Archives quotidiennes : 24 décembre 2016

Joyeux Noël !

Billet écrit en live le 24, vite, sans doute trop. Mais ce sont les risques du direct !

Vingt-quatre décembre. Midi.
L’heure de souffler un coup : deux vétos, une ASV, nous avons réussi à boucler la journée dans la matinée. Cet après-midi, on ferme. J’assure la garde du 24 et du 25 (et du 26 jusqu’à 9h00, d’ailleurs). Avant, nous ouvrions les après-midi du 24 et du 31, comme les autres jours. Mais il n’y a pas grand monde pour amener son chat à vacciner juste avant le réveillon, alors plutôt que de rester en faction en jouant au démineur, nous renvoyons tout le monde à la maison. Pas trop loin du téléphone, quand même. Un des vétos se colle à l’astreinte. Cette année, c’est moi. Sauf que… nous n’avons pas le temps de nous souhaiter un joyeux Noël que retentit la sonnerie du téléphone. Une chasseuse. Un chien de chasse. Un pneumothorax. Deuxième appel un instant plus tard : un chien, perte de connaissance en cours de chasse.

On reste.

On reste et on suture, enfin je suture pendant que Christine, l’ASV, ballonne. Une belle coupure entre deux côtes, loin sous l’épaule, il faut que je tranche dans la peau et dans les muscles pour accéder à la plaie thoracique. Il est arrivé avec une plaie de cinq centimètres, il repartira avec une suture de vingt-cinq. Enfin, s’il repart. Parce que la respiration, là, il serait de bon goût qu’elle redémarre. Je veux bien tolérer une apnée lorsque nous refermons la cage thoracique, après avoir rétabli un vide pleural, mais il ne faut pas non plus que ça dure trop longtemps. Oxygène à fond, on baisse les gaz anesthésiques. J’ai le stétho sur son cœur, de l’autre main je retourne une babine pour surveiller la couleur des muqueuses. Ça va. Mais il ne respire pas. Et puis, je n’entends pas le cœur quand je pose mon stéthoscope sur sa paroi thoracique supérieure, celle qui n’est pas posée sur la table : il y a trop d’air entre son cœur, ses poumons et les côtes. Le vide pleural n’est vraiment pas assez vide. L’ASV continue à ballonner, je continue de surveiller le cœur et guide ma collègue qui a abandonné sa consultation pour poser un drain thoracique. Je compte les côtes à l’envers, prend mon repère, incise : un petit coup de scalpel. Elle perce, et pousse le drain. J’évite par tous les moyens de la gêner et surtout de toucher le drain, qui doit rester stérile. On pose le petit robinet et la valve, elle aspire, elle vide. Il restait pas loin d’un litre d’air entre les plèvres. Ça ne risquait pas de marcher…
Il ne respire toujours pas. J’écoute. Christine est en apnée. Elle ne ballonne plus. Nous attendons qu’il se remette spontanément à respirer.
Et c’est… vraiment… très long. La chasseuse, avec son pantalon kaki, ses grolles boueuses et son gilet de signalisation orange fluo, se ronge les ongles. Personne ne parle. Le cœur est toujours bon. Le chien est toujours rose. Il va respirer. Ils se remettent toujours à respirer.
Il respire.

Nous aussi.

Je n’ai plus qu’à finir la suture. A 13h30, nous avons achevé notre matinée. Je vais garder le chien jusqu’à demain, si tout va bien. Nous lui avons laissé son drain. Je vais aller manger. Et perdre mon après-midi devant un jeu vidéo entrecoupé de pauses emballage de cadeaux.

Vingt-quatre décembre. Quatorze heures quarante.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, bonjour, je voudrais un renseignement : vous castrez les ânes ?

Vingt-quatre décembre. Quinze heures quinze.
– Service de garde, bonjour ?
– Bonjour ! Je suis bien à la clinique vétérinaire ?
– Oui, mais c’est le service de garde.
– Vous êtes fermés ?
– Oui, sauf pour les urgences.
– Je m’en doutais. Vous avez bien raison. Et les croquettes attendront bien lundi. Joyeux Noël !

Vingt-quatre décembre. Seize heures trente.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, oui, la garde, le réveillon, j’oubliais. Désolée, je vous dérange pour rien, sans doute, mais dites, Tequila, vous savez, avec ses quatre hernies discales. Il a très mal, vous croyez que je peux lui refaire de la morphine et de la cortisone pour le réveillon ?
– Pour rien, dites-vous ?

Vingt-quatre décembre. Dix-sept heures dix.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, vous avez fermé ? C’est Nathalie, dites, Sylvain, j’ai une génisse à terme qui s’est mise à l’écart du troupeau ce matin, là elle s’énerve avec la queue, mais il ne se passe rien. J’ai peur d’un siège.
– Ou d’une torsion. J’arrive.

Finalement, il va bien falloir que j’abandonne mon jeu. Mais il fait beau, le soleil se couche sur les Pyrénées et les peint d’ors et de feu, sous une couche de nuages bloquée par les plus hauts sommets. Il n’y a pas de neige sur la première ligne de montagnes. Vert sombre les forêts, noirs les rochers, dorées les neiges et les glaces, mauves et gris acier les nuages. Il y aurait presque de quoi me consoler d’avoir abandonner mon clavier. Je roule une dizaine de minutes. La limousine m’attend accrochée à son cornadis. Elle a la vulve serrée des mauvais jours. Je parie sur une torsion. J’enfile ma chasuble de vêlage, passe mes gants oranges. Effarouchées, les jeunes bêtes qui ont réussi à éviter le cornadis partent en courant comme un vol de perdrix. Un grand coup de lubrifiant, j’essuie la merde sur la vulve avec le toupet de la queue, et tente de m’introduire dans son vagin. J’esquive les coups de pieds, l’éleveuse prend une corde. J’attends qu’elle lui fasse un licol et l’empêche d’assassiner un vétérinaire le soir de Noël. Et je reprends. Cette fois, je parviens à rentrer une main. Je bute sur l’hymen. Elle a été inséminée artificiellement : il est donc intact. J’inspire, et enfonce ma main d’un coup avec force et régularité. Elle ne bronche pas. J’ai du sang sur le gant. Quelle superbe soirée de Noël.
J’avance, le col est ouvert, mais pas effacé. Je sens un sabot. Un second. Un petit nez, bien à l’abri dans la poche des eaux. Je pince entre deux onglons. Le veau retire sa patte. Je pose ma main sur sa tête, fait le tour du bassin de sa mère. Il passera. Elle n’est pas prête. Peut-être y avait-il une petite torsion utérine que la jeune vache a résolue spontanément, retardant simplement le vêlage ? Je décide de dilater la vulve, le vestibule et l’entrée du vagin. Le point d’attache de l’hymen dessine un anneau très serré, qui risque de gêner le passage du veau. Une main, une seconde main, j’entre et ressort, écarte les poignets. Ça va être long.

