Archives mensuelles : janvier 2018

La tension artérielle chez les personnes âgées

Un article publié dans le JAMA Internal Medicine du 12 décembre 2017 traite de l’évolution de la tension artérielle systolique et diastolique chez des personnes âgées de plus de 60 ans et ou en fin de vie Sur près de 50

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur La tension artérielle chez les personnes âgées

Ibuprofène et possible hypogonadisme

Un article d’auteurs appartenant majoritairement à l’Université de Copenhague et à l’Université de Rennes publié dans le PNAS, Proceedings of the National Academy of Sciences, montre que la prise d’ibuprofène à dose élevée, 600 mg 2 fois par jour, pendant 

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous, pharmacovigilance | Commentaires fermés sur Ibuprofène et possible hypogonadisme

Le bon cholestérol peut-il être mauvais?

Dans une étude publiée dans European Heart Journal le 8 décembre 2017 les auteurs arrivent à la conclusion que les infections, intestinales, pulmonaires, sont plus fréquentes chez les personnes qui ont moins de 310 mg de HDL cholestérol par litre

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Le bon cholestérol peut-il être mauvais?

Kétamine, eskétamine, par voie nasale dans les dépressions résistantes.

Une étude publiée dans le JAMA Psychiatry le 27 décembre 2017 montre que chez des malades atteints de dépression résistante l’adjonction à un traitement antidépresseur classique d’une administration par voie nasale d’eskétamine, énantiomère de la kétamine, à la fréquence de

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Kétamine, eskétamine, par voie nasale dans les dépressions résistantes.

Evolocumab, Repatha aux USA, extension d’indications

Nous avons déjà parlé d’evolocumab, Repatha,  et d’alirocumab , Praluent*, dans Pharmacorama. L’évolocumab a reçu récemment de la FDA une extension d’indications pour la prévention des infarctus du myocarde et des AVC dans les formes sévères d’hypercholestérolémies. Voir annonce publicitaire d’Amgen.  Un des

Continuer la lecture

Publié dans Nouveaux médicaments | Commentaires fermés sur Evolocumab, Repatha aux USA, extension d’indications

Grippe, danger des antipyrétiques

Le texte qui suit a été écrit comme commentaire à une observation d’un cas de grippe chez un enfant, et a déjà été publié par Egora. Je le reproduis ici. L’histoire de cet enfant de 2 ans et demi rappelle

Continuer la lecture

Publié dans Opinions | Commentaires fermés sur Grippe, danger des antipyrétiques

Aryl Hydrocarbon Receptor et événements thrombotiques.

Aryl Hydrocarbon Receptor (AHR) est un facteur de transcription. Ses ligands sont des xénobiotiques, historiquement la dioxine. Depuis plusieurs années, des ligands endogènes ont été identifiés. Nous et d’autres avons montré que des solutés dérivant du métabolisme du tryptophane, comme … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AHR, Aryl hydrocarbon receptor, facteur tissulaire, indoxyl sulfate, insuffisance rénale chronique, maladie rénale chronique, médecine, Néphrologie, Science, thrombose | Commentaires fermés sur Aryl Hydrocarbon Receptor et événements thrombotiques.

Cigarette électronique et fake news : mieux vaut parfois lire Paris Match que les PNAS

Bonjour Le poids des mots. Au départ ceux d’une dépêche de l’Agence France Presse reprise par de nombreux médias généralistes, dont Ouest France : « Une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’université de New York révèle que fumer des cigarettes électroniques présenterait un risque plus grand de contracter un cancer pulmonaire […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, agence france presse, médecine, Ouest-France, Paris Match, PNAS, Polémique, Science, soigner, tabagisme, Vapolitique | Commentaires fermés sur Cigarette électronique et fake news : mieux vaut parfois lire Paris Match que les PNAS

La recherche animale doit s’améliorer : la recherche préclinique se trompe encore, et des malades sont inclus dans des essais !

Le numéro du 11 janvier 2018 du BMJ contient 4 articles sur la recherche animale. Très longue histoire qui mérite de lire tous les articles. Il s’agit d’un domaine compliqué, le développement d’un vaccin pour la tuberculose. Un éditorial de F Godlee, basé sur les autres articles du numéro : ‘Nous avons besoin d’une meilleure recherche animale, mieux décrite’ ;… Continuer la lecture

Publié dans Animal, Gaspillage, Méthodologie de recherche, Reproductibilité, Résultats négatifs | Commentaires fermés sur La recherche animale doit s’améliorer : la recherche préclinique se trompe encore, et des malades sont inclus dans des essais !

Levothyrox : l’affaire aurait-elle un jour existé ? Les éléments chiffrés qui permettent de douter

  Bonjour L’affaire du Levothyrox ? Un an après les données les plus officieles en viendraient presque à nous en faire douter : «  Point d’actualité sur le Levothyrox et les autres médicaments à base de lévothyroxine : Les nouveaux résultats de l’enquête nationale de pharmacovigilance confirment les premiers résultats publiés le 10 octobre 2017 ». […] Continuer la lecture

Publié dans médecine, médicament, Polémique | Commentaires fermés sur Levothyrox : l’affaire aurait-elle un jour existé ? Les éléments chiffrés qui permettent de douter

#ReadingClassicsChallenge2018 Janvier

Cette année sur twitter j’ai découvert le ReadingClassicsChallenge. Le principe, une liste d’auteurs à lire pendant l’année. Le programme est le suivant pour 2018. J’ai commencé par un auteur que je n’avais jamais lu, je le confesse bien volontiers, Mme … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans littérature, Mme de lafayette, ReadingClassicsChallenge2018, verne | Commentaires fermés sur #ReadingClassicsChallenge2018 Janvier

Air de rien (Exmed)

 

 

Air de rien

« Ah, laissez-moi respirer »  chante la Castafiore d’Hergé. La Commission européenne ne dit pas autre chose au gouvernement français. Sévère rappel à l’ordre pour ne pas avoir mis en place, depuis 2005,  des mesures pour protéger les habitants de la pollution atmosphérique dues aux particules fines (PM 10) et au dioxyde d’azote (NO2). 

   Si la notion de santé publique, si facilement invoquée à tout propos, peut avoir un sens, c’est bien dans la mission prioritaire de permettre aux hommes de respirer un air sain.


Qui vivra – s’il n’est pas mort d’ asphyxie avant – verra.


