Archives mensuelles : avril 2017

Nous, ministre de la Santé, politiserons l’action contre les principales addictions du pays

  Bonjour Souvenons-nous. C’était le 2 mai 2012. Bientôt un quinquennat. Ce jour-là, grâce à François Hollande, une fraction non négligeable de la population française découvrait l’anaphore. Et depuis cinq ans le célébrissime « Moi, président de la République… » n’a pas quitté la scène. On retrouvait, ces derniers temps, cette figure de style dans toutes gazettes. […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, alcoolisme, cigarette électronique, médecine, politique, Pourquoi docteur ?, tabagisme, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Nous, ministre de la Santé, politiserons l’action contre les principales addictions du pays

Une courte histoire d’abandon

Je vais la faire courte pour le style (la mise en abîme, ah ah) et par pudeur : j’ai abandonné après 150 km le parcours de Liège-Bastogne-Liège. La raison principale : je n’avais pas envie, je n’avais pas de mental et j’ai cédé à cette petite voix qui me soufflait de plier les gaules. Pourquoi … Continuer la lecture de « Une courte histoire d’abandon » Continuer la lecture

Publié dans sport, vélo | Commentaires fermés sur Une courte histoire d’abandon

« Libérez ma pilule » : liberté pour qui ?

    Quelques réflexions sur le site liberezmapilule.com et la pétition associée…   Pourquoi ? À la première lecture de la lettre ouverte, l’impression ressentie est celle d’un texte confus, à l’argumentaire mal construit. De quoi parle-t-on ? D’une pilule progestative ? De toutes les pilules ?   A moins, au contraire, que ce texte […] Continuer la lecture

Publié dans Au bonheur des Dames, coup de gueule, GYNECOLOGIE, Idées fausses, Idées reçues, idées fausses, Le meilleur système de santé du monde, médicament, Politiques de santé, Système de santé | Commentaires fermés sur « Libérez ma pilule » : liberté pour qui ?

Sadisme et post-vérité : avec de l’effort et de la volonté le fumeur parviendra à s’arrêter

  Bonjour Inventaire du quinquennat. Le « paquet neutre » restera dans la lutte contre le tabagisme ce que le « mariage pour tous » fut dans le champ sociétal. L’institut OpinionWay vient de publier une « étude d’opinion » sur la manière dont il est « perçu par la population et les buralistes » – tout particulièrement dans vingt-trois départements frontaliers. Les résultats […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, lemondedutabac.com, médecine, politique, sud-ouest, tabagisme, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Sadisme et post-vérité : avec de l’effort et de la volonté le fumeur parviendra à s’arrêter

Congrès Doctors 2.0 & You les 1 et 2 juin 2017 : incontournable !

Atousante est partenaire de cette 7ème édition du congrès  Doctors 2.0 & You, Congrès International dédié au digital qui se déroulera à la Cité Universitaire de Paris les 1er et 2 juin prochain. C’est le seul événement international sur la e-santé […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Congrès Doctors 2.0 & You les 1 et 2 juin 2017 : incontournable !

Congrès Doctors 2.0 & You les 1 et 2 juin 2017 : incontournable !

Atousante est partenaire de cette 7ème édition du congrès  Doctors 2.0 & You, Congrès International dédié au digital qui se déroulera à la Cité Universitaire de Paris les 1er et 2 juin prochain. C’est le seul événement international sur la e-santé […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Congrès Doctors 2.0 & You les 1 et 2 juin 2017 : incontournable !

Après avoir fait la lumière, les experts classent l’affaire de l’implant stérilisant Essure®

  Bonjour Affaire rondement menée : le comité des huit experts indépendants chargé d’évaluer les risques liés à l’implant de stérilisation Essure estime qu’il n’est « pas nécessaire » de modifier la réglementation concernant ce dispositif stérilisant de la multinationale Bayer. Telle est la principale des conclusions, publiées jeudi 20 avril sur le site de l’Agence du médicament (ANSM). Environ un million […] Continuer la lecture

Publié dans Gynécologie-Obstétrique, justice, médecine, Polémique | Commentaires fermés sur Après avoir fait la lumière, les experts classent l’affaire de l’implant stérilisant Essure®

25 % des méta-analyses sont faites sur les données individuelles des patients !!!

C’est un énorme travail pour une revue systématique publiée par des chercheurs de Liverpool dans Thebmj en mars 2017 avec le titre ‘Exploring changes over time and characteristics associated with data retrieval across individual participant data meta-analysis : systématic review’. Beaucoup de données, et des tableaux clairs et informatifs ! Cette revue systématique était destinée à savoir si les méta-analyses… Continuer la lecture

Publié dans Revue systématique Méta Analyse | Commentaires fermés sur 25 % des méta-analyses sont faites sur les données individuelles des patients !!!

Piège électoral paradoxal
 – C0 d’Exmed

Piège électoral paradoxal


    C’était au temps lointain du Général de Gaulle président. Un referendum des années 1960 m’avait particulièrement frappé. En gros, oui ou non, êtes-vous pour la paix en Algérie et la politique du Général de Gaulle ?  Les jeunes appelés allaient combattre – parfois jusqu’à 3 ans- sur le sol algérien dans ce qui n’a jamais alors été nommé ici une guerre. Juste des « évènements » incompréhensibles pour le public. Impossible de ne pas vouloir que ça s’arrête.


    Mais de là à donner son approbation à la politique menée par le pouvoir en place, il y avait un monde.
Double contrainte paradoxale dans un tel choix biaisé disent les systémiciens.
Puissions-nous devant les urnes à venir ne pas succomber au même piège logique !

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 21-23 avril 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Piège électoral paradoxal
 – C0 d’Exmed

Naissance d’une enfant trisomique : fautif, le CHU devra verser 80 000 euros aux parents

  Bonjour Jadis on aurait peut-être parlé du « préjudice d’être né ». Le CHU de Limoges a finalement été condamné car il n’a pas dépisté, avant sa naissance, la trisomie 21 de Maylis, âgée aujourd’hui de 7 ans. La décision vient d’être rapportée par Le Populaire du Centre. On se souvient que les parents avaient fait […] Continuer la lecture

Publié dans argent, justice, Le Populaire du Centre, médecine | Commentaires fermés sur Naissance d’une enfant trisomique : fautif, le CHU devra verser 80 000 euros aux parents

Quand le chirurgien oublie compresses et autres textiles

Le phénomène est marginal mais bien réel. Il ne se passe pas un mois sans qu’une revue de chirurgie ne publie un cas clinique relatant l’oubli par un chirurgien d’une compresse ou d’un champ tissé en coton dans le corps … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cas clinique, chirurgie, chirurgien, corps étranger, corps étranger textile, corps textile, éponde chirurgicale, gossypiboma, hémostatique chirirgical, Imagerie médicale, intervention chirurgical, oubli, textilome | Commentaires fermés sur Quand le chirurgien oublie compresses et autres textiles

Dépakine®: on sait (enfin) combien elle a provoqué de malformations congénitales graves

Bonjour On dira, au choix, que c’est un rebondissement ou une confirmation chiffrée dans l’affaire de la Dépakine® (valproate) et des malformations congénitales que ce médicament a pu provoquer. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) viennent de publier […] Continuer la lecture

Publié dans médecine, médicament, Polémique | Commentaires fermés sur Dépakine®: on sait (enfin) combien elle a provoqué de malformations congénitales graves

Go-go, Powers Rangers, Go !

