Archives quotidiennes : 14 juillet 2016


Débastillons-nous, citoyens


Débastillons-nous, citoyens


On a fait péter des pétards, on a guinché en plein air partout chez nous. Et on a arrosé ça comme il se doit. Pour célébrer la prise de la Bastille. Le symbole collectif  de libération nationale demeure fort et vivace. Impossible cependant de penser que tous les emprisonnements de quelque ordre que ce soit ont été purgés définitivement en 1789.
Il y a ceux, évidents, que chacun peut constater, déplorer et même dénoncer en public. Mais il y a aussi tous les autres, infiniment plus hypocrites. Nous contraindre à nous comporter comme des consommateurs, comme des sujets dépourvus de toute possibilité de décider de ce qui est bon pour eux, comme de simples pions mécaniques d’une économie de marché planétaire, comme des assujettis ( parfum d’Ancien Régime) à des machineries anonymes broyeuses de toute humanité, et la liste est incomplète, ce sont autant de bastilles qui demeurent à détruire.


Y a encore du pain sur la planche, sans culottes mes semblables !

F-M Michaut CO d’Exmed 15-17 juillet 2016 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur 
Débastillons-nous, citoyens


La docteurE.

Légende : « Mon Dieu, Hélène ! Tu ne peux pas aller à la plage ainsi, c’est obscène !!! » Témoignage de W. (j’ai laissé tel quel) Alors voilà, je cumule plusieurs tares : j’ai été diplômée de la Faculté de médecine à 24 ans, je suis une femme, je suis blonde. À l’époque, j’avais de longs […]

The post La docteurE. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La docteurE.

Capilliculteur et phanères publics : à qui sont les cheveux du Président de la République ?

Bonjour Rituel républicain : entretien télévisé avec deux journalistes, Palais de l’Elysée, post- défilé du 14 juillet. L’un des deux, tonique en diable, (Gilles Bouleau) a  osé la question futile que la France attendait après les révélations du Canard enchaîné sur le montant du salaire du coiffeur H 24 présidentiel (9 895 euros brut). Que pouvait répondre François Hollande ? Il a […] Continuer la lecture

Publié dans France 2, TF1 | Commentaires fermés sur Capilliculteur et phanères publics : à qui sont les cheveux du Président de la République ?

Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Jour vingt-trois.

Motif : à terme, pas bien.

Je m’en serais vraiment bien passé. Il est presque 17h30 et je suis tout seul à la clinique avec deux ASV qui jonglent entre le téléphone qui ne cesse de sonner et un défilé de clients au comptoir. Le parking déborde, il y a des chiens et des chats partout, sans parler de ceux qui sont hospitalisés. Et je vois apparaître dans le planning un « à terme, pas bien ».

Le vaccin de 17h30 est en retard. Je discute avec les propriétaires d’un chien hospitalisé qui sont venus en avance, organisant les deux prochains jours de son séjour parmi nous, puis j’avise une chienne manifestement prête à mettre bas qui titube sur le parking. Une petite croisée golden et plus si affinités, terrorisée, que son propriétaire finit par prendre dans les bras puis, sur un signe de ma part, apporter jusque sur ma table de consultation, shuntant la salle d’attente et les animaux dont je n’ai aucune idée de ce qu’ils fichent ici (une enquête ultérieure me confirmera que deux d’entre eux venaient juste chercher des anti-parasitaire et qu’un troisième reviendrait un autre jour pour des gratouilles). L’avantage d’avoir une urgence, c’est qu’un sonore « les filles, préparez-moi une perfusion s’il-vous-plait, on risque de devoir opérer » fait taire les râleurs pressés.

Je referme les portes pour pouvoir me ménager un espace de calme avec Fleur et M. Gat, son propriétaire. Fleur respire bien, mais une tache de fluides pigmentés de vert et de noir souille les longs poils dorés de son arrière train. La saillie a eu lieu il y a 62 jours, ce n’est pas un accident, et M. Gat m’explique que jusqu’à hier, elle allait bien, qu’elle était tracassée ce matin mais qu’il pensait que la mise-bas commençait, tout simplement.

