deux à quatre blessés) : dispenser les premiers soins le plus tôt possible au plus près des victimes ; rapatrier ces dernières au plus vite dans un […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, Hôpital, législatif, médecine, Risques (réduction des), soigner, Urgences | Commentaires fermés sur Le Pr Louis Lareng, créateur éclairé du premier SAMU français, vient de décéder

Pourquoi le Dr Frédéric Péchier, soupçonné d’avoir empoisonné, reste-t-il en liberté ?

Bonjour Difficile, parfois, pour le citoyen, de comprendre l’aveugle justice rendue au nom du Peuple français. Pourquoi Isabelle Balkany, condamnée à trois ans de prison peut-elle continuer à gouverner Levallois-Perret ? Qu’adviendra-t-il de Jean-Luc Mélenchon, trop bruyant représentant de la République ? Pourquoi Richard Ferrand blanchi à Brest Ferrand Richard se retrouve-t-il soudain mis en examen à […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, déontologie, France 3, Franceinfo, justice, médecine, mort | Commentaires fermés sur Pourquoi le Dr Frédéric Péchier, soupçonné d’avoir empoisonné, reste-t-il en liberté ?

La «colère froide» de Nicolas Bonnemaison contre Jérôme Cahuzac et l’Ordre des médecins

Bonjour « Deux poids, deux mesures ». C’est le titre d’une tribune peu banale publiée aujourd’hui dans Sud Ouest – un texte hors du commun signé de l’ex-médecin Nicolas Bonnemaison, jadis urgentiste à l’hôpital de Bayonne. L’homme réagit à la décision du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) du 21 juin autorisant le Dr Jérôme Cahuzac […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, déontologie, justice, médecine, Polémique, politique, Risques (réduction des), soigner, sud-ouest | Commentaires fermés sur La «colère froide» de Nicolas Bonnemaison contre Jérôme Cahuzac et l’Ordre des médecins

L’invraisemblable scandale des urgence : celui des malades laissés sur des lits-brancards

Bonjour Brancards, parfum de guerre et de médecine militaire. S’il n’y avait qu’une tribune à retenir, parmi toutes celles qui fleurissent aujourd’hui dans les gazettes, ce serait celle que signe aujourd’hui dans Libération le Pr Bruno Riou, membre du Conseil national de l’urgence hospitalière, doyen de la faculté de médecine, Sorbonne-Université. Cette tribune, mais aussi ses […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, Hôpital, libération, management, médecine, politique, pouvoir, Risques (réduction des), Santé publique, soigner, Urgences | Commentaires fermés sur L’invraisemblable scandale des urgence : celui des malades laissés sur des lits-brancards

Premières révélations de l’anesthésiste de Besançon accusé de vingt-quatre empoisonnements.

Bonjour C’est une exclusivité de La Nouvelle République (Emmanuel Coupaye). Le quotidien régional a recueilli (à Poitiers où la justice le contriant à résider) les premiers mots à la presse du Dr Frédéric Péchier, médecin anesthésiste de Besançon (Doubs) accusé de vingt-quatre empoisonnements qu’il « conteste farouchement ». « A mots comptés, contenus parfois, il évoque ses sentiments, les accusations, […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, justice, La Nouvelle République du Centre-Ouest, médecine, médico-légal, Polémique, police, Violences | Commentaires fermés sur Premières révélations de l’anesthésiste de Besançon accusé de vingt-quatre empoisonnements.

Vingt-quatre empoisonnements, neuf mortels : comme l’affaire bisontine évoluera-t-elle ?

Bonjour Son nom peine à imprimer : le Dr Frédéric Péchier. Aussi les médias parlent-ils de « l’anesthésiste bisontin ». L’affaire est simplement inimaginable. Aussi cherche-t-on des points d’ancrage. Et, quand ils se souviennent, les médias évoquent « l’affaire Mériel » (CHU de Poitiers, 1984, un mort). La cour d’appel de Besançon a, le 12 juin,  maintenu le Dr Frédéric […] Continuer la lecture

Publié dans Ambition, anesthésie, argent, déontologie, Editions de Minuit, Hôpital, justice, Le Parisien Aujourd'hui en France, libération, littérature, médecine, Polémique, police, Violences | Commentaires fermés sur Vingt-quatre empoisonnements, neuf mortels : comme l’affaire bisontine évoluera-t-elle ?

L’envenimement des grèves aux urgences : il ne faut pas dévoyer l’arrêt maladie (Agnès Buzyn)

Bonjour Hier invisible ou presque des médias généralistes la grève des urgentistes vient de s’envenimer : des grévistes réquisitionnés viennent ainsi de se mettre en « arrêt-maladie » pour protester contre leurs conditions de travail. Après un très gros abcès à Lons-le-Saunier on apprend que dans la nuit du 3 au 4 juin, à l’hôpital Lariboisière de Paris, […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, déontologie, France-Inter, Hôpital, Le Quotidien du médecin, management, médecine, Mediapart, Polémique, politique, pouvoir, Risques (réduction des), RTL, Urgences | Commentaires fermés sur L’envenimement des grèves aux urgences : il ne faut pas dévoyer l’arrêt maladie (Agnès Buzyn)

Journaliste : parviendra-t-il à traiter de l’affaire Vincent Lambert sans céder à la passion ?

Bonjour « Vincent Lambert et le vol noir des certitudes ». C’est le titre d’un papier peu banal – un éditorial de Marianne signé de la directrice de la rédaction : Natacha Polony,journaliste, femme politique et essayiste. Parcours complexe et pluraliste. Il y a quatre ans a créé le « Comité Orwell », un « laboratoire d’idées » qui a pour objectif de défendre […] Continuer la lecture

Publié dans alimentation, anesthésie, CONSCIENCE, croyance, déontologie, Ethique, France-Inter, journalisme, justice, législatif, Linguistique, Marianne, médecine, Polémique, Slate.fr, soigner | Commentaires fermés sur Journaliste : parviendra-t-il à traiter de l’affaire Vincent Lambert sans céder à la passion ?

