Archives de catégorie : Alzheimer

Quand la stimulation cérébrale profonde ravive les souvenirs de patients Alzheimer

Des neurologues américains ont eu la surprise de constater que certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer déclarent se souvenir de faits parfois très anciens lorsque l’on stimule électriquement une zone particulière du cerveau. Ces résultats ont été publiés le 22 août 2019 dans l’hebdomadaire médical américain The New England Journal of Medicine. Electrodes implantées …

Continuer la lecture de « Quand la stimulation cérébrale profonde ravive les souvenirs de patients Alzheimer »

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, circuit de Papez, flashbacks, flashbacks expérientiels, fornix, Maladie d'Alzheimer, mémoire, mémoire à long terme, mémoire épisodique, Neurologie, Neurosciences, phénomènes expérientiels mnésiques, réminiscences, Souvenirs, stimulation cérébrale profonde, système limbique | Commentaires fermés sur Quand la stimulation cérébrale profonde ravive les souvenirs de patients Alzheimer

Pygmalion a de la poigne

Voyant Pygmalion fol amoureux de la sculpture qu’il venait de réaliser, Aphrodite la transforma en femme afin que le sculpteur puisse l’épouser. L’effet pygmalion, issu de cette mythologie grecque, désigne une prophétie auto-réalisatrice positive. Inversement, Golem est un humanoïde hideux, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, espoir, Golem, marché, médecine, poigne, Pygmalion, sciences cognitives | Commentaires fermés sur Pygmalion a de la poigne

Alzheimer : Courrier

J’ai reçu hier ce courrier :Cher confrère, Je suis le Dr P.S., gériatre dans le service du Professeur XXX, au CH de XXX, chargé de la consultation de mémoire de ce service. Vous vous souvenez peut-être de moi.Lorsque vous m’avez écrit en 20… Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer | Commentaires fermés sur Alzheimer : Courrier

La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (93)

Le déremboursement retardé des médicaments prétendument anti Alzheimer illustre à merveille les problèmes soulevés par Cifu et Prasad in : Ending Medical Reverse. Voir ICI et LA.Sur quelles bases scientifiques les AMM sont-elles accordées.Pourquoi le s… Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, ANTI ALZHEIMER, MICRO FRICTIONS | Commentaires fermés sur La médecine m’inquiète : microf(r)ictions (93)

Le saviez-vous ? Le vin contient de l’alcool et on aimerait que vous l’oubliiez !

Pétitions de grands noms, dont un oncologue , lobbying de la profession, les temps sont durs pour la ministre de la santé qui met le vin au même plan que toutes les autres boissons alcooliques. Un choix qui n’a pas … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ALCOOL, Alzheimer, drogues, french paradox, nutrition, vin | Commentaires fermés sur Le saviez-vous ? Le vin contient de l’alcool et on aimerait que vous l’oubliiez !

Alzheimer. Le non déremboursement de médicaments inefficaces et dangereux : Marisol Touraine fait le job des lobbys.

Marisol Touraine, dont j’avais montré en son temps qu’elle était la marionnette parfaite (il est difficile d’utiliser un tel adjectif avec cette femme dont Christian Lehmann a écrit récemment qu’elle était « veule, stupide, consternante », ICI) du lobby santé-industriel qui règne sur la santé publique en France (LA), a donc décidé qu’il ne fallait pas tenir compte des avis d’une agence gouvernementale pourtant ad hoc, la HAS, et que des médicaments inefficaces, coûteux et dangereux pouvaient continuer à être remboursés. Il s’agit des médicaments dits anti Alzheimer.

Marisol Touraine fait le job des lobbys.

Je ne voudrais pas en faire une affaire de personne mais Madame Touraine, qui a montré en de domaines qu’elle était une menteuse patentée, ne rate jamais une occasion de faire des déclarations sottes et infondées, elle qui déclarait encore récemment que « La vaccination, ça se discute pas » avant que de mettre en place une concertation dite « citoyenne » sur le même sujet. Il eût fallu qu’elle claironne : « Circulez, y a rien à voir ! » Elle est aussi en première ligne pour tenter de mettre à la poubelle le rapport sur le dépistage organisé du cancer du sein qui lui aussi ne plaît pas au lobby santéo-industriel (vous le trouverez ICI et vous pourrez consulter le site Cancer Rose LA qui tente de fournir une information balancée sur le dépistage organisé du cancer du sein).
Mais, ne lui en déplaise, ce serait injuste de lui donner plus d’importance qu’elle n’en a : elle ne fait que continuer la politique de ses prédécesseurs quand Roselyne Bachelot modifiait l’AMM du tamiflu en conférence de presse ou quand Xavier Bertrand mediatorisait sans vergogne. Le ministre de la santé est la marionnette des lobbyistes de tous poils qui interviennent dans la santé publique (et privée).
Reprenons les choses dès le début : les médicaments dits anti Alzheimer sont inefficaces (et dangereux). Tout le reste n’est que littérature.

Et il y a longtemps qu’on le sait !

Rappelons d’abord les actions du Formindep qui s’est d’abord attaqué aux liens/conflits d’intérêts des experts de l’HAS dès décembre 2008 (ICI) avec succès puisque les recommandations professionnelles sur la maladie d’Alzheimer datant de 2008 (LA) ont été ensuite retirées. 
Philippe Nicot produit une expertise externe (20 juillet 2011) (LA) qui conduit à revoir à la baisse le remboursement des médicaments anti Alzheimer.
Philippe Nicot écrit en octobre 2010 un article excellent, Anticholinestérasiques : le généraliste peut-il dire non ?,  qui fait la genèse des éléments de preuve indiquant l’inefficacité et la dangerosité des anti Alzheimer en général (ICI).
La Haute Autorité de Santé le disait en 2011, les anti Alzheimer ont peu d’intérêt. Je signale que le lien a disparu.
Louis-Adrien Delarue l’écrivait en 2011 dans sa thèse de médecine : LA et avec mes commentaires (élogieux : ICI) ainsi que ceux de Dominique Dupagne le 18 novembre 2011 (LA).
Marc Girard, le 13 novembre 2011, dénonçait les faux semblants de la réévaluation des anti Alzheimer (LA) et écrivait de façon prophétique : « quand le ministre avait d’emblée annoncé que la réévaluation ne changerait rien au remboursement des médicaments en question [9] ?« 
Dominique Dupagne a lui aussi apporté sa contribution sur les conflits d’intérêts des experts à la suite du Formindep le 8 décembre 2009 (ICI) et le 21 septembre 2011 (ICI).

Sans oublier Christian Lehmann que nous avons déjà cité et qui publiait le 21 septembre 2011 un billet définitif : ICI.

Et j’en oublie.

Qu’est-ce qui vous frappe, dans cette affaire ? 
Vous avez deux minutes.