Ça tombe bien, je n’ai pas fait la visite sanitaire 2016 de Nathalie. Alors…
– Vous savez ce que c’est, l’antibiorésistance ?
Haussement d’épaules de l’éleveuse qui tient toujours sa vache et sa corde, tout en lui caressant le mufle.
– Bon, ben c’est quand un antibio qui devrait marcher ne marche pas. Le bon antibiotique pour la bonne bactérie au bon endroit, mais elle résiste. C’est un gros souci en médecine humaine et vétérinaire, alors on doit vous parler de ça, cette année.
Ces visites sanitaires annuelles oscillent entre spectacle comique et contrôle scolaire. Chaque année un thème, en général pas idiot, et il faut y faire passer tous les éleveurs. Qui n’apprécient pas des masses, en général, alors on fait passer ça en discutant au lieu de lire les questions et cocher les cases en hochant la tête d’un air entendu.
– L’idée, je simplifie : vous faites un antibiotique à une vache. Ou un chien. Ou à vous. Certaines bactéries vont survivre, surtout si vous sous-dosez, ou si vous ne traitez pas assez longtemps. Ce seront les plus résistantes. Vous avez entendu parler du staphylocoque doré à l’hôpital ? C’est ce genre de mécanisme qui en a fait la terreur des patients hospitalisés. On réduit les risques en respectant les ordonnances et en évitant l’auto-médication à tort et à travers. Attendez, j’avance mon bras un peu plus profondément dans le vagin. Mmffff. Bon.
Nathalie soupire.
– Les bactéries, ça peut être les mauvaises, celles de la maladie. Mais aussi les bonnes. Celles des intestins. En plus, elles communiquent et se refilent les résistances. Elle se dilate bien, la cocotte. Étonnant pour une première. Bref. Vous utilisez des antibiotiques pour quoi, vous ?
– Vous le savez bien.
– Oui, mais je dois cocher les cases dans ma tête.
– Des panaris, et puis les nombrils des veaux.
– Oui, vous en utilisez très peu. Et vous n’utilisez pas les antibiotiques « critiques ». Ceux de dernier recours en médecine humaine comme vétérinaire. Ceux-là, nous ne pouvons plus vous les vendre, mais nous pouvons toujours les utiliser sous certaines conditions. Pour les préserver. Ce qui ne change rien pour vous ni pour moi, nous bossions déjà comme ça. On fait juste plus de papiers, et on nous rajoute des couches d’emmerdes pour nous récompenser de nos efforts.
– Ah ça !
– Bon, et la question suivante, c’est pour savoir si vous pourriez utiliser moins d’antibiotiques.
– Ben non.
– Ben non, vous en utilisez déjà très peu.

Et le téléphone sonne. Au fond de ma poche. Sous ma chasuble. J’enlève un gant, soulève le plastique, farfouille et saisit le samsung solid.

– Service de garde, bonsoir ?
– Fabienne ?
– Ah non, c’est Sylvain.
– Vous avez fermé ?
– Oui.
– Mais comment je fais ma blague, moi ? Je voulais faire croire à Fabienne que j’avais un gros problème sur mes vaches !
– Elle est rentrée chez elle, Fabienne.
– Ah merde. Bon. Ben joyeux Noël ! Vous faites quoi ?
– Je réponds au téléphone avec un bras dans le vagin d’une vache.
– Au moins, vous avez une main au chaud !
– …
– …
– Oui.
– Joyeux Noël !
– Vous aussi !
– …
– Vous fermez aussi le 31 après-midi ?
– Oui.
– Bon ben je rappellerai le matin, alors !
– OK.
– Et allez-y doucement avec ce vagin, c’est Noël quand même !
– Oui, je raccroche, ok ?

– Bon. Je crois qu’on va lui foutre la paix, à cette cocotte. J’ai bien dilaté l’entrée, mais le col n’est pas effacé. On ne va pas tirer, on risquerait de tout déchirer. Je suis désolé, j’aurais préféré vous libérer pour votre réveillon, mais on ne va faire que des conneries, si j’insiste. Rappelez-moi si elle ne vêle pas seule. Mais le veau est adapté au bassin, j’ai distendu le ligament, elle est un peu dilatée, elle a monté le veau pendant que nous discutions . Ça devrait le faire. Ah et je vais remplir le papier et vous le laisser, parce qu’on n’a que ça à faire un 24 décembre à 18h00.

Vingt-quatre décembre. Dix-huit heures dix.
– Service de garde, bonsoir ?
– Olivier ?

Dans sa voix, il y a la casquette d’un noir usé. Le pantalon bleu maculé de cambouis et de suint de brebis. La moustache en bataille et la cigarette roulée, à l’agonie au coin de sa bouche, mâchée et remâchée, éteinte et rallumée depuis des heures. Laurent Ginet. Sourd comme un pot. L’accent local incarné.

– Non, c’est Sylvain.
– Ah, Olivier, vous avez soigné Grincheux, c’est Laurent Ginet, dites, j’ai plus de croquettes, je peux venir en chercher ?
– Non, on est fermé, M. Ginet. Je n’assure que les urgences.

Je parle fort, j’articule fort, en insistant fort sur les accents. Ma famille adore m’entendre parler comme ça. Il paraît que j’ai plusieurs voix, qu’elles changent selon les clients.

– Ah c’est bien, je fais vite, alors ! Je ne veux pas vous déranger un soir de Noël ! Je croyais que vous seriez fermés !
– Mais on est fermés ! Donnez-lui du foie gras !
– J’arrive tout de suite !
– M. Ginet ! Du foie gras !

Il ne m’entendait pas, mais là, il ne m’écoute plus.

– Rhah, comment on éteint ce machin. Michelle, j’arrive pas à l’éteindre !
– Il va raccrocher, Laurent, ça coupera. Fais vite, pour ne pas déranger le docteur !