(Un Bibi est caché dans cette photo, sauras-tu le retrouver ?) . . . Vidéo sur les récentes polémiques concernant la présence de personnages gays/lesbiens/transgenres au cinéma (dans Powers Rangers, Harry Potter, ou plus récemment dans le dernier Disney, la Belle & La Bête.) Précisons pour nos amis complotistes : je n’ai pas été rétribué […]

The post Go-go, Powers Rangers, Go ! appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur Go-go, Powers Rangers, Go !

I love this game

Les joies de You Tube, je suis retombé en adolescence. Ça me donne la banane ! Continuer la lecture

Publié dans dunk, jordan, lancer franc, pippen, sport, vidéo | Commentaires fermés sur I love this game

Pilule contraceptive : le pharmacien va-t-il, demain, pouvoir remplacer le médecin ?

Bonjour Nouvelle polémique confraternelle en vue avec « #LiberezMaPilule ». C’est un appel lancé par un collectif de pharmaciens, associé au Planning familial et à des militantes féministes et différentes personnalités. Tous réclament la mise sur le marché d’une pilule contraceptive qui pourrait être délivrée sans ordonnance médicale. Leurs arguments sont développés dans une lettre ouverte et une pétition a été […] Continuer la lecture

Publié dans BuzzFeed, libération, médecine, médicament, politique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Pilule contraceptive : le pharmacien va-t-il, demain, pouvoir remplacer le médecin ?

La science va mal : urgence de développer l’intégrité de la recherche d’après les académies américaines

Un rapport de 285 pages que vous pouvez télécharger gracieusement a été publié par les National Academies Press (Sciences, Ingénierie, Médecine) à Washington : fantastique, mais urgence car la science va très mal. Son titre « Fostering Intégrity in Research. » J’ai traduit une partie du communiqué de presse du 11 avril 2017 : Toutes les parties prenantes dans le domaine de… Continuer la lecture

Publié dans Intégrité scientifique | Commentaires fermés sur La science va mal : urgence de développer l’intégrité de la recherche d’après les académies américaines

Prédire ses temps de course et une pincée de big data

Hier, j’ai vu dans mon fil Twitter, un tweet de Stephen Seiler à propos d’une étude qui a analysé l’entraînement de 2303 coureurs amateurs grâce à un questionnaire en ligne. In light of discussion on volume versus intensity, I bring this cross-sectional study of 2500 rec. runners back up: https://t.co/dQU6u3k9sK — Stephen Seiler (@StephenSeiler) 18 avril … Continuer la lecture de « Prédire ses temps de course et une pincée de big data » Continuer la lecture

Publié dans boston marathon, chrono, course à pied, prédire temps marathon, qualification, quel chrono sur marathon, sport | Commentaires fermés sur Prédire ses temps de course et une pincée de big data

Ethique: pourquoi Emmanuel Macron refuse-t-il de répondre à la question de la GPA ?

Bonjour C’est une lettre ouverte qui réclame, d’urgence, une réponse claire du plus jeune des candidats à l’élection présidentielle.  Elle est signée aujourd’hui, dans Le Figaro, par Sylviane Agacinski, philosophe, Ana-Luana Stoicea-Deram, présidente du Collectif pour le respect de la personne, et Martine Segalen, ethnologue. C’est faute d’avoir reçu une réponse d’Emmanuel Macron que ces […] Continuer la lecture

Publié dans Ethique, Le Figaro, médecine, politique | Commentaires fermés sur Ethique: pourquoi Emmanuel Macron refuse-t-il de répondre à la question de la GPA ?

‘La Marche pour les Sciences’ vous attend le 22 avril 2017

Nous nous sommes étonnés plusieurs fois de la tournure prise par le politique de Trump, en espérant que le France ne suivra pas les mêmes tendances qui privilégient les opinions sur les faits. Nous avons déjà alerté sur les risques de politisation de la science avec Trump. La relance des lobbies anti-vaccins est aussi une dérive de Trump qui a… Continuer la lecture

Publié dans Grand public, Intégrité scientifique | Commentaires fermés sur ‘La Marche pour les Sciences’ vous attend le 22 avril 2017

Suivi des femmes enceintes et visite médicale de reprise maternité

Depuis les nouvelles modalités de suivis des travailleurs en vigueur depuis janvier 2017, les femmes enceintes bénéficient d’un suivi individuel adapté. La visite médicale de reprise après un congé maternité, n’a pas subi de changement, elle doit bien toujours avoir […] Continuer la lecture

Publié dans employeur, femme enceinte, maternité, obligatoire, reprise, Santé, travail, visite | Commentaires fermés sur Suivi des femmes enceintes et visite médicale de reprise maternité

Le ministère de la Santé se doit de faire la vérité scientifique sur le tabac « chauffé »

  Bonjour L’arrivée (imminente) sur le marché français d’une nouvelle méthode de consommation du tabac (dit « chauffé ») n’est pas seulement un événement commercial. C’est aussi et surtout une occasion inespérée pour faire la lumière dans un domaine où elle manque cruellement. Une occasion inespérée, aussi, pour les autorités sanitaires françaises de réaliser ce qu’elles n’ont pas […] Continuer la lecture

Publié dans médecine, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur Le ministère de la Santé se doit de faire la vérité scientifique sur le tabac « chauffé »

ELLE

  Un jour, une « thérapeute alternative » à base de développement personnel, coaching, massages énergétiques, concentrés floraux et autres produits dérivés m’a dit : -« Lola, tu as de la colère en toi, je peux t’en libérer. – Surtout pas, cette colère est mon moteur » ai-je répondu dans la milliseconde tant c’était évident. J’aurais tout autant décliné sa proposition si […]

Cet article ELLE est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans Non catégorisé | Commentaires fermés sur ELLE

Quand un antibiotique vous envoie en psychiatrie

Une femme de 61 ans souffrant d’un ulcère de l’estomac se voit prescrire par son médecin généraliste des antibiotiques. La routine. A ceci près que ce traitement va conduire cette patiente à être hospitalisée d’urgence en psychiatrie. Cinq jours auparavant, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans antibiomania, antibiothérapie, antibiotiques, cas clinique, effet secondaire, épisode maniaque, Gastroentérologie, helicobacter pylori, Infectiologie, MEDECINE GENERALE, médicament, pharmacovigilance, psychiatrie, psychose, syndrome maniaque, ulcère gastrique, ulcère gastro-duodénal | Commentaires fermés sur Quand un antibiotique vous envoie en psychiatrie

Les challenges éthiques concernant les big data sont à explorer… pour ne pas se moquer des personnes

La revue PLOS Computational Biology a une série d’articles sur les 10 règles simples, et j’ai souvent évoqué ces articles. Fin mars 2017, un nouvel article intitulé « Ten simple rules for responsible big data research ». En fait cet article est le résultat de 2 ans de concertations pour le Council of Big Data supporté par la National Science Foundation aux… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Archives, Ethique, Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur Les challenges éthiques concernant les big data sont à explorer… pour ne pas se moquer des personnes

Politique et post-vérité : non, le Dr Irène Frachon ne sera pas ministre de la Santé.

Bonjour Certains osent tout. Ainsi Nicolas Dupont-Aignan qui a déjà annoncé la composition imaginaire de son futur gouvernement idéal. Aux côtés de Natacha Polony (Instruction publique), Henri Guaino (Défense),  Rama Yade (Affaires étrangères), Philippe Bilger (Justice) figure Irène Frachon à la Santé. Les réactions de cette dernière furent alors rapportées par Le Télégramme de Brest […] Continuer la lecture

Publié dans Le Quotidien du médecin, Le Télegramme, médecine, Polémique, politique | Commentaires fermés sur Politique et post-vérité : non, le Dr Irène Frachon ne sera pas ministre de la Santé.

