Archives quotidiennes : 16 septembre 2016

Live and let die

« Si tu penses un peu comme moi, alors dis: « Halte à tout ». Et maintenant, Papa, c’est quand qu’on va où? » (C’est quand qu’on va où ?,  Renaud)

Grande zébrette devait, il y a quelques jours, travailler sur un thème pour le lycée : 

« Quelle est la différence entre vivre et ne pas mourir ».

Vaste sujet…
Parce que vivre c’est profiter de la vie au jour le jour. C’est le Carpe Diem dont j’ai déjà parlé ici.
Ne pas mourir, c’est se mettre devant l’échéance de la fin inéluctable que nous connaîtrons toutes et tous. C’est donc organiser sa vie en fonction de cet événement ultime en cherchant à l’éviter par tous les moyens.

Donc ce chemin vers la mort, nous l’empruntons toutes et tous. Reste à savoir si on marche en souriant ou en ayant d’autant plus peur que le nombre de pas augmente, puisqu’on ne sait pas quand arrivera la fin.

« Il y a ceux qui prendraient un avion, d‘autres qui s’enfermeraient chez eux les yeux fermés. Toi, qu’est-ce que tu ferais ? Toi, qu’est-ce que tu ferais ? Il y en a qui voudrait revoir la mer, d‘autres qui voudraient encore faire l’amour une dernière fois. Toi, tu ferais quoi ? Et toi, tu ferais quoi ? » (Mourir demain, Pascal Obispo)

Mardi matin (l’empereur, sa femme et le petit Prince), visites à domicile. J’aime bien les visites à domicile, surtout quand j’ai le temps. Le temps d’écouter et de laisser parler les patients.
Pour certains patients âgés et isolés, ma visite à domicile constitue une sorte d’événement de la journée, « LA » chose qui change de la routine et le fait de socialement voir quelqu’un pour parler un peu et rompre la solitude.

Cette patiente est charmante. Toujours un sourire, toujours une parole gentille alors qu’elle n’a pas une vie facile. Mais elle ne se plaint pas.
Je l’écoute. Je la regarde. Elle semble contente de pouvoir me parler de ses petits enfants.
A tous ceux qui seraient tentés de se dire « Ah ben tranquille le doc là, il va chez les gens, il les écoute parler de la pluie et du beau temps, et c’est 33 euros, par ici la monnaie », j’aimerais juste dire qu’ils doivent réfléchir un peu. Quand une patiente parle de ses petits enfants comme elle le fait, elle parle de sa fierté, ça lui fait du bien. Elle me dit implicitement qu’elle n’est pas seule et que d’autres veillent sur elle, surtout ces derniers jours où il a fait si chaud. Cela me permet de voir et jauger son moral. 

Bref, je la regarde et elle sourit. En une fraction de seconde, une étincelle en moi fige cette image et me dit « Il faudra que tu t’en souviennes ».
M’en souvenir parce qu’un jour elle ne sera plus là. Parce qu’un jour son chemin s’arrêtera, parce que c’est la vie qui est comme ça.
Parce qu’un jour je repasserai devant sa maison mais elle ne l’habitera plus, comme je passe devant la maison de Jules que j’allais voir en général vers 11h. Il cuisinait encore lui-même tous ses plats. Ca sentait rudement bon chez lui. Et ça me rassurait de me dire qu’il gardait le goût de manger correctement (et ça me donnait faim aussi, j’avoue).

« Les copines, les tontons, tous ces anges à nous, nos divines affections. Qu’on est long, qu’on est long, à dire les je t’aime qu’on pense quand ils s’en vont. Où vont les gens qu’on aime quand ils s’en vont ? C’est pas vrai qu’ça s’arrête, ce s’rait trop con » (Où s’en vont ?, Michel Fugain)

Une des phrases quasi systématiques prononcées par les internes qui viennent en stage au cabinet est « Ca fait plaisir de voir des personnes âgées qui vont bien ». Parce que d’habitude les personnes âgées qu’ils sont amenés à côtoyer sont plus souvent dépendantes, très altérées voire grabataires, dans les services hospitaliers.
Mais il y a une chose qui me marque encore plus : l’absence de peur de la mort. Ce n’est absolument pas une résignation fataliste. Loin de là, même.
Bien souvent, les patients âgés ont des phrases comme « Oh vous savez, j’ai fait mon temps, j’ai bien vécu » ou encore « Oh ben la faucheuse est déjà passée plusieurs fois, mais elle ne m’a pas bien fauché, je suis encore debout, faudra qu’elle repasse ».

Ils ne sont pas inquiets. Je revois le sourire de ce patient qui m’avait dit cette dernière phrase il y a une semaine. Il m’avait bien fait rire par sa spontanéité. Je trouvais la formule tellement appropriée à son cas et tellement bien tournée.
Je suis peut-être passé pour un fou si on m’a vu lui chuchoter dans un léger sourire en forme de boutade complice « Finalement, elle est quand même repassée et vous l’avez laissée réussir cette fois » quand j’ai constaté son décès à domicile il y a 3 jours.

Je pense que les patients que je côtoie ont majoritairement choisi de vivre. C’est une formidable leçon d’optimisme que je me prends régulièrement en pleine figure. Ils ont choisi de se dire que ce qui arrive doit arriver et qu’on n’y peut rien changer, sauf à chercher à se battre contre des moulins à vent.