Et il avait raison.

Je commence par enfiler des gants et tondre le magma de poils collés sur ses cuisses, sa queue et son périnée. La vulve est bien décrochée, bien dilatée. La chienne me parait chaude, même à travers les gants. Je vérifie : 40.4°C. L’abdomen est dur comme du bois. Je passe un doigt dans son vagin, effleure une patte, au loin, et une seconde, mais a priori pas de museau. Un siège ? Ça déconne dans les grandes largeurs. J’explique à M. Gat que nous allons commencer par faire une radio pour comprendre où elle en est, puis une écho pour savoir si les chiots sont en vie, et si oui, s’ils sont en souffrance. Ou plutôt : à quel point ils souffrent.

La salle d’attente me regarde passer en silence avec la chienne dans les bras. On se tait pour les bébés. Fleur se laisse porter, se laisse coucher, elle attend et subit, à moitié dans le gaz. Tandis que le numériseur de la radio démarre, je lui pose la perfusion préparée par les ASV. Un coup d’antibiotiques, un coup de corticoïdes[1].

Le cliché me montre trois chiots. Le premier est en siège, ils sont très gros, ils devraient passer mais cette position, pour une primipare, la dilatation gazeuse de l’utérus et mon incapacité à déterminer s’ils sont encore en vie ou pas – même si je n’y crois pas – décident de la conduite à tenir. Assister la mise-bas avec des médicaments favorisant les contractions ne sera pas efficace : il faut opérer, et vite. J’accélère le débit de la perfusion et tout en expliquant à M. Gat la suite des opérations, je lui demande de me confirmer s’il souhaite garder les chiots s’ils sont vivants, et s’il souhaite que je stérilise la chienne simultanément. Je confie Fleur à Perrine, qui, avec l’aide d’une stagiaire, va tondre et désinfecter son abdomen. L’autre ASV commence à vérifier le système d’anesthésie gazeuse et préparer le bloc.

– Il y a un autre chien qui est arrivé, il s’est fait mal en jouant et ils étaient déjà sur la route quand ils ont appelé, et il y a aussi un chien blessé, Mme Auvignon est là pour le vaccin, elle ne peut pas revenir un autre jour elle part en vacances, les résultats de Belle sont arrivés Mme Diège a appelé, qu’est-ce qu’on fait ?

On pleure ?

Je lui demande d’appeler mon associé. Il ne bosse pas aujourd’hui, mais ce n’est pas possible. Je ne peux pas gérer.

Lorsque j’arrive dans la salle d’attente, je vois Loustic et Mme Auvignon – le vaccin. Je lui explique qu’elle va malheureusement devoir attendre, car je vois sur le parking M. et Mme Assou qui arrivent en portant tant bien que mal leur berger allemand « qui s’est fait mal en jouant ». Ses membres postérieurs pendant lamentablement, comme désarticulés. Moi qui me disais que j’allais leur dire de revenir demain, imaginant un bobo…

Je repasse la tête en salle de préparation, Fleur sera bientôt à point. J’emmène M. et Mme Assou directement jusqu’en salle de radio. Sensibilité superficielle diminuée, sensibilité profonde conservée, motricité ok, pas de douleur claire, proprioception nulle. Si ce n’est pas une hernie discale, Fleur n’a pas de chiots pourris dans le ventre. J’injecte des analgésiques, de la cortisone. Je fais mon cliché, confirme l’absence d’anomalie franche de la colonne et du bassin, il y a forcément une hernie discale. J’explique la prise en charge, lapidaire. Une consultation au pas de charge, mais je n’ai pas le choix. Cendre va rentrer chez lui avec ses maîtres et ils me tiendront au courant. En les aidant à le porter, je leur explique tout ce qu’il y a à surveiller et les invite à me rappeler. Dix minutes pour une hernie discale. Est-ce bien sérieux ?