Vincent Lambert : d’où vient l’«indignation» des médecins spécialistes d’anesthésie-réanimation ?

Bonjour Daté du 24 mai, c’est un communiqué destiné, via la presse, à l’opinion : « Vincent Lambert : soutien à l’équipe soignante » : Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers en Anesthésie et Réanimation (SNPHARE) tient à marquer son soutien au Docteur Vincent Sanchez et à toute son équipe de l’Unité de Soins Palliatifs  et de l’Unité de Cérébro-Lésés […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, CONSCIENCE, déontologie, Ethique, justice, médecine, médico-légal, Polémique | Commentaires fermés sur Vincent Lambert : d’où vient l’«indignation» des médecins spécialistes d’anesthésie-réanimation ?

Vincent Lambert : « L’arrêt des traitements et la sédation profonde ont été initiés ce matin »

Bonjour Matinée du 20 mai, un mail. L’arrêt des soins de Vincent Lambert « patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans a débuté à l’hôpital Sébastopol, CHU de Reims » a-t-on appris auprès de l’avocat des parents et de source familiale. «L’arrêt des traitements» et «la sédation profonde et continue» ont été «initiés ce matin», a écrit […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, déontologie, Hôpital, justice, législatif, médecine, médico-légal, Polémique, RTL | Commentaires fermés sur Vincent Lambert : « L’arrêt des traitements et la sédation profonde ont été initiés ce matin »

La Loire et les déserts médicaux : l’anesthésie-réa du CHU de Saint-Etienne prend tous les risques

Bonjour Enthousiasmant. C’est une remarquable vidéo de soignants partant en guerre ; vidéo « à but non lucratif » ;  3’41’’ toniques  calquées sur la mythique « Agence tous risques ». Succès assuré. Un concentré de volonté heureusement relayé par Le Progrès et Le Quotidien du Médecin (Anne Bayle-Iniguez). Où l’on voit des soignants qui « ne lâcheront pas », qui feront tout […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, Histoire, Hôpital, Le Progrès, Le Quotidien du médecin, médecine, politique, Urgences | Commentaires fermés sur La Loire et les déserts médicaux : l’anesthésie-réa du CHU de Saint-Etienne prend tous les risques

Empoisonnements : spectaculaire prolongement de l’affaire de l’anesthésiste de Besançon

Bonjour On le pressentait : le parquet de Besançon a annoncé jeudi 16 mai avoir engagé des poursuites contre le Dr Frédéric Péchier, anesthésiste-réanimateur, pour « empoisonnement sur personne vulnérable » visant dix-sept nouveaux cas d’empoisonnements présumés, dix-sept qui s’ajoutent aux sept pour lesquels il avait déjà été mis en examen en 2017. Soit, d’ores et déjà une affaire sans […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, France Bleu, justice, Le Parisien Aujourd'hui en France, médecine, médicament, médico-légal, Polémique | Commentaires fermés sur Empoisonnements : spectaculaire prolongement de l’affaire de l’anesthésiste de Besançon

Empoisonnements : rebondissement glaçant dans l’affaire du médecin anesthésiste de Besançon

Bonjour C’est une affaire qui peine à prendre de l’ampleur. Une affaire pourtant qualifiée de « glaçante » par Le Parisien (Louise Colcombet avec Jean-Michel Décugis). Une affaire qui avait émergé en mars 2017 et progressé quelques semaines plus tard avec la mise en examen, pour sept « empoisonnements », du Dr Frédéric Péchier, 47 ans, médecin anesthésiste à Besançon. […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, déontologie, justice, Le Parisien Aujourd'hui en France, médecine, médicament, médico-légal, police | Commentaires fermés sur Empoisonnements : rebondissement glaçant dans l’affaire du médecin anesthésiste de Besançon

Brutale accélération de la fermeture de toutes les «petites maternités de proximité» : et après ?

Bonjour « Le nombre de femmes qui vivent à plus de 45 minutes d’une maternité a doublé en 20 ans » titre Le Monde (François Béguin, Véronique Malécot, Mathilde Costil, Eugénie Dumas, Eric Dedier et Xemartin Laborde). Une information opportunément publiée à la veille des « Etats généraux des maternités de proximité » qui se tiendront les 22 et 23 mars au […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, chirurgie, Gynécologie-Obstétrique, Hôpital, LeMonde., médecine, politique, procréation, Risques (réduction des) | Commentaires fermés sur Brutale accélération de la fermeture de toutes les «petites maternités de proximité» : et après ?

Mobilisation médicale : voici pourquoi et comment il faut fermer toutes les petites maternités  

Bonjour C’est une formidable prise de position œcuménique – un phénomène rarissime dans la profession médicale. Un texte destiné à la presse et signé par un vaste aréopage représentant les anesthésistes-réanimateurs, les gynécologues médicaux et les gynécologues-obstétriciens, les pédiatres et des médecins généralistes 1. Ils disent « entendre les inquiétudes qui grandissent autour de la fermeture de […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, Gynécologie-Obstétrique, Hôpital, médecine, Polémique, politique, pouvoir, procréation, Risques (réduction des), Santé publique | Commentaires fermés sur Mobilisation médicale : voici pourquoi et comment il faut fermer toutes les petites maternités  

Vingt morts suspectes : l’ Hypnovel® a-t-il été méchamment utilisé à l’Ehpad de Pontarlier ?