Source:  Le Monde 31 janvier 2018 , url :

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 31 janvier- 1er février 2018 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Air de rien (Exmed)

Vaccins : Agnès Buzyn se doit de répondre à l’éditorial anti-gouvernemental de Prescrire 

  Bonjour Le titre n’est guère inspiré mais le texte est joliment concentré. Nous parlons ici de l’éditorial de la prochaine livraison (février 2018) de Prescrire. Le mensuel indépendant traite des onze obligations vaccinales pédiatriques voulues par Emmanuel Macron et Edouard Philippe – mesure mise en musique par Agnès Buzyn et votée par le puissant […] Continuer la lecture

Publié dans Ethique, médecine, Polémique, politique, Prescrire | Commentaires fermés sur Vaccins : Agnès Buzyn se doit de répondre à l’éditorial anti-gouvernemental de Prescrire 

Sauvez-moi, mais sans médicaments !

J’ai repéré son teint pâle en passant devant la salle d’attente. Je ne pensais pas qu’il semblerait si épuisé. Je savais que la chirurgie serait lourde, sanglante peut-être, enfin probablement. Mais je savais aussi que son âge et sa forme physique quasiment olympique joueraient en sa faveur. D’ailleurs il me semblait mieux au tout début, juste après le parachutage à la maison en post-opératoire immédiat. Comme souvent et comme attendu, il a énormément progressé dans les premiers jours et nous avions programmé une consultation au cabinet moins d’une semaine après la chirurgie.
Mon week-end s’est terminé tranquillement, reposée, je reprends la semaine pleine d’allant. Le soupir que je l’ai vu laisser échapper m’inquiète un peu. Ce n’est pas le genre. Je le pensais au calme aussi ces deux derniers jours, je pensais avoir donné tous les conseils nécessaires pour qu’il fasse obstacle à la douleur et les exercices à poursuivre en mon absence.
Les retours à domicile précoces sont parfois trompeurs. Les patients reviennent encore sous le coup des anesthésiques ou des puissants antalgiques reçus pendant ou juste après l’intervention, semblent ravis du résultat et le coup de blues survient, inattendu, parfois violent, 48 à 72h après. Quand le corps commence à reprendre le dessus mais que les messages sensitifs venant des tissus qui ont été découpés, l’œdème autour, la peau et la cicatrice sont brutalement libérés de la barrière des antalgiques.
J’avais pourtant vérifié l’ordonnance, répété et répété encore qu’il fallait prendre les antalgiques avant d’avoir mal, le patient avait opiné du chef, parfaitement d’accord avec moi.
Ce teint fatigué, cette crispation douloureuse dans ses mâchoires m’évoque un problème plus imposant que ceux auxquels je m’attendais. Je l’invite à entrer. Sa gène est palpable dans ses mouvements raides, gauches et empruntés d’une lenteur inhabituelle. La souplesse dans le mouvement qu’il avait d’emblée récupéré est éteinte.
Il raconte : ce n’est pas tant qu’il ait mal sur le site opératoire, au contraire ça va plutôt bien, par-contre l’articulation du dessus, juste là, enfin pas vraiment l’articulation, le muscle là sûrement, est brutalement devenu très douloureux, jour et nuit, ça lance, ça tire, je ne trouve pas de position pour dormir, c’est l’enfer.
Effectivement, le muscle est très contracturé, il compense probablement la chirurgie sous-jacente. Il a dû beaucoup travailler ces derniers jours pour permettre la fonction sans trop contraindre l’articulation qui vient d’être opérée. C’est une réaction « inconsciente » classique, mettre en jeu les structures adjacentes pour soulager un territoire du corps qui enverrait au cerveau des signaux douloureux traduits comme « fais quelque chose ».  Une réaction que je n’avais pas anticipé cette fois, pensant avoir trouvé le juste équilibre entre les exercices donnés et la bonne couverture antalgique constatée en fin de semaine dernière.
Il a trop souffert pour faire les exercices et je le comprends. Peut-être que les antalgiques ne lui suffisent pas. Je reprends l’ordonnance et lui demande les dosages pris ce week-end.
« Et bien j’ai dû arrêter, parce que j’ai eu terriblement mal à l’estomac, ça ne m’arrive jamais, j’ai eu un peu de diarrhée aussi alors bon, j’ai juste gardé le doliprane et juste quand j’avais vraiment mal »
Je lui montre une tâche rouge qui m’interpelle sur sa peau, juste en regard de la douleur nouvelle qui s’est déclarée ces derniers jours :
« Ben j’ai mis un patch chauffant, vous savez, ceux qu’ils vendent à la pharmacie, au camphre, des granules d’Arnica et des comprimés d’Homéophytum, ça m’aide un peu sur le moment mais c’est pas suffisant. »
Ben voyons. A moins de huit jours d’une chirurgie lourde et sanglante. Quelle surprise.
Un autre jour, tard dans l’après-midi, un patient se présente. Premier rendez-vous, son regard est inquiet, ses mouvements sont raides, il ne s’assoit pas comme tout le monde en salle d’attente, il reste crispé, une main appuyée sur le mur. Il est extrêmement douloureux. Une pathologie musculosquelettique assez commune, rarement aussi invalidante, rarement aussi aiguë. Je peux à peine le toucher qu’il sursaute. Il veut des massages doux parce qu’il n’y a que ça qui peut le soulager et l’huile de gaulthérie qu’il met habituellement ne suffit plus.
Je lui réponds avec autant de diplomatie que possible que les massages doux ne sont pas indiqués ni pour soulager une douleur aussi aiguë, ni pour résoudre le problème qu’il présente à long terme. On ne lave pas une voiture avec un éventail ou un transat. L’image ne lui parle pas beaucoup visiblement.
Je poursuis mes investigations, des tendons et des muscles sont impliqués, la douleur a un caractère inflammatoire net ce qui me la rend moins accessible.  Je suis ennuyée car je sens que les résultats vont se faire attendre. La douleur est trop forte, les contractures trop présentes, les limitations fonctionnelles également.
Je m’enquiers de son parcours. C’est le médecin généraliste qui me l’envoie en première ligne. Il n’a pas jugé nécessaire d’explorer les raisons de cette douleur mais ce n’est pas choquant en première intention. Le patient n’a pas souhaité prendre le traitement antalgique proposé.
La douleur résiste aux premières séances, s’élargit même. Je le renvoie chez son médecin avec un message auquel personne ne répondra jamais via mon logiciel, lui expliquant la situation. Le médecin a jugé qu’il était trop tôt pour explorer, que le traitement antalgique et la rééducation étaient les premières choses à faire pour soulager le patient. Je le rejoins sur ce point. L’imagerie n’est pas toujours, voir rarement contributive dans ce type de cas. La kinésithérapie est souvent une bonne indication dans les premiers temps mais dans des cas comme celui-là, parfois je préfère m’abstenir le temps que le patient obtienne et suive un traitement médical bien conduit pour abaisser d’abord sa souffrance à un seuil tolérable. Touchable au moins.
Je suis contente qu’un traitement antalgique ait été mis en place, le patient n’en pouvait plus de souffrir, cette douleur entretenait le phénomène, l’aggravant même comme un cercle vicieux sans fin. J’ai parlé trop vite :
« M’enfin, jamais je ne les prendrais ses (oui SES) médocs là. Pas question. A chaque fois, ça me rend malade comme un chien, j’y suis affreusement allergique (ce ne sont pas les mêmes que proposés la fois précédente), tous les médicaments, je suis allergique à tous (oui TOUS) les médicaments, c’est du poison de toute façon, tout ça c’est pour nous empoisonner, nous affaiblir … ».
Alors non. Stop. Comment en est-on arrivé là ?
Si je me souviens bien, dans mes premiers pas dans le milieu du soin, il y a une quinzaine d’années, les patients qui avaient mal râlaient et quand on a mal, on a bien raison de râler. Ils râlaient parce qu’ils avaient vu le médecin rapidement mais que ce dernier n’avait donné que du Doliprane. Ils étaient ennuyés parce qu’ils avaient mal, vraiment, « et vous savez, je suis dur au mal MOI », qu’ils avaient déjà attendu quelques jours à quelques semaines avant de se décider à prendre rendez-vous et que vraiment, si c’était JUSTE pour du doliprane, était-ce bien la peine de voir le médecin ?
Il n’était pas rare qu’on me parle de ces « vrais » médicaments, ceux qu’on ne vous prescrit jamais, ceux qui soulagent vraiment la vraie douleur que vous ressentez. Des « vrais » médicaments que beaucoup pensaient mériter, « au moins » une cure d’anti-inflammatoires, « quelque chose de plus fort, vous voyez ce que je veux dire » pas « juste » du Doliprane.
Evidemment, la plupart du temps, quand je demandais s’ils le prenaient ce doliprane la réponse était non, ou alors juste quand vraiment, vraiment ils avaient très mal et à ce moment-là, le doliprane ne les soulageait pas. Mais le prendre en systématique, pourquoi faire ? (Au hasard, pour éviter les pics douloureux qui augmentent les compensations et donc les douleurs liées à des causes secondaires qui elle-même relancent la douleur initiale. Au hasard.)
Non. Je ne sais pas faire de miracles. Juste après une chirurgie, au décours d’un gros trouble musculo-squelettique, d’une pathologie inflammatoire, le traitement antalgique est nécessaire. Il est la première ligne, la première intention. Je ne peux pas m’y substituer, je pourrais papouiller des heures durant que ça n’y changerais rien, ça pourrait même être pire. Pour que la douleur cède, parfois, devant les grandes douleurs, il faut les grands moyens, les grands moyens, ça peut être déjà du doliprane, pris en systématique. Pas un cachet qu’on prend quand on n’en peut plus, quand la douleur a pris toute la place et qu’évidemment là, le paracétamol qui a besoin d’un peu de temps pour agir, semblera dérisoire.
Il y a des prescriptions « au besoin », pour les gens qui ont mal souvent, de temps en temps mais pas tout le temps et pour ceux qui ont mal plus régulièrement, ceux qui ont subit des soins pénibles, des prescriptions systématiques. Et ça vaut déjà pour le doliprane. Le soutien de base, ce que je vois être refusé de plus en plus en bloc, c’est un traitement médical simple. Je ne peux pas aider les patients trop douloureux qui refusent ce soutien, la douleur ne s’enrayera pas seule ou pas juste avec moi.
Ça m’attriste en même temps que ça me flatte de voir certains y croire autant.
J’essaie toujours même sans et parfois ça marche un peu. Comme les patchs au camphre et l’Arnica. Se raccrocher à de la poudre de perlimpimpin parce que c’est « naturel » (on fait les meilleurs poisons dans la nature, admirez comme je sors mes arguments fallacieux) qu’untel ou unetelle a dit que ça marchait tout en rejetant en bloc ce qu’un médecin propose ça me semble tellement paradoxal. On crie à la négation des souffrances, qu’on n’écoute plus les patients qu’on ne fait plus rien pour les soulager. Et là, comme de plus en plus souvent, ce qui m’inquiète, vous avez un chirurgien qui a pris le temps de rédiger une ordonnance adaptée aux souffrances qu’il craignait pour son patient, un médecin qui a lu l’épuisement d’un patient, a jugé qu’un traitement médical lui donnait les meilleures chances de soulagement rapide et deux patients, comme trop d’autres qui ont ignorés ces propositions, sont allés ailleurs chercher des solutions alternatives.
Parce qu’ils ont souffert d’effets indésirables et c’est légitime de vouloir adapter son traitement mais pourquoi le faire sans appeler le chirurgien ou le généraliste pour dire ensuite qu’ils ont mal fait leur boulot sans leur avoir laissé une chance d’arranger la situation ? Parce qu’ils ont autrefois souffert d’effets indésirables et qu’ils n’ont plus confiance en la médecine allopathique mais qu’ils vont quand même y chercher un soulagement et ressortirons frustrés de cette médecine qui ne sais pas faire autre chose que d’essayer de traiter ce pourquoi vous venez ?