– Payer ? Heu oui, mais un autre jour. J’ai pas l’temps. Prenez ces médicaments, appelez moi demain matin, je vous dirai quoi donner en fonction de son évolution.

De toute façon, il n’y a rien d’autre à faire.

Je retourne au bloc. La chienne est prête. Induction minimale, le matériel de réa est prêt, les ASV sont dans les starting blocks. Intubation, gaz. Elles la portent sur la table de chirurgie, contrôlent une dernière fois la machine d’anesthésie gazeuse. Je pose le champ, injecte un anesthésique local en traçante. Incision, sa respiration accélère. Je fais monter le gaz, et ouvre l’abdomen. A la ponction du péritoine, du gaz s’échappe. L’odeur est lourde, collante, écœurante, mais ne me fait pas fuir : l’utérus est percé et du gaz s’en échappe, mais ce n’est pas vraiment pourri. Il y a des bouts de placenta dans l’abdomen, et je vois une tête de chiot qui dépasse d’un bout de tuyau. J’extériorise l’utérus qui finit de se déchirer, je clampe toutes les artères et les veines, tout en sortant les chiots. L’un deux semble bouger. Mais non.

Perrine prépare déjà le liquide de rinçage et l’aspirateur chirurgical. Je commence à ligaturer un pédicule ovarien, en double, tout en retirant des bouts de placenta du mésentère. Je coupe, je retiens le moignon avec un clamp, et recommence la même chose du côté opposé. Ensuite, je coupe l’utérus au niveau du col, ligature les artères utérines puis suture le moignon utérin avec du mésentère. Un dernier contrôle, puis je libère tous les moignons. L’utérus déchiré en deux repose, avec les ovaires, dans une bassine à mes pieds. Rinçage. Une fois, deux fois, trois fois, je pars à la pêche aux fragments utérins et placentaires, puis après un dernier contrôle – rien ne saigne sérieusement – je finis de tout aspirer et commence par suture abdominale. Un surjet musculaire, doublé par des points en U, puis un surjet sous cutané et un surjet cutané. Vite, très vite : je veux la réveiller. Mon associé a fini de gérer les urgences, la chirurgie n’a pris qu’une petite heure. Il est temps de la réveiller.

Je reviendrai la voir cette nuit. Elle est vraiment, vraiment fatiguée. J’ajusterai les débits de perfusion et les analgésiques. Elle devrait s’en tirer. Si elle ne part pas en péritonite.

Note

[1] Je ne râlerai jamais assez contre la disparition des B-lactamines injectables par voie intraveineuse, qui nous prive des molécules les plus adaptées à ces urgences et nous oblige en plus à utiliser ces antibiotiques qui sont sensés être réservés à la seconde intention. Il faudrait utiliser par exemple une association d’amoxicilline et d’acide clavulanique, à la fois parfaitement adaptée aux germes les plus probablement en cause et inoffensif pour la mère et les bébés à naître. Un bête Augmentin IV. Qui n’est aujourd’hui plus accessible en dehors des pharmacies réservées aux hôpitaux. Je me vois donc contraint d’utiliser des fluoroquinolones, qui d’une me plaisent moins dans cette indication, de deux sont en théorie interdites en première intention sans analyse du germe en cause.

Continuer la lecture

Publié dans chien, URGENCE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Jour vingt-trois.

Motif : à terme, pas bien.

Je m’en serais vraiment bien passé. Il est presque 17h30 et je suis tout seul à la clinique avec deux ASV qui jonglent entre le téléphone qui ne cesse de sonner et un défilé de clients au comptoir. Le parking déborde, il y a des chiens et des chats partout, sans parler de ceux qui sont hospitalisés. Et je vois apparaître dans le planning un « à terme, pas bien ».