Bonjour Il y avait depuis la fin janvier « de fortes suspicions d’euthanasie ». Le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux vient cette fois d’annoncer qu’il ouvrait une enquête en « recherche des causes de la mort » après les décès suspects de vingt pensionnaires de l’Ehpad du Larmont près de Pontarlier (Doubs). Elle fait suite à […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, déontologie, Gènéthique, justice, Le Figaro, médecine, médicament, médico-légal, pharmacie, police | Commentaires fermés sur Vingt morts suspectes : l’ Hypnovel® a-t-il été méchamment utilisé à l’Ehpad de Pontarlier ?

Les amphétamines de Bernard-Henri Lévy et les injections sanguines de la star Neymar

Bonjour Du pain et des bleus. « 19-24 Désespérant » titre justement L’Equipe au lendemain d’un match catastrophe du XV de France cintre le XV de Galles. Où l’on pressent que le jeu de rugby, à l’échelon français, est une éponge du moral national. Et sans pouvoir le démontrer on pourrait soutenir l’hypothèse que les Gilets Jaunes […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, anesthésie, argent, Articulations, chirurgie, Douleur, L'Equipe, littérature, médecine, médicament, philosophie, politique, pouvoir, publicité, Revue médicale suisse, spectacle, sport, tabagisme | Commentaires fermés sur Les amphétamines de Bernard-Henri Lévy et les injections sanguines de la star Neymar

Le protoxyde d’azote, un gaz hilarant qui ne fait pas du tout rire les médecins

Le protoxyde d’azote (N2O), communément appelé « gaz hilarant » ou « proto », est un agent anesthésique volatile utilisé par voie inhalée depuis 170 ans par les médecins. Son utilisation, dans le cadre d’un usage récréatif, peut être responsable d’accidents inattendus. Ces derniers … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans addictologie, anesthésie, cas clinique, Douleur, drogue, gaz hilarant, moelle épinière, Neurologie, protoxyde d’azote, toxicologie, toxicomanie | Commentaires fermés sur Le protoxyde d’azote, un gaz hilarant qui ne fait pas du tout rire les médecins

Curare : l’anesthésiste de l’hôpital de Lavaur a été mise en examen pour homicide volontaire 

Bonjour Pour l’heure son nom n’est pas connu. Une médecin anesthésiste, soupçonnée d’avoir euthanasié une patiente octogénaire à l’hôpital de Lavaur (Tarn), a été mise en examen vendredi 21 décembre pour « homicide volontaire ». le Le parquet de Toulouse a précisé à l’AFP qu’elle avait placée sous contrôle judiciaire. L’infirmière qui a injecté la dose mortelle, sous […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, déontologie, Ethique, Hôpital, justice, La Dépêche, médecine, médicament, Urgences | Commentaires fermés sur Curare : l’anesthésiste de l’hôpital de Lavaur a été mise en examen pour homicide volontaire 

L’opioïde fentanyl peut aussi être utilisé pour tuer des condamnés : premier cas au Nebraska

Bonjour Fête-t-on l’Assomption dans l’Etat du Nebraska ? Le mardi 14 août 2018, pour la première fois au Etats-Unis (et sans doute au monde) un condamné à mort a été exécuté dans le Nebraska par une injection létale à base de fentanyl. C’est là un analgésique opioïde, dérivé de la phénylpipéridine, qui interagit principalement sur les […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, agence france presse, anesthésie, CONSCIENCE, déontologie, médecine, pharmacie, philosophie, The New York Times | Commentaires fermés sur L’opioïde fentanyl peut aussi être utilisé pour tuer des condamnés : premier cas au Nebraska

Les débuts du magnésium en anesthésie

Twitter est retors, qui en douterait  ? alors que mon addiction pour le réseau social s’estompait à force d’être fatigué par ce que j’y lisais, un tweet sauvant le bébé avec l’eau du bain est apparu dans ma timeline : We have no… Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, anesthésie-réanimation, Histoire, magnesium, médecine, sulfate de magnesium | Commentaires fermés sur Les débuts du magnésium en anesthésie

Alcools faibles : Macron, premier président de la régression dans la lutte contre les addictions ?

Bonjour L’affaire prend de l’ampleur. Jamais un président de la République française n’avait, publiquement, été aussi loin sur un sujet éminemment médical et français. Emmanuel Macron a osé, en quelques minutes, remettre en question deux ou trois décennies de lutte démocratique contre la maladie alcoolique ; et créer un abcès politique : « Emmanuel Macron boit du vin […] Continuer la lecture

Publié dans alcoolisme, anesthésie, France 2, médecine, Polémique, politique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Alcools faibles : Macron, premier président de la régression dans la lutte contre les addictions ?

Ségolène Royal désavouée : les dauphins français sont autorisés à procréer en captivité

Bonjour La vie comme elle va, dans l’océan, place du Palais-Royal et dans les médias. Avec cette petite merveille procréatrice du Conseil d’Etat : « Reproduction des dauphins en captivité ». Les exploitants de parcs aquatiques viennent de remporter une bataille juridique, résume l’AFP. La plus haute juridiction administrative française a annulé, lundi 29 janvier, un arrêté interministériel interdisant […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, argent, justice, médecine, Polémique, politique, procréation, sexualité | Commentaires fermés sur Ségolène Royal désavouée : les dauphins français sont autorisés à procréer en captivité

L’anesthésie sans morphinique : OFA

Alexis, interne d’anesthésie, m’a contacté pour faire une note sur l’anesthésie sans morphiniques. Je lui cède la parole : Vous avez dit 0 opioïde ?! L’anesthésie sans morphinique, également appelée OFA (Opioid Free Anesthesia) est une approche dont la stratégie est d’éviter l’utilisation per-opératoire des morphiniques. Nos confrères belges sont précurseurs dans ce domaine et … Continuer la lecture de « L’anesthésie sans morphinique : OFA » Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, anesthésie-réanimation, De Kock, morphine, morphinique, OFA | Commentaires fermés sur L’anesthésie sans morphinique : OFA

