Archives quotidiennes : 25 décembre 2016

Suicide du Pr Mégnien: un an après, l’imbroglio et un «rapport doublement secret» de l’Igas

  Bonjour Noël n’efface pas le souvenir – pas plus que la quête de transcendance n’épuise le besoin de comprendre. Le Journal du Dimanche revient sur l’affaire du suicide par défenestration du Pr Jean-Louis Mégnien. C’était il y a un an, dans la cour de l’hôpital européen Georges-Pompidou. Rien depuis n’a changé mais un coin […] Continuer la lecture

Publié dans Hôpital, Le Journal du Dimanche, médecine, Polémique, politique, Violences | Commentaires fermés sur Suicide du Pr Mégnien: un an après, l’imbroglio et un «rapport doublement secret» de l’Igas

Confessions d’un accro de la médecine

Joyeux Noël à tous!! Et comme je n’ai pas eu le temps de rédiger un DragiWebdo cette semaine (mais j’ai quand même mis de côté quelques articles pour le prochain numéro), voici une petite histoire compensatrice…. Bonne lecture!
21 octobre, 21h00: demande à Mme Dragibus de me vacciner
Refus et échec cuisant
21h15: auto-injection dans le deltoid gauche:
EVA 2/10 au moment de l’injection
23h00: apparition d’une pesanteur dans le bras gauche et le triceps (zut, j’ai du mal viser!)
22 octobre 9h00: réveil, douleur dans le deltoïde gauche et érythème local autour du point d’injection (c’est bon, j’avais bien visé! même si je suis pas sur que ça change grand chose en réalité)
23h: persistance de la gène au bras gauche et début de rhinorrhée (Ça y est, c’est le virus de la grippe qui agit! j’espère que la nuit me soulagera pour ne pas avoir un rhume d’homme)
23 octobre 4h00: réveil nocturne, je sens ma gorge qui me démange. J’hésite à aller prendre un Paracetamol (du Doliprane en l’occurrence). Devant la taille du comprimé et ma fatigue. Je renonce et m’enfouis sous mes couvertures « pour ne pas attraper froid » (je crois que c’est trop tard…)
8h30: réveil (oui, je me lève tôt le dimanche parce que mon adorable fille avait faim parce que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt!), je sens la rhinorrhée postérieure qui a œuvré toute la nuit, la bouche asséchée par la respiration buccale compte tenu de la congestion nasale que je subis.
Objectif: rapidement prendre un chocolat chaud, du miel et si ça ne va pas mieux, préparer du sérum physiologique, voire un Rhino Horn (aux grands mots, les grand remède!)
10h: avec l’occupation de la matinée, j’ai totalement oublié de prendre mes placebos, mais les symptômes vont mieux. Même le bras n’est quasiment plus engourdi. Quasiment…
24 octobre 20h56: j’ai complètement oublié de tenir ce journal. C’est probablement parce que je n’ai plus ressenti de gêne depuis le précédent rapport. D’aucun dirait que la non tenue systématique de ce carnet de bord pourrait être une source de biais dans l’évaluation des effets indésirables. Mais mon propre « case report » n’aura probablement pas de grand échos étant donné l’impact factor de mon blog (D’autres diront alors que les petits cours d’eau forment les grandes rivières, et que l’impact factor: c’est de la merde. Il n’auront pas tord.)
27 octobre 10h05: Cher journal, non je ne t’ai pas oublié, mais j’allais particulièrement bien, en dehors d’une rhinorrhée transitoire que je peux probablement rapporter au fait de me balader en T-Shirt alors que les températures ont chuté. Ainsi, la tolérance de ce vaccin anti-grippe me semble acceptable, étant donné que mes jours de souffrances ne se sont pas prolongés.
31 octobre 22h30: Alors que je relisais en détail les articles pour le Dragi Webdo de la semaine, je m’aperçois que cette injection dans le bras que je me suis auto-administrée ne repose sur rien. Certes, je savais que ça ne reposait déjà pas sur grand chose. Mais là, j’espère que je n’aurai pas un des multiples effets indésirable grave que j’ai pu lire sur doctissimo ( névralgie, convulsion fébrile, encéphalomyélite, névrite, vascularite avec atteinte rénale) . Nan mais sérieusement: ça fait flipper! je comprends que les patients ne soient pas pour se faire vacciner si on leur balance des noms terrifiants de la sorte sans information de fréquence, de causalité/plausibilité, ou de balance bénéfice risque! Et c’est valable pour les autres vaccins également (surtout, à vrai dire…). Heureusement, qu’en dessous, on peut lire « Tamiflu » et « Relenza ». Ce sont visiblement des médicaments qui guérissent de la grippe pour quand on est pas vacciné, même que leurs multiples effets indésirables ne sont pas visibles facilement! C’est qu’ils doivent être efficaces et inoffensifs! Du moins, c’est ce que doit penser, à tord quelqu’un qui cherche a se renseigner sur la grippe…