Suivi en santé au travail des travailleurs intérimaires

Le nouveau suivi médical en santé au travail en vigueur depuis janvier 2017 concerne également le suivi des travailleurs temporaires. En l’absence de risques professionnels listés à l’article R 4624-23, le travailleur temporaire bénéficie de visite d’information et de prévention, par contre […] Continuer la lecture

Publié dans agrément, Apprentissage, commun, embauche, emplois, examen, fiche, fichier, inapte, inaptitude, intérim, intérimaires, liaison, médecin, médical, médicale, mission, périodicitéé, renforcée, surveillance, temporaire, Travailleur intérimaire, travailleurs, utilisatrice, VACCINS | Commentaires fermés sur Suivi en santé au travail des travailleurs intérimaires

L’aimer écrire LEM 1011

                          

                                    L’aimer écrire
               


                                               Docteur François-Marie Michaut
  

   

 L’apprentissage scolaire initial du maniement de ces dessins hermétiques que constituent nos lettres, puis nos mots et enfin les textes nous a tous plus ou moins traumatisés. Que des sons désignant des choses familières deviennent de simples traits à dessiner et à déchiffrer n’est pas banal dans notre monde animal. Cela nécessite un dressage, jadis territoire gardé d’une élite, devenu par la loi obligatoire et gratuit. C’est devenu tellement naturel chez nous que nous n’en mesurons plus l’importance.
Franchement, comme les vaccinations obligatoires ou, pour nos devanciers l’huile de foie de morue antirachitique, c’est une corvée pour le plus grand nombre.
Faute d’adultes eux-mêmes assez capables d’admirer le miracle de cette aptitude à fixer durablement ce qui n’est que passage temporaire fragile dans l’expression orale ?

   L’utilisation prioritaire de l’écrit dans les études, du moins en France, laisse une trace encombrante. Ce que le maître, et avec lui tous les auteurs appelés au secours, communique par écrit prend et conserve la première place pour les élèves. Ce que les enfants peuvent eux-mêmes écrire est d’une nature inférieure : ils ne sont amenés qu’à répondre aux questions de celui qui enseigne. Et en restituant au mieux ce qui lui a été dit. Résultat : une grande méfiance devant la page blanche.

   La situation d’infériorité par rapport à qui est censé savoir mieux diminue-t-elle avec le niveau des études, ou simplement le passage des ans et des expériences accumulées ? On pourrait le penser. Mais c’est une erreur.

   Quand Internet est entré dans les moeurs, nous avons été un certain nombre à penser que la facilité d’entrer en contact avec un nombre illimité d’interlocuteurs allait stimuler les capacités de prendre contact avec les autres au moyen de l’écriture virtuelle. Naïveté dans la réalité. Pour mille et une raison, notre mutisme imposé en classe n’a pas reculé d’un pouce.
Écrire demande un effort, exige et entraine une gymnastique intellectuelle, prend du temps et surtout expose aux sarcasmes et aux critiques des lecteurs. Activité à risque d’autant plus important qu’on occupe soi-même une position sociale dominante.

   Pourtant écrire, cela s’entraine, cela s’apprend. Comment ? Mais en écrivant pendant des années. Pas pour convaincre les autres de quoi que ce soit, mais avec l’espoir qu’au moins une personne, un jour ou l’autre, trouvera son compte personnel dans vos textes. Ainsi peut naître, remarquez ma prudence de chat échaudé par la rareté des «retours» des lecteurs virtuels, l’amour de l’écrit.
Même si vous pensez ne pas être très à l’aise dans cette forme d’expression, ne vous censurez pas vous mêmes. Pas de plus mauvais juge de vous que vous !

    Osez répondre, osez écrire, osez critiquer. C’est du plaisir personnel que vous récolterez. Pourquoi investir ainsi sa capacité d’écriture ? Parce que qu’écrire, du plus dramatique au plus léger, notre oreille francophone ne n’y trompe pas, cela se termine obligatoirement par rire.


Os Court :

 « – Ah vous, vous tombez bien ! 
– Ça dépend comment l’on me pousse. » 

André Gaillard, Teddy Vrignault ( Les Frères Ennemis)


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur L’aimer écrire LEM 1011

Les médecins écrivent mal- CO exmed

Les médecins écrivent mal  – LEM 1011


Les ordonnances manuscrites indéchiffrables, sinon par des pharmaciens extra lucides, indiquent un curieux rapport à l’écriture. Caricature, bien sûr. Mais aussi bonne occasion d’aller fouiller notre rapport à tous avec l’expression écrite.  La LEM 1011 : « L’aimer écrire »  attend votre lecture.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 18-19 avril 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les médecins écrivent mal- CO exmed

Faire la lumière sur la stérilisation Essure ® ? Huit experts sous les projecteurs.

  Bonjour Objectif : tenter de dépasser les obstacles du conflit d’intérêts et de l’entre-soi. Comment une agence en charge de la sécurité des produits de santé peut-elle faire la lumière dans une affaire où elle est, de fait, directement impliquée ? Voilà, avec l’affaire Essure®, à quoi sont aujourd’hui confrontés les responsables de l’Agence nationale de […] Continuer la lecture

Publié dans Gynécologie-Obstétrique, médecine, politique | Commentaires fermés sur Faire la lumière sur la stérilisation Essure ® ? Huit experts sous les projecteurs.

Les candidats à la présidentielle, la réadaptation et le handicap

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus

Le handicap est-il un enjeu de santé publique?

Le handicap est-il un enjeu de santé publique? Si vous répondez oui à cette question, comme l’ONU et l’Organisation Mondiale de la Santé, mais aussi des organisations comme Handicap International, alors je vous invite à chercher comment l’on pourrait mieux connecter en France les politiques publiques  de réadaptation et du handicap.

Pour une stratégie nationale de réadaptation fondée sur les droits de l’homme

J’ai réalisé un tableau comparatif des propositions des 5 principaux candidats au regard des politiques du handicap, regroupées en grandes rubriques. On y retrouve beaucoup de points communs, mais aussi des domaines peu ou pas explorés chez certains. Le droit à la réadaptation, reconnu par les organisations et conventions internationales comme partie intégrante des droits des personnes présentant ou susceptibles de présenter un handicap, n’y est pas clairement identifié, laissant la France dans une position très en retrait au regard des droits de l’homme.

Si l’on veut bien se donner la peine de comparer les programmes des candidats à la présidentielle relatifs au handicap, on sera frappé par une déconnexion à nulle autre pareille dans le monde entre deux fonctions de l’action publique partout ailleurs étroitement intriquées, celle de la réadaptation et celle des politiques du handicap. Au lieu de promouvoir une vision moderne et interactive de la santé et du handicap, il est regrettable que les candidats n’aient pas un conseil assez avisé en termes de politiques de réadaptation reliée à la santé (heath related rehabilitation). Par exemple, si le programme du candidat Mélenchon comporte d’excellentes mesures, comment expliquer que ses conseillers sur la question du handicap condamnent une « vision médicalisée et réhabilitatrice » du handicap (Dépêche APMnews du 12 avril 2017) alors même que la fonction de réadaptation n’a jamais été aussi peu promue par nos politiques publiques ? Mais contre qui les conseillers sur la question du handicap qui l’ont inspiré se battent-ils ? Quel intérêt ont-ils à voir persister l’opposition idéologique délétère et génératrice de pertes de chances entre réadaptation et participation? Souhaitent-ils voir se poursuivre l’effondrement tranquille du dispositif de réadaptation français ?
On notera avec intérêt des éléments de connexion entre handicap et réadaptation chez Macron et Mélenchon. Macron cite les professeurs de ma discipline. Je ne peux que m’en réjouir, car cela a le mérite de laisser entendre que politiques de réadaptation et du handicap sont naturellement liées. Mais il faut faire attention à ne pas confondre la réadaptation avec une seule discipline médicale ce qui serait potentiellement à l’origine de crispations catégorielles. Allons! Encore un effort pour rattacher la réadaptation à un vision internationale de la solidarité et des droits de l’homme incluant sa mise en cohérence avec les politiques du handicap.
Une stratégie de santé publique qui promeut la réadaptation comporte selon le rapport sur le handicap OMS Banque Mondiale de 2011:
1. la médecine de réadaptation qui ne se limite pas à la Médecine Physique et de Réadaptation, c’est un concept de santé publique par nature interdisciplinaire,