Il n’y a que des médecins généralistes (MG) pour dénoncer l’inefficacité et la dangerosité des anti Alzheimer (j’oublie Olivier Saint-Jean qui a eu le courage de savoir lire et de ne pas la fermer dans le concert assourdissant des professeurs). Ces pourris (je parle des MG), ces bas du cerveau, ces rugueux, ces ratés de l’Examen Classant national, cette race honnie qui va disparaître et qui pourrait très bien être remplacée par des IDE ou des réceptionnistes dont le rôle serait d’envoyer tout ce beau monde chez les spécialistes… Je m’arrête là.

Ce qui est aussi très intéressant c’est que les MG, pour une fois, dans une de ces manipulations dont les grands professeurs, la CPAM et la Direction Générale de la Santé ont le secret, ne pourront pas être accusés de trop prescrire d’anti Alzheimer puisqu’ils n’avaient pas le droit d’en initier la prescription ! Seuls les néreulogues, les gériatres et les médecins ayant une compétence en gériatrie avaient le droit de le faire…  

Le non déremboursement de médicaments inefficaces et dangereux n’est pas une nouveauté mondiale. C’est le lot. Notamment en cancérologie.

Mais ce qui attire l’attention, ce sont les justifications des experts.
Les alzheimerologues qui sont neurologues, neurogériatres (si, ça existe), et surtout gériatres, nouvelle spécialité réservée jadis aux internistes sans diagnostics, aux hospitaliers sans chaire, et maintenant aux généralistes qui aspirent à plus de reconnaissance et qui s’autorisent du haut de leur suffisance à dénoncer leurs anciens confrères, sont favorables  aux médicaments anti Alzheimer (il y a des exceptions, heureusement et ils font l’objet du mépris de leurs pairs) avec des arguments dont la drôlerie est épatante : Structurer la maladie (il est évident que c’est une idée de médiocres : imagine-t-on que Claude Bernard ait attendu un médicament pour découvrir un syndrome ou que Basedow ait eu besoin…), comme si une maladie se structurait en raison du traitement qui était administré… Dans ce cas on pourrait répondre à ces cuistres que les médecins généralistes savent d’ores et déjà « structurer » les maladies parce qu’ils savent ce que c’est un malade dans la continuité, un malade dans son jus (son lieu de vie, sa famille, ses amis), un malade avant qu’il ne le soit, un malade vu une fois par mois ou moins, et cetera… Les médecins hospitaliers entrent-ils au domicile des patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer, font-ils des visites en EHPAD, revoient-ils les familles après la fameuse consultation d’annonce ? Mais les médecins généralistes, surtout, savent aussi déstructurer les maladies (pour les cours de médecine générale, nous verrons…)… Proposer quelque chose aux patients, comme si la médecine, et a fortiori les soins, signifiait seulement donner des médicaments… Ce qu’il faut proposer aux patients c’est une prise en charge globale, cela tout le monde le sait, même les experts, et il existe même une étude (d’un faible niveau de preuve il est vrai) montrant que le suivi en médecine générale était identique à celui des centres de mémoire pour ce qui est de l’aggravation des patients. Et c’est pas facile. Donner de l’espoir aux familles, c’est à dire leur mentir sur l’inéluctable évolution de la maladie vers des lendemains qui déchantent.
On passe.
Ce que nous retiendrons de ce non déremboursement.
Premier point : la maladie d’Alzheimer n’est actuellement pas, ou presque, un problème médical. Sinon faire le diagnostic et ne pas prescrire des médicaments inappropriés (il n’y a pas que les anti Alzheimer). une étude toulousaine a montré que sur deux ans de suivi, ce qui est peu, les médecins généralistes faisaient aussi bien que les centres de mémoire (LA).
Deuxième point : la mise en place des aides à la personne est fondamental : anticiper, prévoir, organiser, adapter, assumer. C’est le rôle du médecin généraliste et des services d’aide à la personne.
Troisième point : le rôle des médecins généralistes est capital pour ce qui est d’aider les  aidants familiaux. 

Derniers points :

Les tests de mémoire : Comme toujours en médecine (que les exceptions cochent une petite case) les tests psychométriques (dépression, anxiété, mémoire, qualité de vie, et cetera) ont toujours été créés pour déclencher la prescription de médicaments, pour enrichir l’industrie pharmaceutique, pour gonfler d’importance les auteurs, pour solidifier des maladies ou des symptômes qui ne demandaient rien, voire pour inventer des maladies. Mais ils ne servent ni à faire un diagnostic, ni à faire le suivi, et cetera. Qu’on le sache.
Les associations de patients : France-Alzheimer, j’en ai déjà parlé (ICI), est certainement un plus pour l’aide aux aidants. Les familles sont désemparées, elles ont besoin de parler, de communiquer avec d’autres familles, pas seulement pour l’organisation des soins, des prises en charge, et cetera, et bien que sur le terrain il existe de nombreuses structures d’accompagnement, aux compétences confuses, aux acronymes mystérieux, et, en écrivant ces lignes, je me rends compte que je suis assez ignorant des structures existant sur mon lieu d’exercice, m’en remettant au centre de gérontologie local, me défaussant de mes tâches extra médicales, cent fois plus par exemple, que lorsqu’il s’agit de malades en fin de vie ressortissant de l’oncologie, fin de la parenthèse… Donc, France-Alzheimer en fait sans doute beaucoup mais l’association se désole, crie au scandale, du possible déremboursement des anti Alzheimer… Pourquoi ? Sans doute parce que la médicamentation d’une maladie incurable donne de l’espoir.  Sans doute parce que l’arrêt des traitements signifie la fin de l’espoir ou le retour à la réalité. Sans doute parce que la trop grande complicité avec les professeurs rend les familles crédules sur l’efficacité des médicaments anti Alzheimer. Sans doute parce que le financement de l’association par les industriels fabriquant les anti Alzheimer adoucit les consciences et aiguise les appétits…
Amis généralistes. Vous ne pouviez prescrire des anti Alzheimer, vous aviez des difficultés à les arrêter (avis d’experts, coyances des familles), continuez de prendre en charge patients et aidants et soyez au top pour connaître les structures d’aides sociales qui permettront à tous et à toutes de survivre. Voir par exemple le portail gouvernemental pour les personnes âgées : ICI.
Marisol Touraine est une marionette et elle obéit aux lobbys dont le principal, je ne l’ai pas mentionné, l’éléphant dans le couloir, est l’industrie pharmaceutique qui a structuré la maladie, le marché et les prescripteurs. Il était normal qu’elle ne voulût pas un déremboursement.