Et d’introduire là, le pharmacien, pauvre troisième larron qui ne va rien pouvoir faire ou dire sur le traitement médical en cours et qui n’aura à proposer que ces alternatifs aux forts effets placebo (si ça soulage le patient tant mieux) qui ne feront que décrédibiliser encore plus les soignants en amont.
Ne parle-t-on pas assez des effets indésirables potentiels ? Faudrait-il proposer des ordonnances avec différentes options en fonction de la tolérance aux médicaments ? Etre honnête, dire ce que le patient risque de vivre de pas agréable, n’est-ce pas statistiquement augmenter le risque qu’il le ressente, alors que sans rien dire il n’aurait rien senti (= effet nocebo). Lui dire, n’est-ce pas augmenter le risque qu’il ne commence même pas le traitement au lieu d’en prendre un jour ou deux au moins ?
Sommes-nous si mauvais dans la communication que les patients ont dû devenir experts dans l’art de dire « oui, oui » et de sortir en disant qu’il n’est pas question de faire ce qu’on leur propose ?
Comment avons-nous pu laisser la méfiance s’installer au point que 48h après une chirurgie lourde, un patient préfère acheter un patch chauffant à 10000 balles en pharmacie et des granules d’arnica alors qu’il a une ordonnance avec plusieurs niveaux d’antalgiques dessus, cumulables au besoin. La douleur impotente et insomniante n’est-elle plus suffisante pour définir le besoin de « vrai » médicament ?
C’est tellement normal de craindre un médicament qui nous a heurté par le passé, de préférer, vouloir se donner le choix entre la douleur à la diarrhée, mais ne peut-on pas simplement en parler ? Ne peut-on pas échanger d’abord avant de cracher sur LES médicaments ou LES médecins qui ne donnent que des trucs qui font mal au ventre ? Et surtout, en parler avec le premier concerné, le prescripteur initial, pas la voisine, la sœur, le cousin ou le boucher ?
Y’a-t-il si peu d’alternatives que nous n’ayons à proposer que des trucs « insupportables » qui poussent les patients à se tourner d’abord vers le « naturel » ces « pas vraiment des » médicaments mais qui « marchent quand même » ? Du naturel, légitime quand il apporte le soulagement complémentaire, dangereux quand il devient le premier et le seul recours à tous les maux y compris et surtout les plus graves. (A propos d’un cas où l’arnica a guéri un infarctus. Ou pas)
Oui, le doliprane est un excellent antalgique mésestimé parce que rarement pris correctement. Oui les antalgiques de classe supérieurs ont un risque d’effet indésirable plus élevé, parce que suspens, ils sont plus forts. Chaque patient est unique et à chacun correspondra peut-être une association spécifique, cherchons-là, tâtonnons ensemble pour atteindre ce point d’équilibre. Ce point où la douleur sera plus supportable, les effets indésirables suffisamment négligeable et le quotidien moins pénible.
Il y a assez de gens qui souffrent autour de nous, ça me rend dingue d’en voir certains manquer de défaillir de douleur alors que chez eux, délicatement posée sur le meuble de l’entrée, se trouve une ordonnance avec trois ou quatre antalgiques de différent grade à laquelle on n’a pas voulu toucher parce que « des fois j’ai mal au ventre » mais « j’ai pas osé lui en parler ».
Chaque patient mérite de trouver cet équilibre où tout est un peu moins pire. Laissez-moi, laissez-nous vous aider, mais s’il-vous plaît, acceptez, laissez-nous, avec vous, en discuter.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Sauvez-moi, mais sans médicaments !