2. les thérapies de réadaptation pour lesquelles on note des propositions de remboursement chez Mélenchon,
3. les aides techniques (OMS).
Une stratégie nationale de réadaptation doit développer des soins de niveau 1, 2 et 3 avec une organisation et un financement adaptés. Dans les pays où les choses s’organisent ainsi, conformément aux recommandations, aux textes et aux conventions pour les droits des personnes handicapées ou susceptibles de l’être, seuls les niveaux 2 et 3 sont spécialisés. Le niveau 1 pourrait relever en partie de professionnels de premier recours/ primaires non médecins, par exemple des kinésithérapeutes / physiothérapeutes avec accès direct, cette situation d’accès direct étant de plus en plus fréquente fréquente dans le monde. La démédicalisation des soins primaires est souhaitée par les promoteurs de l’innovation de rupture par les soins primaires, notamment Clayton Christensen de la Harvard Business School qui l’attend des NBIC. L’objet de ce message n’est pas de prendre position sur cette question. Les NBIC auront des effets encore très incertains sur les systèmes de santé.
Globalement, malgré les avancées timides de Macron qui cite le concept sans assez l’intégrer à un modèle clair de santé publique et Mélenchon qui défend quelques professions mais sans vision globale du champ de la réadaptation, la France ne se met pas en mesure de respecter les droits de l’homme par son incapacité chronique à développer une stratégie de réadaptation, faute de parvenir à la concevoir en lien avec un handicap qu’on a défini comme purement social. Le principal obstacle semble l’absence de volonté de revenir sur la fracture entre sanitaire et social, les politiques départementales étant trop jalouses de garder leurs « personnes âgées » et « handicapées » dans le domaine des pouvoirs décentralisés de l’état. Plus question de 5ème risque et plus question de revenir sur la fracture ubuesque entre plus et moins de 60 ans ! Comment en est-on arrivé à cette résignation coupable ?

La déconnexion délétère et d’un autre siècle entre réadaptation et handicap, liée à la fragmentation entre soins et social, n’est pas remise en question