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, ALZHEIMEROLOGUE, ANTI ALZHEIMER, TOURAINE MARISOL | Commentaires fermés sur Alzheimer. Le non déremboursement de médicaments inefficaces et dangereux : Marisol Touraine fait le job des lobbys.

Alzheimer : des actions médicosociales au moins aussi efficaces que les médicaments

La maladie d’Alzheimer fait peur. Peur aux personnes qui prennent de l’âge et peur aussi aux conjoints ou aux familles qui seront directement concernées. Même si de nombreux travaux scientifiques sont en cours, on ne dispose pas pour l’instant de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Aidants, Alzheimer, inetervention medicosociale, Maladie d'Alzheimer, médicaments, VARIA | Commentaires fermés sur Alzheimer : des actions médicosociales au moins aussi efficaces que les médicaments

La mésentente

En bleu, c’est Sidonie, auxiliaire de vie diplômée.
En  noir, c’est Madame Couché, épouse de Monsieur Couché.
Sidonie est une soignante, Madame Couché est une aidante. Toutes deux prennent soin de Monsieur Couché.  

Et voilà, je me suis encore fait avoir! J’aurais dû être ferme, j’aurais dû expliquer (une fois de plus) que je suis auxiliaire de vie, pas aide-ménagère, pas bonniche, pas bonne à rien. J’aurais dû lui dire à cette bonne femme, que je suis pas là pour ça. Mais j’ai pas osé. J’avais pas envie. Pas envie de m’énerver dès le matin. Pas envie de parler, pas envie d’expliquer, pas envie d’argumenter. Alors j’ai fait ce qu’elle m’a dit. J’ai obéi, sans discuter, comme si de rien n’était. Comme si c’était normal. 
J’étais censée être là pour Monsieur Couché, pour l’aider à se lever, à se laver, à s’habiller. J’étais censée faire ça, oui, ainsi que le petit-déjeuner. J’avais une heure pour faire tout ça, c’était largement assez. Pour une fois, le plan d’aide permettait vraiment d’intervenir dans de bonnes conditions, et pas au pas de courses comme chez tant d’autres. Mais quand je suis arrivée, à huit heures tapantes comme tous les matins, Monsieur Couché n’était plus couché. Il était levé, lavé et habillé. Il avait même pris son petit-déjeuner! Et moi, j’étais là, complètement inutile, face à ce monsieur qui n’avait déjà plus besoin de moi, à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire avec lui. Alors, en bonne professionnelle que j’espère être, je lui ai proposé autre chose. Après tout, si Monsieur Couché se débrouille tout seul pour « les activités de la vie quotidienne », je peux aussi proposer mon aide pour « le maintien de la vie sociale ». J’étais sur le point de lui suggérer de lui lire son journal (il ne peut plus, le pauvre, avec sa DMLA galopante) quand sa femme a surgi de nulle part pour me demander de faire la vaisselle, les lits (oui, LES lits, donc celui de Monsieur et celui de Madame) et un peu de ménage. 
Mais… Mais… Mais?! Mais je suis pas là pour ça! Je suis là pour Monsieur Couché, pour l’aider lui, pas pour la maison, pas pour elle! Je suis auxiliaire de vie, pas aide-ménagère! J’ai fait une formation, j’ai passé un diplôme, c’est pas pour me retrouver à faire du ménage à huit heures du matin alors qu’il y a déjà une aide-ménagère qui vient pour ça deux heures par semaine!
Ça, c’est ce que j’ai pensé très fort… Mais comme tous les matins, je n’ai pas osé le dire. Et comme tous les matins, j’ai fait ce que Madame me demandait de faire. J’ai fait la vaisselle du petit-déjeuner, j’ai fait les lits, j’ai passé un coup de balai et étendu le linge. J’ai fait tout ça en silence, pendant que Madame restait enfermée dans sa chambre. J’ai fait tout ça en retenant mes larmes, parce que je me sentais nulle, et inutile. J’ai fait tout ça en maudissant Madame Couché de me voler mon travail, en maudissant ma responsable de secteur de ne jamais mettre les choses au point avec les bénéficiaires et leurs familles, et en me maudissant d’accepter d’être ainsi rabaissée. J’ai maudit tout le monde, fait signer ma feuille de présence, et suis partie chez Madame Debout, qui allait sans doute me demander de faire la poussière, une fois de plus, alors que je l’ai déjà faite hier…

Ça y est, elle a réussi à me mettre de mauvaise humeur pour la journée! Tous les matins c’est la même chose, et ça fait des mois que ça dure! Elle se pointe à huit heures, la bouche en coeur, avec sa jeunesse effrontée et ses petits bras musclés, et elle se met en tête de s’occuper de mon mari. Sauf que mon mari, merci mais ça va, je m’en occupe. Parce qu’à huit heures, ça fait déjà longtemps qu’il est prêt mon bonhomme! Tu parles, à six heures il est réveillé et il hurle pour que je vienne le lever, alors je vais quand même pas attendre deux heures que Mademoiselle Sidonie se ramène! Je leur ai dit, pourtant, au bureau, que huit heures c’était trop tard, mais ils m’ont dit que personne n’intervenait avant cette heure, et que si je n’étais pas contente je pouvais toujours m’adresser à une infirmière libérale… Sauf que chez nous, les IDEL, elles viennent plus pour les aides à la toilette, alors je fais comment moi? Eh ben je vous le donne en mille : je fais, et puis voilà, c’est pas plus compliqué que ça. Je lève mon mari, parce que tout seul il ne peut plus, et puis je lui fais sa toilette, et puis je l’aide à s’habiller… Et quand tout est fait, il n’est pas sept heures, alors on va pas attendre une heure en se regardant dans le blanc des yeux. Alors forcément, je prépare le petit-déjeuner, et on le prend tous les deux, comme avant. Avant la maladie. Avant la dépendance. Avant la visite du médecin conseil. Avant les plans d’aide qui t’octroient généreusement quelques heures par semaine tout en te faisant bien comprendre que quand même, heureusement qu’on est là hein! Avant la responsable de secteur avec son sourire mielleux et son regard condescendant. Avant Sidonie.
Le café du matin, c’est notre seul moment calme de la journée. Parce qu’après, il y a Sidonie. Et encore après, c’est la course, toujours. Parce que mon bonhomme, c’est toute la journée qu’il a besoin d’aide. Pas juste le matin entre huit heures et neuf heures. Parce que la maladie d’Alzheimer, c’est toute la journée et toute la nuit, tous les jours, tout le temps. Quand il se lève, il est malade. Quand il mange, il est malade. Quand il parle, il est malade. Quand il marche, il est malade. Et quand il dort… il est malade aussi. Et moi je suis malade de sa maladie. Je suis malade de l’aider, de l’entendre crier, de faire à sa place. Je suis malade de notre intimité perdue. Je suis malade de son lit médicalisé qui prend toute la place, et malade de devoir dormir dans une autre pièce, parce qu’il n’y a plus de place pour moi dans la chambre conjugale. Malade de son déambulateur, de sa chaise percée et de la douche adaptée qui a remplacé la baignoire. Malade d’être sa garde-malade avant d’être son épouse. Malade de la famille qui ne vient plus nous voir parce que « c’est compliqué », malade des voisins qui nous évitent parce que « le monsieur est bizarre », malade de Sidonie qui rentre dans notre maison, qui farfouille dans notre cuisine et qui s’adresse à lui comme à un enfant. Qui s’adresse à lui hein, pas à moi. Parce que moi, je n’ai besoin de rien, c’est évident. Moi je suis l’épouse revêche, celle qui vole le travail des gentilles auxiliaires qui ne demandent qu’à aider. Moi je suis la méchante qui demande à la gentille de faire le ménage alors qu’elle est diplômée et pas payée pour ça. Moi je suis celle qui abuse des aides sociales, qui vole l’argent du contribuable pour se faire payer des heures de ménage sur le dos de la dépendance.
Mais je voudrais bien qu’elle comprenne, la gentille Sidonie, que pendant qu’elle fait ce qu’elle appelle les basses besognes, je peux avoir une heure pour moi, une petite heure, une toute petite heure. Une toute petite heure pour me laver et m’habiller. Une toute petite heure pour passer un coup de fil à notre fille à l’autre bout de la France. Une toute petite heure pour courir acheter le pain et son journal. Une toute petite heure pour me reposer quand la nuit a été éprouvante, quand je me suis levée toutes les deux heures pour recoucher mon bonhomme qui déambulait, ou pour nettoyer les toilettes après son passage. Je voudrais bien qu’elle comprenne tout ça Sidonie, qu’elle sache que faire du ménage c’est tout aussi important que le reste, parce que ça allège un peu le quotidien.