Quand le patient prend feu au bloc opératoire

Il peut se passer bien des choses imprévues au cours d’une intervention chirurgicale. J’avais relaté dans un précédent billet les cas de chutes accidentelles de la table d’opération. Ici, je vous raconte l’histoire de ce que les spécialistes appellent « … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, Anesthésiologie, bistouri électrique, bloc chirurgical, bloc opératoire, brûlure, brûlures, cas clinique, chirurgie, embrasement, feu, feu de patient, ORL, Oto-rhino-laryngologie, oxygène, réanimation, sécurité incendie, Trachéotomie, vas, voies aériennes | Commentaires fermés sur Quand le patient prend feu au bloc opératoire

Quand le patient tombe de la table d’opération

Si vous devez bientôt subir une intervention chirurgicale et êtes d’un caractère particulièrement anxieux, peut-être ressentez-vous quelque appréhension à l’idée que le chirurgien puisse oublier dans votre corps une compresse (surtout si vous avez lu un précédent billet) ou carrément … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans accident, anesthésie, Anesthésiologie, anesthésiologiste, anesthésiste, bloc chirurgical, bloc opératoire, chirurgie, chirurgien, chute, chute accidentelle, clinique, équipement chirurgical, Hôpital, obésité, opération chirurgicale, table de radiologie, table d’examen, table d’opération | Commentaires fermés sur Quand le patient tombe de la table d’opération

L’étrange affaire de la couronne dentaire de Christophe Castaner, porte-parole du Président

Bonjour Présent sur tous les écrans Christophe Castaner, 51 ans, est un homme solide. Venu du Var profond, il est titulaire d’un DESS de « juriste d’affaires internationales » et d’un diplôme de sciences pénales et de criminologie. Puis il s’est enfui vers la politique. Maire de Forcalquier, député socialiste des Alpes de Haute-Provence, porte-parole d’Emmanuel Macron pendant […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, chirurgie dentaire, médecine, politique, Psychologie, RMC; BFMTV, Slate.fr | Commentaires fermés sur L’étrange affaire de la couronne dentaire de Christophe Castaner, porte-parole du Président

Impact de l’anesthésie sur l’évolution tumorale

Bon article de synthèse dans Anesthesia & Analgesia du mois de Mai 2017. Perioperative Anesthesia Care and Tumor Progression Sekandarzad, Mir W. FANZCA, FFPMANZCA, DESA*; van Zundert, André A.J. MD, PhD, FRCA, EDRA, FANZCA*; Lirk, Philipp B. MD, PhD†; Doornebal, Chris W. MD†; Hollmann, Markus W. MD, PhD, DEAA† pdf Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, anesthésie-réanimation, cancer, halogénés, médecine, propofol, TIVA | Commentaires fermés sur Impact de l’anesthésie sur l’évolution tumorale

Drogue et psychiatrie : pourra-t-on bientôt prescrire une kétamine antidépressive ?

  Bonjour La kétamine n’a pas fini de faire rêver. Cette amine psychotrope synthétisée en 1962 pour les laboratoires Parke-Davis est aujourd’hui utilisée comme anesthésique général. Son usage fut rapidement détourné à d’autres fins que thérapeutique et on a, ici ou là, signalé son usage sur les théâtres d’opérations militaires où l’indifférence du combattant à […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, BBC, médecine, médicament, psychiatrie, The Lancet, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Drogue et psychiatrie : pourra-t-on bientôt prescrire une kétamine antidépressive ?

Trois minutes

Lucie est penchée, concentrée, sourcils froncés, elle cherche l’angle pour son aiguille, elle cherche vite, elle cherche bien, ou en tout cas, elle cherche le bon compromis entre les deux. Les mains sur le ballon de la machine d’anesthésie gazeuse, je commence à plaisanter, à encadrer M. Lhers, le propriétaire de Ténor. Non, il ne rentrera pas à la maison ce soir. Oui, ça va bien se passer. Non, nous n’avons vraiment pas terminé. Oui, c’est quand même bien la merde, mais c’est un pneumothorax comme un autre. M. Lhers est chasseur, de sangliers. Jeune, et inquiet. Il y a sa femme avec lui, et sa fille. Ténor, c’est aussi le chien du canapé. Alors je lui explique.
Non, ce n’était vraiment pas « juste un petit trou » et oui, vous avez bien fait de nous l’amener pour contrôler. Enfin ça, vous l’aviez deviné quand vous avez vu le sang couler lorsque le chien s’est assis sur la table, quand il a soupiré. De toute façon, avec les sangliers, c’est toujours la même histoire : les grandes plaies sont superficielles, les petites perforations sont profondes et parfois vicieuses. Et quand elle se situent au niveau du thorax… et bien on arrive quand même à être surpris de voir un trou de 7 cm de long entre deux côtes avec un point d’entrée grand comme une pièce d’un euro, mais disons qu’on s’y attend. J’explique en souriant.