Cette cécité politique dans le processus de production des handicaps est d’autant plus étonnante que le simple parcours des rapports internationaux sur les droits des personnes handicapées aurait pu éviter l’anglicisme confus appliqué à la santé des pourfendeurs de la « vision réhabilitatrice », tout au moins si l’on veut bien parler le langage international de l’OMS, qui traduit officiellement rehabilitation par réadaptation. Celle-ci comporte de façon étroitement intriquée, dès le début des soins aigus, lorsqu’il y en a, réadaptation précoce, réadaptation centrée sur la fonction et réadaptation centrée sur l’intégration sociale, familiale, scolaire, professionnelle etc. La réhabilitation, elle, concerne en France les condamnés, les prisonniers, les bâtiments et les monuments historiques.
Hélas, les auteurs des programmes relatifs au handicap ne mesurent guère les conséquences de poursuivre dans une telle voie en cultivant par démagogie et paresse intellectuelle une opposition qui remonte à un autre siècle. On sait pourtant comment les excès du modèle social et de l’antimédecine ont conduit à vider les établissements psychiatriques pour remplir les prisons de schizophrènes, sans parler de ceux qui meurent dans la rue dans un « nouveau moyen-âge psychiatrique ». Alors d’où vient cette cécité socio-sanitaire qui est bien un mal français?
Comment continuer dans cette voie délétère à l’heure où les réformes du financement des soins hospitaliers et ambulatoires risquent d’effondrer les soins de réadaptation, aggravant les conditions chroniques conduisant à des situations de handicap :
· Effondrement des soins de ville notamment kinésithérapie et orthophonie dans certains territoires désertés
· Tarification des soins de ville inadaptée à certains troubles fonctionnels très lourds d’origine neurologique, cognitive, psycho-comportementale notamment
· Effondrement des dispositifs de réadaptation hospitaliers: baisse d’attractivité pour les kinésithérapeutes surtout mais aussi orthophonistes, ergothérapeutes etc. Le salaire n’est qu’une des conditions de cette attractivité.
· Menace sur la tarification des SSR avec une classification médico-économique incapable de soutenir les prises en charges à forte densité de rééducation-réadaptation (exemple du para ou du tétraplégique, accidents vasculaires cérébraux avec séquelles temporaires ou durables, traumatisés complexes, pathologies du rachis etc.)
· Menace sur les soins ambulatoires de réadaptation, hors les soins de ville dont nous avons déjà parlé
· Insuffisance croissante des soins de réadaptation dans le secteur d’hébergement médico-social, quel que soit les tranches d’âge, absence de gestion du passage de l’enfant à l’âge adulte. Séparation absurde du traitement social du handicap entre plus et moins de 60 ans.
· Insuffisance de coordination des transitions médico-sociales dans un système de plus en plus cloisonné par les financements et les logiques managériales centrées sur la production de l’amont. Les délais de traitements des dossiers par les MDPH sont démesurés, sans accompagnement des requérants. Aux urgences le temps se conte en heures, en jours en soins aigus, en semaines en SSR et en mois voire en année dans le secteur médico-social.
· Multiplications des impasses hospitalières conduisant à un manque de lits qui font alors défaut et à des soins inadaptés pour les patients parfois qualifiés de « bed blockers », du fait de modèles de recueil de l’activité (PMSI) et de financement qui, par construction, ignorent l’intrication des déterminants médicaux et sociaux des besoins de soins comme du handicap.
Les soins de réadaptation sont partout dans le monde considérés comme droit fondamental des personnes présentant ou susceptibles de présenter un handicap. Ce droit est rattaché aux droits de l’homme pour les organisations internationales (ONU, OMS, OCDE…)
Il faut cesser d’enfoncer des portes ouvertes. Que le handicap soit une situation et non une essence est une évidence depuis longtemps intégrée aux modèles de santé comme la Classification Internationale du Fonctionnement du Handicap et de la santé (CIF), ou le Processus de Production du Handicap canadien (PPH) et cela depuis de nombreuses années. Un enjeu tout aussi fort que le traitement social du handicap, c’est qu’il faut s’occuper tout autant aujourd’hui, dans une perspective de prévention du handicap :
1. des personnes qui sont au quotidien potentiellement confrontées à ces situations liées à ce qui définit paradoxalement leurs associations, par une maladie (ex. France AVC) ou un trouble fonctionnel (ex. Association des paralysés de France): handicap moteur, sensoriel psychique etc.
2. des personnes qui sont menacées de l’être du fait d’une maladie ou d’un accident et qui nécessitent une réadaptation solidaire financée par la solidarité nationale et non réservée à ceux qui disposent d’une bonne complémentaire. Ces personnes nouvellement touchées par des troubles fonctionnels à risque de handicap se défendent rarement par l’intermédiaire d’associations.
La vision systémique du handicap si bien décrite par Patrick Fougeyrollas au Québec a depuis longtemps surmonté ces vieux débats dépassés mais congelés par la fragmentation française. La cause est politique. Que ne le sait-on en France ? Il y a des raisons à cela.
La France a cloisonné son système socio-sanitaire selon une ligne de fracture qui remonte aux années 70, mais a été consolidé par les lois de décentralisation, avec la séparation entre les français de l’état et ceux du département :
· Institutionnelle: champs sanitaire et de l’action sociale/médico-sociale
· Financière: enveloppes, collecte de données, analyses et modes de financements « en silos »
· Idéologique: vision médicale opposée à la vision sociale du handicap.
Caricaturalement le paraplégique ne peut pas monter l’escalier parce qu’il est paralysé dans le modèle médical, Il ne peut pas le monter parce qu’il n’y a pas d’ascenseur ou de plan incliné dans le modèle social. C’est effroyablement simpliste, un enfant de cinq ans comprendrait que les deux visions sont également vraies et ne s’opposent même pas en terme de paradoxe, mais c’est ainsi qu’on le résume.
Il y a bien longtemps que les pays étrangers, toute considération politique à part, ont compris la nécessité d’une vision systémique du handicap qui concilie les logiques contradictoires des deux modèles, en articulant stratégies nationales de réadaptation et politiques publiques du handicap.
Ceux qui expliquent le mieux les origines et conséquences de ce mal français sont les anthropologues et les sociologues. Je prépare une petite revue de la littérature mais les principales sources sont présentées à la fin de ce message. Il faut analyser les jeux d’acteurs professionnels, économiques et politiques tels qu’ils se sont déployés depuis la séparation des secteurs sanitaires et sociaux. L’idéologie sous-jacente est souvent porteuse d’intérêts économiques. Nous citerons en bibliographie les travaux de Robelet, Claveranne, Pierru, Fougeyrollas.
Ce n’est pas le rapport de la mission présidée par Olivier Véran sur la réforme des financements qui va nous rassurer. Le modèle indigent de Dotation Modulée à l’Activité , qui vient de débuter en SSR, est bien pire que la T2A en aigu, en ce sens qu’il est fondé sur le séjour SSR mais ne reflète en rien des programmes de soins médicaux homogènes, à l’opposé des unités d’œuvres de production hospitalière proposées par Robert Fetter dans lesquelles il voulait tout de même voir une logique médicale sous forme de procédure thérapeutique. Ce modèle stupéfiant, purement comptable et statistique, n’est pas fondamentalement remis en cause et va s’appliquer. Ce n’est pas faute d’avoir averti. Rien ne peut y financer le suivi médical, les équipements et les 3 heures de réadaptation quotidienne nécessaires à certains patients après un accident vasculaire cérébral à l’origine de limitations fonctionnelles sévères, pour ne citer que l’exemple d’une pathologie traceuse qui est aussi l’une des principales causes des situations de handicap de l’adulte.
Nos politiques doivent apprendre à sortir de la politique de l’autruche, et qu’il nous faut rattacher notre pays au monde, en développant une politique nationale de réadaptation reliée à la santé (health related rehabilitation).
La réadaptation est considérée partout comme une fonction fondamentale des systèmes de santé, étroitement intriquée dans un continuum promotion de la santé, prévention, soins curatifs, réadaptation et soutien social.
La réadaptation est un droit fondamental que les pays qui prétendent respecter les droits de l’homme doivent développer dans une stratégie spécifique, ce qui signifie une organisation et un financement appropriés.
Le handicap n’est pas une essence en effet, ce n’est pas une maladie, c’est bien une situation résultant de l’interaction entre possibilités fonctionnelles de la personne et son environnement. Les personnes présentant ou susceptibles de présenter un handicap ne requièrent pas toujours la réadaptation, mais les en priver quand elles en ont besoin, à l’heure où l’on promeut partout la prévention et son financement au détriment des soins curatifs, c’est à coup sûr augmenter les situations de handicap surajoutées et qu’on aurait pu éviter à court terme.
La loi HPST donnait aux ARS la mission de décloisonner les parcours de santé entre secteur sanitaire et secteur de l’action sociale et médico-sociale. La loi de modernisation de notre système de santé veut aussi fluidifier les parcours hospitaliers, de soins, de santé et de vie. Nous avons vu l’effet de l’absence de stratégie de réadaptation sur les différents secteurs des parcours de santé. Qu’attend-on pour décliner des volets de réadaptation dans les projets régionaux de santé, guidés par une stratégie nationale de réadaptation? Pense-t-on développer le virage ambulatoire en laissant s’effondrer en même temps les soins de réadaptation en ville, en établissements sanitaires –en aigu et en SSR – et en établissements médico-sociaux ? La confusion conceptuelle entretenue par la fragmentation socio-sanitaire et par certaines idéologies obsolètes du handicap conduit hélas à la cécité sanitaire, sociale et politique.
Voilà ce que la France devrait faire si elle respectait les conventions internationales auxquelles elle adhère, connectée aux politiques sociales du handicap, visant à l’intégration sociale optimale, à part égales. Voilà ce que les candidats devraient soutenir, pour réduire le handicap, quelles que soit les conditions potentiellement handicapantes, quelles qu’en soit l’étiologie et à n’importe quel âge.

Webographie:

Réadaptation et droits de l’homme









Réadaptation reliée à la santé et handicap: du bon usage des concepts, entre médecine et management


Fery-Lemonnier E. Les parcours, une nécessité. adsp n° 88 septembre 2014

Martinez M. La filière sanitaire et sociale: Le facteur idéologique dans une organisation

Disability, including prevention, management and rehabilitation. WHO 25 mai 2005

Patrick Fougeyrollas: vers un modèle systémique du handicap?
Modèles individuel, social et systémique du handicap: Une dynamique de changement social

Frinault T. La dépendance ou la consécration française d’une approche ségrégative du handicap

Les conceptions du handicap : du modèle médical au modèle social et réciproquement… Jean-Pierre Marissal

Jean-Pierre Claveranne, Magali Robelet, David Piovesan, Benoit Cret, Guillaume Jaubert, et al.. La construction sociale du marché du handicap : entre concurrence associative et régulation politique (1943-2009). 2012.

OECD, Eurostat, WHO (2011), A System of Health Accounts, OECD Publishing.

Richards T let the patient revolution begin. BMJ. 2013 May 14;346:f2614.

Kiefer B. Les dessous de la révolution du patient. Bertrand Kiefer Revue médicale suisse

Pierru F, Rolland C. Bringing the Health Care State Back in – Les embarras politiques d’une intégration par fusion : le cas des Agences Régionales de Santé Revue française de science politique 2016/3 (Vol. 66)

Tiago J et al. Person-centred rehabilitation: what exactly does it mean? Protocol for a scoping review with thematic analysis towards framing the concept and practice of person-centred rehabilitation BMJ Open 2016;6:e011959

Wade D. Community rehabilitation, or rehabilitation in the community? Disability And Rehabilitation Vol. 25 , Iss. 15,2003

Candem C, Levasseur L. Réadaptation à base communautaire versus interventions communautaires de réadaptation et réadaptation dans la communauté : comparaison des concepts, et enjeux québécois et internationaux Développement humain, handicap et changement social « Situations de crise et situations de handicap ». 2010. 18(1) : 45-62

Kendal E et al. Community-based Service Delivery in Rehabilitation: The Promise and the Paradox. Disabil Rehabil. 2000 Jul 10;22(10):435-45.