Le petit garçon qui n’avait pas sommeil

Cet article montre deux façons d’intégrer un fichier son dans un article, soit sous forme de streaming (lecture directe dans le navigateur) soit avec un lien pour télécharger le fichier.
1) Ici le son en streaming avec le player intégré de SPIP.
Remarque : si le player de streaming est remplacé par une mention « Plugin manquant » c’est que votre navigateur est équipé d’un bloqueur mal réglé).
2) Ici le lien de téléchargement du fichier. Un simple clic ouvre un player et joue le son avec le (…)


Projet POL : Les fichiers sonores Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le petit garçon qui n’avait pas sommeil

Colères et grève nationale dans les EHPAD : maltraitances, Kafka et 1 485 euros brut par mois

Bonjour 30 janvier 2018 : premier appel unitaire, national et massif à la grève dans les 7 300 EHPAD publics et privés de France. Un mouvement qui voit des soignants user de mots sans précédent : « Il n’y a plus de dignité pour les résidents » ; « on les traite comme des animaux » ; « nous sommes devenus une chaîne de rendements » ; « je […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Hôpital, Le Quotidien du médecin, médecine, Polémique, politique, Violences | Commentaires fermés sur Colères et grève nationale dans les EHPAD : maltraitances, Kafka et 1 485 euros brut par mois

Dragi Webdo n°168: VPPB (reco HAS), Angines (reco NICE), tabagisme faible, diabète gestationnel, statines après 70 ans, thrombocytose

Bonjour à tous! Voici ma sélection d’articles pour cette semaine, bonne lecture!

1/ Cardiovasculaire
On avait déjà parlé il y a quelques mois d’un article évaluant les risques du tabagisme faible (< 10 cigarettes/ jour) et ses conséquences sur la mortalité et le cancer du poumon. Un nouvel article du BMJ, une méta-analyse, retrouve cette fois là même chose, dès la consommation d’une cigarette par jour, le risque relatif d’infarctus augmentant d’environ 50% et celui d’AVC de 30% par rapport aux non fumeurs.
Un article de Plos medicine parle du diabète gestationnel. Les patientes atteinte ont un risque de devenir diabétique multiplié par 20 et sont également exposée à une augmentation du risque d’HTA et de coronaropathie de façon indépendante. A noter que le risque de diabète de type 2 est majeur pendant l’année suivant le diabète gestationnel, d’où l’importance du suivi à cette période.
Une ré-analyse de l’étude SPRINT a comparé les patients sous statines et ceux sans statines en prévention primaire. Ainsi, les auteurs ont retrouvé qu’il n’y avait pas de différence en terme de survenue d’évènements cardiovasculaire chez les patients de plus de 65-70 ans sous statine en prévention primaire (p= 0,13) ce qui correspondait à un allongement non significatif de la durée moyenne sans évènements de 85 jours (669 jours sans statine vs 736 jours avec ). Encore une étude qui permet de douter du bénéfices des statines après 70 ans! (Mais pour mémoire, SPRINT ne randomisait pas de statine, seulement des objectifs d’antihypertenseurs).
2/ Infectiologie
Le NICE a publié des recommandations de prise en charge de l’angine. Chez eux, pas de streptatest, ile ne se fient qu’à leur « Mac Isaac » local pour décider de la probabilité d’une angine bactérienne (Fever pain criteria et centor criteria). Mais des antibiotiques peuvent être prescrit d’emblée s’il y a des signes inflammatoires cliniques sévères ou des risques de complications. Les auteurs rappellent qu’il n’y a aucun bénéfice prouvé des traitements à base de spray locaux anesthésiants, collutoires et autres traitements vendus librement. Ils recommandent le paracetamol en 1er lieu pour traiter la douleur ou « l’ibuprofène si on préfère », (la formulation laisse a penser qu’on peut utiliser l’un ou l’autre, mais il est bien mis après le paracetamol, y’a du avoir des divergences d’opinion chez les experts…). Les antibiothérapies en cas de risque d’angine bactérienne élevé sont les mêmes qu’en France, mais pour des durées de 5 à 10 jours, et il n’y a rien pour nuancer sur les angines du moins de 3 ans. Bref, bien que ça semble plutôt inciter à la prescription d’antibiotique, il est rappelé que les angines guérissent habituellement sans antibiotique qui ne réduisent que la durée des symptômes et donnent des diarrhées. Une infographie est proposée: 9% des angines traitées auront des symptômes réduits à 1 semaine (il est dommage que les complications de l’antibiothérapie et éventuellement complications de l’angine n’apparaissent pas).
3/ ORL
La HAS a publié des recommandations sur la prise en charge des vertiges positionnels paroxystiques bénins (VPPB). Les auteurs abordent les techniques recommandées de rééducation (préférentiellement celle d’Epley pour le canal postérieur et de Lambert et Tiel-Wilk pour le canal horizontal). Il est précisé qu’aucun examen complémentaire n’est nécessaire quand l’examen clinique confirme le diagnostic de VPPB. La rééducation peut être prescrite de la façon suivante « Bilan diagnostic kinésithérapique, manœuvre thérapeutiques pour vertige positionnel et contrôle si nécessaire ». Il est noté qu’il n’y a pas de preuve suffisante pour recommander ou ne pas recommander les manœuvres d’auto-rééducation. Enfin, ce n’est pas directement le sujet, mais un mot sur les traitements médicamenteux (in)efficaces aurait pu être intéressant.
4/ Hématologie
Un article intéressant du BJGP parle des thrombocytoses chez les patients vus en médecine générale. Il appelle à la vigilance car c’est un signe qui serait associé à la survenue d’un cancer dans l’année chez 11% des hommes (et 6% des femmes) ayant des plaquettes supérieures à 400 000/mm3. Il est probablement inutile et dangereux de lancer des bilans de recherche de cancer chez ces patients, mais peut être faut il être plus vigilent sur l’examen clinique et les autres symptômes (asthénie, perte de poids…) qui pourraient y être associé.
C’est fini! Désolé pour la ponctualité différée de ce billet, bonne semaine à tous et à la semaine prochaine!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans DragiWebdo, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°168: VPPB (reco HAS), Angines (reco NICE), tabagisme faible, diabète gestationnel, statines après 70 ans, thrombocytose