Quand tout a commencé à merder, j’ai récapitulé : Ténor s’était assis, et avait soupiré. Il saignait, ma consœur Lucie avait fait la compression. J’avais posé le cathéter, Hélène, notre ASV, m’avait tendu la tubulure déjà purgée. Chlorure de Sodium. 0,9 %. Perfusion branchée, nous n’avions pas réfléchi. Débit moyen plus. Pré-médication très légère, juste de quoi sédater et potentialiser ce qui allait venir ensuite, avec un truc qu’on pourrait antagoniser. Un α-2. Dépresseur cardio-respiratoire, un peu, mais nous avions besoin de tranquillité. Nous n’avions pas encore pris la mesure des dégâts, nous n’en étions qu’au petit trou au niveau du bas du thorax après un coup pris à la chasse. Ténor tentait vaguement de se relever, conciliant l’envie de s’asseoir, la fatigue, la douleur et l’irrépressible compulsion de nous faire la fête. Remuer la queue, remuer la queue, envoyer un grand coup de langue, agiter ses moustaches de griffon croisé bleu croisé portes et fenêtres. J’avais envoyé l’agent d’induction, alfaxolone, pour le faire tomber. Vite, juste assez loin pour pouvoir l’intuber. Pas assez ?
– Vous allez lui mettre la sonde dans la trachée ? m’avait-il demander d’un ton discrètement contrarié.
– On va faire comme si c’était un pneumothorax. Et si c’était juste un p’tit trou, et ben il sera réveillé dans dix minutes.
J’avais tenté une première fois. Pas moyen d’étirer sa langue, il ne dormait pas assez. J’avais injecté un peu plus. Encore un peu. Juste assez. Il avait toussé un petit coup, un réflexe, Hélène avait étendu sa tête sur son cou, j’étais passé. J’avais gonflé le ballonnet, vérifié l’étanchéité tandis qu’elle branchait le circuit semi-ouvert, avec l’oxygène – 2L/min – et le sevoflurane – 5 % pour commencer, rapidement abaissé à 3. Un peu de morphine, par voie sous-cutanée. Lucie avait déjà tondu, et nettoyé. Elle coupait avec ses ciseaux pour explorer le trajet de la défense, aller jusqu’au bout de la blessure. L’ouverture cutanée faisait désormais 20 bons centimètres. Elle découvrait la coupure de 7 centimètres entre les deux côtes. Dès que la peau s’était ouverte sur la blessure, l’air s’était engouffré entre les poumons et les côtes, dans cette cavité virtuelle, entre les plèvres, et les poumons s’étaient effondrés. Collapsus. Ténor s’était mis à respirer plus vite, plus fort, et sans plus aucune efficacité. C’est le vide qui « colle » les poumons aux côtes. Nous venions de le rompre. Alors j’avais commencé à ballonner. Mon univers : un ballon, une valve, un débitmètre, des muqueuses – rosées ? – un stéthoscope, juste à portée. Hélène tendait à Lucie des compresses, des fils – pas mon problème. Mais elle allait galérer pour recoudre, car la dent avait tranché les muscles au ras de la côte, sans rien lui laisser pour suturer. Il allait falloir qu’elle aille chercher les tissus par-dessus pour les ramener sur la plaie.
Et jusque là, tout s’était très bien passé.

Elle avait suturé jusqu’à presque terminer son surjet triplement arrêté. Il ne restait plus qu’une petite ouverture dans la paroi thoracique. Ténor dormait parfaitement. Juste le bon moment pour bloquer la valve et gonfler le ballon. J’allais mettre la pression pour gonfler les poumons, Hélène allait appuyer sur le thorax pour chasser l’air, tandis que Lucie allait serrer son nœud et rétablir l’étanchéité. Et puis j’avais réalisé : il n’essayait plus de respirer ? Et puis j’avais regardé les muqueuses. Grises. Bleues. Violacées. J’avais arrêté de discuter, j’avais tout stoppé. J’avais écarté ma consœur et sauté sur le stéthoscope. Depuis combien de temps ? Depuis combien de temps n’avais-je pas vérifié ? Pas de battement. Il était arrêté. Dix secondes. Pas de battement. Pas un putain de battement.

– ARRÊT !

Je serais le capitaine de réa.

– Hélène, tu bouges ! Lucie, coupe le gaz, fais sauter la valve, monte l’oxygène !

Nous serions l’équipe.

J’avais commencé à masser. Masser : sur cette table trop haute : donner des coups de poing, vite, très vite sur le thorax. Très fort, sur le cœur. Marteler. Déjà, envisager de faire pêter les sutures pour masser le cœur, directement. Essayer de me rappeler les TP de réa.

Mais d’abord, frapper. A m’épuiser. Et diriger : « Antisedan, 0,15, IV, perf à fond ! »

– Sylvain, Dopram ?
– Envoie, envoie, ou plutôt non, remplace-moi ! Je fatigue déjà. J’envoie !

Une minute, déjà ?

– Arrêtez !

J’écoute. Toujours rien.

– Tape !

J’envoie l’analeptique cardio-respiratoire, je réfléchis, est-ce qu’il faudrait de l’adré, est-ce qu’il faudrait… quoi ? De toute façon, masser. Lucie tape bien, très bien. Dents serrée, colère rentrée. Je prends l’extrémité de la sonde trachéale à pleine bouche, j’insuffle, il n’y a pas de vide pleural là-dedans, est-ce que le massage suffit à apporter assez d’oxygène ? Je souffle, je souffle, respire !

– Sylvain, je fatigue.

Je prends sa place, et je tape, je tape, je tape, je vois du coin de l’œil le propriétaire de Ténor qui se tient à la porte du bloc, qui revient de sa pause clope, celle qu’il a prise juste après mes explications, quand tout se passait au mieux, mais qu’on allait le garder.

Je tape, putain de chien. On arrête. J’écoute. Toujours rien. Deux minutes ? Les muqueuses restent sales, un gris foireux de bleu.

Rien.

– On tape !

Je tape, Lucie souffle, je souffle, Lucie tape. Je tape et je serre les dents, je hurle en dedans parce que je ne peux pas hurler en dehors, il ne peut pas, je ne veux pas, il ne peut pas, je ne veux pas. Je tape, je déroule toute la violence que je ne peux pas laisser exploser.

Trois minutes ? J’écoute.

J’écoute. Il y a le chien sur la table, il y a moi penché sur lui, il y a Lucie et Hélène et M. Lhers et sa femme et sa fille dans ses bras.