Le vaccin de 17h30 est en retard. Je discute avec les propriétaires d’un chien hospitalisé qui sont venus en avance, organisant les deux prochains jours de son séjour parmi nous, puis j’avise une chienne manifestement prête à mettre bas qui titube sur le parking. Une petite croisée golden et plus si affinités, terrorisée, que son propriétaire finit par prendre dans les bras puis, sur un signe de ma part, apporter jusque sur ma table de consultation, shuntant la salle d’attente et les animaux dont je n’ai aucune idée de ce qu’ils fichent ici (une enquête ultérieure me confirmera que deux d’entre eux venaient juste chercher des anti-parasitaire et qu’un troisième reviendrait un autre jour pour des gratouilles). L’avantage d’avoir une urgence, c’est qu’un sonore « les filles, préparez-moi une perfusion s’il-vous-plait, on risque de devoir opérer » fait taire les râleurs pressés.

Je referme les portes pour pouvoir me ménager un espace de calme avec Fleur et M. Gat, son propriétaire. Fleur respire bien, mais une tache de fluides pigmentés de vert et de noir souille les longs poils dorés de son arrière train. La saillie a eu lieu il y a 62 jours, ce n’est pas un accident, et M. Gat m’explique que jusqu’à hier, elle allait bien, qu’elle était tracassée ce matin mais qu’il pensait que la mise-bas commençait, tout simplement.

Et il avait raison.

Je commence par enfiler des gants et tondre le magma de poils collés sur ses cuisses, sa queue et son périnée. La vulve est bien décrochée, bien dilatée. La chienne me parait chaude, même à travers les gants. Je vérifie : 40.4°C. L’abdomen est dur comme du bois. Je passe un doigt dans son vagin, effleure une patte, au loin, et une seconde, mais a priori pas de museau. Un siège ? Ça déconne dans les grandes largeurs. J’explique à M. Gat que nous allons commencer par faire une radio pour comprendre où elle en est, puis une écho pour savoir si les chiots sont en vie, et si oui, s’ils sont en souffrance. Ou plutôt : à quel point ils souffrent.

La salle d’attente me regarde passer en silence avec la chienne dans les bras. On se tait pour les bébés. Fleur se laisse porter, se laisse coucher, elle attend et subit, à moitié dans le gaz. Tandis que le numériseur de la radio démarre, je lui pose la perfusion préparée par les ASV. Un coup d’antibiotiques, un coup de corticoïdes[1].

Le cliché me montre trois chiots. Le premier est en siège, ils sont très gros, ils devraient passer mais cette position, pour une primipare, la dilatation gazeuse de l’utérus et mon incapacité à déterminer s’ils sont encore en vie ou pas – même si je n’y crois pas – décident de la conduite à tenir. Assister la mise-bas avec des médicaments favorisant les contractions ne sera pas efficace : il faut opérer, et vite. J’accélère le débit de la perfusion et tout en expliquant à M. Gat la suite des opérations, je lui demande de me confirmer s’il souhaite garder les chiots s’ils sont vivants, et s’il souhaite que je stérilise la chienne simultanément. Je confie Fleur à Perrine, qui, avec l’aide d’une stagiaire, va tondre et désinfecter son abdomen. L’autre ASV commence à vérifier le système d’anesthésie gazeuse et préparer le bloc.

– Il y a un autre chien qui est arrivé, il s’est fait mal en jouant et ils étaient déjà sur la route quand ils ont appelé, et il y a aussi un chien blessé, Mme Auvignon est là pour le vaccin, elle ne peut pas revenir un autre jour elle part en vacances, les résultats de Belle sont arrivés Mme Diège a appelé, qu’est-ce qu’on fait ?

On pleure ?

Je lui demande d’appeler mon associé. Il ne bosse pas aujourd’hui, mais ce n’est pas possible. Je ne peux pas gérer.