Il est dans l’entrée de sa vieille ferme. Elle est dans la cuisine. Et moi, je vais aller à la clinique. De toute façon, il faut que je gère les hospitalisés. Notamment mon pneumothorax. Il habite à 3 kilomètres, il sera vite là. Ou dans une demi-heure environ. S’il a encore perdu ses clefs. Deux fois, il est venu en tracteur, la première « parce qu’il était pressé », la seconde « parce que les gendarmes avaient suspendu son permis, mais que pour le tracteur, il n’y a pas besoin de permis ».

J’ai le temps de doser la glycémie du chat diabétique, de sortir un chien à piroplasmose qui va manifestement beaucoup mieux, puis de vérifier le drain du chien de chasse. D’errer un peu sur Twitter. De vérifier la commande de médicaments. Si ça continue, je vais me mettre au démineur.

M. Ginet entre dans la clinique obscure, avec sa casquette, son pantalon de velours, ses bottes, sa moustache et son mégot.

– Aahh, mais c’est le docteur Sylvain ? J’ai eu Olivier au téléphone, je suis M. Ginet, vous avez soigné Grincheux. Je lui ai dit que je venais chercher les croquettes. Des Félines Youne adulte. Femelle. Un sac de 2,5kg.
– Bonsoir M. Ginet. C’est 1,5kg ou 4,5kg. D’habitude vous prenez 1,5kg.
– 1,5kg, très bien ! Joyeux Noël ! Et merci de m’avoir attendu, vous auriez pu ne faire que les urgences !

Je ne suis pas si convaincu qu’il soit si sourd que ça.

Continuer la lecture

Publié dans Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Joyeux Noël !

Joyeux Noël !

Billet écrit en live le 24, vite, sans doute trop. Mais ce sont les risques du direct !

Vingt-quatre décembre. Midi.
L’heure de souffler un coup : deux vétos, une ASV, nous avons réussi à boucler la journée dans la matinée. Cet après-midi, on ferme. J’assure la garde du 24 et du 25 (et du 26 jusqu’à 9h00, d’ailleurs). Avant, nous ouvrions les après-midi du 24 et du 31, comme les autres jours. Mais il n’y a pas grand monde pour amener son chat à vacciner juste avant le réveillon, alors plutôt que de rester en faction en jouant au démineur, nous renvoyons tout le monde à la maison. Pas trop loin du téléphone, quand même. Un des vétos se colle à l’astreinte. Cette année, c’est moi. Sauf que… nous n’avons pas le temps de nous souhaiter un joyeux Noël que retentit la sonnerie du téléphone. Une chasseuse. Un chien de chasse. Un pneumothorax. Deuxième appel un instant plus tard : un chien, perte de connaissance en cours de chasse.

On reste.

On reste et on suture, enfin je suture pendant que Christine, l’ASV, ballonne. Une belle coupure entre deux côtes, loin sous l’épaule, il faut que je tranche dans la peau et dans les muscles pour accéder à la plaie thoracique. Il est arrivé avec une plaie de cinq centimètres, il repartira avec une suture de vingt-cinq. Enfin, s’il repart. Parce que la respiration, là, il serait de bon goût qu’elle redémarre. Je veux bien tolérer une apnée lorsque nous refermons la cage thoracique, après avoir rétabli un vide pleural, mais il ne faut pas non plus que ça dure trop longtemps. Oxygène à fond, on baisse les gaz anesthésiques. J’ai le stétho sur son cœur, de l’autre main je retourne une babine pour surveiller la couleur des muqueuses. Ça va. Mais il ne respire pas. Et puis, je n’entends pas le cœur quand je pose mon stéthoscope sur sa paroi thoracique supérieure, celle qui n’est pas posée sur la table : il y a trop d’air entre son cœur, ses poumons et les côtes. Le vide pleural n’est vraiment pas assez vide. L’ASV continue à ballonner, je continue de surveiller le cœur et guide ma collègue qui a abandonné sa consultation pour poser un drain thoracique. Je compte les côtes à l’envers, prend mon repère, incise : un petit coup de scalpel. Elle perce, et pousse le drain. J’évite par tous les moyens de la gêner et surtout de toucher le drain, qui doit rester stérile. On pose le petit robinet et la valve, elle aspire, elle vide. Il restait pas loin d’un litre d’air entre les plèvres. Ça ne risquait pas de marcher…
Il ne respire toujours pas. J’écoute. Christine est en apnée. Elle ne ballonne plus. Nous attendons qu’il se remette spontanément à respirer.
Et c’est… vraiment… très long. La chasseuse, avec son pantalon kaki, ses grolles boueuses et son gilet de signalisation orange fluo, se ronge les ongles. Personne ne parle. Le cœur est toujours bon. Le chien est toujours rose. Il va respirer. Ils se remettent toujours à respirer.
Il respire.

Nous aussi.

Je n’ai plus qu’à finir la suture. A 13h30, nous avons achevé notre matinée. Je vais garder le chien jusqu’à demain, si tout va bien. Nous lui avons laissé son drain. Je vais aller manger. Et perdre mon après-midi devant un jeu vidéo entrecoupé de pauses emballage de cadeaux.

Vingt-quatre décembre. Quatorze heures quarante.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, bonjour, je voudrais un renseignement : vous castrez les ânes ?

Vingt-quatre décembre. Quinze heures quinze.
– Service de garde, bonjour ?
– Bonjour ! Je suis bien à la clinique vétérinaire ?
– Oui, mais c’est le service de garde.
– Vous êtes fermés ?
– Oui, sauf pour les urgences.
– Je m’en doutais. Vous avez bien raison. Et les croquettes attendront bien lundi. Joyeux Noël !

Vingt-quatre décembre. Seize heures trente.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, oui, la garde, le réveillon, j’oubliais. Désolée, je vous dérange pour rien, sans doute, mais dites, Tequila, vous savez, avec ses quatre hernies discales. Il a très mal, vous croyez que je peux lui refaire de la morphine et de la cortisone pour le réveillon ?
– Pour rien, dites-vous ?

Vingt-quatre décembre. Dix-sept heures dix.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, vous avez fermé ? C’est Nathalie, dites, Sylvain, j’ai une génisse à terme qui s’est mise à l’écart du troupeau ce matin, là elle s’énerve avec la queue, mais il ne se passe rien. J’ai peur d’un siège.
– Ou d’une torsion. J’arrive.