Un catalogue des biais en construction… proposez vos idées pour le compléter

Un site assez simple a pour objectif de présenter un catalogue des biais dans le domaine des sciences biomédicales. Cette idée a été évoquée par David Sackett avant l’existence de l’internet. dans un article de 1979 : Bias in Analytical Research. Chron Dis 1979;32:51-63. Il listait 35 biais dans l’échantillonage et les mesures des essais cliniques, et 56 biais affectant… Continuer la lecture

Publié dans Biais, Embellissement | Commentaires fermés sur Un catalogue des biais en construction… proposez vos idées pour le compléter

Ségolène Royal désavouée : les dauphins français sont autorisés à procréer en captivité

Bonjour La vie comme elle va, dans l’océan, place du Palais-Royal et dans les médias. Avec cette petite merveille procréatrice du Conseil d’Etat : « Reproduction des dauphins en captivité ». Les exploitants de parcs aquatiques viennent de remporter une bataille juridique, résume l’AFP. La plus haute juridiction administrative française a annulé, lundi 29 janvier, un arrêté interministériel interdisant […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, anesthésie, argent, justice, médecine, Polémique, politique, procréation, sexualité | Commentaires fermés sur Ségolène Royal désavouée : les dauphins français sont autorisés à procréer en captivité

La colère monte dans les EHPAD, Agnès Buzyn accuse la presse d’inquiéter les familles

Bonjour Une anecdote politique et médiatique signifiante, rapportée par l’AFP : Agnès Buzyn visitait vendredi 26 janvier un EHPAD « relativement bien doté » au sein de l’hôpital gérontologique de Chevreuse (Yvelines). Et soudain la ministre des Solidarités et de la Santé de s’élever contre « Ehpad bashing » : « « Les familles sont inquiètes, je veux les rassurer, […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Hôpital, infirmier, La Nouvelle République du Centre-Ouest, le Monde, libération, médecine, Polémique, politique, soigner, Violences | Commentaires fermés sur La colère monte dans les EHPAD, Agnès Buzyn accuse la presse d’inquiéter les familles

Pourquoi cette étrange obscurité de l’Institut Pasteur vis-à-vis de ses généreux donateurs ?

Bonjour Tancer en usant d’un  langage châtié. Cela donne un communiqué de presse et un rapport qui passe au crible  les exercices financiers de 2013 à 2016. Ou quand l’antique maison de la rue Cambon fait de sérieuses remontrances à l’intouchable institution de la rue du Docteur-Roux. Rive droite contre rive gauche, le passé français […] Continuer la lecture

Publié dans argent, biologie, Ethique, Infectiologie, médecine, politique, Science | Commentaires fermés sur Pourquoi cette étrange obscurité de l’Institut Pasteur vis-à-vis de ses généreux donateurs ?

Récompenser ceux qui reproduisent des résultats de recherche : un rapport de l’Académie des sciences de Hollande

La Hollande a encore le souvenir du scandale D Stapel qui a fait progresser les mentalités. L’Académie des sciences basée à Amsterdam vient de publier un rapport attendu sur la reproductibilité des résultats de recherche. Je ne prends pas le risque de la nommer en Hollandais.. Ce rapport peut vous servir si vous devez préparer un exposé sur le sujet…. Continuer la lecture

Publié dans Grand public, Intégrité scientifique, Méthodologie de recherche, Reproductibilité | Commentaires fermés sur Récompenser ceux qui reproduisent des résultats de recherche : un rapport de l’Académie des sciences de Hollande

Les blogs médicaux en 2017 (ils sont indispensables. Tout comme twitter)

Cette année, comme les autres années, je ne pouvais imaginer de ne pas lire les blogs médicaux (pour les autres, je n’ai pas le temps de commenter) : comment s’informer autrement sur le fondement, sur les fondamentaux, de notre métier ?

J’ajoute que la lecture des blogs médicaux de qualité est devenue indispensable tout autant que l’abonnement à twitter.

Les deux media se complètent. L’auteur d’un billet de blog fait savoir sur twitter qu’il a publié ou les lecteurs d’un billet de blog signalent la parution d’un billet. Les commentaires du billet apparaissent plus sur twitter que sur le blog pour des raisons de support.

Le plus excitant est ceci : un article paraît, par exemple, dans un journal avec comité de lecture. Et les commentaires de cet article, soit trop longs pour être publiés in extenso sur le site de la revue font l’objet d’un billet de blog, soit trop courts, soit trop polémiques, apparaissent en direct sur Twitter et avec un délai sur le site de la revue et parfois dans le numéro suivant de la revue quand elle n’est pas en ligne. Ainsi peut-on se faire une idée plus rapide des avis divergents sur un article. Voire approbateurs.

Avant cela je vous propose un site, ce n’est pas un blog, Cancer Rose, qui combat avec vigueur et détermination la désinformation sur le dépistage organisé du cancer du sein. C’était un peu brouillon, c’est devenu presque parfait. Vous pouvez les suivre sur TWT : @_CancerRose

Je tente de me limiter à deux billets par blog pour l’année 2017.

