Archives de catégorie : Albin Michel

Quatre Français sur dix se sentent «en deuil». Comment, pourquoi ? C’est à lire dans La Croix

  Bonjour On y verra un nouveau marché. Ou un symptôme-valise exprimant tous les chagrins de notre temps. Cet après-midi,  au plus beau de Paris, s’ouvriront les « 1res Assises du funéraire ». Au Palais du Luxembourg, et sous le patronage des ministères de la santé et des familles : « Mieux accompagner le deuil: un enjeu majeur de notre […] Continuer la lecture

Publié dans Albin Michel, La Croix, médecine, psychiatrie, Psychologie, Santé publique | Commentaires fermés sur Quatre Français sur dix se sentent «en deuil». Comment, pourquoi ? C’est à lire dans La Croix

Mémoire : les boissons alcooliques ne sont plus faites pour les intellectuels

Guy Debord  écrivait peu mais buvait beaucoup. Blondin (Antoine)  but beaucoup et mangea peu. Surtout vers la fin. Bacon (Francis) ne peignait que semi-dégrisé. Céline (Louis-Ferdinand) avait l’alcool en horreur. Il écrivit comme personne avant lui. Rabelais (François) simulait l’ivresse comme personne. Il inventa une langue et réjouit les cœurs. Villon écrivait, buvait – et volait […] Continuer la lecture

Publié dans Albin Michel, Gallimard, Grasset, Inserm, Le Matricule des Anges, Le Parisien, Presses Universitaires de France | Commentaires fermés sur Mémoire : les boissons alcooliques ne sont plus faites pour les intellectuels

Alcoolisme : dans l’ombre du baclofène, le nalméfène (ou le coût de la tentation)

Que saurions-nous sans le mensuel Prescrire ? Moins informé. Nettement moins. Et nettement moins bien.  Dernière démonstration  en date avec le nalméfène ou Selincro®. Cette spécialité (Lundbeck) sera bientôt commercialisée. A quel prix ? Pour quels bénéfices ? Fléau alcoolique et guerre de tranchées (1). Dans la famille alcoolique on demande le mythique baclofène. L’Ansm ne devrait guère […] Continuer la lecture

Publié dans Albin Michel, ANSM, Lunbeck, Prescrire, Select, Stephen King | Commentaires fermés sur Alcoolisme : dans l’ombre du baclofène, le nalméfène (ou le coût de la tentation)