Lorsque j’arrive dans la salle d’attente, je vois Loustic et Mme Auvignon – le vaccin. Je lui explique qu’elle va malheureusement devoir attendre, car je vois sur le parking M. et Mme Assou qui arrivent en portant tant bien que mal leur berger allemand « qui s’est fait mal en jouant ». Ses membres postérieurs pendant lamentablement, comme désarticulés. Moi qui me disais que j’allais leur dire de revenir demain, imaginant un bobo…

Je repasse la tête en salle de préparation, Fleur sera bientôt à point. J’emmène M. et Mme Assou directement jusqu’en salle de radio. Sensibilité superficielle diminuée, sensibilité profonde conservée, motricité ok, pas de douleur claire, proprioception nulle. Si ce n’est pas une hernie discale, Fleur n’a pas de chiots pourris dans le ventre. J’injecte des analgésiques, de la cortisone. Je fais mon cliché, confirme l’absence d’anomalie franche de la colonne et du bassin, il y a forcément une hernie discale. J’explique la prise en charge, lapidaire. Une consultation au pas de charge, mais je n’ai pas le choix. Cendre va rentrer chez lui avec ses maîtres et ils me tiendront au courant. En les aidant à le porter, je leur explique tout ce qu’il y a à surveiller et les invite à me rappeler. Dix minutes pour une hernie discale. Est-ce bien sérieux ?

– Payer ? Heu oui, mais un autre jour. J’ai pas l’temps. Prenez ces médicaments, appelez moi demain matin, je vous dirai quoi donner en fonction de son évolution.

De toute façon, il n’y a rien d’autre à faire.

Je retourne au bloc. La chienne est prête. Induction minimale, le matériel de réa est prêt, les ASV sont dans les starting blocks. Intubation, gaz. Elles la portent sur la table de chirurgie, contrôlent une dernière fois la machine d’anesthésie gazeuse. Je pose le champ, injecte un anesthésique local en traçante. Incision, sa respiration accélère. Je fais monter le gaz, et ouvre l’abdomen. A la ponction du péritoine, du gaz s’échappe. L’odeur est lourde, collante, écœurante, mais ne me fait pas fuir : l’utérus est percé et du gaz s’en échappe, mais ce n’est pas vraiment pourri. Il y a des bouts de placenta dans l’abdomen, et je vois une tête de chiot qui dépasse d’un bout de tuyau. J’extériorise l’utérus qui finit de se déchirer, je clampe toutes les artères et les veines, tout en sortant les chiots. L’un deux semble bouger. Mais non.

Perrine prépare déjà le liquide de rinçage et l’aspirateur chirurgical. Je commence à ligaturer un pédicule ovarien, en double, tout en retirant des bouts de placenta du mésentère. Je coupe, je retiens le moignon avec un clamp, et recommence la même chose du côté opposé. Ensuite, je coupe l’utérus au niveau du col, ligature les artères utérines puis suture le moignon utérin avec du mésentère. Un dernier contrôle, puis je libère tous les moignons. L’utérus déchiré en deux repose, avec les ovaires, dans une bassine à mes pieds. Rinçage. Une fois, deux fois, trois fois, je pars à la pêche aux fragments utérins et placentaires, puis après un dernier contrôle – rien ne saigne sérieusement – je finis de tout aspirer et commence par suture abdominale. Un surjet musculaire, doublé par des points en U, puis un surjet sous cutané et un surjet cutané. Vite, très vite : je veux la réveiller. Mon associé a fini de gérer les urgences, la chirurgie n’a pris qu’une petite heure. Il est temps de la réveiller.

Je reviendrai la voir cette nuit. Elle est vraiment, vraiment fatiguée. J’ajusterai les débits de perfusion et les analgésiques. Elle devrait s’en tirer. Si elle ne part pas en péritonite.

