Archives quotidiennes : 12 juin 2017

Procréation assistée pour homosexuelles : la dérangeante indiscrétion de Libération

  Bonjour Libération daté de demain 13 juin : « Selon nos informations, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) devrait rendre ‘’avant la fin juin’’ un avis favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux lesbiennes mais s’opposerait à la gestation pour autrui ». Si le « avant la fin juin » n’est pas une révélation, le contenu de l’avis l’est bien. Qui a parlé au sein du […] Continuer la lecture

Publié dans Ethique, Famille Chrétienne, libération, Marie-Claire, Mea Culpa, médecine, politique, procréation | Commentaires fermés sur Procréation assistée pour homosexuelles : la dérangeante indiscrétion de Libération

CMT (conclusion) : Est-il légitime de rendre obligatoires onze vaccins chez le nourrisson ?

Voici la conclusion de cette saga sur les vaccins.

Vous pouvez reprende ICI dès le début.


Conclusion

Il faut donc se rendre à l’évidence et admettre que l’on ne sait pas tout au sujet des agents infectieux et que les bénéfices d’une vaccination généralisée restent pour le moins incertains et imprévisibles, tandis que ses risques sont importants relativement aux bénéfices attendus et sont largement sous-estimés en raison de l’organisation de la pharmacovigilance et de l’affectation des moyens.

La mortalité des moins de 15 ans a diminué d’environ 40% pendant les 15 dernières années en France. On ne peut pas en dire autant de celle liée aux maladies à prévention vaccinale, nous avons vu pourquoi.



La rougeole, maladie considérée comme bénigne il y a cinquante ans en Europe et aux Etats-Unis, est aujourd’hui utilisée comme épouvantail, sur la base de faits dramatisés et tronqués, pour imposer l’idée qu’il n’y aurait point de salut hors de l’obligation vaccinale.



D’autre part, la campagne mettant en avant une supposée défiance des populations vis-à-vis des vaccins est sans fondement dans la réalité et simplement destinée à préparer le terrain pour cette obligation.



L’idée d’une obligation vaccinale étendue progresse en Europe. Ainsi, le 20 mai 2017, l’Italie a rendu obligatoires 12 vaccins pour les nourrissons.[1]En excluant de cette obligation le vaccin contre la pneumocoque mais en y incluant le vaccin contre la varicelle, que le CSHPF avait refusé de généraliser en France il y a quelques années en raison de son très faible intérêt et le vaccin contre le méningocoque du groupe B, qui présente des effets indésirables redoutables, comme nous l’avons vu.

L’obligation vaccinale est extrêmement favorable aux laboratoires pharmaceutiques, qui bénéficient alors de marchés captifs, sans aucune obligation en contrepartie, pas même celle d’approvisionner régulièrement ces marchés en vaccins. En cas d’obligation, les laboratoires pharmaceutiques ne seraient   même pas tenus d’indemniser les victimes d’accidents, et celles-ci seraient indemnisées au coup par coup par l’Etat, comme c’est le cas actuellement, avec les difficultés que ceux qui ont été victimes d’effets indésirables graves connaissent bien.

Pour la plupart des vaccins que j’ai analysés ici, ceux contre la coqueluche, contre le pneumocoque, contre l’hépatite B, contre le méningocoque, les rapports bénéfice–risque et coût-efficacité d’une vaccination généralisée est manifestement et fortement défavorable, en tout cas en France. Seuls les scenarii éternellement optimistes du Comité technique de vaccination et des experts, s’employant à surestimer les bénéfices et à ignorer les risques, peuvent faire croire le contraire.

Pourquoi ce fait reste-t-il largement ignoré dans un débat public polarisé entre anti-vaccinalistes et vaccinolâtres ? Parce que ces deux mouvances ont en commun un positionnement essentiellement idéologique et dogmatique qui les empêche de prendre en considération les faits établis scientifiquement dans leur complexité.

L’époque actuelle, héritière de la révolution industrielle, est marquée par sa technolâtrie et l’illusion que la technique permettra à l’Homme d’acquérir la maîtrise absolue de son environnement et de son corps. La mythification  des vaccins en est une manifestation parmi d’autres.



La désinhibition modernisatrice, ce concept élaboré par Jean-Baptiste Fressoz, qui englobe et permet d’expliquer une grande partie des défis du monde moderne, avec ses catastrophes annoncées est aussi à l’œuvre, à une échelle plus modeste, pour les vaccins. On le voit à travers l’exemple des vaccins contre le rotavirus, où des effets indésirables létaux, qui imposaient le retrait du vaccin au début des années 2000, prêtaient à discussion et à controverse quelques années plus tard et n’empêchent plus désormais les experts de recommander chaudement la généralisation de ce vaccin.