Bloch MA. La coordination dans le champ sanitaire et médico-social Enjeux organisationnels et dynamiques professionnelles. Etude réalisée pour la Fondation Paul Bennetot par le Centre de Gestion Scientifique de Mines-ParisTech. Février 2011

Turner Stokes L. Politics, policy and payment – Facilitators or barriers to person-centred rehabilitation? Disability and Rehabilitation 29(20-21):1575-82 · October 2007

Schwach V. Une prospective des soins de suite et de réadaptation. Gestions Hospitalières. Numéro 530 – novembre 2013

Turner Stokes et al. International casemix and funding models: lessons for rehabilitation Clinical Rehabilitation. 2012. 26(3) 195–208

Ebersold S. L’INCLUSION : DU MODÈLE MÉDICAL AU MODÈLE MANAGÉRIAL ? Reliance. 2005/2 no 16; 43-50

Skempes D et al. Health-Related Rehabilitation and Human Rights: Analyzing States’ Obligations Under the United Nations Convention on the Rights of Persons With Disabilities

Convention des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées

Louise Aronson. Medicare and Care Coordination Expanding the Clinician’s Toolbox JAMA;313(8):797-8

Turner-Stokes L, Williams H, Siegert RJ. The Rehabilitation Complexity Scale version 2: a clinimetric evaluation in patients with severe complex neurodisability. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2010 81: 146-153

Choosing the Right Stroke Rehab Facility Stroke. Guidelines for Adult Stroke Rehabilitation and Recovery. . 2016;47:e98-e169

Continuer la lecture

Publié dans Action publique, handicap, Loi de santé, Réadaptation | Commentaires fermés sur Les candidats à la présidentielle, la réadaptation et le handicap

Est-ce au médecin (généraliste) de choisir ce que doit lui dire le consultant ?

J’ai lu l’autre jour le tweet d’un médecin généraliste qui trépignait d’acquiescement en vantant une affichette telle que celle que je vous montre ci-dessus et qui était apposée sur la porte d’une salle d’attente à destination de patients (anglais) consultant en médecine générale : « Un problème par consultation. S’il vous plaît. »

Cette affiche est, selon moi, la négation de la médecine générale. 
Mais, et certains s’en souviendront peut-être, je n’ai pas toujours pensé comme cela : je me laissais sans doute emporter par la colère, par le mainstream des idées faciles, par mon paternalisme et… par l’encombrement des consultations…

Examinons l’affaire.

La médecine générale est une médecine de premier recours. Mais pas que.
Ce n’est pas au médecin de choisir le ou les motifs de consultation des patients (ou des non patients).
Il est possible (et souhaitable) que ce soit le médecin qui détermine la hiérarchie des priorités : un infarctus versus un rhume.

Tout le monde connaît cette histoire de consultation : Un.e dame.monsieur vient pour a) le renouvellement de ses médicaments, b) un (petit) rhume, c) une verrue et, en fin de consultation, la main sur la poignée de la porte : « Jai mal au mollet ». Et c’est finalement une phlébite…

Chaque consultation de médecine générale est unique (même ceux qui parlent de bobologie le comprendront) et dans les réunions de groupes de pairs, les cas les plus banals sont souvent ceux qui entraînent le plus loin dans le coeur du métier.

Quand un patient consulte pour un « renouvellement », ce renouvellement comporte plusieurs sous motifs : faudrait-il les scinder ?

Dans le cadre d’un suivi longitudinal (diachronique selon la vulgate universitaire un peu péteuse) le praticien, en accord avec son consultant, peut décider d’aborder lors de consultations successives des problèmes qui peuvent être considérés comme distincts : prévention du cancer du col et/ou régime hypocalorique et/ou autokinésithérapie pour lombalgies.

Lors d’une consultation unique il est aussi possible de faire le point sur les différentes pathologies suivies afin de fournir au consultant une vision cohérente de son état de santé : plusieurs motifs, plusieurs problèmes (et vision synchronique pour ls péteux).

Je m’arrête là. La médecine générale peut et doit avoir une vision holistique (terme très péteux également) des patients mais il faut se méfier de cette vision globalisante qui a tendance à faire du tout médical et à médicaliser la santé.

Cette affiche issue du NHS dont tout le monde dit du mal en dehors du Royaume-Uni mais que  Margareth McCartney défend bec et ongles (en voulant le transformer) dans son dernier livre « The state of Medicine » et où elle écrit que tout le monde envie le NHS -!-) est une affiche économique.

C’est une vision économique de la médecine comme j’ai une vision économique dans mon propre cabinet avec des rendez-vous tous les quart d’heure qui sont un compromis entre les attentes des consultants, les représentations collectives de la santé (péteux), le prix de la consultation, mes charges et mes besoins…

Donc, pour des raisons fonctionnelles (et économiques), le système choisit ce que le consultant doit et a le droit de raconter pendant la consultation.

Oups.

On pourrait dire également : le médecin, sous couvert des contraintes du système, choisit ce que le consultant doit et a le droit de raconter en consultation. On est loin de la décision partagée. Les associations de patients pourraient parler, à juste titre, d’abus de pouvoir.

La médecine générale est la médecine de l’individu malade (ou non) et non une médecine de motifs séparés (j’ajouterai : de pathologies déjà constituées). Je pourrais développer mais j’aurais peur de me répéter sur l’originalité de la médecine générale et sur ses manques.

Nous sommes en plein paradoxe : les médecins veulent tout médicaliser, s’étonnent que les consultants les prennent au pied de la lettre, s’arqueboutent sur le pouvoir médical mais voudraient que les consultants hiérarchisent eux-mêmes leurs plaintes dans une démarche économique et consumériste (le principe des marketeurs influençant les industriels est : à un besoin ou à une indication correspond un produit ; l’exception étant Minimir, les vendeurs ont des ruses infinies, qui est multi usages et pas cher : une métaphore du médecin généraliste ?).

Le consultant consulte pour des raisons qui lui échappent parfois et qui échappent parfois aussi au consulté.

Il semblerait donc que le rapport temps/bénéfices soit au centre de notre sujet.

Je rappelle qu’en moyenne une consultation de médecine générale dans le NHS anglais dure 7 minutes et que le temps réel en France est de moins de 15 minutes.

Commentaire des gens qui critiquent le système anglais parce qu’il n’est pas assez libéral mais qui en retiennent des aspects positifs (la rémunération)  : « Oh là là, le nul, il ne sait pas que dans le système du NHS, il y a une nurse qui  note des éléments administratifs, prend la tension, et cetera, avant que le docteur n’examine le patient. Ce qui explique le faible temps de consultation. » Je rappelle aussi que les médecins généralistes anglo-gallois voient en moyenne 50 à 60 patients par jour !
Une patiente me disait par ailleurs l’autre jour que chez son pédiaaaaaaatre, une assistante (secrétaire ? infirmière ? puericultrice ? jeune fille au pair ?) déshabillait l’enfant, le pesait et le mesurait avant que le docteur n’intervienne. Elle trouvait ça bien, elle m’a même dit « c’est classe ».
Mouais.
Je vais caricaturer : 
La médecine générale est la médecine de l’individu malade (ou non) et non une médecine de motifs séparés (j’ajouterai : de pathologies déjà constituées). Je pourrais développer mais j’aurais peur de me répéter sur l’originalité de la médecine générale et sur ses manques (cela fait environ 800 billets de blog).

Bel articulet de Margareth McCartney sur le sujet initial (un problème, une consultation) que j’ai trouvé en picorant sur le web : ICI.