J’écoute. Il bat. Il bat bien, et régulier, je n’y crois pas.

– Il bat. Il bat ! IL BAT !

J’en chialerais. J’en chiale, d’ailleurs, j’ai laissé tomber mon stéthoscope par terre et j’ai regardé ses muqueuses, roses, son inspiration, profonde, puis sa respiration, rapide, et inefficace.

– Il bat, putain, il bat ! Rebranche le gaz, 2 %. On reprend, Hélène, tu ballonnes, je monitores, Lucie, tu sutures, putain, c’est super, bordel, on assure ! On l’a ramené. Quoi, trois minutes ? Trois minutes ?

Il y a des confettis et des feux d’artifices dans nos voix, il y a la fébrilité et la fierté et la concentration aussi, je bloque la valve, Hélène appuie sur le thorax, je bloque le ballon, nous chassons l’air de la cavité pleurale et Lucie finit son dernier nœud, nous venons de refaire l’étanchéité et Ténor respire bien, l’ASV prend le ballon, je saisis la boîte de drainage thoracique. J’insère mon drain dans la plaie, 15 cm de plastique qui filent dans le thorax, entre les côtes et les poumons, je branche le robinet à trois voie et la seringue de 60 mL, j’aspire l’air résiduel, je rétablis le vide pleural tandis que Lucie tourne autour de mes mains et de mon drain pour achever ses sutures. Toutes les minutes, je contrôle le vide. Il se maintient.

Il se maintient.

Ténor n’a pas fait de nouvel arrêt, il est rentré chez lui le lendemain. Et il va bien.

Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, chasseur, chien, chirurgie, URGENCE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Trois minutes

Trois minutes

Lucie est penchée, concentrée, sourcils froncés, elle cherche l’angle pour son aiguille, elle cherche vite, elle cherche bien, ou en tout cas, elle cherche le bon compromis entre les deux. Les mains sur le ballon de la machine d’anesthésie gazeuse, je commence à plaisanter, à encadrer M. Lhers, le propriétaire de Ténor. Non, il ne rentrera pas à la maison ce soir. Oui, ça va bien se passer. Non, nous n’avons vraiment pas terminé. Oui, c’est quand même bien la merde, mais c’est un pneumothorax comme un autre. M. Lhers est chasseur, de sangliers. Jeune, et inquiet. Il y a sa femme avec lui, et sa fille. Ténor, c’est aussi le chien du canapé. Alors je lui explique.
Non, ce n’était vraiment pas « juste un petit trou » et oui, vous avez bien fait de nous l’amener pour contrôler. Enfin ça, vous l’aviez deviné quand vous avez vu le sang couler lorsque le chien s’est assis sur la table, quand il a soupiré. De toute façon, avec les sangliers, c’est toujours la même histoire : les grandes plaies sont superficielles, les petites perforations sont profondes et parfois vicieuses. Et quand elle se situent au niveau du thorax… et bien on arrive quand même à être surpris de voir un trou de 7 cm de long entre deux côtes avec un point d’entrée grand comme une pièce d’un euro, mais disons qu’on s’y attend. J’explique en souriant.

Quand tout a commencé à merder, j’ai récapitulé : Ténor s’était assis, et avait poussé ce profond soupir. Il saignait, ma consœur Lucie avait fait la compression. J’avais posé le cathéter, Hélène, notre ASV, m’avait tendu la tubulure déjà purgée. Chlorure de Sodium. 0,9 %. Perfusion branchée, nous n’avions pas réfléchi. Débit moyen plus. Pré-médication très légère, juste de quoi sédater et potentialiser ce qui allait venir ensuite, avec un truc qu’on pourrait antagoniser. Un α-2. Dépresseur cardio-respiratoire, un peu, mais nous avions besoin de tranquillité. Nous n’avions pas encore pris la mesure des dégâts, nous n’en étions qu’au petit trou au niveau du bas du thorax après un coup pris à la chasse. Ténor tentait vaguement de se relever, conciliant l’envie de s’asseoir, la fatigue, la douleur et l’irrépressible compulsion de nous faire la fête. Remuer la queue, remuer la queue, envoyer un grand coup de langue, agiter ses moustaches de griffon croisé bleu croisé portes et fenêtres. J’avais envoyé l’agent d’induction, alfaxolone, pour le faire tomber. Vite, juste assez loin pour pouvoir l’intuber. Pas assez ?
– Vous allez lui mettre la sonde dans la trachée ? m’avait-il demandé d’un ton discrètement contrarié.
– On va faire comme si c’était un pneumothorax. Et si c’était juste un p’tit trou, et ben il sera réveillé dans dix minutes.
J’avais tenté une première fois. Pas moyen d’étirer sa langue, il ne dormait pas assez. J’avais injecté un peu plus. Encore un peu. Juste assez. Il avait toussé un petit coup, un réflexe, Hélène avait étendu sa tête sur son cou, j’étais passé. J’avais gonflé le ballonnet, vérifié l’étanchéité tandis qu’elle branchait le circuit semi-ouvert, avec l’oxygène – 2 L/min – et le sevoflurane – 5 % pour commencer, rapidement abaissé à 3. Un peu de morphine, par voie sous-cutanée. Lucie avait déjà tondu, et nettoyé. Elle coupait avec ses ciseaux pour explorer le trajet de la défense, aller jusqu’au bout de la blessure. L’ouverture cutanée faisait désormais 20 bons centimètres. Elle découvrait la coupure de 7 centimètres entre les deux côtes. Dès que la peau s’était ouverte sur la blessure, l’air s’était engouffré entre les poumons et les côtes, dans cette cavité virtuelle, entre les plèvres, et les poumons s’étaient effondrés. Collapsus. Ténor s’était mis à respirer plus vite, plus fort, et sans plus aucune efficacité. C’est le vide qui « colle » les poumons aux côtes. Nous venions de le rompre. Alors j’avais commencé à ballonner. Mon univers : un ballon, une valve, un débitmètre, des muqueuses – rosées ? – un stéthoscope, juste à portée. Hélène tendait à Lucie des compresses, des fils – pas mon problème. Mais elle allait galérer pour recoudre, car la dent avait tranché les muscles au ras de la côte, sans rien lui laisser pour suturer. Il allait falloir qu’elle aille chercher les tissus par-dessus pour les ramener sur la plaie.
Et jusque là, tout s’était très bien passé.