Finalement, il va bien falloir que j’abandonne mon jeu. Mais il fait beau, le soleil se couche sur les Pyrénées et les peint d’ors et de feu, sous une couche de nuages bloquée par les plus hauts sommets. Il n’y a pas de neige sur la première ligne de montagnes. Vert sombre les forêts, noirs les rochers, dorées les neiges et les glaces, mauves et gris acier les nuages. Il y aurait presque de quoi me consoler d’avoir abandonner mon clavier. Je roule une dizaine de minutes. La limousine m’attend accrochée à son cornadis. Elle a la vulve serrée des mauvais jours. Je parie sur une torsion. J’enfile ma chasuble de vêlage, passe mes gants oranges. Effarouchées, les jeunes bêtes qui ont réussi à éviter le cornadis partent en courant comme un vol de perdrix. Un grand coup de lubrifiant, j’essuie la merde sur la vulve avec le toupet de la queue, et tente de m’introduire dans son vagin. J’esquive les coups de pieds, l’éleveuse prend une corde. J’attends qu’elle lui fasse un licol et l’empêche d’assassiner un vétérinaire le soir de Noël. Et je reprends. Cette fois, je parviens à rentrer une main. Je bute sur l’hymen. Elle a été inséminée artificiellement : il est donc intact. J’inspire, et enfonce ma main d’un coup avec force et régularité. Elle ne bronche pas. J’ai du sang sur le gant. Quelle superbe soirée de Noël.
J’avance, le col est ouvert, mais pas effacé. Je sens un sabot. Un second. Un petit nez, bien à l’abri dans la poche des eaux. Je pince entre deux onglons. Le veau retire sa patte. Je pose ma main sur sa tête, fait le tour du bassin de sa mère. Il passera. Elle n’est pas prête. Peut-être y avait-il une petite torsion utérine que la jeune vache a résolue spontanément, retardant simplement le vêlage ? Je décide de dilater la vulve, le vestibule et l’entrée du vagin. Le point d’attache de l’hymen dessine un anneau très serré, qui risque de gêner le passage du veau. Une main, une seconde main, j’entre et ressort, écarte les poignets. Ça va être long.

Ça tombe bien, je n’ai pas fait la visite sanitaire 2016 de Nathalie. Alors…
– Vous savez ce que c’est, l’antibiorésistance ?
Haussement d’épaules de l’éleveuse qui tient toujours sa vache et sa corde, tout en lui caressant le mufle.
– Bon, ben c’est quand un antibio qui devrait marcher ne marche pas. Le bon antibiotique pour la bonne bactérie au bon endroit, mais elle résiste. C’est un gros souci en médecine humaine et vétérinaire, alors on doit vous parler de ça, cette année.
Ces visites sanitaires annuelles oscillent entre spectacle comique et contrôle scolaire. Chaque année un thème, en général pas idiot, et il faut y faire passer tous les éleveurs. Qui n’apprécient pas des masses, en général, alors on fait passer ça en discutant au lieu de lire les questions et cocher les cases en hochant la tête d’un air entendu.
– L’idée, je simplifie : vous faites un antibiotique à une vache. Ou un chien. Ou à vous. Certaines bactéries vont survivre, surtout si vous sous-dosez, ou si vous ne traitez pas assez longtemps. Ce seront les plus résistantes. Vous avez entendu parler du staphylocoque doré à l’hôpital ? C’est ce genre de mécanisme qui en a fait la terreur des patients hospitalisés. On réduit les risques en respectant les ordonnances et en évitant l’auto-médication à tort et à travers. Attendez, j’avance mon bras un peu plus profondément dans le vagin. Mmffff. Bon.
Nathalie soupire.
– Les bactéries, ça peut être les mauvaises, celles de la maladie. Mais aussi les bonnes. Celles des intestins. En plus, elles communiquent et se refilent les résistances. Elle se dilate bien, la cocotte. Étonnant pour une première. Bref. Vous utilisez des antibiotiques pour quoi, vous ?
– Vous le savez bien.
– Oui, mais je dois cocher les cases dans ma tête.
– Des panaris, et puis les nombrils des veaux.
– Oui, vous en utilisez très peu. Et vous n’utilisez pas les antibiotiques « critiques ». Ceux de dernier recours en médecine humaine comme vétérinaire. Ceux-là, nous ne pouvons plus vous les vendre, mais nous pouvons toujours les utiliser sous certaines conditions. Pour les préserver. Ce qui ne change rien pour vous ni pour moi, nous bossions déjà comme ça. On fait juste plus de papiers, et on nous rajoute des couches d’emmerdes pour nous récompenser de nos efforts.
– Ah ça !
– Bon, et la question suivante, c’est pour savoir si vous pourriez utiliser moins d’antibiotiques.
– Ben non.
– Ben non, vous en utilisez déjà très peu.

Et le téléphone sonne. Au fond de ma poche. Sous ma chasuble. J’enlève un gant, soulève le plastique, farfouille et saisit le samsung solid.

– Service de garde, bonsoir ?
– Fabienne ?
– Ah non, c’est Sylvain.
– Vous avez fermé ?
– Oui.
– Mais comment je fais ma blague, moi ? Je voulais faire croire à Fabienne que j’avais un gros problème sur mes vaches !
– Elle est rentrée chez elle, Fabienne.
– Ah merde. Bon. Ben joyeux Noël ! Vous faites quoi ?
– Je réponds au téléphone avec un bras dans le vagin d’une vache.
– Au moins, vous avez une main au chaud !
– …
– …
– Oui.
– Joyeux Noël !
– Vous aussi !
– …
– Vous fermez aussi le 31 après-midi ?
– Oui.
– Bon ben je rappellerai le matin, alors !
– OK.
– Et allez-y doucement avec ce vagin, c’est Noël quand même !
– Oui, je raccroche, ok ?

– Bon. Je crois qu’on va lui foutre la paix, à cette cocotte. J’ai bien dilaté l’entrée, mais le col n’est pas effacé. On ne va pas tirer, on risquerait de tout déchirer. Je suis désolé, j’aurais préféré vous libérer pour votre réveillon, mais on ne va faire que des conneries, si j’insiste. Rappelez-moi si elle ne vêle pas seule. Mais le veau est adapté au bassin, j’ai distendu le ligament, elle est un peu dilatée, elle a monté le veau pendant que nous discutions . Ça devrait le faire. Ah et je vais remplir le papier et vous le laisser, parce qu’on n’a que ça à faire un 24 décembre à 18h00.

Vingt-quatre décembre. Dix-huit heures dix.
– Service de garde, bonsoir ?
– Olivier ?

