Archives quotidiennes : 6 juin 2017

Alcools en excès: la guerre est déclarée entre l’Elysée et le ministère de la Santé

  Bonjour En apparence l’affaire oppose le lobbyiste « Vin & Société » à l’institution « Santé Publique France ». Résumons-là. Le 4 mai dernier, sous l’égide de Santé Publique France et de l’Institut du Cancer, un groupe d’experts présentait un rapport explosif formulant une série de recommandations visant à renouveler radicalement le discours public sur l’alcool en France. Parmi […] Continuer la lecture

Publié dans ADDICTION, addictions, alcoolisme, médecine, Polémique, politique | Commentaires fermés sur Alcools en excès: la guerre est déclarée entre l’Elysée et le ministère de la Santé

Justice et Mediator : a-t-on fait des progrès dans la moralisation de la vie pharmaceutique ?

Bonjour Vieille affaire, nouvelles plumes judiciaires. Le Monde (Simon Piel) revient sur le dossier judiciaire du Mediator : « Pourquoi le parquet demande un procès contre les laboratoires Servier ». Où l’on apprend que le ministère public réclame le renvoi des Laboratoires Servier devant le tribunal pour « des faits de tromperie, d’escroquerie, d’homicides et de blessures involontaires ». Vieille […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Ethique, justice, le Monde, médecine, Violences | Commentaires fermés sur Justice et Mediator : a-t-on fait des progrès dans la moralisation de la vie pharmaceutique ?

La question en question – LEM 1018

Lettre d’Expression médicale
LEM n° 1018 
   http://www.exmed.org/archives17/circu1018.html
    6 juin 2017

                           
              

   La question
   en question

                                  
               

                             
Docteur  François-Marie Michaut
  
                      
    À consommer avec modération, comme répètent, tels des perroquets, les bons apôtres de l’hygiènisme dominant. Ils parlent d’alcool, en chargeant cette molécule aussi vieille que le vivant de tous les maux de la société.
Qui se souvient encore de la méthode socratique ? Celle d’un enseignement sans livres ni salle de cours, avec comme seul objectif la maïeutique. Plus simplement l’accouchement des esprits pour cesser d’être enfermés dans des certitudes toutes faites.

   Une seule méthode pour y parvenir. Non pas l’énoncé magistral d’une vérité déjà bien figée et solidement démontrée, mais le questionnement. Socrate ne procédait qu’au moyen de questions qu’il posait à ses disciples. Dont le fameux Platon, qui, lui, écrivait des livres demeurés célèbres deux millénaires et demi plus tard ! Questionner jusqu’à ce que les réponses finissent par se contredire elles-mêmes pour obliger à penser autrement.

   La notion de question, en médecine, a été bien dévaluée au siècle dernier. Par commodité de correction et souci (louable) d’objectivité, les examens se sont de plus en plus déroulés sous forme de questions. Jadis, ceux des fonctions hospitalières, externat, internat, clinicat, médicat des hôpitaux, puis agrégation. La manie questionnante a percuté l’antique mécanographie (1) pour donner naissance, dans les années 1960, aux questions à choix multiple, les fameuses QCM. Mode des questionnaires standardisés, sorte de check-listes des dossiers médicaux, enfermant l’observation du vivant et du pathologique dans des cases toutes faites. Toutes ces questions sont établies d’avance, comme si elles avaient la vertu magique de balayer toutes les possibilités d’observer et de penser des médecins. Le praticien est ainsi rétréci à l    a fonction de collecteur et de rapporteur fidèle des renseignements jugés comme l’expression de la réalité d’une situation pathologique. N’y a-t-il pas là une dictature intellectuelle implicite exercée par ceux qui sont censés être les dépositaires du savoir médical ?

Y-a-t-il encore une place dans l’enseignement et la clinique pour les questions que se posent les étudiants, les patients, comme les collègues ? Elle demeure anecdotique, dans le meilleur des cas. La compliance la plus fidèle aux croyances du moment demeure le seul moyen de faire partie de la catégorie des meilleurs élèves.
Toute invention, en médecine comme dans tous les domaines, n’est-elle pas liée à  ce qu’un esprit ne juge pas conforme à la réalité ce que nous pensions auparavant être la réalité ?

   Apporter des réponses est toujours une tentative de mettre un point final à un questionnement. « Ce que vous devez penser de cet évènement » osent dire sans rougir certains journalistes. Poser une question, aussi bête puisse-t-elle être stupidement qualifiée par son destinataire, est la seule façon d’ouvrir vers de nouveaux horizons sa pensée personnelle.
Fermeture rassurante autour des acquis du temps passé, ou ouverture stimulante et risquée vers un futur toujours en construction ?
Telle est la question, on ne peut plus pratique et d’actualité, que pose notre capacité cérébrale remarquable de… ne jamais cesser de nous interroger.

Note de l’auteur :
(1) Il s’agit de l’ancêtre de l’informatique qui utilisait des fiches de carton perforées par des opératrices mécanographes. Calculatrice mécanique sommaire pour des fichiers au moyen d’aiguilles, supprimant le travail de correction pour les enseignants avec des questions fermées. Avant que dame informatique n’impose sa supériorité.

 

Os Court :

 « La réponse est oui, mais quelle était la question ?» 

 Woody Allen Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La question en question – LEM 1018

Un cas exceptionnel d’homicide réciproque

En médecine légale, certaines études de cas relatent des faits divers tragiques, comme celui que rapportent des médecins légistes français dans le numéro daté de juin 2017 de l’American Journal of Forensic Medicine and Pathology. Celui-ci décrit, pour la première … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans couple, homicide, homicide conjugual, homicide réciproque, Médecine légale, meurtre, mort, psychiatrie, violence, violence conjugale | Commentaires fermés sur Un cas exceptionnel d’homicide réciproque

Post mortem & post-vérité : les premiers pas des certificats de décès électronisés

  Bonjour Notre époque, dit-on, est à la dématérialisation. A quelle vitesse ? Il aura fallu quatorze années, pas moins, pour que l’on commence à tenter d’abandonner le papier des certificats médicaux de décès. Tout avait commencé en 2003, au lendemain de la canicule 1. Tremblant devant un risque majeur gravement sous-estimé quelques responsables politiques […] Continuer la lecture

Publié dans Bulletin épidémiologique hebdomadaire, médecine, médico-légal, Medscape France, Revue médicale suisse, Ubérisation | Commentaires fermés sur Post mortem & post-vérité : les premiers pas des certificats de décès électronisés

Significosis, Neophilia, Theorrhea, Arigorum, Disjunctivitis : 5 maladies de la recherche d’après Leadership Quarterly

Voici un extrait de l’abstract : However, five serious “diseases” stifle the production of useful research. These diseases include: significosis, an inordinate focus on statistically significant results; neophilia, an excessive appreciation for novelty; theorrhea, a mania for new theory; arigorium, a deficiency of rigor in theoretical and empirical work; and finally, disjunctivitis, a proclivity to produce large quantities of redundant,… Continuer la lecture

Publié dans Biais, Gaspillage, Grand public, Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur Significosis, Neophilia, Theorrhea, Arigorum, Disjunctivitis : 5 maladies de la recherche d’après Leadership Quarterly