8 novembre, 00h09: Cher journal, il est tard, je sais. Mais cela fait 3 jours que j’ai mal au bras gauche et je ne peux m’empêcher de penser à un début de myofasciite à macrophage lié au vaccin mais mon Vaxigrip ne contient pas d’aluminium. J’en conclus que c’est probablement une tendinite du long biceps (dû au portage de ma fille), même si les test de la coiffe des rotateurs ont une mauvaise sensibilité et spécificité… Donc ça n’exclue pas l’effet indésirable du vaccin!
21 novembre 21h21: Quand je repense à ceux qui me racontent leur épisodes grippaux, certains compliqués d’hospitalisation, je me dis que le bénéfice individuel n’est probablement pas nul. Le bénéfice collectif de la vaccination du médecin ambulatoire est plus incertain. En attendant, me voilà à J30, et toujours pas de grippe pour moi! Il faudrait que j’insiste auprès de ma grand mère qui est vraiment à risque, malgré ses refus quasi-catégoriques…
20 décembre, 18h12: J’avoue avoir complètement oublié que j’étais en train d’écrire ce billet depuis le mois dernier. Mais hier, une toux est apparue en soirée, suivie aujourd’hui d’une fièvre mesurée à 39,2°C en rectal en axillaire corrigée, et une grosse fatigue. Heureusement, le Paracetamol 1000mg que je possédais m’a permis de tenir la journée, mais demain: consultations. Aucun doute, c’est la grippe. (Ok, je n’ai pas de courbatures, mais peut être demain?) Ce foutu vaccin n’a pas marché du tout! A moins qu’il m’ait tout de même empêché une hospitalisation. Car c’est ce qu’il faut comprendre: le vaccin n’empêchera pas d’avoir la grippe, il empêchera (peut être, c’est loin d’être du 100%) d’avoir une grippe sévère hospitalisée. Après quoi, chacun fait son choix. N’étant pas particulièrement à risque, je travaillerai demain avec un masque pour vaincre ce rhume d’homme en étant fort comme une fille!
21 décembre, 19h50: J’ai fini mes consultations, sans retard. Je ne tousse presque plus, j’ai juste quelques frissons qui me surprennent de temps en temps. Je me considère comme quasi guéri!
Jusqu’à février, les messages « vaccinez vous! » inondent les journaux, réseaux sociaux et annonces télévisées. L’an dernier je n’avais pas été vacciné (pas le temps…), cette année je n’ai probablement pas évité une hospitalisation grâce au vaccin non plus (étant donné que je ne suis pas à risque). J’aurai pu tourner ce billet du style « j’ai été vacciné et ça n’a pas marché: la preuve que le vaccin est inutile et potentiellement dangereux! » ou inversement « heureusement que je me suis vacciné, sinon, j’aurai pu quasi-mourir ». Mais, comme je n’ai pas de confirmation virologique sur mes abondantes sécrétions nasales, « on ne peux pas conclure »! La vaccination chez les professionnels de santé (de moins de 65 ans sans comorbidité) a pour but d’éviter la transmission aux patients fragiles examinés, le bénéfice n’est donc pas individuel. Au contraire, les patients avec co-morbidité le bénéfice est peut être faible comparaison du nombre de vaccin à injecter, mais si des hospitalisations sont évitées, pourquoi pas.
Réfléchissez, informez vous et surtout faites vos choix! Et si quelqu’un a un outil d’aide à la décision (avec des petits ronds rouge et verts) je serai ravi de le connaitre!
A bientôt!
@dr_Agibus
 

Continuer la lecture

Publié dans grippe, médecine | Commentaires fermés sur Confessions d’un accro de la médecine

Le soleil invaincu
 LEM 995

LEM n° 995
  http://www.exmed.org/archives16/circu995.html
    25 décembre 2016

                           
              