Dans sa voix, il y a la casquette d’un noir usé. Le pantalon bleu maculé de cambouis et de suint de brebis. La moustache en bataille et la cigarette roulée, à l’agonie au coin de sa bouche, mâchée et remâchée, éteinte et rallumée depuis des heures. Laurent Ginet. Sourd comme un pot. L’accent local incarné.

– Non, c’est Sylvain.
– Ah, Olivier, vous avez soigné Grincheux, c’est Laurent Ginet, dites, j’ai plus de croquettes, je peux venir en chercher ?
– Non, on est fermé, M. Ginet. Je n’assure que les urgences.

Je parle fort, j’articule fort, en insistant fort sur les accents. Ma famille adore m’entendre parler comme ça. Il paraît que j’ai plusieurs voix, qu’elles changent selon les clients.

– Ah c’est bien, je fais vite, alors ! Je ne veux pas vous déranger un soir de Noël ! Je croyais que vous seriez fermés !
– Mais on est fermés ! Donnez-lui du foie gras !
– J’arrive tout de suite !
– M. Ginet ! Du foie gras !

Il ne m’entendait pas, mais là, il ne m’écoute plus.

– Rhah, comment on éteint ce machin. Michelle, j’arrive pas à l’éteindre !
– Il va raccrocher, Laurent, ça coupera. Fais vite, pour ne pas déranger le docteur !

Il est dans l’entrée de sa vieille ferme. Elle est dans la cuisine. Et moi, je vais aller à la clinique. De toute façon, il faut que je gère les hospitalisés. Notamment mon pneumothorax. Il habite à 3 kilomètres, il sera vite là. Ou dans une demi-heure environ. S’il a encore perdu ses clefs. Deux fois, il est venu en tracteur, la première « parce qu’il était pressé », la seconde « parce que les gendarmes avaient suspendu son permis, mais que pour le tracteur, il n’y a pas besoin de permis ».

J’ai le temps de doser la glycémie du chat diabétique, de sortir un chien à piroplasmose qui va manifestement beaucoup mieux, puis de vérifier le drain du chien de chasse. D’errer un peu sur Twitter. De vérifier la commande de médicaments. Si ça continue, je vais me mettre au démineur.

M. Ginet entre dans la clinique obscure, avec sa casquette, son pantalon de velours, ses bottes, sa moustache et son mégot.

– Aahh, mais c’est le docteur Sylvain ? J’ai eu Olivier au téléphone, je suis M. Ginet, vous avez soigné Grincheux. Je lui ai dit que je venais chercher les croquettes. Des Félines Youne adulte. Femelle. Un sac de 2,5kg.
– Bonsoir M. Ginet. C’est 1,5kg ou 4,5kg. D’habitude vous prenez 1,5kg.
– 1,5kg, très bien ! Joyeux Noël ! Et merci de m’avoir attendu, vous auriez pu ne faire que les urgences !

Je ne suis pas si convaincu qu’il soit si sourd que ça.

Continuer la lecture

Publié dans Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Joyeux Noël !

Joyeux Noël !

Vingt-quatre décembre. Midi.
L’heure de souffler un coup : deux vétos, une ASV, nous avons réussi à boucler la journée dans la matinée. Cet après-midi, on ferme. J’assure la garde du 24 et du 25 (et du 26 jusqu’à 9h00, d’ailleurs, mais bon). Avant, nous ouvrions les après-midi du 24 et du 31, comme les autres jours. Mais il n’y a pas grand monde qui amène son chat à vacciner juste avant le réveillon, alors plutôt que de rester en faction en jouant au démineur, nous renvoyons tout le monde à la maison. Pas trop loin du téléphone, quand même. Et puis, un des vétos se colle à l’astreinte. Cette année, c’est moi. Sauf que… nous n’avons pas le temps de nous souhaiter un joyeux Noël que retentit la sonnerie du téléphone. Une chasseuse. Un chien de chasse. Un pneumothorax. Deuxième appel un instant plus tard : un chien, perte de connaissance en cours de chasse.

On reste.

On reste et on suture, enfin je suture pendant que Christine, l’ASV, ballonne. Une belle coupure entre deux côtes, loin sous l’épaule, il faut que je tranche dans la peau et dans les muscles pour accéder à la plaie thoracique. Il est arrivé avec une plaie de cinq centimètres, il repartira avec une suture de vingt-cinq. Enfin, s’il repart. Parce que la respiration, là, il serait de bon goût qu’elle reparte. Je veux bien tolérer une apnée lorsque nous refermons la cage thoracique, après avoir rétablit un vide pleural, mais il ne faut pas non plus que ça dure trop longtemps. Oxygène à fond, on baisse les gaz anesthésiques. J’ai le stétho sur son cœur, d’un geste je retourne une babine pour surveiller la couleur des muqueuses. Ça va. Mai sil ne respire pas. Et puis, je n’entends pas le cœur quand je pose mon stéthoscope sur sa paroi thoracique supérieure, celle qui n’est pas posée sur la table : il y a trop d’air entre son sœur, ses poumons et les côtes. Vide pleural foireux. L’ASV continue à ballonner, je continue à monitorer, je guide ma collègue qui a abandonné sa consultation pour poser un drain thoracique. Je compte les côtes à l’envers, prend mon repère, incise, un petit coup de scalpel. Elle perce, et pousse le drain. J’évite par tous les moyens de la gêner et surtout de toucher le drain, qui doit rester stérile. On pose le petit robinet et la valve, elle aspire, elle vide. Il restait pas loin d’un litre d’air entre les plèvres. Ça ne risquait pas de marcher.
Il ne respire toujours pas. J’écoute. Christine est en apnée. Elle ne ballonne plus. Nous attendons qu’il se remette spontanément à respirer.
Et c’est… vraiment… très long. La chasseuse, avec son pantalon kaki, ses grolles boueuses et son gilet de signalisation orange fluo, se ronge les ongles. Personne ne parle. Le cœur est toujours bon. Le chien est toujours rose. Il va respirer. Ils se remettent toujours à respirer.
Il respire.

Nous aussi.

Je n’ai plus qu’à finir la suture. A 13h30, nous avons achevé notre matinée. Je vais garder le chien jusqu’à demain, si tout va bien. Nous lui avons laissé son drain. Je vais aller manger. Et perdre mon après-midi devant un jeu vidéo entrecoupé de pauses emballage de cadeaux.