((je lisais l’autre jour un compte rendu d’hospitalisation d’une de mes patientes — d’origine africaine– suivie depuis trois ans dans un service parisien huppé de rhumatologie, et je ne comprenais strictement rien. J’ai seulement compris que le diagnostic de Polyarthrite Rhumatoïde avait été fait depuis belle lurette mais qu’on cherchait pourquoi la patiente ne répondait pas aux traitements proposés (tout en, la méchante, faire plein d’effets indésirables gênants). Le jargon était diafoiresque mais la patiente n’allait pas mieux. J’avais souligné dans le premier courrier d’adressage que j’avais remarqué l’incidence curueuse de pathologies rhumatologiques complexes chez mes patientes d’origine africaine et le chef de service m’avait gentiment répondu sur le sujet sans donner d’explications))

Prendre la pression artérielle est un geste médical (que l’on peut déléguer, que l’on doit parfois déléguer à des non médecins, mais surtout aux patients eux-mêmes) dont les conséquences sont majeures. Une étude a montré que plus on répétait la prise de la pression artérielle en cabinet de consultation et plus les patients, au fil des ans, était traité par un nombre toujours plus important de médicaments anti hypertenseurs.

Déhabiller un enfant ou le faire déshabiller par la maman ou le papa ou les deux est un moment très important de la consultation et ce d’autant que les enfants sont petits. Quand je touche et parle à l’enfant que je mets à nu, j’ai une relation particulière avec lui et les questions que je lui pose, les propos que je lui tiens, fusse-t-il un nourrisson, sont toujours fructueuses. Mon examen clinique, j’exagère, et mon examen social, et sociétal est pratiquement terminé (quand il n’y a pas de problèmes) après ce déshabillage. J’exagère bien entendu. Ah, au fait, l’enfant, combien de motifs de consultations ?
C’est tout pour aujourd’hui.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATION, MEDECINE GENERALE INSTITUTIONNELLE, MINIMIR, NHS, UN MOTIF UNE CONSULTATION | Commentaires fermés sur Est-ce au médecin (généraliste) de choisir ce que doit lui dire le consultant ?

«Tabac chauffé» : Philip Morris a-t-il programmé la mort de la cigarette qui tue ?

  Bonjour Ancien de l’Ecole Polytechnique de Lausanne, André Calantzopoulos est aujourd’hui le PDG de Philip Morris International (PMI), l’une des premières puissances mondiales du « tabac brûlé ». Son groupe s’apprête à lancer en France l’appareil IQOS et ses recharges de « tabac chauffé » présentés comme une manière de fumer « à moindre nocivité ». L’appareil IQOS est d’ores et […] Continuer la lecture

Publié dans argent, BBC, France-Inter, Le Temps, médecine, Polémique, politique, tabagisme, The Times | Commentaires fermés sur «Tabac chauffé» : Philip Morris a-t-il programmé la mort de la cigarette qui tue ?

Newsletter de mars 2017 envoyée le 31 mars avec le titre « Des auteurs se moquent des malades ! Mort de l’inventeur du facteur d’impact »

Chers Collègues, En mars 2017, 24 billets sur le blog de la rédaction médicale. L’inventeur du facteur d’impact vient de mourir à 91 ans… Il a passé sa vie à expliquer aux décideurs et chercheurs que le facteur d’impact ne pouvait pas être un indicateur pour faire les promotions des chercheurs ou allouer des ressources.. La surdité des institutions a… Continuer la lecture

Publié dans Newsletter mensuelle | Commentaires fermés sur Newsletter de mars 2017 envoyée le 31 mars avec le titre « Des auteurs se moquent des malades ! Mort de l’inventeur du facteur d’impact »

Le cannabis récréatif prend pied au Canada. Quatre plants au domicile, 30 grammes sur soi.

Bonjour Justin Trudeau n’est ni Benoît Hamon ni Jean-Luc Mélenchon. Pour autant le Premier ministre canadien et les deux candidats de gauche à l’élection présidentielle française partagent une conviction : la légalisation du cannabis permettra de protéger les enfants et de lutter contre réseaux mafieux qui, dans l’ombre, en font le fructueux commerce. Après des mois […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, le Monde, médecine, politique | Commentaires fermés sur Le cannabis récréatif prend pied au Canada. Quatre plants au domicile, 30 grammes sur soi.

Résilience hors du commun : l’Italienne doyenne de l’humanité s’en est allée à 117 ans

  Bonjour Elle était née le 29 novembre 1899. C’était la dernière survivante du 19ème siècle. L’Italienne Emma Morano, est décédée samedi 15 avril à son domicile de Verbania – à l’âge de 117 ans et à la veille de Pâques. L’annonce en a été faite par plusieurs médias italiens, dont le Corriere Della Serra et Il Messaggero. […] Continuer la lecture

Publié dans Corriere Della Serra, Gènétique, Il Messaggero, médecine | Commentaires fermés sur Résilience hors du commun : l’Italienne doyenne de l’humanité s’en est allée à 117 ans

Post-vérité : le tabac brûlé, le tabac chauffé, la cigarette électronique. Silence politique

  Bonjour Roulements de tambours. Nouveau en France : IQOS et ses recharges Heets ! Leur arrivée avait été annoncée – puis on avait oublié. C’est fait. La « cigarette de tabac chauffé à moindre nocivité » va bouleverser notre paysage buralistique, publicitaire et sanitaire. Pour trois raisons principales qui peuvent être aisément résumées. Il s’agit d’un « nouveau produit du tabac », un […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, médecine, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur Post-vérité : le tabac brûlé, le tabac chauffé, la cigarette électronique. Silence politique

Dragi Webdo n°136: hyperaldostéronisme primaire (reco), benzodiazépines (reco HAS), Helicobacter Pylori (reco), infarctus/IPDE-5, IEC/ARAII

Bonjour!
Dans la rubrique « le Dr Agibus a testé pour vous », j’ai voulu titiller la Revue Prescrire en écrivant une lettre parlant : d’une part de certaines études montant un bénéfice des fibrates dont une revue Cochrane et d’autre part de la conclusion récente d’un paragraphe de la revue disant qu’il n’y avait pas de bénéfice des analogues du GLP-1. Leur réponse s’est faite par mail en environ 1 mois (plutôt rapide selon moi). L’argumentaire de non inclusion des études dont je parlais dans leur synthèse était clair, en expliquant les biais (parfois assumés des auteurs) dans ces études. Bref, les quelques inquiétudes que j’avais ont été dissipés et ma confiance dans la revue s’en sort renforcée! (je n’ai pas reçu de financement ni de réduction sur l’abonnement pour ces quelques phrases). Il me tarde désormais d’avoir l’article en cours de rédaction sur les analogues du GLP-1!

Et comme d’habitude, voici les articles parus cette semaine dont je ne peux m’empêcher de vous parler. Bonne lecture!

1/ Pharmacovigilance
Pour commencer, l’ANSM a demandé la création d’un comité évaluant la balance bénéfices/risques du dispositif Essure. Formulé comme cela, le comité ne statuera pas clairement si oui ou non ce dispositif peut être impliqué dans les troubles physiques dont il est accusé aux États Unis. Il est probable que la conclusion soit que les risques potentiels sont très rares et à ce jour non prouvés, donc que les bénéfices excèdent les risques (dont il faut informer les patientes).
Une étude de cohorte rétrospective incluant plus de 300 000 patients publiée dans le BMJ a étudié les effets indésirables des cures relativement courtes de corticoïdes (< 30jours). Dans 50% des cas, il s’agissait de traitements de 6 jours avec une dose médiane de 20mg/j d’équivalent prednisone. Les auteurs ont retrouvé un sur-risque de sepsis (facile à trouver celui là), mais aussi de maladie thrombo-embolique veineuse et de fractures.