Pour la cardiologie, et la médecine, il y a Jean-Marie Vailloud  et son blog (ICI) (je ne reviendrai pas sur ses goûts pour les blindés, là, j’ai essayé de comprendre, j’ai mis en oeuvre toutes mes maigres ressources psycho-analytico-neuro-cognitives et j’ai renoncé) qui nous a donné depuis des années et sur de nombreux sujets des versions (presque) définitives de prêt-à-réfléchir (vous remarquerez que je n’ai pas écrit prêt-à-penser).
Il a écrit un très beau billet sur l’effet  nocebo (LA) et un billet très classique sur la bioéquivalence en pratique (ICI) qui fait écho à deux billets de Dominique Dupagne (cf. infra).
Sur ces deux points il y aurait des tonnes de trucs à raconter mais vous commenterez vous-mêmes : les seuls vrais commentaires sont ceux que l’on fait soi-même.

Dans la série je touche à tout, j’ai un angle d’attaque original, et je ne dis pas que des khonneries, il y a Dominique Dupagne (il dit quand même parfois des khonneries). J’ai bien aimé les deux billets sur le levothyrox et la bio-équivalence (LA).  ; j’ai surtout aimé les critiques méchantes sur le fait qu’il aurait écrit des approximations, qu’il aurait commis des erreurs (ce qui montre bien, ma brave dame, qu’un médecin généraliste devrait rester à sa place et ne pas s’aventurer sur des sujets cadenassés par les experts non cliniciens), parce que la façon qu’il a eu de les intégrer dans sa réflexion a montré que les experts non cliniciens n’ont pas compris que la bio-équivalence n’était pas un concept clinique mais un critère de substitution comme un autre pour faire croire que la générication du monde était une réussite. (La comparaison entre ce qu’a écrit Vailloud et ce qu’a écrit Dupagne sur le même sujet ne laisse pas d’ailleurs de m’étonner… A vous de voir).
Mais le billet qui m’a le plus « interpelé au niveau de mon vécu » c’est celui ci : Le dépistage du K du colon est-il utile ? (ICI)  Car j’ai été touché au fond. De quoi s’agit-il ? Dominique Dupagne nous dit ceci : ouais, le dépistage du cancer du colon par la recherche de sang dans les selles ne diminue pas la mortalité globale mais, comme il y a peu d’effets indésirables (et il est vrai, c’est un mauvais argument, qu’à l’échelle d’une patiente, ce n’est pas évident…) eh bien, le jeu en vaut la chandelle. Ainsi, c’est mon commentaire, le dépistage organisé du cancer du colon ne sauve pas de vies mais, malgré son coût, il est licite de le proposer de façon « objective » aux patients.

Mais mon chouchou de cette année, même si je ne comprends pas tout, c’est @qffwffq :

Et le billet de l’année, pour moi, c’est celui consacré à l’équilibre, aux vertiges et à la neuro-ORL (avec un humour fou) : LA.
Mais aussi celui consacré à la kinésithérapie dans le Parkinson (je ne savais rien de tout cela) : ICI.
(je triche et je rajoute cet article tout en me méfiant car je n’ai pas vu de commentaires sur un sujet que je connais aussi mal et qui m’a fait penser, parfois, à Donald Winnicott — l’auteur ne prendra sans doute pas cela pour un compliment).
Voici un blog d’humeur, un peu coincé par moment, mais surtout un blog d’amoureux de la médecine : perruche en Automne. Ce qu’il écrit sur la néphrologie est dévastateur : on se demande où étaient les professeurs pendant nos cours de néphrologie. 
Cet article basique (et à la fois remarquablement érudit) sur les thiazidiques est parfait : ICI. Quant à celui sur la kaliémie il laisse rêveur et performatif : LA.
Je me suis limité à 2 billets pour ne pas lasser mais perruche en automne @sburtey est très prolixe sur l’obésité, l’HTA et la néphrotoxicité.
Je l’ai souvent cité mais, au delà des polémiques, l’incontournable blog de Marc Girard.

Une réflexion déjà ancienne sur la médicalisation, et sur tout ce que dissimule cette aliénation : la vie, la sexualité, la mort…

J’ai eu du mal à choisir et je retiendrai 2 articles fameux pour cette année :
Pour en finir avec l’aluminium et la fameuse myofasccite à macrophages : http://www.rolandsimion.org/spip.php?article287
et le classement sans suite des plaintes contre les pilules de troisième et quatrième génération : http://www.rolandsimion.org/spip.php?article386

Je n’oublie pas, et il ne s’agit pas d’un classement hiérarchique, les blogs superbes de

Sylvain Fèvre : ASK. Et sur twitter @sylvainASK. Son blog allie la compétence du médecin praticien, l’érudition et la saine rébellion contre les injustices et les incongruités du système de soin.
Je choisi donc deux articles :
l’un concerne le dépistage désorganisé du cancer du sein : ICI.
et l’autre la vaccination : LA.

Jean-Baptiste Blanc : Chroniques d’un jeune médecin quinquagénaire. Et sur twitter : @Dr_JB_Blanc

Le meilleur article de l’année 2017 : sur les chiffres de la grippe. Lumineux. ICI. Un reproche : il se fait rare car il a une façon tellement évidente de raconter les choses et, surtout, ses illustrations sont toujours ad hoc et reproduites partout.

Le blog de Médicalement Geek (@Dr_Agibus sur TWT) est une mine de renseignements sur tout ce qui paraît ici et ailleurs. Un travail énorme de compilation. Un reproche : parfois un peu trop académique au sens respectueux. Indispensable pour se tenir au courant des recommandations et de l’opinion avisée des médecins généralistes enseignants.

Hippocrate et Pindare sont dans un bateau.

Ce blog ne cesse de répéter un discours humaniste sur la médecine et les patients et, ce faisant, dénonce les compromissions, les exactions, les autoritaires (et les autoritarismes), les malfaisants, les marchands de rêves et les marchands tout court.

Pour raisons de santé. Le blog de Luc Perino a fait, selon moi, des progrès incroyables. Il est devenu plus juste et moins péremptoire. Et un peu moins sensationnaliste. Je dirais même que c’est le seul endroit dans le journal Le Monde où l’on peut lire des informations médicales intéressantes et vérifiables. Il a écrit 37 billets en 2017.

Un peu à part, le site, ce n’est pas un blog, du Formindep, qui informe.

J’encourage DocGomi, docteur niilde, bruitdessabots, Michel Arnould et autres à plus publier. Cela nous ferait plaisir.

S’abonner à Le club des médecins blogueurs paraît être une priorité pour tout médecin installé, pour tout doctorant, pour toute personne qui souhaiterait « faire » médecine.

Je voudrais dire un mot de L’école des soignants de Martin Winckler. Tout a été dit sur Winckler. L’affaire de son livre dénonçant les brutes en blanc a fait déborder le vase en suscitant de violentes réactions de partout et même de la part de ses anciens amis (ICI). J’ai plusieurs fois essayé d’écrire un billet sur lui, ce que j’avais déjà fait à propos de la contraception (LA). Il est nécessaire de le lire car, au delà de sa haine profonde de tout ce qui n’est pas lui, il dit des choses qui doivent nous faire réfléchir. Malgré que j’en eusse, je lis Le Figaro et Le Monde diplomatique. 