Vingt-quatre décembre. Quatorze heures quarante.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, bonjour, je voudrais un renseignement : vous castrez les ânes ?

Vingt-quatre décembre. Quinze heures quinze.
– Service de garde, bonjour ?
– Bonjour ! Je suis bien à la clinique vétérinaire ?
– Oui, mais c’est le service de garde.
– Vous êtes fermés ?
– Oui, sauf pour les urgences.
– Je m’en doutais. Vous avez bien raison. Et les croquettes attendront bien lundi. Joyeux Noël !

Vingt-quatre décembre. Seize heures trente.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, oui, la garde, le réveillon, j’oubliais. Désolée, je vous dérange pour rien, sans doute, mais dites, Tequila, vous savez, avec ses quatre hernies discales. Il a très mal, vous croyez que je peux lui refaire de la morphine et de la cortisone pour le réveillon ?
– Oooh oui.

Vingt-quatre décembre. Dix-sept heures dix.
– Service de garde, bonjour ?
– Ah, vous avez fermé ? C’est Nathalie, dites, Sylvain, j’ai une génisse à terme qui s’est mise à l’écart du troupeau ce matin, là elle s’énerve avec la queue, mais il ne se passe rien. J’ai peur d’un siège.
– Ou d’une torsion. J’arrive.

Finalement, il va bien falloir que j’abandonne mon jeu. Mais il fait beau, le soleil se couche sur les Pyrénées et les peint d’ors et de feu, sous une couche de nuages bloquée par les plus hauts sommets. Il n’y a pas de neige sur la première ligne de montagnes. Vert sombre les forêts, noirs les rochers, dorées les neiges et les glaces, mauves et gris acier les nuages. Il y aurait presque de quoi me consoler d’avoir abandonner mon clavier. Je roule une dizaine de minutes. La limousine m’attend accrochée à son cornadis. Elle a la vulve serrée des mauvais jours. Je parie sur une torsion. J’enfile ma chasuble de vêlage, passe mes gants oranges. Effarouchées, les jeunes bêtes qui ont réussi à éviter le cornadis partent en courant comme un vol de perdrix. Un grand coup de lubrifiant, j’essuie la merde sur la vulve avec le toupet de la queue, et tente de m’introduire dans son vagin. J’esquive les coups de pieds, l’éleveuse prend une corde. J’attends qu’elle lui fasse un licol et l’empêche d’assassiner un vétérinaire le soir de Noël. Et je reprends. Cette fois, je parviens à rentrer une main. Je bute sur l’hymen. Elle a été insémination artificiellement : il est donc intact. J’inspire, et enfonce ma main d’un coup avec force et régularité. Elle ne bronche pas. J’ai du sang sur le gant. Quelle superbe soirée de Noël.
J’avance, le col est ouvert, mais pas effacé. Je sens un sabot. Un second. Un petit nez, bien à l’abri dans la poche des eaux. Je pince entre deux onglons. Le veau retire sa patte. Je pose ma main sur sa tête, fait le tour du bassin de sa mère. Il passera. Elle n’est pas prête. Peut-être y avait-il une petite torsion utérine que la jeune vache a résolue spontanément, retardant simplement le vêlage ? Je décide de dilater la vulve, le vestibule et l’entrée du vagin. Le point d’attache de l’hymen dessine un anneau très serré, qui risque de gêner le passage du veau. Une main, une seconde main, j’entre et ressort, écarte les poignets. Ça va être long.

Ça tombe bien, je n’ai pas fait la visite sanitaire 2016 de Nathalie. Alors…
– Vous savez ce que c’est, l’antibiorésistance ?
Haussement d’épaules de l’éleveuse qui tient toujours sa vache et sa corde, tout en lui caressant le mufle.
– Bon, ben c’est quand un antibio qui devrait marcher ne marche pas. Le bon antibiotique pour la bonne bactérie au bon endroit, mais elle résiste. C’est un gros souci en médecine humaine et vétérinaire, alors on doit vous parler de ça, cette année.
Ces visites sanitaires, chaque année, ça oscille entre le spectacle comique et le contrôle scolaire. Chaque année un thème, en général pas idiot, et il faut y faire passer tous les éleveurs. Qui n’apprécient pas des masses, en général, alors on fait passer ça en discutant au lieu de lire les questions et cocher les cases en hochant la tête d’un air entendu.
– L’idée, je simplifie : vous faites un antibiotique à une vache. Ou un chien. Ou à vous. Certaines bactéries vont survivre, surtout si vous sous-dosez, ou si vous ne traitez pas assez longtemps. Ce seront les plus résistantes. Vous avez entendu parler du staphylocoque doré à l’hôpital ? C’est ce genre de mécanisme qui en a fait la terreur des patients hospitalisés. On réduit les risques en respectant les ordonnances et en évitant l’auto-médication à tort et à travers. Attendez, j’avance mon bras un peu plus profondément dans le vagin. Mmffff. Bon.
Nathalie soupire.
– Les bactéries, ça peut être les mauvaises, celles de la maladie. Mais aussi les bonnes. Celles des intestins. En plus, elles communiquent et se refilent les résistances. Elle se dilate bien, la cocotte. Étonnant pour une première. Bref. Vous utilisez des antibiotiques pour quoi, vous ?
– Vous le savez bien.
– Oui, mais je dois cocher les cases dans ma tête.
– Des panaris, et puis les nombrils des veaux.
– Oui, vous en utilisez très peu. Et vous n’utilisez pas les antibiotiques « critiques ». Ceux de dernier recours en médecine humaine comme vétérinaire. Ceux-là, nous ne pouvons plus vous les vendre, mais nous pouvons toujours les utiliser sous certaines conditions. Pour les préserver. Ce qui ne change rien pour vous ni pour moi, nous bossions déjà comme ça. On fait juste plus de papiers, et on nous rajoute des couches d’emmerdes pour nous récompenser de nos efforts.
– Ah ça !
– Bon, et la question suivante, c’est pour savoir si vous pourriez utiliser moins d’antibiotiques.
– Ben non.
– Ben non, vous en utilisez déjà très peu.

Et le téléphone sonne. Au fond de ma poche. Sous ma chasuble. J’enlève un gant, soulève le plastique, farfouille et saisit le samsung solid.