La préférence pour le présent, qu’on peut énoncer en langage courant en disant qu’ »un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », est jugée légitime et parfaitement intégrée dans le domaine de la finance mais est inversée lorsqu’il s’agit de vaccins. Parce que, à gravité égale, les conséquences d’un effet indésirable grave survenant immédiatement chez un individu sain sont systématiquement minimisées par les experts, tandis que les conséquences des maladies, lointaines et hypothétiques pour les vaccinés, sont dramatisées à l’extrême, comme le montre le cas de la rougeole.



On n’ose même plus aborder les questions éthiques et morales, alors que les leaders d’opinion, les  experts, en communion parfaite avec les laboratoires pharmaceutiques s’emploient, avec un franc succès, à faire du lobbying, afin de banaliser la vaccination qui reste pourtant un acte médical.



Un acte médical dont la dangerosité augmente et le rapport bénéfice-risque devient de plus en plus aléatoire, au fur et à mesure que les procédures de mise sur le marché se font toujours plus « simplifiées » et « accélérées » et que la dégradation  du système de surveillance tend à rendre les effets indésirables de moins en moins visibles.



Les critères définissant le succès ou l’échec d’un vaccin généralisé demeurent particulièrement flous  et ne permettent pas d’envisager la suspension des recommandations en cas d’échec. Quels sont les critères d’efficacité et comment les évalue-t-on ? Quel  est l’écart entre les risques que le vaccin fait encourir aux nourrissons et les bénéfices observés qui serait intolérable ? Personne ne le sait et dans les faits, cet écart se réduit avec le temps et les nouveaux vaccins. Le rapport bénéfice risque peut même être négatif, sans que cela entraîne de décision d’arrêt de la vaccination de masse. Ce flou autorise toutes les dérives désinhibitrices, qui ne manquent pas de se produire et tous les échecs sont attribués à une cause unique : le défaut de couverture vaccinale. Les experts, pour leur part, ne sont jamais responsabilisés ou sanctionnés pour leurs erreurs, jouissant du soutien constant des laboratoires et de l’oreille attentive des ministres. Ils peuvent donc continuer à agir en toute irresponsabilité.



Les critères d’efficacité lorsque des vaccins sont généralisés peuvent aussi changer au gré des déconvenues. Un jour, le vaccin contre le pneumocoque est présenté comme étant destiné à lutter contre les infections invasives à pneumocoque. Le lendemain on s’aperçoit qu’il en augmente la fréquence alors on décide que son véritable intérêt est de réduire la résistance aux antibiotiques.

Dans notre histoire pas si lointaine, ce que la raison n’avait pas pu accomplir, la désinhibition au risque, la naissance du corps expertal le réussit. Mais les experts se sont laissés fasciner par l’objet technique et par leur propre autorité et ont oublié que la technique n’était pas la finalité mais seulement un moyen. Désormais, aux biais idéologiques, viennent se greffer les nombreux conflits d’intérêts savamment entretenus par une industrie pharmaceutique particulièrement rompue aux techniques d’influence et de manipulation. Et alors les corps, y compris, et surtout ceux des enfants peuvent se voir transformer en de simples outils de valorisation marchande.



Les experts d’aujourd’hui, comme ceux d’autrefois, s’emploient, de par leur entre-soi, de par les rapports financièrement, politiquement et académiquement fructueux qu’ils entretiennent avec l’industrie pharmaceutique à organiser leur propre aveuglement et, par suite, l’ignorance des populations.



Les bénéfices des vaccins sont rares parce que le risque infectieux est devenu rare. Ils sont fragiles et transitoires parce que le monde vivant est complexe. La technolâtrie implique une vision simpliste du monde et dans le même temps la négation constante  des risques  que la technique comporte alors que ceux-ci ne sont pas « accidentels » mais lui  sont consubstantiels.



Lorsque ces vérités commencent à apparaître aux yeux d’une population plus éduquée, et que celle-ci commence à s’interroger légitimement, la brutalité de l’autorité expertale éclate et on cherche à imposer par la contrainte ce qu’on ne peut pas obtenir par la persuasion dans un mouvement à la fois autoritaire et  marqué par l’arbitraire.



La raison n’est pas la « défiance » ou la « baisse de la couverture vaccinale ».