Parce que pendant une heure, une petite heure, une toute petite heure, je ne suis plus une aidante. Je suis une épouse pour mon mari, une mère pour notre fille… et une femme.

Continuer la lecture

Publié dans Aidants, Alzheimer, auxiliaire de vie, bientraitance, colère, domicile, famille, Maltraitance | Commentaires fermés sur La mésentente

Ceux qui s’oublient

Il déambule dans les couloirs de la maison de retraite en gémissant.  Il ne sait pas où il est, il a oublié qui il était. Parfois, il croise quelqu’un en tenue blanche et il l’attrape par la manche.
– S’il vous plaît! Aidez-moi!
Les soignants évitent ce vieillard sénile. Ils font de grands détours pour ne pas avoir à le croiser. Parce qu’il pleure tout le temps. Parce qu’il les agrippe et ne les lâche plus. Parce qu’ils ne savent plus comment lui répondre.

Il est recroquevillé dans son lit. Il ne parle plus, ne voit plus, n’entend plus. Il n’est plus qu’un corps qu’on lave et qu’on nourrit, un corps à qui on ne prend même plus la peine de parler. Un corps qu’on maintient en vie, sans douceur, sans un mot.

Il bougonne dans son coin. L’auxiliaire de vie est nulle. L’infirmière est toujours en retard. Le boucher n’est pas aimable. Le boulanger vend du pain rassis. Son chien est stupide.
Rien ni personne ne le fait sourire. Sa vie n’est que bougonneries.

À la ferme il faut travailler dur, on ne se repose jamais. Ils sont douze enfants, il est le quatrième de la fratrie. Ils aident tous leurs parents, c’est normal, il y a tellement de travail! Les vaches, la volaille, le blé, le maïs… Jamais de repos.
Ses parents sont morts depuis longtemps, la ferme a été vendue… mais pour lui, le passé est au présent, et le présent n’existe plus.

C’est un homme sale dans une maison sale. Il parle salement, mange salement, s’habille salement… Bref, il vit salement. Il est sale et il est seul.
Sale parce qu’il est seul ou seul parce qu’il est sale?

Ce sont des hommes. Plus ou moins vieux. Plus ou moins malheureux.
Ce sont des pères. Plus ou moins aimés. Plus ou moins oubliés.

Ils ont été jeunes. Ils ont peut-être été beaux. Ils ont fait briller les yeux d’une femme. Ils ont murmuré des mots tendres, ont embrassé une bouche offerte, ont caressé un corps aimé. Ils ont tenu un enfant dans leurs bras, l’ont bercé et consolé. Ils ont aimé, pleuré, crié. Ils se sont parfois trompés. Ils ont fait comme ils pouvaient.

Aujourd’hui, leurs femmes sont mortes et leurs enfants sont partis. Ou le contraire. Ils ont oublié. Oubliés la voix de leur femme et le sourire de leur fils. Oubliés les jolies boucles de leur fille et les pique-nique au bord de l’eau. Oubliées la vie des enfants et la mort de l’épouse. Ou le contraire.

Aujourd’hui c’est aussi la fête de ces pères qui oublient et qu’on oublie. Bonne fête à ceux que la maladie n’a pas oubliés.

 

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer | Commentaires fermés sur Ceux qui s’oublient

Le contrat

Article 212 : Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance.

Tu te rappelles mon amour? Ces voeux, nous les avons faits ensemble devant le maire. Toi, moi, par un beau samedi du mois de juin, il y a cinquante-quatre ans. Toi dans ton beau costume, moi dans ma robe blanche. Nos parents, fiers, souriants, et cette belle photo de nous en noir et blanc qui trône sur la cheminée depuis tant années. Fidélité, secours, assistance. Des engagements que nous avons tenus. Jour après jour, malgré la trop charmante voisine qui te tournait autour, malgré la perte de ton emploi, malgré l’accident qui a coûté la vie à notre fille.

Article 213 : Le mari est le chef de la famille. Il exerce cette fonction dans l’intérêt commun du ménage et des enfants.

La femme concourt avec le mari à assurer la direction morale et matérielle de la famille, à pourvoir à son entretien, à élever les enfants et à préparer leur établissement.

Tu as travaillé dur. J’ai élevé nos enfants et tenu la maison. Quand tu rentrais le soir, la soupe était prête et la maison propre. Un parfait petit mari travailleur, une parfaite petite maîtresse de maison. Une parfaite petite famille dans une parfaite petite maison.

La femme remplace le mari dans sa fonction de chef s’il est hors d’état de manifester sa volonté en raison de son incapacité, de son absence, de son éloignement ou de toute autre cause.

Parfois, tu partais loin. Je m’occupais de tout. Tu pouvais avoir l’esprit tranquille, tu savais que tout irait bien en ton absence. Je pouvais avoir l’esprit tranquille, je savais que nous serions heureux de nous retrouver.