– Service de garde, bonsoir ?
– Fabienne ?
– Ah non, c’est Sylvain.
– Vous avez fermé ?
– Oui.
– Mais comment je fais ma blague, moi ? Je voulais faire croire à Fabienne que j’avais un gros problème sur mes vaches !
– Elle est rentrée chez elle, Fabienne.
– Ah merde. Bon. Ben joyeux Noël ! Vous faites quoi ?
– Je réponds au téléphone avec un bras dans le vagin d’une vache.
– Ah ben au moins vous avez une main au chaud !
– …
– …
– Oui.
– Joyeux Noël !
– Vous aussi !
– …
– Vous fermez aussi le 31 après-midi ?
– Oui.
– Bon ben je rappellerai le matin, alors !
– OK.
– Et allez-y doucement avec ce vagin, c’est Noël quand même !
– Oui, je raccroche, ok ?

– Bon. Je crois qu’on va lui foutre la paix, à cette cocotte. J’ai bien dilaté l’entrée, mais le col n’est pas effacé. On ne va pas tirer, on risquerait de tout déchirer. Je suis désolé, j’aurais préféré vous libérer pour votre réveillon, mais on ne va faire que des conneries, si j’insiste. Rappelez-moi si elle ne vêle pas seule. Mais le veau est adapté au bassin, j’ai distendu le ligament, elle est un peu dilatée, elle a monté le veau pendant que nous discutions . Ça devrait le faire. Ah et je vais remplir le papier et vous le laisser, parce qu’on n’a que ça à faire un 24 décembre à 18h00.

Vingt-quatre décembre. Dix-huit heures dix.
– Service de garde, bonsoir ?
– Olivier ?

Dans sa voix, il y a la casquette d’un noir usé. Le pantalon bleu maculé de cambouis et de suint de brebis. La moustache en bataille et la cigarette roulée, à l’agonie au coin de sa bouche, mâchée et remâchée, éteinte et rallumée depuis des heures. Laurent Ginet. Sourd comme un peau. L’accent local incarné.

– Non, c’est Sylvain.
– Ah, Olivier, vous avez soigné Grincheux, c’est Laurent Ginet, dites, j’ai plus de croquettes, je peux venir en chercher ?
– Non, on est fermé, M. Ginet. Je n’assure que les urgences.

Je parle fort, j’articule fort, en insistant fort sur les accents. Ma famille adore m’entendre parler comme ça. Il paraît que j’ai plusieurs voix, qu’elles changent selon les clients.

– Ah c’est bien, je fais vite, alors ! Je ne veux pas vous déranger un soir de Noël ! Je croyais que vous seriez fermés !
– Mais on est fermés ! Donnez-lui du foie gras !
– J’arrive tout de suite !
– M. Ginet ! Du foie gras !

Il ne m’entendait pas, mais là, il ne m’écoute plus.

– Rhah, comment on éteint ce machin. Michelle, j’arrive pas à l’éteindre !
– Il va raccrocher, Laurent, ça coupera. Fais vite, pour ne pas déranger le docteur !

Il est dans l’entrée de sa vieille ferme. Elle est dans la cuisine. Et mois, je vais aller à la clinique. De toute façon, il faut que je gère les hospitalisés. Notamment mon pneumothorax. Il habite à 3 kilomètres, il sera vite là. Ou dans une demi-heure environ. S’il a encore perdu ses clefs. Deux fois, il est venu en tracteur, la première « parce qu’il était pressé », la seconde « parce que les gendarmes avaient suspendu son permis, mais que pour le tracteur, il n’y a pas besoin de permis ».

J’ai le temps de doser la glycémie du chat diabétique, de sortir un chien à piroplasmose qui va manifestement beaucoup mieux, puis de vérifier le drain du chien de chasse. D’errer un peu sur Twitter. De vérifier la commande de médicaments. Si ça continue, je vais me mettre au démineur.

M. Ginet entre dans la clinique obscure, avec sa casquette, son pantalon de velours, ses bottes, sa moustache et son mégot.

– Aahh, mais c’est le docteur Sylvain ? J’ai eu Olivier au téléphone, je suis M. Ginet, vous avez soigné Grincheux. Je lui ai dit que je venais chercher les croquettes. Des Félines Youne adulte. Femelle. Un sac de 2,5kg.
– Bonsoir M. Ginet. C’est 1,5kg ou 4,5 kg. D’habitude vous prenez 1,5kg.
– 1,5kg, très bien ! Joyeux Noël ! Et merci de m’avoir attendu, vous auriez pu ne faire que les urgences !

Je ne suis pas si convaincu qu’il soit si sourd que ça.

C’est brut et peu relu, je mettrai à jour au fil de la garde ! Joyeux Noël

Continuer la lecture

Publié dans Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Joyeux Noël !

Noël 2016 : Nalscue®, spray nasal pour prévenir des morts par overdose. Pourquoi si tard ?

  Bonjour Pourquoi si tard ? L’affaire devait être réglée depuis (au moins) la fin juillet 1. Combien faudra-t-il pour que quelques responsables de cabinets ministériels  saisissent de quoi ils sont, très concrètement, responsables ? Ici : autoriser la possible mise à disposition d’un spray nasal pour prévenir les morts par overdoses aux opioïdes. Au final trente mois depuis […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, médecine, politique, Slate.fr, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Noël 2016 : Nalscue®, spray nasal pour prévenir des morts par overdose. Pourquoi si tard ?

La femme est l’avenir de la médecine

Il suffit de regarder le sexe ratio dans les amphithéâtres pour vérifier la véracité de ce titre. 60 à 70% de femmes sont sur les bancs des facultés de médecine. Certains voient dans la féminisation une déchéance de la profession. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans féminisation, femme, genre, homme, jama internal medicine, médecine, mortalité, Science | Commentaires fermés sur La femme est l’avenir de la médecine

Fragments de physiologie et d’éthologie pour ceux qui croient que le foie gras est une pathologie

  Bonjour Nous évoquions il y a peu la tribune d’un improbable collectif réuni par la détestation du foie gras de canard et, sans doute, d’oie : « Foie gras : Nagui et Marcela Iacub n’en veulent plus. Et ils réclament que nous n’en mangions pas ». Des précisions s’imposent 1. Elles nous sont apportées par le Pr. Gabriel […] Continuer la lecture

Publié dans alimentation, écologie, médecine, Polémique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Fragments de physiologie et d’éthologie pour ceux qui croient que le foie gras est une pathologie

Acétazolamide pour traiter une polyurie induite par le lithium

Une des causes fréquentes de diabète insipide néphrogénique (d’origine rénale) qui se traduit par une polyurie importante est le traitement au long cours par le lithium. Les médicaments proposés pour réduire la polyurie sont, paradoxalement du moins en apparence, des