Pour ceux qui lisent l’anglais médical :

Des Spence est un médecin généraliste écossais qui publiait dans le BMJ

Il publie désormais dans Pulse et il a écrit 5 articles en 2017, tous aussi remarquables. ICI.

Sa successeure dans le BMJ écrit de remarquables articles dans le BMJ où elle défend bec et ongles la médecine générale : ICI. Il s’agit de Margaret McCartney. Elle écrit des livres que j’ai commentés parfois sur ce blog : LA.

Pour ceux que l’oncologie intéresse, et pas seulement en tant que spécialité, mais comme paradigme de ce qui se passe en médecine : inflation des prix, études biaisées, AMM accélérées, critères de substitution, main-mise de big Pharma sur les institutions, industrialisation de la médecine… le blog de Bishal Gyawali est étonnant de fraîcheur et de connaissances.
Il est publié de façon peu pratique dans e cancer : LA. On peut le suivre sur TWT : @oncology_bg
Je garde pour la fin le blog de Richard Lehman, un must depuis de nombreuses années, qui balaye le champ de la médecine toutes les semaines avec une compétence et un so British humour qui donnent envie : LA.
Mais, last but not least, n’oubliez pas le blog médico-politique de Christian Lehmann : En attendant H5N1. Indispensable. On peut le suivre sur TWT : @RichardLehman1

En sachant qu’il vient de publier un article brillant dans AOC : Obligation vaccinale, un pari orwellien. On peut le suivre sur TWT : @LehmannDrC

Quant à ceux que j’ai oubliés, qu’ils ne me pardonnent pas.

LISEZ LES BLOGS MEDICAUX !

Continuer la lecture

Publié dans BLOGS MEDICAUX, twitter | Commentaires fermés sur Les blogs médicaux en 2017 (ils sont indispensables. Tout comme twitter)

Systémique médicale 2018-01-28 16:21:00

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1052  sur Exmed.org

      29 janvier 2018

                                     Transparence santé

                                                Docteur Cécile Bour

Os Court : 
  «  Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, je suis bien content de penser ce que je pense.»
 Fernand Raynaud
 
Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Systémique médicale 2018-01-28 16:21:00

Malaise hospitalier (Exmed)

                                      Malaise hospitalier

    La rumeur médiatique en France fait ses choux gras des maux, au demeurant bien réels et … forts anciens, dont souffrent les personnels hospitaliers. Plus que tout, semble-t-il, les blouses blanches vivent de plus en plus mal les contraintes administratives et les carcans institutionnels sous prétexte de modernité, de gestion et de rentabilité.


   Comme pour tout sujet grave, un bon dessin vaut mieux qu’un long discours. Voici donc la LEM 1052 : Transparence santé, avec, au crayon et aux pinceaux, notre consoeur Cécile Bour.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 29-30 janvier 2018 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Malaise hospitalier (Exmed)

Euthanasies en catimini: les errements chiffrés de la première députée aide-soignante de France

Bonjour Ne pas toujours maudire du personnel politique. Mais ne pas tout lui laisser dire.  Caroline Fiat fête aujourd’hui ses 41 ans. Née à Verdun, elle est depuis peu députée la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle. Et par ailleurs membre de La France insoumise. Avant d’ête élue Caroline Fiat était aide-soignante – depuis 2009.  Mieux : elle est la […] Continuer la lecture

Publié dans déontologie, Le Quotidien du médecin, médecine, Polémique, politique | Commentaires fermés sur Euthanasies en catimini: les errements chiffrés de la première députée aide-soignante de France

La Sécu informe les entreprises sur (et dans) le dos des salariés. L’Ordre n’est pas inquiet

Bonjour L’affaire commence à faire un peu de bruit dans les médias. On se demande pourquoi.  Résumons : dans un entretien accordé à l’Express/L’Entreprise  le chef du département des « services aux assurés » de l’assurance-maladie, Laurent Bailly, annonce une expérimentation hardie en direction de cinq grandes entreprises de plus de 200 salariés ayant des taux d’absentéisme atypique (à Amiens, Bourg en […] Continuer la lecture

Publié dans argent, déontologie, Ethique, l'Express, le Monde, Le Quotidien du médecin, médecine, Secret médical | Commentaires fermés sur La Sécu informe les entreprises sur (et dans) le dos des salariés. L’Ordre n’est pas inquiet

Dans une psychiatrie « paupérisée » les budgets sont « à préserver » (Agnès Buzyn)

Bonjour Reconnaissons que l’exercice n’était pas simple. Les ministres de la Santé ne s’exprime pas, en général, sur la psychiatrie et sur les malades qu’elle prend en charge. Trop complexe, trop de chapelles, peu de gratifications politiques en retour. Hormis quelques cris médiatiques, la psychiatrie est une spécialité parfois en déshérence et qui souffre en […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, le Monde, médecine, politique, psychiatrie | Commentaires fermés sur Dans une psychiatrie « paupérisée » les budgets sont « à préserver » (Agnès Buzyn)

Ces cancers qui régressent spontanément

C’est un événement rarissime que rapportent des chirurgiens de Singapour dans un article publié en décembre 2017 dans l’International Journal of Surgery Case Reports : la régression spontanée d’un cancer du pancréas chez un homme de 77 ans. Un tel phénomène … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, cancer colorectal, CANCER DU COLON, cancer du pancréas, cancer métastatique, cancer pancréatique, Cancérologie, carcinome, cas clinique, chirurgie, disparition, Histoire de la médecine, immunothérapie, Infectiologie, involution, metastases, Oncologie, pancréas, régression, régression spontanée, sarcome, Tumeur, Wiliam Coley | Commentaires fermés sur Ces cancers qui régressent spontanément

Crack et cocaïne : inquiétante progression du nombre des intoxications ; contravention ?

Bonjour Etrange télescopage des informations sur les addictions.  Une étude du réseau national d’addictovigilane (ANSM) rapporte « une augmentation des signalements et de la gravité des intoxications liées à la consommation de cocaïne et de crack ». Cette information est publiée le ou même où le gouvernement fait savoir, par la voix du ministre de l’Intérieur, qu’il […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, justice, Le Parisien Aujourd'hui en France, médecine, police, politique, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Crack et cocaïne : inquiétante progression du nombre des intoxications ; contravention ?

Rétractation d’un article à Montpellier… avez-vous des infos ? Les auteurs ne répondent pas…. et le lanceur d’alerte ?