La raison de cette contrainte est à chercher ailleurs : dans l’urgence, toujours plus impérieuse, des profits, et dans l’absence d’arguments rationnels, factuels et scientifiques, capables d’emporter notre conviction.



Seule  la notion d’urgence sanitaire, la garantie d’un bénéfice majeur de santé publique, pourraient justifier la contrainte que l’Etat prétend exercer sur les parents en s’octroyant le droit de contourner l’autorité parentale qui leur est garantie par la loi.



Je pense avoir montré qu’il n’y a ni urgence, ni bénéfice majeur de santé publique à attendre de l’obligation vaccinale généralisée à onze vaccins pour les nourrissons.

 



[1] http://www.bbc.com/news/world-europe-39983799

Continuer la lecture

Publié dans obligation vaccinale, profit, VACCINATION OBLIGATOIRE | Commentaires fermés sur CMT (conclusion) : Est-il légitime de rendre obligatoires onze vaccins chez le nourrisson ?

Préparation des compétitions

Je m’en suis bien sorti au Triathlon des lacs à Troyes le 4 juin dernier. Je crois que la préparation a été bien organisée grâce à Julian Nagi. Il faut juste que je me souvienne que des chaussures de vélo c’est l’idéal pour faire du vélo. Pour les amateurs de chiffres, j’ai collé dans de … Continuer la lecture de « Préparation des compétitions » Continuer la lecture

Publié dans charge d'entrainement, CTL, entrainement, planification, sport, triathlon | Commentaires fermés sur Préparation des compétitions

Irrespect, saleté et vétusté : pourquoi les infirmières libérales sont-elles épuisées ?

  Bonjour Qui s’intéresse à elles, ces soignantes essentielles ? Pour l’heure, Didier Truchot, professeur de psychologie sociale à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et Mathilde Duboz, étudiante en master psychologie du travail. Ils viennent de conduire une étude nationale originale 1. Au cœur des interrogations, les situations de tensions que rencontrent les « IDEL» au cours de leur […] Continuer la lecture

Publié dans L'infirmière libérale magazine, médecine, soigner, Violences | Commentaires fermés sur Irrespect, saleté et vétusté : pourquoi les infirmières libérales sont-elles épuisées ?

Irrespect, saleté et vétusté : pourquoi les infirmières libérales sont-elles épuisées ?

  Bonjour Qui s’intéresse à elles, ces soignantes essentielles ? Pour l’heure, Didier Truchot, professeur de psychologie sociale à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et Mathilde Duboz, étudiante en master psychologie du travail. Ils viennent de conduire une étude nationale originale 1. Au cœur des interrogations, les situations de tensions que rencontrent les « IDEL» au cours de leur […] Continuer la lecture

Publié dans L'infirmière libérale magazine, médecine, soigner, Violences | Commentaires fermés sur Irrespect, saleté et vétusté : pourquoi les infirmières libérales sont-elles épuisées ?

Marisol Touraine se veut «bienveillante» à l’égard du gouvernement. Et réciproquement ?

  Bonjour Bienveillance ? Elle n’a pas, hier, été victime de ce mouvement centrifuge dénommé dégagisme par ceux qui le prône. « Au final, et parmi les sortants, seule Marisol Touraine paraît [en Indre-et-Loire] sauver la mise, explique La Nouvelle République. Le numéro d’équilibriste de l’ex-ministre de la Santé, entre PS et La République en marche, […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, Ambition, La Nouvelle République du Centre-Ouest, médecine, politique | Commentaires fermés sur Marisol Touraine se veut «bienveillante» à l’égard du gouvernement. Et réciproquement ?

E – cigarette : n’en déplaise à Tabac Info Service, elle peut vraiment aider à arrêter de fumer

  Bonjour Le Pr Jean-François Etter (Institut de santé globale, Faculté de médecine, Université de Genève) est l’un des spécialistes mondiaux parmi les plus affûtés sur l’usage de la cigarette électronique. Il vient de publier une nouvelle étude 1 dans laquelle il a suivi près de 4 000 vapoteurs réguliers (utilisateurs de cigarettes électroniques) pendant douze mois. […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, médecine, Nicotine & Tobacco Research, Polémique, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur E – cigarette : n’en déplaise à Tabac Info Service, elle peut vraiment aider à arrêter de fumer

À COEUR JOIE (LEM 1019)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1019
  http://www.exmed.org/archives17/circu1019.html

    12 juin 2017

                           
              

                                      À COEUR JOIE

                                  
               


                                                    Jacques Grieu

  

                      

Même jusqu’à son nom, la joie est un mystère :
Du latin… gaudium ( ?), prétend le dictionnaire !
On voit mal le rapport : mais… croyons le Robert !
Ne livrons pas la joie à de vils pamphlétaires,
Jouant les rabat-joies avec des mines tristes.
Laissons-les ergoter, oublions les linguistes …

La joie est un plaisir apportant l’évasion ;
C’est en soi qu’on la trouve, venant des horizons.
C’est que la joie de vivre est bonheur hors du temps :
Maladie contagieuse, elle envahit les gens,
Et ceux qui la refusent sont mis à la torture
Par mauvaise conscience ou envie de l’exclure.