Note

[1] Je ne râlerai jamais assez contre la disparition des B-lactamines injectables par voie intraveineuse, qui nous prive des molécules les plus adaptées à ces urgences et nous oblige en plus à utiliser ces antibiotiques qui sont sensés être réservés à la seconde intention. Il faudrait utiliser par exemple une association d’amoxicilline et d’acide clavulanique, à la fois parfaitement adaptée aux germes les plus probablement en cause et inoffensif pour la mère et les bébés à naître. Un bête Augmentin IV. Qui n’est aujourd’hui plus accessible en dehors des pharmacies réservées aux hôpitaux. Je me vois donc contraint d’utiliser des fluoroquinolones, qui d’une me plaisent moins dans cette indication, de deux sont en théorie interdites en première intention sans analyse du germe en cause.

Continuer la lecture

Publié dans chien, URGENCE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Jour vingt-trois.

Motif : à terme, pas bien.

Je m’en serais vraiment bien passé. Il est presque 17h30 et je suis tout seul à la clinique avec deux ASV qui jonglent entre le téléphone qui ne cesse de sonner et un défilé de clients au comptoir. Le parking déborde, il y a des chiens et des chats partout, sans parler de ceux qui sont hospitalisés. Et je vois apparaître dans le planning un « à terme, pas bien ».

Le vaccin de 17h30 est en retard. Je discute avec les propriétaires d’un chien hospitalisé qui sont venus en avance, organisant les deux prochains jours de son séjour parmi nous, puis j’avise une chienne manifestement prête à mettre bas qui titube sur le parking. Une petite croisée golden et plus si affinités, terrorisée, que son propriétaire finit par prendre dans les bras puis, sur un signe de ma part, apporter jusque sur ma table de consultation, shuntant la salle d’attente et les animaux dont je n’ai aucune idée de ce qu’ils fichent ici (une enquête ultérieure me confirmera que deux d’entre eux venaient juste chercher des anti-parasitaire et qu’un troisième reviendrait un autre jour pour des gratouilles). L’avantage d’avoir une urgence, c’est qu’un sonore « les filles, préparez-moi une perfusion s’il-vous-plait, on risque de devoir opérer » fait taire les râleurs pressés.

Je referme les portes pour pouvoir me ménager un espace de calme avec Fleur et M. Gat, son propriétaire. Fleur respire bien, mais une tache de fluides pigmentés de vert et de noir souille les longs poils dorés de son arrière train. La saillie a eu lieu il y a 62 jours, ce n’est pas un accident, et M. Gat m’explique que jusqu’à hier, elle allait bien, qu’elle était tracassée ce matin mais qu’il pensait que la mise-bas commençait, tout simplement.

Et il avait raison.

Je commence par enfiler des gants et tondre le magma de poils collés sur ses cuisses, sa queue et son périnée. La vulve est bien décrochée, bien dilatée. La chienne me parait chaude, même à travers les gants. Je vérifie : 40.4°C. L’abdomen est dur comme du bois. Je passe un doigt dans son vagin, effleure une patte, au loin, et une seconde, mais a priori pas de museau. Un siège ? Ça déconne dans les grandes largeurs. J’explique à M. Gat que nous allons commencer par faire une radio pour comprendre où elle en est, puis une écho pour savoir si les chiots sont en vie, et si oui, s’ils sont en souffrance. Ou plutôt : à quel point ils souffrent.

La salle d’attente me regarde passer en silence avec la chienne dans les bras. On se tait pour les bébés. Fleur se laisse porter, se laisse coucher, elle attend et subit, à moitié dans le gaz. Tandis que le numériseur de la radio démarre, je lui pose la perfusion préparée par les ASV. Un coup d’antibiotiques, un coup de corticoïdes[1].

