Archives de l’auteur : marnie

Commentaires sur javel, dichlore, chloroquine : ne jouons pas aux apprentis sorciers ! par Marnie

Cette folie autour de la chloroquine est insupportable. Personnellement, je ne peux pas en prendre donc au moins ça me fait un sujet de prise de chou en moins ! Si je choppe cette saloperie de virus faudra faire sans.
La polémique sur les masques maison en tissu est sympa aussi… Est-ce que c’est mieux que rien ou pire que tout ? Les plus éminents professeurs se déchirent sur la question pendant que les couturières s’activent chez elles et en distribuent à tous ceux qui n’ont aucun moyen de se protéger autrement : caissières, vendeurs sur les marchés, plombiers, livreurs etc… Drôle d’époque… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur javel, dichlore, chloroquine : ne jouons pas aux apprentis sorciers ! par Marnie

Commentaires sur Le passage aux aveux par Marnie

Il y a deux semaines, j’ai passé 12h aux urgences au moment où le premiers cas de covid 19 y était confiné. Mon brancard était dans le couloir devant la porte du box réservé au confinement de ce patient. Les allées et venues étaient incessantes et la porte restait souvent ouverte ! Il a été renvoyé chez lui pour y rester en quarantaine et pour cela il a dû passer dans le couloir où s’entassaient les patients.
Quand à l’hygiène… il y avait des traces de sang sur les murs à côté de mon brancard, la fois précédente il y en avait sur mon brancard ! Quelqu’un avait visiblement eu des soucis digestifs dans les toilettes des urgences (côté patients) et en avait mis partout , c’est resté comme ça pendant des heures… On n’est venu me commenter mon scanner… alors que je n’en avais pas passé, on m’a prescrit un médicament auquel je suis allergique et quand j’ai fait la remarque on m’a répondu « Oh bah c’est une ordonnance type ! » etc etc; Un bordel sans nom…
Donc à chaque fois, que j’entends parler de l’hôpital comme d’un lieu de rigueur, je bous intérieurement ! Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Le passage aux aveux par Marnie

Commentaires sur Se souhaiter la santé finalement ? par Marnie

Tous les ans, j’ai droit aux vœux à la con de la fille du labo du style « Bon bah vous, on n’ose plus vous souhaiter une bonne santé !!! « .
Je lui réponds chaque année « Si si allez-y on ne sait jamais, ça peut marcher !!! » Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Se souhaiter la santé finalement ? par Marnie

Commentaires sur Comment appelle-t-on poliment un arrêt de commercialisation ? par Marnie

Si les caisses de l’état était bien remplies et que les rues n’étaient pas remplies de personnes réclamant plus de sous, on pourrait tolérer que certains veuillent se faire plaisir avec ce genre de stupidité mais si ce médicament convenait aux patients, ne posait pas de souci particulier et en plus de coûtait rien à la sécu, il est assez incompréhensible de le remplacer du jour au lendemain par un autre qui coûte une fortune !
Enfin bon, à chaque fois que je tente de comprendre ce genre de décision, il y a quelqu’un qui s’applique à m’expliquer que je ne suis qu’une patiente par définition trop stupide pour comprendre ce genre de tour de passe passe médical… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Comment appelle-t-on poliment un arrêt de commercialisation ? par Marnie

Commentaires sur Petites phrases à bannir des oreilles du malade par marnie

Plus que les mots eux-mêmes c’est souvent le ton sur lequel ils sont ni plus ni moins balancés qui heurte. On y sent tellement de lassitude, d’ennui, de mépris qu’on ne peut en sortir indemne. Une maladresse, si on sent qu’elle n’est qu’une maladresse, peut être digérée. La lassitude, l’ennui, le mépris que l’on inspire au soignant, lui ne passe jamais.

Dans la série phrases énervantes :

 » Oh oh la la c’est impressionnant ! ça doit être drôlement handicapant !!!! J’peux prendre des photos ?? »

 » Vous pourrez me donner de vos nouvelles et me dire comment ça évolue… c’est par pur intérêt intellectuel ! ».

 » Oh la la la mais vous êtes un cas d’école, j’adorerais vous montrer aux étudiants !!!! »

« Les femmes ça ne supportent rien »

« Et bien dites donc vous, vous n’avez vraiment pas de bol ! »

« Oh mais c’est pas si grave, vous êtes jeune ! »
Et dans la même semaine, un confrère :
« Oh mais c’est grave ce que vous avez, faut prendre ça au sérieux !!! »

« Mais pourquoi vous tremblez comme ça, ça fait pas si mal ! »

« Oh mais vous, vous n’avez jamais les bons symptômes ! »

« Eh bien ça, c’est pas typique !! »

La spéciale mois de janvier :  » J’ose pas vous souhaiter une bonne année…  »

Et dans la catégorie, je prends vraiment le patient pour un con :
« Les myopes on leur met des lunettes parce que leurs yeux ne marchent pas bien, et bien vous vos reins ne marchent pas bien alors on va vous en greffer un. Vous voyez c’est simple, c’est pareil ! » Un néphrologue…
Et dans cette catégorie, j’ai de quoi écrire un livre parce qu’avec les néphrologues, je suis gâtée !

Dans un autre registre. Une fois au CHU, l’interne a posé sa main sur mon bras et m’a dit « j’espère que je ne vous ai pas trop traumatisée ».
C’était la première fois que j’entendais un médecin évoquer le fait qu’il puisse traumatiser un patient. Vu les circonstances et la tension ambiante, la seule chose que j’avais envie de lui dire c’était « Oh bah t’inquiète pas trop, d’autres s’en sont chargés avant toi »… mais il avait l’air sincèrement préoccupé alors j’ai juste esquissé un sourire et j’ai fui… Parfois, même quand le soignant tente de « réparer », ça ne se fait pas parce que ce n’est pas le bon timing et parce que nous aussi en tant que patient, nous pouvons ne pas être mentalement disponibles. Tout simplement parce qu’on rentre malheureusement au CHU en mode commando bien décidé à ne pas se laisser marcher dessus par les blouses blanches et que l’armure est ensuite bien compliquée à fendre.
Mais le simple fait qu’il ait prononcé ces mots m’a réconciliée avec les médecins…jusqu’à la semaine suivante où un autre s’est conduit une fois de plus comme un con, puis un autre… Retour à la case départ. Alors, on remet l’armure et on repart au combat alors qu’il serait si simple et si efficace de pouvoir se parler sans jouer des rôles. Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Petites phrases à bannir des oreilles du malade par marnie