Si la joie est partout, il faut savoir l’extraire :
Une aumône menue quelquefois nous la sert.
Une joie partagée la double bien souvent ;
Un chagrin partagé le divise aisément.
Si l’on refuse tout, on court vers le chagrin :
Si l’on accepte tout, la joie très vite vient.

« La tristesse est un vice » ; il faut chercher la joie.
Toute vie a sa joie, il faut trouver sa loi.
La joie n’est pas un but, mais plutôt un devoir.
Avoir peur de la joie est un manque d’espoir.
Si les « filles de joie » sont langage notoire,
De qui est cette joie, on ne veut pas savoir…

Ce n’est pas par hasard, si pour choisir son chant,
L’Europe a décidé la joie pour ornement.
Quand son « hymne à la joie » dans les rangs nous appelle,
La musique allemande est bien universelle.
Pour notre belle Europe, elle porte un espoir
Qui fera taire un jour ceux qui oublient l’histoire.  

 

Os Court :

 « À force de mal, tout ira bien. » 

 Proverbe français
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur À COEUR JOIE (LEM 1019)

Au revoir tristesse. CO d’Exmed

Au revoir tristesse,

présentation de la  LEM 1019


Aucune structure cérébrale, aucune glande endocrine, pas le moindre neuro-médiateur, aucune trace en imagerie médicale de l’endroit inconnu où peut bien se fabriquer la joie. La raison n’est pas suffisante pour que notre poète Jacques Grieu n’aille, à sa manière, explorer – plumitivement – cette humeur humaine si précieuse. Voici la LEM 1019 : À coeur joie.
Comment ne pas vous souhaiter une fructueuse lecture ?
Toutes mes excuses à l’âme de Françoise Sagan pour avoir détourné ainsi le titre de son premier roman « Bonjour tristesse ».

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 12-13 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Au revoir tristesse. CO d’Exmed

Les nouvelles drogues psychédéliques mortelles : tout ce qu’il est bon de savoir sur les NBOMe.

Bonjour L’annonce de la mort, survenue il y a quelques jours à Paris, d’une jeune femme anglaise ayant consommé ce qu’elle pensait être de la cocaïne vient de mettre en lumière les dangers inhérents aux NBOMe, nouvelle catégorie de drogues de synthèse. Réunis sous l’égide de l’Agence nationale de sécurité du médicament les responsables sanitaires […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, CONSCIENCE, médecine, médico-légal, pharmacie, police, Psychologie, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Les nouvelles drogues psychédéliques mortelles : tout ce qu’il est bon de savoir sur les NBOMe.

Un mois de souvenirs effacé après une crise épileptique

L’histoire est celle d’un étudiant souffrant depuis l’âge de 16 ans d’une épilepsie résistante au traitement. Il continue de présenter des crises malgré les deux antiépileptiques qu’il prend quotidiennement. « Environ une fois par mois, il fait des crises rapprochées survenant … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans amnésie antérograde, amnésie rétrograde, amnésie rétrograde pure, crise d’épilepsie, crise épileptique, crise généralisée, crise partielle, crise tonico-clonique, épilepsie, état post-critique, mémoire autobiographique, mémoire déclarative, mémoire épisodique, mémoire procédurale, mémoire sémantique, musique, Neurologie, Neurosciences, période post-critique | Commentaires fermés sur Un mois de souvenirs effacé après une crise épileptique

Le partage des données des essais cliniques va devenir obligatoire selon l’ICMJE

C’est un sujet débattu, mais la déclaration de l’ICMJE (International Committee of Medical Journal Editors) vient conclure 18 mois de consultations. Que dit cet éditorial publié conjointement par les plus grandes revues (JAMA, BMJ, Lancet, NEJM, Annals Intern Med, et d’autres) ? les manuscrits soumis à des revues suivant l’ICMJE devront contenir une déclaration sur le partage des données sources… Continuer la lecture

Publié dans Archives, Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Le partage des données des essais cliniques va devenir obligatoire selon l’ICMJE