Continuer la lecture

Publié dans pharmacovigilance | Commentaires fermés sur Acétazolamide pour traiter une polyurie induite par le lithium

Alpha 1-bloquants et élimination des calculs urétéraux

Une méta-analyse du BMJ datée du 1er décembre 2016 confirme que le traitement par les alpha1-bloqueurs adrénergiques de malades ayant des calculs urétéraux facilite et accélère l’élimination des calculs par voie urinaire, notamment les calculs de grande taille, et ceci

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Alpha 1-bloquants et élimination des calculs urétéraux

Tocilizumab, RoActemra*, et risque de perforation intestinale

 Le tocilizumab est utilisé en association avec le méthotrexate dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, voir le RCP du tocilizmab, RoActemra*.  Un article publié dans Arthritis and Rheumatology du 27 octobre 2016 montre que l’incidence de perforation intestinale  est environ 2

Continuer la lecture

Publié dans pharmacovigilance | Commentaires fermés sur Tocilizumab, RoActemra*, et risque de perforation intestinale

Empagliflozine, Jardiance, extension d’indication aux USA

Dans un communiqué daté du 2 décembre 2016, la FDA vient d’élargir les indications de l’empagliflozine, Jardiance*. La nouvelle indication est  la réduction du risque de mortalité d’origine cardiovasculaire chez les diabétiques de type 2.  La réduction de la mortalité d’origine cardiovasculaire

Continuer la lecture

Publié dans Nouveaux médicaments | Commentaires fermés sur Empagliflozine, Jardiance, extension d’indication aux USA

Une éncéphalopathie guérie par résection d’une tumeur ovarienne

J’ai l’habitude de parcourir les cas cliniques publiés dans le NEJM mais je ne les mentionne pas dans Pharmacorama qui est spécialisé dans le médicament et non dans le diagnostic  des maladies. Je fais exception à cette habitude en citant

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Une éncéphalopathie guérie par résection d’une tumeur ovarienne

Réduction du risque de fractures par un diurétique thiazidique, la chlorthalidone

Une étude clinique publiée dans le JAMA du 21 novembre 2016 confirme que la chlorthalidone, diurétique thiazidique, utilisée au long cours comme antihypertenseur tend à réduire l’incidence des fractures de la hanche et du bassin, comparativement à l’almodipine et au

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Réduction du risque de fractures par un diurétique thiazidique, la chlorthalidone

Lithium, un anticancéreux?

Selon une étude parue dans le British Journal of Psychiatry en novembre 2016, chez les malades traités par lithium pour troubles bipolaires le risque d’apparition d’un cancer serait réduit d’environ 25 %, ceci comparativement aux malades bipolaires traités par des anticomitiaux

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Lithium, un anticancéreux?

Oméga-3 et prévention des psychoses

Un article paru dans JAMA Psychiatry online, le 23 novembre 2016, a comparé chez des jeunes d’environ 19 ans présentant des manifestations évoquant un risque élevé de transition vers une psychose, un traitement à visée préventive à base d’acides gras

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Oméga-3 et prévention des psychoses

Acides gras saturés et risque d’accidents coronariens

Un étude publiée dans le BMJ du 23 novembre 2016, menée sur un très grand nombre de femmes et d’hommes, plus de 100 000, appartenant à des professions de santé, sur une durée de plus de 20 ans, montre qu’il y

Continuer la lecture

Publié dans diététique | Commentaires fermés sur Acides gras saturés et risque d’accidents coronariens

Pioglitazone et cancer de la vessie, rétrospective

Une étude rétrospective publiée dans le BMJ du 16 août 2016 n’a pas trouvé de lien entre le traitement par pioglitazone et l’incidence des cancers de la vessie, ce qui a été craint au départ. Je cite le résultat de

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Pioglitazone et cancer de la vessie, rétrospective

Pour aujourd’hui et pour demain

L’heure du marathon gastronomique a sonné. C’est le moment de faire le plein de lipides, de sel, et, si possible, de joie. C’est le temps des sapins colorés, des cadeaux par milliers, de quelques situations incongrues, aussi. Qui n’a jamais … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans 2016, 2017, Amis, bonheur, expérience, famille, Fête, Fêtes, Fin d'année, Joyeux Noël, Litthérapeute, Litthérapie, magie, Noël, personnel, Réflexion, Santé, soins, twitter, Vocation, voeux | Commentaires fermés sur Pour aujourd’hui et pour demain

Distribution de drogue : le Conseil d’Etat accepte finalement les paquets neutralisés vert olive

  Bonjour L’armée des pro-tabac a perdu une bataille. Les magistrats du Conseil d’Etat a débouté Japan Tobacco International, Philip Morris France, la très vieille Seita, British American Tobacco France, la société Republic Technologies France (sans oublier la Confédération nationale des buralistes de France). Tous demandaient au Conseil d’État l’annulation des quatre décrets et arrêtés […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, Le Parisien Aujourd'hui en France, lemondedutabac.com, médecine, Polémique, publicité, tabagisme | Commentaires fermés sur Distribution de drogue : le Conseil d’Etat accepte finalement les paquets neutralisés vert olive

Heureuse

  C’est la première fois qu’elle consulte une sage-femme. Après les premiers mots d’accueil, il est temps de créer son dossier. L’ordinateur impose ( si !)  de commencer par une banale fiche administrative. Nom, prénom, adresse… les touches du clavier cliquettent et les cases se remplissent. Arrive l’entrée « date de naissance » – « C’est bientôt, répond la […]

Cet article Heureuse est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATION, Rencontre | Commentaires fermés sur Heureuse

Ici Paris : le Directeur Général de la Santé parle aux citoyens vaccinés et à ceux qui ne le sont pas

  Bonjour Publier des communiqués de presse à l’approche de minuit, quand ils s’endorment, est une nouvelle technique: elle permet  de tenir les journalistes en éveil perpétuel. Depuis Paris la Direction Générale de la Santé s’y emploie. Il y avait eu, mi-novembre, celui de l’affaire (toujours pendante) des « trois morts du CHU de Nantes. Il […] Continuer la lecture

Publié dans épidémie, Infectiologie, médecine, Pneumologie, Virologie | Commentaires fermés sur Ici Paris : le Directeur Général de la Santé parle aux citoyens vaccinés et à ceux qui ne le sont pas