Le cliché me montre trois chiots. Le premier est en siège, ils sont très gros, ils devraient passer mais cette position, pour une primipare, la dilatation gazeuse de l’utérus et mon incapacité à déterminer s’ils sont encore en vie ou pas – même si je n’y crois pas – décident de la conduite à tenir. Assister la mise-bas avec des médicaments favorisant les contractions ne sera pas efficace : il faut opérer, et vite. J’accélère le débit de la perfusion et tout en expliquant à M. Gat la suite des opérations, je lui demande de me confirmer s’il souhaite garder les chiots s’ils sont vivants, et s’il souhaite que je stérilise la chienne simultanément. Je confie Fleur à Perrine, qui, avec l’aide d’une stagiaire, va tondre et désinfecter son abdomen. L’autre ASV commence à vérifier le système d’anesthésie gazeuse et préparer le bloc.

– Il y a un autre chien qui est arrivé, il s’est fait mal en jouant et ils étaient déjà sur la route quand ils ont appelé, et il y a aussi un chien blessé, Mme Auvignon est là pour le vaccin, elle ne peut pas revenir un autre jour elle part en vacances, les résultats de Belle sont arrivés Mme Diège a appelé, qu’est-ce qu’on fait ?

On pleure ?

Je lui demande d’appeler mon associé. Il ne bosse pas aujourd’hui, mais ce n’est pas possible. Je ne peux pas gérer.

Lorsque j’arrive dans la salle d’attente, je vois Loustic et Mme Auvignon – le vaccin. Je lui explique qu’elle va malheureusement devoir attendre, car je vois sur le parking M. et Mme Assou qui arrivent en portant tant bien que mal leur berger allemand « qui s’est fait mal en jouant ». Ses membres postérieurs pendant lamentablement, comme désarticulés. Moi qui me disais que j’allais leur dire de revenir demain, imaginant un bobo…

Je repasse la tête en salle de préparation, Fleur sera bientôt à point. J’emmène M. et Mme Assou directement jusqu’en salle de radio. Sensibilité superficielle diminuée, sensibilité profonde conservée, motricité ok, pas de douleur claire, proprioception nulle. Si ce n’est pas une hernie discale, Fleur n’a pas de chiots pourris dans le ventre. J’injecte des analgésiques, de la cortisone. Je fais mon cliché, confirme l’absence d’anomalie franche de la colonne et du bassin, il y a forcément une hernie discale. J’explique la prise en charge, lapidaire. Une consultation au pas de charge, mais je n’ai pas le choix. Cendre va rentrer chez lui avec ses maîtres et ils me tiendront au courant. En les aidant à le porter, je leur explique tout ce qu’il y a à surveiller et les invite à me rappeler. Dix minutes pour une hernie discale. Est-ce bien sérieux ?

– Payer ? Heu oui, mais un autre jour. J’ai pas l’temps. Prenez ces médicaments, appelez moi demain matin, je vous dirai quoi donner en fonction de son évolution.

De toute façon, il n’y a rien d’autre à faire.

Je retourne au bloc. La chienne est prête. Induction minimale, le matériel de réa est prêt, les ASV sont dans les starting blocks. Intubation, gaz. Elles la portent sur la table de chirurgie, contrôlent une dernière fois la machine d’anesthésie gazeuse. Je pose le champ, injecte un anesthésique local en traçante. Incision, sa respiration accélère. Je fais monter le gaz, et ouvre l’abdomen. A la ponction du péritoine, du gaz s’échappe. L’odeur est lourde, collante, écœurante, mais ne me fait pas fuir : l’utérus est percé et du gaz s’en échappe, mais ce n’est pas vraiment pourri. Il y a des bouts de placenta dans l’abdomen, et je vois une tête de chiot qui dépasse d’un bout de tuyau. J’extériorise l’utérus qui finit de se déchirer, je clampe toutes les artères et les veines, tout en sortant les chiots. L’un deux semble bouger. Mais non.