Un ami m’avait dit un jour « Tu n’arrêtes jamais une minute, tu es un peu hyperactif sur certains points… Tu caches une forme de peur de la mort, et tu cherches à te prouver que tu es vivant en multipliant les activités ».
Je ne sais pas s’il a raison.
Je sais juste que chercher à ne pas mourir serait épuisant.
Je préfère vivre, pleinement, sans compter les heures, les jours, et en me laissant guider par la passion… et en épuisant sans doute un peu mon entourage parfois  Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Live and let die

Hey ! Vous auriez une échelle ? C’est pour être objectif !

Entre deux tentatives à la première année commune aux études de santé (PACES), j’ai fait un saut dans le grand bain du monde hospitalier. FFAS, RCA, ASH… des acronymes pour simplement dire que j’étais embauché un mois dans un service … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Aide-soignant, DFGSM 2, DFGSM 3, Douleur, échelle, Ethique, études, étudiant, EVA, évaluation, examen, expérience, externat, Garde, Hôpital, infirmier, Initiation, job, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, MEDECINE GENERALE, Méthode, OBSERVATION, paces, PAES, patient, Réflexion, Santé, soins, Stage, technique, URGENCE, Urgences, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Hey ! Vous auriez une échelle ? C’est pour être objectif !

Suicide du Pr Mégnien : Marisol Touraine annonce, enfin, une série de mesures sans précédent

Bonjour La peur commencerait-elle à changer de camp ? Quelques heures seulement après la publication d’un communiqué menaçant de l’association Jean-Louis Mégnien, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, vient d’annoncer une série de décisions sans précédent. Les voici : 1 Elle rend publique, aujourd’hui 16 septembre, la synthèse de la mission de […] Continuer la lecture

Publié dans médecine, Polémique, Scandales, suicide | Commentaires fermés sur Suicide du Pr Mégnien : Marisol Touraine annonce, enfin, une série de mesures sans précédent

Le syndrome de la fellation vigoureuse

sexualité,sexologie,sexe,sexe oral,fellation,rapports bucco-génitaux,purpura vélo-palatin,purpura vélo-palatin « a vacuo » de barthélemy,comportement sexuel,palais,pathologie dentaire,stomatologie,abus sexuels

 

Une affection, décrite pour la première fois en 1928 par un médecin français, vient de faire l’objet d’un article publié en ligne dans la revue Annales de Dermatologie et de Vénéréologie le 15 septembre 2016. Une observation clinique qui ne vous laisse pas de marbre, tant les détails semblent sortir tout droit d’un livre érotique et non d’une austère revue médicale.

Le Dr Nicolas Kluger, dermatologue français exerçant à l’hôpital central universitaire d’Helsinki (Finlande), nous invite à nous pencher sur le cas d’une femme que le Dr Barthélémy a examiné dans les années 1920 au cours d’une visite sanitaire dans une

Continuer la lecture

Publié dans Santé | Commentaires fermés sur Le syndrome de la fellation vigoureuse

Géants du sucre: hier, ils remplissaient le pot à confiture de mensonges. Et maintenant ?

  Bonjour Mieux vaut (le savoir) tard que jamais. Ici c’est une affaire d’un demi-siècle. On vient de les exhumer au grand jour de la Toile : des documents inédits et compromettants dévoilés par quelques grand titres de la presse américaine (et relayés par Slate.fr ainsi que par le Huffington Post). C’est un scandale qui peut […] Continuer la lecture

Publié dans Ethique, Huffington Post, Jama, médecine, new england journal of medicine, New York Times, Polémique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Géants du sucre: hier, ils remplissaient le pot à confiture de mensonges. Et maintenant ?

Shit-eating grin

Le viril suprématiste blanc Eric Zemmour se vante de ne jamais avoir changé les couches de ses mômes. Il était déjà à l’époque très occupé à jouer avec son propre caca

zemmour.jpg

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Shit-eating grin

De combien de cellules sommes nous constitués?

Nous sommes des amas de cellules organisées en tissus, organes, qui forme un corps. Nous avons des locataires, les microbes, essentiellement des bactéries. Depuis la découverte ou redécouverte du microbiote, pour illustrer son importance les microbiologistes aiment à rappeler qu’il … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans bactérie, cellule, cellules endothéliales, longueur vaisseau, nombre, Science, vaisseau | Commentaires fermés sur De combien de cellules sommes nous constitués?

Stationner sans payer : à Paris comme ailleurs, les médecins ne tiennent plus le haut du pavé

  Bonjour Ici ou là, quelques privilèges. Pour le journaliste c’est la mythique carte de presse. Elle permet d’entrer gratuitement dans les musées. Pour le médecin, le caducée. On est ici de plain pied dans le brouillard des mythes. Soit le bâton d’Asclépios ou bâton d’Esculape, avec une simple couleuvre. Soit l’un des attributs du dieu Hermès, […] Continuer la lecture

Publié dans Le Quotidien du médecin, médecine, Polémique, politique | Commentaires fermés sur Stationner sans payer : à Paris comme ailleurs, les médecins ne tiennent plus le haut du pavé

Polémique sur les auteurs fantômes : les médecins de l’industrie devraient signer les publications sur les essais cliniques (avec ou à la place des universitaires ?)

Le BMJ vient de publier (30 août 2016) une tribune de 7 pages intitulée « Ghostwriting: the importance of definition and its place in contemporary drug marketing ». Un consultant canadien suggère de revoir les définitions admises pour les auteurs fantômes. Il pense que l’industrie pharmaceutique, avec le concours des rédacteurs de revues scientifiques, ont ‘manipulé’ la définition. Les définitions admises pour… Continuer la lecture

Publié dans Auteurs fantômes, Critères d'auteurs | Commentaires fermés sur Polémique sur les auteurs fantômes : les médecins de l’industrie devraient signer les publications sur les essais cliniques (avec ou à la place des universitaires ?)