Article 214 : Si le contrat de mariage ne règle pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils contribuent à celles-ci en proportion de leurs facultés respectives.

L’obligation d’assumer ces charges pèse, à titre principal, sur le mari. Il est obligé de fournir à la femme tout ce qui est nécessaire pour les besoins de la vie selon ses facultés et son état.

Nous n’avons presque manqué de rien. Nous avons pu acheter notre maison et payer les études des enfants. Tout était bien. Bien sûr il y a eu des périodes difficiles, parfois, mais ça n’était rien à côté des privations subies pendant la guerre. Nous avions tellement manqué de tout quand nous étions enfants! Alors, pouvoir manger à chaque repas et dormir au chaud, quel luxe en vérité!

La femme s’acquitte de sa contribution aux charges du mariage par ses apports en dot ou en communauté et par les prélèvements qu’elle fait sur les ressources personnelles dont l’administration lui est réservée.
Si l’un des deux époux ne remplit pas ses obligations, il peut y être contraint par l’autre époux dans les formes prévues à l’article 864 du code de procédure civile.

Nul besoin de contrainte dans notre couple. L’argent n’a jamais été sujet de discorde entre nous. Nous étions économes sans être radins, nous avions ce qu’il fallait sans crouler sous l’opulence. Je n’ai jamais vérifié tes fiches de paye, tu n’as jamais vérifié mes dépenses pour le ménage. La confiance était totale et réciproque.

Article 215 : Le choix de la résidence de la famille appartient au mari ; la femme est obligée d’habiter avec lui, et il est tenu de la recevoir.

Lorsque la résidence fixée par le mari présente pour la famille des dangers d’ordre physique ou d’ordre moral, la femme peut, par exception, être autorisée à avoir, pour elle et ses enfants, une autre résidence fixée par le juge.

C’est sur ces dernières phrases que nos chemins se séparent. Tu comprends mon amour, je ne peux plus vivre avec toi. Parce que justement, je ne vis plus. Parce que je passe mes jours et mes nuits à m’inquiéter pour toi. Parce que nous sommes devenus des étrangers l’un pour l’autre. Je ne suis plus ton épouse. Je suis parfois ta soeur, souvent ta mère, et la plupart du temps une parfaite inconnue. Tu n’es plus mon époux. Tu es celui qui hurle la nuit, celui qui m’insulte, celui qui m’ignore. Je voudrais t’aimer, mais je n’y arrive plus. Parce que tu me fais peur, parce que m’épuises, parce que tu finiras par me tuer.
Je ne me débarrasse pas de toi mon amour. Je le fais pour toi, pour moi, pour nous. Je le fais parce que nous avons été un couple heureux, et que je veux garder ce souvenir de nous. Parce que tu étais mon mari, mon amant, mon tout. Parce que notre amour n’a pas su résister à la maladie. Parce que je suis trop vieille pour mourir d’amour.
Tes valises sont prêtes. Toi, tu tournes en rond dans le salon, comme tous les jours. Je t’ai parlé de cet endroit où tu allais, je t’ai dit que je ne t’abandonnais pas mais que je te confiais à d’autres qui sauront mieux s’occuper de toi. Je ne t’ai pas menti. Alors pourquoi ai-je ce sentiment amer d’une ultime trahison? Pourquoi cette culpabilité lancinante? Pourquoi cette envie de mourir quand je t’offre une nouvelle vie?
Pourquoi ce chagrin d’amour alors que nous nous sommes tant aimés?

Article final : Jusqu’à ce qu’Aloïs vous sépare.*

* merci à @kataidante pour la touche finale

Continuer la lecture

Publié dans Aidants, Alzheimer, amour | Commentaires fermés sur Le contrat

Un malade d’Alzheimer sur deux n’est pas diagnostiqué. Article écrit par un robot dans le journal Le Monde.

Alzheimer : des révélations fracassantes !

Voir ICI pour l’article.

Le titre : Un malade Alzheimer sur deux ne serait pas diagnostiqué en France.
La signature : inconnue. Ou plutôt : Le Monde.fr avec AFP. Un robot journaliste, sans doute.
La source : Une étude publiée par Cap Retraite. Le robot aurait pu nous donner le lien pour l’article, non ? Le VOICI. Le rapport est beau comme une brochure publicitaire. Il n’est pas signé (c’est la Revue Prescrire qui fait des émules), les couleurs sont belles, la bibliographie ronflante. Est-ce la même agence qui a réalisé le document vantant l’intérêt de Sophia, le machin, disease management de la CPAM ? 
Le financeur : je donne le lien sur Cap Retraite pour le robot qui a écrit l’article : LA.
Cap Retraite est un service gratuit et il n’est pas clair à première vue et sur son site de savoir qui le finance. Le robot recherche sur google (pas très loin) : le robot trouve LA des éléments indiquant que Cap Retraite a fait l’objet d’une enquête de la revue 60 millions de consommateurs : voir ICI, LA et LA. C’est pas clair, clair, clair.
Bon, vous voulez un dessin ? 

Ensuite, en lisant l’article (qui reprend sans le savoir, à moins que le robot n’ait été programmé ou qu’il ne s’agisse que du recopiage pur et simple du communiqué de presse officieux de Cap Retraite, on se rend compte que :

