Archives de catégorie : ANCIENS ET MODERNES

Refondation de la médecine générale. Réflexion 9 : le fossé des générations cache la vraie médecine générale.

Les dernières polémiques concernant la vision qu’ont les politiques de la médecine générale, mais ne croyez pas que les patients raisonnent autrement, ont provoqué l’indignation des djeunes et des moins djeunes médecins.

Nous sommes au centre de la Refondation de la médecine générale car il semble exister une rupture, du moins dans les esprits, entre l' »ancienne » et la « nouvelle » conception de la médecine générale, à condition même qu’il n’y ait pas cinquante conceptions d’un côté et cinquante conceptions de l’autre.
En gros, d’après ce que je lis ici ou là, tout va mal en médecine générale car les anciens, les médecins généralistes comme moi, ont tout pris dans le mauvais sens, ont tout fait de travers, ont trop travaillé, ont négligé leur femme, leurs enfants, ont reçu la visite médicale, n’ont pas lu Prescrire (quand la revue n’existait pas), n’ont pas préparé la retraite, ont été d’accord avec le numerus clausus, n’ont pas suivi de cours de thérapeutique, ont loué leur villa de vacances dans le Quotidien du Médecin, ont laissé faire le blocage des honoraires, ont prescrit des antibiotiques dans les angines virales, ont demandé aux mamans de coucher les enfants sur le ventre, ont cru que les fibrates diminuaient la morbi-mortalité, enfin, les anciens, ce sont des khons.
Rappelons aux djeunes et aux moins djeunes qui font du djeunisme, que, plus cela va et plus je  suis content d’avoir le moins souvent possible fréquenté l’hôpital, que j’ai quitté à tire d’aile pour éviter son ambiance délétère, ses patrons mandarins, son manque d’esprit critique, sa dictature hiérarchique, son machisme, son mépris pour les petits personnels, et, l’ayant quitté en 1979, jeune interne, je n’ai pas connu la suite, la déshumanisation totale, le manque de moyens, la culture de l’indice et de la norme, la taylorisation des tâches, le manque de conscience professionnelle et, pis que tout, la colonisation par big pharma, les cours d’ECN fondés sur les recommandations avariées de conférences de consensus infiltrées par l’industrie, (cf. GOLD), la disparition de l’examen clinique, du compagnonnage, j’en passe et des meilleures… Et je m’étais rendu compte de cela, le mépris, sans avoir lu Illich, Balint, ou Girard.

Mais je dois dire, et ce n’est pas nouveau, que j’en ai ras le bol de ces critiques gnangnantesques sur les médecins du passé qui, non formés, ont fait ce qu’ils ont pu.

Commençons par les attaques du sénateur UDI Roche (voir ICI à partir de 1’58) président du Conseil Général de Haute-Loire  et ancien médecin généraliste (je ne peux vous fournir l’entrevue papier in extenso car la version électronique de L’éveil de Haute-Loire est payante).

Voici notamment certains de ses propos rapportés : « … A une génération pétrie d’altruisme, de don de soi, de désintéressement et d’amour universel, délaissant leur rôle d’époux, négligeant leurs enfants, sacrifiant leur santé à l’humanité toute entière, bref, à des saints, succède une toute autre race de médecins. Les générations présentes n’ont plus LA sacro sainte vocation, délaissent l’humanisme au profit d’une vie tranquille et néanmoins lucrative, et tutoient même la malhonnêteté en se faisant rémunérer abusivement leur nuits d’astreintes en réalité ensommeillées (…) On ne peut pas faire médecine générale en ne travaillant pas le mercredi parce qu’il faut garder les gamins et en arrêtant le vendredi jusqu’au lundi matin ».

Ses propos ont suscité nombre de commentaires ulcérés de jeunes médecins qui se sont sentis agressés. Voir LA le SNJMG ou ICI dans le Quotidien du Médecin (l’Intersyndicat National des Internes, alias ISNI).

Le sénateur docteur Roche n’y est pas allé avec le dos de la cuillère et il a dit beaucoup de khonneries.
Le SNJMG écrit ceci dans un communiqué : « La violence des exigences vis-à-vis du médecin généraliste d’aujourd’hui, sous prétexte de l’image plus ou moins fantasmée que certains gardent des médecins de leur enfance, est édifiante. Ces propos ne peuvent être attribués qu’à une franche méconnaissance des conditions actuelles d’exercice, tant en matière de pénibilité que de rémunération, ce qui est fort surprenant à un tel niveau de responsabilité. Enfin, la conception des rôles respectifs des femmes et des hommes dans la vie familiale qui sous-tend un tel discours paraît sexiste et rétrograde. »
Je suis assez d’accord avec ce que dit le SNJMG sur le sénateur Roche mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est aussi le fantasme que partagent les jeunes futurs médecins à propos des anciens pour dire ne pas vouloir s’installer !