Elle avait suturé jusqu’à presque terminer son surjet triplement arrêté. Il ne restait plus qu’une petite ouverture dans la paroi thoracique. Ténor dormait parfaitement. Juste le bon moment pour bloquer la valve et gonfler le ballon. J’allais mettre la pression pour gonfler les poumons, Hélène allait appuyer sur le thorax pour chasser l’air, tandis que Lucie allait serrer son nœud et rétablir l’étanchéité. Et puis j’avais réalisé : il n’essayait plus de respirer ? Et puis j’avais regardé les muqueuses. Grises. Bleues. Violacées. J’avais arrêté de discuter, j’avais tout stoppé. J’avais écarté ma consœur et sauté sur le stéthoscope. Depuis combien de temps ? Depuis combien de temps n’avais-je pas vérifié ? Pas de battement. Il était arrêté. Dix secondes. Pas de battement. Pas un putain de battement.

– ARRÊT !

Je serais le capitaine de réa.

– Hélène, tu bouges ! Lucie, coupe le gaz, fais sauter la valve, monte l’oxygène !

Nous serions l’équipe.

J’avais commencé à masser. Masser : sur cette table trop haute : donner des coups de poing, vite, très vite sur le thorax. Très fort, sur le cœur. Marteler. Déjà, envisager de faire pêter les sutures pour masser le cœur, directement. Essayer de me rappeler les TP de réa.

Mais d’abord, frapper. A m’épuiser. Et diriger : « Antisedan, 0,15, IV, perf à fond ! »

– Sylvain, Dopram ?
– Envoie, envoie, ou plutôt non, remplace-moi ! Je fatigue déjà. J’envoie !

Une minute, déjà ?

– Arrêtez !

J’écoute. Toujours rien.

– Tape !

J’envoie l’analeptique cardio-respiratoire, je réfléchis, est-ce qu’il faudrait de l’adré, est-ce qu’il faudrait… quoi ? De toute façon, masser. Lucie tape bien, très bien. Dents serrée, colère rentrée. Je prends l’extrémité de la sonde trachéale à pleine bouche, j’insuffle, il n’y a pas de vide pleural là-dedans, est-ce que le massage suffit à apporter assez d’oxygène ? Je souffle, je souffle, respire !

– Sylvain, je fatigue.

Je prends sa place, et je tape, je tape, je tape, je vois du coin de l’œil le propriétaire de Ténor qui se tient à la porte du bloc, qui revient de sa pause clope, celle qu’il a prise juste après mes explications, quand tout se passait au mieux, mais qu’on allait le garder.

Je tape, putain de chien. On arrête. J’écoute. Toujours rien. Deux minutes ? Les muqueuses restent sales, un gris foireux de bleu.

Rien.

– On tape !

Je tape, Lucie souffle, je souffle, Lucie tape. Je tape et je serre les dents, je hurle en dedans parce que je ne peux pas hurler en dehors, il ne peut pas, je ne veux pas, il ne peut pas, je ne veux pas. Je tape, je déroule toute la violence que je ne peux pas laisser exploser.

Trois minutes ? J’écoute.

J’écoute. Il y a le chien sur la table, il y a moi penché sur lui, il y a Lucie et Hélène et M. Lhers et sa femme et sa fille dans ses bras.

J’écoute. Il bat. Il bat bien, et régulier, je n’y crois pas.

– Il bat. Il bat ! IL BAT !

J’en chialerais. J’en chiale, d’ailleurs, j’ai laissé tomber mon stéthoscope par terre et j’ai regardé ses muqueuses, roses, son inspiration, profonde, puis sa respiration, rapide, et inefficace.

– Il bat, putain, il bat ! Rebranche le gaz, 2 %. On reprend, Hélène, tu ballonnes, je monitores, Lucie, tu sutures, putain, c’est super, bordel, on assure ! On l’a ramené. Quoi, trois minutes ? Trois minutes ?

Il y a des confettis et des feux d’artifices dans nos voix, il y a la fébrilité et la fierté et la concentration aussi, je bloque la valve, Hélène appuie sur le thorax, je bloque le ballon, nous chassons l’air de la cavité pleurale et Lucie finit son dernier nœud, nous venons de refaire l’étanchéité et Ténor respire bien, l’ASV prend le ballon, je saisis la boîte de drainage thoracique. J’insère mon drain dans la plaie, 15 cm de plastique qui filent dans le thorax, entre les côtes et les poumons, je branche le robinet à trois voie et la seringue de 60 mL, j’aspire l’air résiduel, je rétablis le vide pleural tandis que Lucie tourne autour de mes mains et de mon drain pour achever ses sutures. Toutes les minutes, je contrôle le vide. Il se maintient.

Il se maintient.

Ténor n’a pas fait de nouvel arrêt, il est rentré chez lui le lendemain. Et il va bien.

Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, chasseur, chien, chirurgie, URGENCE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Trois minutes

Perdre la mémoire après une anesthésie

Des anesthésistes-réanimateurs indiens rapportent un cas clinique déroutant dans le numéro de février du Journal of Clinical Anesthesia. Une femme de 31 ans est hospitalisée pour une intervention chirurgicale robotisée consistant à remodeler le bassinet, cavité qui collecte l’urine fabriquée … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans amnésie, amnésie antérograde, amnésie rétrograde, anesthésie, anesthésie générale, anesthésie locale, Anesthésiologie, anesthésique, cas clinique, cerveau, dentiste, ictus amnésique, mémoire, neurochimie, Neurologie, Neuropsychologie, Neurosciences, psychiatrie, Science, traitement endocanalaire | Commentaires fermés sur Perdre la mémoire après une anesthésie

Le « frisson de la réanimation » au cœur de l’affaire des empoisonnements de Besançon ?

  Bonjour Pour l’heure, c’est encore « Frédéric P. , 45 ans ». Pour l’heure, l’affaire conserve son potentiel médiatique de sidération : un médecin anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné sept patients dont deux seraient morts suite à ses agissements. Comment parvenir à comprendre en dehors de tout contexte de fin de vie et d’aide à mourir dans la […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, justice, Le Parisien/Aujourd'hui en France, médecine, police, Violences | Commentaires fermés sur Le « frisson de la réanimation » au cœur de l’affaire des empoisonnements de Besançon ?

A Besançon un anesthésiste est soupçonné de sept empoisonnements volontaires

  Bonjour Que se passe-t-il aujourd’hui dans les hôpitaux français ? A quelques heures d’intrevalle le suicide d’une infirmière de 45 ans à l’hôpital Cochin de Paris et, à Besançon, la mise en examen d’un médecin anesthésiste de 45 ans placé sous contrôle judiciaire – avec interdiction d’exercer sa profession. Il est soupçonné d’avoir empoisonné avec préméditation sept patients […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, Hôpital, justice, L'Est Républicain, médecine | Commentaires fermés sur A Besançon un anesthésiste est soupçonné de sept empoisonnements volontaires

L’éclairante radiographie des richissimes coulisses de l’Ordre des chirurgiens-dentistes

Bonjour Dans l’ombre de l’affaire François et Pénélope Fillon, le rapport millésimé 2017 de la Cour des comptes est une mine à ciel ouvert. On y trouve tout et son contraire : le rappel nécessaire à l’ordre comptable républicain mais aussi le terreau d’un dangereux populisme. Après les petites turpitudes des hôpitaux de Bastia et d’Ajaccio, […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, argent, chirurgie dentaire, justice, médecine | Commentaires fermés sur L’éclairante radiographie des richissimes coulisses de l’Ordre des chirurgiens-dentistes

2017 : la loi interdit la fessée. Aucune sanction n’est prévue si elle n’est pas respectée

  Bonjour « Ce qui change avec la nouvelle année » : le marronnier glacé des gazettes. Pour 2017 : le divorce à grande vitesse, le paquet de tabac neutralisé, le don d’organe facilité. Et l’interdiction de la fessée. Un fil rouge: la volonté de bien faire en s’y prenant bien mal. Aller plus vite avec l’illusion que l’on souffrira […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, Ethique, médecine, politique, Violences | Commentaires fermés sur 2017 : la loi interdit la fessée. Aucune sanction n’est prévue si elle n’est pas respectée

Voici le temps des prothèses péniennes en titane avec la mémoire de la forme (Le Figaro)

  Bonjour Le Figaro n’est plus ce que l’on croyait qu’il était. Ainsi ce papier de Damien Mascret, publié au lendemain des fêtes de Noël : « Un pénis en titane à mémoire de forme ». On y apprend que des chercheurs ont mis au point une nouvelle prothèse de pénis à mémoire de forme. Que c’est là […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, chirurgie, Le Figaro, médecine, Urologie | Commentaires fermés sur Voici le temps des prothèses péniennes en titane avec la mémoire de la forme (Le Figaro)

Lumières thérapeutiques : jouer sur la couleur verte pour calmer les douleurs chroniques

  Bonjour « La santé c’est la vie dans le silence des organes » (René Leriche).On a beaucoup écrit sur la nécessité médicale de la douleur, symptôme éclairant  d’une pathologie émergente. Il en va tout autrement quand le phénomène s’installe, devient chronique. Ce n’est plus la douleur mais bien la souffrance. S’il devait exister on pourrait-voir là […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, biologie, CONSCIENCE, Le Quotidien du médecin, médecine, Molecular Psychiatry, Neurosciences | Commentaires fermés sur Lumières thérapeutiques : jouer sur la couleur verte pour calmer les douleurs chroniques

François Fillon et la Sécurité sociale : Mme Le Pen ironise sur la «nausée» et le «petit risque»

  Bonjour Qui se souvient d’Antoine Roquentin, célibataire d’environ trente-cinq ans qui vivait seul à Bouville ? C’était avant la dernière guerre mondiale. Roquentin tient un journal, blog de l’époque. Vague à l’âme… Soudain il prend conscience que son rapport aux objets ordinaires change, a changé. Est-ce le temps, le blog ? Voici que cette prise de […] Continuer la lecture

Publié dans Ambition, anesthésie, Ethique, Hôpital, médecine, politique | Commentaires fermés sur François Fillon et la Sécurité sociale : Mme Le Pen ironise sur la «nausée» et le «petit risque»

La puissance de l’antalgique sans le risque de dépendance : une morphine nouvelle est annoncée

Bonjour Alcaloïde de l’opium, grand modulateur de la conscience, la puissante fée morphine est une image de l’ambivalence. En médecine, sa puissance antalgique est grevée par les risques inhérents à son potentiel addictif et les effets secondaires qui en résultent. Certains estiment que c’est là un prétexte pour ne pas en user comme il conviendrait […] Continuer la lecture

Publié dans anesthésie, CONSCIENCE, médecine, médicament, Science | Commentaires fermés sur La puissance de l’antalgique sans le risque de dépendance : une morphine nouvelle est annoncée