2/ Cardiovasculaire
Parlons maintenant de sexe et de mortalité. Une étude rétrospective suédoise a analysé la survie des patients avec une prescription d’inhibiteurs de la phospohodiesthérase-5 ou d’alprostadil pour dysfonction érectile après un infarctus du myocarde. Les auteurs ont retrouvé que les chez les patients traités par IPDE-5, le risque de mortalité à 3 ans était diminué de 33% par rapport à ceux sans traitement. Le bénéfice était majorée avec le nombre de délivrance de ces traitements. On peut alors se demander si c’est l’IPDE-5 qui est bénéfice ou l’activité physique répétée qui améliore la survie! L’étude répond également en partie à cette question, car les patients traités par alprostadil n’avaient pas de gain de mortalité et la comparaison directe entre IPDE-5 et alprostadil était en faveur d’un traitement par IPDE-5 pour réduire la mortalité. Une piste à explorer dans les traitements de l’infarctus? Ou un simple reflet de l’observance des bêta-bloquants chez les patients?
Les sociétés françaises d’HTA, d’endocrinologie et de chirurgie endocrine ont publié des recommandations dans l’hyperaldostéronisme primaire (une VF intégrale est dispo sur BMLweb). Elles sont longues et subdivisées en chapitre mais on va essayer de résumer ce qui peut intéresser les généralistes.
– Rechercher un HAP si: HTA sévère, résistante, avec hypokaliémie, avec atteinte d’organes cibles disproportionnée ou incidentalome avec HTA/hypokaliémie
– Recherche par mesure du rapport aldostérone/rénine prélevé : le matin, plus de 2 heures après le lever, en position assise depuis 5 à 15 minutes, en régime normosodé, en normokaliémie et sans traitement interférant :anti-HTA (sauf inhibiteurs calciques et alpha-bloquants) stoppés depuis 2 semaines, diurétiques épargneurs et oestro-progestatifs stoppés depuis 6 semaines.
– Rechercher ensuite une cause en commençant par un TDM surrénalien.
3/ Troubles du sommeil
La HAS a publié des recommandations sur la prescription de benzodiazépines. Absolument rien de neuf dans la fiche (prescriptions la plus courte possible, risque des benzo, bénéfices très faibles etc…). Les points de nouveauté concernent la prescription sur ordonnance sécurisée du zolpidem, ainsi qu’une petite phrase pour les sujets âgés traités depuis longtemps disant qu’il ne faut pas s’acharner à les arrêter parce que le déséquilibre lié à l’arrêt serait plus dangereux que les risques de la poursuite.
Pour continuer sur les benzodiazépines, une étude rétrospective a retrouvé une majoration du risque de pneumopathie chez les patients avec une maladie d’Alzheimer traités par benzodiazépines. Un effet indésirable supplémentaire à prendre en compte chez ces patients.
4/ Gastro-entérologie
Les recommandations sur Hélicobacter Pylori sont parues il y a peu (j’en avais parlé ici) et viennent se compléter avec des traitements à privilégier selon les résultats de FOGD. Cependant, ce qui est intéressant dans cette page du GEFH, est qu’il semblerait que le traitement par quadrithérapie bisthmutée soit recommandé en première intention de façon européenne quand ce traitement est disponible car il y a moins de résistance. Une recherche rapide sur internet retrouve que la quadrithérapie avec clarithromycine est à utiliser en première intention sur la résistance à ce traitement est inférieure à 15% et en Europe du nord, c’est le cas. Cependant, la France de l’Europe de l’ouest avec des résistances entre 16 et 18%, et c’est dans ce cas bien la quadrithérapie bisthmutée qu’il est préférable d’utiliser en première intention. Ça m’apprendra à avoir râler sur les gastros qui la mettaient d’emblée… Mea Culpa.
5/ Diabétologie
Quelle est le meilleur traitement préventif des néphropathies diabétiques en l’absence d’HTA? Un article de family practice a fait une revue narrative et retrouvé que les IEC réduisaient l’apparition d’une néphropathie chez les diabétiques normotendus et réduisaient la mortalité des diabétiques de 16 % qu’ils soient hypertendus ou non. Les ARAII ne réduisaient pas la progression des néphropathies chez des patients normotendus et n’étaient pas associés à une diminution de la mortalité globale chez les patients hyper ou normotendus.  Avec ces données , on voit quand même que BigPharma a fait un beau boulot compte tenu de patients diabétiques sous ARAII d’emblée pour lesquels l’IEC serait préférable…
C’est fini pour cette semaine! Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi les méchants des films avaient une sale tête, c’est tout simplement parce qu’ils ont des maladies dermatologiques… D’où la question: est ce que c’est le fardeau de leur maladie qui les rends aussi nerveux, ou est-ce l’appartenance à un cluster de personnalité particulier qui favorise l’apparition des pathologies? Vous avez 2 heures…

Joyeuses fêtes de Pâques et à bientôt!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, DragiWebdo, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°136: hyperaldostéronisme primaire (reco), benzodiazépines (reco HAS), Helicobacter Pylori (reco), infarctus/IPDE-5, IEC/ARAII

0rdre + contre ordre = désordre CO Exmed

                                                     Ordre + contre ordre = désordre


Le moins qu’on puisse dire en ces jours de Pâques (fête religieuse piquée il y a deux millénaires au judaïsme), c’est que l’expression opinion publique n’a plus aucun sens. Dans tous les domaines de la connaissance, et pas seulement en politique, nous sommes intellectuellement matraqués par des gens qui nous donnent des ordres. Regardes-les, écoutez-les. D’autres, au moins aussi savants, aussi compétents, aussi experts et aussi avides de pouvoir font tout pour nous persuader que les ordres des premiers sont mauvais. Contre ordre diraient les militaires.
Les braves petits soldats de la modernité sur informée que nous sommes numériquement devenus peuvent de moins en moins s’y retrouver. Dans nos têtes, isoloir en vue ou pas, nous voici devenus incapables de choisir quelle opinion adopter. Autrement dit, c’est le désordre : nos pronostiqueurs, sondeurs et statistiqueurs si arrogants il y a quelques années n’osent plus rien dire. Comme toute maladie non mortelle, celle-ci guérira.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 14-17 avril 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur 0rdre + contre ordre = désordre CO Exmed

Grossesse : deux ou trois cigarettes par jour, c’est 228 grammes de moins pour le nouveau-né

  Bonjour En France 20 % des femmes enceintes consomment du tabac. C’est ainsi que chaque année plus de 158 000 enfants sont exposés in utero à un tabagisme maternel – un puissant facteur, notamment, de prématurité et de retard de croissance. On peut aller plus loin dans l’analyse du phénomène, tenter de mesurer l’impact en fonction de la […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, Le Quotidien du médecin, médecine, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur Grossesse : deux ou trois cigarettes par jour, c’est 228 grammes de moins pour le nouveau-né

La Plainte.

Alors voilà ma patiente ne pleure pas, mais elle gémit. Et le gémissement sans les larmes je crois que c’est pire. Elle a 39 ans. Cancer ovarien. « Tâches hépatiques suspectes ». En cours d’exploration. Elle sait que je sais qu’elle sait. Que ça va pas aller, que ça va pas le faire.Elle a deux enfants 4 […]

The post La Plainte. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La Plainte.