                         Le soleil invaincu

                             
                Docteur François-Marie Michaut

  
   Une chose semble bien établie par les historiens. Jésus de Nazareth, dont nous fêtons, sans en avoir obligatoirement pleine conscience, saoulés que nous sommes par la déferlante consumériste, la naissance, n’est certainement pas né un 25 décembre. Pourquoi, alors, avoir choisi cette date du calendrier romain comme point de départ d’une nouvelle ère ? 
Certes, elle est proche de ce que nous nommons le solstice d’hiver, mais pas assez exactement pour les calculs déjà très précis des astronomes d’il y a environ 2020 ans. Le 25 décembre était une fête religieuse latine très populaire sous le nom de Sol Invictus : le soleil invaincu. Référence à Mithra, également, disent les érudits.

Il est possible d’imaginer combien la réduction des jours, avec ses conséquences sur la température ambiante, la diminution des ressources alimentaires pour les hommes et les animaux ont pu préoccuper les premiers humains. Et si le soleil finissait par ne plus se lever du tout, que deviendrait la vie ? La mutiplicité des fêtes de la lumière sous toutes les latitudes et de tous les temps n’ont jamais quitté notre inconscient collectif. Peu importent les enrobages symboliques des religions qui se sont amalgamés au fil des cultures, des grands feux rituels aux lanternes, sapins , cierges ou autres bûches de Noël, la même soif de voir la lumière croître à nouveau reste en toile de fond. Il faut faire ce qu’il faut pour que les choses aillent bien cette année encore : c’est l’ADN de nos rites et nos fêtes depuis nos origines.

Les rayonnements solaires, leur nécessité, et pas seulement pour notre confort matériel, n’est pas discutable. Mais, même si, mentalement amidonnés par notre catéchisme de laïcité, nous faisons semblant de ne pas en tenir compte, la lumière c’est tout autre chose. C’est la capacité de connaissance que nous donne l’usage de notre cerveau humain. L’obscurité, c’est ce que nous ne savons pas. Ce que nous ne savons pas encore, les limites de nos capacités de compréhension demeurant encore totalement inconnues à ce jour.  Faut-il pour autant ranger dans des cases bien hiérachisées, les plus nobles ou les plus utiles en haut et les plus triviales ou jugées a priori sans grand intérêt en bas ? Ce serait une erreur, il suffit pour cela de regarder la curieuse histoire des inventions ou des découvertes scientifiques. Ou les résonnances profondes des productions artistiques ou spirituelles sur des peuples entiers.
Alors si le soleil invaincu dans toute son ampleur, c’est cela que nous fêtons ensemble où que nous soyons sur la planète, nous avons bien raison. Nous n’acceptons pas de nous laisser enfermer dans quelque obscurantisme que ce soit qui voudrait faire notre bonheur malgré nous : le message est sans ambiguité. Alors, que chacun à sa façon, et selon ses moyens, relève ses manches pour participer à la création du monde à venir. Celui, seul viable et seul vivable à court terme, l’écologie l’affirme, de la lumière.

 

Os Court :

 «  Le soleil est nouveau tous les jours. »
 Héraclite Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le soleil invaincu
 LEM 995

De Noë à Noël

De Noë à Noël


Tout juste une petite lettre en plus, dans la langue française, pour passer du déluge exterminateur à la  fête traditionnelle pour des jours meilleurs. Avec le père Noë, pas toujours un modèle de tempérance, et son histoire d’arche, c’est le symbole du sauvetage in extremis de toute l’espèce animale du plus grand désastre écologique terrestre imaginable qui est en cause. Un raté magistral de l’évolution de la création pourrait-on dire. Alors avec une toute petite labiale (ailée?) en plus, nous voici regardant du côté de la lumière avec la célébration de Noël. L’histoire ainsi racontée n’ est peut-être pas très… catholique. 
À vous de juger si elle a un sens : Le soleil invaincu, notre LEM 995. www.exmed.org/archives16/circu995.html
F-M Michaut Continuer la lecture

Commentaires fermés sur De Noë à Noël

Seul au monde ?

Comme vous le savez, je suis médecin généraliste, c’est ma profession et les différents billets que j’ai publié jusqu’à ce jour montre à quel point je suis triste de l’évolution de l’exercice de la médecine. Mais à coté de cette profession que j’exerce toujours avec passion, je suis aussi un homme avec une vie privé. […] Continuer la lecture

Publié dans Divers, façon de vivre, philosophie, réflexion personnelle, Société | Commentaires fermés sur Seul au monde ?