Perrine prépare déjà le liquide de rinçage et l’aspirateur chirurgical. Je commence à ligaturer un pédicule ovarien, en double, tout en retirant des bouts de placenta du mésentère. Je coupe, je retiens le moignon avec un clamp, et recommence la même chose du côté opposé. Ensuite, je coupe l’utérus au niveau du col, ligature les artères utérines puis suture le moignon utérin avec du mésentère. Un dernier contrôle, puis je libère tous les moignons. L’utérus déchiré en deux repose, avec les ovaires, dans une bassine à mes pieds. Rinçage. Une fois, deux fois, trois fois, je pars à la pêche aux fragments utérins et placentaires, puis après un dernier contrôle – rien ne saigne sérieusement – je finis de tout aspirer et commence par suture abdominale. Un surjet musculaire, doublé par des points en U, puis un surjet sous cutané et un surjet cutané. Vite, très vite : je veux la réveiller. Mon associé a fini de gérer les urgences, la chirurgie n’a pris qu’une petite heure. Il est temps de la réveiller.

Je reviendrai la voir cette nuit. Elle est vraiment, vraiment fatiguée. J’ajusterai les débits de perfusion et les analgésiques. Elle devrait s’en tirer. Si elle ne part pas en péritonite.

Note

[1] Je ne râlerai jamais assez contre la disparition des B-lactamines injectables par voie intraveineuse, qui nous prive des molécules les plus adaptées à ces urgences et nous oblige en plus à utiliser ces antibiotiques qui sont sensés être réservés à la seconde intention. Il faudrait utiliser par exemple une association d’amoxicilline et d’acide clavulanique, à la fois parfaitement adaptée aux germes les plus probablement en cause et inoffensif pour la mère et les bébés à naître. Un bête Augmentin IV. Qui n’est aujourd’hui plus accessible en dehors des pharmacies réservées aux hôpitaux. Je me vois donc contraint d’utiliser des fluoroquinolones, qui d’une me plaisent moins dans cette indication, de deux sont en théorie interdites en première intention sans analyse du germe en cause.

Continuer la lecture

Publié dans chien, URGENCE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour ving-trois. Motif : A terme, pas bien.

Faire sa médecine entre Orléans et Zagreb ? La future filière aurait-elle du plomb dans l’aile ?

  Bonjour Brexit ou pas, MOZ a des ratés. Il n’y aura pas, à la rentrée, de réseau franco-croate permettant de faire la nique au numérus clausus hexagonal. Pas d’aller direct Orléans-Zagreb avec retour open dans l’Union européenne. Une escroquerie ? On en débattra encore longtemps. Pour l’heure La Nouvelle République du Centre Ouest a, sinon […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République du Centre-Ouest | Commentaires fermés sur Faire sa médecine entre Orléans et Zagreb ? La future filière aurait-elle du plomb dans l’aile ?

Je viens d’écrire à Mme la ministre de la santé à propos de la sanction qui touche le Pr Henri Joyeux

Voilà ce que je lui ais écrit : Mme La Ministre de la Santé Bonjour J’ai pris connaissance de la sanction qui touche le Pr Henri Joyeux à propos de ses positions sur la vaccination DTP. Je suis choqué, en tant que médecin, qu’il puisse être sanctionné pour avoir émis une opinion sur le sujet. […] Continuer la lecture

Publié dans Conseil Ordre des Médecins, contrainte, Ethique, Exposition médiatique, liberté, pratique de la médecine, réflexion personnelle, Santé publique, Société, vaccination | Commentaires fermés sur Je viens d’écrire à Mme la ministre de la santé à propos de la sanction qui touche le Pr Henri Joyeux

Délit d’opinion et police de la pensée

Le délit d’opinion semble être devenu, en médecine, une réalité . La preuve en est la radiation du Pr Joyeux par le conseil de l’ordre des médecins dont il dépendait. Dans le domaine de la médecine, il y a un organisme chargé de veiller à ce que les médecins appliquent des règles dites « déontologiques ». Une sorte […] Continuer la lecture

Publié dans Conseil Ordre des Médecins, Ethique, liberté, philosophie, Société | Commentaires fermés sur Délit d’opinion et police de la pensée