  1. Il y a 500 000 personnes qui souffrent d’Alzheimer et, d’après l’INSERM, un million en souffrirait… Sous-diagnostic.
  2. Le nombre de ces malades risque de doubler et d’atteindre les 2 millions en 2014. Apeurer les populations.
  3. Dans les départements les mieux lotis 30 % des malades seraient effectivement pris en charge et, ailleurs, 15 % On sent le scandale pointer.
  4. Et là, on sort l’arme magique : le médecin généraliste ! Arme bien entendu à double tranchant : on a besoin de lui, il ne fait pas encore son boulot, il va le faire et s’il ne le fait pas, c’est que c’est un khon. MG bashing.
  5. La phrase choc sur la prise en charge précoce. On cite un gériatre cité dans l’étude qui fait partie de Cap Retraite. « Une prise en charge précoce permettra au sujet de rester plus longtemps à son domicile, lieu par excellence à favoriser, car porteur de l’histoire et de la mémoire » Hugues Bensaïd est expert Cap Retraite : LA.
  6. Rengaine : les MG ne font pas leur boulot. En effet, « 20 % des malades estimés résidant à domicile sont pris en charge par les ESA, es accueils de jour spécialisés et l’hébergement temporaire, les 80 % restants n’ayant pas encore été suivis, faute de diagnostic ». Comme en d’autres domaines « on » demande aux MG, ce « on » signifiant les experts, les spécialistes, les gériââââtres, les marchands de réseaux, les marchands de médicaments, les marchands de structure, les promoteurs immobiliers, les mutuelles, les assureurs, qu’ils se transforment en rabatteurs pour le plus grand bien de la santé publique. un citoyen qui oublie l’endroit où il a posé ses clefs, une citoyenne qui ne se rappelle plus ce qu’elle a vu à la télé la veille, est un Alzheimer en puissance, un ou une citoyenne que le MG, brave gars un peu niais (la MG, brave  fille un peu niaise), doit ficher immédiatement pour l’adresser dans un centre mémoire où, n’en doutons pas, le diagnostic d’Alzheimer sera porté, les anti Alzheimer prescrits, et cetera.
  7. L’article continue, il avait des trucs à vendre : Il faut créer 20 fois plus de places en ESAD et multiplier par 10 le nombre de places d’accueil de jour, et, dans les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Le robot serait-il passé par les ARS ?
  8. Mais, on l’aura remarqué, l’article ne dit pas un mot sur les médicaments dits anti Alzheimer, on n’oserait plus ?
Cet article, ni écrit ni à écrire est un concentré de disease mongering (fabrication des maladies, stratégie de Knock, voir ICI pour les précisions), une manoeuvre de plus pour alzheimeriser la société, je me permets de vous rappeler ce que j’écrivais LA sur ce sujet, la doxa des experts de l’Alzheimer : dépister le plus tôt possible une maladie incurable pour pouvoir prescrire aussi tôt que possible des anti Alzheimer (voir ICI pour ce qu’il faut penser de leur efficacité et de leurs effets indésirables), annoncer coûte que coûte le diagnostic au malade (je vous demande de lire ce que le docteur Leforestier dit, c’est effrayant, je cite : « Il n’y a plus d’indicible en médecine. La nomination d’un constat clinique doit se faire. Le faire de façon simple, humble, et cette ouverture donne un sens au suivi médical. Le fait de ne pas vouloir un diagnostic est un Droit des malades… mais le déni est très rare… on commence par dire le diagnostic et on analyse le déni…« ), accompagner, aider les aidants…, une façon de promouvoir des marchands d’illusions et des associations louches.
Fin de l’article.
Maintenant, et cela dit, qu’est-ce qu’on fait ?

Gertrude Weaver, 116 ans, doyenne de l’humanité pendant 5 jours

Le médecin généraliste (je commence le blablabla) est effectivement au centre de la prise en charge des personnes âgées.
Petit détour : et si les malades Alzheimer (sic) n’étaient que le symptôme plus général d’un problème sociétal éternel (la peur de la maladie et de la mort) et circonstancié (le vieillissement de nos sociétés et le nombre accru de personnes atteignant le stade de dépendance et le grand âge) et d’un problème anthropologique (la gestion des anciens par les familles).
L’anticipation est le maître mot de la médecine longitudinale. parler de l’avenir avec ses patients est une façon de les informer et de les sonder sur leurs intentions, leurs possibilités et sur les moyens dont ils pourraient disposer quand ils commenceront à perdre leur indépendance.
Il n’est pas de semaine où je ne reçois un ou une patiente qui pense avoir un Alzheimer car elle a des trous de mémoire, il n’est pas de semaine où je ne reçois un ou une patiente qui me dit que la prochaine fois que je verrai son conjoint, sa conjointe, interrogez le (la) sur ses trous de mémoire, ça devient pénible.
Je commence par interroger, je commence par prendre le pouls (au sens figuré) de la situation médicale, familiale, sociale, avant (1) d’administrer un test de mémoire, (2) d’adresser.
Quand j’ai l’impression que c’est rassurant je fais passer un test MMS (mini mental state), téléchargeable pendant la consultation pour la consultation suivante, qui, le plus souvent, dans ces cas bien entendu, est rassurant : rassurant par ses résultats, rassurant parce que le patient, la patiente, est étonné (e) de la simplicité et de l’évidence des questions. Il est donc nécessaire de rassurer, de comprendre ce qu’il est possible de changer dans la vie du patient pour qu’il aille mieux.
Les personnes vieillissantes ont peur d’être malades, de souffrir, de devoir dépendre de quelqu’un, elles sont anxieuses, elles dorment mal, et cette anxiété, cette trouille, cette angoisse, intergissent avec leurs performances mentales, avec leur mémoire, et pas seulement en raison des anxiolytiques et des hypnotiques trop souvent prescrits. Il ne faut pas confondre les causes et les conséquences (à moins que cela ne soit l’inverse).
Et les familles des personnes vieillissantes, attention, j’enfonce des portes ouvertes, sont elles-aussi anxieuses que les personnes vieillissantes qu’elles aiment souffrent, perdent la mémoire et… meurent. Comme dirait l’autre : cela les renvoie à leur propre vieillissement…
Une anecdote : une patiente sous neuroleptiques et anxiolytiques est vue lors d’un passage à l’hôpital (problèmes digestifs) par la consultation mémoire qui conclut à un Alzheimer… Les troubles de la mémoire et la désorientation ne devaient pas faire partie des effets indésirables notés des neuroleptiques et des anxiolytiques (la malade a retrouvé ses esprits et n’a plus d’Alzheimer).
Quand le malade, la malade, a vraiment un Alzheimer ou apparenté. Il faut d’abord travailler avec la famille, quand c’est possible. Il est rare que les familles soient absentes ou qu’elles ne soient pas capables de gérer avec l’aide des services sociaux (assistantes sociales, centre de gérontologie) les problèmes d’APA et la recherche de structures. Le maintien à domicile est souvent plus compliqué à organiser et coûte cher.
Mais le rôle du MG, en général, à condition qu’il s’agisse d’une famille qu’il connaît, est surtout un rôle d’accompagnement des familles. Pas un rôle médical, sinon gérer le quotidien. Soutenir le mari ou la femme non malade. Voir les enfants, leur parler. Savoir que cela risque d’être un bouleversement considérable dans l’équilibre familial. Etablir, avec les services compétents, un projet de vie.

Heureusement, nous sommes partis loin de l’article robotisé.
Mais les problèmes liés au vieillissement…  Cela ne vous donne pas envie d’être anxieux ?

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, CAP RETRAITE, DISEASE MONGERING, journalisme, le Monde, robot | Commentaires fermés sur Un malade d’Alzheimer sur deux n’est pas diagnostiqué. Article écrit par un robot dans le journal Le Monde.

Tu connais Christelle? Et Doune, tu la connais?

