Archives quotidiennes : 4 janvier 2020

Cannabis et autres stupéfiants: tests de dépistage disponibles

Des tests de dépistage rapide salivaire et sanguin sont disponibles sur le marché. Des dosages peuvent également être effectués au niveau urinaire. Ces tests permettent de prouver qu’une personne a consommé telle substance psychoactive. Dans cert… Continuer la lecture

Publié dans adultération, amphétamine, benzodiazépine, biologiste, cannabis, Cannabis et travail, cheveux, Cocaïne, Dépistage, ectasy, médecin, méthadone, opiacés, police, salivaire, sanguin, tests | Commentaires fermés sur Cannabis et autres stupéfiants: tests de dépistage disponibles

Mediator®, 1977 : pourquoi n’a-t-on pas compris les écrits prophétiques du Dr Henri Pradal?

Bonjour C’est, peut-être, le grand mystère de l’affaire-scandale du Mediator®. On le retrouve aujourd’hui dans le numéro de janvier de Prescrire – ce mensuel farouchemnt indépendant dont il faut saluer la mémoire encyclopédique et l’ouverture d’esprit : « Le benfluorex (Mediator°) démystifié en 1978 dans le « Dictionnaire Pradal ». » Où l’on découvre que dès 1978, un ouvrage vendu à des […] Continuer la lecture

Publié dans argent, justice, médecine, médicament, pharmacie, Polémique, Risques (réduction des) | Commentaires fermés sur Mediator®, 1977 : pourquoi n’a-t-on pas compris les écrits prophétiques du Dr Henri Pradal?

Le vrai scandale des urgences: comment peut-on accepter des «gardes de 24 heures» ?

Bonjour Il est des commentaires étrangement décillants. Nous rapportions hier une affaire symptomatique des dérèglements hospitaliers : la direction de l’hôpital Émile Muller de Mulhouse (Haut-Rhin) venait d’accepter de payer une garde de 24 heures aux urgences 2 200 euros net. On apprenait aussi que d’autres offres d’intérim médical, pour la période allant du 19 décembre à début janvier, […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Hôpital, médecine, Polémique, politique, pouvoir, Risques (réduction des) | Commentaires fermés sur Le vrai scandale des urgences: comment peut-on accepter des «gardes de 24 heures» ?