Des rétractations d’articles signés uniquement par des auteurs français sont rares… Pourquoi ? RetractionWatch a rapporté (incomplètement ?) fin 2017 un cas de rétractation d’un cas publié fin 2016 dans la prestigieuse revue Neurology. Tous les auteurs sont des experts français de Montpellier et Besançon. L’article intitulé « Mystery Case: CSF-1R mutation is a cause of intracranial cerebral calcifications, cysts, and… Continuer la lecture

Publié dans Cas cliniques, Rétractation | Commentaires fermés sur Rétractation d’un article à Montpellier… avez-vous des infos ? Les auteurs ne répondent pas…. et le lanceur d’alerte ?

Défense de chercher (Exmed)

Défense de chercher


 

   En matière de santé, l’administration du président Trump vient de prendre une décision bien indigeste ( Le Monde du 25 janvier 2018, Jared Diamond, professeur UCLA, Californie). Ordre a été donné au mondialement reconnu  et respecté CDC ( Centre de contrôle des maladies) de retirer de ses demandes de financement de recherche un certain nombre de mots. En voici un échantillon : vulnérable et droit.


  À chacun d’interpréter l’idéologie sous-jacente à ce genre d’interdiction. Du genre : cherchez plus, y a rien à voir. Le monde scientifique des USA  est vent debout contre ce qui ressemble fort à une censure pure et dure. Les autres têtes pensantes planétaires ne resteront pas inertes.


   Jusqu’où un grand pays, qui fut historiquement, bien avant nous, un des pionniers de la démocratie peut-il aller trop loin dans ses contradictions ?

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 26-28 janvier 2018 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Défense de chercher (Exmed)

Médecine – 1ère année : demain, tout candidat non reçu d’emblée aura la tête tranchée

Bonjour Longtemps, en médecine, tout fut presque possible. Puis vint (après les pavés de 68) le numerus clausus. Redoublements en vue. Triplements parfois. Puis les effectifs gonflèrent, sans que le goulet ne s’ouvre. Restait, toujours, le soupirail de la seconde-première année. Nous voici en 2018 et, comme l’écrit Le Point, c’est « un tremblement de terre […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Éducation, Le Figaro, Le Point, Le Quotidien du médecin, Le Quotidien du Pharmacien, médecine, pédagogie | Commentaires fermés sur Médecine – 1ère année : demain, tout candidat non reçu d’emblée aura la tête tranchée

La femme qui n’avait pas pu.

Témoignage de X. « Je suis infirmière, je travaillais dans un service de réanimation, nous avions reçu une femme de 43 ans qui venait d’accoucher à terme d’un bébé décédé (son premier bébé, après un long parcours PMA) et qui avait fait une hémorragie de la délivrance lors de l’accouchement. Je rentrais dans son box à […] Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La femme qui n’avait pas pu.

La femme qui n’avait pas pu.

Témoignage de X. « Je suis infirmière, je travaillais dans un service de réanimation, nous avions reçu une femme de 43 ans qui venait d’accoucher à terme d’un bébé décédé (son premier bébé, après un long parcours PMA) et qui avait fait une hémorragie de la délivrance lors de l’accouchement. Je rentrais dans son box à […] Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La femme qui n’avait pas pu.

Cannabis. Le gouvernement a tranché : ce sera un « forfait-amende » et rien ne changera

  Bonjour Gérard Collomb a parlé et l’affaire cannabis est close. Jeudi 25 janvier le ministre de l’Intérieur a révélé le choix gouvernemental. C’était sur Europe 1. Où l’on apprend que « forfaitisation » ne dit pas « dépénalisation ». Il suffit, pour cela, d’un peu d’imagination. « Nous allons forfaitiser ce délit. Mais ensuite, il peut y avoir des […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, Europe 1, justice, médecine, police, politique, RTL | Commentaires fermés sur Cannabis. Le gouvernement a tranché : ce sera un « forfait-amende » et rien ne changera

Vices et vertus de la cigarette électronique : vérité en deçà de l’Atlantique, erreur au-delà ?

  Bonjour Nouvelles tempêtes sur les volutes : commandé par le Congrès en 2016 et financé par la FDA, un rapport des Académies américaines des sciences et de médecine daté du 23 janvier laisse entendre que le cigarette électronique pourrait favoriser l’entrée des jeunes dans le tabagisme – et qu’elle aiderait les fumeurs adultes à cesser la consommation […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, agence france presse, Le Figaro, médecine, Polémique, tabagisme, The New York Times | Commentaires fermés sur Vices et vertus de la cigarette électronique : vérité en deçà de l’Atlantique, erreur au-delà ?

Les mégarevues en accès libre représentent 3 % des articles : pas de concentration, et Scientific Reports a dépassé PLOS One

Quand je rencontre des chercheurs, tous connaissent PLOS One, mais bien peu connaissent Scientific Reports, voire PeerJ, eLife et quelques autres… Un billet (10 janvier 2018) de la cuisine des chefs (Scholarly Kitchen) de Ph Davis commente l’évolution des mégarevues. La prédiction était que toute la science allait se concentrer dans 100 mégarevues, mais ce n’est pas le cas. La… Continuer la lecture

Publié dans Altmetrics, e-journals, Mégarevues, Open access | Commentaires fermés sur Les mégarevues en accès libre représentent 3 % des articles : pas de concentration, et Scientific Reports a dépassé PLOS One

Séisme éthique : vingt ans après Dolly des singes ont été créés par clonage en Chine

  Bonjour C’est un séisme éthique. On peut en lire  (gratuitement) les détails dans Cell : « Cloning of Macaque Monkeys by Somatic Cell Nuclear Transfer . » Et la traduction généraliste sur la BBC : « First monkey clones created in Chinese laboratory ». C’est un séisme éthique, vingt ans après la brebis Dolly des scientifiques chinois annoncent être parvenus à […] Continuer la lecture

Publié dans BBC, Cell, Ethique, Gènétique, le Monde, Le Temps, médecine, Science | Commentaires fermés sur Séisme éthique : vingt ans après Dolly des singes ont été créés par clonage en Chine

Incroyable mais vrai : Big Tobacco n’aurait pas respecté les saintes règles du marché

Bonjour 24 janvier 2018. L’Autorité de la concurrence a annoncé, ce mercredi 24 janvier, avoir réalisé des perquisitions et saisies chez des cigarettiers soupçonnés de pratiques anticoncurrentielles: « Le rapporteur général de l’Autorité de la concurrence indique que des opérations de visite et saisie inopinées ont été réalisées dans le secteur de la production, de l’importation […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, agence france presse, argent, justice, lemondedutabac.com, médecine, police, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur Incroyable mais vrai : Big Tobacco n’aurait pas respecté les saintes règles du marché