Doune est aidante. Elle m’autorise à reproduire ce texte qui parle de la maladie d’Alzheimer, voleuse de vie et voleuse d’enfants. Je la remercie de ce partage et j’espère que ces quelques lignes vous toucheront autant qu’elles m’ont touchée.
TU CONNAIS CHRISTELLE ? ET DOUNE TU LA CONNAIS ?
Les parents donnent souvent un petit surnom à leur enfant.
Moi c’est mon frère qui me l’a donné mon surnom.
Doune, on m’a toujours appelée comme ça en famille, les amis.
Christelle était utilisé quand il y avait bêtises, à l’école, puis plus tard dans la société.
Mais je ne pensais pas qu’un jour, mon prénom et mon surnom allaient faire de moi deux personnes différentes.
Puis l’invité m’a démontré que c’était possible.
Je savais qu’un jour, le moment de qui je suis, allait arriver.
Mais au fond de moi, je priais pour qu’il arrive le plus tard possible, même jamais.
Mais il se montre par de petits signes, avec plus de force il devient de plus en plus présent.
Tu me cherches dans la maison, tu me trouves et me demandes où est Christelle.
Côte à côte, tu me demandes où est Christelle.
Je suis là, c’est moi, ma main tient ta main pour te rassurer.
Le temps où ton regard s’interroge sur la personne que je suis, là devant toi.
Puis ton regard se fait plus clair.
L’image de ma personne t’apparaît-elle comme une mise au point d’un zoom?
Je ne sais pas ce qui se passe vraiment pendant ce temps de réflexion.
Si seulement je savais sur quel bouton appuyer, je le ferais tout de suite
Pour t’éviter ce regard si interrogateur, perdu, chercheur.
Puis ce moment revient souvent, chaque jour, il me touche à chaque fois.
Moins que la première fois où il s’est présenté, car je me suis fait une raison.
Puis l’invité voyant que je m’habituais, il a décidé d’aller plus loin.
Je ne pensais pas qu’un jour cette discussion allait exister entre nous, mais elle s’est présentée.
On était toutes les deux, comme d’habitude, après-midi activité, on discutait.
Puis d’un coup, dans la conversation tu me demandes si je connais Christelle.
Il doit être content, il m’a touchée, je ne montre pas ma blessure pour ne pas perdre ton regard.
Est ce que j’ai bien fait, ou mal fait, je t’ai répondu que je la connaissais.
Je ne voulais pas rentrer dans son jeu, gâcher ce moment qui se passait si bien.
Je t’ai laissé continuer de me parler de Christelle, ensuite Doune est apparue dans la conversation.
Un enfant est fier quand il entend ses parents parler de lui.
Une drôle de sensation vous envahit quand votre parent vous parle de vous comme à une personne étrangère.
Je la regardais avec un sourire, mais la tristesse m’a habitée tout au fond de moi.
Il veut que tu te perdes entre Christelle et Doune, ça ne lui suffit pas que tu ne me reconnaisses pas de temps en temps.
Je t’ai pris la main et j’ai changé doucement de conversation, puis nous avons continué notre activité.
Je sais qu’il recommencera, de plus en plus, jusqu’à ce qu’il gagne.
Mais je vais faire mon possible, avec douceur, pour te dire que Christelle et Doune ne font qu’une seule personne, moi, ta fille.
Même si je sais que c’est un combat que je vais perdre à un moment dans notre vie avec l’invité.
Un jour, à tes yeux, je ne serai plus Christelle, ni Doune, ni ta fille, je serai une personne étrangère.
Mais pour l’étrangère que je deviendrai, tu resteras ma petite maman.
Doune.

Continuer la lecture

Publié dans Aidants, Alzheimer | Commentaires fermés sur Tu connais Christelle? Et Doune, tu la connais?

Il, Elle…

Elle a encore perdu ses clés.
Il ne sait plus où il a garé la voiture.
Elle cherche ses mots.

Début.

Il ne sait plus où il habite.
Elle a oublié les prénoms de ses enfants.
Il se croit en 1960.

Suite.

Elle regarde sa fourchette et ne sait comment s’en servir.
Il enfile son pyjama par-dessus son pull.
Elle sort acheter du pain à deux heures du matin.

Suite…

Il urine dans sa penderie.
Elle ne s’est pas lavée depuis deux semaines.
Il ne reconnaît plus sa femme.

Suite…

Elle mange ses selles.
Il se perd dans sa maison.
Elle crie des mots incompréhensibles.

Suite…

Il ne mange plus.
Elle ne marche plus.
Il ne parle plus.

Suite…

Elle s’efface.
Il s’oublie.
Ils disparaissent.

Fin.

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer | Commentaires fermés sur Il, Elle…

Les médecins pourront signer d’une croix

Le ministère de la santé anglais vient d’émettre le projet de verser 55 Livres (70 €) aux médecins à chaque nouveau diagnostic d’Alzheimer ou de démence quelconque. L’idée sous-jacente étant … Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, Démence, diagnostic, manipulation, médecine, pré-démence | Commentaires fermés sur Les médecins pourront signer d’une croix

Rithy Pahn et la maladie d’Alzheimer.

France Culture m’a permis cette semaine d’écouter Rithy Pahn, admirable, interrogé par Michel Ciment (voir ICI) à propos de son dernier film L’image manquante qui va être diffusé sur Arte mercredi prochain 9 octobre 2013 à 20 heures 50 (voici LA le fim et des entretiens avec le réalisateur) et le Magazine de la rédaction consacré à la maladie d’Alzheimer, nul (LA).

J’ai déjà écrit un billet sur Rithy Pahn (ICI) qui, inlassablement, parle du génocide cambodgien, en des termes qui me laissent pantois tant il a compris le passé de son pays et le passé de l’humanité (dont la shoah). 
Il lutte contre l’oubli. Il dit regretter, non le Cambodge de Long Nol ou de Sihanouk, celui d’avant le Cambodge communiste, mais le monde « imparfait et humain » dans lequel vivait sa famille, ce monde honni par les Khmers rouges (deux mille ans d’esclavage selon eux) qui veulent un monde pur et dur (ce que soulignait Jean Lacouture quand il était un anti colonialiste exacerbé et qu’il faisait du colonialisme sans le savoir lorsqu’il écrivait « Ce peuple incapable d’être pur et dur » pour ensuite se repentir). 
Rithy Pahn lutte sontre les intellectuels comme Noam Chomsky, le héros intouchable, ou comme Alain Badiou, qui pensent que le génocide cambodgien, ce n’était pas si terrible que cela puisque c’était une lutte anti coloniale. Mais surtout, à propos des regrets d’Alain Badiou, le grrrrand philosophe qui ne se prend pas pour de la merdre, et qui a dit : « Je manquais d’informations. » ou « Je me suis trompé par manque de connaissances »… Comme le dit Rithy Pahn, comment un homme de cette qualité peut-il dire qu’il n’avait pas assez d’informations ? Soit on se met à douter de ce qu’il a écrit sur d’autres sujets (son champ réflexif académique), soit on se demande pourquoi il ne s’est pas tu. Les journalistes qui vont sur le terrain sont de plus en plus rares. Où est Joseph Kessel ? Où est Albert Londres ? 