L’ISNI écrit :
  1. « une insulte à l’ensemble des internes et jeunes médecins qui se démènent chaque jour pour la santé et le bien-être de leurs patients ». Il est nécessaire d’être indulgent, la langue française est compliquée, mais est-ce que se démener, c’est faire de la bonne médecine ? Depuis quand les patients hospitalisés éprouvent-ils du bien-être ? Non, j’exagère, mais l’ISNI devrait d’abord s’interroger sur la qualité des soins hospitaliers, sur la façon dont… Je m’arrête. 
  2. L’ISNI rappelle que selon les résultats de son enquête menée sur les conditions de travail, les internes travaillent en moyenne plus de 60 heures par semaine. Et ces mêmes internes ne veulent pas s’installer parce que les médecins généralistes travaillent plus de 35 heures par semaine (ou 45) ? De qui se moque-t-on ?
Parlons aussi des vociférations du maire d’une commune rurale, Fabien Bazin (PS), LA, qui n’hésite pas à dire, selon le journal, qu' »il ne faut pas hésiter à aller vers des mesures coercitives. Puisque la formation d’un médecin est payée par l’Etat et parce que ses salaires sont payés par la Sécu. Il faut l’obliger à rendre un peu ce qu’il a reçu en lui imposant quelques années d’exercice à la campagne. Et je suis persuadé que certains resteront. » Ce type est un rigolo dont le semble-t-il jeune âge ne peut lui rappeler la Grande Révolution Culturelle qui avait décidé d’envoyer ses intellectuels pour effectuer les travaux des champs rééducateurs. Ce type ne demande l’avis de personne et pense que certains resteront : pas en tous les cas pour discuter avec un type pareil. 

Mais il existe un problème : les jeunes futurs médecins, qui ont passé un concours de merdre (je rappelle ici que je ne l’ai pas passé, je suis trop vieux et c’est sans doute pour cela que je suis médecin, les QCM me donnant des boutons), sans aucun rapport avec la médecine qu’ils exerceront, et je ne parle pas seulement des médecins généralistes, je connais des chirurgiens qui pratiquent en clinique des opérations qu’ils n’ont pas vraiment apprises, n’ont aucune idée de ce qu’est la médecine générale parce qu’ils ont fait leurs études à l’hôpital avec des PUPH et autres qui, dans leur tour d’ivoire, pensent que seuls les malades hospitalisés ont un intérêt et que le reste n’est que bobologie…
C’est pourquoi j’ai proposé la Sécession (ICI), c’est pourquoi je propose une Université de tous les savoirs de la Médecine Générale en chassant les faux experts et les marchands du temple, c’est pourquoi je propose un site unifié, un portail de la médecine générale, où existeront les références (commentées), les videos pratiques, c’est pourquoi je propose une Assemblée Constituante, un Congrès de Médecine Générale électronique et 2.0 où les vrais problèmes de la médecine générale seront discutés par les vrais médecins généralistes. Sans tabou. Avec des débats contradictoires et avec des futures publications de Médecine générale.
Tout cela existe, me direz-vous. Il existe déjà des sociétés savants qui ont fait, qui font un boulot extraordinaire (et souvent peu connu), avec de maigres moyens et des ressources humaines clairsemées. Oui, cela existe mais il faut unir tout le monde, tous ceux, anciens et modernes, qui sont d’accord pour promouvoir et étudier une médecine Générale de qualité non soumise aux diktats institutionnels de la Faculté. Ce qui ne signifie pas qu’il faille ne pas travailler avec les spécialistes : la médecine a besoin d’eux. Mais ce sont eux qui doivent s’adapter à nous et pas nous qui devons nous adapter à eux. 

Tout jeune futur médecin devrait lire ce billet de Des Spence qui se définit comme médecin généraliste à plein temps et éditorialiste au BMJ : ICI.

Ce jeune futur médecin devrait savoir ce qu’on va lui reprocher, ce qu’est la médecine générale et ce que devraient être les médecins généralistes. Selon Des Spence. A ne pas faire lire aux spécialistes imbus d’eux-mêmes et de leur spécialité.

  1. Les critiques : les MG sont des médecins ratés : épais, paresseux et sans intérêt. Ils pourraient être remplacés par des réceptionnistes qui adresseraient les patients directement chez les spécialistes. Il faudrait tous les virer.
  2. Les MG se rendent compte que l’enseignement hospitalier pseudoscientifique est sans valeur dans la vraie vie où il n’y a pas de certitudes, seulement de l’incertitude.
  3. La pratique de la médecine générale (generalism in English) consiste à écouter et pas à traiter, à comprendre que les symptômes correspondent rarement à une maladie, et que les examens complémentaires créent des faits incidents et erronés.
  4. La médecine générale n’est pas faite pour les obsessionnels, les introspectifs et les craintifs… Confiance, réassurance et erreurs sont nos meilleures interventions thérapeutiques.
  5. Les MG témoignent en première intention de l’érosion moderne du bien-être et des calamités iatrogènes que sont la médicalisation, le surdiagnostic et le surtraitement.
  6. Le rôle de barrière (gate-keeping) du médecin généraliste est soumis aux attaques des stupides recommandations expertales qui augmentent le nombre des adressages inutiles. 
  7. Des Spence conclut : Les MG constituent le groupe professionnel le plus important en santé publique d’un point de vue économique, médical et social… et le bon MG est conscient de son rôle dans les économies de santé.
  8. Le monde médical est sens dessus dessous mais qui écoutera un simple médecin généraliste ?


Vous savez que je suis pessimiste et que la disparition de la médecine générale est programmée mais que les djeunes lisent et relisent Des Spence et coupent le cordon ombilical avec la Faculté s’ils veulent avoir une chance d’exercer la vraie médecine générale débarrassée de la logique big pharmienne, du consumerisme et du surdiagnostic. Ils ont les moyens de s’en sortir avec tous les outils dont ils disposent désormais. Mieux que nous ne pouvions le faire, nous les anciens. Mais couper le cordon c’est surtout ne pas singer les hospitaliers, voilà ce que nous propose Des Spence.

(Les temps modernes – Modern times. Charlie Chaplin. 1936)

Continuer la lecture

Publié dans ANCIENS ET MODERNES, MEDECINE GENERALE, REFONDATION, SPENCE DES | Commentaires fermés sur Refondation de la médecine générale. Réflexion 9 : le fossé des générations cache la vraie médecine générale.