L’émission sur la maladie d’Alzheimer est un modèle caricatural de ce qu’est le journalisme à la maison  au double sens du terme (comme on dit l’arbitrage à la maison), de l’absence de sens critique, de l’hospitalocentrisme, de l’autosatisfaction, du déni de la médecine générale, du disease mongering, de la psychologie de bazar et de la collusion entre le corps médical et les associations de patients (si éloignée de la médecine 2.0).
A Sainte Perrine tout est beau : La malade de 82 ans interrogée avec sa fille a un Alzheimer, joue au bridge, fait des mots fléchés et, comme dit la neurologue de Lille, avec les médicaments l’évolution sera lente. La fille de la malade nous apprend aussi que sa maladie est inscrite sur la carte de sécurité sociale (gloups !) mais que le diagnostic n’a pas été annoncé à ses petits-enfants. 
On apprend aussi qu’il n’y a pas un Alzheimer mais des Alzheimer et que seuls les grands experts sont capables de le savoir et pas ces khons de généralistes qui sont dans le déni de la maladie. 
On nous raconte l’histoire de ce patient de 47 ans où ce sont les neurologues (contre les psychiatres et les généralistes) qui ont fait le diagnostic. Mais aussi qu’à La Pitié ce sont les assistantes sociales qui demandent le 100 %, nous dit-on. Des assistantes sociales qui ne connaissent même pas le numéro de France-Alzheimer… Ce reportage est un grand n’importe quoi.

Heureusement que les neurologues sont là, les Ankri, les Leforestier, qui marquent leur territoire (cette dernière veut nous impressionner en nous parlant de l’Alzheimer qui peut être temporal et  frontal, non mais, c’est qui l’experte ?).
Grâce au docteur Nadine Leforestier nous comprenons ce qu’est la doxa des experts de l’Alzheimer : dépister le plus tôt possible une maladie incurable pour pouvoir prescrire aussi tôt que possible des anti Alzheimer (voir ICI pour ce qu’il faut penser de leur efficacité et de leurs effets indésirables), annoncer coûte que coûte le diagnostic au malade (je vous demande de lire ce que le docteur Leforestier dit, c’est effrayant, je cite : « Il n’y a plus d’indicible en médecine. La nomination d’un constat clinique doit se faire. Le faire de façon simple, humble, et cette ouverture donne un sens au suivi médical. Le fait de ne pas vouloir un diagnostic est un Droit des malades… mais le déni est très rare… on commence par dire le diagnostic et on analyse le déni…« ), accompagner, aider les aidants…

Je suis effrayé.

Nous apprenons aussi que le docteur Nadine Leforestier, spécialiste de l’Annonce, le fait pour des maladies encore plus graves (en regardant le net, cela doit être en cas de Sclérose Latérale Amyotrophique) et qu’elle en est fière. Nous sommes passés du paternalisme triomphant (on ne disait jadis rien au malade qui n’était pas capable de comprendre sa maladie) au néolibéralisme rawlsien dont je vous ai si souvent parlé ici où les individus, fussent des alzheimériens, sont des êtres de raison qui sont capables d’analyser et de comprendre en toute situation… Nous sommes passés du règne du silence au règne de la vérité avec toujours autant de bonne conscience : ces annonceurs (cela ne vous rappelle pas quelque chose dans le monde des affaires) ont toujours raison…
Nous apprenons aussi que le docteur expert tutoie la citoyenne présidente de France-Alzheimer 93. Le monde est petit. Cette citoyenne experte, et je ne nie en rien a priori son rôle dans l’aide des aidants, parle aussi de l’annonce et fait une comparaison avec le cancer… Elle dit combien les médecins généralistes sont dans le déni de la maladie et qu’ils devraient se fier aux vrais experts (voir ICI pour leur expertise), et la neurologue ajoute qu’il faudrait épauler ces pauvres médecins (voir LA ce que pense Philippe Nicot, un MG, des experts ou Louis Adrien Delarue, un MG, des institutions expertales : ICI). La neurologue experte oublie également une étude toulousaine parue dans le British medical Journal (ICI) qui indique que pour les patients atteints légèrement (mild) ou modérément (moderate) d’Alzheimer le suivi comparé de ces patients par les centres de mémoire et par les médecins généralistes ne montrait pas de différence significative à deux ans.
Evidemment ce Magazine de la rédaction de France-Culture ne parle pas de la controverse sur les médicaments, sur la diminution de leur remboursement pour cause d’inefficacité.

Big pharma, la neurologue experte de l’Annonce, la représentante d’une Association de patients, la disparition des médecins généralistes. C’est le résumé de la situation.

Cette émission de France Culture sur la maladie d’Alzheimer est une mauvaise émission.

Certains pourraient penser qu’il est incongru de mettre sur le même plan la clairvoyance de Rithy Pahn tout autant que son analyse et son oeuvre concernant le génocide cambodgien et les experts de l’Alzheimer mais il me semble que le courage intellectuel (ne parlons pas du courage physique qui est une autre affaire) n’est pas bien partagé. Sans compter l’intelligence.

 

Sources : Crânes au musée du génocide cambodgien : ICI

Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, annonce, désinformation, France-Culture, RITHY PANH | Commentaires fermés sur Rithy Pahn et la maladie d’Alzheimer.

Des vies et des jours

crédit photo : « Des jours et des vies » Projetée par une bourrasque, le bruit que fit la pluie sur la fenêtre de la cuisine la sortit de sa torpeur. Elle ouvrit les yeux. Son café refroidissait dans son bol, mais … Continue la lecture Continuer la lecture

Publié dans accident, ALCOOL, Algérie, Alzheimer, amputation, bipolaire, Brainstoming, CONSULTATION, Diabète, errare humanum est?, Médecin De Famille, mémoire, mort, neuroleptique, pied-noir, placement, Tranches de vie | Commentaires fermés sur Des vies et des jours

Vécu de la Maladie d’Alzheimer à travers les yeux d’un poète

Publié dans Alzheimer, médecine, poésie, vidéo | Commentaires fermés sur Vécu de la Maladie d’Alzheimer à travers les yeux d’un poète

Biscottes

Je n’aurais pas dû m’occuper de Mimi. Elle habitait un village bien trop éloigné de mon cabinet. Pas du tout mon secteur. Je connaissais son neveu et il m’avait demandé de prendre le relais pour elle après une hospitalisation. Elle était veuve, n’avait pas d’enfants, elle était sous tutelle. Moi, j’étais installé depuis à peine […] Continuer la lecture

Publié dans Alzheimer, La consultation du Dr Borée, Les vieux de la vieille, Maintien à domicile, mort, Patients, visite à domicile | Commentaires fermés sur Biscottes